RSS

Archives de Tag: assure

La Chine aurait décidé d’interdire les échanges en Bitcoin – Le bitcoin «va imploser», assure le PDG de JP Morgan Chase

Pour la première fois depuis le 22 août, le prix USD du Bitcoin a chuté en dessous de 4 000 $, soit une baisse de plus de 20% par rapport à son niveau record le 1er septembre.

Le BTC est attaqué de toutes parts, dans un 1er temps La Chine aurait décidé d’interdire les échanges en Bitcoin 

Le Bitcoin en Chine, c’est bientôt fini. Les autorités locales s’apprêtent à interdire le commerce domestique de toutes les monnaies virtuelles. Un coup dur pour le développement du Bitcoin, dont 90% des échanges quotidiens proviennent des trois principales places de marché chinoises.**

La Chine ne veut plus du Bitcoin sur son sol; après que les investisseurs du pays aient « parié » en Bitcoin contre le Yuan (les attaques contre la monnaie nationale se sont étendues sur toute l’année 2016), la Chine se serait décidée à interdire toute forme d’échange financier numérique en Bitcoin, un ban qui viserait aussi à préserver les trois monnaies « virtuelles » locales que sont Bitfinex, OkCoin et la BTCC; ces dernières ont occupé 45% du marché global des devices sur les 30 derniers jours, mais la progression du Bitcoin est une menace de plus en plus précise, et que la Chine se sait incapable de contrôler.

Selon le Wall Street Journal, le régulateur devrait donc interdire toute transaction en Bitcoin sur le territoire chinois, une décision qui ferait de la Chine l’un des pays les plus ouvertement hostiles au bitcoin.

Le bitcoin «va imploser», assure le PDG de JP Morgan Chase

NEW YORK | Jamie Dimon, le PDG de la banque JPMorgan Chase, a estimé mardi que le bitcoin, monnaie virtuelle à l’évolution en montagnes russes, «va imploser» parce qu’elle est une «escroquerie».

Cette monnaie cryptographique «ne va pas bien finir», a déclaré M. Dimon, lors d’une conférence sur la finance à New York. «C’est une escroquerie», a-t-il assuré, ajoutant qu’un gouvernement peut décider d’y mettre fin car les autorités publiques aiment avoir la main sur les devises.

Le banquier le plus influent de Wall Street a mis en garde ses traders, avertissant que si ceux-ci venaient à passer des ordres d’achat ou de vente sur le bitcoin: «Je les licencierais à la seconde. Pour deux raisons: c’est contre les règles et ils sont stupides et les deux sont dangereux», a-t-il prévenu.

Il a toutefois reconnu que la blockchain, «chaîne de blocs» (registre virtuel regroupant toutes les transactions effectuées par des utilisateurs N.D.L.R) , technologie derrière le bitcoin, était, elle, utile mais que ses usages dans le quotidien allaient prendre du temps. «Ça ne se fera pas du jour au lendemain», a-t-il affirmé.

Associées à des groupes technologiques, de grandes banques mondiales espèrent se servir de la «blockchain» pour simplifier des transactions financières et réduire leurs coûts notamment.

M. Dimon a fait savoir que le meilleur argument en faveur du bitcoin c’est qu’il peut être utilisé dans des régions géographiques en difficulté ou par des malfrats.

«Si vous étiez au Venezuela ou en Equateur ou en Corée du nord (…) ou si vous êtes un trafiquant de drogue, un assassin ou quelque chose de ce genre, vous préféreriez sans doute le bitcoin aux dollars américains», a-t-il dit. «Oui, il doit sans doute y avoir un marché pour ça, mais c’est un marché limité», a-t-il conclu.

Le bitcoin avait atteint le niveau de 4 880 dollars le 1er septembre, un record, sur différentes plateformes d’échanges. Il est depuis redescendu, affecté notamment par la décision de la Chine d’interdire les nouvelles émissions de monnaies cryptographiques. (source)

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 13 septembre 2017 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Retour sur l’ interdiction de livraison d’or et d’argent metal par la poste

i1

J’ai un peu enquêté sur la question pour savoir à quoi s’attendre exactement :

La volonté est bien de casser le commerce entre particuliers ( ne vise PAS les pros )  : j’ai eu un pro de la vente de MP au téléphone, et il m’a dit qu’ils devront s’adapter : ils peuvent encore envoyer par voie postale, le seul soucis est pour l’assurance : ils devront soit passer par un autre intermédiaire que la poste , ou s’ils envoient par la poste, assurer le colis par un intermédiaire .

Ce n’est pas encore le moment où il faudra se déplacer pour récupérer sa commande, mais cela va entraver fortement le commerce des métaux précieux … Il faut s’attendre juste à une plus grosse incertitude que d’habitude, concernant les colis envoyés par la poste …( colis éventrés , ouverts etc ) 

Mais c’est le vendeur de métal qui assure le colis , donc pas de soucis à ce niveau …Le client n’a a s’inquiéter de rien : RIEN ne va changer .

Les bijoux ne sont pas concernés ; et la prise d’effet du décret est le 22 mai : il a donc déjà pris effet .

Comme je l’avais prévu, c’est un pas de plus vers l’interdiction totale d’acheter des métaux, qui devrais pas tarder, en tout cas pour l’or  …

Revue de presse 2013 Z@laresistance

Voici la réaction d’un pro :

Le nouveau décret concernant l’interdiction de transport de métaux précieux par la poste, a des effets très dommageables pour les professionnels des métaux précieux.

Voici la réaction du numismate professionnel Michel Prieur, patron de CGB (rue Vivienne, Paris):

Il y a tout lieu de penser que deux objectifs sont visés:

  • la Poste a déjà restreint l’an dernier – sans discussion et comminatoirement – la distribution à domicile des valeurs déclarées et toute VD de plus de 750 euros n’est plus disponible qu’en passant chercher à la poste centrale. La cause en est que notre pays devenant un coupe-gorge (si vous ne le pensez pas, je vous recommande la France Orange mécanique, cliquez pour voir NDLR BOUQUIN DE PROPAGANDE RELAYE PAR LES MERDIAS ET SANS INTÉRÊT) la Poste ne veut plus risquer la vie de ses facteurs. Elle prend exemple sur les banques qui n’ont plus d’argent et sont donc moins des cibles.

C’est la célèbre méthode française, on arrête tout et il ne se passe plus rien de problématique. Et toujours la même logique : faisons rouler les voitures à 5 à l’heure il y aura zéro mort sur la route ! Arrêtons toute activité et il n’y aura pas de fraude ! Mourrons tous et plus personne ne sera malade !

  •  le commerce de l’or physique a déjà subi de nombreuses restrictions particulièrement par la traçabilité obligatoire (chèques et virements) restrictions qui font la fortune des professionnels des pays voisins. Il subit ici l’ultime coup de Jarnac qui mènera à la conclusion logique : en France, le marché noir.

Nous ne sommes pas concernés car nous avons déjà mis de côté le commerce de l’or de Bourse : voir le BN110, nous n’allons pas recommander l’achat en France d’or dont nous pensons qu’il sera confisqué par les États.

Quelque soit le motif de l’auteur de l’article considéré, il n’a pas pris en compte les monnaies et billets de collection pour les exclure. L’article ne prend pas non plus en compte une valeur minimale, là encore c’est au premier euro.

Si on prend le texte au pied de la lettre, la profession de numismate ne peut plus s’exercer qu’au comptoir, il n’est plus possible d’envoyer un billet de collection, une pièce en argent ou en or, par courrier, quelque soit la valeur du contenu et la convertibilité éventuelle des billets.

CGB.frCe décret met en péril la profession des numismates et aussi celle du rachat de « vieil or » qui utilisent fréquemment la voie postale.   
En mettant des bâtons dans les roues du commerce des métaux précieux, l’état pousse à la disparition du commerce légal,  incite les français à faire des achats de métaux précieux à l’étranger et/ou favorise le développement d’un marché noir.
Enfin, les amateurs/collectionneurs ne pourront que très difficilement faire des achats sur ebay, Delcampe ou le bon coin.
Bref, ce décret réduit la liberté de commerce et est également une atteinte à VOTRE  liberté car il rend plus difficile l’achat et la vente de métaux précieux.

Voici le texte officiel :

JORF n°0117 du 23 mai 2013 page 8481
texte n° 30

DECRET
Décret n° 2013-417 du 21 mai 2013 portant modification du code des postes et des communications électroniques

NOR: PROI1238667D

Publics concernés : les prestataires de services postaux et les utilisateurs de services postaux.
Objet : code des postes et des communications électroniques, actualisation de la partie réglementaire, décrets simples.
Entrée en vigueur : le texte entre en vigueur le lendemain de sa publication.
Notice : le présent décret abroge ou actualise de nombreuses dispositions du livre consacré au service postal dans la partie « Décrets simples » du code des postes et des communications électroniques pour tenir compte des modifications de la partie « Décrets en Conseil d’Etat », qui ont suivi l’adoption de la loi n° 2010-123 du 9 février 2010 relative à l’entreprise publique La Poste et aux activités postales.
Outre ce travail d’actualisation, le décret introduit de nouvelles dispositions concernant les objets interdits dans tous les envois postaux (article 3) afin de prendre en compte les exigences du code de la sécurité intérieure, en particulier son article L. 611-1. Il s’agit également de préciser (article 4) les conditions d’admission des bijoux tels que définis à l’article 1er du décret n° 2000-376 du 28 avril 2000 modifié relatif à la protection des transports de fonds.
Références : le code des postes et des communications électroniques modifié par le présent décret peut être consulté, dans sa rédaction issue de cette modification, sur le site Légifrance (http://www.legifrance.gouv.fr).
Le Premier ministre,
Sur le rapport du ministre du redressement productif,
Vu le code des postes et des communications électroniques ;
Vu le code de la sécurité intérieure, notamment son article L. 611-1 ;
Vu le décret n° 2000-376 du 28 avril 2000 modifié relatif à la protection des transports de fonds ;
Vu l’avis de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes du 29 janvier 2013,
Décrète :

Le livre Ier du code des postes et des communications électroniques (partie réglementaire : Décrets simples) est modifié conformément aux dispositions des articles 2 à 11 du présent décret.

Au titre Ier, l’intitulé du chapitre Ier est remplacé par l’intitulé : « Le service universel postal et les obligations du service postal ».

L’article D. 1 est remplacé par les dispositions suivantes :
« Art. D. 1.-L’insertion de billets de banque, de pièces et de métaux précieux est interdite dans les envois postaux, y compris dans les envois à valeur déclarée, les envois recommandés et les envois faisant l’objet de formalités attestant leur dépôt et leur distribution. »

L’article D. 2 est remplacé par les dispositions suivantes :
« Art. D. 2.-Les bijoux définis au III de l’article 1er du décret n° 2000-376 du 28 avril 2000 modifié relatif à la protection des transports de fonds ne peuvent être transportés que par envoi à valeur déclarée, par envoi recommandé ou par envoi faisant l’objet de formalités attestant leur dépôt et leur distribution.
Dans le cadre de l’offre de service universel postal définie à l’article R. 1, les bijoux ne peuvent être transportés que par envoi en valeur déclarée ou par colis recommandé.
Le montant des envois à valeur déclarée relevant de l’offre de service universel postal doit être conforme au seuil fixé par l’arrêté prévu à l’article R. 1.
La valeur des objets insérés dans un envoi recommandé ou dans un envoi faisant l’objet de formalités attestant leur dépôt et leur distribution ne doit pas dépasser le niveau de garantie choisi par l’expéditeur lors du dépôt de l’envoi. »

Les deux dernières phrases de l’article D. 19-3 sont remplacées par la phrase suivante : « Un contrat entre La Poste et les éditeurs précise les modalités de mise en œuvre des tarifs de presse. »

Les deuxième et troisième alinéas de l’article D. 21 sont supprimés.

Les chapitres II, III et V du titre Ier sont abrogés.

Les sections 1,2,3,5 et 6 du chapitre IV du titre Ier sont abrogées.

Le titre II est ainsi modifié :
1° Les articles D. 38, D. 41, D. 44, D. 45 et D. 46 sont abrogés ;
2° A l’article D. 42, lesmots : « le ministre des postes et des communications électroniques » sont remplacés par les mots : « le ministre chargé des postes » ;
3° Le chapitre II est abrogé.

Les titres IV, V et VII sont abrogés.

Le titre VI est ainsi modifié :
1° L’article D. 90 est remplacé par les dispositions suivantes :
« Art. D. 90.-Les immeubles construits à compter d’une date qui sera fixée par arrêté conjoint du ministre de l’équipement et du ministre chargé des postes doivent comporter un équipement de boîtes aux lettres permettant d’assurer la sécurité des correspondances et la rapidité de la distribution.
En l’absence de boîtes aux lettres ou d’installation appropriée accessible, les envois de correspondances sont, quand c’est possible, mis en instance ou renvoyés à leur expéditeur lorsque celui-ci est identifiable. » ;
2° Les articles D. 91, D. 92 et D. 93 sont abrogés.

Le décret n° 96-645 du 19 juillet 1996 fixant le montant maximum de garantie et de déclaration de valeur des envois avec valeur déclarée et modifiant les montants des indemnités pour perte, détérioration ou spoliation des objets recommandés est abrogé.

Le ministre du redressement productif et la ministre déléguée auprès du ministre du redressement productif, chargée des petites et moyennes entreprises, de l’innovation et de l’économie numérique, sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait le 21 mai 2013.

Jean-Marc Ayrault

 
Poster un commentaire

Publié par le 10 juin 2013 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :