RSS

Archives de Tag: découvrent

Des scientifiques découvrent que le jeûne Déclenche la régénération des cellules souches et combat le cancer

Un certain nombre d’anciennes pratiques de santé se révèlent être efficaces de plusieurs façons. Des scientifiques ont désormais découvert la première preuve d’une intervention naturelle qui déclenche la régénération des cellules souches d’un organe ou d’un système.

L’étude a été publiée dans le numéro de Juin 2014 de Cell Stem Cell par des chercheurs de l’Université de Californie du Sud. La recherche montre que les cycles de jeûne prolongé protègent le système immunitaire contre les dommages et induisent la régénération du système immunitaire. Ils ont conclu que le jeûne fait passer les cellules souches d’un état dormant à un état d’auto-renouvellement. (1)

Les essais cliniques humains ont été effectués en faisant appels à des patients qui étaient sous chimiothérapie. Pendant de longues périodes de temps, les patients n’ont pas mangé, ce qui a réduit considérablement le nombre de leurs globules blancs. Chez la souris, des cycles de jeûne « ont activé le mode régénératif, en changeant les voies de signalisation des cellules souches hématopoïétiques, qui sont responsables de la génération du sang et du système immunitaire. » (1)

« Nous ne pouvions pas prévoir que le jeûne prolongé aurait un effet si remarquable dans la promotion de la régénération des cellules souches du système hématopoiétique. Lorsque vous mourez de faim, le système tente d’économiser l’énergie, et l’une des choses qu’il peut faire pour économiser l’énergie est de recycler un grand nombre de cellules immunitaires qui ne sont pas nécessaires, en particulier celles qui peuvent être endommagées. Ce que nous avons commencé à remarquer à la fois chez l’humain et la souris est que le nombre de globules blancs dans le sang baisse avec un jeûne prolongé. Puis, quand vous alimentez de nouveau, les globules blancs reviennent.  » – Valter Longo, auteur correspondant. (1)

Encore une fois, parce que le jeûne réduit considérablement le nombre de globules blancs du sang, cela déclenche la régénération des cellules souches de nouvelles cellules du système immunitaire. Plus important encore, il réduit l’enzyme PKA, qui a été liée au vieillissement, à la progression des tumeurs et au cancer. (1) Il est également important de mentionner que le jeûne protège contre la toxicité dans un essai clinique pilote où les patients ont jeûné pendant 72 heures avant une chimiothérapie.

« La chimiothérapie provoque des dommages collatéraux importants pour le système immunitaire. Les résultats de cette étude suggèrent que le jeûne peut atténuer certains des effets nocifs de la chimiothérapie. » Co-Auteur Tanya Dorff (1)

Le jeûne est une tradition qui faisait partie intégrante de nombreuses cultures anciennes, des védiques aux bouddhistes et plus, le jeûne ne doit pas être confondu avec la famine. C’est le processus de se restreindre et de contrôler l’expérience sensorielle de l’alimentation et dans le même temps faire en sorte que vous le faites correctement. Lorsque je jeûne, je fais habituellement des jeûnes à l’eau et je le fais depuis près de huit ans maintenant et je me sens toujours bien et plein d’énergie après l’avoir fait.

Plus de recherche

1. Le jeûne aide à se protéger contre les maladies du cerveau:

Des chercheurs de l’institut national du vieillissement de Baltimore ont trouvé des preuves que jeûner pendant un ou deux jours par semaine peut prévenir les effets de la maladie d’Alzheimer et de Parkinson. La recherche a également trouvé que réduire l’apport quotidien de 500 calories par jour pendant deux jours sur sept peut montrer des effets bénéfiques clairs pour le cerveau.

2. Le jeûne réduit votre risque de maladie cardiaque et de diabète:

Avoir régulièrement un jour sans nourriture réduit votre risque de maladie cardiaque et de diabète. Des études montrent que le jeûne libère une poussée significative de l’hormone de croissance humaine, qui est associée à l’accélération du métabolisme et à la combustion des graisses. L’élimination des graisses est connue pour réduire le risque de maladie cardiaque et de diabète. Les médecins commencent même à considérer le jeûne comme traitement.

3. Le jeûne traite efficacement le cancer dans les cellules humaines:

Une étude de la revue scientifique du vieillissement a constaté que les patients atteints de cancer qui incluent le jeûne dans leur traitement ont perçu moins d’effets secondaires de la chimiothérapie. Tous les tests effectués jusqu’ici montrent que le jeûne améliore la survie, ralentit la croissance tumorale et limite la propagation des tumeurs. L’Institut national du vieillissement a également étudié un type de cancer du sein en détail afin de mieux comprendre les effets du jeûne sur le cancer. À la suite d’un jeûne, les cellules cancéreuses ont essayé de faire de nouvelles protéines et ont pris d’autres mesures pour continuer de grandir et de se diviser. À la suite de ces mesures, qui à leurs tours ont conduit à un certain nombre d’autres mesures, des molécules de radicaux libres préjudiciables ont été créées, ce qui a démolit le propre ADN des cellules cancéreuses et provoqué leur destruction! C’est le suicide cellulaire, la cellule cancéreuse essaye de remplacer toutes les choses manquantes dans le sang dont elle a besoin pour survivre après une période de jeûne, mais ne peut pas. A son tour, elle tente de les créer et cela conduit à sa propre destruction.

Encore une fois, assurez-vous de faire des recherches avant d’essayer cela. Espérons que cela puisse vous emmener plus loin pour examiner la question si vous êtes vraiment intéressé.

Sources:
(1) news.usc.edu
www.scientificamerican.com
www.sciencedaily.com
www.dailymail.co.uk
www.guardian.co.uk
www.nia.nih.gov
www.collective-evolution.com

Via MR

Publicités
 
6 Commentaires

Publié par le 15 mai 2017 dans général, Santé - nutrition, Sciences

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Jurassic parc – Des chercheurs découvrent du sang de dinosaure vieux de 75 millions d’années

Une illustration de griffe de dinosaure
Une illustration de griffe de dinosaureLAURENT MEKUL / NATURE / AFP

Dans Jurassic parc, Spielberg avait encore un temps d’avance (comme tout Hollywood) – Sans le faire exprès, des chercheurs ont découvert des globules rouges de dinosaure vieux de 75 millions d’années. Ils ne savent toujours pas comment ces cellules ont pu survivre aussi longtemps.

C’est une «surprise» inattendue. Il y a une centaine d’année dans la province d’Alberta (Canada), des chercheurs avaient mis la main sur une griffe de dinosaure non identifié vielle de 75 millions d’années. Dépourvus d’indices pour déterminer à quel squelette elle appartenait, les scientifiques l’avaient placé «au fond d’un tiroir», relate le site web de la radio «Ici Canada».

Un siècle plus tard, Susannah Maidment et Sergio Bertazzo ont grâce à elle peut être fait la découverte de leur carrière. Alors qu’ils s’apprêtaient à faire un test en laboratoire, ces deux chercheurs de l’Imperial College de Londres ont saisi la griffe pour la placer sous les lentilles des microscopes modernes. Des surprenants détails ont commencé à apparaître comme des globules rouges de dinosaure, qui selon les connaissances actuelles, ne devraient pas être présents. Après des heures d’observations, le constat est sûr : la découverte des scientifiques est formée de «fragments de cellules sanguines, de protéines cellulaires ainsi que de fibres de collagène, les structures de soutien liant les cellules du corps entre elles», précise le site web.

Des conditions de préservations intrigantes

Ce qui rend la trouvaille spectaculaire, c’est que le fossile était très mal préservé. «C’est un fragment de piètre qualité. Le musée l’avait depuis 100 ans et nous voulions seulement l’utiliser pour voir ce qu’il était possible d’observer à l’aide de microscopes puissants. Vous pouvez imaginer notre surprise quand nous avons fait cette découverte», a déclaré la paléontologue Susannah Maidment.

Selon elle, il est encore trop tôt pour expliquer comment ces cellules ont pu survivre 75 millions d’années sans se dégrader. «Quand on observe du sang frais sur une lame de microscope, les cellules qui s’y trouvent éclatent une fois séchées. Le seul moyen de les préserver est de les fixer dans du formol. Peut-être que dans certaines conditions, les os fossilisés se trouvent dans un environnement géologique avec des propriétés semblables au formol, qui empêcheraient la dégradation des protéines, mais personne n’a de réponse pour l’instant», a-t-elle précisé.

Une analyse plus approfondie des cellules découvertes permettra d’en savoir plus sur le métabolisme du dinosaure propriétaire.

Source

 
 

Étiquettes : , , , , ,

Nice: Des chercheurs découvrent une preuve de l’origine extraterrestre de la vie

Les glaces cométaires sont traitées à l'ultraviolet pour détecter la formation de molécules de sucre.
Les glaces cométaires sont traitées à l’ultraviolet pour détecter la formation de molécules de sucre. – © Louis Le Sergeant d’Hendecourt (CNRS) / NASA, ESA, and the Hubble Heritage Team (STScI/AURA)

Ils s’intéressent à l’origine de la vie sur terre et pensent avoir trouvé « la pièce manquante »… sur une comète. Une équipe de chercheurs de l’Institut de chimie de Nice en a extrait le ribose, un sucre à la base du matériel génétique du vivant. Une première mondiale.

Sur une « comète artificielle »

Les scientifiques azuréens ne sont pas allés dans l’espace pour analyser ces molécules. Ils se sont appuyés sur les travaux d’une équipe de l’Université Paris-Sud. « Dans un premier temps, une « comète artificielle » a été produite à l’ Institut d’astrophysique spatiale, expliquent les chercheurs. Les astrophysiciens ont simulé la formation de grains de poussières enrobés de glaces, la matière première des comètes. »

La vie « peut-être ailleurs dans l’univers »

Par la suite, elle a été irradiée par des UV puis placée à température ambiante. C’est à partir de cette comète que les chercheurs niçois ont détecté des sucres dont le ribose, constituant clef de l’ADN.

« S’il reste à confirmer l’existence de ribose dans les comètes réelles, cette découverte (…) apporte un argument supplémentaire à la théorie des comètes comme source de molécules organiques qui ont rendu la vie possible sur Terre… et peut-être ailleurs dans l’Univers », estiment les chercheurs niçois. Une première preuve de vie extraterrestre ? Le chemin est encore long pour envisager cette théorie.

Source

 

Étiquettes : , , , , , ,

Des chercheurs découvrent un « jumeau » géant de la Terre

Super-terre Kepler

Un jumeau possible de notre planète a été trouvé à 500 années-lumière de l’orbite terrestre.

Ces dernières années, des chercheurs ont trouvé des dizaines d’exoplanètes dont le diamètre surpasse plusieurs fois ceux de la Terre.

Leur découverte a suscité diverses polémiques autour de leur origine, les spécialistes ne pouvant déterminer s’il s’agissait de super-terres ou de planètes gazeuses de type Neptune.

A l’aide du spectrographe HARPS et du télescope Kepler, Nestor Espinoza et ses collègues de l’université pontificale catholique du Chili ont trouvé des traces d’une étoile de type solaire BD+20594b.

Récemment, les chercheurs ont publié un article sur le site de la bibliothèque électronique de l’université Cornell dans lequel ils démentent la thèse selon laquelle la planète BD+20594b a l’apparence de Neptune. Les indices de sa densité indiquent que la nouvelle planète est plutôt un analogue géant de la Terre.

La planète est située à une distance de 500 années-lumière de notre planète, sa masse est 16 fois plus grande que celle de la Terre. La vie sur BD+20594b est probablement impossible, comme l’atmosphère de cette planète, âgée de 3,3 milliard d’années, a été détruite lors de sa formation.

En plus, BD+20594b est située trop près du Soleil et tourne en seulement 43 jours, ce qui exclut la possibilité d’une présence d’eau liquide sur son terrain.

La découverte de BD+20594b ravive les discussions sur l’existence des soi-disant super-terres dont la masse est dix fois supérieure à celle de la Terre.Espinoza et ses collègues espèrent que l’étude parallèle de la planète BD+20594b et d’autres super-terres Kepler-10c aidera à comprendre la raison pour laquelle des planètes similaires peuvent avoir des apparences si différentes et augmentera les chances de découvrir un jour un vrai jumeau de la Terre.

Source

La plus grosse planète rocheuse découverte : 16 fois la masse de la Terre

Les planètes de notre système solaire peuvent être divisées en deux groupes distincts : les 4 petites rocheuses et les 4 grosses gazeuses. Malgré la très grande variété de systèmes stellaires découverts depuis quelques années, cette distinction en deux groupes : des petites planètes de type rocheuses et des grosses de type gazeuses, semble universelle, avec une limite entre les deux groupes située à une taille (rayon) de 1,6 fois celui de la Terre.

Mais à toute règle il faut une exception. Et cette exception vient d’être découverte. On peut qualifier cette trouvaille de plus gros caillou jamais observé, car il s’agit d’une planète entièrement rocheuse, mais plus de deux fois plus grosse que la Terre (en diamètre).
L’étoile BD+20594 (au centre) observée par Kepler (N. Espinoza et al.)

Cette planète du nom de BD+20594b, a été trouvée par l’astronome Chilien Nestor Espinoza et son équipe grâce au télescope Kepler par la méthode du transit (la planète obscurcit très légèrement son étoile en passant devant, de manière périodique). Son diamètre mesuré vaut 2,2 fois celui de la Terre. C’est entre février et avril 2015 que Kepler a observé deux transits identiques à 42 jours d’intervalle sur l’étoile BD+20594, une étoile très semblable au Soleil.

Les auteurs estiment que les transits observés sont bien dus à une planète, avec une probabilité de 99,7%. La masse de la planète a ensuite été mesurée grâce à l’instrument HARPS (High Accuracy Radial velocity Planet Searcher) installé sur le télescope de 3,6 m à l’observatoire de La Silla au Chili , qui mesure le minuscule effet Doppler provoqué par le mouvement que la planète impose à son étoile par effet gravitationnel (une variation de vitesse de 3,1 m/s seulement!)

Connaissant sa taille, les astronomes, sur la base de planètes semblables, s’attendaient à trouver une masse d’environ 7 fois la masse de la Terre. Mais HARPS fut formel, la masse de BD+20594b est de 16,3 masses terrestres. Connaissant sa taille et sa masse, le calcul de sa densité est immédiat et conduit à une valeur de 7,89, soit bien plus que la densité de la Terre (5,5), et dans tous les cas bien différente de celle d’une planète gazeuse. Les chercheurs estiment que l’on est en présence d’une planète également différente de la Terre car ne possédant probablement pas deux couches (un cœur de fer entouré par un manteau de roches MgSiO3). BD+20594b aurait les caractéristiques d’une planète entièrement rocheuse. Une autre exoplanète montrait des caractéristiques proches mais avec une masse un peu plus faible: Kepler-10c. Ces deux planètes ont un point commun qui est leur période orbitale très courte, ce qui peut être un indice sur leur nature d’exception.

Les auteurs prédisent que BD+20594b sera un très bon laboratoire pour tester les modèles de formation planétaire, notamment celle des planètes rocheuses. Elle est pour le moment le plus gros caillou que l’on connaisse dans l’Univers…

Source : 
A NEPTUNE-SIZED EXOPLANET CONSISTENT WITH A PURE ROCK COMPOSITION

N. Espinoza et al.

soumis à The Astrophysical Journal

 
Poster un commentaire

Publié par le 9 février 2016 dans Espace, général, Insolite, Sciences

 

Étiquettes : , , , , ,

Vénus, pluton, Jupiter ou ….. planète X ? Second Soleil et 9e Prophétie HOPI

Vénus, pluton, Jupiter ou ….. planète X ? Un 2e soleil apparu ce mois ci ?

Le mois dernier un média anglo-saxon n’hésitait pas à titrer ceci :

 Les scientifiques découvrent un Second Soleil approchant rapidement de la Terre 

Un ‘second soleil’ continue à dérouter les scientifiques comme le montrent les Webcam de l’ observatoire d’Astronomie avec les propres photos satellites de la NASA, qui ont enregistre cette épopée, jamais vue ni survenue avant . Plusieurs personnes ont également capturé ce beau double-soleil dans le ciel avec leurs propres caméras, et les ont soumis à des médias à travers le pays.

Jusqu’à présent, la NASA a nié dans des déclarations publiques que ce «second soleil» existe. Maintenant, ils disent qu’il existe, mais ne présente aucune menace. Si oui, pourquoi est ce que la NASA avisent leur propre personnel de se préparer pour une collision possible?

L’employé de l’Observatoire régional du  Northwest Pacific a divulgué cette déclaration effrayante :

« Ce ‘second soleil» qu’ils appellent’ GTY421 ‘, se rapproche de la Terre à une vitesse rapide de 345.000 miles par heure. Cela représente une augmentation par rapport à la vitesse de la semaine dernière calculée à 185.000 miles par heure. La NASA a mis en garde ses employés dans une note confidentielle interne de se préparer au pire. Ils veulent garder cette information hors des oreilles du public parce qu’ils craignent un chaos de masse si cette information est divulguée. Je donne cette information, parce que je pense que le monde a le droit de savoir.

Heure de l’impact – le 28 Septembre 8 heures-10 heures PST « .

Présentant cette vidéo :

C’est osé de titrer et d’affirmer ça !

Car il n’y a absolument aucune base ni même de référence scientifique dans ce papier .

Ce papier affirmait qu’un Second Soleil s’approchait rapidement de la Terre , sorti littéralement du vide sidéral, sans absolument rien pour étayer cette hypothèse .

Le problème avec la question de Nibiru, que j’ai beaucoup traité, c’est tout le sensationnalisme et le charlatanisme, le catastrophisme qui tourne autour .

J’en ai peut etre fait moi même du catastrophisme à ce sujet, mais c’était de bonne foi .

En 2013 il y avait eu des événement bizarres, avec des vidéos d’un « 2e soleil » qui pullulaient sur le Web, et dont j’en avais montré beaucoup .

Comme tout novice j’étais intrigué, et j’en ai donc beaucoup parlé .

A peu prés à la meme époque Marshall Masters « prouvait » selon lui que Nibiru se dirigeait bien vers nous et qu’elle allait passer entre la terre et le soleil dans un avenir proche .

Une caméra (soit disant)  installée sur le sommet du Volcan Turialba au Costa Rica avait capturé des images spectaculaires d’une étoile supposée, de couleur bleue, inconnue au bataillon : une étoile venait apparamment d’apparaitre dans le ciel, sortie de nulle part, et qui en plus coïncidait avec  les prophéties des indiens HOPIS :

 « Quand l’étoile bleue Kachina apparaîtra dans le ciel, émergera le Cinquième Monde. Ce sera le Jour de la Purification.« (source)

Quand l’étoile bleu (blue kachina) apparaîtra (« dansera ») dans le ciel la fin du (4e) monde sera donc imminente . 

Toutes les prophéties Hopies sont de l’ordre du passé , sauf la 9e prophétie des hopies , qui reste encore à être réalisée ;

« Et Voici le neuvième et dernier signe: Vous entendrez parler d’une habitation dans les cieux, au dessus de la terre, qui tombera d’un grand crash. Elle apparaîtra comme une étoile bleue. Peu de temps après, les cérémonies de mon peuple cesseront. »*

« Kachina apparaîtra dans le ciel quand « elle dansera sur la place et ôtera son masque. »

Et nous l’avions (pensais je) cette étoile bleuie des HOPIS !

La caméra de MASTERS à Turialba avait semble-t-il capté ceci – un « astre »avec un halo bleu :

Nibiru de Turrialba - 23-Jan-2014

Voici ce que j’écrivais à l’époque (lire ici:

r4 

GAMMA = 0.05 vénus et l’objet encore visibles

r5

GAMMA 00 , seules 2 choses peuvent passer ce test : notre soleil et …. la naine !

r3

Ça me paraissait logique , on capte un objet inconnu, on la passe aux rayons X et hop, on a notre planète X , NIBIRU, celle des sumériens, dont l’existence était cette fois prouvée !

Toutes les images, résumé dans cette vidéo :

J’avais donc écris plusieurs papiers assez enthousiastes sur la question, comme celui ci .

Nous sortions de 2012 et dans le monde entier se répandaient les rumeurs d’apocalypse concernant cette année 2012, titre d’un film hollywoodien qui relate la fin du monde, mais aussi et surtout année marquant la fin du calendrier maya. (qui prédit une période de transition de 20 ans, n’oubliez pas ceci)

Les médias avaient titrés Deux soleils, c’est pour « bientôt »

La mort d’une étoile provoquera le rayonnement d’un nouvel astre dans notre ciel.Mais ce n’est pas pour 2012.
Ce qui est sûr, c’est que la Terre subira à l’avenir le rayonnement de deux astres. Ce phénomène sera provoqué par l’explosion de l’étoile Bételgeuse, l’une des plus grandes à avoir été observées. Cette supergéante rouge va s’éteindre, perdre de sa masse, se replier sur elle-même avant de se transformer en supernova, émettant alors une lumière si intense qu’elle prendra des allures de soleil. Bien que située à quelque six cents années-lumière de notre planète, dans la constellation d’Orion, c’est-à-dire très loin de chez nous, ce décès en direct ne passera pas inaperçu. « Il y aura comme un très gros flash. L’étoile sera visible en plein jour et cela pourra durer quelques semaines », décrypte l’astronome Jean-Louis Heudier, auteur de « l’Homme et les étoiles » (Editions Burillier).

Les médias mainstreams qui sortaient Bételgeuse à ce moment là, c’était louche, c’est peu de le dire, mais c’est encore une autre affaire (Bételgeuse n’a toujours pas explosé..)

On avait donc une « conjonction » d’événements, c’est le cas de le dire,  crédibles .

Or par la suite, je me suis aperçu que tout ceci était du PIPO .

Et comme je le disais au début, pour des »novices » en Astronomie  c’est extraordinaire, et …. plausible .

Or depuis mes connaissances en Astronomie sont bien plus pointues : j’ai découvert que non seulement la caméra du volcan Turialba avait été retirée juste aprés « l’annonce » par MASTERS qu’une étoile bleu avait été découverte .

Les internautes , astronomes amateurs, qui avaient voulu vérifier, ne le pouvaient pas .

En outre, je m’apercevais que « scientifiquement parlant » , c’était une impossibilité totale, un bon niveau en Astrophysique rigole à pleine gorge en apprenant qu’une étoile aurait été découverte si proche et en lisant cette histoire de MASTERS.

L’unvers est électrique, electro magnétique, si un tel astre (une naine brune) entrait dans notre système solaire, interne (ou même externe, même si c’est possible)  cela créerait des disruptions massives, nous subirions un bombardement cométaire, et les planètes auraient déguerpie comme des boules de billard …

C’est de l’astrophysique de base, pour débutant je dirais même .  

Une seule conclusion s’imposait : Marshall Master avait monté un beau coup de marketing . (je n’ai certes pas de preuves, mais ça apparaît évident)

Et le soucis, c’est que ces véritables charlatans décrédibilisent au final la question de la (ou « des ») véritables planètes X , qui existe bel et bien on a des éléments  solides désormais, comme je l’ai déjà beaucoup rapporté et démontré .

Tout n’est donc qu’une question d’IGNORANCE , et … de SCIENCES .

Alors qu’est ce genre de « 2e soleil » qu’on voit dans la vidéo du début, comme celles qui circulaient en 2013 ?

Une distorsion du tissu spatio temporel ? Un 2e soleil ?

En fait, La réalité est bien plus simple : Mars, Jupiter, Vénus forment une conjonction, un « trio planétaire » en ce mois d’octobre :

Ce mois-ci, nous avons la chance de pouvoir observer l’incroyable rencontre de trois planètes dans un coin du ciel. Mars, Jupiter et Vénus seront au plus proche les unes des autres le 26 octobre, mais ce spectacle spatial se mérite.

Il faudra attendre 6 ans avant de voir à nouveau une telle rencontre dans notre ciel. Ce mois-ci, les planètes Mars, Jupiter et Vénus se sont données rendez-vous à l’Est, au petit matin. Ce spectacle unique s’adresse aux lève-tôt, car il faudra lever le nez vers les étoiles aux alentours de 5h45 pour observer la danse des planètes.

Ce « trio planétaire » va se former aux niveaux des pattes de la constellation du Lion. Mars et Jupiter tout d’abord, vont se rapprocher jusqu’à être au plus près le 17 octobre. Pendant ce temps, Vénus va doucement les rejoindre. Le 26 octobre, elle sera arrivée à sa position la plus proche de Jupiter, réunissant les trois dans le ciel.

Bien entendu, ces planètes seront toujours séparées les unes des autres par des millions de kilomètres. Ce n’est que grâce à un effet de perspective que nous pouvons profiter d’une telle rencontre. Et si cela ne suffit pas à vous donner envie de vous lever tôt, n’oubliez pas que l’on ne verra pas un tel événement spatial avant 2021.

Voici une image de la conjonction actuelle :

Afficher l'image d'origine

Alors dans quelle mesure la « vraie » (ou les) planète(s) X peut nous affecter, j’y reviendrai .  

Mais une chose est absolument certaine : ce qu’on voit dans la vidéo du début n’est pas un « 2e soleil » : il n’y a PAS de 2 e soleil dans notre proche voisinage, ce qui ne veut pas dire que notre soleil n’a pas de « compagnon » .

 

Il est absolument possible qu’il en ait un . (l’hypothèse NEMESIS ci dessus) ; mais ce n’est ici pas le cas .

Ce papier n’est surement pas le plus vibrant que j’ai jamais pu écrire sur ces questions, mais c’était une mise au point nécessaire. 

Non, la fin du monde n’est pas encore arrivée, du moins pas celle où un 2e soleil nous fonce dessus .

Mais je vous rassure directement : il y existe beaucoup d’autres scénarios (dont de nature « spatiale »), qui sont beaucoup plus crédibles, et bien plus probables ….

 
12 Commentaires

Publié par le 16 octobre 2015 dans Espace, général, Insolite, Religion - Prophéties, Sciences

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , ,

Au Pérou, des chercheurs découvrent des statuettes vieilles de 3800 ans

Des statuettes vieilles de 3800 ans découvertes au Pérou
Des statuettes vieilles de 3800 ans découvertes au Pérou / Crédits : HO / PERUVIAN MINISTRY OF CULTURE / AFP

Des chercheurs ont découvert des statuettes précolombiennes vieilles de 3.800 ans sur le site archéologique de Vichama appartenant à l’antique civilisation de Caral, au nord du Pérou, a indiqué mardi le ministère péruvien de la Culture.

C’est une découverte historique. Des statuettes vieilles de 3800 ans et datant de l’ère précolombienne ont été découvertes sur le site archéologique de Vichama appartenant à l’antique civilisation de Caral, au nord du Pérou. Les trois statuettes de boue ont été trouvées à l’intérieur d’un panier de roseaux noué avec des fils de coton, dans les ruines d’un bâtiment du site archéologique.

Situé sur le littoral péruvien, à proximité du village de Vegueta, à 130 km au nord de Lima, ce site appartient à l’ensemble culturel de la civilisation Caral, décrété Patrimoine culturel du Pérou en 2008.

La plus ancienne civilisation connue d’Amérique

Selon le ministère, les statuettes anthropomorphes étaient probablement utilisées dans des rituels religieux. Les statuettes de boue représentent un homme et une femme nus peint en blanc, rouge et noir, représentant la noblesse de l’époque. Une deuxième femme à 28 doigts est recouverte de peinture blanche avec des points rouges symbolisant une prêtresse.

L’équipe de recherche, dirigée par l’archéologue Ruth Shady, a également déterré deux têtes de femmes en boue enveloppées de tissus recouverts de plumes jaunes, bleues et orange. La civilisation de Caral a émergé il y a environ 5000 ans et était une société précolombienne complexe qui comprenait 30 centres majeurs de population sur la côte nord du Pérou. C’est la plus ancienne civilisation connue d’Amérique qui a laissé derrière elle une architecture impressionnante comprenant pyramides et amphithéâtres .

source

 
 

Étiquettes : , , , ,

INCROYABLE – Des scientifiques médusés découvrent un organisme mystérieux, qu’ils soupçonnent etre « une graine envoyée sur terre par des extraterrestres » pour semer la vie… ou la détruire !!!

 

orbe-et

C’est rare que j’ai du retard sur ce genre de news incroyables (l’article date d’il y a environ 15 jours) : figurez vous que un groupe de scientifiques anglais a découvert disséminés dans notre propre atmosphère ces petits globes métalliques microscopiques venant de l’espace, qui crachent des matériaux biologiques , et qu’ils assimilent à une nouvelle preuve de vie extraterrestre … relançant voir accréditant, la théorie de la panspermie : INCROYABLE découverte.

Mais il pourrait aussi s’agir d’un virus,  » conçu et envoyé sur Terre pour contaminer la planète » ce qui pourrait expliquer la recrudescence de nouveaux virus en tous genres … (la météo spatiale en général, qu’on a trop tendance à ne pas prendre en compte, comme les comètes ou les météores par exemple, j’en ai déjà parlé, apportent leur lot de bactéries et de virus …)

Non vous ne rêvez pas : nos scientifiques démontrent une fois de plus qu’ils sont persuadés de l’existence des ET, et peut être même qu’ils sont déjà parmi nous, c’est très probable, de plus en plus probable  .

 Et si une partie du public est encore sceptique, marqué par des décennies de désinformation et de tournage en dérision de ces sujets (ce qui commence à changer depuis une décénnie, avec la divulgation ou « disclosure »qui se fait à petit pas, mais qui est ostensible) ,  nos scientifiques eux, en sont convaincus .

C’est DINGUE , j’y reviendrai car en ne traitant pas ce sujet de la vie ET ou en ne le prenant pas au sérieux, on pourrait passer à coté de la réalité , et de clefs majeures de lecture et de compréhension de notre société, et des événements actuels . Z .

Des scientifiques médusés découvrent un organisme mystérieux, qu’ils soupçonnent etre « une graine envoyée sur terre par des extraterrestres » pour semer la vie

Cette photo incroyable d’un « organisme » a médusé les scientifiques qui pensent que c’est une « graine » qui a été envoyée sur Terre par des extraterrestres.

Cette photo, qui n’a jamais été vue auparavant, d’un petit globe métallique microscopique qui crache des matériaux biologiques pourrait être un agent infectieux.

Bien que l’origine de la sphère mystérieuse n’a pas été déterminée, les experts allèguent qu’elle pourrait contenir des matériaux génétiques : les précurseurs de la vie.

La déclaration sensationnelle est, qu’elle a pu avoir été créée par une espèce intelligente pour « semer » ou propager la vie extraterrestre sur Terre.

C’est la première fois qu’une telle chose a été vue auparavant, et démontre non seulement l’existence de la vie extraterrestre, mais aussi la complexité des êtres civilisés qui observent silencieusement notre planète.

Elle arrive après les découvertes que l’ADN est capable de s’insérer dans les créatures vivantes et que la reproduction peut exister dans les conditions extrêmes de l’espace.

Un « plasmide » minuscule, un brin d’ADN circulaire en génie génétique, a été envoyé dans l’espace depuis la Suède en 2011 à l’extérieur d’une fusée TEXUS-49.

orbe-et-2

Après avoir subit une température de 1000 degrés Celsius, il a été constaté que ses propriétés biologiques sont restées intactes à son retour sur Terre.

Le professeur Chandra Wickramasinghe, directeur du Centre Buckingham d’astrobiologie à l’Université de Buckingham en Angleterre, a dit que c’est une nouvelle preuve de vie extraterrestre.

Cependant la dernière découverte, par le professeur Milton Wainwright et son équipe de l’Université de Sheffield et du centre d’astrobiologie de l’Université de Buckingham, pourrait révéler un but beaucoup plus sinistre.

Évoquant les mises en garde du roman La Guerre des Mondes, 1898, de H.G. Wells, la sphère aurait délibérément été conçue et envoyée sur Terre pour contaminer la planète.

Le professeur Wainwright a dit que la structure est faite à partir de métaux en titane et de vanadium dont un suintement de liquide biologique « gluant » coule depuis son centre.

Il a dit qu’il y a plusieurs théories quant à son origine, la première étant que c’est un microorganisme complet programmé pour propager la vie extraterrestre sur Terre.

« C’est une sphère qui possède la même largeur qu’un cheveu humain, entourée de vie filamenteuse à l’extérieur et d’un matériau biologique gluant suinté depuis son centre. »

« Nous avons été stupéfaits lorsque l’analyse aux rayons X a révélé que la sphère est principalement constituée de titane, avec une trace de vanadium. »

« Une théorie est qu’elle a été envoyée sur Terre par une civilisation inconnue afin de continuellement semer la vie sur la planète. »

Cette découverte qui donne l’impression d’être sortie tout droit d’un roman de science fiction, appelée « panspermie dirigée » n’aurait probablement pas été prise au sérieux par les scientifiques si cela n’avait pas été pour Sir Francis Crick (prix Nobel pour ses recherches sur l’ADN) qui l’a très sérieusement suggérée.

« A moins que bien sûr, nous n’ayons des détails de la civilisation qui a supposément envoyé la sphère, nous ne pourrons probablement jamais vérifier la théorie. »

Le professeur Wainwright et son équipe ont trouvé l’objet dans de la poussière et des particules de matières récoltées dans la stratosphère.

Il a envoyé des ballons sondes à 27 kilomètres dans le ciel pour ramasser des débris spatiaux et isoler plusieurs particules dont il prétend être la preuve de la vie dans l’espace.

Tout cela vient alors que les mystérieuses « particules fantômes », également constatées par le professeur Wainwright ont été révélées et suivent la révélation de l’année dernière des étonnantes « particules du Dragon » les premières dans son genre, à pointer vers la preuve qu’il y a de la vie dans l’espace.

Le professeur Wainwright a dit que l’orbe mystérieuse s’est posée sur le ballon sonde, a laissé un petit cratère indiquant qu’elle ne s’est pas gentiment posée dessus.

Il a dit: « Quand elle a frappé la sonde stratosphérique elle a provoqué un cratère, une toute petite version d’un gigantesque cratère que l’on retrouve sur Terre provoqué par un astéroïde. »

« Ce cratère prouve que la sphère provenait de l’espace et se dirigeait sur Terre, un organisme terrestre n’aurait pas pu voyager aussi vite et provoquer un tel dégât sur la sonde. »

« Il semblerait que nous n’ayonsjamais trouvé rien de tel sur Terre auparavant. »

Il a dit qu’une des théories est que l’objet a été délibérément répandu pour contaminer la race humaine avec des maladies mortelles, une autre est qu’elle a voyagé sur une comète et a parcouru des millions de kilomètres.

Il a dit: « Pour l’instant, nous nous contentons d’affirmer que la sphère en titane remplie de vie peut être venue de l’espace sur le dos d’une comète. »

« La NASA envoie actuellement un ballon dans la stratosphère pour y trouver de la vie. »

« Heureusement, ils auront les même résultats que nous, qu’ils reconnaissent ou non ce que l’équipe a découvert, ou qu’ils préfèrent s’accaparer la découverte pour eux-mêmes. »

Le professeur Wickramasinghe, directeur de recherche à l’institut a longtemps maintenu que des matériaux biologiques, y compris des bactéries et des virus, pleuvent constamment du ciel.

Il a dit: « la science et les institutions de masse ont lutté contre les théories qui exposent ce genre de croyances, mais désormais des preuves de météorites, et d’échantillons de bactéries et d’observation spatiales font que la résistance est plus difficile. »

« Prouver que la Terre échange perpétuellement de la matière avec le cosmos aurait non seulement de très grandes répercussions en termes de notre propre identité, mais pourrait aussi nous donner un aperçu des virus exotiques qui ne peuvent être négligés si on tient à notre évolution et à notre survie-même. »

http://www.express.co.uk/news/weird/554074/Alien-seed-sent-Earth-aliens-Scientists-baffled

SLATE titre « Des sphères de métal microscopiques contenant de l’ADN ont-elles apporté la vie sur Terre ? »

La découverte pourrait totalement bouleverser notre compréhension de la vie sur terre et dans l’univers. Un groupe de scientifiques anglais affirme avoir découvert dans la haute atmosphère une sphère de métal microscopique contenant de la matière organique qui aurait été envoyée sur terre par une civilisation extraterrestre pour «ensemencer» notre planète. Cela s’apparente plus au début d’une nouvelle de science-fiction qu’à de la science pure et dure… et pourtant.

La mystérieuse balle de métal a été photographiée expulsant une substance biologique qui selon les scientifiques pourrait être du matériel génétique.  Elle a été découverte par une équipe de chercheurs de l’Université de Sheffield et du Centre d’astrobiologie de l’Université de Buckingham. Plusieurs théories ont été avancées pour expliquer l’existence de cette sphère. Celle qui revient le plus souvent lui donne une origine extraterrestre et pour fonction d’apporter les matériaux de la vie sur terre, la thèse dite de la «Panspermie». Des scientifiques de renom défendent depuis plusieurs années cette théorie dont l’astrophysicien Carl Sagan et le prix Nobel Francis Crick, qui a co-découvert la structure de l’ADN.

Le Professeur Milton Wainwright, qui dirige l’équipe qui a découvert la sphère de métal, la décrit comme «une balle de la largeur d’un cheveu humain qui a des filaments à l’extérieur et du matériel biologique en son centre». Il ajoute: «nous avons été stupéfié quand une analyse au rayon x a montré que la sphère est faite essentiellement de titane avec des traces de vanadium».

Les scientifiques ont découvert la sphère après avoir envoyé des ballons à 27 kilomètres d’altitude pour récupérer des particules venant de l’espace. L’objet de la recherche menée par Milton Wainwright consiste justement à trouver des preuves que des organismes vivants microscopiques arrivent en permanence sur terre. Il ajoute que la balle découverte a laissé un impact sur le ballon «ce qui prouve qu’elle arrivait sur terre de l’espace. Un organisme venant de la terre ne se serait pas déplacé à une telle vitesse en retombant et n’aurait pas eu un tel impact…».

La NASA a aussi lancé un programme de recherche comparable et cette découverte coïncide à quelques mois près avec la création par des scientifiques britanniques et japonais del’Institute for the Study of Panspermia and Astroeconomics  (L’Institut pour l’étude de la Panspermie et de l’Astroéconomie) dont l’objectif est de prouver que la vie sur terre vient du cosmos.

L’Institut affirme que: «les institutions scientifiques ont combattu ces théories mais maintenant des preuves venant de météorites, de bactéries dans l’espace et d’observations rendent cette résistance moins forte. Prouver que la terre est dans un échange constant de matière avec le cosmos aura des implications pas seulement pour notre identité, mais aussi nous apportera des connaissances sur les virus extraterrestres ce qui peut être important pour notre évolution et notre survie».

http://www.slate.fr/story/98219/spheres-metal-microscopiques-adn-vie-terre

 
5 Commentaires

Publié par le 24 février 2015 dans Espace, général, Insolite, Sciences

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :