RSS

Archives de Tag: cultures

Une étude évalue l’impact de la géo-ingénierie sur les cultures terrestres

Résultat de recherche d'images pour "géo-ingénierie"

Mais à part ça, « les chemtrails n’existent pas » nous expliquent encore certains médias …  Bien évidemment que la géo-ingénierie est une réalité …. qui nuit gravement à la planète !! Certains gouvernements jouent aux apprentis sorciers avec le climat, mettant en danger la planète et la santé des populations ! Z 

Selon une étude publiée mercredi dans la revue Nature (Estimation des effets de la géo-ingénierie sur l’agriculture mondiale à l’aide d’éruptions volcaniques), la géo-ingénierie pourrait nous laisser dans une situation pire que si nous ne faisions rien du tout.

Ce n’est un secret pour personne que l’activité humaine fait des ravages sur notre planète. L’idée derrière la géo-ingénierie est que les humains ont aussi le potentiel de réparer tous ces dommages en prenant des mesures importantes et audacieuses pour modifier l’atmosphère.

Bien que les propositions spécifiques varient, l’une des idées que l’on lance assez souvent est la gestion du rayonnement solaire (GRS). Par sa logique, si nous injectons des aérosols dans la stratosphère, nous diminuerions la quantité de lumière solaire qui atteint la surface de la Terre, refroidissant ainsi la planète. Les éruptions volcaniques ont inspiré l’idée – les gaz qu’elles envoient dans l’atmosphère créent un voile similaire au-dessus de la planète.

Observer le passé

Une équipe de chercheurs de l’Université de Berkeley voulait savoir quel serait l’impact de cette approche sur les rendements agricoles de la planète.

Pour ce faire, ils ont analysé les niveaux d’aérosols de la planète, les données d’irradiation solaire et les rendements des cultures après deux éruptions volcaniques : l’éruption de El Chichón au Mexique en 1982 et l’explosion du mont Pinatubo aux Philippines en 1991. Les chercheurs ont conclu que les éruptions ont eu un effet négatif sur deux types de cultures différentes – les cultures C3 (comme le riz, le soja et le blé) et les cultures C4 (une catégorie qui inclut le maïs).

Ensuite, ils ont décidé de modéliser comment une injection globale de sulfates dans la stratosphère pourrait avoir un impact sur le rendement des cultures. Pour ce faire, ils ont utilisé plusieurs modèles du système terrestre de l’Institut Max Planck de météorologie. À partir de cette analyse, ils ont conclu que la diminution de la lumière du Soleil provenant des GRS nuirait davantage aux cultures de la planète que les températures plus fraîches ne les aideraient.

Une grosse, audacieuse, mauvaise idée

Ce n’est pas la première étude à affirmer que la géo-ingénierie n’est pas une bonne idée. D’autres affirment que les GRS mettraient en péril les espèces des zones de biodiversité, alors que d’autres pensent que nous ne devrions pas le faire par crainte de conséquences involontaires.

Dans le document, l’équipe de Berkeley note que d’autres chercheurs pourraient utiliser une approche similaire pour déterminer l’impact des GRS sur différents types de systèmes, comme la santé humaine ou la fonction de l’écosystème. Si ces chercheurs arrivent à la même conclusion – que les GRS causent plus de problèmes qu’ils n’en valent la peine – nous pourrions vouloir officiellement retirer l’idée de la table.

Source : Futurism

via ASR

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 9 août 2018 dans Climat - Environnement, général

 

Étiquettes : , , , , , , ,

La Chine décide la fin des recherches sur le maïs et le riz OGM et interdit leurs cultures !

On peut penser ce qu’on veut du modèle chinois, qui a certes  des défauts, mais là bas ils sembleraient quand même plus soucieux de leur peuples qu’à l’ouest (c’est tout relatif hein..) En tous cas, la Chine prend le bon chemin pointant «  des lacunes dans l’évaluation et le suivi de la recherche sur les OGM, ainsi que les préoccupations du public » ;  Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance

Le ministère chinois de l’Agriculture vient de faire volte face en décidant de ne pas continuer le programme de recherche sur le riz et le maïs OGM.

Certains écologistes disent les préoccupations du public concernant les cultures d’OGM ont joué un rôle clé dans la décision.

Le 17 Août, lorsque ces permis devaient être renouvelés, le ministère de l’Agriculture a décidé de ne pas les proroger.

En 2009, le comité de biosécurité du ministère avait délivré des autorisations pour développer le deux cultures, le riz et le maïs.

Développées par l’Université agricole de Huazhong, près de Wuhan, l’objectif était que les variétés OGM permettraient de réduire l’utilisation des pesticides de 80%, tandis que les rendements seraient augmentés de près de 8%, a déclaré Huang Jikun, responsable scientifique à l’Académie chinoise des sciences, a-t-il déclaré à Reuters en 2009 !

Il était aussi illégal de vendre du riz génétiquement modifié sur le marché libre en Chine.
Cependant, en Juillet, le riz OGM a été trouvé en vente dans un grand supermarché à Wuhan, qui est juste en face de la rizière Yangtze de l’Université agricole de Huazhong, où le produit a été développé, ce qui a provoqué un tollé général.

« Nous croyons qu’il y a des lacunes dans l’évaluation et le suivi de la recherche sur les OGM, ainsi que les préoccupations du public sur les questions de sécurité sont les raisons les plus importantes pour que les autorisations ne soient pas renouvelées, » Wang Jing, un officiel de Greenpeace basé à Pékin, a écrit dans un courriel à « Science-Insider ».

Cong Cao, qui est professeur agrégé à l’Université de Nottingham au Royaume-Uni, a été cinglante de la décision. Écrivant dans la revue « The Conversation », il dit que le mouvement « signale un coup majeur au combat pour établir les aliments OGM en Chine. »

Cao estime que cette décision n’est pas logique, ajoutant que « Le sentiment anti-occidental a été jugé plus convaincant que l’ensemble des études montrant le bien-fondé de l’agro-biotechnologie.  
Le soutien du gouvernement pour les aliments OGM est en baisse rapide, et il semble juste de dire que la possibilité de commercialiser le riz OGM, et avec elle la chance d’aider à résoudre certains des problèmes les plus urgents de la Chine, est tout sauf disparu »

La production de maïs OGM n’a pas eu autant de scepticisme, car il sert surtout à nourrir le bétail, selon Huang Jikun.

Néanmoins, comme le riz, il n’a pas non plus eu son autorisation renouvelée.

Le grand changement / http://www.sante-nutrition.org/chine-decide-fin-recherches-riz-ogm-interdit-leurs-cultures/

 
1 commentaire

Publié par le 15 septembre 2014 dans général, Santé - nutrition

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :