RSS

Archives de Tag: des retraites

Philippe annonce la fin de l’indexation des retraites et des allocations sur l’inflation

On attend la démission de Darmanin, voici ci dessus un Tweet sans équivoque datant de 2013 ! Pendant ce temps,  la France s’apprête à saigner encore plus son peuple – et ce sont les plus fragiles qui sont visés –  se soumettant à la volonté de Bruxelles . On voit bien qui gouverne vraiment ce pays (des technocrates non élus), et qui exécute les ordres !! « Pognon de dingue » !!  Z

Encouragée par Bruxelles à «assainir» ses dépenses, la France s’apprête à effectuer de nouvelles coupes budgétaires. Edouard Philippe a notamment annoncé la fin de l’indexation des retraites et de certaines allocations sur l’inflation.

Dans un entretien publié ce 26 août dans les colonnes du Journal du Dimanche (JDD), le Premier ministre Edouard Philippe a présenté des mesures chocs du budget 2019. Le chef du gouvernement a, entre autres, annoncé la fin de l’indexation des pensions de retraite et des allocations sur l’inflation.

S’il a affirmé qu’aucune de ces allocations ne serait réduite, Edouard Philippe a fait savoir que la hausse de certaines d’entre elles ne serait plus proportionnelle à la perte de pouvoir d’achat des Français.

Nous voulons transformer l’action publique en diminuant le financement des politiques qui ne sont pas efficaces

Ainsi, le Premier ministre a expliqué que les retraites (tout comme l’aide personnalisée au logement et les allocations familiales) allaient progresser de 0,3 % par an en 2019 et en 2020. A titre de comparaison, les dernières prévisions de l’Insee évoquaient en juillet 2018 une inflation de 2,3% sur les douze derniers mois.

Nouvelles suppressions de postes dans la fonction publique

Edouard Philippe a affirmé que les prestations sociales bénéficiant aux citoyens les plus fragiles seraient augmentées «conformément à la loi». Le Premier ministre n’a pas caché la volonté de l’exécutif d’effectuer d’autres coupes budgétaires, notamment en ce qui concerne les contrats aidés : «Nous voulons transformer l’action publique en diminuant le financement des politiques qui ne sont pas efficaces, par exemple sur le logement ou les contrats aidés, dont la plupart ne permettent pas d’obtenir ensuite un emploi viable».

Quant à la fonction publique, Edouard Philippe a communiqué la suppression prévue de 4 500 postes de fonctionnaires. Dans ses recommandations à la France pour l’année 2018, la Commission européenne avait encouragé Paris à accélérer les coupes budgétaires pour parvenir à un «assainissement». «Une mise en œuvre rapide de mesures de réduction des dépenses profiterait aux efforts déployés pour répondre à la nécessité d’assainissement budgétaire à court et moyen termes», précisait le texte.

Budget : Philippe annonce la fin de l'indexation des retraites et des allocations sur l'inflation
Capture d’écran de «la recommandation du conseil» du 25 mai 2018, rédigée par la commission européenne.

Par ailleurs, le Premier ministre a également dévoilé que la désocialisation des heures supplémentaires entrerait en vigueur dès le 1er septembre 2019, annonçant ainsi la fin des cotisations salariales sur les heures supplémentaires, dans le privé comme dans le public.

source

Publicités
 
2 Commentaires

Publié par le 29 août 2018 dans économie, général, Politique, société

 

Étiquettes : , , , , , ,

La prochaine crise mondiale des retraites en vue

Résultat de recherche d'images pour "La prochaine crise mondiale des retraites en vue"

La Banque des règlements internationaux estime que les politiques monétaires menacent les assureurs et qu’une sortie de ces politiques met en danger les banques.

Les compagnies d’assurance et les fonds de pension sont menacés par les taux maintenus trop bas trop longtemps. Ce n’est pas moi qui le dis mais la très respectable Banque des règlements internationaux (BRI, ou BIS en anglais).

« Tandis qu’un scénario de taux maintenus trop bas durant très longtemps présente un risque considérable pour les compagnies d’assurance et les fonds de pension et des risques limités pour les banques, un revirement modifierait l’équilibre des vulnérabilités.* 

Philip Lowe, président du Comité du système financier mondial

En réalité, la présentation non technocratique de cette situation est que l’euthanasie des retraités – pour paraphraser Keynes – présente quelques inconvénients pour la Parasitocratie déterminée à les sacrifier pour survivre.

Prolonger encore les taux bas, c’est tuer l’industrie de l’assurance et des fonds de pension. Qui va aller, en vue de sa retraite, « placer » de l’argent qui ne rapportera rien ? Remonter les taux, c’est tuer l’industrie bancaire qui devrait affronter des défauts sur une montagne de prêts non-performants. Il n’y aurait donc pas d’issue heureuse à la situation créée par les banquiers centraux.

Un risque supplémentaire: les fonds de pension sont devenus vulnérables aux marchés action

Il existe un autre risque que n’évoque pas la BRI mais dont a récemment parlé Wilshire Consulting. Les fonds de pension et les assureurs ont déjà pris des risques très importants pour contourner le problème de l’absence de rendements. Ils ont dû spéculer sur les marchés actions au lieu de rester très majoritairement investis en obligataires. Donc assureurs et fonds de pension sont très vulnérables à un krach sur les marchés actions.

Selon Wilshire Consulting, qui conseille plus de 600 investisseurs institutionnels dans le monde, certains états et fonds de pension de collectivités locales américains détenaient 65% de leurs actifs en actions en 2016. C’est énorme. Traditionnellement, les fonds de retraite sont investis à plus de 50% en obligataires.

Ces fonds doivent 4 000 milliards de dollars et ont pour 1 400 milliards de dollars (soit 35%) d’engagements non-couverts (des promesses de servir des rentes mais rien qui le leur permette).

Leurs gérants tablent sur une performance de 7% par an. Un marché baissier conduisant à une rentabilité inférieure durant plusieurs années mettrait en grand danger les finances des Etats les moins couverts : Illinois, Kentucky, Connecticut, New Jersey.

Sur ces graphiques extraits de la note de la BRI, vous constatez que les rendements des fonds de pension sont en moyenne inférieurs à 4% et qu’ils sont sous-capitalisés, sauf en Suisse et aux Pays-Bas.

En France et en Allemagne, le même problème se retrouve chez les assureurs qui, traditionnellement, assurent le rôle de fonds de pension.

Cela fait 10 ans – depuis la « grande crise financière mondiale » – que des épargnants supportent des taux d’intérêt réels nuls ou négatifs.

Pour servir les pensions promises à ceux qui sont déjà en retraite, fonds et assureurs ont pris des risques, d’abord sur les marchés obligataires en souscrivant à des emprunts plus risqués puis sur les marchés actions en spéculant sur la montée de titres achetés déjà chers.

En Europe comme aux Etats-Unis, un krach des actions ou une remontée des taux longs provoquera une crise des retraites.

La « retraite par répartition » est la solution habituelle, adoptée à titre transitoire, dans des pays où les habitants ont été ruinés par une crise financière.

Mais dans des pays où la population est vieillissante, avec un fort taux de chômage des jeunes, déjà criblés de dettes publiques, quelle sera la réponse politique possible ?

Il n’y en a pas de satisfaisante et même le rapport de la BRI ne donne pas de solution.

Donc vous devez vous débrouillez vous-même pour assurer vos vieux jours et ne pas compter sur la parole de l’Etat, ou les assurances de votre assureur. Refusez l’euthanasie.

Achetez un peu d’or et même un peu de bitcoin pour devenir votre propre assureur en cas de krach obligataire. L’or est le seul actif financier qui ne dépende pas de quelqu’un d’autre pour exister et ne soit la dette de personne.

Prenez aussi quelques précautions indispensables pour minimiser vos risques côté assurance-vie et sur les marchés actions et rendre votre patrimoine robuste. Par exemple, si vous vous servez d’ETF, ces trackers indiciels, sachez qu’ils sont vulnérables en cas de krach et soyez prêts à les vendre rapidement.

C’est quand il fait encore beau qu’on vérifie son armement de sécurité (canot de sauvetage, fusées de détresse, rations de survie) et pas quand la tempête est là.

Encore, une fois, relisez la fameuse phrase de la BRI et soyez convaincus : il n’y a pas de bonne sortie possible d’un demi-siècle de gabegie (nous allons bientôt « fêter » l’anniversaire de la fin des accords de Bretton Woods qui a supprimé le lien de toutes les monnaies avec une richesse tangible). Il n’y a pas de bonne sortie possible de 10 ans de triche éhontée sur les marchés de taux ont le seul motif était de prolonger le système précédent.

source

 
1 commentaire

Publié par le 10 août 2018 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , ,

L’Illinois ne payera pas les pensions des retraités, , et les gagnants de loterie sont payé en IUO : « A toutes fins utiles, nous n’avons désormais plus de cash »

La reprise vigoureuse continue aux US : En Illinois les caisses sont vides et il n’y a plus de Cash, et les gagnants de loterie sont payé en reconnaissances de dette. (IUO = reconnaissance de dette « je te dois ») !!!

Voici Zero Hedge  :

A présent, les problèmes budgétaires de l’Illinois ne sont plus un secret.

En mai dernier, après que la Cour suprême de l’État eut invalidé une offre publique de réforme des retraites, Moody’s avait  déclassé la ville de Chicago exposant les difficultés financières de l’Etat dans le feu du projecteur national.

Depuis lors, la situation ne s’est pas améliorée et en dépit de l’embauche d’un gourou du budget (pour 30.000 $ par mois,  pas moins), Bruce Rauner a été incapable d’adopter un budget en temps opportun menant directement à tous les types d’absurdités,  de la possibilité d’années scolaires raccourcies aux gagnants de loterie étant payé en reconnaissances de dette. (IUO)

Maintenant, comme le rapporte Bloomberg, les paiements de pension sont configurés pour être retardée. Le paiement en Bons, apparemment, va encore être fait.

L’Illinois va retarder les paiements de pension alors qu’une impasse budgétaire prolongée provoque une pénurie de liquidités, selon le contrôleur Leslie Geissler Munger .

Le bras de fer des dépenses entre le gouverneur républicain Bruce Rauner et les dirigeants législatifs démocrates s’est étendu à son quatrième mois sans aucun signe de fin. Munger a déclaré que son bureau allait retarder le paiement de 560 millions $ pour les fonds de retraite  le mois prochain, et que le paiement  de Décembre pourrait arriver tard.

« Cette décision c’est de choisir la moins mauvaise entre un certain nombre de mauvaises options », a déclaré aux journalistes Munger à Chicago mercredi. « Pour toutes fins utiles, nous sommes désormais a court de cash »

Munger a déclaré que les retraites seront payés en totalité d’ici la fin de l’exercice en Juin. L’état a encore fait des paiements en obligations, dit-elle.

«Nous privilégions les paiements en obligations- par dessus tout », a déclaré aux journalistes Munger. (ndlr : bah oui, un IOU ne  vaut rien, c’est un bout de papier avec un tampon)

Et selon Reuters:

Le contrôleur de l’Illinois Leslie Munger a déclaré mercredi  que le versement des pensions pour Novembre, de 560 millions $,  sera retardé en raison d’une crise de liquidités découlant de l’impasse budgétaire de l’Etat.

Malgré le retard, les fonds de pension de l’Etat seront payés en totalité d’ici la fin de l’exercice 2016, Munger a déclaré lors d’une conférence à Chicago.

On peut se demander ce que  ça signifie pour la faillite du système scolaire de Chicago, qui, comme nous l’avons signalé au début du mois dernier, dépendait de près d’un demi-milliard en financement de Springfield afin de boucher un trou budgétaire béant. En outre, cela suggère que quiconque gagne plus de quelques milliers $ à la loterie de l’Illinois pourra obtenir un chiffre sur des morceaux de papier avec l’image de Bruce Rauner plutôt que Ben Franklin, pour ce qui est l’avenir prévisible.

Nous encourageons également les lecteurs à commenter ce papier de  Reuters car il contient plusieurs des exemples les plus flagrants de gaspillage du gouvernement et de son inefficacité incroyable et poursuit en disant que la réforme n’est tout simplement pas une option, alors que la législature de l’Illinois est pleine de législateurs qui ont à un moment ou un autre eux-mêmes bénéficié des tentaculaires bureaucraties locales de l’Etat. Reuters dit aussi qu’il a identifié une douzaine de cas où les maris emploient leur épouses, mères et  filles, et les pères sont prêts à louer leurs fils », suggérant que le népotisme pèse lourdement sur ​​un système déjà éléphantesque.

Gardez à l’esprit que c’est le même état ​​dont le système judiciaire refuse de laisser les efforts de réforme des retraites avancer, et tandis que tout cela peut sembler comme une recette pour  un défaut   une catastrophe, rappelez-vous juste,que PIMCO voit beaucoup de «valeur à long terme « dans la dette de Chicago.

Enfin, un oeil sur à quel point le système de retraite de l’Illinois est sous-financé : :

Zero Hedge – resistanceauthentique
 
Poster un commentaire

Publié par le 15 octobre 2015 dans économie, général, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Etude économique de la France 2013 : L’OCDE demande à la France la baisse des retraites et des indemnisation chômage , plus des coupes budgétaires !

Depuis plusieurs décennies, la France connaît une faible progression du niveau de vie et les dépenses publiques se sont tendanciellement accrues. ‌

Téléchargez les données du graphique en Excel

L’économie française a été sévèrement touchée par la récession mondiale et, plus récemment, par les turbulences dans la zone euro. Avec le retour de la confiance, l’activité devrait se redresser progressivement dans les deux années à venir et le chômage se stabiliser fin 2013. Cependant, la France est confrontée à d’importants défis à long terme.

Le calendrier politique offre une occasion unique de mettre en œuvre une stratégie ambitieuse de réformes permettant d’accroître l’efficacité et de réduire le coût des politiques publiques, de relever le taux d’emploi des seniors et d’améliorer les perspectives des jeunes. L’adoption récente du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi et l’accord entre partenaires sociaux sur le marché du travail constituent des signaux encourageants. Il faut encore améliorer le fonctionnement du marché du travail. Le renforcement de la concurrence dans le secteur des services et la rationalisation des politiques du logement sont des réformes essentielles pour augmenter le pouvoir d’achat, créer des emplois et améliorer la compétitivité.

L’assainissement des finances publiques demeure une priorité. Les gouvernements récents ont fait preuve d’une détermination louable à restaurer les finances publiques après des décennies d’augmentation de la dette. Les efforts de réduction du déficit doivent se poursuivre comme prévu, tout en laissant les stabilisateurs automatiques jouer pleinement. Les dépenses publiques sont très élevées en pourcentage du PIB et doivent être progressivement réduites afin d’alléger les prélèvements à moyen terme.

Une réforme du système de prélèvements et de transferts peut améliorer l’efficience sans sacrifier l’équité. La taille, la complexité et l’instabilité du système de prélèvements et de transferts pèsent sur l’économie et nécessitent une simplification profonde. La fiscalité de l’épargne est très variable d’une catégorie d’actifs à l’autre et, plus généralement, les bases d’imposition sont étroites, y compris pour la TVA. Une réforme de l’indemnisation du chômage contribuerait à réaliser des économies et à stimuler l’emploi.

Améliorer la situation des jeunes suppose d’entreprendre des réformes de grande ampleur. Remplacer les nombreux programmes de soutien existants par une extension du revenu minimum aux jeunes adultes permettrait de réduire l’intensité de la pauvreté, mais cette évolution doit s’accompagner d’une obligation effective de se former, de rechercher un emploi et d’accepter les offres proposées. Le niveau élevé du salaire minimum évince les jeunes les moins qualifiés du marché du travail. L’insertion professionnelle est difficile, ce qui reflète, outre les faiblesses sur le marché du travail, un système éducatif insatisfaisant, une mauvaise répartition des ressources contribuant à l’échec scolaire, et un système d’enseignement supérieur encore trop fragmenté et étroitement contrôlé.

Cliquez pour accéder aux données en Excel

 Faible croissance du PIB par habitant mais stabilité des inégalités de revenu à long terme
– Dépenses des administrations publiques en pourcentage du PIB en France et dans d’autres pays de l’OCDE
– Dépenses de retraite des régimes publics et privés
– Le coin fiscal sur le travail est élevé en France, 2011
– La réglementation reste importante
– Le salaire minimum relatif est élevé
– Salaire minimum relatif par région, 2009
– La France connaît une très forte dispersion des taux d’emploi par tranche d’âge (1)
– Sensibilité du taux de chômage des jeunes aux aléas de la conjoncture, 15-24 ans
– Ratio des scores PISA des élèves les plus et les moins performants (1), 2009
– Ratio des dépenses annuelles par élève de l’enseignement primaire par rapport au deuxième cycle de l’enseignement secondaire, 2009

Obtenir cette publication

 Pour consulter l’édition complète de l’Etude économique de l’OCDE de la France 2013 :

  • OECD iLibrary  : pour les lecteurs des établissements abonnés.
  • Librairie en ligne de l’OCDE.
  • Passer commande auprès de votre Télechargez les données.
  • Les fonctionnaires gouvernmentaux disposant d’un compte (distributeur local) doivent cliquer sur l’onglet « Publications » sur Olis.
  • inscription : pour les journalisthttp://t4-site-mgr.oecd.org/terminalfour/SiteManager?ctfn=content&fnno=30&sid=5753&svi=hierarchy:true:10&cid=225623&cVer=0.8es accrédités.

Informations complémentaires

Des informations complémentaires sur cette étude peuvent être obtenues auprès du Bureau de la France du Département des affaires économiques de l’OCDE à eco.survey@oecd.org.

Le projet de rapport du Secrétariat a été établi pour le Comité par Hervé Boulhol et Balázs Égert sous la direction de Peter Jarrett. Patrizio Sicari a apporté une aide à la recherche.

http://www.oecd.org/eco/etudes/france-2013.htm

 

http://www.oecd.org/fr/economie/etudes/france-2013.htm

 
Poster un commentaire

Publié par le 16 janvier 2014 dans économie

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :