RSS

Archives de Tag: des médicaments

La liste noire des médicaments vendus sans ordonnance

La liste noire des médicaments vendus sans ordonnance

Rhume, toux, mal de gorge, grippe et troubles intestinaux: dans les médicaments disponibles sans ordonnance, près d’un sur deux est « à proscrire », selon le magazine 60 millions de consommateurs qui dévoile mardi une « liste noire » de produits parmi ceux les plus vendus.

Sur 62 médicaments « passés au crible » sous le contrôle du professeur Jean-Paul Giroud, pharmacologue clinicien reconnu, membre de l’Académie de médecine, et Hélène Berthelot, pharmacienne, seuls 21% d’entre eux (13) comme Vicks Vaporub, Imodiumcaps, Gaviscon menthe, Forlax 10 G, Maalox sans sucre (mais Xolaam, son jumeau méconnu est vendu environ 2 fois moins cher), sont « à privilégier ».
« Ils ont un rapport bénéfice/risque favorable », indique le magazine dans un hors-série consacré aux médicaments sans ordonnance. « De toute façon, la durée d’utilisation doit être courte », souligne le Pr Giroud.

Un tiers est classé « faute de mieux »: leur efficacité est faible ou non prouvée mais ils n’ont pas, peu ou très rarement d’effets indésirables, poursuit le journal de l’Institut national de la consommation (INC).

Stars anti-rhume
En revanche, parmi ces 62 médicaments, près d’un sur deux (28) est tout simplement « à proscrire », le rapport bénéfice/risque étant défavorable en automédication. En bonne place sur cette « liste noire » figurent des « stars anti-rhume » comme Actifed Rhume, DoliRhume et Nurofen Rhume.

Ce sont des cocktails de deux à trois composés actifs : un vasoconstricteur (nez bouché), un antihistaminique (nez qui coule) et du paracétamol ou de l’ibuprofène (mal de tête). Ces tout-en-un cumulent des risques de surdosage et d’effets indésirables gravissimes (accidents cardiovasculaires, neurologiques, vertiges?), selon 60 Millions.

Risques d’AVC
« En somme pour décongestionner un nez bouché, on met un bazooka à la disposition des malades », selon ce hors-série qui évoque notamment la pseudoéphédrine. Un produit que refuse par exemple de vendre le gérant d’une pharmacie bordelaise, relate le journal. « Cette substance expose à des risques d’accidents cardio-vasculaires et d’AVC », observe le Pr Giroud qui qualifie ces médicaments à proscrire de « dangereux ». « Ils devraient être retirés du marché », dit-il à l’AFP.

Selon lui, des médicaments à base de pseudoéphédrine par voie orale sont vendus sans ordonnance alors qu’ils délivrent jusqu’à 30 fois la dose de ceux qui s’administrent par voie nasale et qui sont accessibles seulement sur ordonnance.

C’est l’hécatombe
Pour les médicaments destinés à soulager la toux, le bilan de 60 Millions de consommateur n’est guère mieux, avec seulement un médicament à privilégier et 60% à proscrire. « C’est l’hécatombe par rapport à l’étude que nous avions réalisée en 2015, où il y avait 35 % de médicaments à privilégier et « seulement » 50 % à proscrire », écrit la revue.

Cette dégradation provient du fait que, depuis juillet, les sirops ou comprimés à base de dextrométhorphane (dérivé opioïde), une substance efficace sur certaines toux sèches et fatigantes, ne sont plus accessibles sans ordonnance.

Et ce en raison d’un détournement « marginal » de cette substance par des ados (via des cocktails « purple drank » » mêlant sodas et produits pharmaceutiques), explique Adeline Trégouët, rédactrice en chef déléguée du magazine.

Il y a 4.000 médicaments en vente sans ordonnance, chiffre incluant par exemple des bouteilles de sirop de tailles différentes ou des boîtes avec plus ou moins de comprimés, et parmi eux près de 600 sont en accès direct en pharmacie, d’après le Pr Giroud, auteur d' »Automédication. Le guide expert » (édition La Martinière, 2017).

Problème d’information
« Il y a un problème d’information, le public ne connaît les médicaments que par la publicité or elle n’est pas véritablement informative », déplore le pharmacologue.

Le magazine épingle parmi d’autres produits des pastilles pour la gorge à base d’anti-inflammatoires comme Strefen sans sucre, qui présente inutilement un risque d’hémorragies digestives. Également dans le collimateur, des fluidifiants bronchiques qui n’ont jamais fait la preuve de leur efficacité et peuvent être source d’allergie et d’irritation du tube digestif, selon le Pr Giroud.

Plus généralement, « si le risque zéro n’existe pas, malheureusement l’efficacité zéro, elle, est indiscutable pour plus de 55% des médicaments d’automédication » disponibles sur le marché, s’indigne ce spécialiste.

Source
Publicités
 
2 Commentaires

Publié par le 14 novembre 2017 dans général, Santé - nutrition

 

Étiquettes : , , ,

« Un tiers des médicaments » vendus « ne servent à rien »

Selon le professeur Philippe Even, « un tiers des médicaments » vendus « ne servent à rien« . Au delà d’une efficacité jugée faible voire nulle, c’est le risque que comporte leur absorption qui est pointé du doigt.

 
3 Commentaires

Publié par le 24 novembre 2016 dans Education - information, général, Santé - nutrition

 

Étiquettes : , , , ,

Venezuela : pénurie de 80% des médicaments et fournitures dans les hôpitaux

Huit médicaments et fournitures sur dix manquent à l'appel dans les hôpitaux vénézuéliens (c) Afp
Huit médicaments et fournitures sur dix manquent à l’appel dans les hôpitaux vénézuéliens (c) Afp

Les USA ne lâchent plus Maduro (auteur d’un crime de lèse majesté envers l’empire) et mettent à genoux la population du Venezuela – Caracas (AFP) – Huit médicaments et fournitures sur dix manquent à l’appel dans les hôpitaux vénézuéliens, selon une étude publiée mardi par les organisations sanitaires de ce pays frappé par une grave crise politique et économique.

La pénurie concerne 81% du matériel médico-chirurgical et 76% des médicaments indispensables pour soigner les patients des hôpitaux publiques, a précisé le député de l’opposition, José Manuel Olivares, qui présentait cette étude.

L’Enquête nationale des hôpitaux 2016, qui passe en revue plus de 242 établissements de santé dans tout le pays, a été réalisée par l’organisation médicale « Medicos por la salud » et l’Observatoire vénézuélien de la santé, au côté de l’université centrale du Venezuela.

En 2015, la pénurie atteignait 61% pour le matériel médico-chirurgical et 67% côté médicaments.

Selon cette étude, près de 90% des services d’urgences des hôpitaux ont connu des dysfonctionnements.

Les cathéters et les sondes figurent parmi les fournitures médicales qui font le plus cruellement défaut, à hauteur de 87%. « Ce qui explique qu’il y ait des listes d’attente dans tous les hôpitaux » pour les interventions chirurgicales, a expliqué le député.

« Les centres d’assistance se trouvent dans une situation d’urgence et le gouvernement refuse de recevoir l’aide nécessaire pour les activer », a ajouté M. Olivares, qui préside la commission de la santé du Parlement, contrôlé par l’opposition.

Mi-juin, le Tribunal suprême de justice (TSJ) a déclaré inconstitutionnelle la loi sur la santé approuvée par le Parlement afin que le gouvernement du président Maduro autorise l’entrée de l’aide humanitaire dans le pays.

Le Venezuela fait face à une récession économique provoquée par l’effondrement des prix du pétrole, pourvoyeur de 96% des devises du pays, et d’une pénurie de dollars, nécessaires à l’importation de la plupart de la nourriture et des médicaments consommés par la population.

La pénurie s’élève à plus de 80% des produits de base du pays, le Fonds Monétaire International (FMI) prévoit une inflation de 700% pour 2016, et la population est obligée de faire plusieurs heures de queue pour tenter d’acheter le moindre aliment.

De son côté, le président socialiste attribue le problème à une « guerre économique » menée par les milieux d’affaires et l’opposition pour le déstabiliser.

Source

 
 

Étiquettes : , , , , ,

Benzodiazépines : des médicaments qui rétrécissent le cerveau… depuis 30 ans !

En 1982, le gouvernement britannique apprenait que les benzodiazépines (dérivés du valium : Xanax, Lexomil, Lysanxia, Myolastan…) pouvaient provoquer des troubles neurologiques graves. 30 ans plus tard… les médecins continuent de distribuer les pilules comme des Smarties !

The Independent on Sunday vient de lâcher une bombe. Le canard britannique s’est procuré des documents confidentiels plutôt gênants. En 1981, suite aux trouvailles du professeur (aujourd’hui émérite) Malcolm Lader, chercheur de renom dans le domaine de la psychiatrie, le Medical Research Council (MRC, institut gouvernemental) avait organisé un brainstorming scientifique pour évoquer le rétrécissement du cerveau survenu chez certains patients gobant des benzodiazépines. L’année suivante, le MRC décidait d’approfondir le sujet pour évaluer l’impact à long terme de ces molécules. Puis, plus rien. Le ministère de la Santé n’a pas donné suite.

La bourse ou l’avis

Aucun test « officiel » de toxicité neurologique à long terme n’a jamais été réalisé sur ces médicaments (Xanax, Lexomil, Lysanxia, Myolastan…) vendus à des dizaines de millions d’exemplaires, censés lutter contre l’anxiété, le stress, l’insomnie et les spasmes musculaires. Le Pr Lader a déclaré : « Je recevais de l’argent pour d’autres recherches et ne voulais pas être étiqueté comme la personne qui a tué les benzodiazépines… J’aurais dû être plus proactif… J’ai supposé que la prescription allait se tarir, mais les médecins ont continué de les balancer comme des Smarties« .

la suite : http://www.lesmotsontunsens.com/benzodiazepines-des-medicaments-potentiellement-dangereux-depuis-30-ans-8350

 
1 commentaire

Publié par le 16 décembre 2014 dans général, Santé - nutrition, Sciences

 

Étiquettes : , , , ,

SCANDALE ! Douze experts internationaux, lanceurs d’alerte et journalistes de référence démontrent comment l’industrie pharmaceutique détourne l’usage des médicaments.!! + ROCKFELLER et l’OMS

« À tous les niveaux, le profit des industriels passe avant l’intérêt des patients. » © DURAND FLORENCE / SIPA

 Hé oui : Big pharma ! que fait le peuple ? revue de presse 2013 Z@laresistance

« Big pharma, une industrie toute-puissante qui joue avec notre santé », éditions Les Arènes, 515 pages, 22,80 euros

« Ceci n’est pas un livre contre les médicaments », écrit Mikkel Borch-Jacobsen en avant-propos de Big pharma, une industrie toute-puissante qui joue avec notre santé. « C’est un ouvrage contre l’industrie qui en détourne l’usage pour faire du profit, au risque de mettre notre santé en danger et de profondément changer la nature de la médecine », précise encore le philosophe, historien et enseignant à l’université de Washington qui a coordonné l’ouvrage. Pour les auteurs – experts internationaux, lanceurs d’alerte et journaliste -, les médicaments sont « des substances étonnantes, admirables, auxquelles nous devons de véritables miracles ». On est donc loin de certains ouvrages à charge contre les médicaments en général ou contre des familles thérapeutiques en particulier, comme ceux récemment rédigés par des médecins français.

« Le tribunal des flagrantes dérives »

En revanche, l’attaque contre les industriels du médicament est violente et étayée par des faits précis qui prouvent qu’il y a quelque chose de pourri au royaume de la médecine… Pour s’en convaincre, il suffit de noter la fréquence des « affaires » impliquant presque tous les grands laboratoires mondiaux. Et parallèlement, les médecins ne sont pas toujours assez vigilants et informés tandis que les agences sanitaires n’empêchent pas systématiquement la vente de produits inutiles et dangereux. Les auteurs expliquent comment les preuves sont biaisées et les risques cachés par les laboratoires. Et comment, « à tous les niveaux, le profit des industriels passe avant l’intérêt des patients ». « Le problème est donc bien plus grave et plus profond que celui de médicaments dont il suffirait de dresser une liste noire ; c’est tout le système de santé qui est à revoir », peut-on lire. Un chantier évidemment énorme.

Dans un chapitre intitulé « Le tribunal des flagrantes dérives », les auteurs prouvent, par exemple, que, s’agissant des prescriptions hors AMM (autorisation de mise sur le marché), le cas du Mediator n’est malheureusement pas une exception. En mai 2004, le laboratoire Warner-Lambert a été condamné à 430 millions de dollars pour le marketing « criminel » de son antiépileptique. La Food and Drug Administration américaine avait autorisé ce médicament pour le traitement de l’épilepsie, en seconde intention. Mais le labo avait demandé à ses visiteurs médicaux de murmurer à l’oreille des médecins que c’était une panacée dans la migraine, le sevrage alcoolique, la neuropathie périphérique et la sclérose latérale amyotrophique.

La « stratégie Wikipédia« 

Certains chiffres sont particulièrement angoissants : chaque année, près de 200 000 personnes décèdent en Europe à la suite d’effets médicamenteux qualifiés de « secondaires ». Les overdoses d’antidouleurs tuent plus que l’héroïne et la cocaïne réunies. L’abus de médicaments a pollué jusqu’à l’eau du robinet, devenue un cocktail de Prozac, d’antibiotiques, d’anticancéreux et de perturbateurs endocriniens.

Les auteurs mettent également en garde contre la « stratégie Wikipédia », autoroute de la désinformation sur Internet. Car ce moyen offre la possibilité d’une publicité invisible, déguisée en information, bref, le rêve de tout publicitaire ! On peut lire dans cet ouvrage les versions originales et modifiées de textes concernant certaines pathologies et leurs traitements. Des pans entiers ont été réécrits. Méfiance aussi du côté des sites des associations de patients, également souvent sous influence !  Que faire, alors ? Il n’existe malheureusement pas de solution toute prête pour combattre une industrie parfois devenue folle et pour redonner à la médecine son visage humain. « Ceux qui veulent aller de l’avant se heurtent à de puissants intérêts économiques, politiques et professionnels », notent les auteurs. Reste à espérer qu’ils ne baisseront pas les bras pour autant…

Anne Jeanblanc

http://www.2012un-nouveau-paradigme.com/article-douze-experts-internationaux-lanceurs-d-alerte-et-journalistes-de-reference-demontrent-comment-l-in-120999642.html

Voir aussi cette vidéo de blueman :

 ROCKFELLER et l’OMS, les dessous du cartel pharmaceutique :

http://www.blueman.name/Des_Videos_Remarquables.php?NumVideo=6505#NAVIGATION

 
2 Commentaires

Publié par le 7 novembre 2013 dans général, Insolite

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :