RSS

Archives de Tag: du cours de l’or

UBS anticipe un net rebond du cours de l’or

Graphique du cours de l'or en données journalières

Pour le moment l’or ne joue plus son rôle de valeur refuge est sorti de son marché haussier débuté en 2015 (je ne parle pas du marché haussier à long terme), donc je dis attention on risque d’avoir une grosse accélération baissière (pour l’or en dollar, sachant que l’euro ne cesse de baisser face au dollar, donc bon pour l’or en euros) . C’est vraiment à surveiller de prés . En ce moment il est pénalisé notamment  par la pause dans la guerre commerciale et une hausse du dollar . Rester sous la ligne de tendance haussière qui a émergé en 2015 n’est pas bon du tout . Mais il y a pas mal d’ arguments pour un rebond et une hausse de l’or … Il serait temps que les Chinois répondent aux US dans la guerre commerciale par exemple, la situation géopolitique est trés instable , l’Europe est en sursis , etc … Z 

Selon les analystes d’UBS, une escalade dans le conflit commercial initié par les États-Unis profiterait au métal précieux, considéré comme une valeur refuge en cas de crise. L’avènement d’une véritable guerre commerciale pourrait propulser l’once au-delà de 1.400 dollars.

Jusqu’à présent, l’once d’or cotée à Londres n’a pas vraiment profité de la montée des tensions.

Au contraire, elle a même reculé de 11% depuis un plus haut d’un an établi le 11 avril dernier à 1.365,2 dollars. Un phénomène qui s’explique notamment, selon les analystes d’UBS, par l’appréciation du dollar sur la période (+7% par rapport à l’euro).

Mais, dans une étude publiée le 26 juillet dernier, les spécialistes de la banque suisse estiment qu’une nouvelle escalade dans le conflit commercial qui oppose les États-Unis au reste du monde (principalement l’Union européenne et la Chine) pourrait entrainer un net rebond du prix du métal jaune.

Selon ce scénario, l’once d’or pourrait se reprendre de 12% sur le niveau actuel de 1.218 dollars, pour dépasser les 1360 dollars l’once.

En cas d’éclatement d’une véritable guerre commerciale, UBS prévoit même une hausse au-delà de 1.400 dollars, potentiellement jusqu’à 1.470 dollars (qui correspond à son hypothèse la plus «optimiste»).

1.330 dollars en 2019 ?

En dehors de ces deux scénarios, le courtier anticipe tout de même un rebond du cours de l’or.

Selon ses prévisions, l’or devrait afficher un prix moyen de 1.315 dollars cette année puis de 1.330 dollars en 2019, 1.350 dollars en 2020, 1.370 dollars en 2021 et enfin les 1.400 dollars seraient rejoints en 2022.

Concernant le cours de l’argent, qui se situe actuellement autour de 15,40 dollars, les analystes d’UBS prévoient un prix moyen de 16,80 dollars sur l’ensemble de 2018 puis de 17,90 dollars en 2019.

source

Résultat de recherche d'images pour "cours de l'or long terme"

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 30 juillet 2018 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Gerald Celente : Voilà à quoi vous devez vous attendre après cette chute abrupte du cours de l’Or

Comme le précise Simone Wapler , il ne faut pas oublier les fondamentaux :

L’endettement américain n’a jamais été aussi considérable et vient de battre deux records à l’issue de l’année fiscale 2016. Pour les amateurs de précision, voici les chiffres.

Dette totale 19 573 444 713 936,79 dollars. (Admirez la précision comptable)

Hausse de 1 422 827 047 452,46 dollars par rapport à la clôture de l’année fiscale précédente.

7,5% du PIB américain. A titre de comparaison, le plan Marshall, qui permit de reconstruire intégralement l’Europe de l’ouest en 1948 après la Seconde Guerre mondiale, a coûté 12 milliards de dollars, soit 4,3% du PIB américain de l’époque, commente le site sovereignman.com.

Le FMI et la Banque des règlements internationaux s’inquiètent pour le système bancaire européen en perdition. Le FMI et la Banque des règlements internationaux s’inquiètent du niveau élevé de la dette des pays développés.

La Chine vend ses réserves monétaires (qui ne sont rien d’autre que la dette de ses clients occidentaux)

L’Arabie Saoudite emprunte sur les marchés pour boucher ses trous budgétaires, le pétrole ne lui suffit plus pour vivre.

Plus personne ne semble avoir vraiment une idée claire de ce que sont la monnaie, la dette…

Pendant ce temps, les investisseurs chinois, qui ont toujours acheté dans les creux, célébraient leur semaine de congé nationale et les marchés étaient fermés

Peut-être que les Chinois en vacances nous ont donné une opportunité historique d’acquérir de l’or avant la débâcle monétaire qui s’annonce.

Une éventuelle remontée des taux directeurs, ou une diminution des rachats obligataires de la Banque centrale européenne ne doivent pas nous faire perdre de vue l’essentiel. La rémunération de votre épargne est inférieure à l’inflation ; les banques centrales seront incapables de lutter contre une poussée d’inflation ; assureurs-vie et fonds de pension risquent l’asphyxie et votre épargne risque de se retrouver bloquée.

Gerald Celente : Voilà à quoi vous devez vous attendre après cette chute abrupte du cours de l’Or

L’américain Gerald Celente, fondateur du Trends Research en 1980 est l’un des meilleurs prévisionnistes au monde. Rappelons qu’il a prédit le crash de 2008, et croit que nous allons bientôt assister à l’effondrement du marché financier mondial. Il prévoit « un tremblement de terre économique qui aura des répercussions à travers le monde »

Alors que le chômage repart à la hausse aux États-Unis pour le mois de Septembre et que les médias continuent de déverser leur propagande et de mentir au monde entier, aujourd’hui, Gerald Celente nous explique sur kingworldnews à quoi s’attendre après cette chute abrupte du cours de l’Or

Gerald Celente: En baisse depuis les 1350 dollars l’once, l’Or continuait toujours d’évoluer au dessus des 1300 dollars jusqu’à mardi, et puis d’un coup, il s’est mis à chuter brutalement. L’or a plongé de plus de 40 dollars, enregistrant sa plus forte baisse sur une seule journée depuis 2013. Jeudi, après avoir baissé pendant 8 séances consécutives, l’Or venait d’atteindre un plus bas de 4 mois…

Est-ce le début de la fin du rallye haussier du cours de l’Or ? Est-ce le moment de paniquer et de vendre afin de réduire ses pertes ?

En tant que prévisionniste et non pas en tant que conseiller en placement, nous analysons les données économiques disponibles afin de déterminer ce qui motive les mouvements de marché et pas s’il faut acheter ou vendre. Du coup, l’analyse communément acceptée en fonction des données quantifiables du marché actuel conduisent à une baisse du cours de l’Or, et bien que les fondamentaux à court terme soient baissiers sur l’Or, nous maintenons nos prévisions à savoir que si l’Or venait à franchir vigoureusement à la hausse les 1400 dollars l’once, nous prévoyons une montée en flèche du cours de l’Or jusqu’à 2 000 dollars l’once.

Pourquoi ?

Est-ce que les mauvaises données économiques sont la cause de cette baisse du cours de l’Or ? Bien sûr que non ! Les marchés actions ont principalement les yeux braqués sur les Etats-Unis, qui, bien qu’étant la plus grande économie au monde, elle ne représente que 5% de la population mondiale. Aujourd’hui, les chiffres sur l’emploi américain étaient très attendus et c’étaient quasiment les seules données économiques qui pouvaient permettre de déterminer si le cours de l’Or allait augmenter ou baisser. Le consensus général anticipait plus de 175.000 créations d’emplois, ce qui augmenterait les chances de voir la réserve fédérale américaine augmenter les taux d’intérêt avant la fin de l’année 2016. Ainsi, une hausse des taux d’intérêt rendrait d’autres actifs plus rentables et donc plus attrayants que l’Or.

Par conséquent, comme peuvent le montrer les dernières informations économiques de la semaine aux Etats-Unis, la principale raison qui soit à l’origine de la baisse du cours de l’Or au cours des dernières semaines n’a rien à avoir avec les dernières données économiques, mais plutôt au refrain constant de la Fed sur une hausse des taux. De façon presque quotidienne, les membres du FOMC (Comité fédéral des marchés ouverts de la Fed) n’ont pas arrêté de marteler un peu partout qu’une hausse des taux d’intérêt allait bientôt intervenir.

Les véritables données qui elles ne sont pas relayées

Bien que l’on vous raconte que les données économiques soient bonnes aux Etats-Unis, le taux de chômage a légèrement augmenté en Septembre et les 156.000 créations d’emploi étaient inférieures aux attentes. Et à l’échelle mondiale, les nouvelles sur le front économique ne cesse de s’aggraver, ce qui renforce nos prévisions sur une augmentation du cours de l’Or à long terme.

Par exemple, la semaine dernière, l’Organisation mondiale du commerce (OMC) avait fortement abaissé mardi 27 Septembre 2016 sa prévision de croissance du commerce mondial pour 2016, prévenant qu’il s’agira de « la plus lente depuis la crise financière » et qu’elle aura des conséquences « dramatiques ». Lundi, l’Institut Brookings reprenait l’une de nos top tendances pour 2016 à savoir la «récession mondiale», expliquant que l’économie mondiale « replonge dans le marasme. » Puis, mercredi, le Fonds monétaire international abaissait ses prévisions de croissance mondiale des pays développés tout en avertissant sur l’endettement mondial qui se situe à un niveau record étant donné qu’il s’élève à 152.000 milliards de dollars et qu’il constitue une grave menace pour l’économie mondiale.

Nos anticipations:

Le cours de l’Or a baissé cette semaine alors qu’en Chine (L’un des plus grands acheteurs d’Or au monde), les marchés actions étaient fermés du fait de la Golden Week, qui est une semaine de vacances accordée pour la fête nationale. Bien que le cours de l’Or vient de chuter, dans ce climat de forte instabilité économique et géopolitique, le statut de valeur refuge que procure l’Or va s’en trouver renforcé et verra sa valorisation augmenter. »

Source 

 
Poster un commentaire

Publié par le 10 octobre 2016 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Ronald-Peter Stoferle : une nette réévaluation à la hausse du cours de l’Or se profile à l’horizon

A Significant Upward Revaluation Of Gold Is Now On The Horizon

Selon Ronald-Peter Stoferle, nous devrions assister à une réévaluation significative du cours de l’Or.

Afin d’éviter un effondrement du crédit, qui serait fatale pour le système monétaire, les banques centrales ont tenté d’amortir la crise financière mondiale par une politique monétaire toujours plus accommodante. Rappelez-vous, la Fed avait abaissé les taux d’intérêt à zéro à la fin de l’année 2008 et avait aussi commencé son premier programme d’assouplissement quantitatif (Planche à billets). Le soi-disant effet de richesse apporté par cette politique monétaire devait jouer un rôle déterminant: Les consommateurs étaient censés retrouver la confiance en raison de la hausse du cours des actions, et être tentés d’accroître leurs dépenses…

Cependant, tout ceci n’a absolument rien donné. Au contraire, c’est bien en premier lieu la poursuite de cette politique qui nous a conduit à cette crise, et les chances de réussite de cette politique monétaire sont même négligeables.

En réalité, tout ceci n’a servi qu’à reporter les problèmes à plus tard: Ce qui s’est avéré être non profitable à l’économie réelle a été maintenu de manière artificielle et a même été étendu. Cette politique monétaire non conventionnelle n’a fait que créer une nouvelle inflation des prix des actifs et a relevé le niveau à partir duquel ils baisseront inévitablement.

Le graphique suivant montre que la tendance de l’indice S&P 500 dépend fortement des programmes massifs d’impression monétaire : Après la fin du QE1 et du QE2 le S&P 500 avait baissé et n’avait seulement retrouvé son élan haussier qu’une fois que la Fed avait indiqué qu’un autre programme de quantitative easing (Q.E – planche à billets) allait être mis en place. La sortie du Q.E 3 avait été mis en œuvre de manière moins brutale à l’aide du tapering (ralentissement progressif des achats de bons du Trésor et d’actifs par la Fed).kwn-stoferle-qe1-qe2-qe3-taperingEst-ce que la Fed sera capable de revenir à la normale monétaire sans nuire aux cours des actifs ? Est-ce que cette reprise économie auto-entretenue est capable de résister à une politique monétaire plus restrictive et donc plus stricte ?…

Le tapering à la fin du QE3 était déjà de facto la première étape d’une politique de resserrement monétaire. Ensuite, la petite hausse de taux en Décembre 2015 fut la deuxième étape. Cela a eu pour conséquence de rendre les marchés boursiers volatils: Depuis la publication de notre dernier bulletin, il y a déjà eu deux importantes corrections boursières.

Et maintenant, voilà dans quelle situation nous nous trouvons actuellement:

  • Actuellement, cette surévaluation artificielle des prix des actifs, conduit à un faible développement des activités productives, et freine l’investissement;
  • Les fortes baisses des prix des actifs ont tendance à se répercuter sur l’économie réelle et conduisent à des récessions comme en 2000 et 2008;
  • Les prix des actifs sont de plus en plus fragiles, et dépendent de la politique monétaire toujours plus accommodante.

Conclusion

Comme pour le légendaire Damocles, dont la vie ne tenait plus qu’à une épée maintenue au dessus de sa tête par un crin de cheval, une baisse des prix des actifs représente aujourd’hui une menace latente quant à cette reprise économique plus que fragile.

L’Or a connu sa meilleure performance trimestrielle depuis 30 ans au cours du premier trimestre de 2016. De nombreux indicateurs techniques et économiques suggèrent que le cours de l’Or avait traversé un cycle classique qui avait abouti à des ventes paniques et à un pic de pessimisme l’année dernière.

Notre analyse confirme l’opinion que nous avions déjà exprimé dans le bulletin de l’an dernier: Une réévaluation significative du cours de l’Or est à prévoir.  Notre objectif de cours pour Juin 2018 à 2300 dollars l’once peut paraître ambitieux. Nous sommes cependant fermement convaincus que les problèmes systémiques conduiront de plus en plus à un réexamen critique du système monétaire actuel. Dans le cas d’un tel changement de paradigme, une réévaluation significative du cours de l’Or à la hausse semble hautement probable.

Source

 
Poster un commentaire

Publié par le 16 septembre 2016 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Le pourquoi des meetings secrets de Le FED révélé ? Vers une libération du cours de l’or

Fabrice Drouin tente de donner une explication quant aux meetings secrets de la FED qui se multiplient : ils prépareraient la faillite d’un mastodonte TBTF comme DB (6 fois le PIB de la zone Euro en dérivés) , ce qui aurait de multiples répercussions collatérales sur les marchés où elle est positionnée (dérivés sur le silver) ou exposée – dont sur celui des MP. Ce serait pour ça que la banque commence à tout déballer sur le QE, sur la manipulation, etc.  C’est un scénario possible .

———————————————————————————

La Deutsche Bank a accepté de payer une amende pour mettre un terme à une attaque en justice venant d’un groupe d’investisseurs l’accusant, ainsi que d’autres banques, de manipuler le cours des métaux précieux.

https://www.goldbroker.fr/actualites/deutschebank-confirme-manipulation-marche-argent-reglement-judiciaire-accepte-impliquer-autres-banques-941​

https://www.goldbroker.fr/actualites/deutsche-bank-admet-egalement-avoir-manipule-prix-or-942

Deutsche Bank a également accepté de donner des informations sur les autres banques ayant participé à ces manipulations, donc d’autres révélations suivront.

Cette information est une reconnaissance de fait de manipulation directe du cours de l’or et de l’argent et de la participation de plusieurs grandes banques.

Nous avons maintenant peut-être une idée de l’objet de la réunion d’urgence exceptionnelle de la Fed en début de semaine. 

Deutsche Bank est  au centre de toutes les inquiétudes depuis quelques temps, premièrement de par la taille inquiétante de son portefeuille de produits dérivés et deuxièmement en raison de l’effondrement de son cours de bourse qui reflète presque parfaitement celui de Lehman Brothers avant sa faillite.

Tout comme le scandale de la manipulation du LIBOR, la participation de plusieurs banques dans la manipulation du cours des métaux précieux se confirme. Manipuler le cours du LIBOR (donc des taux d’intérêt) ne fait d’ailleurs aucun sens sans intervention sur le cours de l’or car, en théorie, dans un marché libre, des taux bas indiquent des risques inflationnistes et donc un cours de l’or élevé.

Cette révélation est d’autant plus étonnante que le régulateur américain, la CFTC, avait conclu une enquête en affirmant qu’il n’y avait pas de manipulation des cours en 2013. Un rebondissement donc qui devrait potentiellement conduire à la réouverture de cette enquête.

http://www.reuters.com/article/us-cftc-silver-idUSBRE98O0SR20130925

Le cours des métaux précieux n’a pas réagi à cette annonce aujourd’hui mais on peut se demander si un début de panique d’achat d’or et d’argent physique ne va commencer à se matérialiser en raison de la prise de conscience des investisseurs suite à cette confirmation de la manipulation des cours, mais également et surtout en raison de l’ouverture du Shanghai Gold Exchange le 19 avril, soit mardi prochain.

http://www.reuters.com/article/china-gold-fix-idUSL3N17G2W4

Le Shanghai Gold Exchange, contrairement au COMEX et au LBMA impose aux participants de livrer au préalable dans l’enceinte du marché les quantités d’or physique qui vont être négociées. Rien à voir donc avec un marché où des certificats or « papier » peuvent être échangés.

Le Shanghai Gold Exchange est donc un marché purement physique dont l’ouverture devrait avoir pour conséquence l’apparition de deux cours de l’or : le cours spot occidental et le cours spot « Chinois » plus élevé car réellement basé sur de l’or physique (donc avec des coûts et primes plus importantes que pour de simples contrat papiers).

La question est donc de savoir a quel niveau le SGE va fixer le cours de l’or physique ?

Si le niveau est plus élevé alors « l’arbitrage » entrera en jeu et drainera littéralement l’or physique des coffres du COMEX et du LBMA vers l’Asie et le SGE.

Pour bien comprendre : si le Shangai Gold Exchange fixe le cours de l’or physique 10% au dessus du cours spot occidental, alors des achats massifs sur le LBMA et le COMEX auront lieu, les investisseurs demanderont immédiatement la livraison physique de l’or pour le revendre 10% plus cher sur le Shangai Gold Exchange sans risque. Cela aura pour effet de vider les coffres d’or physique que ces deux marchés sont censés détenir.

L’apparition de deux cours va, à priori, rendre obsolète le cours « Occidental » et probablement mettre un terme aux marchés papier du COMEX, mais également du LBMA, où la majorité des participants ne fournissent pas l’or physique représentant les volumes de contrats qu’ils échangent. Un défaut de convertibilité des contrats en or physique sonnera la fin de ces marchés « papier ». C’est l’évènement que la communauté de l’or physique attend suite au lancement du Shangai Gold Exchange mardi 19 Avril 2016.

On peut également supposer que les sociétés minières décideront rapidement de vendre leur production à un cours plus élevé sur le SGE et non plus sur le marché de l’or « physique » de Londres (LBMA).

Il semblerait d’ailleurs que le CME, qui contrôle et organise le marché du COMEX aux États-Unis, se prépare à un problème majeur puisqu’un compte a été ouvert directement auprès de la Fed en son nom afin de pouvoir mieux contrôler les fonds apportés par les membres de la chambre de compensation (les grosses banques) pour prendre des positions spéculatives. Le CME semble se préparer à un défaut majeur de l’une des grandes banques participantes, parions à tout hasard sur un défaut de Deutsche Bank suite à sa faillite puisqu’elle possède la plus importante position sur les dérivés. (Des positions vendeuses sur le cours de l’argent sont considérées comme des dérivés).

https://www.goldbroker.fr/actualites/cme-prepare-faillite-eventuelle-comex-940

Rappelons aussi que l’Inde, plus gros consommateur d’or physique au monde, a récemment repris ses importations d’or après la fin de la grève des bijoutiers, phénomène qui devrait contribuer à pousser le cours de l’or à la hausse.

http://www.zerohedge.com/news/2016-03-21/critical-consumer-buying-gold-first-time-three-weeks

Observons attentivement  la convergence de ces phénomènes dans les semaines qui viennent car la « libération » du cours des métaux précieux se précise désormais de jour en jour.

Source

Afficher l'image d'origine

 
Poster un commentaire

Publié par le 18 avril 2016 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , ,

5 raisons incontestables pour une hausse du cours de l’or

Evolution Dow Gold ratio

Le métal jaune reprend du poil de la bête en ce début d’année 2016. La majorité des experts financiers pensaient que la hausse progressive des taux directeurs de la FED lui allait être fatale.

Quelques mois plus tard, c’est l’inverse qui s’est produit. Comme quoi, vous ne devez pas vous prendre leurs prédictions pour argent comptant. Il se pourrait que l’actuel rallye haussier de l’or se poursuit sur le long terme pour diverses raisons. Voici 5 raisons militant pour ce retournement de tendance.

Les fondamentaux du marché de l’or restent structurellement solides

L’évolution du cours de l’or vous fait croire depuis septembre 2011 que l’offre est excédentaire par rapport à la demande. En faisant preuve de bon sens, cela ressemble plus à un bullshit. Tout d’abord, l’or existe en faible concentration dans la croûte terrestre. Deuxièmement, la Chine rebat les cartes au niveau mondial.Enfin, les banques centrales sont acheteuses nettes depuis 2010. Par ailleurs, certaines banques centrales occidentales comme la Bundesbank demandent le rapatriement de leurs réserves d’or sur leur sol.

Une demande excédentaire à la production

Evolution demande-offre de l'or

Evolution demande-offre de l’or

En excluant le recyclage qui ne respecte pas les différentes de phases d’extraction d’or, la demande surpasse l’offre malgré un tassement durant les deux dernières années. Ceci est dû aux opérations anti-corruption en Chine et au développement d’un marché noir en Inde suite aux restrictions sur l’importation d’or. Au final, cette mesure a été finalement assouplie par le gouvernement indien.

Les banques centrales acheteuses nettes d’or : Le signe d’un nouvel ordre monétaire

Les banques centrales acheteuses d'or

Les banques centrales acheteuses d’or

A partir de la fin des années 1980 jusqu’en 2009, les banques centrales ont liquidé leurs réserves d’or sous prétexte qu’ils ne jouaient plus de rôle monétaire. Certaines les louaient aux banques de lingots afin que ses dernières puissent influencer le cours de l’or à la hausse ou à la baisse le moment venu sur le marché papier. Dans un souci de transparence, je dois avouer qu’il a été manipulé dans les deux sens jusqu’à ce jour pour un objectif précis qui est de défendre le monopole du dollar dans le système fiduciaire. Néanmoins, les forces de marché reprendront tôt ou tard le dessus en constatant cette fraude.

Depuis 2010, les banques centrales s’intéressent de nouveau à la relique barbare. Les banques centrales des pays émergents en achètent le plus possible pour se prémunir de la dépréciation du dollar. La Chine prépare déjà le terrain avec la naissance du Pétro-Yuan. De plus, l’intégration du yuan dans les DTS (Droits de Tirages Spéciaux) fin septembre 2016 l’incitera àposséder moins de dollars dans ses réserves de change en plus de sa stratégie opaque d’achat d’or. En quelque sorte, nous sommes en train de vivre devant nos yeux l’émergence d’un nouvel ordre monétaire dont les Occidentaux devront s’y résoudre.

La déflation est bonne pour le cours de l’or

La déflation existe structurellement depuis la fin des années 1990 avec l’arrivée des nouvelles technologies d’information qui ont bousculé les pans de l’économie traditionnelle et tendent les prix vers le bas. Elle s’est accentuée par le vieillissement de la population et mécaniquement cela génère moins de consommation. Les politiques monétaire accommodantes, contrairement aux idées reçues, ont eu des effets déflationnistes du fait que l’argent imprimé reste cantonné dans le circuit financier. Comme pièce à conviction, la vitesse de la monnaie en circulation aux États-Unis est au plus-bas historique.

Evolution de la vitesse de la monnaie USA

Evolution de la vitesse de la monnaie USA

Théoriquement, l’or baisse nominalement en cas de déflation modérée. Cependant, elle est le pire cauchemar pour les États lourdement endettés car la valeur de leur dette augmente et les rentrées fiscales diminuent. Personnellement, ce scénario est un risque à court terme pouvant s’auto-réalisé. Pour enrayer la solide tendance déflationniste, la FED pourrait ajuster violemment le cours de l’or à la hausse.

Les taux réels négatifs : Un soutien de poids pour l’or

Pour que le cours de l’or en dollar s’effondre brutalement sans faire l’objet de manipulation, il faudrait que les taux réels aux États-Unis soient largement positifs (si possible supérieure à 2 %). Cela signifie que le taux d’intérêts du Bon du trésor américain à 10 ans excède l’inflation . A ce jour, nous sommes légèrement au-dessus de la ligne de flottaison.

Selon la méthode de calcul de ShadowStats.com, l’inflation réelle (en bleu) est largement au-dessus par rapport à celui qui est publié officiellement (en rouge). Cela signifie que la FED est largement en retard pour contrecarrer les risques inflationnistes à venir et se base sur un modèle statistique défaillant. En vérité, les taux réels sont officieusement négatifs.

Inflation réelle aux USA

Inflation réelle aux USA

Secrètement, la FED veut à tout prix de l’inflation et donc des taux réels négatifs pour inciter les investisseurs à prendre plus de risques en sachant qu’on ne peut pas lutter pas contre elle. Au bout du compte, c’est bénéfique pour le métal jaune mais cela enfle la bulle des actifs financiers.

Le retour de l’hyperinflation : Une crainte pouvant émerger à long terme

A première vue, cela me semble farfelue au regard de la spirale déflationniste. Les politiques monétaires accommodantes des banques centrales ne produisent pas les effets espérés du fait que c’est le système financier qui se fait plein les poches. Cependant, les États ont un lourd fardeau en matière d’endettement. Pour le résorber, les banques centrales pourraient être tentées par plus de drogues monétaires sans limite qui viseront le peuple en causant une dépréciation excessive de la monnaie et une hausse vertigineuse des coûts d’importation des prix de l’énergie.

Au final, les conséquences seraient destructrices pour votre patrimoine massivement investi dans des placements soi-disant sans risque et participant au financement des États. A titre personnel, je ne souhaite pas que ce scénario se produise mais avec des gouvernements qui préfèrent la fuite en avant, prendre ses précautions est plus que nécessaire. D’où l’intérêt de bien vous éduquer financièrement.

Dans ce contexte extrême, mieux avoir des actifs tangibles ayant une valeur intrinsèque comme l’or. Il a l’avantage de ne pas appartenir à un organisme qui détruit sauvagement la valeur de la monnaie et sauvegarder votre pouvoir d’achat.

L’or est bon marché par rapport au marché actions

Evolution Dow Gold ratio

Evolution Dow Gold ratio

Le ratio Dow/Gold permet de se faire une idée de la cherté du cours de l’or par rapport au marché actions. Actuellement, il faut environ 15 onces d’or pour acheter le Dow Jones alors qu’une seule suffisait en 1932 et 1980. En termes d’interprétation technique, si ce ratio est proche de la parité alors l’or et le Dow Jones sont respectivement cher et bon marché.

En fonction des fondamentaux de l’économie réelle et des politiques monétaires nocives pour la valeur de la monnaie, le cours de l’or a plus de chances d’augmenter même si la manipulation sur le marché papier coule à flot. Ainsi, le voir converger au même prix que le Dow Jones n’est pas irréaliste.

L’or, une valeur refuge de circonstance

Malgré l’effondrement de son cours de 2011 à 2015, la frénésie acheteuse reste omniprésente car des investisseurs avertis prennent conscience de la perte de la valeur de la monnaie liée aux politiques monétaires accommodantes.

Enfin, les marchés haussiers naissent dans le pessimisme et grandissent dans le scepticisme. Le rallye haussier actuel en est une preuve et laisse perplexes la plupart des experts de la Bourse qui veulent s’accrocher à des vieilles branches. Techniquement, ce n’est que la première phase d’un bull market activée par les initiés.

Source

 
Poster un commentaire

Publié par le 7 avril 2016 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Un marché de l’or déboussolé – La chute du cours de l’or menace de nombreux groupes aurifères

Face à de telles forces contraires sur un marché comme celui de l'or, suivre ses fondamentaux s'avère souvent trompeur.

Face à de telles forces contraires sur un marché comme celui de l’or, suivre ses fondamentaux s’avère souvent trompeur. (Crédits : Capture d’écran)

Déboussolé est le mot ! Absence de tendance claire sur l’or , mais ça reste plutôt baissier à moyen terme . L’or monte : simple correction de contre tendance ou un retournement s’opère ?

L’or doit passer certaines résistances pour qu’on puisse parler de retournement , et la prochaine est à 1240 $ .

  » suivre ses fondamentaux s’avère souvent trompeur. » : il faut croire que c’est vrai, qu’est ce qui peut etre fondamental dans un marché en mouvement perpétuel, où les agents/acteurs tentent d’anticiper une suite d’événement plus ou moins probables, une anticipation qui devient structurante du marché, en produisant ses propres informations , actes, et …. événements ?

Ne pas prendre en compte cette « dynamique » du marché, en ne se basant que ce sur qui serait perçu comme « fondamental » est une erreur .

La Tribune nous rappel ce qu’on sait, à savoir que La chute du cours de l’or menace de nombreux groupes aurifères . Est ce que le « coût de production » va être le facteur qui stabilisera le marché ? 

La chute du cours de l’or menace de nombreux groupes aurifères

Après avoir perdu 60% de sa valeur en trois ans, l’or est passé sous 1.350 dollars, soit le coût de production moyen de l’once, fragilisant les groupes aurifères. D’importantes réductions de capacité de production sont à prévoir, notamment chez les groupes qui n’ont pas couvert leur production contre la baisse des cours.

La chute de l’or n’en finit pas d’inquiéter, et s’approche désormais d’un seuil dangereux. Après une chute de 60% en trois ans, les analystes craignent que l’or passe un seuil critique conduisant à de nouvelles réductions de capacités de production.

Depuis 18 mois, plusieurs mines ont ainsi déjà réduit voire suspendu leur production. Interrogé par Reuters, Joseph Foster, gérant chez Van Eck Global, estime que « 1.200 dollars est un seuil critique. L’industrie s’est organisée autour de ce seuil ».

« Si le cours de l’or tombe sous ce seuil, il y a un grand nombre de mines dans le monde qui vont vraiment connaitre des difficultés », a ajouté le gérant.

L’once (31,1 g) s’échangeait jeudi à 1.206 dollars, un plus bas de neuf mois. C’est inférieur au coût de production, qui se situe à 1.350 dollars, d’après le cabinet spécialisé des métaux GFMS. Ce coût était de 1.700 dollars il y a un an. Selon Citibank, 40% des producteurs d’or produisent à perte en ce moment.

Les producteurs ne se sont pas couverts

Depuis 2011, les acteurs du secteur ont perdu plus du tiers de leur capitalisation boursière. Et la plupart d’entre eux ne se sont pas couverts en vendant à terme, c’est-à-dire à un prix fixé à l’avance. Les conséquences pourraient donc être plus graves encore que lors de la précédente crise, dans les années 1990. A l’époque, les sociétés avaient pris la précaution de se couvrir. A titre de comparaison, seules 129 tonnes d’or sont couvertes actuellement, contre plus de 3.000 tonnes il y a vingt ans.

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/industrie-financiere/20140925trib570b7583e/la-chute-du-cours-de-l-or-menace-de-nombreux-groupes-auriferes.html

Un excellent papier ici . Z .

Un marché de l’or déboussolé

Le marché mondial de l’or est instrumentalisé par deux blocs rivaux, l’occident et les BRICS. Alors que les fondamentaux y sont malmenés, l’analyse comportementale peut-elle aider à le comprendre? Par François Assémat, directeur du MSc Marchés Financiers, groupe INSEEC, @SentinAM

Des puissances aux intérêts divergents s’affrontent sans merci sur le marché mondial de l’or. Il en résulte que celui-ci est probablement le plus « administré », voire instrumentalisé, s’écartant toujours plus de ses fondamentaux. Un terrain d’essai idéal pour la finance comportementale.

L’envolée de l’or, une menace suprême pour les pays occidentaux

Comprenons les enjeux: d’un côté les pays occidentaux, fortement endettés, entraînés dans une fuite en avant qui consiste à imprimer toujours plus de monnaie, mais dont la valeur se déprécie de jour en jour, provoquant une défiance de la population qui se réfugie vers les actifs tangibles.
Pour les banques centrales de ces pays, l’or est la menace suprême: l’envolée du métal, qui est aussi potentiellement un moyen de paiement et donc une devise, discréditerait définitivement dans l’opinion du public leurs systèmes monétaires fiduciaires fondés sur la confiance et… rien d’autre.

Le but de ces pays est la disparition pure et simple de l’or: à défaut de pouvoir l’enfouir à nouveau, ils cherchent à le discréditer et à pousser son cours le plus bas possible. Pour ce faire, les armes sont à la hauteur des enjeux: de la confiscation pure et simple (États-Unis de Roosevelt), à la collusion (London Gold Pool, 1961-67), en passant par la fermeture autoritaire du marché (1968), les campagnes de dénigrement (Citibank compare l’or au Bitcoin…) ou la manipulation – fortement suspectée – des cours sur le Comex.

Le Comex! Il s’agit par excellence d’un marché de l’or-papier: un marché à terme de l’or sur lequel la livraison physique… n’est pas encouragée! De grandes banques américaines, bras armé de la Réserve Fédérale américaine, y font la pluie et le beau temps, – surtout la pluie -, cherchant toutes les occasions pour pousser les cours à la baisse en profitant de volumes créés artificiellement par un marché intangible. Pour l’économiste Peter Warburton, les marchés à terme de l’or ne sont pas manipulés, « ils sont la manipulation ».

 Trois Brics veulent la montée des prix

Face aux occidentaux, trois «Brics »: l’Inde, premier marché de l’or pour la bijouterie, la Chine, premier producteur mondial, et la Russie, qui rêve d’une grandeur retrouvée.
Si ces trois pays ont chacun leur intérêt, ils ont une cause commune: accumuler le plus d’or possible en raflant la production mondiale sur le marché physique, ce qui produit une pression à la hausse des cours. La Chine aimerait « dé-dollariser » le monde et créer un nouveau système monétaire dans lequel le yuan serait arrimé à l’or. Pour cela, elle a créé l’un des plus importants marchés de l’or à Shanghai, marché sur lequel la livraison physique est… monnaie courante.

La Russie, échaudée par la crise du Rouble, une « punition» occidentale pour son action en Ukraine, semble se préparer à un long bras de fer avec l’ouest, accumulant aussi de grandes quantités d’or.

L’inquiétude européenne

Entre ces deux blocs qui s’entrechoquent, les Européens tentent de rapatrier leur or souvent entreposé aux États-Unis depuis la Guerre froide. En France, dont la banque centrale possède les quatrièmes réserves mondiales, Marine Le Pen demande un audit sur ces stocks. Pour quel enjeu? L’Allemagne et les Pays-Bas peinent à exiger la restitution de leur or entreposé outre-Atlantique. Pour sa part, la Suisse vient d’échouer à lancer une initiative nationale sur la reconstitution jugée stratégique de ses stocks.

Pourquoi une telle inquiétude en Europe?

Un nouveau Gold Standard inévitable à moyen terme

Il s’agit sans doute d’une prise de conscience: conséquence d’un laxisme monétaire mondial, un nouveau « Gold Standard » est inévitable à moyen terme, et la Chine s’y prépare à marche forcée. Un échec des Occidentaux à endiguer le cours de l’or provoquerait une envolée phénoménale des cours et cela d’autant plus que l’or physiquement livrable ne représente qu’une part infime de l’or-papier imprimé à profusion.

Face à de telles forces contraires sur un marché comme celui de l’or, suivre ses fondamentaux s’avère souvent trompeur et les analystes adoptent de plus en plus les techniques comportementales de panel pour saisir le sentiment des opérateurs: interroger chaque jour un panel d’experts sur leurs anticipations permet de s’affranchir de modèles mathématiques jugés trop éloignés de la réalité, tout en captant toute la versatilité et la finesse intuitive de l’humain.
Sur un terrain où les émotions dominent la rationalité, la science comportementale a un avantage: elle n’est pas dogmatique et se démarque des modèles fondamentaux malmenés.

http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20141207trib237ace8a6/un-marche-de-l-or-deboussole.html

 
Poster un commentaire

Publié par le 9 décembre 2014 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

Charles SANNAT : « Le Conseil mondial de l’or organise une conférence interprofessionnelle sur la modernisation de la fixation du cours de l’or ! »

Vera Valor
Je plussoie ! Le fixing des MP semble s’orienter vers quelque chose de plus juste , et je reste persuadé que l’Allemagne en est le catalyseur ;

En plus que nos MP ont repoussés les attaques aux niveaux clefs où une forte résistance s’est manifestée, et qu’ils sont en train de franchir le 1er niveau critique à 1280 $, ce qui nous mènera vers les 1300, 1434 et 1540 $ l’once, et les portes du paradis ! Ce qui validerait définitivement (dés que c’est fait je préviendrai…) tout le shéma haussier sur le graphique : on pourrait tous vraiment dormir tranquille  après ces 2 ans de consolidation ;

Si en plus ça évolue en inde dans un contexte où le déport est la norme,  que l’Europe commence un QE, que la situation internationale continue de se dégrader avec des fronts de guerre qui s’ouvrent aux 4 coins du monde (je ne veux pas la guerre bien sur : on s’en passerait bien,  mais je ne suis pas un décideur…) , et que, comme Sapir le prétend, et comme on le prétend depuis longtemps, la FED fait marche arrière sur son « tapering », la prédiction de Celente va se réaliser : le prix de l’or in the stratosphère ! Et comme le dit Ron ROSEN (84 ans, ce fut peut être ses dernières paroles publiques): « et le plus grand marché haussier de l’or de l’histoire pourra enfin commencer » ! C’est jeudi, et c’est la revue de presse !  Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance 

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Nous autres, les amateurs de métal précieux qu’il soit d’or ou d’argent, traversons une période particulièrement difficile depuis plus d’un an maintenant. La consolidation fut importante et assez prévisible, et celle qui eut lieu en 1976 fut d’ailleurs encore plus violente et plus forte avant de voir l’or s’envoler à nouveau vers ses plus hauts qu’il atteindra en 1980.Entre les manipulations des cours de l’or désormais parfaitement avérées et prouvées – puisque la Barclays a écopé d’une amende (hélas trop symbolique) pour des faits de cette nature –, les tendances déflationnistes de l’économie en particulier en Europe qui jusqu’à présent se refuse à lutter contre la déflation par l’inflation (en imprimant de l’argent comme le fait la Banque centrale américaine), les cours de l’or n’arrivent pas à repartir franchement de l’avant.Si en façade tout semble donc bien calme avec des cours oscillant entre 1 200 et 1 400 dollars l’once (en gros), depuis le début de l’année, en arrière-boutique, les choses bougent, les choses changent et des bouleversements majeurs semblent se profiler, ce qui à l’arrivée ne pourra qu’être profitable au métal jaune surtout que cela va s’ajouter à la fin de la consolidation. Nous arrivons donc à l’aube d’une période très favorable. Enfin !

World Gold Council réunit un groupe interprofessionnel sur la modernisation du fixing de l’or à Londres

L’information est d’importance. En effet le World Gold Council, qui est l’organisme de « développement de marché pour l’industrie de l’or » (il s’agit donc d’un organe professionnel destiné à représenter les industriels de l’or), a annoncé aujourd’hui qu’il allait organiser une conférence afin d’explorer la réforme du fixing des cours de l’or à Londres !! Si rien n’est fait, ce n’est évidemment pas une petit nouvelle, au contraire, et cela doit être apprécié au regard de la fin du fixing sur l’argent annoncé pour août 2014 et aux différentes enquêtes en cours sur les manipulations des cours par les différents intervenants. Enfin, et c’est très important, si le cours de l’or a pu être « coiffé » jusqu’à présent par les bullion banks, il est fort probable que ces dernières ne réussiront pas à tenir le cours lors de la prochaine vague haussière. Tous ces éléments rentrent donc en résonance et devraient logiquement aboutir à de nouveaux modes de fixation des prix de l’or vraisemblablement plus justes et certainement plus « haussiers ».

Autre idée d’ailleurs, il n’y aurait rien de mieux que des cours très élevés pour ralentir l’accumulation d’or par les Chinois, or les Chinois comme les Russes se servent désormais de l’or comme alternative (très partielle certes) au dollar. Alors pourquoi leur vendre à très bas prix de l’or physique qui pourrait s’avérer si précieux dans les années à venir ?

En tout état de cause, la première réunion de cette grande conférence aura lieu le 7 Juillet à Londres. L’Autorité de conduite financière, qui est l’autorité de tutelle britannique officielle, sera présente en tant qu’observateur et les représentants des bullion banks, les raffineurs, les ETF et, de façon générale, tous les autres promoteurs de produits d’investissement en or, les organismes liés à l’industrie, les représentants des banques centrales et des sociétés minières seront invités individuellement à participer… C’est donc tout le gotha du gold qui va se retrouver dans les prochains jours à Londres.

Natalie Dempster, la directrice générale en charge des banques centrales et des politiques publiques au World Gold Council, a ainsi déclaré:

« Le processus de fixation a été créé il y a presque un siècle, il n’est donc pas surprenant que ce dernier doive changer pour répondre aux attentes actuelles du marché pour une meilleure régulation, pour plus de transparence et en prenant en compte les nouvelles possibilités liées à la technologie.

La modernisation du système de fixing est impérative afin de maintenir la confiance. »

Cette réforme, selon le communiqué du Conseil mondial de l’or, doit « répondre aux besoins de tous les participants du marché et aux exigences d’aujourd’hui en matière de transparence, de liquidité et une surveillance indépendante ».

En clair, le World Gold Council plaide sans ambiguïté pour la mise en place d’une cotation électronique qui pourrait bien enfin voir le jour. Évidemment, cela serait de nature à tout changer. Les bullion banks pourraient laisser faire pour la simple et bonne raison que cela les mettrait à l’abri d’éventuelles poursuites mais surtout elles auraient nettement moins de risques de contrepartie à gérer… et compte tenu de la situation et si l’or devait s’envoler, elles pourraient essuyer des pertes considérables et de nature à provoquer leur faillite.

Je pense qu’il est donc temps pour tous les acteurs de l’or de trouver de nouvelles méthodes, de limiter les risques et de laisser le métal jaune s’apprécier comme il se doit.

Le ministère du Commerce indien souhaite la réduction des droits sur l’or

Si les « emmerdes volent en escadrille » comme le disait si élégamment Jacques Chirac avec son habituel langage fleuri en privé, les bonnes nouvelles aussi !

Côté indien, après plus d’un mois d’élection, l’opposition a pris le pouvoir et souhaite mettre fin aux restrictions sur les importations d’or. C’est une information capitale car l’Inde est historiquement le premier marché pour l’or. La Chine est devenu le premier importateur uniquement en raison des restrictions et des taxes que le gouvernement indien précédent avait imposées (notamment pour faire plaisir aux autorités américaines qui ne voulaient pas que l’or monte).

Le ministère du Commerce a vigoureusement plaidé pour la suppression des restrictions à l’importation sur l’or dans le prochain budget pour l’exercice 2014-15 en baissant les droits d’importation sur l’or et en rétablissant la normalité dans les procédures d’importation, puisque le déficit des comptes courants est beaucoup plus faible aujourd’hui par rapport à l’année dernière !

Alors que cela fait plus d’un an que les cours de l’or ont chuté mais sont stabilisés durablement (ce qui veut dire que la baisse est enrayée), le retour des Indiens sur le marché de l’or alors qu’ils ont été privés d’acquisition de métal jaune – ce qui signifie qu’il y aura un effet de rattrapage fort (même si il est difficile à quantifier) –, et un nouveau mode de cotation de l’or, sans oublier une crise économique loin, très loin d’être finie, sont autant d’ingrédients qui pourraient permettre à l’or de s’envoler enfin vers les sommets qui devraient être les siens.

Préparez-vous et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

Communiqué de Presse du World Gold Council ici

Journal économique indien sur la levée des restrictions sur l’or

Une dépêche Reuters sur la conférence convoquée par le Conseil mondial de l’or

http://www.lecontrarien.com/

 
Poster un commentaire

Publié par le 19 juin 2014 dans économie, général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :