RSS

Archives de Tag: des produits

Spéculateurs de la faim : comment les denrées alimentaires sont devenues des produits financiers

Les trois hommes responsables de la dérégulation du marché des matières premières en 1999 : Robert Rubin, alors secrétaire au trésor (devenu co-président de Goldman Sachs), Alan Greenspan, président de la réserve fédérale, et Larry Summers, successeur de Rubin au trésor (devenu président de l’université de Harvard puis conseiller de Barack Obama)

Le 22 février 2017, Antonio Guterres, le nouveau secrétaire général de l’ONU, alertait le monde concernant la famine sévissant dans plusieurs pays du Sahel, de la corne de l’Afrique et au Yémen. Certains membres de l’Organisation parlent de la « plus grave crise alimentaire depuis la création de l’ONU ».

Sur un ton compassionnel, la famine est généralement présentée par les médias et les institutions internationales comme un phénomène naturel, irrémédiable, contre lequel la « communauté internationale » investit tous les moyens en son pouvoir. Cette narration ne permet que rarement d’aborder les éléments pouvant expliquer réellement pourquoi, à l’ère de la circulation accélérée des individus, des informations, des ressources et des biens de consommation, des millions d’êtres humains sont décimés par la faim et la soif. Le rapporteur de l’ONU pour le droit à l’alimentation, Olivier de Schutter, le soulignait dans un entretien pour le quotidien espagnol El Pais : « La faim est un problème politique. C’est une question de justice sociale et de politiques de redistribution  » .

La spéculation sur les matières premières, cause mondiale de la famine

Gary Cohn Blankfein goldman sachs gsci nec trump

Gary Cohn, à droite, en compagnie de Lloyd Blankfein, patron de Goldman Sachs.

Depuis les initiatives politiques de dérégulation financière des années 1980, les matières premières sont accessibles aux banques et aux fonds d’investissement. A la fin de la guerre froide, en 1991, la banque Goldman Sachs, alors sous la direction de Gary Cohn, devenu depuis directeur du conseil économique national de l’administration Trump, crée le GSCI, « Goldman Sachs Commodity Index » : un produit dérivé synthétisant en une formule mathématique complexe l’indice de la valeur boursière de 24 matières premières parmi lesquelles le café, le bétail, le maïs, les porcs, le soja et le blé, mais également les métaux précieux, le pétrole et le gaz.

Les spéculateurs responsables de la volatilité des prix des denrées alimentaires

spéculation agricole matières premières banque faim denrées alimentairesAu XIX° siècle aux États-Unis, des « contrats à terme » ont été créés afin de permettre aux agriculteurs et aux acheteurs de blé de s’appuyer sur un accord de base pour négocier le prix des céréales. Malgré la volatilité propre aux conditions de vente de ces produits – contingences du transport, du climat … – les contrats à terme permettaient une stabilité relative des prix. Cette stabilité était possible parce que tous les agents de la transaction étaient des acteurs matériels du marché des céréales. Même les multinationales comme Nestlé, Pizza Hut ou McDonalds ont matériellement besoin d’acheter et de vendre des céréales pour alimenter leurs affaires. Elles prennent de vrais risques en achetant et en vendant ces produits qui sont la base de leur commerce. C’est pourquoi on les appelle des bona fide hedgers, autrement dit, et il faut goûter toute l’ironie de cette appellation,  des « spéculateurs de bonne foi » .

Nous l’avons dit, ces agents spéculateurs de multinationales dont le business est en relation directe avec le cours des céréales  prennent des risques pour leurs propres affaires en investissant dans ces denrées pourtant nécessaires à leur production. Or, la gestion de risque, c’est la spécialité de purs spéculateurs tels que Goldman Sachs, dont les bénéfices n’ont aucun rapport avec la gestion matérielle des denrées sur lesquelles ils spéculent. Lorsque les bona fide hedgers se sont mis à confier la gestion de ces risques aux spéculateurs sans lien avec la réalité de l’industrie agro-alimentaire, ils leur ont permis de transformer notre pain quotidien en pur produit spéculatif.

Greenspan, Summers, Rubin : les artisans du fléau de la dérégulation

Rubin Greenspan Summers dérégulation Times goldman sachs Trésor réserve fédérale

Rubin, Greenspan et Summers, les responsables de la dérégulation des marchés, et notamment de celui des matières premières, présentés comme des héros par le magazine Time en février 1999

En hommage à l’action de Brooksley E. Born contre Rubin, Greenspan et Summers, le magazine de l’université de Stanford publia cette une, 10 ans après celle du Time : « la femme qui tenta de sauver notre monnaie, et les gens qui l’en empêchèrent »

Entre 1998 et 1999, la CFTC (Commodity Futures Trading Commission), l’agence chargée de la réglementation des bourses de commerce aux États-Unis, a pris la décision d’ouvrir les marchés à terme aux opérateurs extérieurs, c’est-à-dire à tous les fonds spéculatifs. Cette décision fut le fruit d’une confrontation au sein de l’administration Clinton entre d’un côté Brooksley E. Born, alors à la tête du CFTC et réticente vis-à-vis de cette dérégulation, et de l’autre Alan Greenspan, président de la réserve fédérale, Robert Rubin, alors secrétaire au trésor et ancien coprésident de Goldman Sachs, et Larry Summers, successeur de Rubin au trésor et membre du comité directeur du groupe Bilderberg. Born perdit ce bras de fer. Cette dérégulation déstabilisa complètement le fragile équilibre des contrats à terme, accentuant tragiquement la volatilité des prix des denrées alimentaires. Il s’échangerait chaque année désormais à la bourse de Chicago près de 46 fois la production mondiale de blé. Les denrées alimentaires sont devenues des valeurs boursières refuges, sur lesquelles se ruent les fonds spéculatifs en cas d’éclatement d’une bulle financière. Ainsi, lors de la crise de 2007-2008 en partie causée par la pression exercée par Greenspan, Rubin et Summers sur le CFTC une décennie plus tôt, les fonds spéculatifs ont investi des milliards de dollars dans les matières premières à une période de raréfaction des récoltes, précipitant des millions d’individus dans la famine et menant aux déstabilisations politiques connues sous le nom d’émeutes de la faim.

Larry Summers, la folie ultralibérale au service de l’asservissement des peuples

Pour bien saisir en quoi les idéaux ultra libéraux de ces individus ont un impact direct sur le sort des peuples, et quel est le degré de mépris de ces dérégulateurs professionnels pour la vie humaine, il faut se rappeler les propos de Larry Summers, et se souvenir que cet individu fut membre du comité directeur du groupe Bilderberg, économiste en chef de la banque mondiale (1991-1993), chef du conseil économique national de l’administration Obama (2009-2010), président de l’université de Harvard :

« Les pays sous-peuplés d’Afrique sont largement sous-pollués. La qualité de l’air y est d’un niveau inutilement élevé par rapport à Los Angeles ou Mexico […] Il faut encourager une migration plus importante des industries polluantes vers les pays les moins avancés […] et se préoccuper davantage d’un facteur aggravant les risques d’un cancer de la prostate dans un pays où les gens vivent assez vieux pour avoir cette maladie, que dans un autre pays où deux cents enfants sur mille meurent avant d’avoir l’âge de cinq ans. […] Le calcul du coût d’une pollution dangereuse pour la santé dépend des profits absorbés par l’accroissement de la morbidité et de la mortalité. De ce point de vue, une certaine dose de pollution devrait exister dans les pays où ce coût est le plus faible, autrement dit où les salaires sont les plus bas. Je pense que la logique économique qui veut que des masses de déchets toxiques soient déversées là où les salaires sont les plus faibles est imparable ».

cité par The Economist, 08.02.92, The Financial Times, 10.02.92, reproduit dans Courrier International, n°68, 20.02.92 et dans Le Monde, 19.05.92.

Summers a également déclaré :

« il vaut mieux que les enfants asiatiques travaillent dans les usines textiles plutôt qu’ils se prostituent »

Cité par Les Echos, 25 novembre 2008, p.38

Voilà donc les deux perspectives d’avenir que le capitalisme financier propose à la jeunesse des contrées dans lesquelles il entend imposer sa vision du progrès et de l’« ouverture » économique et morale : esclavage industriel ou prostitution. Comme si ces deux propositions ne connaissaient pas d’alternative …

Galil Agar

________________________________________________________________________________________

Pour aller plus loin :

La famine, arme de la guerre et du marché : Niger, Nigéria, Sud-Soudan, Somalie, Yémen, Cercle des Volontaires, Galil Agar

Comment Goldman Sachs a provoqué la crise alimentaire, Slate, traduit d’après Foreign Policy, 22.06.2011, Fredercik Kaufman (trad. Charlotte Laigle)

Trois banques françaises accusées de spéculer sur la faim dans le monde ( BNP Paribas, BPCE, Société générale), Le Figaro, 24.02.15, Eric de la Chesnais

Ouvrages de Jean Ziegler :

Le Droit à l’alimentation, Paris, Éditions Fayard, 2003.

Destruction massive. Géopolitique de la faim, Paris, Le Seuil, 2011.

Source

Publicités
 

Étiquettes : , , , , , , ,

Des produits chimiques pouvant servir à confectionner des explosifs dérobés près de Paris

Des produits chimiques pouvant servir à confectionner des explosifs dérobés près de Paris
Plus d’une vingtaine de litres de produits chimiques pouvant servir à fabriquer des explosifs ont été volés à l’Ecole nationale vétérinaire d’Alfort (Enva), située à Maisons-Alfort (Val-de-Marne), près de Paris.

L’école vétérinaire de Maisons-Alfort a été victime d’un vol d’une vingtaine de litres de produits chimiques dangereux rentrant dans la composition d’explosifs, a-t-on appris le 20 avril.

Parmi les principaux ingrédients dérobés : du trichloréthylène, de l’acétone et du fluorure de zinc. «Vu les produits, c’est évident que ça peut servir à fabriquer des engins explosifs», a expliqué une source policière à l’AFP, confirmant une information du journal Le Parisien.

Plusieurs de ces ingrédients rentrent effectivement dans la composition du TATP, explosif prisé par les terroristes de Daesh.

Le vol a eu lieu il y a une semaine environ, mais l’établissement n’a prévenu la police que le 19 avril, a ajouté la source policière. Ce n’est pas la première fois que l’Enva est victime d’un vol, selon elle : des produits stupéfiants y ont déjà été dérobés par le passé, notamment de la kétamine.

Une enquête a été ouverte et confiée au commissariat de Maisons-Alfort.

Cet incident survient dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu en France : sous l’état d’urgence et à quelques jours de la présidentielle, un projet d’attentat qui ciblait des prétendants à l’Elysée a été déjoué il y a quelques jours. 4

Trois kilos d’explosifs de type TATP ont en effet été découverts le 18 avril au domicile de deux suspects par les forces anti-terroristes.

Source

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 avril 2017 dans général, Politique, société

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Liste des produits pouvant contenir des nanoparticules selon l’association Agir pour l’Environnement

Présentes dans de très nombreux biens de consommation, les nanoparticules ont fait leur entrée dans nos assiettes au travers des pesticides, des emballages, mais aussi des conservateurs et autres additifs. Alors que les effets sur la physiologie humaine restent difficiles à quantifier, les scientifiques ont d’ores et déjà démontré leur existence, et la nécessité d’appliquer le principe de précaution. L’association Agir pour l’Environnement a dressé la liste des aliments présents dans nos supermarchés et susceptibles de contenir ces substances toxiques, et espère interpeller les industriels au travers de la mobilisation des citoyens.

209 produits testés

Présents sur les étalages et dans les rayons, ce sont plus de 200 produits qui ont d’ores et déjà été passés au crible par l’association Agir pour l’Environnement. Lancée en juin 2016, la campagne « Stop aux nanos » a pour but d’analyser différents produits de consommation courante afin d’identifier la présence de potentielles nanoparticules. Épaulée par le laboratoire national de métrologie et d’essais (LNE), l’association a permis l’identification de différentes nanoparticules dans au moins quatre produits alimentaires. Selon un rapport de l’OCDE, plus 1300 produits de consommation courante contiendraient ces nanoparticules.

Selon les premiers tests, des nanoparticules ont été identifiées dans les gâteaux Napolitains « Signature Chocolat » de la marque française LU, les chewing-gums Malabar et les Chewing-gums New’R goût menthe fraîche. Du reste, l’association suspecte la présence de ces nanoparticules dans une vaste gamme de produits dont les M&M’s Crispy, le Chocolat Milka « in colors », les Dosettes cappuccino Senseo ou encore plusieurs types de Bûche glacée Carte d’Or. La liste non-exhaustive est consultable en ligne. Les molécules identifiées, quant à elles, comprennent notamment du dioxyde de titane, présent dans l’additif et colorant E171 que l’on retrouve notamment sur les gâteaux Napolitains et dans les chewing-gums. Des additifs utilisés par les industriels pour fixer l’humidité et empêcher l’agglomération des poudres, blanchir les aliments ou modifier la teinte de leurs colorants.

Suite à l’identification de nanoparticules dans ces premiers échantillons, l’association a mis en place une plateforme permettant aux internautes de consulter les aliments où la présence de nanoparticules a été attestée, mais aussi ceux suspectés d’en contenir, et ceux qui n’en comportent plus. Plus de 200 produits sont ainsi suspectés de contenir des nanoparticules et attendent d’être soumis à de plus amples tests en laboratoires. La liste comprend de nombreux produits particulièrement appréciés des enfants (des biscuits, mais aussi des bonbons). Il est donc possible pour les industriels de changer leur méthode de production sans attendre pour apparaître en « vert » (sans nanoparticules) dans cette liste.

Une mobilisation en bonne marche

Premiers résultats de cette mobilisation citoyenne lancée il y a déjà plusieurs mois, certains produits ont été modifiés de façon à ne plus incorporer de nanoparticules. Ainsi, la marque William Saurin, dont la blanquette de veau en conserve présentait aussi des traces de dioxyde de titane, a affirmé qu’elle n’utilisera plus d’additifs susceptibles de contenir des nanoparticules dans ses produits. Elle a également annoncé sa volonté de ne plus employer de colorants sur la totalité de sa gamme, et la mise en place d’une politique particulière concernant la nature de ses emballages.

Éditée à plus de 25 000 exemplaires, la campagne « Stop aux nanos » d’Agir pour l’Environnement rencontre un certain succès auprès des internautes. Espérant pouvoir faire pression sur les Ministres de l’Écologie et de la Santé, mais aussi auprès de la Secrétaire d’État à la consommation, l’association a également mis en place un système de « cartes pétitions ». À l’heure actuelle, 47 916 internautes ont signé la pétition en ligne exigeant la garantie de l’absence de nanoparticules dans les produits alimentaires courants.

Des risques ?

Présentes dans de nombreux produits du quotidien, les nanoparticules se retrouvent aussi bien dans les pneus de nos voitures, que dans les raquettes de tennis, les emballages, les matériaux de construction, les vêtements ou encore les cosmétiques et les médicaments. Il n’y a donc pas de réponse simple face à la complexité du phénomène. Concernant l’alimentation, elles sont généralement la conséquence de l’utilisation de pesticides, de certains emballages alimentaires, et directement de l’utilisation d’additifs colorants et anti-agglomérants (dioxyde de titane et dioxyde de silice). On rappellera qu’il existe une obligation d’étiquetage imposée depuis fin 2014 par l’Union Européenne même si celle-ci reste peu lisible du consommateur. La France fut également le premier pays de l’UE à créer son propre registre R-Nano en 2013, dont le but est de recenser toutes les substances à l’état nano-particulaire importées, produites ou distribuées sur le territoire.

Ces dernières années, divers instituts se sont donc penchés sur la question de l’incidence de telles substances sur la santé humaine. Dommages à l’ADN, retards de croissance, inflammations chroniques, hypersensibilité et allergies, affaiblissement du système immunitaire et effets cancérogènes sont quelques-uns des effets potentiels des nanoparticules sur l’organisme (voir documents de l’IRSST). Des effets renforcés par le fait que ces nanoparticules sont capables de traverser nos barrières physiologiques et de s’infiltrer dans les voies respiratoires, digestives et cutanées et ainsi s’accumuler dans les organes, les cellules, ou le sang. Mais à nouveau, tout dépend du type de particule et de l’utilisation que nous en faisons. L’OMS préconise donc depuis 2013 l’application du principe de précaution, lorsque l’ANSES allait jusqu’à conseiller l’interdiction totale des produits à l’origine des nanoparticules pour les applications grand public.

Enfin, les nanoparticules disséminées un peu partout dans l’environnement (depuis les décharges ou les incinérateurs par exemple), contribuent à la pollution des cours d’eau. L’eau usée des machines à laver participe également au travers des vêtements à la diffusion de ces particules, aussi présentes dans les crèmes solaires qui se diluent de la peau des baigneurs dans les mers et océans. Des effets sur le phytoplancton ont déjà été observés, suscitant l’inquiétude de la classe scientifique quant à l’avenir de la chaîne alimentaire des animaux marins.

La campagne « Stop aux nanos » ainsi que la pétition associée seront en ligne jusqu’au 14 juin prochain.


Sources : Infonano.agirpourlenvironnement.org / Rapport du laboratoire LNE / Agirpourlenvironnement.org / Assets.apeorg.com

 

Étiquettes : , , , , , ,

Mettez-vous Monsanto dans votre vagin ? 85% des tampons et des produits d’hygiène féminine contaminés par l’herbicide cancérigène glyphosate

Herbicide-Tampon-Pad

À la fin des années 1970 et au début des années 1980, plus de 50 femmes américaines ont été tuées par leurs tampons. Bien que la FDA et le secteur de l’hygiène féminine aient déployé des efforts considérables pour tenter de faire oublier cette histoire vraie (en l’appelant une « rumeur »), les tampons fabriqués avec certaines fibres non-naturelles se sont révélées abriter des bactéries mortelles et libérer une quantité suffisante de produits chimiques pour tuer ou blesser plus d’un millier de femmes.

Comme la Organic Consumers Association a publié:

Les pires contrevenants étaient les tampons ultra-absorbants Rely de Procter and Gamble. Selon le livre Soap Opera: The Inside Story of Procter and Gamble, l’entreprise a rejeté les plaintes des consommateurs au sujet des tampons pendant des années. Une note de 1975 de l’entreprise a divulgué que les tampons Rely contenaient des agents cancérigènes connus et que le produit altérait les organismes naturels trouvés dans le vagin. Les tampons Rely ont été retirés des rayons en 1980, mais de nombreuses femmes affirment qu’elles ont hérité d’hystérectomies et de perte de fertilité.

Parmi les femmes soucieuses de leur santé, la toxicité des tampons traditionnels a longtemps été un sujet de préoccupation. « Comme je dis non à l’huile de coton, c’est pour la même raison que je ne suis pas d’accord pour mettre du coton toxique dans mes parties intimes », écrit Meghan Telpner. « Saviez-vous que 38 millions de kilos de pesticides sont pulvérisés sur 5.6 millions d’hectares de coton conventionnel cultivés chaque année aux États-Unis. »

Elle poursuit:

La rayonne/viscose utilisée dans les Tampax est fabriquée à partir de pâte de bois. La dernière fois que j’ai vérifié, il n’y avait pas une telle chose que des arbres de rayonne et les arbres ne se transforment pas comme par magie en rayonne, il faut des centaines de produits chimiques. Le blanchiment au chlore de la pâte de bois est là où se trouve le plus grand danger. Le processus créé des hydrocarbures chlorés, un groupe de produits chimiques dangereux avec des sous-produits qui comprennent les dioxines, certaines des substances les plus toxiques connues. Parties par million mon cul! Il n’y a pas de niveaux de dioxines sûrs, elles sont impossibles à décomposer et ainsi continuent de s’accumuler dans nos tissus.

Maintenant l’herbicide toxique de Monsanto a été retrouvé dans 80% des produits d’hygiène féminine

Avance rapide jusqu’en 2015. Maintenant, le glyphosate, la substance chimique retrouvée dans le « Roundup », l’herbicide de Monsanto utilisé sur les cultures de coton génétiquement modifié, est découvert dans la grande majorité des produits d’hygiène féminine.

L’équipe de recherche de l’Université Nationale de La Plata dirigée par Damian Marin a révélé leurs résultats de recherche le 18 octobre. Notez bien que de telles recherches n’auraient jamais été menées dans une université américaine parce qu’elles ont été infiltrées et achetées parMonsanto. Exemple: Kevin Folta, le professeur discrédité de l’Université de Floride, qui a été pris à recevoir 25 000 $ de Monsanto après avoir publiquement menti qu’il n’avait pas de liens financiers avec la société d’herbicide. Même si Folta a été exposé comme un menteur et un violeur de l’éthique de l’université, l’Université de Floride ne voit rien de mal à ces tromperies. Cliquez ici pour lire la lettre secrète où Monsanto accepte de lui verser 25 000 $.

« Une équipe de scientifiques argentins a trouvé des traces de glyphosate dans 85% des soins personnels et de produits d’hygiène féminins contenant du coton et couramment achetés dans les pharmacies et les supermarchés, » écrit Revolution News.

« L’étude a porté sur un échantillon de produits de pharmacies et de supermarchés dans la région de La Plata, et a analysé des cotons-tiges, de la gaze et des articles pour un usage féminin. Les résultats de tous les produits commerciaux ont détecté 85% glyphosate et 62% de AMPA (métabolite ou dérivé de glyphosate). Près de 100% du coton produit en Argentine est transgénique et le glyphosate est pulvérisé alors que le cocon est ouvert « .

Également signalé par Revolution News:

« Le rapport nous a choqués », a déclaré le Dr Medardo Ávila Vázquez, un participant de la conférence et de Cordoba.

« Nous avons concentré notre attention sur la présence de glyphosate dans les aliments, mais ne pensions pas que les produits que nous utilisons dans tous les hôpitaux et centres de santé dans le pays pour guérir les patients étaient contaminés par un produit cancérigène. Les autorités doivent donner une réponse immédiate à cette situation ».

Le glyphosate est connu pour causer le cancer, mais les propagandistes sont payés pour dissimuler la vérité

Le glyphosate est un produit chimique cancérigène connu. L’Organisation Mondiale de la Santé l’aclassé comme « probablement cancérogène », et beaucoup d’autres études le relient clairement à un processus de perturbation du système endocrinien qui mène au cancer.

L’EPA a conspiré avec Monsanto pendant des décennies pour tromper le public en lui faisant croire que le glyphosate était inoffensif, même après avoir su que la molécule était extrêmement dangereuse.

Forbes.com, nommé « le plus mauvais éditeur de nouvelles de l’Amérique » par EVIL.news, a contribué à la publication de la propagande de Monsanto via des propagandistes professionnels rémunérés par la société tels que Henry Miller et Jon Entine. Tous deux ont été exposés comme des « mercenaires OGM » qui trahissent l’humanité et prônent l’empoisonnement chimique du monde en échange d’argent.

Le glyphosate s’est même révélé favoriser le cancer à des concentrations de parties par milliard, ce qui signifie que même une faible exposition provenant de tampons pourrait conduire à des cancers mortels chez les femmes. (L’industrie des OGM dit que les femmes qui sont préoccupées par les OGM sont « anti-science » et trop stupides pour comprendre la technologie.)

Il est incontestable que le vagin humain absorbe facilement les produits chimiques trouvés dans les tampons. Lorsque ces tampons sont composés de coton OGM – la grande majorité du coton qui est cultivé commercialement – ils contiennent presque toujours du glyphosate que les parois vaginales absorbent et il pénètre dans le sang.

Cela signifie que même au-delà de la contamination par le glyphosate dans les aliments, les femmes doivent maintenant envisager la possibilité qu’elles sont empoisonnées par le glyphosate dans le vagin par l’intermédiaire de coton génétiquement modifié utilisé dans les tampons et autres produits d’hygiène.

Pour toutes les femmes journalistes achetées qui prennent la défense de Monsanto – commeTamar Haspel du Washington Post infiltré par Monsanto – HONTE SUR VOUS pour promouvoir l’industrie chimique auprès des femmes.

Pourquoi vous ne devriez utiliser que des produits d’hygiène féminine biologiques

Le seul moyen sûr d’éviter les OGM dans votre vagin est d’acheter des produits d’hygiène féminine certifiés biologiques à base de coton biologique ou d’autres matières biologiques.

Il est facile pour les consommateurs d’oublier que leurs jeans sont fabriqués à partir de coton OGM saturé de glyphosate… ou que la gaze en coton dans leurs trousses de premiers soins est également constituée de coton OGM et de glyphosate. En fait, même les cotons-tiges et les boules de coton sont généralement OGM.

Donc, si vous voulez vraiment arrêter de mettre Monsanto dans votre vagin (ou vos oreilles, votre nez et tout autre endroit de votre corps), vous aurez besoin d’acheter méticuleusement biologique, les produits non-OGM à ces fins.

Sources:
http://revolution-news.com/argentina-study-f…
http://www.organicconsumers.org/old_articles…
http://www.meghantelpner.com/blog/part-2-tam…
http://www.truthwiki.org/glyphosate/
http://www.unlp.edu.ar/
http://www.truthwiki.org/monsanto/
http://www.truthwiki.org/dr-kevin-folta-univ…
http://www.gmo.news/2015-09-08-academias-bio…
http://www.gmo.news/2015-09-17-25000-monsant…
http://www.naturalnews.com/049120_glyphosate…
http://www.naturalnews.com/049958_EPA_Monsan…
http://www.evil.news/2015-09-28-americas-top…
http://www.truthwiki.org/henry-i-miller/
http://www.truthwiki.org/jon_entine/
http://www.naturalnews.com/042553_roundup_gl…
http://www.truthwiki.org/tamar-haspel-washin…

Crédit : Natural News

 
Poster un commentaire

Publié par le 23 septembre 2016 dans général, Santé - nutrition, Sciences

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

Chemtrails : « Vaporiser des produits chimiques dans le ciel pour inverser le changement climatique » selon un grand média Anglais

Dans cet incroyable papier, L’Express Co pose la question des Chemtrails et se range plutôt du coté des « conspirationnistes » , car tout le monde la sait , les chemtrails n’existent pas !

CHEMTRAILS : Y’A T-IL VRAIMENT DES AVIONS À RÉACTION QUI VAPORISENT SECRÈTEMENT DES PRODUITS CHIMIQUES, POUR INVERSER LE CHANGEMENT CLIMATIQUE ?

La théorie du complot sur les Chemtrails est l’une des plus populaire sur Terre et comptait la légende de la pop prince parmi ses très médiatisés défenseurs.

A sa plus bizarre extrêmité, les théoriciens de la conspiration croient que les contrails (ou chemtrails) qui se forment derrière les avions à réaction sont en fait des flux de produits chimiques toxiques destinés au « contrôle de l’esprit», qui se diluent avant d’atteindre le sol, laissant un gaz que nous respirons et qui maintient sous controle la population en général .

Mais il y a un nombre croissant de ceux qui croient dans les chemtrails, qui prétendent que cette conspiration est en réalité un complot mondial secret pour changer le climat de la Terre dans l’espoir qu’il va inverser les effets du changement climatique.

Même d’anciens politiciens au Royaume-Uni commencent à exprimer des préoccupations.

Dane Wigington, un expert en énergie solaire et ancien employé de Bechtel Power Corp, dirige maintenant Geoengineeringwatch.org Geoengineeringwatch.org , un site Web mis en place pour exposer la conspiration « nocive » qui a reçu plus de 22,3 millions de visiteurs.

Chemtrail conspiracist Dane Wigington

Chemtrail conspiracist Dane Wigington

Secret in the sky: Millions believe the chemtrail theory is true

Secret in the sky: Des Millions pensent que la chemtrail theory est vraie 

Il a étudié pourquoi les panneaux solaires à son domicile ont perdu le pouvoir à cause des traînées formées dans le ciel.

Selon M. Wigington, les contrails, ou chemtrails, que nous voyons se former derrière les avions presque tous les jours sont de la géoingénierie.

Une introduction au sujet sur son site déclare ceci : «ça  ressemble à de la science-fiction, mais ce n’en est pas. Ça se passe juste au-dessus de vous ».

Il a affirmé qu’un système appelé « Solar Radiation Management” ( « Gestion des Radiations solaire  » – SRM) a été utilisé dans lequel les scientifiques ont essayé d’imiter les effets d’une éruption volcanique majeure sur la température.

Au cours d’une éruption, les nuages de cendres sulfureux bloqueraient la lumière du soleil, refroidissant la Terre.

Il a dit ceci : « Leur concept est d’imiter la gradation et les effets du refroidissement du a une éruption volcanique et à la pollution particulaire existante due a l’activité humaine.

« Cependant, ce concept est sorti de la phase d’essai depuis un certain temps, et même si les fonctionnaires ne l’admettront pas, le SRM est déjà en fonctionnement à grande échelle. »

Beaucoup de gens croient qu’il est facile à repérer quand il y a du chemtrailing .

John Dornan est un ancien conseiller du comté d’Essex, qui a récemment découvert cette théorie.

Former councillor John Dornan is concerned the conspiracy is true

L’ancien conseiller John Dornan pense que la conspiration est réelle

Il a dit: «Je ne savais rien à ce sujet, mais les gens ordinaires ont alors commencé a le mentionner et à parler à ce sujet sur un ton neutre, comme si tout le monde savait.

« Puis je vis que c’est arrivé. Il y avait un ciel bleu clair, puis les avions sont venus et les sillons sont aqparus les uns après les autres, jusqu’à ce qu’ils s’étalent dans de longs nuages. Après que la lumière du soleil obscurcit. « 

Il a visité le site Web de géoingénierie Watch et il est convaincu que la théorie pourrait être vraie et quelque chose doit être fait, mais il est préoccupé par la façon dont les gens vont réagir face à tout le monde qui y croient.

Il a dit: «Vos yeux ne peuvent pas mentir. Ça se passe tous les jours et la preuve est sur ce site « .

M. Wigington revendique que les « chemtrails » sont constitués de gaz de sulfure précurseurs tels que le sulfure d’hydrogène (H2S) ou du dioxyde de soufre (SO2), pour refléter artificiellement les rayons du soleil et de limiter le réchauffement climatique.

Express Co –  resistanceauthentique

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Vidéos éco – Attention aux risques d’une flambée des produits alimentaires, Comprendre les mécanismes du Shadow banking …

L’anomalie climatique El Niño inquiète. A juste titre car elle pourrait affecter les prix agricoles et plonger les régions les plus pauvres, mais aussi certains pays émergents en panne de croissance, dans un état de crise et d’instabilité politique aggravée […]

Olivier Passet, Comprendre les mécanismes du Shadow banking

« Le Shadow Banking est le genre de concept que l’on comprend sans bien le comprendre, qui continue à vous échapper même lorsque l’on approfondit l’investigation, tant il recouvre des acteurs multiples aux jeux divers et complexes. On croit savoir de lui, 1/ qu’avec 80 000 milliards de dollars d’actifs financiers, il représente la moitié du poids du système bancaire traditionnel. 2/ Que les ¾ sont contrôlés par les États-Unis, le Royaume-Uni, et la zone euro. 3/ Enfin, les liens tissés entre la finance de l’ombre et la banque classique, hors bilan, donc hors contrôle, créent un risque systémique. Et l’on sait de surcroît que toute une partie de cette finance de l’ombre, domiciliée dans les centres financiers off-shore nous échappe. Les deux problématiques étant intimement liées.

Lorsque l’on parle de Shadow Banking, c’est le terme Shadow qui retient l’attention et excite l’imaginaire. Or c’est le mot  « banking » qui devrait encore plus focaliser notre attention. Pourquoi ? Parce que le Shadow Banking est une notion qui fait exploser les typologies que l’on croyait maîtriser… »

 
2 Commentaires

Publié par le 30 novembre 2015 dans économie, général

 

Étiquettes : , , , ,

Prenez soin de vos dents grâce à des produits 100% naturels

prothese-amovible

 

(oui, ce sont bien mes dents …)

Un dossier très complet sur les solutions naturelles liées à l’hygiène dentaire : hé oui, les dents, c’est important, même pour les « sans dents » !

Vous savez combien coûte un soin en dentisterie? Suivant le travail à faire, cher, trop cher… 4% des français ont renoncé à des soins en 2014, et pas uniquement pour des raisons de coûts suivant un article de MGFrance. Et si un soin réalisé par un professionnel est important, il y a toujours quelques petites astuces toujours utiles à la portée du plus grand nombre, des astuces souvent inconnues ou oubliées, normal, vu que cela ne rapporte pas…

Deux séries d’astuces vont sont proposées ici, en espérant qu’elles puissent vous être utiles.

 

Les dentifrices, les agents blanchissants ou les solutions buccales conventionnelles, contiennent souvent des ingrédients qui sont trop agressifs pour le pH de notre bouche.

Même si, sur le moment, ils nous apportent une sensation de fraîcheur et de propreté, à long terme, ils peuvent abattre les défenses naturelles de notre bouche et entraîner l’apparition de diverses maladies comme la gingivite, les caries ou les infections, par exemple.

Pour les remplacer, vous pouvez utiliser des produits naturels et écologiques, aux ingrédients qui respectent votre équilibre bucco-dentaire, et qui disposent de bienfaits thérapeutiques formidables.

Dans cet article, nous allons vous présenter plusieurs de ces produits, qui sont de véritables solutions alternatives et bon marché aux produits conventionnels.

L’argile blanche

argileblanchepoudre

L’argile blanche est l’un des ingrédients de base des dentifrices naturels, car elle contient les propriétés suivantes:

  • Elle est nettoyante.
  • Elle dispose d’une action alcalinisante.
  • Elle permet de désenflammer la bouche.
  • Elle reminéralise les dents.

L’argile est adaptée à tout le monde, mais encore faut-il qu’elle soit blanche. C’est l’une des seules argiles qui ne contient pas d’éléments toxiques pour la muqueuse buccale.

Faites donc bien attention à celle que vous achetez. De plus, essayez de la choisir la plus fine possible, sans aspérités qui pourraient endommager l’émail de vos dents.

Vous pouvez utiliser l’argile directement sur votre brosse à dents humidifiée, ou vous pouvez l’associer aux ingrédients dont nous allons vous parler par la suite.

Le curcuma

Racine-curcuma-500x332

Cette épice de couleur jaune a d’excellentes propriétés pour la santé. Elle dispose de plusieurs actions qui sont indispensables aux soins bucco-dentaires de base :

  • Le curcuma est anti-inflammatoire et antioxydant
  • Il a un effet blanchissant
  • Il dispose d’une action antiseptique

Vous pouvez vous brosser les dents avec du curcuma pendant 2 minutes, puis bien vous rincer la bouche, ou alors le mélanger avec de l’argile blanche, pour constituer un dentifrice naturel très complet.

L’huile de coco

Bienfaits-de-lhuile-de-coco-500x373

Cet ingrédient dispose de nombreuses propriétés médicinales, mais il va également permettre à notre dentifrice d’acquérir une texture de gel, ce qui permettra de l’appliquer bien plus facilement.

Vous pouvez aussi utiliser l’huile de coco de manière indépendante.

En plus d’avoir une texture très douce et une saveur exotique délicieuse, cette huile contient de l’acide laurique, un élément indispensable pour prévenir les caries et le tartre.

Il est fondamental d’utiliser de l’huile de coco vierge extra, car les huiles raffinées perdent toutes leurs propriétés, et peuvent même être toxiques sur du long terme.

(Dans cet article, nous vous expliquons toutes les vertus de l’huile de coco).

Le bicarbonate de soude

Bicarbonate-de-soude-pour-alcaliniser-le-corps-500x260

Le bicarbonate de soude est utilisé traditionnellement pour faire blanchir les dents. Il peut également aider à les nettoyer et à désenflammer les gencives de manière naturelle.

Cependant, il est recommandé de ne pas en abuser, car il est très alcalinisant et à long terme, il peut être dangereux pour l’émail dentaire.

Nous vous recommandons d’en utiliser en petites quantités, en le mélangeant aux ingrédients précédemment évoqués, et en faisant bien attention à ce qu’il ait une texture très fine.

Pour cela, vous pouvez le piler ou le diluer dans une base liquide.

L’infusion de thym

Thym-500x3341

L’infusion de thym va vous apporter d’incroyables bienfaits pour vos dents.

Il vous suffit de faire bouillir de l’eau, puis d’y ajouter une poignée de thym pour réaliser une infusion bien concentrée, qui pourra se conserver durant 4 jours au réfrigérateur.

Si vous utilisez cette infusion comme bain de bouche après vous être brossé les dents, vous bénéficierez de toutes les propriétés antiseptiques et cicatrisantes du thym, idéales pour prévenir les infections et les aphtes.

Cette infusion est également recommandée si vos gencives saignent facilement. 

Suite des astuces sur Amelioretasante.com

Maintenant, allons encore plus loin avec d’autres astuces ssues d’un article 100% LME de début 2014:

Même si rien ne remplacera jamais la visite auprès d’un spécialiste, le simple fait de recevoir des soins dentaires n’est pas (ou plus) possible pour une grande partie des populations, avant tout pour une histoire de coût. Car ne nous le cachons pas, les soins dentaires sont relativement onéreux même s’ils sont indispensables. Nous allons donc tenter de faire un survol ici des raisons pour lesquelles certains ne vont pas voir un « arracheur de dents » en cas de besoin, mais également, comment se soigner lorsque c’est possible. Car dans les moments difficiles, ou dans les urgences, certains gestes peuvent aider à affronter le mal dentaire et même à patienter en cas de besoin indispensable d’un praticien. Mais déjà, il serait bon de savoir pourquoi nous avons des caries, commençons donc pas expliquer cela.

dentiste

1: Pourquoi nous avons des caries:

Savez-vous pourquoi nous avons des caries? C’est une des conséquences de notre évolution et de notre sédentarisation. Notre alimentation à changé il y a 6000 ans, avec les conséquences que cela a pu entrainer. Ces dernières décennies avec l’apparition de nombre de produits toujours plus acides ou sucrés, mais également des sodas n’a aidé en rien. Donc, notre alimentation est un facteur très important quand  ce qui peut vous arriver au niveau dentaire.

Les dents deviennent plus petites, la mâchoire devient plus courte, les dents se chevauchent les unes sur les autres… Ces problèmes, les hommes préhistoriques ne les connaissaient pas. Ils avaient des dents de très bonne qualité. Par exemple, les caries sont un phénomène très moderne. Elles sont apparues il y a très peu de temps. A peine 6 000 ans. Au cours des différentes études que j’ai pu mener, je n’ai jamais vu une carie sur un homme préhistorique. C’est au moment où l’homme est devenu sédentaire qu’elles sont apparues. Elles sont la conséquence de l’alimentation humaine. L’homme a commencé à manger des céréales, à avoir une alimentation beaucoup plus sucrée. Dès lors, les caries ont fait leur apparition. Mais l’évolution humaine est telle que désormais les enfants recommencent à avoir de moins en moins de caries.

Source et article complet sur Atlantico.fr

Voici la listes des aliments considérés comme étant plus ou moins dangereux pour notre sourire:

pyramide_alimentaire__mjnm23

Aliment très dangereux pour les dents: Sodas, chewing-gum sucré, sucette   = Très très dangereux. Confiserie, tartes , bonbons durs, gâteau de Savoie ou pâtisserie très sucrées  = Très dangereux pour les dents.

Aliments dangereux pour les dents: Jus de fruits, céréales sucrées, fruits très sucrés comme le raisin, pain complet, biscuits sucrés, gâteaux = Dangereux pour les dents.

Aliments moyennement dangereux pour les dents:Boissons gazeuses, fruits pas trop sucrés comme les bananes, céréales sans sucre ajouté, gâteaux à la crème, biscuits fourrés, bonbons gélifiés  = Moyennement dangereux

Aliments peu dangereux pour les dents:Lait chocolaté, chips, fruits peu sucrés comme les pommes ou fraises, pain beurre, biscuits secs, chocolat  = Peu dangereux

Aliments bons ou pas dangereux pour les dents:Le lait et les produits laitiers permettent de diminuer le taux d’acidité de la bouche. Attention tous les produits laitiers maternisés ou sucrés présentent un risque. Lait (sans sucre) , thé (sans sucre), eau, fromage, viande, poisson, jambon, gomme sans sucre, produits à base de « faux sucre »   = Pas dangereux. = Bon. L’eau permet de rincer la bouche et de laver une partie du sucre se déposant sur la plaque dentaire. Les aliments contenant des minéraux, du fluor et du calcium sont bons pour les dents. Ils permettent de les reminéraliser qui seront plus fortes et mieux armées pour lutter contre l’attaque des bactéries responsables des caries.

Source: Teteamodeler.com

Quand aux méthodes pour lutter contre la carie dentaire, il y a l’hygiène buccale qui reste indispensable, mais également la prévention, ici expliquée pour les fruits sucrés cités plus hauts:

Nous devons d’abord comprendre les vraies causes de la carie dentaire.  C’est  une prolifération d’une bactérie dans l’environnement oral.  Nous  savons que cette bactérie se nourrit d’hydrates de carbone et produits un déchet acide qui brise l’émail de la dent et cause la carie dentaire.

Chez un individu en santé, les fruits sucrés comme les oranges, les bananes et les pêches ne vont pas causer de caries car la fibre et l’eau du fruit vont nettoyer naturellement les dents.  D’un autre côté, les fruits séchés et les noix peuvent faire des désastres car ils collent sur les dents et nourrissent la bactérie.

Et, si une personne a déjà des problèmes de santé dentaire, il peut y avoir des dangers potentiels si elle augmente sa consommation d’hydrates de carbone (fruits sucrés).

Article complet sur Alimentationcrue.com

famous indian dentist« Dentiste indien », pas vraiment une option ni une alternative non?

2: Le dentiste, le fric et les chocottes

Avant de savoir comment se soigner certains maux, il convient maintenant de savoir pourquoi une partie des personnes ne vont pas voir les dentistes plutôt que de se faire soigner, et deux raisons principales ressortent: l’argent et la peur du dentiste.

Alors que 23% des Américains (+2 points) déclarent encore avoir au cours de l’année renoncé ou reporté des soins médicaux pour eux ou un membre de leur foyer pour des raisons financières, quatre pays européens se distinguent par un niveau élevé de renoncement aux soins : la Pologne avec 39% des personnes sondées déclarant avoir renoncé à des soins pour raisons financières en 2013(- 2 points), la France avec 33% (+6 points), l’Allemagne avec 24% (-6 points) et l’Italie avec 20% (-7 points).

En France, sont particulièrement concernés dans l’hexagone les femmes (41%, contre 23% des hommes) et les 18-39 ans (40%, contre 22% des 60 ans et plus). Les soins dentaires (25%) arrivent en tête des soins auxquels les Français renoncent ou qu’ils reportent, devant les achats de lunettes ou de lentilles de correction (17%), les soins courants (12%), les achats de médicaments (7%) et les soins lourds (7%).

Source et suite: Baromètre santé et société/csa 2013

Si 25% des sondés en France ont déjà repoussé des soins dentaires, une partie de ceux-ci le font également pour une autre raison simple: la peur du dentiste. Car cette peur, qu’elle soit jugée ou non comme étant irrationnelle, est malheureusement récurrente. Il y a non seulement une explication à la « stomatophobie », mais également es moyens d’y remédier. Commençons par l’origine de cette peur:

suite et fin : http://lesmoutonsenrages.fr/2015/07/09/prenez-soin-de-vos-dents-grace-a-des-produits-100-naturels/

 
2 Commentaires

Publié par le 9 juillet 2015 dans général, Santé - nutrition

 

Étiquettes : , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :