RSS

Archives de Tag: clients

EDF perd 100 000 clients par mois depuis 6 mois

C’est une dépêche Reuters qui nous apprend que “les opérateurs alternatifs d’électricité accélèrent depuis six mois leurs gains de part de marché en France et EDF perd en moyenne 100 000 clients par mois, citant le dernier bilan de l’ouverture des marchés de détail de l’énergie que la Commission de régulation de l’énergie (CRE)”.

Les fournisseurs alternatifs représentent une part de marché qui atteint désormais 17 %.

On peut s’en féliciter sur l’autel de la libre concurrence ou s’en agacer comme moi, car l’énergie a un coût, et son acheminement nécessite des infrastructures tellement coûteuses qu’en réalité, aucune entreprise, et pas même EDF, ne peut vendre de l’énergie à un prix où l’on peut se la payer.

La réalité, c’est que sans l’intervention des États, il n’y a pas d’infrastructures viables financièrement. Nous sommes donc simplement en train de privatiser les gains en attendant de devoir socialiser les pertes.

C’est d’ailleurs exactement le cas avec EDF et le démantèlement des centrales nucléaires. Personne ne sait par quel bout prendre les problèmes aussi bien techniques que financiers que pose la fin de nos centrales.

Cette histoire d’ouverture à la concurrence du marché de l’énergie est une vaste fumisterie économique, doublée d’une bouffonnade politique et se terminera inévitablement par une Bérézina financière dont nous serons les payeurs et derniers ressorts.

Pathétique.

Charles SANNAT

Source Reuters via Boursorama.com

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le 7 décembre 2017 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , ,

Cybersurveillance : les FAI diffusent des mouchards à leurs propres clients

pirate sécurité faille hack hacker cybercriminalité

Certains opérateurs semblent faciliter la diffusion du logiciel de surveillance FinFisher, en l’intégrant dans des versions vérolées de logiciels classiques.

 

Étiquettes : , , , , ,

Tarifs bancaires : les petits clients pénalisés par les frais de tenue de compte

Un homme retire de l'argent à Carquefou, dans l'ouest de la France, le 10 septembre 2014
Un homme retire de l’argent à Carquefou, dans l’ouest de la France, le 10 septembre 2014 – JEAN-SEBASTIEN EVRARD AFP

Les tarifs bancaires présentent toujours des écarts importants selon les établissements et augmentent fortement pour les petits clients, pénalisés par les frais de tenue de compte et l’augmentation du tarif moyen des cartes à débit immédiat, pointe l’association de consommateurs CLCV dans son rapport annuel paru mardi.

Selon cette étude, qui passe en revue les tarifs applicables au 1er février 2016 de 139 établissements en France métropolitaine et en outre-mer, les écarts de tarifs les plus importants concernent les «petits consommateurs» qui utilisent peu de services bancaires.

Pour ces petits clients, le différentiel peut atteindre jusqu’à 181% en France métropolitaine, passant de 37 euros à 104 euros, dans les banques en dur (avec réseau physique) pour un même panier de services et en retenant la formule la moins chère entre paiement à la carte ou par «package» (offre groupée).

Outremer, les tarifs restent aussi en moyenne «plus élevé(s) qu’en métropole», allant de 79,31 euros par an à 239,44 euros. Mais il existe «bien des disparités», certaines banques pouvant proposer «des tarifs plus intéressants» qu’en métropole, nuance la CLCV.

Toujours en se basant sur l’hypothèse la moins onéreuse, la facture moyenne annuelle des petits consommateurs augmente également de 4,17%, voire de 5,47% uniquement sur les banques en dur en métropole, atteignant 70,26 euros en moyenne.

Les raisons d’une telle augmentation ? «Les frais de tenue de compte et l’augmentation du tarif moyen des cartes à débit immédiat», désigne la CLCV dans son étude.

Selon l’association, la «généralisation de la facturation des frais de tenue de compte se poursuit». Sur les 139 banques étudiées, 117 les facturent, contre 104 l’an dernier.

Parmi celles qui ne facturent pas, certaines ont déjà annoncé leur intention de le faire et quelque 37 banques qui facturaient l’an dernier les ont déjà augmenté cette année, indique-t-elle.

Le problème est que «personne ne sait à quoi ils correspondent», a souligné Reine-Claude Mader, présidente de la CLCV au cours d’une conférence de presse, appelant les banques à en fournir le détail.

En revanche, pour les «moyens» et «gros consommateurs», la facture moyenne demeure stable, respectivement à -0,17% et à -0,09%.

En métropole, dans les banques avec réseau physique, le client «moyen» débourse ainsi en moyenne 147,13 euros et le «gros consommateur» environ 210 euros par an.

Les banques en ligne restent toujours compétitives, affichant des tarifs allant de 8,35 à 46,88 euros, «à condition de rentrer dans les critères qu’elle fixent», certaines exigeant des minimums de revenus ou d’épargne, a expliqué Sandrine Perrois, juriste à CLCV et coordinatrice de l’étude. Néanmoins la facture moyenne augmente pour toutes les clientèles, remarque la CLCV.

La CLCV s’est également alarmée de «l’inflation non négligeable» du coût des «packages» de services, appelant particulièrement les «petits consommateurs» à les comparer avec le paiement à l’unité, le package n’étant intéressant pour ces clients que dans 17 banques sur 128.

Comme l’an dernier, LCL se distingue dans le peloton de tête des enseignes nationales les moins chères pour les petits (2e) et grands clients (1er). Chez les consommateurs moyens, BNP Paribas fait la différence en se plaçant au 6e rang du classement, après des caisses régionales.

source

 
1 commentaire

Publié par le 19 janvier 2016 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , , , ,

En Allemagne et au Luxembourg, certains clients vont maintenant devoir payer pour laisser leur argent dormir sur un compte courant !

Pour justifier leur décision, la Skatbank, en Allemagne et la DZ Privatbank au Luxembourg expliquent à leurs clients que la BCE leur impose elle aussi des taux négatifs sur les liquidités qu'elles veulent mettre à l'abri au lieu de les injecter dans l'économie. (Sipa)

Pour justifier leur décision, la Skatbank, en Allemagne et la DZ Privatbank au Luxembourg expliquent à leurs clients que la BCE leur impose elle aussi des taux négatifs sur les liquidités qu’elles veulent mettre à l’abri au lieu de les injecter dans l’économie. (Sipa)

Il n’y a pas si longtemps, certaines banques n’hésitaient pas à rémunérer l’argent déposé par les clients sur leur compte courant. Ce temps-là est bel et bien terminé. En Allemagne et au Luxembourg, certains clients vont maintenant devoir payer pour laisser leur argent dormir sur un compte courant, révèle le site du Handelsblatt.

« Merci pour votre compréhension »

Après la banque allemande Skatbank, un autre établissement, la DZ Privatbank au Luxembourg, va appliquer aux comptes courants de ses clients un taux négatif de 0,25%. En d’autres termes, si ce dernier laisser dormir toute l’année 1.000 euros sur son compte, il n’en aura plus que 997,5 à la fin de l’année.

Pourquoi? A cause du taux de dépôt négatif pratiqué par la Banque centrale européenne (BCE) qui s’élève en ce moment à -0,20%, se justifie la banque. Au passage, vous aurez remarqué que la banque se met 0,05% dans sa poche. « Merci pour votre compréhension », c’est ainsi que se termine la lettre envoyée aux clients.

Pas sûr que la BCE se montre compréhensive. Car les taux négatifs sont justement un instrument pour booster le financement de l’économie réelle. Concrètement, avec des taux négatifs, la BCE pénalise les banques qui stockent leurs liquidités au lieu de les utiliser pour prêter aux entreprises et aux ménages.

La logique des banques commerciales

Mais pourquoi donc ces deux banques prennent-elles le risque d’exaspérer leurs clients en ponctionnant leur compte courant alors qu’elles sont censées se rémunérer sur les opérations financières ? La raison est purement comptable. Seule une toute petite partie de l’argent déposé sur un compte courant peut être intégré aux fonds propres « durs » nécessaires pour respecter les nouvelles réglementations dites de Bâle III dans le jargon bancaire. Alors qu’avec un produit d’épargne comme le PERP ou un contrat d’assurance-vie ce serait 100% puisque l’argent devient sa propriété. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, elles n’ont donc aucun intérêt à ce que les clients laissent dormir leur argent au lieu de le faire fructifier dans des produits d’épargne « maison ».

De ce point de vue, les taux négatifs sont une manière d’inciter les déposants à placer leur épargne sur un livret d’épargne, un contrat d’assurance-vie ou un plan d’épargne logement… Ainsi, cet argent retourne dans le circuit du financement de l’économie réelle et la banque renforce ses fonds propres pour satisfaire aux exigences du régulateur.

Pourquoi c’est inimaginable en France

Est-ce que ce genre de pratique pourrait apparaître en France ? Très peu probable, assurent les connaisseurs du secteur. Commercialement c’est invraisemblable dans la mesure où les clients de toutes les banques peuvent placer leur liquidité sur des comptes épargne réglementés. Même si le livret A ne rapporte que 1%, il est impensable pour un Français de devoir payer pour mettre son argent au chaud chez son banquier.

En Allemagne, les livrets réglementés n’existent pas. A chaque fois que la BCE baisse ses taux, c’est donc le tollé général chez les épargnants. Trouver un placement qui rapporte tout en permettant à son détenteur d’utiliser toute ou partie du capital relève de la gageure. Le contexte allemand est en revanche plus favorable au financement de l’économie. Puisque les banques prêtent à des taux globalement moins élevés. En résumé, les épargnants français sont mieux lotis que leurs voisins, mais le crédit est plus cher qu’en Allemagne où les épargnants ne rêvent que d’une chose : que la BCE remonte ses taux !

http://www.challenges.fr/finance-et-marche/20141113.CHA0239/laisser-dormir-de-l-argent-sur-un-compte-courant-va-leur-couter-cher.html

 
Poster un commentaire

Publié par le 14 novembre 2014 dans économie, général

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Bill Holter sur l’or et l’argent métal, le gofo , les stocks du comex,le nouveau système monétaire au g20 …etc : Nous saurons très bientôt !

g1
Les commentaires de bill Holter sont toujours très pertinents, voici son dernier papier que j’ai traduit : pour lui , une chance sur deux que le G20 de st Pétersbourg va déboucher sur une nouveau système monétaire International …
Autre nouvelle d’Egon Von greyetz : ses clients ont beaucoup de mal à retirer leur or dans les banques suisses ; Von gruyere reste sur sa prédiction d’explosion des prix cet automne, et voit une augmentation dans es 2 mois…http://kingworldnews.com/kingworldnews/KWN_DailyWeb/Entries/2013/8/9_The_World_Is_Now_On_The_Edge_Of_A_Massive_Collapse.html
revue de presse 2013 Z@laresistance
Ma traduction :
Le sommet du G-20 est à venir dans moins d’un mois. Il se tiendra à Saint-Pétersbourg (non, pas en Floride) en Russie. C’est ,ce que je crois , la réunion où le monde décidera d’abandonner le dollar ou au moins mettre la machine en route. Nous avons, pour le dire crûment ,pissé sur le monde de tant de différentes manières et pour toutes fins utiles, n’étions même  pas vraiment invité à la réunion. Peu importe, le président Obama a refusé de rencontrer M. Poutine « a cause » l’affaire Snowden. Ceci est faux à bien des niveaux, mais plus important encore, ça va isoler les Etats-Unis encore plus  . Le plus triste est que nous avons fait ça contre nous mêmes .
  Je pense que la meilleure façon de décrire ce que je pense qui va arriver, c’est que les Etats-Unis regarderont ça de l’extérieur tandis que le reste des voix du monde « décideront de notre sort ».
Est ce qu’ une nouvelle monnaie, qui a une sorte de lien avec l’or sera annoncée ? Je pense que les chances sont à 50-50 pour qu’une «nouvelle monnaie» soit au moins mentionné. Même si une nouvelle monnaie n’est pas annoncé, je crois que les chances sont à 80% pour que le règlement « hors dollar » du pétrole et autres matières premières sera discutée.
 Plus tôt, le Premier ministre Medvedev avait émis une alerte pour les Russes partout dans le monde afin de  « sortir leur argent » des Etats-Unis et des banques de l’Ouest   http://www.eutimes.net/2013/ 03/russian-leader-warns- rendez- tout-argent-out-of-Western- banques-now /  . Pourquoi?
  Est-ce une coïncidence si le sommet du G-20 se tiendra en Russie et que leur n ° 2 à fait  une déclaration comme celle-ci ? Est-ce une coïncidence si les stocks d’or occidentaux sont en train de s’épuiser dans un mode  « bank run »? Est-ce une coïncidence si le GOFO (taux à terme d’or) sont maintenant négatifs depuis 25 jours  et négatifs sur les contrats de 9 mois ?
Dans le passé, les taux Gofo n’ont seulement été négatifs que 3 fois à ce que je me souvienne et seulement  2 jours pour chaque cas, qu’est ce qui se passe maintenant ? Fait intéressant, l’indice du dollar a cassé les trend lines et les supports, encore une fois, pourquoi ?
  Nous avons vu la Russie et la Chine prendre à revers les États-Unis concernant la Syrie (et leur pipeline de gaz nat), Vladimir Poutine a refusé un contrat d’armement de 15 milliards de dollars avec l’Arabie saoudite parce qu’ils voulaient attacher le pipeline de gaz vers l’Europe dans le cadre d’un partenariat,    voir ces mêmes parties qui prennent des positions opposés « au non coup d’Etat  » en Egypte. Mon point est que les Etats-Unis ne peuvent plus «parler» et montre que les jours où le monde se prosternait face à nos désirs,   sont révolus.
  Beaucoup disent que l’or est l’argent sont « mort » au moins jusqu’en septembre, je n’en suis pas si sûr. Le «front running» (NDLR «préalable », ou « avant gout» )  de tout accord qui a déjà été fait (et c’est exactement comme ça que les deals politiques fonctionnent ) apparaîtra dans les marchés avant des annonces ne soient faites.  Regardez le dollar et les obligations du Trésor comme des indices de ce qui s’en vient.
Il y a un potentiel pour une annonce des règlements des transactions de pétrole dans d’autres devises qui «enverrait» les obligations du Trésor directement à la maison , droit vers nos côtes. La Fed achète déjà la majorité des émissions du Trésor, un nouvel approvisionnement d’ étrangers qui en veulent  ajouterait de la tension.
  Ce «front running» pourrait aussi apparaître dans le prix de l’or et de l’argent et bien sûr la possibilité existe que nous découvrions un défaut d’inventaireLes niveaux des stocks sont très faibles, il n’en faudra pas beaucoup pour qu’ils s’épuisent .Tout ce qui suit n’est pas une coïncidence et le jour vient où les «lacunes» massives s’ouvriront … pour ne plus jamais être comblé. Actions, obligations, matières premières et devises seront secoués et ne  regarderont pas en arrière  vers leurs mouvements initiaux. Si vous avez vendu du métal ou n’avez pas encore acheté à cause de la mentalité du « Oh, je vais l’acheter sur un pullback » , le métal ne sera pas disponible une fois que cette chose va péter. Monter à bord ou y revenir sera la chose la plus difficile à faire mentalement … si c’est encore une option,  si nous voyons un défaut de la bourse d’échange (comex , lbma) .Cordialement, Bill H.
 
Poster un commentaire

Publié par le 12 août 2013 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Braquage : L’UE travaille sur une directive qui limitera les retraits d’argent des clients de banques en faillite à 100 ou 200 euros/jour

guichet1

Shuuut ,  L’UE travaille  , dans votre intérêt bien sur !  revue de presse 2013 Z@laresistance 

Les gouvernements européens travaillent à un compromis sur la directive de l’UE pour le paiement de la garantie des dépôts des clients lors de faillites bancaires. Un document de travail de la présidence de l’UE, qui est assurée depuis le 1er Juillet par la Lituanie, montre que la directive pourrait être prête dès cette année.

Le Parlement européen veut que les épargnants puissent retirer leurs dépôts jusqu’à concurrence de 100.000 euros dans les cinq jours ouvrables qui font suite au dépôt de bilan d’une banque. Cependant, à l’origine, le Conseil de l’Europe avait réclamé un délai de 20 jours. Les États membres cherchent maintenant un compromis. Grâce aux progrès technologiques auxquels on peut s’attendre pour l’avenir, il est probable que le délai qui sera finalement adopté.

Dans tous les cas, les dépôts supérieurs à 100.000 resteront bloqués. A Chypre, il aura même fallu trois mois complets avant que les détenteurs de dépôts supérieurs à ce montant connaissent combien ils pourront finalement récupérer sur la somme qui excède ce seuil. 47,5% de ce montant ont été convertis en actions de la Bank of Cyprus.

Le journal allemand Börsen-Zeitung rapporte que l’Europe examine maintenant aussi la possibilité de qualifier cette période de «circonstances exceptionnelles». Pendant cette période, les citoyens pourraient effectuer quotidiennement des retraits d’argent de 100 à 200 euros maximum, comme ce fut le cas à Chypre.

Source : express.be  via http://www.chaos-controle.com/archives/2013/08/08/27806039.html

 
Poster un commentaire

Publié par le 8 août 2013 dans général

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :