RSS

Archives de Tag: d’un

A-t-on le droit de refuser l’installation d’un compteur Linky ?

A-t-on le droit de refuser l’installation d’un compteur Linky ?

Aux dernières nouvelles on ne peut pas refuser linky, mais ici on apprend que des opposants sont parvenus à conserver leur ancien modèle de compteurs en faisant jouer le droit à la propriété privée (en refusant l’accès à leur domicile quand le compteur se trouve dans ce dernier)  Mais ce ne serait qu’un sursis car refuser l’accès à son domicile pourrait valoir d’être poursuivi par Enedis qui peut mettre en demeure les clients réfractaires de changer le compteur, mais pour le moment Enedis « ne s’est pas tournée vers cette possibilité » (lire l’article de Libé) . A suivre  … Z 

Les opposants au compteur Linky ont retrouvé de l’espoir après une récente décision de justice. En revanche, cet espoir n’est pas vraiment permis et voici pourquoi…

Un espoir de courte durée

Le 18 mai 2018, le maire de Blagnac (Haute-Garonne) est à l’origine d’un arrêté municipal ayant fait grand bruit dans les médias évoquant qu’il était désormais possible de refuser l’installation du compteur Linky développé par Enedis. Celui-ci – largement sujet à controverse – fait actuellement l’objet d’une vaste campagne d’installation afin d’équiper 35 millions de foyers français à l’horizon 2021.

Le verdict est à prendre avec des pincettes

Le fait est que la décision du 13 septembre 2018 prise par le tribunal administratif de Toulouse- ayant statué sur l’arrêté municipal du maire de Blagnac – est à inspecter à la loupe. En effet, le tribunal n’aurait validé qu’une petite partie de ce même arrêté, ce qui ne changerait finalement rien à la situation. La décision confirme seulement le fait que les règles de la propriété privée doivent être respectées.

Ainsi, Enedis ne peut pas entrer chez un particulier sans son accord, sans quoi ce dernier pourrait porter plainte. En revanche, refuser l’entrée à son domicile pourrait valoir à ce même particulier d’être poursuivi en justice par le distributeur !

Enedis ou l’inarrêtable marche en avant

Le fait est que les consommateurs sont dans l’incapacité de s’opposer juridiquement à l’installation des compteurs Linky. En effet, ceux-ci ont signé un contrat d’abonnement pour la fourniture d’électricité, un document accordant à Enedis l’accès au compteur. De plus, Enedis s’est déjà lancée dans le remplacement des compteurs, notamment dans les parties communes des immeubles ainsi qu’en bordure des maisons et cela représente déjà près de la moitié du total des compteurs !

Le refus est possible, mais…

Dans les faits, les particuliers refusant l’installation d’un compteur Linky peuvent garder l’ancien. La relève annuelle de ce dernier continuera d’être assurée. Or, si ce service était gratuit jusqu’à aujourd’hui, celui-ci devrait être facturé au prix de 30 euros dans un avenir très proche.

Sources : 60 millions de consommateurs – Libération

via:https://citizenpost.fr/2018/10/a-t-on-le-droit-de-refuser-linstallation-dun-compteur-linky/

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le 18 octobre 2018 dans Education - information, général

 

Étiquettes : , , , , , ,

Les États-Unis accusent la Russie d’armer l’espace en raison du « comportement anormal » d’un « mystérieux » satellite

Les États-Unis accusent la Russie d’armer l’espace en raison du « comportement anormal » d’un « mystérieux » satellite

Par Tyler Durden

Parmi les histoires plus étranges de cette semaine figure ce rapport de Fox Business intitulé : Un satellite russe montre un « comportement très anormal » dans l’espace : Département d’État.

L’histoire précise que des fonctionnaires du Département d’État ont récemment déclaré publiquement qu’un mystérieux satellite russe semble actuellement en orbite autour de l’espace d’une manière « très anormale ».

Le Département d’État s’est dit préoccupé par le fait qu’il pourrait s’agir d’un satellite russe armé qui vise à détruire les systèmes américains tels que le GPS, Internet et les téléphones portables depuis l’espace – même s’il admet que les responsables n’ont aucune idée de l’objectif et de la mission du satellite russe.

De nos jours, ne pas connaître les intentions russes équivaut apparemment à « les Russes doivent être en train de tout armer !«

Lors d’une conférence en Suisse à la mi-Août, le Secrétaire d’État adjoint à la vérification de la maîtrise des armements et de la conformité, Yleem Poblete, a déclaré :

yleem poblete

Yleem poblete

« Nous ne savons pas avec certitude ce que c’est et il n’y a aucun moyen de le vérifier« .

« Mais les intentions de la Russie à l’égard de ce satellite ne sont pas claires et constituent de toute évidence une évolution très inquiétante« .

« Pas claires » et pourtant « de toute évidence » inquiétante ?

Poblete a abordé la question du mystérieux satellite lors de la Conférence des Nations Unies sur le désarmement à Genève, en Suisse, qui s’est tenue quelques jours à peine après que les États-Unis aient réaffirmé leur intention de créer une « Force spatiale » militaire d’ici 2020, afin de « faire face aux menaces émergentes sur ce nouveau champ de bataille » après que Trump en ait initialement donné l’ordre en juin.

« Mais son comportement en orbite était incohérent avec tout ce que l’on avait pu observer auparavant à partir de l’inspection en orbite, des connaissances sur la situation dans l’espace ou d’autres activités de satellites d’inspection russes« , a affirmé Mme. Poblete.

« Nous sommes préoccupés par ce qui semble être un comportement très anormal d’un « appareil spatial en inspection« .

sateliteElle faisait référence à l’affirmation de la Russie selon laquelle le satellite était en fait engagé dans une mission d’inspection spatiale de routine mais n’était engagé dans rien de nature militaire.

On a spéculé qu’il pouvait s’agir d’un petit satellite appelé Kosmos 2521 (Sputnik Inspektor), qui a été déployé à partir de son satellite parent, Kosmos 2519 en août 2017. Cependant, Mme. Poblete a déclaré que les Russes ne pouvaient pas être crus sur parole, avec le battage médiatique autour des allégations selon lesquelles la Russie cherche à militariser l’espace.

Citant l’expert en espace et auteur Christian Davenport, le rapport de Fox continue :

La représentante du gouvernement a également indiqué que le satellite pourrait être utilisé comme arme pour détruire certains systèmes américains dans l’espace (tels que le GPS, Internet et les téléphones).

Davenport a déclaré qu’un engin spatial capable d’interférer avec ce qu’il appelle « les yeux et les oreilles de l’armée américaine et de la communauté du renseignement » devrait être un sujet de grave préoccupation.

Davenport a déclaré jeudi soir à Lou Dobbs Tonight sur Fox Business :

« S’il y a un engin spatial en orbite, il pourrait atteindre des satellites américains – des satellites de sécurité nationale dont nous dépendons énormément pour la guerre« .

« Tout comme les ordinateurs sont passés des gros appareils centraux à votre iPhone dans la poche, la technologie du satellite a rendu ces énormes satellites de la taille d’un réfrigérateur et maintenant de la taille d’une boîte à chaussures« .

Avec une telle surenchère médiatique sur ce que le Département d’Etat admet être en réalité des prétentions « floues » et non vérifiées sur l’armement de l’espace par la Russie, nous terminerons avec une image absurde d’une histoire très réelle du Daily Beast

Putin Space

***

Zero Hedge

Source

 
3 Commentaires

Publié par le 27 août 2018 dans Espace, général, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Loi sur les « fake news » : Bientôt la fin des médias alternatifs ?!!!

La France va-t-elle se doter d’un « ministère de la Vérité » ?

Chers lecteurs je suis très inquiet avec cette nouvelle loi liberticide en préparation, et qui nous vise directement !! On le sentait venir – Depuis un certain temps et de précédentes lois votées, nos libertés fondamentales fondent à vue d’œil, mais si cette loi passe il se pourrait qu’on ne puisse même plus exprimer librement son opinion sur le net !! Autrement dit , adieu la Blogosphère, , la fin des médias alternatifs, notre existence même est en danger, rien de moins !! “La capacité de discernement des citoyens ne suffit plus” selon la ministre ! Oui vous avez bien lu . C’est très grave et angoissant ce qui se prépare, et nous sommes en 1ere ligne ! Lisez bien ce qui suit, et soyez très vigilants … Z 

La France va-t-elle se doter d’un « ministère de la Vérité »

Depuis plusieurs mois le Président Emmanuel Macron et certains de ses ministres, nous ont annoncé le dépôt d’un projet de loi destinée à lutter contre les « fake news ». Finalement le Parlement a été saisi par le groupe majoritaire à l’Assemblée nationale d’une proposition d’abord intitulée « lutte contre les fausses nouvelles » puis rebaptisée « loi contre la manipulation de l’information ».

La lecture de l’exposé des motifs et du texte lui-même ne peut que provoquer l’inquiétude de tous ceux qui sont attachés aux libertés publiques fondamentales et, en particulier, à la liberté de pensée et d’expression.

Si ce texte est adopté, il constituera une régression insupportable, et ouvrira la voie à ce qui semble être l’objectif principal, empêcher l’expression grâce à Internet d’opinions qui ne seraient pas validées par le pouvoir et / ou par des instances médiatiques sélectionnées par ce dernier. 

Il est impératif pour les démocrates soucieux de la préservation des libertés publiques fondamentales de s’opposer résolument à cette mise en cause brutale et inquiétante de l’une d’entre elles.

Signer la pétition 

(source)

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

L’échec des frappes en Syrie et la fin d’un ordre mondial

L’échec des frappes en Syrie et la fin d’un ordre mondial

Voici un point de vue Russe pertinent et cynique sur les événements des derniers jours … C’est vrai qu’on se demande à quoi sert l’ONU, dont la charte et les principes ont totalement été bafoués, une fois de plus, alors que l’organisation est censée garantir et maintenir la paix mondiale, : décidément, nous sommes mal barrés … L’ONU devient obsolète, et comme le montre l’histoire, seule une grande guerre pourrait changer les choses et faire naître le grand Israël une nouvelle organisation internationale fiable . Mais le problème c’est que si cette grande guerre se produit, il risque de n’y avoir plus personne sur terre pour faire émerger le grand Israël cette nouvelle structure internationale qui s’impose . (sauf les vrais décideurs de l’ombre dans leurs bunkers ou dans l’espace) L’équilibre du monde vole en éclats . Désormais les leaders des grosses « puissances » occidentales, marionnettes de ces élites sans foi ni lois,  se permettent de partir en guerre … sans aucune déclaration de guerre !! Ils sont en lévitation au dessus des lois internationales qui devraient nous protéger sans se soucier de conséquences potentielles impossibles à prédire que ce soit à court moyen ou long terme, qui pourraient s’avérer dramatiques pour la planète et ses habitants, risquant littéralement d’annihiler l’humanité, pauvres gueux que nous sommes ! Ils se moquent totalement des frontières, des peuples et de la souveraineté des états . Hallucinant quand on y pense ! Z 

A l’appel des Etats-Unis, malgré les hésitations de Trump, Macron et May ont mis nos pays à la solde des intérêts atlantistes. Sans accord du Conseil de sécurité de l’ONU, en conséquence d’une rumeur à la réalisation de laquelle la Grande-Bretagne a elle-même contribué. Finalement, une centaine de missiles a été envoyée en Syrie, les deux tiers détruits par le système de défense aérien syrien et des bâtiments vides ont terminé en poussière. La Russie cherche encore la participation française, qui n’est pas apparue sur leurs radars … L’on craignait une Troisième Guerre Mondiale, l’on a eu une petite revanche d’egos surdimensionnés. Le sursaut d’un système condamné. Et qui le sait.

Les dernières déclarations de D. Trump et de ses porte-paroles, qui annonçaient que différentes options étaient à l’étude, laissaient planer un doute sur la réalisation des frappes aériennes, surtout que les experts de l’OIAC se sont finalement décidés à aller en Syrie voir ce qu’il en était de la fameuse attaque chimique de Douma. Et c’est à ce moment que les USA, accompagnés de la France et de la Grande-Bretagne, décident de tirer. Justement lorsque ces experts sont à la frontière syrienne, comme s’il fallait à tout prix les empêcher d’entrer et de voir. Alors, dans la nuit, une centaine de missiles sont envoyés sur le pays. Mais la perspective de la guerre fait peur, la Russie est largement présente sur le sol syrien. La France prévient donc la Russie des frappes, des lieux, des heures. Et tous en coeur de répéter, les uns à la suite des autres, dans une litanie macabre et lassante: la Russie est coupable, Assad est un monstre, nous ne voulons pas la guerre contre la Russie, les frappes n’étaient pas dirigées contre Assad. 

Ces pays lancent des avions, des navires de guerre dans un conflit sans vouloir la guerre. Ils bombardent sans vouloir tuer. Mais qui sont ces dirigeants d’opérette? Ces dirigeants twitterisés, facebookés. Des dirigeants incapables d’appréhender le réel dans sa complexité.

Pourquoi? Des besoins intérieurs, des exigences d’images

Chacun des trois protagonistes avait besoin de ces actions. Elles ont donc eu lieu. Et cela n’a rien à voir avec l’utilisation présumée et non prouvée d’armes chimiques, les droits de l’homme ou autres fétiches du jour.

Macron a voulu revêtir les oripeaux des chefs de guerre. Pour le plus grand bonheur de la presse française, qui s’est pâmée dans un orgasme collectif. Et faire ainsi oublier la contestation populaire montante.

Снимок экрана (586)

May s’est embourbée dans son Skripal, il faut faire montrer la pression pour faire oublier les échecs passés. Quant à Trump, pas très chaud dans les actes, brûlants en parole, il ne pouvait plus perdre la face et lâche du mou à l’international en espérant pouvoir un minimum gouverner à l’intérieur.

Des frappes illégales

Mais le Conseil de sécurité n’a pas suivi, la Russie et la Chine n’ont pas autorisé les frappes. Ce qui irrite totalement le ministre des affaires étrangères français, si l’on en croit la bande-annonce de pure propagande justifiant l’intervention militaire française. Un relent de Maréchal nous voilà!

Снимок экрана (588)

Donc sans autorisation du Conseil de sécurité, qui rappelons-le, prend ses décisions non pas à la majorité mais à l’unanimité, seule garantie de la souveraineté des Etats, trois des membres permanents sont partis en guerre.

Des frappes illégitimes

Faute de légalité, nos joyeux lurons ont voulu jouer la carte de la légitimité, c’est-à-dire de la conformité des actions non pas au droit, mais aux valeurs. Assad attaque son peuple aux armes chimiques et est protégé par la Russie, il faut agir.

Снимок экрана (584)

Снимок экрана (585)Le seul problème est que ces frappes interviennent juste après que le ministère de la défense russe ait démontré lors de son briefing devant la presse le montage de l’affaire des soi-disant victimes à Douma par les Casques blancs et l’organisation médicale américano-syrienne. Avant déjà, la porte-parole du ministère des affaires étrangères russe, Maria Zakharova, avait signalé que la Russie s’était adressée aux ONG en question pour savoir dans quels hôpitaux étaient soignées les victimes, où étaient les corps de ces victimes et quelle en était la liste. Aucune information. A part la bande vidéo virale qui s’est emparée du net et des médias.

Or, il apparaît que la Russie a retrouvé un des soignants qui s’était trouvé sur les lieux et qui déclare que tout à coup, des inconnus sont entrés dans l’hôpital en criant à l’attaque chimique, tenant des caméras. Les gens se sont précipités pour s’arroser d’eau. Les médecins de l’hôpital de leur côté, ont déclaré qu’il n’y avait aucune trace d’arme chimique. Le ministère de la défense russe a ajouté qu’il détenait des preuves de l’implication de la Grande-Bretagne dans la mise en oeuvre de cette provocation sordide.

Donc, pas de décision internationale qui donnerait un cadre légal, ni de fondement moral puisque l’attaque est un Fake.

Peut-être est-ce pour cela que finalement, l’acte de guerre n’a pas été très … guerrière. Que la Russie a été prévenue, selon les dires de la France.

Une opération militairement ratée

Selon les acteurs de cet acte de bravoure sans précédent (il faut quand même beaucoup de courage pour bombarder de nuit), l’opération est un grand succès.Снимок экрана (583)

Position répétée à loisir par les « alliés ». Pourtant, un rapport du ministère de la défense russe entre désagréablement – pour nos amis bellicistes – dans le détail. Et comme disait J.-P. Sartre, une guerre racontée en détail, on ne sait plus ce qui la différencie d’une défaite.

L’on apprend ainsi que les systèmes de défense syriens, qui datent encore de l’époque soviétique, ont descendu les deux tiers des missiles lancés contre le pays, qu’aucun aérodrome n’a été touché. Que des cibles civiles ont été touchées, notamment trois bâtiments qui servaient, avant qu’Israël ne commence à les prendre pour cible, à la recherche et à l’enseignement. Mais justement en raison des différents raids d’Israël, ces bâtiments étaient totalement vides. Les USA, la Grande-Bretagne et la France peuvent se féliciter de les avoir détruits.

En ce qui concerne plus particulièrement la participation de la France, des questions se posent. Dans les médias, les déclarations, nous sommes au sommet. Pour 16 millions d’euros, quand même:

Sur les 105 missiles tirés sur des installations syriennes par la France, les États-Unis et le Royaume-Uni, 12 l’ont été par les forces tricolores. Dans le détail, 9 missiles Scalp, d’une portée de 250 km, ont été tirés par les 9 avions Rafale engagés et 3 missiles de croisière navals MdCN, d’une portée de 1000 km et « d’une précision de l’ordre du métrique », ont été tirés par la frégate multimissions Aquitaine, déployée en Méditerranée orientale.

Et maintenant, si l’on compare avec le rapport présenté par les forces russes. Eux n’ont malheureusement pas remarqué la participation annoncée des forces françaises … Ils nous font le décompte des missiles britanniques et américains qui sont arrivés vers la Syrie, aucun des missiles tirés par les avions n’a pu être aperçu … car les avions eux-mêmes n’ont pas été remarqués. Quant aux 3 missiles tirés depuis la frégate… les autres bâtiments de « nos alliés » sont bien cités, mais lui … également absent.

Et pour ceux qui ont des doutes quant à la véracité de la destruction des « missiles démocratiques et salvateurs », dont les médias occidentaux ne disent un mot, les réseaux sociaux commencent à sortir des photos, mais qui elles étrangement ne sont pas reprises par nos journalistes, tant avides de justice:

Снимок экрана (589)

Réaction mesurée de la Russie

Face à cela, la Russie a décidé de réagir mesurément: on ne déclenche pas une guerre mondiale pour 5 blessés (puisque les 103 missiles ont fait … 5 blessés) et des bâtiments vides détruits.

Le président russe a qualifié les frappes menées par les USA, la Grande-Bretagne et la France d’acte d’agression contre un pays souverain, à l’avant-poste de la lutte contre le terrorisme, acte commis en violation du droit international. Le ministre des affaires étrangères S. Lavrov souligne le danger de destruction du système international sous l’effet de la violation constante de ses règles élémentaires.

La réunion du Conseil de sécurité n’a évidemment débouché sur aucune résolution: les trois pays agresseurs criant à la légitimité de viser « le régime syrien« . Comme s’il ne s’agissait pas d’un pays avec des gens, mais d’une chose abstraite, « un régime », et forcément mauvais. Pour reprendre les paroles du représentant russe Nebenzia, en quoi bombarder les aérodromes d’un pays luttant contre le terrorisme va aider à la lutte contre le terrorisme, ce n’est pas très clair …

Pour sa part, le ministère de la défense russe envisage à nouveau la possibilité de livrer à la Syrie et à d’autres Etats se trouvant en difficulté le système de protection aérien S300.

Le résultat de cette opération est plus que mitigé. A ce niveau, il n’est pas mitigé, il est simplement déplorable. En ce qui concerne la Syrie, ne supportant de voir leur défaite et leur mise à l’écart du processus de règlement politique, les Etats-Unis aidés par les pays dont les dirigeants en avaient le plus besoin sur le plan intérieur, ont voulu reprendre la main. Même si l’OTAN et l’UE les soutiennent, car ils soutiennent la position atlantiste, dans les pays européens (et ailleurs), les forces politiques se divisent.

La France a remplacé l’Allemagne dans le coeur des atlantistes et s’est allongée comme une prostituée toute enjouée. La Grande-Bretagne a désespérément besoin d’un ennemi, rien de tel que la Russie, pour faire oublier les scandales intérieurs et la dégradation. D’une manière générale, l’on assiste à la dégradation du politique, car nos populistes ont oublié que la politique est une affaire de professionnels, pas de business man, pas de la société civile, mais de professionnels.

Sur le plan intérieur, Trump a voulu sauver la face sans faire réellement la guerre. Il ne s’agit pas d’une action d’envergure de plusieurs jours comme le demandaient les militaristes, ni d’une intervention au sol. Le conflit direct avec la Russie fait peur, il ne veut pas d’une guerre, Mattis non plus, mais veut garder la face faute de pouvoir réellement diriger ce pays, tenu par des élites qui le rejettent. Il tente le compromis à l’extérieur pour garder la main sur la politique intérieure. Que ce pari soit un pari gagnant, il y a peu de chances. Qu’il tente de limiter les dégâts à l’international en faisant plus de gesticulations que de réelles et dangereuses actions, oui. Mais il n’a objectivement ni la force ni les moyens de mettre en place une véritable politique extérieure, il n’y a aucune stratégie, seul de l’empêchement.

Le problème est que le véritable ennemi reste la Russie, pas la Syrie, ou les terroristes. Il faut continuer à la discréditer pour reprendre la main. Mais en radicalisant le discours et le comportement, l’Occident se discrédite de plus en plus. Se renie.

Finalement, c’est la fin d’un monde. Sans qu’un nouveau ne soit arrivé. En effet, l’ONU ou l’OTAN sont en échec. Mais l’on ne change pas un système international lorsque le conflit existe. Car même sans tanks et avec de fausses attaques, le conflit existe réellement. A la fin de celui-ci, l’on pourra mettre en place un nouvel ordre international. Pour l’instant, les acteurs principaux se battent pour gagner leur place dans un hypothétique schéma à venir. Tout cela semble d’autant plus chaotique qu’ils ne savent pas ce qu’il sera. Mais sans combat aujourd’hui, ils seront absents demain.

Karine Bechet-Golovko

source

 

Étiquettes : , , , , ,

Se dirige-t-on vers la création d’un ADN synthétique humain ?

Dans le cadre d’un événement baptisé Genome Project-Write qui s’est tenu les 9 et 10 mai à New York, près de 200 chercheurs de premier plan en génétique et en bio-ingénierie se sont réunis pour discuter des prochaines échéances à venir concernant la création d’un ADN synthétique humain.

La manipulation des éléments fondamentaux de la vie est l’un des plus grands débats éthiques de la science. Lancé en 1990 et achevé en 2003, le Human Genome Project (HGP) a déjà permis de décoder le premier génome humain, mais les chercheurs ne le comprennent pas complètement. Ce projet-ci est donc considéré comme la prochaine étape logique selon les chercheurs qui partent aujourd’hui à la pêche aux financements dans le but de produire de l’ADN végétal synthétique, animal et finalement humain. Pour ce faire, les chercheurs ont besoin de cent millions de dollars, et d’après la chaîne CNBC, le projet pourrait être mené à bien dans les cinq prochaines années.

Les chercheurs impliqués dans cet ambitieux projet se disent « impatients de pouvoir communiquer sur cette collaboration ouverte et internationale pour approfondir notre compréhension de la science du génome », comme l’assure Nancy J. Kelley, coordinatrice du projet. Ce dernier avait pourtant suscité une vive controverse lors d’une première « rencontre » organisée il y a un an qui n’avait concerné qu’un groupe restreint d’experts invités uniquement à tenir des pourparlers à huis clos. Cette année, les chercheurs veulent donc encourager le public à s’intéresser au sujet et à s’immiscer dans le débat. « Lorsque nous touchons à l’humain, tout le monde a une opinion et veut que sa voix soit entendue. Nous voulons entendre ce que les gens ont à dire », explique le généticien et biochimiste Jef Boeke, du NYU Langone Medical Center. Selon lui, incorporer de l’ADN synthétique dans des cellules mammifères (dont humaines) serait être possible dans quatre ou cinq ans.

En mars, ce même chercheur partageait les détails d’un projet annexe, supervisant des centaines de scientifiques qui travaillent ensemble pour synthétiser un génome de levure artificielle, qui devrait être terminé d’ici la fin de cette année. Il y a bien sûr un écart entre la synthèse réussie de l’ADN d’une levure et la création d’un ADN humain artificiel conçu à partir de rien, mais l’objectif principal est ici de comprendre comment synthétiser des codes génétiques comparativement simples (tels que l’ADN microbien et l’ADN végétal), avant de passer à l’Homme.

Notons qu’en plus de synthétiser de l’ADN végétal, animal et humain, l’objectif du projet est également de réduire le coût des génomes d’ingénierie, en proposant la synthèse d’ADN par paires à un centime (le prix actuel étant de dix centimes) compte tenu des trois milliards de paires que contient le génome humain. Cela permettrait de débloquer le développement de potentiels traitements médicaux dédiés aux maladies comme le cancer, les maladies génétiques.

Source

 
Poster un commentaire

Publié par le 19 mai 2017 dans général, Insolite, Sciences

 

Étiquettes : , , , , , ,

Insultes, verrouillage, pression : Les journalistes inquiets depuis l’arrivée de Macron

Insultes, verrouillage, pression : la communication de l’Élysée sur le banc des accusés

Insultes, verrouillage, pression : la communication de l’Élysée sur le banc des accusés

Depuis quelques jours, la polémique enfle : la communication sans faute d’Emmanuel Macron cacherait-elle un verrouillage qui menace la liberté de la presse ? Dernier éclat en date : le choix des journalistes autorisés à suivre le chef d’Etat en déplacement imposé par l’Élysée. Un choix démenti par la présidence.

L’Elysée assure ne pas avoir cherché à “imposer un journaliste plutôt qu’un autre” lors du déplacement du chef de l’État au Mali. C’est la réponse donnée par l’équipe du nouveau président aux sociétés de journalistes de plusieurs grands médias.

Plusieurs quotidiens français ont en effet publié jeudi une lettre ouverte, intitulée  “Monsieur le président, il n’appartient pas à l’Elysée de choisir les journalistes”, pour protester contre l’organisation de la communication du nouveau président de la République.

Ils pointaient du doigt notamment le fait que ce soit la présidence qui choisisse les journalistes autorisés à l’accompagner lors de son premier déplacement au Mali ce vendredi. “Aucun de vos prédécesseurs ne s’est prêté à ce genre de système, au nom du respect de la liberté de la presse”, écrivent-ils.

“L’Élysée n’entend pas faire le travail des rédactions”

Dans son courrier adressé ce vendredi à Reporters sans frontières (RSF), la présidence indique : “Il va de soi que nous avons ouvert l’option aux rédactions mais jamais imposé un journaliste plutôt qu’un autre (…). Les journalistes qui se sont inquiétés peuvent se rassurer : l’Élysée n’entend pas faire le travail des rédactions”.

Selon le courrier cité par RSF, l’Élysée affirme que sa démarche “est le contraire d’une démarche de fermeture : elle est une démarche d’ouverture”.

Il y est expliqué que le chef de l’État “est très attaché au traitement de fond des sujets et souhaite ouvrir l’Élysée aux journalistes sectoriels qui portent sur l’action présidentielle un autre regard. C’est dans cet esprit qu’il a été proposé aux rédactions d’élargir aux journalistes spécialisés Défense ou Diplomatie le voyage officiel auprès des forces armées”. Sous-entendu que ce ne soit pas seulement les journalistes politiques qui suivent le chef de l’État.

Il s’inspire d’Obama

Cette polémique pourrait retomber comme un soufflé s’il n’y avait pas d’autres signaux de verrouillage plus inquiétants. Alors la communication d’Emmanuel Macron va-t-elle trop loin ? C’est la question à laquelle tentent de répondre des journalistes dans une enquête publiée dans M le magazine Le Monde.

Ils décortiquent le système de communication autour du candidat, qui s’inspirerait grandement du précédent Obama, ce président cool et irréprochable sur papier glacé.

Mais comme pour le président américain, cette image parfaite a un revers : celui d’un verrouillage extrême de la communication avec un conseiller de l’Èlysée parfois prêt à décrocher son téléphone pour injurier les journalistes…

“Gros connard”

Deux exemples sont cités dans l’article. Le premier remonte au soir du premier tour et au traitement de l’affaire de la Rotonde, du nom de cette brasserie parisienne parfois comparée au Fouquet’s de Nicolas Sarkozy.

Le lendemain, selon le magazine M, le directeur de la communication d’Emmanuel Macron, appelle l’émission Quotidien, et “l’animateur de l’émission, se fait agonir par Sylvain Fort. ‘Gros connard.’ ‘Débile profond.’ (après lecture le 18 mai, l’intéressé dément le deuxième terme)”. Sylvain Fort confirme donc implicitement avoir usé du premier à l’endroit de Yann Barthès…

Michel Field également aurait fait les frais de la nervosité du même Sylvain Fort. Au soir du second tour, ce dernier aurait reproché à France 2 de ne pas consacrer toute sa soirée à la victoire d’Emmanuel Macron et de diffuser par exemple le discours de Jean-Luc Mélenchon en direct.

Source

Les journalistes inquiets depuis l’arrivée de Macron

Une quinzaine de rédactions, dont « Le Monde », signent une lettre ouverte au président de la République afin de lui « transmettre nos inquiétudes quant à l’organisation de la communication présidentielle ».

Vous effectuez demain votre premier déplacement de chef d’Etat au Mali. Avant votre décollage, nous souhaitons vous transmettre nos inquiétudes quant à l’organisation de la communication présidentielle qui est en train de se mettre en place depuis votre entrée en fonction.

Pour des raisons de place ou de sécurité, nous comprenons la nécessité de constituerdes pools de journalistes – parfois, et à condition que toutes les rédactions y aient accès selon un roulement établi. En revanche, il n’appartient en aucun cas à l’Elysée de choisir ceux d’entre nous qui ont le droit ou non de couvrir un déplacement, quel qu’en soit le thème (défense, diplomatie, économie, éducation, social…). Ce n’est pas au président de la République, ou à ses services, de décider du fonctionnement interne des rédactions, du choix de leurs traitements et de leurs regards. Ce choix relève des directions des rédactions et des journalistes qui la composent, qu’ils soient permanents ou pigistes, JRI ou reporters, photographes ou dessinateurs.

Aucun de vos prédécesseurs ne s’est prêté à ce genre de système, au nom du respect de la liberté de la presse. Alors que la défiance pèse de plus en plus sur l’information, choisir celui ou celle qui rendra compte de vos déplacements ajoute à la confusion entre communication et journalisme, et nuit à la démocratie.

Les sociétés des journalistes de l’AFP, BFM TV, Europe 1, Le Figaro, France Info,France Inter, Libération, les JT de M6, Mediapart, Le Monde, Le Parisien, Le Point, RFI, RMC, Télérama, TF1

Jean-Philippe Baille, directeur de la rédaction de RTL

Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières

Guillaume Dubois, directeur de L’Express

Johan Hufnagel, directeur des éditions de Libération

Luc Bronner, directeur de la rédaction du Monde

David Pujadas viré du 20 heures. L’effet Macron ?

Convoqué par les dirigeants de France  Télévisions, David Pujadas s’est vu signifier son limogeage. Le présentateur du 20 heures de France 2, dont les audiences étaient pourtant excellentes, paye, semble-t-il ses mauvaises relations avec le patron de l‘info du groupe, Michel Field. Des négociations sont en cours quant aux modalités de son départ de la chaîne.

Il se dit qu’Anne-Sophie Lapix est la première sur la liste pour remplacer l’emblématique D. Pujadas qui aura été le visage des français durant plus de 16 ans.

Tout l’équipe du 20 heures semaine est également écartée. Trois jours après l’investiture d’Emmanuel Macron et du très écolo Edouard Philippe, l’heure est au grand nettoyage sur les chaînes de TV publique.

 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Création d’un quartier général des armées en Europe : L’armée française passe sous le contrôle de « forces non françaises »

L’armée française a remplacé cette année son Famas par un fusil d’assaut allemand : Tout est dit …

L’armée européenne avec quartier général basé à Bruxelles, à côté du quartier général de l’OTAN, doit être constituée dès le mois de mars 2017. L’armée française passe de manière définitive sous le contrôle de forces non françaises. La ministre allemande de la Défense Von der Leyen, elle, jubile.

En effet, l’armée française avec sa longue tradition, semble passer définitivement sous commandement non français. Berlin, qui a obtenu de l’OTAN un commandement militaire pour l’Europe centrale, obtient depuis la réunification de l’Allemagne des succès politiques, diplomatiques et stratégiques et aussi militaires.

Avec la création de cette nouvelle administration militaire, la France s’efface de plus en plus comme puissance militaire dans le monde. Berlin et les agences de presse allemandes sont aux anges.

De mars 2017 à juin 2017. Durant cette période le nouveau commandement militaire basé à Bruxelles doit s’organiser pour mener de nouvelles opérations en Afrique aussi.

La décision a été prise lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères et de la Défense. Il a été décidé d’éviter d’employer le mot « quartier général des forces armées européennes » car cela choque les populations et certains responsables politiques.

Mais il est bien question d’un quartier général dit européen à côté du quartier général de l’OTAN pour prendre le commandement des armées des pays européens. Cette initiative rogne encore plus la souveraineté des pays européens en les privant de leur pouvoir militaire.

D’après les déclarations de Sigmar Gabriel (SPD), nouveau ministre des Affaires étrangères de Berlin, ce nouveau quartier général des armées en Europe devrait passer sous le contrôle allemande, c’est ce que nous pouvons clairement comprendre en lisant la dépêche de presse publiée dans le Spiegel.*

« Sigmar Gabriel déclare que cela est un grand pas pour consolider la politique commune de sécurité et de défense de l’UE ». « L’Allemagne peut disposer des collaborateurs pour la constitution de ce commandement militaire », a déclaré la ministre de la Défense Von der Leyen.

Source 

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :