Encore une info qui provient du renseignement US  . Alors qu’hier on publiait cette analyse d’Asselineau : Le gouvernement semble craindre une attaque chimique massive et des milliers de morts pendant la COP21 et profite des attentats pour imposer un pouvoir de moins en moins démocratique , où il déclarait ceci :

Ce n’est hélas pas du « complotisme ». C’est un arrêté ministériel – on ne peut plus officiel – qui a été pris le 14 novembre 2015, le lendemain des attentats parisiens, et qui a paru au Journal Officiel d’hier, 15 novembre.

Ce texte autorise l’utilisation pour le grand public du sulfate d’atropine fabriqué par la Pharmacie centrale des armées.

La parution de cet arrêté ministériel prouve que le gouvernement envisage froidement qu’une attaque avec des armes chimiques hautement dangereuses pourrait être lancée sur Paris dans les semaines qui viennent. Or le gaz de type Sarin peut provoquer des milliers de morts…

Dans ces conditions, la preuve est ainsi apportée, noir sur blanc, du caractère démentiel de l’actuelle diplomatie française. L’obéissance au doigt et à l’œil de François Hollande et de son gouvernement à leurs commanditaires d’outre-Atlantique passe avant la volonté de sauver le peuple français de tueries de masse !

(..) Mais la parution de cet arrêté ministériel obéit peut-être à une propagande vicieuse. Elle n’est peut-être qu’une partie d’un vaste plan de communication, conçu par le gouvernement et destiné à affoler la population française.

Dans quel but ? Dans le but de lui faire accepter sans broncher la prorogation de l’état d’urgence pendant 3 mois, voire la proclamation de l’état de siège, voire même la décision de François Hollande de prendre les pleins pouvoirs en application de l’article 16 de la Constitution.

Donc on apprend maintenant par Washington que Daesh mènerait des recherches intenses pour développer des armes chimiques :

L’organisation terroriste aurait monté une branche dédiée à la recherche et à la création d’armes chimiques composée de scientifiques, essentiellement irakiens et syriens, a fait savoir AP, faisant référence à des responsables irakiens et américains, confirmant les craintes exprimées par Manuel Valls plus tôt dans la journée.

L’information a été révélée par les services de renseignements américains et irakiens. Toutefois, les Etats-Unis n’estiment pas Daesh capable de développer des armes très sophistiquées. En revanche, l’utilisation de gaz moutarde a déjà été avérée lors de batailles menées en Irak et en Syrie.

Les dirigeants irakiens se sont néanmoins déclarés inquiets et redoutent que l’usage d’armes chimiques ne se propage. Le fait que Daesh contrôle un vaste territoire lui permet de mener des recherches dans l’ombre, ayant la voie libre pour mener toutes sortes d’expérimentation, laissant les forces irakiennes dans l’ignorance.

«Ils [Daesh] ont la liberté absolue pour choisir les lieux pour installer leurs laboratoires et sites de production, et disposent d’un grand nombre d’experts, autant civils que militaires, pour les assister», a confié un retraité des services de renseignements irakiens à l’agence Associated Press..