RSS

Archives de Tag: Deutsche Bank

Deutsche Bank est-elle le motif du rapatriement des 583 tonnes d’or de l’Allemagne ?

or de la Buba

« La complication de la situation de Deutsche Bank, en combinaison avec des niveaux de dette sans précédent, pourrait engendrer un chaos économique et financier »

Avant de tomber en faillite, Lehman Brothers possédait pour 639 milliards d’actifs. On pensait que cette banque était « too big to fail ». Actuellement, Deutsche Bank dispose d’un bilan 3 fois plus élevé, d’environ 1,7 trillion de dollars, mais son futur est incertain. Le résultat net de la banque a plongé de 80 % par rapport à ses chiffres de 2017. La FED a évoqué les « difficultés » de la branche américaine de Deutsche Bank. Cela pourrait bien être un euphémisme.

La complication de la situation de Deutsche Bank, en combinaison avec des niveaux de dette sans précédent, pourrait engendrer un chaos économique et financier. Deutsche Bank est un exemple parmi d’autres grandes banques qui sont en difficulté. D’autres la talonnent.

Les erreurs de gestion ont fortement handicapé les opérations américaines de Deutsche Bank. Cela fait des années que cela dure. La FED a critiqué la succursale américaine de DB en 2014 en raison de ses résultats financiers inexacts, ainsi que de violations. En 2015, 2016 et 2017, la FED a exigé des mesures correctives, mais qui n’ont pas été prises par DB.

Lorsque le titre de la banque allemande s’est effondré, S&P a abaissé la note de la banque de A- à BBB+, une note non loin de la zone d’alerte. Standard & Poor’s s’était notamment justifiée en citant le leadership instable et souvent remodelé de la banque, ainsi qu’une performance généralement mauvaise.

Deutsche Bank est loin de reconnaître tous ses problèmes. Son nouveau CEO, Sewing, s’est adressé à son personnel après la baisse de la note de sa banque. Il s’est voulu rassurant quant à la solidité sous-jacente de son institution et aux stratégies futures. Après son discours, Deutsche Bank fut forcée d’annoncer une baisse de son chiffre d’affaires de 5 % ainsi qu’une baisse de son résultat net de 79 %. Sewing aurait-il été un brin trop optimiste ?

Les pertes de la banque en 2017 se sont élevées à 497 millions d’euros, alors que les analystes de Reuters planchaient sur 290 millions. Si Deutsche Bank souhaite survivre, elle devra changer radicalement. Mais comment y parvenir si elle ne reconnaît pas les problèmes qui la minent ?

Tandis que Deutsche Bank semble marcher dans les pas de Lehman Brothers, la comparaison avec Fannie Mae ou Freddie Mac est peut-être plus judicieuse. Jusqu’à présent, le gouvernement allemand a nié l’existence de tout plan visant à sauver Deutsche Bank, mais cela devrait changer.

suite et fin

Publicités
 

Étiquettes : , , , , ,

Les risques s’accumulent sur Deutsche Bank

Le niveau alarmant des réserves de sécurité de la Deutsche Bank

Les risques s’accumulent sur Deutsche Bank. La banque allemande inquiète de nouveau les marchés suite à un abaissement de sa note de confiance par l’agence Standard & Poor’s (S&P) et a une mise sous surveillance par les autorités américaines (la Fed et FDIC).

– La Deutsche Bank est mise sous surveillance aux USA car jugée trop risquée.

– Le levier entre les fonds propres et les engagements de la banque est compris entre 30 et 50 pour la DB

 
1 commentaire

Publié par le 11 juin 2018 dans économie, général, International, Vidéos (Toutes)

 

Étiquettes : , , ,

Pourquoi le dollar faiblit alors que les taux grimpent ? Voici l’explication de Deutsche Bank

usa dollar

Il s’agit de la question à 5 francs que tout le monde se pose : pourquoi le dollar baisse alors que les taux grimpent ? Serait-ce en raison de la détérioration inscrite dans le marbre de la situation fiscale des États-Unis ? Selon Deutsche Bank, l’explication est simple (source) :

« Tandis que les taux américains grimpent considérablement, comment est-il possible que le dollar soit aussi faible ? La réponse est simple : le dollar ne baisse pas malgré des taux en hausse, mais à cause de cela. Des taux plus élevés signifient que le prix des obligations baisse, ce qui signifie que les investisseurs ne veulent pas les acheter et donc leur prix baisse davantage. Il s’agit d’un changement total de dynamique par rapport aux années précédentes.

La faiblesse du dollar en 2018 trouve son origine dans 2 problèmes majeurs. Tout d’abord, les valorisations des actifs américains sont extrêmement élevées. Que ce soient les actions en termes de ratio cours/bénéfice ou les primes de terme pour les obligations, nous sommes à des plus hauts depuis les années 60. Pour faire court, les prix des obligations et des actions ne peuvent pas continuer de grimper de concert. La fin de cette corrélation est structurellement négative pour le dollar car elle engendre des flux continus vers les marchés obligataires et actions.

suite et fin

 
Poster un commentaire

Publié par le 21 février 2018 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Le patron de Deutsche Bank s’inquiète de « signes de bulles » sur les marchés

Le temps de l'argent pas cher en Europe devrait prendre fin - en dépit de l'euro fort, a déclaré John Cryan lors d'un colloque bancaire à Francfort.
« Le temps de l’argent pas cher en Europe devrait prendre fin – en dépit de l’euro fort », a déclaré John Cryan lors d’un colloque bancaire à Francfort. (Crédits : Ralph Orlowski)
Le président du directoire de Deutsche Bank, John Cryan, a appelé mercredi la Banque centrale européenne (BCE) à changer le cap de sa politique monétaire, s‘alarmant de bulles spéculatives sur les prix des actions, des obligations et de l‘immobilier.

John Cryan estime qu’en dépit de l’euro fort, la BCE doit durcir sa politique monétaire car des signes de bulles se font voir sur les marchés de capitaux.

Le patron de Deutsche Bank, John Cryan, a appelé, mercredi, la Banque centrale européenne (BCE) à mettre fin à l’ère de l’argent très bon marché qui conduit à la création de bulles et handicape les banques européennes.

« Le temps de l’argent pas cher en Europe devrait prendre fin – en dépit de l’euro fort », a déclaré John Cryan lors d’un colloque bancaire à Francfort, à la veille d’une réunion très attendue de la BCE qui va statuer sur le cours de sa politique monétaire.

« De nouvelles perturbations »

Ces dernières années, les gardiens de l’euro ont abaissé les taux à leur plus bas niveau et inondé le marché de liquidités, ce qui a favorisé la convalescence des banques affectées par la crise financière, mais cette politique très accommodante « amène aussi de nouvelles perturbations », a déclaré John Cryan.

« Nous voyons maintenant des signes de bulles dans de plus en plus d’endroits sur le marché des capitaux, à des endroits où nous ne les attendions pas », a-t-il souligné.

« Une baisse de l’activité des banques européennes »

La politique des taux d’intérêt au plus bas a un autre effet indésirable, en ayant « contribué à une baisse de l’activité des banques européennes » de 23% par rapport à avant la crise, selon le banquier. Un processus qui se poursuit car des prêts contractés dans le passé à des taux plus élevés viennent chaque jour à échéance.

Les banques américaines bénéficient de leur côté d’un avantage concurrentiel en travaillant avec des taux plus élevés.« Au premier semestre de 2017, le produit net d’intérêt des banques américaines a augmenté de 8%, mais a diminué de 2% en Europe », a remarqué le banquier.

L’euro fort n’incite pas la BCE à durcir sa politique monétaire

Son homologue chez Commerzbank, Martin Zielke, estimait lui aussi mardi que « le moment était venu » d’infléchir le cours de la politique monétaire en zone euro. « La potion (anti-crise, ndlr) a fonctionné. Mais comme pour chaque médicament, il y a des effets secondaires et ils sont de plus en plus importants », a-t-il dit au quotidien Handelsblatt.

Le contexte actuel ne prête pas à un resserrement monétaire alors que l’euro s’est apprécié face au billet vert, cotant près de 1,20 dollar, et que l’inflation reste faible en zone euro. L’euro fort est, selon John Cryan un signe que « le marché anticipe une augmentation des taux d’intérêt, ou une réduction des taux négatifs », alors « pourquoi ne pas entendre un peu le marché ? » (source)

 
Poster un commentaire

Publié par le 11 septembre 2017 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , , ,

Quand Deutsche Bank sort sa boule de cristal …

Deutsche Bank sort sa boule de cristal – Pour commencer, comme le note Zero Hedge, Deutsche Bank estime que la probabilité d’un arrêt du gouvernement US explose à environ 40% et note que les 2 prochaines semaines seront cruciales . Zero Hedge prévient aussi que le projet de construction d’un Mur à la frontière peut sérieusement forcer l’arrêt du gouvernement Trump …

France (Deutsche Bank) : Scénarios politiques et économiques des élections françaises

Deutsche Bank note que les élections Présidentielles et législatives en France sont le prochain événement politique attirant l’attention des traders.

« Après le Brexit, l’élection US, le référendum en Italie, les élections néerlandaises, la Présidentielle française et les législatives sont les prochains événements politiques clés.

Nous considérons quatre scénarios où l’indépendantiste Macron, l’eurosceptique Le Pen, le centre-droit Fillon, ou le socialiste Hamon remporte l’élection.

Même si l’incertitude reste élevée, les sondage suggèrent une victoire du candidat Macron. La capacité d’implémentation du programme du candidat va ensuite dépendre de l’élection législative en Juin. Alors des compromis sont à anticiper, nous pensons qu’il est probable qu’un gouvernement réformiste, pro-Européen puisse se former. Cela serait positif pour les perspectives de court et moyen termes pour la France et l’Europe. Le PIB de la France pourrait alors croitre de 1.5% en 2018. Si un gouvernement réformiste échoue à émerger, l’actuelle politique confuse se poursuivrait, bénéficiant potentiellement au partis populistes.

Si Fillon remporte l’élection, la France aura un traitement de choc pour améliorer sa compétitivité, alors que Macon propose une réforme plus graduelle.

Les sondages pointent vers une baisse du soutien à Fillon en faveur de Macron au premier tour. Au second tour, Fillon continue de battre Le Pen, mais avec une marge en diminution. Si cette tendance se poursuit, l’avance de Fillon sur Le Pen pourrait tomber près de l’erreur de prévision moyenne des sondages du Brexit.

Selon les sondages, Le Pen semble assurée de passer le premier tour. La question que se pose la majorité de ses votants est sur la conséquence d’une victoire de Le Pen au second tour. A notre avis, Le Pen Présidente  peut encore faire face à des obstacles institutionnels et constitutionnels pour appliquer ses propositions.

Scénarios et probabilités de l’élection française

Dans cette évaluation, nous nous appuyons sur les sondages actuels, sur l’historique des erreurs de pronostics, sur les résultats des élections régionales en France de Décembre 2015 ainsi que sur les expériences récentes en matière électorale aux États-Unis et au Royaume-Uni et au référendum 2016 en Italie.

En utilisant cette approche, nous assignons des probabilités indicatives à chaque scénario. Ils doivent être interprétés comme des indications et non comme des estimations ponctuelles précises de la probabilité de concrétisation de chaque résultat. Dans cet esprit, nous supposons que Le Pen se qualifie pour le second tour avec une probabilité de 95%. Dans ce cas :

  • Nous assignons une probabilité indicative de 55% à Macron étant son adversaire au second tour. Si Macron devait affronter Le Pen au second tour, nous assignons une probabilité de 80% à une victoire de Macron. Une fois président, nous attribuons une probabilité de 70% que Macron obtiendrait une majorité réformiste à l’Assemblée et une probabilité de 30% qu’il ne peut pas obtenir une majorité absolue.
  • Nous attribuons une probabilité indicative de 35% à Fillon étant l’adversaire de Le Pen au second tour. Si Fillon devait affronter Le Pen au second tour, nous assignons une probabilité de 70% à une victoire de Fillon. Une fois président, nous attribuons une probabilité de 70% que Fillon obtiendrait une majorité réformiste à l’Assemblée et une probabilité de 30% qu’il ne peut pas obtenir la majorité absolue.
  • Nous attribuons une probabilité indicative de 10% à Hamon étant l’adversaire de Le Pen au second tour. Si Hamon devait affronter Le Pen au second tour, nous assignons une probabilité de 60% à une victoire de Hamon. Une fois président, nous ne croyons pas qu’un gouvernement réformiste émerge.
  • Dans le cas où Le Pen devient Présidents, nous attribuons des probabilités indicatives conditionnelles sur le résultat des élections législatives :

– Nous attribuons une probabilité de 33% qu’elle aurait suffisamment de députés à l’Assemblée pour appeler un référendum sur l’adhésion à l’Euro. Des sondages en 2016 ont suggéré que le soutien à l’Euro en France se situait autour de 60%. Si Le Pen remporte les élections présidentielles et s’en sort très bien aux élections législatives, nous supposons que cela reflèterait un changement dans les préférences de l’électorat. Nous attribuons donc une probabilité conditionnelle de 50% à la France de sortir de l’Euro dans ce scénario. Globalement, cela se traduit aujourd’hui par une probabilité que la France sorte de l’Euro d’ici la fin de l’année légèrement en dessous de 5%.

– Nous attribuons une probabilité de 66% qu’elle n’obtiendrait pas assez d’appui à l’Assemblée nationale pour appeler un référendum sur l’adhésion à l’Euro.

élection_2017Description du scénario : Macro ou Fillon gagne l’élection Présidentielle

Dans le cas où Macron ou Fillon gagne la Présidentielle, les marché devraient probablement réagir positivement pour un candidat réformiste. Fillon semble plus enclin à une thérapie de choc pour améliorer la compétitivité de la France à court terme, alors que Macron propose un programme de réformes plus en continuation de ce qui a été réalisé durant les dernières années pour améliorer la compétitivité et la productivité à moyen terme. Dans les deux cas, le nouveau Président se tournera rapidement vers les législatives pour pour s’assurer une majorité à l’Assemblée.

Si un gouvernement réformiste ne peut être formé et que le Président gagne moins qu’une majorité absolue, les réformes pourraient être difficiles à mettre en place. Dans ce scénario, la France ne fera pas d’importantes avancées sur les réformes.

Si un gouvernement réformiste est formé, ce qui est notre scénario de base, cela serait perçu comme positif pour la France, mais aussi pour l’Europe.

Description du scénario: Le Pen gagne l’élection Présidentielle

Alors qu’une victoire de Le Pen aux élections présidentielles n’est pas le scénario central, les ramifications seraient les plus difficiles à projeter et potentiellement les plus difficiles pour l’union monétaire. En effet, ce scénario attire de loin le plus grand nombre de questions de nos clients. Nous proposons donc une description détaillée de ce qui pourrait se produire après la victoire de Le Pen à l’élection présidentielle.

  • Quelle sera la stratégie de Le Pen ?
  • Dans quelles conditions peut-elle appeler un référendum ?
  • Quelle sera la réaction des partenaires européens et de la BCE ?
  • Existe-t-il un risque de contrôle des capitaux ?

 Le Pen adoptera probablement une approche graduelle avant les législatives de Juin

Elle va vouloir éviter une crise institutionnelle immédiate et de larges protestations pour maximiser les chances du Front National aux législatives de Juin. Notons que si Le Pen est élue Présidente, elle devra probablement cela à une faible participation. Cela mettrait en question sa légitimité à retenir une approche agressive.

Il est très peu probable que le FN puisse avoir une majorité à l’Assemblée mais elle va chercher à obtenir plus de 150 sièges (26%) pour avoir la possibilité de déclencher un référendum par l’Article 11, ce qui reste peut être plus difficile pour Le Pen que de gagner la présidentielle.

Le scénario alternatif – une accélération agressive

Avant les élections législatives, Le Pen réitère son souhait d’organiser un référendum constitutionnel, changer le système électoral et retrouver une souveraineté monétaire. Elle va essayer d’organiser un référendum sur ces questions à travers l’utilisation de l’Article 11 :

  • Son Premier Ministre doit en faire la proposition (le PM peut refuser s’il est d’un autre bord politique différent) et organiser une réunion spéciale du Parlement pour en débattre. Un vote n’est pas nécessaire.
  • Cette approche surmonte la difficulté parlementaire décrite plus haut. Le seul obstacle serait la Court Constitutionnelle.
  • La Court Constitutionnelle doit approuver le décret.

Nous pensons que la Court Constitutionnelle va plus probablement bloquer le référendum que non, mais le risque de non blocage ne doit pas être sous-estimé.

En plus de cela, son action agressive exacerberait la pression des marchés sur la France. Une telle stratégie pourrait avoir des répercussions sur les législatives avec une large mobilisation de l’électorat contre le FN, l’empêchant de mettre en œuvre ses promesses électorales.

Enfin, notez que Le Pen peut en théorie décider de rapidement dissoudre l’Assemblée après les législatives si le résultat ne lui convient pas, de nouvelles élections seraient organisées. Dans ce cas, en attendant les nouvelles élections, elle pourrait revenir vers l’approche agressive.

L’impact sur la Zone Euro si Le Pen peut organiser un référendum sur l’appartenance à l’Union Monétaire

Nous pensons que le référendum se tiendrait au T4 2017. La réalisation que Le Pen a la capacité d’organiser un référendum sur l’appartenance à l’Euro va probablement créer une forte perturbation des marchés des va se propager aux pays périphériques. Les capitaux vont fuir de la France.

Les investisseurs étrangers vont probablement arrêter d’acheter la dette française. Ils représentent 60% des contributeurs et 70-75% sur les courtes échéances. Alors que nous pensons que les banques et assurances françaises vont continuer à acheter des obligations d’Etat, nous sommes plus incertains sur le comportement des gérants d’actifs. De tels événements vont poser la question de l’instauration d’un contrôle des capitaux.

Un contrôle des capitaux volontaire est peu probable. En effet Le Pen a plus de chances de remporter le référendum si c’est « l’Europe » qui impose de facto un contrôle des capitaux, prouvant la nécessité de retrouver la souveraineté monétaire. Le Pen va donc probablement prendre le temps de voir la réaction de la BCE et des partenaires européens.

Nous ne pensons pas que la BCE va intentionnellement déclencher un contrôle des capitaux en supprimant l’éligibilité des actifs français, comme cela va effectivement remettre en question la définition de la monnaie unique. A l’inverse, elle devrait mettre en place un certain nombre d’actions, comme une augmentation du QE dès Juin et garantir la disponibilité de liquidités pour soutenir les banques françaises et périphériques.

Selon les analystes de Deutsch Bank, les banques françaises aurons suffisamment de collatéraux pour tenir dans les mois précédent le référendum. Si nous nous trompons, la France devra demander un contrôle des capitaux.

En dehors de la France, notons qu’avant le référendum nous aurons des élections en Allemagne et potentiellement en Italie. La crise ne devrait pas bénéficier à AfD en Allemagne, mais pourrait pousser l’électorat vers Merkel et Scholz à voir les importants enjeux.

Les résultats du référendum

  • La France reste dans la Zone Euro : Le Pen pourrait démissionner et les rendements des obligations françaises remonter sensiblement. A cause du choc sur l’économie réelle, la BCE pourrait reporter le tapering du QE d’au-moins six mois. De nouvelles élections seraient organisées en 2018, alors que le gouvernement en place avant l’élection ne devrait mettre en place aucune réforme majeure.
  • La France quitte la Zone Euro : La France retrouverait le Franc et des contrôles de capitaux seront imposés partout. Même s’il y a une forte volonté politique des autres pays de la zone, le sauvetage de l’Euro pourrait être difficile. Dans le meilleur des cas, une nouvelle zone monétaire des pays du nord pourrait émerger. En France, la hausse des taux et des coûts de financement pourrait impacter l’investissement et la consommation. Le gouvernement devra augmenter les taxes et impôts pour financer la hausse du coût de la dette. La productivité de long terme diminuerait avec le protectionnisme et la dévaluation affecterait le PIB. A long terme, le PIB de la France pourrait chuter de 10%, et reculer de 4% en 2018. Le potentiel de croissance de long terme de la France (environ 1.1%) pourrait également se réduire de la moitié.

Description du scénario: Hamon gagne l’élection Présidentielle

Si Hamon remporte la présidentielle, la possibilité d’une surprise populiste disparaitrait, mais l’incertitude sur les législatives ne seront pas complètement dissipées. Le FN pourrait gagner des sièges mais sans prendre le pouvoir.

Au vue des désaccords politiques au sein du Parti Socialiste durant les trois dernières années, il serait très difficile à Hamon de remporter une majorité à l’Assemblée.

Nous pensons qu’il n’aura pas de majorité stable et ne sera pas capable d’implémenter une partie de son programme. Les deux premières années de sa présidence pourraient ressembler à celles de Hollande avec des désaccords sur la politique européenne, des risques de retournement des réformes. Cela pourrait résulter en de plus importants déficits commerciaux, une baisse de la confiance amenant à une réduction des investissements. Cela pourrait in fine marginalement réduire le potentiel de croissance de long terme de la France. »

 
Poster un commentaire

Publié par le 29 mars 2017 dans économie, général, International, Politique

 

Étiquettes : , , ,

Deutsche Bank continue de s’effondrer … et entraîne les banques Européennes

Résultat de recherche d'images pour "Deutsche Bank stock"

Les principales Bourses européennes évoluent dans le rouge lundi – le recul du secteur bancaire après l’annonce par la Deutsche Bank d’une augmentation de capital éclipsant des fusions-acquisitions bien accueillies.

Deutsche Bank recule fortement après avoir confirmé dimanche des initiatives stratégiques incluant une augmentation de capital de huit milliards d’euros. La première banque allemande perd 6,4%, la plus forte baisse du Stoxx 600, entraînant à la baisse l’ensemble du secteur bancaire, dont l’indice sectoriel cède 0,8%.

Voici l’indice S & P 500 («SPX») en noir, l’indice DAX allemand («DAX») en vert et l’indice Stoxx 600 en rouge au cours des six derniers mois :

L’euro chute à cause de la Deutsche – inquiétudes post élections en France

 

L’euro a effacé ses gains antérieurs et les obligations allemandes ont augmenté après que l’ancien Premier ministre Alain Juppé ait déclaré qu’il n’interviendrait pas pour remplacer François Fillon lors de la frénétique élection présidentielle ici en France .  

Les spreads de crédit se creusent et les titres européens glissent . Les futures sur le Bund ont atteint des sommets quand Juppé s’est exprimé . 

Le spread du 10 ans Franco-Allemand s’est creusé (L’écart de rendement entre les emprunts d’Etat à 10 ans français et allemands), le risque en France s’amplifie : 

Deutsche Bank va lancer une augmentation de capital pour sortir de l’ornière

La première banque allemande entend procéder courant avril à une émission de nouvelles actions qui doit lui permettre de lever 8 milliards d’euros.

Le géant bancaire allemand Deutsche Bank a annoncé dimanche le lancement d’une augmentation de capital en vue de lever environ 8 milliards d’euros, ainsi que diverses mesures destinées à réduire ses coûts tout en raffermissant son assise financière.

Mise en Bourse partielle de sa division de gestion d’actifs

La première banque allemande entend procéder courant avril à une émission de nouvelles actions qui doit lui permettre de lever la somme visée, a-t-elle indiqué dans un communiqué. La banque, engagée de longue date dans une vaste restructuration, a par ailleurs annoncé la mise en bourse partielle « dans les 24 mois » de sa division de gestion d’actifs, tandis que le réseau de détail Postbank, qui devait être cédé, restera finalement dans le giron du groupe et sera progressivement intégré.

Vendredi, confirmant une information de l’agence Bloomberg qui avait pesé sur son cours de Bourse à Francfort, la banque avait indiqué commencer à préparer une possible augmentation de capital d’environ huit milliards d’euros ainsi qu’une mise en Bourse d’une part minoritaire de son activité de gestion d’actifs.

Près de 8.000 litiges judiciaires

Embarqué dans un vaste plan de restructuration, se traduisant par des milliers de suppressions d’emplois et l’abandon de certaines activités à risques ou peu rentables, Deutsche Bank a aussi vu son image fortement écornée et son bilan financier dégradé par de nombreuses poursuites judiciaires. Plombée par près de 8.000 litiges dans le monde, la banque a finit 2016 dans le rouge.

Cependant, la banque est parvenue à en régler certaines, comme l’enquête sur son rôle dans la crise des subprimes aux Etats-Unis, close au prix d’un paiement de sept milliards de dollars.

C’est la perspective de cette amende, qui au départ menaçait d’être deux fois plus importante, qui avait à l’automne fait naître un vent de panique sur la capacité de la banque à résister. Des rumeurs d’augmentation de capital, voire même d’un sauvetage public, ensuite démenties avaient alors circulé.

Après de lourdes pertes nettes en 2015 et 2016, Deutsche Bank compte renouer avec des bénéfices en 2017.

 

Résultat de recherche d'images pour "Deutsche Bank stock"

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 6 mars 2017 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , ,

Oubliez Deutsche Bank, ces 2 banques américaines sont maintenant «Les plus systémiquement dangereuses au Monde »

Afficher l'image d'origine

Exposition aux dérivés, JPM et Citi, 2015

Cet été , nous avons écrit au sujet d’ un rapport du FMI qui signale que la Deutsche Bank est le «contributeur net le plus important aux risques systémiques» (voir « Deutsche Bank pose le plus grand risque pour le système financier mondial »: FMI « ). Ceux qui lisent notre site fréquemment n’étaient probablement pas terriblement surpris par la conclusion du FMI.

Parmi les G-SIBs (banques d’importance systémique mondiales), Deutsche Bank semble être le contributeur net le plus important aux risques systémiques, suivie par HSBC et Credit Suisse. À son tour, Commerzbank, un joueur important en Allemagne, ne semble pas être un contributeur aux risques systémiques au niveau mondial . En général, Commerzbank a tendance à être le bénéficiaire des débordements des États – Unis et des G-SIBs européennes. L’importance relative de la Deutsche Bank souligne l’importance de la gestion des risques, la surveillance intense des G-SIBs et la surveillance étroite de leurs expositions transfrontières, ainsi que la capacité à rapidement mettre en œuvre le nouveau régime de résolution.

Cela dit, nous soupçonnons que le dernier classement des banques d’importance systémique mondiale (G-SIBS) par le Conseil de stabilité financière est peut être un peu plus surprenant pour nos lecteurs, parmi d’autres, car deux des plus grandes banques américaines se trouvent au sommet. 

Citigroup et JPM chase sont maintenant «Les banques les plus systémiquement dangereuses au Monde »

risque systémique

Bien sûr, toutes ces infos ont été rapidement rejetées par Wall Street, les investisseurs n’ont pas vu une seule action bancaire qu’ils ne voulaient pas acheter depuis la nuit des élections il y a deux semaines.

Banques

Avec Zero Hedge

 
Poster un commentaire

Publié par le 23 novembre 2016 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :