Le petro-yuan, comme on l’appelle, est un « coup de semonce » pour les investisseurs qui n’ont pas prêté attention aux plans chinois, selon Adam Levinson, directeur de Graticule Asset Management Asia, cité par Bloomberg.

Plus tôt cette année, le gouvernement chinois avait annoncé son intention de lancer un contrat à terme sur le pétrole brut, évalué en yuan et convertible en or. Le contrat permettra aux partenaires commerciaux du pays de payer avec de l’or ou de convertir le yuan en or sans avoir besoin de garder de l’argent en actifs chinois ou de le convertir en dollars américains.

Le nouvel indice devrait permettre aux exportateurs, tels que la Russie, l’Iran ou le Venezuela, d’éviter les sanctions américaines en vendant du pétrole en yuan.

L’analyste a déclaré que le nouveau contrat pourrait servir d’outil de couverture pour les sociétés chinoises, et de soutenir des plans plus larges du gouvernement visant à étendre l’utilisation de la monnaie nationale dans les règlements commerciaux.

Selon M. Levinson, les sociétés chinoises pourraient devenir des investisseurs de premier plan dans l’offre publique initiale de l’Arabie Saoudite pour son géant pétrolier national, Saudi Aramco.

Dans le même temps, certains analystes sont sceptiques à propos de ce plan ambitieux de la Chine de créer son propre indice de référence.

 » Ce n’est pas un évènement qui change la donne – du moins pas encore. Mais c’est un autre indicateur du début du déclin glacial, et j’insiste sur le mot glacial, du dollar « , déclare Gal Luft, co-directeur de Analysis of Global Security, cité par CNBC.

La fin de l’hégémonie du dollar américain a été l’essentiel de ce message du président russe Vladimir Poutine :

« La Russie partage les inquiétudes des pays BRICS face à l’injustice de l’architecture financière et économique mondiale, qui ne tient pas compte du poids croissant des économies émergentes. Nous sommes prêts à travailler avec nos partenaires pour promouvoir les réformes de la réglementation financière internationale et surmonter la domination excessive d’un nombre limité de monnaies de réserve « , a déclaré M. Poutine il y a deux mois lors du sommet des BRIC à Xiamen.

Source