RSS

Archives de Tag: d’interdire

La Chine aurait décidé d’interdire les échanges en Bitcoin – Le bitcoin «va imploser», assure le PDG de JP Morgan Chase

Pour la première fois depuis le 22 août, le prix USD du Bitcoin a chuté en dessous de 4 000 $, soit une baisse de plus de 20% par rapport à son niveau record le 1er septembre.

Le BTC est attaqué de toutes parts, dans un 1er temps La Chine aurait décidé d’interdire les échanges en Bitcoin 

Le Bitcoin en Chine, c’est bientôt fini. Les autorités locales s’apprêtent à interdire le commerce domestique de toutes les monnaies virtuelles. Un coup dur pour le développement du Bitcoin, dont 90% des échanges quotidiens proviennent des trois principales places de marché chinoises.**

La Chine ne veut plus du Bitcoin sur son sol; après que les investisseurs du pays aient « parié » en Bitcoin contre le Yuan (les attaques contre la monnaie nationale se sont étendues sur toute l’année 2016), la Chine se serait décidée à interdire toute forme d’échange financier numérique en Bitcoin, un ban qui viserait aussi à préserver les trois monnaies « virtuelles » locales que sont Bitfinex, OkCoin et la BTCC; ces dernières ont occupé 45% du marché global des devices sur les 30 derniers jours, mais la progression du Bitcoin est une menace de plus en plus précise, et que la Chine se sait incapable de contrôler.

Selon le Wall Street Journal, le régulateur devrait donc interdire toute transaction en Bitcoin sur le territoire chinois, une décision qui ferait de la Chine l’un des pays les plus ouvertement hostiles au bitcoin.

Le bitcoin «va imploser», assure le PDG de JP Morgan Chase

NEW YORK | Jamie Dimon, le PDG de la banque JPMorgan Chase, a estimé mardi que le bitcoin, monnaie virtuelle à l’évolution en montagnes russes, «va imploser» parce qu’elle est une «escroquerie».

Cette monnaie cryptographique «ne va pas bien finir», a déclaré M. Dimon, lors d’une conférence sur la finance à New York. «C’est une escroquerie», a-t-il assuré, ajoutant qu’un gouvernement peut décider d’y mettre fin car les autorités publiques aiment avoir la main sur les devises.

Le banquier le plus influent de Wall Street a mis en garde ses traders, avertissant que si ceux-ci venaient à passer des ordres d’achat ou de vente sur le bitcoin: «Je les licencierais à la seconde. Pour deux raisons: c’est contre les règles et ils sont stupides et les deux sont dangereux», a-t-il prévenu.

Il a toutefois reconnu que la blockchain, «chaîne de blocs» (registre virtuel regroupant toutes les transactions effectuées par des utilisateurs N.D.L.R) , technologie derrière le bitcoin, était, elle, utile mais que ses usages dans le quotidien allaient prendre du temps. «Ça ne se fera pas du jour au lendemain», a-t-il affirmé.

Associées à des groupes technologiques, de grandes banques mondiales espèrent se servir de la «blockchain» pour simplifier des transactions financières et réduire leurs coûts notamment.

M. Dimon a fait savoir que le meilleur argument en faveur du bitcoin c’est qu’il peut être utilisé dans des régions géographiques en difficulté ou par des malfrats.

«Si vous étiez au Venezuela ou en Equateur ou en Corée du nord (…) ou si vous êtes un trafiquant de drogue, un assassin ou quelque chose de ce genre, vous préféreriez sans doute le bitcoin aux dollars américains», a-t-il dit. «Oui, il doit sans doute y avoir un marché pour ça, mais c’est un marché limité», a-t-il conclu.

Le bitcoin avait atteint le niveau de 4 880 dollars le 1er septembre, un record, sur différentes plateformes d’échanges. Il est depuis redescendu, affecté notamment par la décision de la Chine d’interdire les nouvelles émissions de monnaies cryptographiques. (source)

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 13 septembre 2017 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Abeilles : Greenpeace demande à l’UE d’interdire tous les néonicotinoïdes

Abeilles : Greenpeace demande à l'UE d'interdire tous les néonicotinoïdes
Les néonicotinoïdes ont des effets négatifs sur la capacité de butinage et l’état de santé des abeilles@ PASCAL GUYOT / AFP

En s’appuyant sur un rapport commandé en 2013, Greenpeace appelle l’Union européenne à interdire l’ensemble des néonicotinoïdes

Greenpeace a appelé jeudi l’Union européenne à bannir l’ensemble des néonicotinoïdes après la publication par l’ONG d’une synthèse scientifique confirmant la nocivité de ces pesticides pour les abeilles et l’environnement en général.

Un effet confirmé des pesticides sur les abeilles. L’ONG a commandé à l’université du Sussex une analyse des nombreux travaux scientifiques parus depuis 2013, année où l’Union européenne a restreint l’usage de trois de ces pesticides pour les cultures à fleurs. Cette synthèse confirme le risque pour les abeilles, les papillons et les insectes aquatiques, avec un impact potentiel sur toute la chaîne alimentaire.

« Par rapport au moment où l’interdiction partielle a été adoptée, nous disposons d’éléments encore plus solides prouvant la contribution des néonicotinoïdes au déclin des abeilles sauvages et leurs effets délétères sur la santé des abeilles domestiques », explique le biologiste Dave Goulson, spécialiste de l’écologie des bourdons. Pour lui, « il serait prudent d’étendre la portée des restrictions actuellement imposées à ces pesticides en Europe ».

D’autres plantes sont touchées. Selon la synthèse présentée par Greenpeace, les dernières recherches confirment le risque représenté par les cultures à fleurs traitées. Mais, nouveauté, la science a aussi montré que d’autres plantes non ciblées absorbaient ces pesticides, qui se retrouvent dans le pollen, le nectar, le feuillage. Bien que les techniques de semis aient évolué, elle souligne en outre que cette opération continue de générer des poussières, une « source d’exposition aiguë ».

La recherche a aussi progressé sur l’impact « sublétal » des néonicotinoïdes, montrant leurs effets négatifs sur la capacité de butinage et l’état de santé des abeilles. « Combien de temps faudra-t-il attendre pour que l’UE interdise totalement ces pesticides ? », s’interroge Greenpeace, relevant la persistance de ces substances non seulement dans les terres agricoles mais aussi les sols, les cours d’eau, les fleurs sauvages.

Un rapport repoussé. L’Autorité pour la sécurité des aliments (Efsa) a repoussé à l’automne la remise de son rapport sur les trois néonicotinoïdes partiellement interdits, a indiqué jeudi la Commission européenne. Il est donc, pour l’instant, trop tôt pour déterminer quelles suites la Commission donnera, avec les États membres, ajoute un porte-parole. La France a pour sa part voté une interdiction des néonicotinoïdes à partir de 2018, avec dérogations jusqu’en 2020.

 

Étiquettes : , , , , , ,

LA RUSSIE ENVISAGE D’INTERDIRE IPHONE ET IPAD DÈS 2015

 

Retour sur une initiative russe encore, Je l’ai depuis quelques jours dans mes favoris :

OGM, micro ondes, i phones, la russie propose un autre modèle societal, et il semblerait qu’il soient plus concernés par la santé et la sécurité de leur peuple qu’en occident …

Ce n’est pas la première fois que le gouvernement russe parle d’interdire les smartphones étrangers dans le pays, mais cette fois-ci, l’information semble se confirmer avec la rumeur très persistante de l’interdiction des iPhone et iPad sur le territoire dès le 1er janvier 2015.

La Russie n’a pas forcément une haine viscérale contre les nouveaux iPhone, mais une loi pourrait bien bannir les smartphones et les tablettes du géant à la pomme de la Russie. En effet, une nouvelle loi vient d’interdire aux constructeurs et aux services d’hébergement de données de stocker des informations sur les citoyens russes en dehors du pays. Et comme Apple ne compte pas forcément déménager tous ses serveurs en Russie, la conséquence semble inéluctable.

Après les nombreuses photos qui ont été piratées ces derniers temps, les Russes semblent se méfier de plus en plus d’iCloud et de sa sécurité. A tel point que les utilisateurs d’iCloud résidant en Russie pourraient voir leurs données inaccessibles d’ici quelques semaines. La Russie est en train de couper la plupart des liens avec le service de stockage made in Apple. Notez que la firme de Cupertino n’est pas la seule visée puisque Google, Facebook et Twitter risqueraient le même sort.

Face à la nouvelle loi russe, les géants du Web et de la téléphonie mobile pourraient bien être contraints d’installer des serveurs sur le territoire russe afin d’éviter de perdre un marché assez florissant.

http://hitek.fr/actualite/iphone-ipad-interdits-russie_4143

 
Poster un commentaire

Publié par le 14 novembre 2014 dans général, société

 

Étiquettes : , , , , ,

Le Royaume Uni envisage d’interdire de fumer tous ceux qui sont nés après 2000… définitivement !!

cigarette-packet-4_1201813c

 

 Décidément, si vous suivez les news depuis 2 jours sur le Blog, les Anglo Saxons deviennent réellement fous ! Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance 

Aujourd’hui, les médecins britanniques ont dû se prononcer sur une mesure qui consisterait à interdire la vente de cigarettes à toute personne née après l’année 2000. Le vote a eu lieu lors de la réunion annuelle des représentants de la British Medical Association (IMC). Les médecins britanniques constatent que la dépendance des fumeurs adultes est généralement due à une première cigarette qui a été fumée pendant les années de l’adolescence, et l’idée est donc de protéger toute une génération de la tabagie, avec l’espoir de l’éradiquer totalement.

« Fumer des cigarettes est un choix particulier que font des enfants et qui se solde par une addiction qu’il est très difficile de vaincre à l’âge adulte. 80% des gens qui fument ont commencé à l’adolescence. (…) L’idée de cette proposition, c’est d’éviter que ces enfants qui ne fument pas ne commencent à fumer », explique Tim Crocker-Buque, un expert en santé publique à l’origine de la motion. Il souhaite que « la génération du 21èmesiècle ne déplore pas les centaines de millions de morts que la génération du 20èmesiècle a pleurés. »

Cependant, pour John Tozzi de Bloomberg Businessweek, l’efficacité de cette mesure risque d’être très limitée.

Il rappelle qu’en Angleterre et au Pays de Galles, les enfants de moins de 16 ans n’avaient pas le droit d’acheter des cigarettes jusqu’en 2007, année à partir de laquelle l’âge limite a été porté à 18 ans. D’autres pays interdisent la vente de tabac aux mineurs. Mais malgré ces interdictions, les jeunes parviennent à se procurer des cigarettes.

En outre, une telle mesure risque de développer le marché noir, comme l’avait fait la prohibition de l’alcool dans les années vingt aux États-Unis, et comme c’est encore le cas aujourd’hui avec la drogue. De telles économies souterraines génèrent des coûts sociaux importants.

Une interdiction basée sur une date arbitraire risque de générer des situations absurdes : par exemple, deux amis qui seraient nés à quelques jours d’intervalle, l’un à la fin de l’année 1999, et l’autre après le passage de l’année 2000, pourraient se trouver dans la situation ubuesque où l’un pourrait se procurer des cigarettes, et pas l’autre.

Tozzi observe que l’on assiste à un déclin significatif du tabagisme chez les jeunes aux États-Unis depuis les années nonante du siècle dernier sans que cela n’ait nécessité d’introduire des interdictions ou des restrictions d’âge supplémentaires. Il explique ce phénomène par un ensemble de facteurs tels que la hausse du prix des cigarettes, les restrictions en matière de publicité, et l’introduction de l’interdiction de fumer dans les lieux publics.

La Finlande et la Nouvelle-Zélande ont fixé des objectifs pour que le tabagisme concerne moins de 5% de leur population pour 2025. La philosophie sous-jacente est que la consommation s’évanouira d’elle-même. « Ces deux pays, comme le Royaume Uni, ou les Etats-Unis, ont encore un long chemin à parcourir, et il n’est pas certain qu’une interdiction générationnelle les mènerait à leur but », conclut Tozzi.

Express.be ; http://www.chaos-controle.com/archives/2014/06/27/30150341.html

 

 
1 commentaire

Publié par le 27 juin 2014 dans général, Insolite, Santé - nutrition

 

Étiquettes : , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :