RSS

Archives de Tag: de

Les secrets de l’énergie libre de l’électricité froide : Le plus grand secret de Tesla

EthericdischargeDollard1986)

Trés long article très intéressant et détaillé sur Tesla et l’énergie radiante, une énergie « universelle » libre dont il avait réussi  à percer les secrets … On en à déjà parlé de façon très documentée, l’élite a étouffé et mis à sac cette découverte majeure … Z 

De toutes les grandes inventions et découvertes de Nikola Tesla, rien ne ressortait avec un plus grand bénéfice potentiel pour l’ensemble de l’humanité que sa découverte de l’ énergie radiante.en 1889. La série d’observations qui a conduit à la découverte de l’énergie rayonnante est née des expériences que Tesla avait menées pour tenter de reproduire les résultats que Heinrich Hertz avait prétendu en affirmant l’existence d’ondes électromagnétiques, dont la découverte Hertz a annoncé en 1887. Tout en reproduisant les expériences de Hertz, Tesla a expérimenté avec des décharges électriques DC violemment brusques et a découvert une nouvelle force dans le processus. Ce n’est qu’après avoir mené des essais expérimentaux exhaustifs pour les trois prochaines années que Tesla a annoncé cette stupéfiante découverte dans un article publié en décembre 1892, intitulé « The Dissipation of Electricity ». Incroyablement, la plupart des académiciens de l’époque ont complètement raté la cible pour comprendre la véritable signification de son article. Des scientifiques notés tels que Sir Oliver Lodge, pensaient à tort que Tesla faisait référence à l’électricité à courant alternatif à haute fréquence dans l’opération du Transformateur Tesla, une énorme bévue qui reste à ce jour dans le mauvais sens et l’interprétation erronée de la bobine Tesla. Le transformateur mentionné par Tesla dans le document de 1892 ne fonctionnait pas à induction magnétique / électrique créée par des courants alternatifs. Il a opéré dans un domaine entièrement nouveau de la physique basé sur les décharges abruptes des potentiels électrostatiques et la libération subséquente de l’énergie radiante cinétique de l’éther omniprésent. Tesla fonctionnait maintenant sous des règles entièrement nouvelles qu’il appelait des forces électrostatiques «dynamiques» et avait, à ce jour, complètement abandonné tout intérêt supplémentaire pour la forme d’onde AC. La genèse de l’incompréhension Lodge,

Les équations de Maxwell
Utilisant des modèles mathématiques, James Clerk Maxwell avait précédemment suggéré que deux types différents de perturbations électriques pourraient exister dans la nature. Un type était une onde électrique longitudinale qui nécessitait des concentrations alternées de pulsations densifiées et raréfiées de champs électrostatiques qui se déplaçaient le long d’un seul vecteur (aujourd’hui, nous les appelons ondes stationnaires ou ondes scalaires). Maxwell a fini par rejeter cette idée parce qu’il était convaincu que ce type de propagation d’ondes était impossible à réaliser, mais son hypothèse était erronée et présagerait plus tard des conséquences formidables pour Tesla et le monde en général.

La deuxième postulation de Maxwell était celle d’une onde électromagnétique transversalecela présentait une alternance rapide de champs électriques le long d’un axe fixe qui rayonnait loin de son point d’origine à la vitesse de la lumière et était détectable à de grandes distances. Maxwell avait plus confiance en l’existence de ce type de vague et encourageait les expérimentateurs à regarder dans cette direction. C’était la découverte de ce type d’onde que Hertz avait revendiqué, mais Tesla était méticuleux et méticuleux dans la réplication des paramètres expérimentaux de Hertz et il ne pouvait pas obtenir les résultats revendiqués par Hertz.

Tesla a découvert une faille fondamentale dans l’expérience de Hertz: Hertz n’avait pas pris en compte la présence d’air dans ses expériences. Hertz avait identifié par erreur les inductions électrostatiques ou les ondes de choc électrifiées comme de véritables ondes électromagnétiques. Tesla était attristée d’apporter cette nouvelle à l’éminent académicien, mais elle estimait que l’honnêteté scientifique était primordiale si l’on voulait progresser. Tesla a rendu visite à Hertz en Allemagne et lui a personnellement démontré l’erreur expérimentale. Hertz était d’accord avec Tesla et avait prévu de retirer sa revendication, mais les réputations, les agendas politiques, la fierté nationale, et surtout, de puissants intérêts financiers,

L’introduction de Tesla aux phénomènes de l’énergie radiante a commencé avec des observations précoces par des juges de lignes travaillant pour Thomas Edison, l’ancien employeur de Tesla.

Anomalies DC
Avant que l’invention du générateur Polyphase AC par Tesla devienne la norme de l’industrie et dépasse l’utilisation de générateurs DC par Thomas Edison, le système électrique DC était le seul système disponible pour fournir de l’électricité aux maisons et aux usines américaines. En raison de la résistance offerte par les longues lignes de transmission, Edison a dû produire des tensions continues très élevées de ses générateurs afin de fournir suffisamment de tension et de courant à sa destination finale. Il a également dû fournir des stations de «pompage» supplémentaires en cours de route pour augmenter la tension d’affaissement qui a diminué des pertes de ligne. Une anomalie curieuse s’est produite au tout premier instant de la mise en marche de l’interrupteur d’alimentation à la centrale:Des pointes violettes / bleues rayonnent dans toutes les directions le long de l’axe des lignes électriques pendant un instant . En outre, une sensation choquante, choquante comme un rayon a été ressentie par ceux qui se tenaient près des lignes de transmission. Dans certains cas, lorsque des tensions DC très importantes surgissaient des générateurs, la sensation de «picotement» était si grande que, de temps en temps, une pointe bleue sautait de la ligne et se fondait sur un ouvrier, le tuant dans le processus.

Tesla a réalisé presque immédiatement que les électrons n’étaient pas responsables d’un tel phénomène parce que les phénomènes de pic bleu cessaient dès que le courant indiquait circuler dans les lignes. Quelque chose d’autre se passait juste avant que les électrons aient une chance de se déplacer le long du fil. À l’époque, personne ne semblait très intéressé à découvrir pourquoi ces élévations dramatiques du potentiel électrique statique se produisaient, mais plutôt les efforts de conception technique visaient à éliminer et à éteindre cette étrange anomalie qui était considérée par tout le monde comme une nuisance … sauf Tesla. Tesla le considérait comme une forme d’énergie puissante, mais inconnue, qui devait être comprise et exploitée si possible. Le phénomène ne s’est manifesté que dans le premier moment de la fermeture du commutateur, avant que les électrons puissent commencer à se déplacer. Il semblait y avoir un effet de «regroupement» ou de «suffocation» en jeu, mais seulement brièvement. Une fois que les électrons ont commencé leur mouvement dans le fil, tout reviendrait à la normale. Quelle était cette énergie étrange qui essayait de se libérer si fort au moment de la fermeture du commutateur? .

Tesla, génie hors du temps
Dans le dernier quart du 19ème siècle, Tesla était seul dans son opposition aux vues fondamentales de la nature des forces électriques décrites par trois des plus grands noms de la science électrique: James Clerk Maxwell, Herman Von Helmholtz et Heinrich Hertz. Tesla a possédé une vision plus large du cosmos parce que son sens aigu de la conscience et surtout ses intuitions intuitives naturelles lui ont donné une compréhension plus profonde du rôle que l’ éther (ou éther ) a joué dans les manifestations de tous

Teslaportrait1904

phénomènes électriques alors que ses contemporains ont concentré leur attention exclusivement sur la composante électromagnétique (en supposant qu’aucun autre composant ne pourrait être impliqué). Ce manque de perspicacité éthérique de la part de ses contemporains (à l’exception de Sir William Crookes) et la controverse enflammée que la simple mention de l’éther avait suscitée était de provoquer le ridicule et le sarcasme de Tesla d’intellectuels inférieurs pendant des décennies. La controverse éthérée s’est largement dissipée dans l’arène académique après la publication de la théorie de la relativité d’Eienstein (1905) et l’expérience Michaelson-Morley qui déclarait essentiellement que la théorie de l’éther était morte, mais les idées et déductions de Tesla concernant le rôle de l’éther corriger tout le long.

L’éther existait alors et il existe maintenant, malgré les dérives de l’étape de verrouillage par la science dominante, passée ou présente. Rudolf Steiner, un autre homme de génie, a affirmé que l’éther était composé de quatre fractions qu’il a décrites comme 1) l’éther de lumière, 2) l’éther de chaleur, 3) l’éther chimique, et 4) l’éther de vie, une combinaison de Trois premiers. Les expériences de Tesla à New York et au Colorado lui ont confirmé que l’énergie rayonnante était liée à l’éther insaisissable, mais pouvait se manifester par la rupture brusque de l’équilibre des fractions éther en utilisant des impulsions de grande amplitude de courte durée.
C’était la clé qui a débloqué l’énergie radiante.

« Voyez l’excitation venir! »
Ce sont les mots que Tesla a utilisés à la fin de sa conférence de décembre 1892, « The Dissipation of Electricity ». Il débordait de dynamisme et d’optimisme pour l’avenir. Dans les années 1890, Tesla mena un grand nombre d’expériences qui confirmèrent sa théorie et affinèrent sa compréhension des conditions spéciales requises pour que l’énergie rayonnante s’exprime. Plus tard, il a élargi son travail à New York avec les essais expérimentaux à grande échelle menées à Colorado Springs, Colorado en 1899.

teslaColoradoSprings1899

Tesla, l’humanitaire, voulait plus que tout partager cette énorme découverte avec son prochain. Tesla a parlé des applications pratiques de l’énergie radiante qui étaient si étendues qu’elles auraient pu créer un saut profond et immense dans le futur pour l’humanité dans pratiquement tous les secteurs de la vie quotidienne:

Une électricité illimitée peut être mise à disposition n’importe où et n’importe quand, en poussant simplement une tige dans le sol et en allumant l’appareil électrique. Les maisons, les fermes, les bureaux, les usines, les villages, les bibliothèques, les musées, les réverbères, etc., pourraient répondre à tous leurs besoins d’éclairage simplement en accrochant des ampoules ordinaires ou des tubes fluorescents, sans avoir besoin de câblage. 24 heures par jour. L’énergie de moteur pour n’importe quelle utilisation imaginaire telle que les applications industrielles, le transport, les tracteurs, les camions, les trains, les bateaux, les automobiles, les avions et les avions pourrait être alimentée librement n’importe où sur la planète à partir d’un seul émetteur grossissant. Cette nouvelle forme d’énergie avait même la capacité d’élever la conscience humaine à des niveaux de compréhension et de clarté mentale grandement améliorés. Il aurait été possible de réaliser des applications thérapeutiques sans intérêt pour améliorer la santé humaine et éliminer les maladies, il y a 100 ans, si Tesla avait été autorisé à terminer son développement commercial de Radiant Energy. Mais de puissants barons de l’industrie, principalement en la personne de John Pierpont Morgan, se sont entendus pour lui refuser le soutien financier dont il avait besoin et, ce faisant, ont refusé à l’humanité l’un des dons d’énergie libre les plus abondants et les plus inépuisables.

suite et fin

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 18 juillet 2018 dans général, Sciences

 

Étiquettes : , , , , , , ,

La Macronie voulait supprimer la Sécu de la Constitution ! Face à la polémique, ils renoncent ..

Le Premier ministre et le chef de file des députés LREM, Richard Ferrand, ont indiqué jeudi que la référence à la « Sécurité sociale » ne serait finalement pas supprimée d’un des articles de la Constitution, face à l’émoi provoqué … Mais la Macronie voulait « ouvrir la porte au modèle anglo-saxon » selon certains députés …

Voici l’histoire, L’amendement 694 en question avait été adopté en catimini dans la nuit de jeudi à vendredi (en catimini et la nuit bien sur …) : 

Les députés LREM ont voté en commission des Lois la transformation de la « sécurité sociale » en « protection sociale ». L’objectif est de rompre avec la doctrine du « chacun cotise selon ses moyens et reçoit selon ses besoins » et de brader la solidarité publique.

Un mot, dans une Constitution, ça compte énormément. Les fondamentaux d’un pays peuvent être balayés en s’attaquant à quelques lettres.

La Macronie s’y emploie : elle a décidé de supprimer toute référence à la Sécurité sociale dans la Constitution.

Comme si de rien n’était, la commission des Lois a profité du chantier de la réforme constitutionnelle pour faire disparaître l’un des piliers de notre République et de notre modèle social de la loi fondamentale.

L’amendement 694 en question a été adopté en catimini, dans la nuit de jeudi à vendredi. Défendu par le député Olivier Véran (LREM), il s’attaque au moindre article, phrase et alinéa de la Constitution faisant référence à la Sécurité sociale, pour remplacer le mot « sécurité » par le mot « protection ».

« Cela prépare la fin de l’universalité de la protection sociale à la française. Le gouvernement veut détruire notre système de haut niveau financé par la cotisation pour ouvrir la porte au modèle anglo-saxon. Non content de s’attaquer aux territoires et à la démocratie avec cette réforme, l’exécutif cherche à faire péter le socle de la Sécurité sociale. à la veille d’une réforme des pensions et des retraites, c’est ouvrir une boîte de Pandore pour le modèle social français », s’indigne le député Sébastien Jumel (PCF). (suite et fin)

 
Poster un commentaire

Publié par le 5 juillet 2018 dans général

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Un satellite va percuter un astéroïde pour le faire dévier de sa trajectoire !

L'astéroïde binaire Didymos

Vue d’artiste de la sonde européenne à proximité de l’astéroïde binaire Didymos.

La défense planétaire contre les astéroïdes « tueurs » qui risquent d’annihiler l’humanité s’organise !  

Finalement, et au terme de l’annulation d’une mission conjointe, l’Europe spatiale participera tout de même à l’aventure DART (« Double Asteroid Redirection Test ») initiée par la Nasa. DART est un satellite de 500 kg qui doit percuter à 6 km/s, en 2022, le plus petit membre de la paire qui compose l’astéroïde Didymos. Ce dernier est un astéroïde binaire composé de Didymos A d’un diamètre de 780 mètres et d’un autre petit morceau de roche de 160 mètres de diamètre, en orbite autour du premier, appelé Didymos B ou parfois Didymoon. Le but de la manœuvre est de modifier la trajectoire de Didymoon autour de Didymos A en influant sur sa vitesse.

Premier acte d’une défense planétaire

L’objectif de la mission DART est de démontrer la possibilité de dévier un astéroïde en projetant sur lui un impacteur cinétique. C’est l’une des trois solutions possibles pour modifier la trajectoire d’un astre avec le tractage et le recours à une ogive atomique. C’est aussi la technique dont l’étude est la plus avancée et celle qui semble la plus facilement réalisable. Ce type de recherche a un intérêt vital pour l’humanité : la Terre est sous la menace de milliers d’astéroïdes qui croisent régulièrement son orbite. Les plus gros sont recensés et ne la menacent pas dans un futur proche mais le risque d’une collision avec un astéroïde de plus de cinquante mètres de diamètre n’est pas nul. Dans le passé cela s’est déjà produit plusieurs fois, et la dernière a été fatale aux dinosaures. L’idée est donc de développer une véritable défense planétaire pour s’affranchir de ce risque.

DART constitue le premier test « grandeur nature » de cette stratégie défensive. L’impact devait être observé par la sonde européenne AIM mais des problèmes de financement ont contraint l’ESA à renoncer à la construire. Après maintes tergiversations, une nouvelle mission est en cours de programmation a annoncé l’ESA fin juin 2018. Elle consistera en l’envoi de la sonde HERA qui arrivera autour de Didymos en 2026. Bien trop tard pour observer l’impact donc. Mais son apport sera tout de même précieux : elle observera sous tous les angles Didymoon et sera capable de calculer son poids, une donnée capitale pour évaluer l’efficacité de l’impacteur. Elle étudiera aussi le cratère d’impact avec une résolution de dix centimètres et mesurera diverses paramètres de Didymoon qui deviendra ainsi le plus petit astéroïde étudié et le seul binaire.

La sonde Hera étudiera le cratère laissé par DART. Crédit : ESA – ScienceOffice.org.

Didymos, la cible idéale

Le choix de Didymos présente de nombreux avantages, d’autant qu’il est connu et observé avec attention depuis 2003, y compris par des observations radar. Grâce à cela, les astrophysiciens ont ainsi un modèle de la forme de Didymos A et une idée de sa composition, qui semble identique à celle de nombreux astéroïdes. Et si la forme de Didymoon n’est pas elle connue, sa taille est idéale pour tester les effets d’un impacteur cinétique. Encore mieux, le choc modifiera certes l’orbite du rocher mais pas suffisamment pour l’expulser et Didymoon continuera à tourner autour de Didymos A. La trajectoire de la paire autour du Soleil sera donc inchangée : pas de désordre dans le système solaire à redouter…

La mission DART est définitivement sur les rails et le lancement est prévu en 2020. Pour Hera, l’agence spatiale européenne étudie actuellement le développement technique de la sonde et si le projet semble en bonne voie, il doit être définitivement adopté en 2019

source

 
1 commentaire

Publié par le 3 juillet 2018 dans Espace, général, Sciences

 

Étiquettes : , , , , , ,

Fabrice Drouin : “On atteint le ratio délirant de 542 onces d’or papier pour 1 once d’or physique délivrable sur le comex”

“On atteint le ratio délirant de 542 onces d or papier pour 1 once d or physique délivrable sur le comex…ou comment creer une offre d or virtuelle pour mieux contenir le cours” (Fabrice Drouin)

Il suffirait qu’une infime partie des investisseurs prennent livraison pour que ça crée une pénurie et que ce marché explose …. Et à ce rythme, ça ne pourra qu’inévitablement se produire . Le marché papier est un énorme schéma de Ponzi qui permet aux banksters de manipuler les cours en déversant des tonnes d’or en chocolat, mais pendant ce temps l’offre de vrai or physique s’amenuise considérablement … ce qui conduira à un choc qui fera exploser ce marché en carton , et les prix à un moment donné . Ce n’est pas un hasard si de plus en plus de pays accumulent de l’or . Il y a un grand reset monétaire en vue ! Z

 
2 Commentaires

Publié par le 27 juin 2018 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , ,

Énorme Scandale sanitaire : plus de neuf Antillais sur dix empoisonnés pour des générations !!!

Récolte dans une bananeraie de la propriété Dormoy, à Capesterre-Belle-Eau (Guadeloupe), en novembre 2000.

Il a vu ses collègues tomber malades et mourir tour à tour sans comprendre. « Cancer, cancer, cancer… C’est devenu notre quotidien. A l’époque, on ne savait pas d’où ça venait », se souvient Firmin (les prénoms ont été modifiés) source

Ce qui vous allez lire est édifiant , absolument incroyable !!! Une énorme scandale ! La quasi-totalité des Guadeloupéens et des Martiniquais sont contaminés par un  pesticide ultra-toxique qui provoque entre autres des cancers de masse ! Mais il y a pire, la molécule persiste dans l’environnement pendant …. 700 ans !!! C’est à dire que pendant encore 700 ans, tous ceux qui vivent aux Antilles risquent de tomber gravement malades, en plus de tout ceux qui l’ont été ou qui le sont déjà (et qui sont morts) !!!! C’est DINGUE, du jamais vu !!! Impardonnable !!!

En France, je rappelle qu’on a encore appris il y a quelques jours que il n’y aura pas de périmètres de protection près des habitations exposés aux pesticides !!! L’amendement à été rejeté par les députés eux mêmes alors que leurs administrés se plaignent en masse de maladies ! Alors que c’était une simple mesure de pur bon sens pour la santé qui ne coûtait absolument rien ! Tout comme l’interdiction du Glyphosate pourtant promise, cancérigène notoire : rejeté !!! Et ce ne sont là que 2 exemples récents …

Partout dans le monde d’immenses scandales liés aux pesticides éclatent régulièrement ! Les dégâts sur les populations sont incommensurables, où que ce soit ! (à des endroits plus qu’à d’autres certes – comme ici aux Antilles où c’est le pompon total –  mais c’est un phénomène absolument général) Croyez vous vraiment que nous sommes ou que nous serons épargnés ??!!!  Z 

Le Chlordécone, un  pesticide ultra-toxique a été utilisé pendant plus de vingt ans dans les bananeraies en Guadeloupe et Martinique. Il a contaminé sols, rivières, bétail, poissons, crustacés, légumes-racines… et la population elle-même.

La quasi-totalité des Guadeloupéens et des Martiniquais sont contaminés par ce pesticide ultra-toxique, utilisé massivement de 1972 à 1993 dans les bananeraies. Une situation unique au monde. Cette histoire, entachée de zones d’ombre, est méconnue en métropole. Elle fait pourtant l’objet d’une immense inquiétude aux Antilles, comme le raconte notre enquête sur ce scandale sanitaire.

Qu’est-ce que le chlordécone ?

C’est un pesticide ultra-toxique, utilisé massivement dans les bananeraies en Guadeloupe et en Martinique pendant plus de vingt ans à partir de 1972 pour lutter contre le charançon de la banane, un insecte qui détruisait les cultures.

Le chlordécone est un perturbateur endocrinien reconnu comme neurotoxique, reprotoxique (pouvant altérer la fertilité), et classé cancérogène possible dès 1979 par l’Organisation mondiale de la santé.

La France a fini par l’interdire en 1990. Le chlordécone a toutefois été autorisé jusqu’en 1993 par deux dérogations successives, signées par les ministres de l’agriculture de l’époque.

Pourquoi pose-t-il encore problème alors qu’il n’est plus utilisé ?

Les Antilles sont contaminées pour des siècles, car la molécule est très persistante dans l’environnement − jusqu’à sept cents ans.

A partir du début des années 2000, on a découvert que le chlordécone, qui passe dans la chaîne alimentaire, avait non seulement contaminé les sols, mais aussi les rivières, une partie du littoral marin, le bétail, les volailles, les poissons, les crustacés, les légumes-racines… et la population elle-même.

La quasi-totalité des 800 000 habitants de la Guadeloupe (95 %) et de la Martinique (92 %) sont aujourd’hui contaminés, comme le révèle une étude menée pour la première fois à grande échelle par Santé publique France, et dont les résultats, très attendus, seront présentés publiquement en octobre.

L’intoxication se fait essentiellement par voie alimentaire. Les plus contaminés sont ceux qui s’approvisionnent sur les circuits informels (autoproduction, don, vente en bord de route), très prisés, en particulier par les plus pauvres, mais où les aliments contiennent souvent un fort taux de chlordécone.

Quels effets le chlordécone a-t-il sur l’homme ?

En 1975, les ouvriers de l’usine Hopewell (Virginie), qui fabriquait le pesticide, ont développé de sévères troubles neurologiques et testiculaires après avoir été exposés à forte dose : troubles de la motricité, de l’humeur, de l’élocution et de la mémoire immédiate, mouvements anarchiques des globes oculaires…

Ces effets ont disparu par la suite, car le corps élimine la moitié du chlordécone au bout de 165 jours, à condition bien sûr de ne pas en réabsorber. Mais l’accident fut si grave que les Etats-Unis ont fermé l’usine, et banni le produit dès 1977.

Les études menées jusqu’ici sont quant à elles édifiantes. L’une d’elles, publiée en 2012 par l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), montre que le chlordécone augmente non seulement le risque de prématurité, mais qu’il a aussi des effets négatifs sur le développement cognitif et moteur des nourrissons.

Le pesticide est aussi fortement soupçonné d’augmenter le risque de cancer de la prostate, cancers dont le nombre en Martinique tient le record du monde. La Guadeloupe fait aussi partie des zones les plus touchées par cette maladie. Le cancer de la prostate est deux fois plus fréquent et deux fois plus grave aux Antilles qu’en métropole, avec plus de 500 nouveaux cas par an sur chaque île.

D’autres études sont en cours pour mieux connaître les effets du chlordécone sur la santé.

Quelles mesures ont été déployées pour protéger la population ?

L’Etat a tardé à prendre en considération la gravité du problème. Quand la contamination dans l’environnement a été découverte, au tout début des années 2000, des mesures ont été prises. Des sources d’eau ont été fermées, d’autres traitées, et des zones entières ont été interdites à la culture, étendues par la suite à la pêche.

Un plan national d’action a ensuite été mis sur pied en 2008, suivi d’un deuxième. Un troisième court jusqu’en 2020.

Une polémique agite toutefois les Antilles depuis la parution d’un rapport controversé de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) en décembre 2017. L’agence avait été saisie pour savoir si les limites maximales de résidus de chlordécone présents dans les aliments étaient suffisamment protectrices. La question est brûlante depuis qu’un changement dans la réglementation européenne, en 2013, a provoqué une hausse mécanique spectaculaire des seuils pour les viandes et les volailles.

Or, dans ses conclusions, l’Anses affirme que ces nouvelles limites maximales sont suffisamment protectrices. Elle estime qu’il n’est pas utile de les abaisser, alors que la politique de prévention affichée par les autorités vise, au contraire, à réduire l’exposition de la population à ce pesticide.

Source

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

“Eurocalypse! Les Allemands veulent une procédure ordonnée de sortie de l’euro !”

Tiens, une news fort importante que je n’avais pas vue et qui date d’il y a 2 jours … Ça confirme ce qu’on savait déjà depuis les dernières élections en Grèce quand les grecs voulaient renégocier, les allemands non plus ne veulent plus de cette Europe . Et avec ce qui vient de se passer en Italie, ils sont encore plus tendus les Allemands !!! Et ils sont plus clairs surtout : les médias, qui relayent les milieux économiques et les élites, anticipent maintenant ouvertement une procédure ordonnée de sortie de l’euro . Je pense que … c’est du bon sens allemand !! Les politiques allemands n’en pensent pas moins, on sait qu’ils ont un plan B sur la table pour une autre Europe, celle du Nord . Ils n’en peuvent plus des PIIGS !! Un prochain clash en Europe semble inévitable, je ne vois pas comment tout ça peut tenir . Les événements s’accélèrent assez vite en ce moment quand on regarde bien ! Z 

Eurocalypse saison 2 épisode 1!! Le Frankfurter Allgemeine Zeitung est un grand, très grand quotidien allemand. Et quand dans le Frankfurter Allgemeine Zeitung il y a 154 des plus grands économistes allemands qui piquent une gueulante, cela s’entend – enfin, façon de parler, vu que les gueulantes écrites ne sont pas bruyantes en soi, mais vous voyez l’idée, cela fait désordre…

On y arrive enfin… Enfin pas tout à fait encore, mais on s’en rapproche. Explications.

Le projet de Macron ? C’est nein !

Bon, tout d’abord, ils commencent par mettre parfaitement à l’aise notre président jupitérien, Macron, en expliquant vertement que ses propositions, il peut se les garder et se les mettre là où ils le pensent aussi délicatement.

« Nous – 154 professeurs d’économie – mettons en garde contre la poursuite du développement de l’union monétaire et bancaire européenne en une union de responsabilité. Les propositions du président français Macron et du président de la Commission européenne Juncker mentionnées dans l’accord de coalition de Berlin comportent des risques élevés pour les citoyens européens. »

Les machins européens du type MES et Union bancaire, c’est… nein aussi !

Puis, ils vont poursuivre en expliquant tout le bien qu’ils pensent des machins européens du type MES (Mécanisme de stabilité européen) qui consistent, pour eux, de même que les garanties des dépôts et autres joyeusetés comme le rachat des dettes via le rachat de 2 550 milliards d’euros d’obligations par la BCE (au passage vous apprenez le vrai chiffre des quantitative easing européens). Pour eux, tout cela consiste à « communautariser » et à « socialiser » les pertes, les dettes et les déficits.

La socialisation des pertes, c’est nein tout pareil…

Ils vont donc au passage livrer une petite leçon de morale à tout ce beau monde en expliquant que « le principe de responsabilité est une pierre angulaire de l’économie sociale de marché »… et qu’ils « demandent donc au gouvernement fédéral de revenir aux principes de base de cette économie sociale de marché ».

Et enfin, cerise sur le gâteau, que dis-je persil sur les carottes, ou encore « cherry on the top of the cake » comme le disent si bien nos amis anglais, nos économistes germains demandent également de prévoir immédiatement deux procédures.

La sortie de l’euro et la faillite ordonnée c’est jaja et schnell schnell

Une procédure de faillite d’insolvabilité ordonnée pour les États et…

Une procédure de retrait ordonnée de l’euro…

Aïe, ouille,… vous voyez, on peut dire qu’outre-Rhin, ils risquent d’avoir furieusement envie de laisser sortir l’Italie et tous ceux qui le veulent.

Surtout, ne vous forcez pas à rester dans l’euro et ne vous forcez pas à faire croire que vous êtes solvables alors que vous êtes ruinés…

Bon, au passage, vous apprenez aussi qu’on est en faillite ! Non parce que si nos amis les Allemands veulent que l’on se dote d’une procédure « ordonnée d’insolvabilité » et de « retrait de l’euro », c’est que la situation n’est pas franchement brillante, même si selon les tenants de la ligne Maginot en France, les nuages radioactifs s’arrêtent toujours à la frontière de l’Hexagone, et qu’avec Jupiter, nous ne craignons plus rien, il n’en demeure pas moins que notre pays est en faillite. L’Italie est en faillite. La Grèce est en faillite, l’Espagne est en faillite, le Portugal aussi, et je peux continuer longtemps cette liste, parce qu’en fait, il n’y a à peu près que l’Allemagne qui ne soit pas en faillite avec les Pays-Bas…

Et que dit la Merkel ?

La chancelière allemande, elle, se dit favorable à un renforcement de la zone euro et elle a apporté son soutien à la proposition de son ministre des Finances, le social-démocrate Olaf Scholz, à savoir qu’elle veut bien transformer le MES (Mécanisme européen de stabilité) en un mécanisme de démantèlement des banques en faillite… ce qui n’est plus franchement la même chose… Tout en sachant qu’elle juge « que chaque État membre au sein de l’union monétaire doit assumer la responsabilité de ses choix politiques ».

Une manière pudique de dire… « chacun sa merde » !

Pour ceux qui veulent en savoir un peu plus, ce qui pourrait être utile dans les temps qui viennent, sur comment survivre à l’Eurocalypse, vous pouvez acheter le dossier spécial ici. Je rappelle également que ce dossier est accessible à tous les abonnés de la lettre STRATÉGIES. En vous abonnant à la lettre STRATÉGIES, vous aurez accès aux 12 prochains mois de lettres et dossiers mais aussi aux 30 lettres et dossiers déjà en ligne, dont celui sur « Comment survivre à l’Eurocalypse ». Pour en savoir plus, c’est ici.

Vu que l’Europe se délite comme c’était prévisible à vitesse grand V, il va être temps de réapprendre la souveraineté, la responsabilité et l’indépendance. En trois mots ?

Vive la France !!

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT

 
2 Commentaires

Publié par le 4 juin 2018 dans économie, général, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , ,

Découverte de 121 planètes géantes qui pourraient avoir des lunes habitables

Depuis quelques années la probabilité d’une vie sur une exoterre (ou pas, car la vie peut se développer dans des conditions extrêmes aussi) explose …. La vie ailleurs dans l’Univers n’est largement plus de la science fiction , c’est de la science pure, et quasi une certitude scientifique . Z 

Des chercheurs de l’Université de Californie, de Riverside (États-Unis) et de l’Université du Queensland (Australie) annoncent avoir identifié plus de 100 planètes géantes qui pourraient accueillir des lunes capables de porter la vie. Leur travail guidera la conception de futurs télescopes capables de détecter ces lunes potentielles, et de rechercher des biosignatures dans leurs atmosphères.

Nous avons tous entendu parler de la recherche de la vie sur d’autres planètes, mais qu’en est-il des lunes ? Depuis le lancement en 2009 du télescope Kepler de la NASA, les astronomes ont identifié des milliers d’exoplanètes. Certaines d’entre elles pouvant être géologiquement semblables à la Terre, les planètes terrestres (rocheuses) sont des cibles de choix dans notre quête de la vie ailleurs dans l’Univers. Elles pourraient également présenter des atmosphères propices au développement de la vie. Sur ce point, nous pourrions également nous pencher sur les géantes de gaz. Si elles-mêmes ne se portent pas candidates pour la recherche de la vie extraterrestre, leurs lunes le pourraient, à l’instar d’Europe autour de Jupiter, ou de Titan et Encelade autour de Saturne.

Les chercheurs annoncent ici avoir identifié au total 121 planètes géantes orbitant dans les zones habitables de leur étoile. Et chacune d’entre elles devrait héberger plusieurs grandes lunes. Il y a actuellement 175 lunes en orbite autour des huit planètes de notre système solaire, la plupart autour de Saturne et Jupiter. Les astronomes ont déjà spéculé que les exolunes pourraient fournir un environnement favorable à la vie – peut-être même mieux que la Terre. Celles-ci reçoivent en effet de l’énergie non seulement de leur étoile, mais aussi du rayonnement réfléchi par leur planète. Jusqu’à présent, cependant, aucune exolune n’a été confirmée.

«Maintenant que nous avons créé une base de données des planètes géantes connues dans la zone habitable de leur étoile, des observations des meilleures candidates pour héberger des exolunes potentielles pourront être faites. Il s’agira de concevoir des télescopes assez puissants pour que nous puissions détecter ces lunes, étudier leurs propriétés et rechercher des signes de vie», note Michelle Hill de l’Université du Queensland.

Vous pouvez consulter l’article directement sur arxiv.org.

Source

Via SP

 
9 Commentaires

Publié par le 1 juin 2018 dans Espace, général, Sciences

 

Étiquettes : , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :