RSS

Archives de Tag: devenu

La course à l’apocalypse de l’Empire américain devenu fou

À quelques heures d’une possible guerre totale, un entretien lucide et essentiel sur la semaine la plus dangereuse de l’histoire humaine.

Lors de notre précédent entretien (Antipresse n° 52 du 27 novembre 2016) au lendemain de l’élection surprise de Donald Trump, il avait exprimé son soulagement et ses espoirs de paix. Le nouveau président ne promettait-il pas de mettre fin à l’impérialisme global des néoconservateurs et de s’occuper de redresser intérieurement l’Amérique ?

Il ne pouvait rien arriver de pire à la paix dans le monde, pensait-on à l’époque, que l’élection d’Hillary Clinton. Or le rouquin tweeteur a démenti ces pronostics. De concessions en reculades, cet « homme sans aucun courage » a permis le rétablissement d’une « administration Clinton sous un autre nom » plus agressive que jamais.

Aujourd’hui, le Saker nous décrit une Amérique aux abois, profondément divisée entre une élite sans aucun contact avec la réalité et une population réduite à la servitude. Pour cet empire à la dérive, la guerre totale semble la seule issue.

Avec la dernière provocation en Syrie, dénoncée des semaines à l’avance par le gouvernement russe, le monde se retrouve au seuil d’une guerre nucléaire. L’ultime liaison rationnelle entre les puissances est assurée par les militaires. Leur sang-froid l’emportera-t-il sur la démence des néocons ?

Nous voulons l’ignorer, mais l’humanité est sans doute en train de vivre la semaine la plus dangereuse pour sa survie depuis qu’elle existe sur terre.

Publicités
 

Étiquettes : , , , , , ,

Microsoft débranche son robot intelligent devenu raciste et pro-nazis en 24 heures

Microsoft débranche son robot intelligent devenu raciste et pro-nazis en 24 heures

Microsoft a lancé Tay, une intelligence artificielle sensée apprendre de ses conversations avec les internautes. Une expérience technique intéressante pour le géant de l’informatique mais qui a tourné au vinaigre.

«Hitler avait raison je déteste les juifs», «Je hais ces **** de féministes et elles devraient toutes mourir et brûler en enfer». Oops ! Ce ne sont pas les propos d’un groupe néonazi, mais les tweets de Tay, la dernière merveille technologique de Microsoft, qui devant le flot d’injures racistes, misogynes et homophobes proférés par sa petite machine, a du la remettre au placard.

«Malheureusement, dans les 24 premières heures où elle était en ligne, nous avons constaté un effort coordonné par certains utilisateurs pour maltraiter Tay et son habilité à communiquer afin qu’elle réponde de manière inappropriée», s’est excusé Microsoft dans un communiqué.

Tout avait pourtant bien commencé. Microsoft avait réalisé une prouesse technologique en lançant sur la toile un robot capable de dialoguer avec les internautes sur Twitter ou GroupMe, le tout en apprenant au fur et à mesure de ses conversations. La firme avait donné l’apparence d’une jeune adolescente naïve à l’IA. La belle expérience n’a duré que 24 heures. Une longue journée après laquelle Microsoft a du débrancher son robot qui avait absorbé, en quelques heures, le pire d’internet pour le déverser à son tour sur la toile. De quoi remettre en question les limites de l’intelligence artificielle…

Source

 
2 Commentaires

Publié par le 3 mai 2017 dans général, Insolite

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Le cygne noir du franc suisse devenu flottant: un séisme ressenti dans le monde entier… y compris en Pologne

la surprise générale, la Banque Nationale Suisse (BNS) a annoncé brutalement hier la fin du cours plancher de l’euro par rapport au franc qui avait été mis en place en septembre 2011. Depuis cette époque, la BNS imprimait de la monnaie qu’elle revendait sur le marché des devises contre des dollars ou des euros pour éviter que la parité de l’euro par rapport au franc suisse ne dépasse 1,20 franc.

« Le cours plancher de l’euro par rapport au franc doit rester le pilier de notre politique monétaire », avait encore déclaré lundi dernier Jean-Pierre Danthine, le vice-président de la BNS.

Mais ces derniers temps, l’euro avait décroché par rapport au dollar, en raison notamment des incertitudes liées aux élections grecques du 25 janvier prochain, au terme desquelles le parti d’extrême gauche SYRIZA, qui souhaite mettre fin à la politique d’austérité imposée au pays, pourrait accéder au pouvoir. Les marchés redoutent que le refus potentiel du nouveau gouvernement grec de se conformer aux règles du plan de sauvetage, et sa volonté de réclamer une restructuration des dettes du pays, ne provoquent un « Grexit », une sortie de la Grèce de l’euro, ce qui pourrait menacer l’existence même de la monnaie unique. Les investisseurs qui avaient acheté des euros les ont donc échangés contre des francs suisses, entre autres, imposant de fortes tensions à la hausse sur la monnaie suisse. Il était de plus en plus difficile pour la BNS de maintenir le cours plancher de 1,20 franc suisse contre l’euro.

Le franc suisse est donc devenu flottant hier à 10h30 précises, ce qui a déclenché une « onde de choc », un « tsunami », ou un « séisme », selon les analystes. Dans les heures qui ont suivi, le cours du Franc suisse par rapport à l’euro a gagné 40%, mais l’appréciation finale de la monnaie helvétique a finalement atteint 14%. La bourse suisse a plongé de près de 10%.

Dans la foulée la BNS a également annoncé qu’elle allait abaisser son taux d’intérêt (négatif) pour le porter à -0,75%. « On parlait de guerre de changes. Il va falloir parler aussi de guerre de taux. Les pays développés sont entrés dans une course aux taux négatifs pour éviter la déflation. Le Japon, l’Allemagne, la Suisse, et ce n’est pas terminé. La Suisse a voulu agir avant la Banque Centrale Européenne jeudi prochain », analyse Marc Fiorentino de MonFinancier.com. « En moins d’un an, c’est le deuxième black Swan après l’effondrement du pétrole », observe-t-il. Un cygne noir (« black swan ») est un évènement qui satisfait trois caractéristiques : il est rare, son impact est extrême, et il est rétrospectivement prédictible, alors qu’il ne l’était pas au moment de sa survenance.

Il explique que les investisseurs qui ont parié sur la stabilité du Franc suisse sont légion, et que certains vont perdre des fortunes dans les prochains jours. Bloomberg a en effet déjà rapporté que les clients de courtiers de change ont perdu des centaines de millions de dollars après l’appréciation surprise de la monnaie helvétique. Global Brokers NZ Ltd., un courtier néo-zélandais, a même indiqué que le déficit correspondant l’obligeait à déposer son bilan. FXCM Inc., le plus gros courtier de change en Asie et aux Etats-Unis, rapporte que ses pertes approchent les 200 millions d’euros. IG Group Holdings Plc estime que les siennes se montent à environ 40 millions d’euros, tandis que Swissquote Group Holdings SA rapporte avoir perdu près de 25 millions d’euros.

La hausse du cours du franc suisse est aussi une catastrophe pour les exportateurs suisses, et en particulier les entreprises de l’horlogerie qui étaient déjà confrontées à la concurrence de nouveaux arrivants tels qu’Apple sur leur marché.

Le site Vox indique que l’appréciation du franc suisse est aussi dommageable pour de nombreux citoyens dans le monde qui avaient pris l’habitude d’emprunter dans cette monnaie en raison des très faibles taux d’intérêt du pays. C’est en particulier le cas de certains britanniques fortunés, mais cette pratique est également très répandue en Europe de l’Est.

Ainsi, 46% des emprunts hypothécaires polonais sont exprimés en francs suisses. Les propriétaires polonais qui ont donc emprunté en francs suisses vont voir le montant de leur crédit immobilier converti en zlotys s’apprécier, et dans certains cas, le montant correspondant pourra dépasser la valeur de leur bien immobilier.

http://www.express.be/business/fr/economy/le-cygne-noir-du-franc-suisse-devenu-flottant-un-seisme-ressenti-dans-le-monde-entier-y-compris-en-pologne/210652.htm

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 janvier 2015 dans économie, général

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :