RSS

Archives de Tag: DANS

Le MIT a développé un appareil capable de lire dans les pensées

lire dans vos pensées

Ce n’est certes qu’un début, mais les chercheurs travaillent dessus et pensent parvenir à réaliser un dispositif bien plus élaboré … Nous sommes à un moment où le transhumanisme se développe rapidement, la révolution de « l’homme augmenté » a bel et bien commencé . Z 

Les chercheurs du MIT ont développé un appareil composé de 7 électrodes qui détectent les signaux neuromusculaires le long de la mâchoire, et détermine les mots qui vous traversent la tête. Pour le moment limité, son usage pourrait trouver de nombreuses applications, comme pour les personnes handicapées.

Au MIT, des chercheurs ont créé un dispositif appelé AlterEgo capable de comprendre ce que vous pensez, en « lisant dans vos pensées ».

Les pensées – ou verbalisation internes – lisibles avec des électrodes

L’appareil tourne autour de l’oreille, suit la mâchoire et s’attache sous la bouche de l’utilisateur. Relié à un système informatique, le système est muni d’électrodes qui captent les signaux neuromusculaires de la mâchoire et du visage, déclenchés par des « verbalisations internes », mais invisibles à l’œil nu. Ces signaux sont ensuite transmis à un système d’apprentissage machine qui analyse les données, associant des signaux spécifiques à des mots. Le système est aussi capable de communiquer avec l’utilisateur par l’intermédiaire d’un « casque à conduction osseuse », qui transmet les vibrations du visage à l’oreille.

« Notre idée était : Pourrions-nous avoir une plate-forme informatique qui est plus interne, qui fusionne l’humain et la machine d’une certaine façon et qui ressemble à une extension interne de notre propre cognition ? » dit Arnav Kapur, un étudiant diplômé du MIT Media Lab dans une déclaration.

lire dans vos pensées

Pour créer l’appareil, les chercheurs ont dû déterminer quels endroits du visage transmettaient les signaux neuromusculaires les plus fiables. Pour ce faire, ils ont demandé aux sujets de murmurer quatre fois la même série de mots et ont utilisé 16 électrodes à différents endroits du visage pour détecter les signaux. Ils ont ensuite généré un code pour analyser les données, et ont constaté que sept endroits se révélaient être plus efficaces que les autres. Le dispositif actuellement testé utilise ces sept capteurs à ces endroits, mais les chercheurs ont l’intention de développer une seconde itération du système ne comptant que 4 capteurs, tout en étant aussi efficace.

Des applications diverses, et utiles

Pour le moment, le système n’est capable d’identifier qu’une vingtaine de mots propre à chaque cas de figure, avec une précision de 92%. Les chercheurs espèrent améliorer ces statistiques avec le temps : « Nous sommes en train de recueillir des données, et les résultats sont bons« , dit M. Kapur. « Je pense que nous parviendrons à une conversation complète un jour. »

Bien que les applications soient encore limitées, les chercheurs sont parvenu à utiliser le casque durant une partie d’échecs, pour résoudre des multiplications, ou encore pour sélectionner le film que vous souhaitiez regarder. À l’avenir, ils espèrent trouver diverses applications utiles, par exemples à destinations des personnes handicapées.

Sources : Presse-citron – The Verge

Publicités
 
2 Commentaires

Publié par le 20 avril 2018 dans général, Insolite, Sciences

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Le plus grand exercice naval chinois « en 600 ans » commence : Pékin est prêt à attaquer Taïwan !

media

Le mois dernier, le journal public chinois Global Times écrivait  ceci dans un éditorial :

«la Chine doit se préparer à un affrontement militaire direct dans le détroit de Taïwan» et  «il faut faire comprendre que l’intensification des contacts officiels entre les États-Unis et Taïwan aura de lourdes conséquences pour ce dernier».

L’éditorial évoquait même la version selon laquelle la Chine pourrait envoyer des avions et des navires de guerre dans le détroit de Taïwan .

Hé bien c’est chose faite ! 

La semaine dernière, la marine de l’Armée populaire de libération (« PLAN » comme « People’s Liberation Army Navy ») avait rassemblé tous ses navires de guerre, avions et sous-marins nucléaires les plus avancés pour une démonstration massive de force dans la mer de Chine méridionale. 

Asia Times  estime que 10 000 aviateurs et « marines » de l’Armée populaire de libération ont embarqué 48 navires de guerre et 76 avions pour montrer leur loyauté et leur dévouement au président Xi Jinping , qui a été accueilli sur un destroyer par un chœur retentissant de soldats.  

Les journaux chinois gérés par l’ État ont déclaré que le nombre de navires de guerre rassemblés était « le plus grand de son genre en 600 ans. » 

Ce matin, tout ce beau monde s’est retrouvé dans le détroit de Taiwan pour des manœuvres militaires … à balles réelles ! (et sans prévenir ! cf Zero Hedge)

Un message clair contre les états unis et son vassal taïwanais qu’on pourrait résumer ainsi : Pékin est prêt à attaquer ! Comme l’avait annoncé les journaux chinois le mois dernier . 

Les Chinois n’ont presque pas mouflé quant à l’attaque en Syrie (il avaient tout de même voté contre à l’ONU et ont indiqué leur mécontentement) , mais par contre ils se déploient massivement dans leur zone d’influence, signifiant qu’ils sont prêts pour la guerre … Z  

Une démonstration de force dans le détroit de Taiwan ? Non loin des côtes taiwanaises, l’armée chinoise mène depuis ce 18 avril au matin des manœuvres militaires , les premiers depuis deux ans. Pékin voit d’un très mauvais œil le récent rapprochement entre la présidente taiwanaise Tsai Ing-wen et le président américain Donald Trump et le fait savoir. En cas de tentative séparatiste, Pékin est prêt à attaquer l’île rebelle, c’est le message envoyé à Taipei.

Avec notre correspondante à Pékin,  Heike Schmidt

Les manœuvres à tir réel mettent aujourd’hui en pratique ce que Xi Jinping avait martelé en mars dernier: « La Chine ne cèdera pas un pouce de son territoire ». « La réunification complète de la mère patrie est l’aspiration de tous les Chinois. Toute tentative et stratagème destinés à diviser la mère patrie sont voués à l’échec », avait lâché le président chinois.

La promesse de Washington d’aider Taiwan à construire ses propres sous-marins et une nouvelle loi qui encourage des responsables américains de se rendre sur l’île ne sont pas passés inaperçues. La Chine montre donc ses muscles, comme lors d’un récent exercice naval en mer de Chine du Sud où l’homme fort de Pékin avait fait une apparition remarquée, en treillis militaire, sur le navire de guerre « Changsha ». « Le besoin d’édifier une marine forte n’a jamais été aussi pressant qu’aujourd’hui, a martelé Xi Jinping. Nous devons faire preuve d’innovation et de courage, afin de faire de la marine de l’Armée Populaire de Libération une puissance au rang mondial. »

Xi Jinping ne compte pas transmettre la question taiwanaise « de génération en génération ». Une perspective inquiétante pour Taipei. Mais pas question de se laisser intimider. Le ministère taiwanais de la Défense a qualifié les manœuvres de « bruit des bottes » et de « simple routine »

source

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

« L’argent est aujourd’hui dans la configuration la plus haussière de son histoire »

Selon cette analyse de Clive Maud, spécialiste des MP, « L’argent est aujourd’hui dans la configuration la plus haussière de son histoire » . C’est vrai que les graphiques sont vraiment pas mal et que ça ne peut pas être pire pour le métal Blanc … Mais je demande à voir, nous pourrions assister à un rally certes vu la configuration graphique, mais pas forcément celui qu’on imagine … Du moins pas dans l’immédiat, même si ça pourrait bien commencer à enfin redémarrer . (ce qui finira par se produire inévitablement) Et il serait temps ! Gardons un œil sur la situation, et sur les autres indicateurs, car il y a beaucoup de paramètres qui entrent en compte (à ce sujet la demande mondiale est plus forte que jamais, et quand on connait le risque de pénurie sur ce métal … il pourrait y avoir une surprise à un moment donné) . Une chose est certaine, l’argent va bien finir par redécoller un jour !!! Z 

L’argent est aujourd’hui dans la configuration la plus haussière de son histoire. Après avoir fait l’objet d’échanges latéraux/baissiers pendant plus de 20 mois, les investisseurs s’y sont complètement désintéressés, ce qui constitue un terreau idéal pour un énorme rallye. Nous allons voir les indications qui expliquent cette tendance telles que l’engagement des traders (COT) et le ratio argent/or, et pourquoi il faut investir maintenant dans l’argent.

Nous commencerons par visualiser le graphique des cours de l’argent ci-dessous. Le graphique sur un horizon de six mois semble mortellement ennuyeux, ce qui pourrait expliquer pourquoi certains commettent la dangereuse erreur de vendre à découvert. En regardant de plus près, vous observerez une tendance neutre et morne, ainsi que des moyennes mobiles alignées de manière baissière. Ce n’est certainement pas le meilleur graphique pour éveiller notre intérêt pour l’argent.

 

 

Le graphique de 8 ans présente une image beaucoup plus encourageante que celui de 6 mois. Bien qu’il puisse paraître superficiellement ennuyeux et baissier à première vue, en y regardant de plus près, vous découvrirez qu’une configuration en tête et épaules inversée en pente descendante est sur le point d’être achevée. Bien que les têtes et épaules en pente descendante n’inspirent pas beaucoup de confiance, nous devons garder à l’esprit que le parallèle visible sur le graphique de l’or de 8 ans n’est pas en pente descendante, mais à un sommet plat, ce qui est relativement normal. La pente descendante de la configuration en tête et épaules reflète simplement le fait que l’argent a toujours tendance à sous-performer l’or à la fin des marchés baissiers sectoriels, ce qui explique pourquoi le ratio or/argent est si important. La pente descendante de la configuration sert aussi à camoufler ce qui se passe en réalité, de sorte que les gens n’y prêtent pas attention, ce qui est génial, car cela permet d’investir dans l’argent à bas prix avant que les cours ne s’envolent. C’est ce que nous faisons depuis plusieurs semaines.

 

 

Passons maintenant au graphique de l’engagement des traders (COT), qui est en effet très intéressant car il fournit des preuves convaincantes que l’argent est sur le point de monter de façon spectaculaire, alors qu’une légion de traders semi-conscients qui vendent à découvert sont paniqués et se couvrent en catastrophe. Après s’être tapé la tête contre un mur pendant des années avec des positions acheteuses, les gros spéculateurs (barres bleues) ont finalement renoncé et ont même eu l’audace de commencer à prendre des positions vendeuses ces dernières semaines. C’est la première fois que nous vivons une telle situation depuis plus de 15 ans. Cela indique clairement que le cours de l’argent est prêt à décoller. La forte hausse des positions ouvertes lors des dernières semaines rend la situation encore plus haussière, et signifie qu’encore plus de traders devront se couvrir si jamais le prix commençait à monter. Le graphique COT est incroyablement haussier.

 

 

Le dernier graphique des positions des opérateurs en couverture est également haussier. Comme nous pouvons le voir, les niveaux élevés sur le côté gauche du graphique, lorsque l’argent était dans un marché haussier, ont entraîné de belles progressions, et même au cours de la période suivante, le marché baissier a débouché sur une sorte de rallye. Ne commettez pas l’erreur de penser “cela indique simplement un autre rallye de marché baissier”, et n’oubliez pas l’achèvement de la configuration en tête et épaules inversée montrée ci-dessus. N’oubliez pas non plus le fait que les grands spéculateurs ont jetté l’éponge et ont commencé à prendre des positions vendeuses pour la 1ère fois de leur histoire.

 

Sentimentrader.com

 

Enfin, si toutes les preuves présentées ci-dessus ne suffisent pas à vous convaincre que l’argent se rapproche d’un nouveau marché haussier, regardez ce dernier graphique, qui présente le ratio or/argent sur les 20 dernières années. Comme mentionné auparavant, l’or est de plus en plus surévalué par rapport à l’argent à mesure que les marchés baissiers sectoriels continuent, parce qu’il est considéré comme plus solide et plus sûr. L’argent devient de moins en moins cher par rapport à l’or, en attendant qu’un extrême soit atteint et que le pendule commence à tourner dans l’autre sens avec un nouveau marché haussier sectoriel. Le ratio a chuté aux niveaux actuels à seulement trois reprises au cours des 20 dernières années – en 2003, au démarrage du marché haussier sectoriel, puis suite aux événements liés à la crise financière de 2008, et enfin dans les profondeurs de la dépression du secteur des métaux précieux à la fin 2015/début 2016. L’argent est ensuite entré dans une tendance haussière majeure qui l’a conduit beaucoup plus haut, suivi d’un rallye significatif au début de 2016, et maintenant le ratio semble avoir établi un double creux avec ce point bas, alors que l’or et l’argent complètent leurs figures de retournement. On peut donc logiquement s’attendre à ce que cette configuration donne naissance à un autre grand marché haussier de l’argent, surtout si l’on tient compte des facteurs de support additionnels que nous avons vu plus haut.

 

 

Conclusion: Un nouveau marché haussier de l’argent semble imminent et on s’attend à ce qu’il débute par une montée spectaculaire, en raison d’un mouvement de panique pour couvrir les positions vendeuses.

 

Source originale: Clivemaund

 
Poster un commentaire

Publié par le 16 avril 2018 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Les États-Unis développent des armes biologiques dans les laboratoires à travers le monde …

Résultat de recherche d'images pour "Les États-Unis développent des armes biologiques"

Quel est le but des Etats unis en développant une telle infrastructure d’armes biologiques à travers le monde ? Quelles idées ont ils derrière la tête ? Dissuasion qui pourrait devenir incontrôlable ou projets sinistres .. ? De quoi faire sérieusement réfléchir ! A lire ce papier qui est terrifiant, il y a un réel risque qu’une pandémie mondiale fatale d’un nouveau genre et à grande échelle se déclare un jour prochain ! Par exemple, si on prend le virus de la grippe porcine qui a démarré en Chine (un hasard, vraiment ??) , il ne cesse d’évoluer . Et ce n’est rien à coté d’un potentiel nouveau virus dévastateur qui pourrait (ou qui a déjà) voir le jour . Décidément , ils sont prêt à tout pour maintenir leur hégémonie ces élites anglo-sionistes, même à l’inimaginable. De la pure folie !! Z 

Un rapport récent de la journaliste bulgare Dilyana Gaitandzhieva a mis en évidence que les États-Unis produisaient des virus, des bactéries et des toxines mortelles, violant ainsi la Convention de l’ONU sur l’interdiction des armes biologiques.

La journaliste bulgare Dilyana Gaitandzhieva, connue par son enquête sur des livraisons d’armes occidentales aux terroristes en Syrie, a publié une autre révélation majeure, cette fois-ci concernant des laboratoires secrets américains opérant sous le couvert des centres médicaux dans 25 pays du monde.

Les faits exposés dans le rapport confirment le développement d’armes biologiques par l’armée américaine. Des experts militaires présents dans ces laboratoires sous statut diplomatique sont impliqués dans les études sur les virus les plus dangereux. Il est remarquable que la plus forte concentration de ces “institutions médicales” soit localisée aux frontières avec la Chine et la Russie. Seul le territoire ukrainien abrite 11 laboratoires dont l’accès est strictement limité. Même le gouvernement du pays ne dispose pas d’informations complètes sur les activités des laboratoires, alors que Kiev est obligé de transférer des copies de ses développements et des souches bactériennes pathogènes au Pentagone, selon des accords bilatéraux. Ce n’est pas étonnant qu’un taux de mortalité en raison des maladies virales telles que l’hépatite A, le choléra ou la grippe porcine, soit le plus élevé dans des régions où se trouvent des laboratoires biologiques. Imaginez donc qu’en 2016, seulement pendant quelques mois, un virus inconnu similaire à la grippe a tué plus de 300 personnes en Ukraine.

Outre des virus mortels, les spécialistes américains élaborent des méthodes de leur propagation et livraison. Ainsi, au printemps 2017, les habitants de la Tchétchénie ont vu un drone disperser de la poudre blanche à la frontière avec la Géorgie. De plus, les chercheurs libèrent des insectes infectés qui provoquent ensuite des maladies contagieuses voire mortelles parmi la population locale. Par exemple, plusieurs cas de fièvre hémorragique de Crimée-Congo ont été signalés en Géorgie bien que cette maladie ne fût typique que pour des pays d’Afrique centrale.

Les laboratoires biologiques sont parrainés par L’Agence de réduction des menaces (Defense Threat Reduction Agency (DTRA). Les entrepreneurs principaux qui assurent la construction et l’équipement des installations sont des entreprises américaines privées comme Southern Research Institute, CH2M Hill, Battelle et Metabiota.

Malheureusement, le rapport de Dilyana Gaitandzhieva est passé inaperçu. De surcroît, les participants de la conférence sur la biosécurité  tenue début mars au Parlement européen, ont ignoré ce sujet sensible. Le porte-parole du Département américain de la santé, Robert Kadlec, a été incapable de répondre aux questions épineuses de la journaliste et a semblé extrêmement confus.

Il est difficile à imaginer que dans quelques années,  des  scènes des films hollywoodiens sur la mutation des gens et de terribles épidémies virales pourraient être une réalité.

Gabriella Lima

Expression.libre

 

Référence : The Pentagon Bio-weapons

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Des «robots tueurs» dans le viseur de scientifiques du monde entier

Des «robots tueurs» dans le viseur de scientifiques du monde entier

Une célèbre université sud-coréenne a été soupçonnée de vouloir mettre au point des «robots tueurs» après un partenariat avec un fabriquant d’armes. Une soixantaine d’experts et de chercheurs dans le domaine de l’intelligence artificielle ont menacé de boycotter toute collaboration avec l’établissement en question.

57 experts internationaux de l’intelligence artificielle tirent la sonnette d’alarme en raison de leur inquiétude quant aux projets visant à développer une intelligence artificielle pour les armes, créant ainsi des robots tueurs ou des armes autonomes.

Ils ont ainsi adressé une lettre ouverte au Korea Advanced Institute of Science and Technology (KAIST), menaçant de cesser de collaborer avec la prestigieuse université sud-coréenne suite à un partenariat de celle-ci avec le fabricant d’armes Hanwha Systems.

«En tant que chercheurs et ingénieurs travaillant sur l’intelligence artificielle et la robotique, nous sommes très préoccupés par l’ouverture d’un ‘‘Centre de recherche pour la convergence de la Défense nationale et de l’intelligence artificielle » au KAIST, en collaboration avec Hanwha Systems. Il a été rapporté que les objectifs de ce centre sont de ‘‘développer des technologies d’intelligence artificielle (IA) à appliquer aux armes militaires, en rejoignant la compétition mondiale pour développer des armes autonomes »», lit-on dans le document.

«Si elles sont développées, les armes autonomes seront la troisième révolution dans la guerre. Elles permettront à la guerre d’être plus rapide et à une échelle plus grande que jamais. Elles ont le potentiel d’être des armes de terreur. Les despotes et les terroristes pourraient les utiliser contre des populations innocentes, en supprimant toute contrainte éthique. Cette boîte de Pandore sera difficile à refermer si elle est ouverte», poursuivent les chercheurs.

Ils précisent aussi que le Hanwha Group est impliqué dans la production de certaines armes qui sont interdites en vertu de la Convention des Nations unies.

Dans le même temps, le président de la KAIST, Sung-Chul Shin, a parlé dans un communiqué de sa déception suite à l’apparition d’un mouvement de boycott.

«J’aimerais réaffirmer que la KAIST n’a pas l’intention de s’engager dans le développement d’armes autonomes létales et de robots tueurs», a-t-il déclaré.

Source

 
1 commentaire

Publié par le 9 avril 2018 dans général, International, Sciences

 

Étiquettes : , , , ,

US : Des «bactéries cauchemardesques» inquiètent et se répandent dans le pays

Des « bactéries cauchemardesques » prolifèrent aux Etats-Unis (illustration). — Pileje

INFECTION Ces dangereuses bactéries résistantes se développent plus vite que les nouveaux médicaments et antibiotiques efficaces, alertent les autorités sanitaires américaines…

Dans une étude publiée le mardi 3 avril, les spécialistes des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) américains ont indiqué avoir enregistré entre janvier et septembre 2017, deux cents cas d’infection par une « bactérie cauchemardesque ».

————————————————————-

La résistance aux antibiotiques est aujourd’hui un véritable problème de santé publique. Selon les centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), au moins 2 millions d’Américains sont infectés par des germes résistants aux antibiotiques chaque année, et plus de 23 000 meurent de ces infections.

Selon un rapport publié mardi, le CDC annonce avoir détecté l’année dernière 221 cas de résistance inhabituelle de soi-disant « bactéries cauchemardesques », capables de propager des gènes qui les rendent imperméables à la plupart des antibiotiques. Bien que le CDC ait déjà mis en garde contre le danger des bactéries résistantes aux antibiotiques ces dernières années, ce nouveau rapport nous révèle ici l’ampleur du problème. « Aussi vite que nous avons œuvré pour ralentir la résistance [aux antibiotiques], certains germes nous ont dépassés », note la docteure Anne Schuchat, directrice adjointe du CDC. « Nous devons faire plus, et nous devons le faire plus vite et plus tôt ». Les infections entraînées par ces bactéries sont « pratiquement impossibles à traiter avec la médecine moderne », poursuit-elle.

Le CDC a mis en place en 2016 un réseau de laboratoires à l’échelle nationale, pour aider les hôpitaux à diagnostiquer rapidement ces infections et à les empêcher de se propager. Un échantillon sur quatre de germes envoyé au réseau de laboratoires avait des gènes spéciaux, qui leur permettraient d’étendre leur résistance à d’autres germes, peut-on lire. Dans 1 cas sur 10, les personnes infectées par ces germes transmettent la maladie à des personnes apparemment en bonne santé à l’hôpital – patients, médecins ou infirmières – qui peuvent à leur tour agir comme porteurs silencieux de la maladie. Ces derniers infectent ensuite d’autres personnes, même si elles ne deviennent pas malades.

Les bactéries « cauchemardesques » – celles qui résistent à presque tous les médicaments – sont particulièrement mortelles chez les personnes âgées et les personnes atteintes de maladies chroniques. Jusqu’à la moitié des infections qui en résultent s’avèrent fatales pour elles. Le CDC affirme qu’un effort conjoint et une approche agressive impliquant des représentants du gouvernement, des médecins et des établissements de santé peuvent aider à arrêter les bactéries résistantes avant qu’elles ne se propagent largement. Le rapport propose une stratégie de confinement, qui selon Anne Schuchat, aidera à « plier la courbe ou à ralentir la propagation de la résistance aux antibiotiques ».

La stratégie de confinement nécessite :

– Une identification rapide des germes résistants.

– L’utilisation de mesures de contrôle des infections (gants, blouses d’hôpital et nettoyage spécial dans les chambres des patients infectés).

– De tester les patients sans symptômes qui peuvent porter et propager le germe.

– La poursuite du contrôle de l’infection et des tests jusqu’à ce qu’il soit confirmé que la propagation s’est arrêtée.

Le rapport estime que si elle est mise en œuvre correctement, la stratégie pourrait empêcher 1600 cas d’infection dans un État sur une période de trois ans. Chaque individu peut également jouer un rôle dans le contrôle de la propagation des germes résistants :

– Informez votre professionnel de la santé si vous avez récemment reçu des soins de santé dans un autre pays ou établissement.

– Discutez avec votre médecin de la prévention des infections, de la prise en charge de maladies chroniques et de l’obtention des vaccins recommandés.

– Lavez-vous les mains fréquemment et gardez vos plaies propres propres jusqu’à ce qu’elles soient cicatrisées.

Source

via SP

 
1 commentaire

Publié par le 8 avril 2018 dans général, Santé - nutrition

 

Étiquettes : , , , , , ,

Sans précédent : la Chine va payer ses importations de pétrole en yuan dans un coup majeur contre le dollar !!

Sans précédent : la Chine va payer ses importations de pétrole en yuan dans un coup majeur contre le dollar (Zero Hedge)

Ça se précise assez vite ……..

Quelques jours seulement après le lancement officiel des contrats à terme sur le pétrole brut par Beijing libellé en yuan (avec une forte hausse, comme le montre le graphique ci-dessous, surpassant le volume des échanges de Brent) qui devraient rapidement devenir le troisième prix de référence mondial aprés le Brent et le WTI, la Chine a franchi la prochaine étape importante dans la remise en cause de la suprématie du dollar comme monnaie de réserve mondiale (et l’internationalisation du yuan) lorsque Reuters a rapporté jeudi que la Chine a pris les premières mesures pour payer le brut.

 

Sans précédent : la Chine va payer ses importations de pétrole en yuan dans un coup majeur contre le dollar (Zero Hedge)

Un programme pilote de paiement en yuan pourrait être lancé dès la seconde moitié de l’année et les régulateurs ont déjà demandé à certaines institutions financières de « préparer le prix des importations de pétrole brut en yuan », révèlent des sources selon Reuters.

Selon le plan proposé, Pékin commencerait par des achats à la Russie et à l’Angola, deux nations qui, comme la Chine, veulent briser la domination mondiale du dollar. Ils sont également deux des principaux fournisseurs de pétrole brut de la Chine, avec l’Arabie saoudite.

Un changement de la monnaie transactionnelle par défaut du pétrole brut – qui a été pendant des décennies le « Petrodollar », donnant aux États-Unis le statut de monnaie de réserve mondiale – aurait des conséquences monumentales pour les allocations de capitaux et les flux commerciaux, sans parler de la géopolitique : comme le note Reuters, un déplacement d’une petite partie seulement du commerce mondial du pétrole vers le yuan est potentiellement énorme. « Le pétrole est la marchandise la plus échangée au monde, avec une valeur commerciale annuelle d’environ 14 billions de dollars, soit à peu près l’équivalent du produit intérieur brut de la Chine l’année dernière ». A l’heure actuelle, la quasi-totalité des échanges mondiaux de pétrole brut s’effectue en dollars, à l’exception d’environ 1 % dans d’autres monnaies. C’est la base de la domination étatsunienne dans l’économie mondiale.

Toutefois, comme le montre le graphique ci-dessous, qui suit les premiers jours de négociation des contrats à terme sur le pétrole chinois, ce statu quo pourrait changer rapidement.

Sans précédent : la Chine va payer ses importations de pétrole en yuan dans un coup majeur contre le dollar (Zero Hedge)

Superficiellement, pour la Chine, ce serait une question de fierté nationaliste de voir le commerce du pétrole transiger en Yuan : « Etant le plus gros acheteur de pétrole, il est naturel pour la Chine de faire pression pour l’utilisation du yuan pour le règlement des paiements. Cela permettra également d’améliorer la liquidité du yuan sur le marché mondial », a déclaré l’une des personnes informées sur la question par les autorités chinoises.

 

Il y a d’autres considérations derrière le lancement du contrat pétrolier libellé en yuan, comme l’explique Goldman :

  •   Un outil commercial de référence et de couverture. Jusqu’à présent, les importations chinoises de pétrole étaient basées sur les références FOB, les contrats d’approvisionnement à long terme réglant Platts Oman/Dubai ou Dated Brent. Le contrat INE a donc le potentiel de devenir la référence en matière de prix pour le pétrole brut CIF Chine, permettant la couverture financière des entreprises. Sa structure d’entrepôt est cependant susceptible de limiter son utilisation pour la livraison physique du brut et peut en fait parfois réduire son efficacité de couverture.
  •  Un nouveau vecteur d’investissement pour les investisseurs chinois. La majorité des volumes de négociation des contrats à terme sur produits de base en Chine proviennent d’investisseurs de détail, mais ces derniers avaient jusqu’à présent peu de possibilités de négocier des contrats à terme sur le pétrole. Le contrôle des capitaux de la Chine était le principal obstacle aux contrats commerciaux comme le Brent, car les autorités n’autorisent que des sorties de fonds de 50 000 dollars par an et par personne. Bien que plusieurs contrats de pétrochimie et de bitume soient déjà commercialisés en Chine, INE sera le premier contrat pour le pétrole brut, ce qui suscitera probablement un intérêt important.
  • Accès direct aux marchés chinois des matières premières pour les investisseurs étrangers. La Chine offre des marchés de matières premières profonds et liquides à ses investisseurs onshore. Toutefois, en raison du contrôle serré des capitaux en Chine, les investisseurs étrangers n’ont jusqu’à présent pu les négocier que par l’intermédiaire de filiales qualifiées à terre. Le contrat INE ouvre le premier canal pour les investisseurs offshore à négocier sur son marché des matières premières onshore, avec à la fois le dépôt en USD et les plus-values transférables sur des comptes offshore. Le gouvernement a également annoncé la semaine dernière qu’il renonce à l’impôt sur le revenu pour les investisseurs étrangers qui négocient ces nouveaux contrats pendant les trois premières années. L’obligation de négocier en yuan ajoutera également une exposition au risque de change pour les investisseurs étrangers. Nous illustrons à la pièce 6 un modèle probable (parmi d’autres) de la façon dont les investisseurs étrangers pourront avoir accès aux liquidités de l’INÉ.

 

Sans précédent : la Chine va payer ses importations de pétrole en yuan dans un coup majeur contre le dollar (Zero Hedge)

Le danger, bien sûr, est qu’un tel changement augmenterait également la valeur du yuan, ce dont la Chine n’a guère besoin étant donné qu’il y a seulement deux ans et demi, Pékin a lancé une dévaluation controversée du yuan pour stimuler ses exportations et son économie.

Néanmoins, à la lumière de la stabilité économique mondiale relative, Pékin pourrait être prêt à prendre le pari d’un Yuan plus fort si cela signifie un plus grand poids géopolitique et une acceptation plus grande du renminbi.

Sans précédent : la Chine va payer ses importations de pétrole en yuan dans un coup majeur contre le dollar (Zero Hedge)

C’est pourquoi la restructuration des flux pétroliers pourrait être la meilleure première étape : à partir de ce moment, la Chine est le deuxième consommateur mondial de pétrole et, en 2017, elle a dépassé les États-Unis en tant que premier importateur de pétrole brut ; sa demande est un facteur déterminant clé des prix mondiaux du pétrole.

Sans précédent : la Chine va payer ses importations de pétrole en yuan dans un coup majeur contre le dollar (Zero Hedge)

Si le plan de la Chine pour pousser l’acceptation du Petroyuan s’avère un succès, il en résultera un plus grand élan à travers toutes les matières premières, et pourrait déclencher le transfert d’autres paiements de produits vers le yuan, y compris les métaux et les matières premières minières.

Outre le potentiel de donner plus de pouvoir à la Chine sur les prix mondiaux du pétrole, « cela aidera le gouvernement chinois dans ses efforts pour internationaliser le yuan », a déclaré Sushant Gupta, directeur de recherche chez Wood Mackenzie, consultant en énergie. Dans une note du mercredi, Goldman Sachs a déclaré que le succès des contrats à terme sur le brut de Shanghai était « indirectement de promouvoir l’utilisation de la monnaie chinoise (ce qui, comme indiqué plus haut, a des effets négatifs car il en résulterait également un yuan plus fort, ce qui pourrait ne pas trop attirer le PBOC).

Pendant ce temps, la Chine ne perd pas de temps et Unipec, la branche commerciale du plus grand raffineur d’Asie, Sinopec, a déjà signé un accord pour importer du brut du Moyen-Orient contre le nouveau contrat à terme sur le brut de Shanghai, qui est d’ailleurs négocié en yuan.

L’essentiel ici est de savoir si Pékin est bien préparé et prêt à défier le dollar US pour le titre de monnaie mondiale hégémonique. Comme le note Reuters, le projet de la Chine d’utiliser le yuan pour payer le pétrole s’inscrit dans un renforcement progressif de la monnaie, qui devrait afficher un cinquième gain trimestriel consécutif, sa plus longue série de victoires depuis 2013.

Signe que les récentes mesures draconiennes de contrôle des capitaux en Chine ont sapé la confiance du marché dans un yuan librement négocié, la monnaie a conservé en janvier de cette année son cinquième rang de monnaie de paiement nationale et mondiale, inchangé depuis un an, mais sa part parmi les autres devises est tombée de 2,5 pour cent à 1,7 pour cent, selon le tracker de l’industrie SWIFT.

Une série de mesures mises en place au cours des 2 dernières années pour contenir les flux de capitaux sortant du pays au milieu d’une baisse de la valeur du yuan a perdu un peu de son éclat en tant que monnaie mondiale de paiement.

Mais le yuan s’est apprécié de 3,4 % par rapport au dollar jusqu’à présent cette année, avec des gains solides au cours des dernières sessions.

« Pour le PBOC et d’autres organismes de réglementation, l‘internationalisation du yuan est clairement l’une des priorités actuelles, et si ce plan se déroule sans heurts, ils peuvent commencer à penser à reproduire ce modèle pour d’autres achats de produits de base « , a déclaré une source de Reuters.

Néanmoins, la montée du yuan sera longue et difficile avant que le yuan ne puisse contester le dollar et que Pékin ne transfère l’essentiel de ses achats de matières premières vers le yuan en raison de l’illiquidité de la devise sur les marchés des changes. Selon la dernière enquête triennale de la BRI, près de 90 % de toutes les transactions sur les marchés des changes de 5 billions de dollars par jour concernaient le dollar d’un côté d’une transaction, alors que seulement 4 % utilisent le yuan.

* * *

Néanmoins, tout le monde n’est pas convaincu que le nouveau contrat nommé en yuan créera un « petro-yuan », comme le montre l’extrait suivant des spéculations de Goldman :

Le lancement du contrat INE ne concerne pas seulement le pétrole, car il s’agira également du premier contrat de marchandises libellé en yuan négociable par des investisseurs étrangers. Une telle structure répond à l’objectif du comité de politique monétaire de la Banque du Canada de rehausser le profil de sa monnaie dans l’établissement des prix des produits de base. Cela a toutefois soulevé la question de savoir si le contrat de l’INE est une étape progressive dans l’obtention du statut de réserve monétaire pour le Yuan. Nous ne le croyons pas.

Bien que le lancement de l’INE représente une étape supplémentaire dans l’internationalisation du CNY, la dénomination CNY du contrat INE n’implique pas en soi des investissements du CNY. Le contrat de l’INE ne représente pas une ouverture des comptes de capital de la Chine puisque les dépôts étrangers opèrent dans un circuit fermé, déposés dans des comptes désignés et ne doivent pas être utilisés pour acheter d’autres actifs nationaux. Dans la pratique, le dépôt de garantie et les gains en capital peuvent être transférés de nouveau sur des comptes offshore. La possibilité d’une plus grande propriété étrangère des actifs chinois n’est donc pas affectée par la facturation du pétrole au CNY et obligerait plutôt les exportateurs de pétrole à recycler leurs produits dans des actifs locaux, par exemple. L’incitation à le faire n’a pas changé avec l’introduction des contrats de l’INÉ. En particulier, la plupart des producteurs de pétrole du Moyen-Orient ont encore des devises liées au dollar et une capacité limitée à couvrir l’exposition au CNY.

Il reste à voir si Goldman a raison ou non, mais il est indéniable qu’un changement monumental se prépare dans les flux de capitaux mondiaux, où les Etats-Unis – que Pékin le veuille ou non – seront bientôt obligés de défendre leur statut monétaire en tant qu’exportateurs de pétrole (et les investisseurs sur ce marché hautement financiarisé) auront désormais le choix : aller avec l’hégémonie étatsunienne, ou commencer à accepter le Yuan en échange de la marchandise la plus importante du monde.

Zero Hedge via SLT

 
1 commentaire

Publié par le 1 avril 2018 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :