RSS

Archives de Tag: DANS

Une responsable de l’ONU démissionne et persiste dans son rapport sur l’apartheid israélien

Le gouvernement israélien est intervenu pour faire retirer par l’ONU le rapport établissant qu’Israël est un Etat d’Apartheid. Du coup, la responsable de la Commission économique et sociale de l’ONU pour les pays d’Asie de l’Ouest, qui avait publié ce rapport, a donné sa démission.

Rima Khalaf, Secrétaire exécutive de cette commission, qui a établi que l’apartheid imposé aux Palestiniens par Israël « ne faisait aucun doute » et a demandé à la communauté internationale de prendre des sanctions face à de telles discriminations, a donné sa démission face aux pressions exercées par Antonio Guterres, secrétaire général des Nations Unies, pour que ce rapport soit retiré.

L’ ESCWA, qui comprend 18 Etats arabes, s’était appuyé sur les définitions de l’apartheid telles qu’elles apparaissent dans le droit international.

Mais Netanyahou a poussé des cris d’orfraie parlant de « propagande nazie » et a obtenu ce retrait du rapport du site de l’ONU sur lequel il a été publié.

Merci à nos camarades américains de Mondoweiss qui ont sauvegardé le rapport avant que ce dernier ne soit censuré par les laquais de Netanyahou :

Le PDF ici

De fait, Rima Khalaf, si elle a donné sa démission, n’en continue pas moins à soutenir le contenu du rapport et le fait que ’les crimes comis par Israel contre les Palestiniens sont des crimes contre l’humanité ».

Le document met en cause la « stratégie de fragmentation du peuple palestinien », constitué de quatre groupes à savoir les Palestiniens citoyens d’Israël, ceux de Jérusalem-Est ; ceux de la Cisjordanie et de la bande de Gaza, et enfin les réfugiés et exilés hors de Palestine.

Source : Agence Maan News

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Le plus grand jour pour l’or depuis le Brexit, en dépit d’un contexte défavorable …

Malgré, du jour au lendemain : la victoire de Rutte aux Pays bas en dépit de la flambée des populismes en Europe, et les actions de la Fed, la BoJ, et la BoE qui ont expédiés les marchés actions mondiaux à des niveaux records, on pourrait être pardonné de ne pas remarquer que l’ or est en pleine progression (la plus grande depuis le Brexit) après la décision de Janet de relever les taux pour la 3ème fois en 11 ans – surpassant de loin les autres classes d’actifs.

Le dollar a continué à se faire pilonner la nuit alors que la Chine a resserré de façon inattendue sa politique …

 

L’Or est le grand gagnant (le WTI se mobilise également sur les talons de la chute du dollar)

 

Ceci est le plus grand jour pour l’or depuis le Brexit …

 

L’or est au-dessus de ses moyennes mobiles à 50 et 100 jours à 1225 $, et l’argent est au-dessus des 17 $ …

 

Aidé par le dollar et les nouvelles du vote sur le Brexit (le 1er en 8 mois) à la BoE, le cable (la livre, ndlr) est en pleine progression aussi …

Via Zero Hedge

 
Poster un commentaire

Publié par le 16 mars 2017 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Paul Craig Roberts : Tout « Effondrement majeur » est précédé du désastre dans lequel nous nous trouvons!

Nous voyons actuellement une distorsion sur la « parité des risques » (une panique ?)  : Un Découplage entre le marché obligataire et le marché action : le Dow tombe en dessous de 21k, les Rendements du 30Y approchant 3.10% … Quelque chose se brise… 

Les modèles d‘optimisation de portefeuille n‘ont cessé d‘évoluer . Le concept de parité de risque repose sur le principe selon lequel les différentes classes d‘actifs d’un portefeuille doivent contribuer de manière égale au risque global. Les classes d’actifs sont donc pondérées en fonction non pas de leurs performances attendues, mais bien de leur contribution à la volatilité du portefeuille.

Une répartition des investissements entre différentes classes d’actifs, faiblement corrélées entre elles, permet d‘optimiser le couple rendement/risque d’un portefeuille.

Cette diversification consiste en une répartition statique du capital entre trois grandes classes d’actifs traditionnels : actions, obligations et liquidités. (l’or aussi ..)

Donc lorsque la « parité des risques » commence à se distordre ainsi, nous savons qu’il y a des turbulences sur les marchés financiers – qui risquent de s’amplifier . Ce sont les signes d’un effondrement qui à déjà commencé et qui s’accélère .  

Ce qui nous amène à Paul Craig Roberts : Tout « Effondrement majeur » est précédé du désastre dans lequel nous nous trouvons !

Bien que l’indice Dow Jones vient de clôturer juste au dessus des 21.000 points ce vendredi 03 Mars 2017, peu de gens croient en cette tendance haussière. En fait, Paul Craig Roberts, l’ancien fonctionnaire du Trésor américain, vient d’expliquer sur kingworldnews que ce à quoi nous assistons actuellement, ne s’observe qu’avant un effondrement majeur.

Eric King: « Comme nous, vous assistez à de nombreuses faillites dans le commerce de détail ainsi qu’à énormément de fermetures de magasins. Que se passe t-il se passe réellement dans l’économie ? »

Paul Craig Roberts: «Il n’y a pas eu de croissance du revenu médian des familles depuis plusieurs décennies. Il n’y a donc pas de revenu discrétionnaire parmi la population. Par conséquent, il n’y a pas de croissance des ventes au détail. On a uniquement obtenu qu’un appauvrissement de la population…

Eric, cet appauvrissement impacte aussi bien les jeunes que les personnes âgées. Les jeunes américains par exemple, sortent de l’université avec un endettement substantiel en ayant contracté d’importants prêts étudiants, mais malheureusement à la fin de leurs études, pour la plupart d’entre eux, les emplois ne sont pas à la hauteur de ce qu’on leur avait promis.

La génération du millénaire et la mort du commerce de détail

Vous avez la moitié des jeunes qui vivent encore à la maison avec leurs parents parce qu’ils n’arrivent pas à décrocher un emploi leur permettant de prendre leur indépendance. Ainsi, les ménages ne se forment pas. Les achats de meubles ou d’appareils électroménagers ne se font pas. Par conséquent, tout ceci est en train de tuer le commerce de détail.

A l’autre extrémité de la pyramide des âges, l’épargne des retraités ne rapporte plus rien depuis que les quantitative easing (planche à billets) ont été mis en place en 2008-2009. Nous avons des taux d’intérêt nuls, donc les retraités ne dégagent aucun revenu complémentaire de leur épargne. En plus de cela, la sous estimation de l’inflation signifie que ce qu’ils perçoivent de la sécurité sociale n’est plus réajusté à l’augmentation du coût de la vie. L’inflation continue de croître, mais elle n’est tout simplement plus prise en compte.

Ce à quoi nous assistons, ne s’observe qu’avant un effondrement majeur

Maintenant, nous commençons à voir la faillite des fonds de pension. Un régime de retraite syndical vient simplement de faire faillite, et on s’attend à d’autres faillites entre les régimes de retraite des fonctionnaires municipaux et nationaux. Nous faisons donc face à une sorte d’effondrement des revenus qui touche probablement 90 % de la population américaine…

 

Ecoutez ci-dessous l’intégralité de l’incroyable interview audio de Paul Craig Roberts

Source: kingworldnews – Via BB

 
Poster un commentaire

Publié par le 6 mars 2017 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Visualiser le déclin inquiétant de la liberté dans le monde …

Carte de la liberté dans le monde en 2017 : plus c’est foncé moins le pays est « libre »

Selon le Rapport sur la liberté dans le Monde 2017  , qui classe les pays chaque année selon différents critères pour définir leur niveau global de liberté, il y a eu des reculs récents en matière de droits politiques et de libertés civiles dans un certain nombre de pays dits « libres ». Ces reculs sont en partie le résultat des forces populistes et nationalistes qui ont fortement progressé dans les Etats démocratiques.

Mais la Freedom House, l’organisation de surveillance internationale qui produit ce rapport annuel, dit que c’est une tendance générale . En fait, sur la base de leurs données et de leur méthodologie, la liberté a diminué à l’échelle mondiale durant les 11 dernières années.

Voici une carte où on voit comment la liberté a grimpée ou est descendue, et ce pour chaque année – vous pouvez voir que la liberté à plus baissé qu’elle n’a monté depuis 2006.

Alors que la tendance est claire, le plus inquiétant est que les plus fortes baisses globales se sont produites au cours des deux dernières années. Est-ce une coïncidence ou est ce que le déclin de la liberté s’accélére ?

Voici les pays spécifiques où il y a eu les plus fortes baisses de la liberté (donc des libertés) au cours de la dernière décennie :

Plus fortes baisses globales Au cours de la dernière décennie

Voici enfin une liste des principaux pays qui ont gagné ou perdu le plus de liberté (ou qui sont devenu plus ou moins libres) en 2016 :

Zero Hedge – resistanceauthentique

 

Étiquettes : , , , , ,

Les 30 preuves que nous sommes dans la plus grosse bulle financière de tous les temps

L’énorme bulle actuelle sur les marchés boursiers ne fera pas exception – Le CAPE (cyclically adjusted price to earnings), dit aussi PER, qui correspond à la capitalisation boursière rapportée aux bénéfices, ajustés de l’impact du cycle économique est aujourd’hui largement considéré comme l’une des meilleures mesures de la cherté ou non des actions (si elles sont surévaluées ou sous-évaluées) Cet indicateur se situe actuellement autour des 29 points . Or ce seuil n’a été franchi à la hausse qu’à 2 reprises dans toute notre histoire : en 1929, juste avant le krach de Wall Street, et dans les derniers mois de l’euphorie de la bulle Internet à la fin des années 1990. 

Aujourd’hui un dossier complet et passionnant qui montre bien que nous sommes dans une bulle de proportion biblique, jamais atteinte dans l’histoire humaine. Accrochez vous ça va exploser – Un énorme crash se profile . L’effondrement est en fait déjà en cours .Pour certains aspects c’est le d’ores et déjà le cas, pour d’autres la bulle continue de gonfler : c’est un effondrement en slow motion . (au ralenti)

Tout ce qui monte doit redescendre, ce sont les lois de la pesanteur .  

Voici donc Les 30 preuves que nous sommes dans la plus grosse bulle financière de tous les temps, je vous les donnes à partir de la 21e à la 30e, vous avez la totalité des preuves de cet excellent dossier à la fin de ce papier .

La « grosse vilaine bulle » que Trump, alors candidat à la présidence, avait identifiée à propos des marchés américain est réelle.

21. Le S&P n’a jamais été aussi cher comparé aux bénéfices des entreprises

Le graphique ci-dessous représente la valeur de l’indice S&P 500 divisé par les résultats des entreprises. A nouveau, nous avons atteint des niveaux historiques : les entreprises n’ont jamais été aussi valorisés par rapport aux résultats qu’elles sont capables de délivrer. Lorsque (et non pas si) la bulle éclatera, la chute sera sévère.

Le marché n’a été aussi proche du niveau actuel de 11,3 que durant quelques mois de pure frénésie de marché au début du siècle, en 1999.

Zerohedge

22. La hausse des prix des produits de base devient évidente

Jeff Desjardins remarque dans Visual Capitalist : « les prix grimpent en flèche mais uniquement pour les produits nécessaires. »

Alors que l’inflation fait augmenter les prix dans tous les secteurs d’un marché donné, les Etats-Unis connaissent une hausse modérée dans des secteurs spécifiques de l’économie.

Visual Capitalist

Vous souvenez-vous de dinosaures comme Circuit City (distributeur américain spécialisé dans le commerce d’ordinateurs personnels, de jeux vidéo et de produits électroniques grand public, NDLR) ou Radioshack (entreprise américaine de vente de produits et de composants électroniques, NDLR) ? La disparition de telles enseignes de proximité pourrait bientôt avoir lieu dans des secteurs qui connaissent une forte hausse des prix.

23. Banques systémiques et risque systémique toujours plus intense

Les grandes banques sont aussi interdépendantes et dangereuses qu’elles l’étaient avant la crise de 2008. Le FMI indique que la Deutsche Bank est « le contributeur net le plus important aux risques systémiques. »

 

Une telle interdépendance peut entraîner un effet de contagion à travers le monde entier. Lorsqu’une banque A un prend froid, la suivante B a une pneumonie.

International Monetary Fund

Selon ce rapport du FMI, « les nœuds bleus, violets et verts indiquent les banques européennes, américaines et asiatiques, respectivement. L’épaisseur des flèches montre les liens (vers l’intérieur comme vers l’extérieur) et la flèche montre la direction des retombées. La taille du nœud reflète la taille des actifs. »

24. Des banques plus grosses et plus endettées qu’avant 2008

Les grosses banques laisseront un cratère encore plus grand qu’en 2008 lorsque l’énorme bulle de la dette éclatera.

Selon le U.S Treasury Office of Financial Research, « la taille de la banque est un composant important du risque systémique. »

La taille des bulles ci-dessous devrait vous alarmer.

Office of Financial Research

« … le défaut d’une banque avec un fort indice de connectivité aura un effet plus grand sur le reste du système bancaire. En effet, l’origine de son défaut se répandra sur les autres institutions financières, créant un effet de cascade qui pourrait conduire à d’autres défauts. »

« Un effet de levier élevé, mesuré comme le ratio du total des actifs rapporté au capital Tier 1, a tendance à être associé à une forte connectivité financière ; or, beaucoup des plus grandes institutions sont élevées sur les deux dimensions… »

« Plus grande est la banque, plus l’effet d’entraînement est élevé si elle fait défaut ; plus son effet de levier est élevé, plus elle est encline à faire défaut sous la pression ; et plus son indice de connectivité est élevé, plus grande sera la part du défaut qui entrera en cascades dans le système bancaire. »

« Le produit de ces trois facteurs fournit une mesure globale du risque de contagion que posent les banques pour le système financier. »

25. Un « choc des prix » des actifs à venir selon l’Office of Financial Research américain

Le PER montre la valeur de l’action d’une entreprise rapporté à son résultat. Le graphique ci-dessous montre que le PER, cycliquement ajusté, a atteint un niveau correspondant à ce qu’on avait avant les trois plus grands déclins du marché boursier durant le siècle dernier.

On peut le voir dans le graphique ci-dessous :

Office of Financial Research

« Le prix de l’immobilier commercial a également grimpé et les taux de capitalisation, l’une des mesures du rendement attendu sur un bien immobilier, sont proches des plus bas records. Un choc des prix dans l’un de ces marchés pourrait menacer la stabilité financière américaine si les actifs étaient principalement détenus par des entités qui utilisent des effets de levier à hautes doses et du financement à court terme.

« Un choc des prix qui coïnciderait avec une forte hausse des défauts des entreprises américaines amplifierait les risques… Nous sommes préoccupés par les risques de marché auxquels les banques et assureurs américains sont exposés. »

Nous verserons les cinq dernières preuves à notre dossier de méga bulle sans précédent historique, après-demain.

Craig Wilson

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit

Source

Nous vous avons en avons déjà donné 25 preuves dans de récentes chroniques. Nous versons aujourd’hui cinq dernières preuves à notre dossier.

La « grosse vilaine bulle » que Trump, alors candidat à la présidence, avait identifiée à propos des marchés américains est réelle. Nous vous avons en avons déjà donné 25 preuves dans de récentes chroniques. Nous versons aujourd’hui cinq dernières preuves à notre dossier.

26. Le grand ralentissement de la croissance américaine

Sur une période de 10 ans, la croissance par habitant affiche une longue et effrayante tendance à la baisse, selon un rapport de l’institut Gallup.

Cette étude Gallup en collaboration avec le U.S. Council on Competitiveness et publiée en décembre 2016 montre la baisse considérable de « la productivité long terme des Etats-Unis ».

Le ralentissement de la croissance

Pour Gallup, il n’y a pas de reprise : « depuis 2007, la croissance du PIB par habitant des États-Unis n’a été que de 1%. » « La Grande crise est peut-être terminée mais l’Amérique tourne dangereusement à vide. » La ligne de croissance réelle du PIB par habitant se fonde sur les données du Bureau of Economic Analysis.

Dans le cadre de notre étude des bulles financières déjà gonflées, ce graphique montre que les marchés sont artificiellement élevés alors que la productivité américaine est à la traîne.

Or les marchés anticipent des bénéfices futurs et sans gain de productivité, on voit mal comment ils seront obtenus.

27. La chute des bénéfices du S&P 500

Selon les chiffres des entreprises du S&P 500 publiés dans le cadre des rapports du deuxième trimestre, les bénéfices à partir du deuxième trimestre 2015 jusqu’en 2016 ont reculé de 3,2%.

Si cette baisse peut sembler minime, selon un rapport de FactSet : « ce deuxième trimestre marque la première fois où l’indice enregistre cinq trimestres consécutifs de baisse des bénéfices d’une année sur l’autre depuis le troisième trimestre 2008 jusqu’au troisième trimestre 2009. »

c

Cela signifie que les tendances financières d’une année sur l’autre sont revenues au niveau de 2008 — année où les Etats-Unis (et le monde) ont connu le pire choc économique depuis la crise de 1929.

28. Productivité : rien qui se rapproche de la normale

La Federal Reserve Bank of St. Louis a publié un rapport sur le taux d’utilisation de la capacité industrielle totale qu’elle définit ainsi :

« Le pourcentage de ressources utilisées par les entreprises et les usines pour produire des biens dans l’industrie, l’exploitation minière, et les services de gaz et d’électricité pour toutes les infrastructures localisées aux Etats-Unis (hors celles dans les territoires américains). »

Traduction du langage de la Fed : cela correspond au taux d’utilisation de l’outil de travail.

En gros, les usines ronronnent-elles correctement ?

Juste avant le krach financier, en novembre 2007, le taux d’utilisation de la capacité industrielle était de 80,9%. Depuis, l’utilisation a ralenti et depuis novembre 2014, il est en déclin.

En novembre 2016, la Fed a mesuré que le taux d’utilisation de la capacité était de 74,3%, soit un fort déclin des ressources utilisées.

29. La crise immobilière devient mondiale

Selon la pyramide des besoins de Maslow, avoir un toit est un des éléments essentiels de la motivation humaine.

Le FMI a publié un rapport en décembre 2016 qui montre que les prix mondiaux de l’immobilier ont atteint les mêmes niveaux qu’au début de la crise financière mondiale, ce qui est particulièrement inquiétant.

Dans une étude menée dans 57 pays, le FMI a mesuré les niveaux de l’indice moyen des prix et en a conclu que, s’il existe des différences selon les pays, une vigilance accrue est nécessaire.

L'indice des prix immobiliers dans le monde est quasiment revenu à son niveau d'avant la crise financière (en pondérant à l'identique)

30. Les bilans des banques centrales et une question idiote

Les plus grandes banques centrales au monde ont vu une forte augmentation de leurs bilans, qui atteignaient 21 000 Mds$ en octobre 2016.

Cela représente 29% de l’économie mondiale (le double du niveau antérieur au krach financier de 2008).

Les actifs combinés des 10 plus grandes banques centrales ne cessent de croître

Selon Bloomberg, « l’accélération de l’expansion des bilans des banques centrales se produit tandis que le débat fait rage de savoir si leur politique d’achats d’actifs et de taux d’intérêt faibles en continu crée des bulles… »

Il faut bien comprendre que les banques centrales achètent des actifs, actions ou obligations, et donnent à leurs anciens détenteurs des liquidités qui sont ensuite réinvesties par ces mêmes détenteurs.

Cette énorme masse monétaire arrive bien quelque part…

Oui, les agissements de ces banques centrales créent d’énormes bulles, comme nous l’avons vu et il faut être aveugle pour refuser de les voir.

Voici un récapitulatif des 30 preuves. (avec les liens ici

Piège des taux bas

Même les riches calent

Les capitaux spéculatifs atteignent des niveaux historiques

Les esclaves de la dette face au risque des taux

La Chine surendettée

Crédits automobiles américains : le prochain subprime

Le risque démographique est mal perçu

« Trop gros pour faire faillite » – encore et toujours

Dans les économies occidentales, les prix de l’immobilier sont sous stéroïdes

Le crédit chinois grimpe en flèche sans contrepartie productive

La réserve fédérale est coincée

Les chiffres des achats de Noël signalent une perte de confiance

Le gouvernement américain détient la facture des consommateurs

Explosion des prêts étudiants aux Etats-Unis

La dette publique en forte augmentation

Le patrimoine immobilier des ménages à un plus haut historique

Les prix des actions à des niveaux record

L’immobilier commercial est encore plus haut qu’en 2008

Le piège de la dette fédérale

Le chiffre d’affaires des entreprises du Dow Jones baisse depuis cinq ans

Le S&P n’a jamais été aussi cher comparé aux bénéfices des entreprises

Le S&P n’a jamais été aussi cher comparé aux bénéfices des entreprises

La hausse des prix des produits de base devient évidente

Banques systémiques et risque systémique toujours plus intense

Des banques plus grosses et plus endettées qu’avant 2008

Un « choc des prix » des actifs à venir selon l’Office of Financial Research américain

Le grand ralentissement de la croissance américaine

La chute des bénéfices du S&P 500

Productivité : rien qui se rapproche de la normale

La crise immobilière devient mondiale

Les bilans des banques centrales et une question idiote

 
Poster un commentaire

Publié par le 28 février 2017 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Une poche de gaz de la taille du Mexique dans le sous-sol américain pourrait bouleverser le climat

En étudiant des relevés sismologiques, des scientifiques ont découvert un gisement de monoxyde de carbone d’environ 100 milliards de tonnes aux Etats-Unis. Un rejet dans l’atmosphère de tout ou partie de ce gaz pourrait bouleverser le climat mondial.

Une étude du département géologique de l’Université royale de Holloway à Londres estime que les Etats-Unis sont littéralement assis sur une bombe à retardement, puisqu’une poche de monoxyde de carbone d’environ 1,8 millions de mètres carrés de surface, soit la taille du Mexique, serait enfouie à 350 kilomètres de profondeur à l’Ouest du pays.

S’il venait à être libéré, notamment par une éventuelle résurgence de l’activité volcanique, ce gaz aurait «de très sérieuses conséquences pour le climat planétaire», selon l’étude. En effet, en 2011, la quantité totale de monoxyde de carbone rejetée dans l’atmosphère s’établissait autour de 10 milliards de tonnes : cette poche en contient près de 100 milliards. Le rejet ne serait-ce que de 1% de cette masse équivaudrait à la quantité de gaz produite par la combustion de 2,3 milliards de tonnes de pétrole.

Avec des données de cet ordre, une estimation précise des conséquences de tels rejets sur le climat devient presque impossible. Reste alors la question du risque – qui demeure faible pour l’instant. Il existe 65 volcans aux Etats-Unis, dont 12 sont considérés comme dangereux. Parmi eux, le fameux super-volcan du Yellowstone est situé juste au-dessus de la poche en question. En avril 2010, 117 secousses sismiques relativement faibles ont été enregistrées dans son périmètre, témoignant d’une réelle activité volcanique souterraine. Le volcan, néanmoins, reste pour l’instant endormi. (source)

 
2 Commentaires

Publié par le 27 février 2017 dans Climat - Environnement, général, Insolite

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Surveillance de masse : la Chine impose Des traqueurs GPS et des puces RFID dans toutes les voitures « pour lutter contre le terrorisme » !!!

La région autonome ouïghour du Xinjiang est traversée de heurts inter-communautaires depuis plusieurs années . Pour juguler la violence et rétablir la sécurité publique, les autorités policières imposent le GPS à tous les véhicules

Et ce n’est pas tout, les véhicules seront également suivis à l’aide d’une puce RFID (radio frequency identification ou radio-identification) installée dans les plaques d’immatriculation. Les automobilistes devront s’acquitter d’ne redevance annuelle de 90 yuans (12 euros) pour faire fonctionner le dispositif.

Derrière l’objectif affiché d’une meilleure sécurité sur les routes, les autorités veulent pister les nombreux opposants (autonomistes mongols et autres opposants qui déplaisent aux autorités) qui peuplent cette zone à risque.

D’après certains médias locaux cités par l’Associated Press, seules les voitures équipées pourront être servies dans les stations-essence de la préfecture.

Surveillance de masse : la Chine impose Des traqueurs GPS et des puces RFID dans toutes les voitures  « pour lutter contre le terrorisme » !!!

La préfecture autonome du Bayin’gholin, dans le nord ouest chinois, impose à tous les automobilistes de se doter d’un traqueur GPS. Derrière l’objectif affiché d’une meilleure sécurité sur les routes, les autorités veulent pister les nombreux opposants qui peuplent cette zone à risque.

Dans le nord ouest de la Chine, loin de Pékin, au sein de la province de Bayin’gholin, les autorités ont choisi une méthode radicale pour limiter les dommages d’une circulation routière prétendument dense.

Officiellement, la préfecture autonome mongole de Bayin’gholin, rattachée à la région autonome du Xianjiang, a décidé d’encadrer les automobilistes à l’aide d’un traqueur GPS et de puces RFID obligatoires afin d’assurer «  la stabilité sociale, la sécurité et l’harmonie sur les routes  » comme on peut le lire dans Loulan News, le média propagandiste de la préfecture autonome.

En réalité, cette mesure vise surtout à garder l’œil en permanence sur les autonomistes mongols et autres opposants qui déplaisent aux autorités dans une région plutôt connue pour ses routes peu empruntées.

Steppe de Bayanbulak, CC Wikimedia

Le Bayin’gholin abriterait aujourd’hui plus d’un million d’habitants et malgré le statut autonome de ce territoire connu sous le surnom de Far West chinois, la présence du pouvoir communiste se renforce à mesure que la pression des indépendantistes mongols et les menaces islamistes se renforcent.

Surveillance de Masse  : GPS et RFID pour tous

Pour surveiller plus activement la population et les flux qui traversent les steppes chinoises, la préfecture autonome a donc décidé d’obliger tous les véhicules parcourant son territoire à se doter d’un traqueur GPS, ce qui lui permet une surveillance permanente. Dans le Seattle Times, on apprend ainsi que tout véhicule refusant de se doter du mouchard ne pourra plus être approvisionné en carburant dans les stations de la région.

Korla, chef-lieu du Bayin’Gholin, CC Wikimedia

D’ici le 30 juin,, tous les traqueurs GPS installés sur les voitures privées et gouvernementales (d’ici là toutes les autos devront obligatoirement être dotées d’un tracker GPS) — que l’on dénombre déjà en milliers — seront reliées en temps réel au système de navigation et de positionnement Chinois par satellite Beidou .

Un Dispositif lancé ces dernières années pour réduire la dépendance de la Chine aux GPS de confection américaine et avoir la main sur les données sensibles.C’est la réponse chinoise à l’hégémonie américaine dans les infrastructures de localisation.

Les véhicules seront également identifiés dans les stations services grâce à des systèmes de puce RFID, et à chaque instant, les autorités pourront donc connaître les va-et-vient de chacun des automobilistes.

Le régime vise plusieurs cibles, à commencer par les mouvements séparatistes ouïghours. Cette nationalité reconnue par le régime est majoritairement installée dans la région. Turcophones et sunnites, les ouïghours ont toujours été victime de discrimination et de répression de la part du régime de Beijing. Aujourd’hui, leur proximité avec les sunnites frontaliers (Afghanistan, Pakistan etc.) en fait une prétendue menace pour la sécurité chinoise.

Lutter contre le terrorisme

: « Il y a une menace sévère qui vient du terrorisme international, et les voitures sont utilisées pour transporter des terroristes ou servir d’armes. Il est donc nécessaire de surveiller et traquer tous les véhicules dans la préfecture.  »

Dans le Guardian, les autorités du Bayin’gholin font moins de mystère quant à leurs intentions avec ce dispositif de surveillance massive et précisent :

« Ces dernières années, la menace terroriste s’est aggravée dans le monde, les voitures sont le principal moyen de transport pour les terroristes et servent aussi fréquemment d’instrument pour commettre des attentats. Il est donc nécessaire d’utiliser le système Beidou et l’identification électroniques des véhicules pour améliorer la gestion des automobiles », se sont justifiées les autorités préfectorales dans un communiqué. Elles espèrent enregistrer et suivre jusqu’à 20 000 véhicules.

L’objectif est « d’assurer la paix sociale et la sécurité, et de promouvoir la stabilité et l’harmonie ».

Des centaines de soldats chinois ont d’ailleurs organisé un défilé anti-terroriste dans la capitale du Xinjiang : un message aux séparatistes ouïghours (peuple minoritaire musulman et turcophone) de la région qui dénoncent, eux, une marginalisation économique ainsi qu’une répression culturelle et religieuse de la part du gouvernement.

 
Poster un commentaire

Publié par le 23 février 2017 dans général, Insolite, International, Politique, société

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :