RSS

Archives de Tag: Après

L’escroquerie de la fausse monnaie : la BCE va continuer même après 2017 !

L'escroquerie de la fausse monnaie : la BCE va continuer même après 2017 !

Eh bien voilà : je me souviens d’en avoir longuement parlé à la radio lorsque la BCE avait soudain décidé, en janvier 2015, de faire tourner sa blanche à billets pour racheter toutes les actions sur le CAC40, Dox Jones, etc.: une fois que la BCE se sera mise à consommer de l’héroïne, PLUS RIEN ne pourra l’arrêter. Les banquiers de Francfort deviendront des junkies. 

Et justement, la BCE a donc déjà discrètement fait savoir, CONTRAIREMENT A CE QU’AVAIT ANNONCE MARIO DRAGHI EN 2015 (la planche à billets s’arrêtera en décembre 2017), qu’elle continuera à balancer de la fausse monnaie MEME A PARTIR DE 2018 !

Certes, ce ne seront plus 80 milliards de monnaie de singe chaque mois (de janvier 2015 à janvier 2017), ni 50 à 60 milliards par mois comme en ce moment, mais juste des « petits » 20 ou 30 milliards…

LoL !

Cochon qui s’en dédit ! Si la BCE ment elle ira en enfer.

Mine de rien: on sera à presque 3 TRILLARDS de fausse monnaie injectée dans le système financier européen depuis 2015, pas de quoi rougir il est vrai, face à la Fed ou à la Bank of Japan, maitres-artisans en fausse monnaie depuis 1971.

Sauf que là, tout le système monétaire tourne aux fausses monnaies, ce qui vous explique le succès grandissant du BTC qui, lui, a une émission maximale fixée à l’avance.

Des pays où la monnaie de singe est reine genre Zimbabwe ou Vénézuéla, et où elle ne vaut plus rien, le BTC et l’or ou le troc ont remplacé depuis belle lurette la monnaie locale.

Le fait que la Banque Centrale Européenne soit incapable / ne veuille pas stopper sa planche à billets vous prouve donc mes diverses analyses :

  1. le système financier est maintenu en vie par des injections massives d’héroïne (ECB) de crack (Fed) et de morphine (BoJ) ce qui permet au système de faire semblant de fonctionner et de faire croire aux gens à une autre réalité monétaire, alors qu’en vrai, on vit avec la banqueroute totale des banques
  2. comme tous les drogués aux drogues dures, il est impossible à la BCE d’en sortir sans passer par une phase brutale et violente pendant laquelle le patient est immobilisé et attaché par des courroies en cuir à son lit
  3. la nécessité d’élire des politiques tous les 4 ou 5 ans impose d’elle-même l’obligation de droguer la population avec des fausses informations, et surtout des FAUSSES statistiques (indice des prix, chômage), raison pour laquelle, par exemple, Macron a décidé de ne plus donner les chiffres du chômage chaque mois…. Au lieu d’informer le public 12 fois par an avec des MAUVAISES NOUVELLES, on ne lui en donne plus que 4 fois par an. Et bien sûr de continuer ce système de fausse monnaie le plus longtemps possible
  4. l’euro perd de sa valeur, peu importe si ce sera encore plus progressif ou brutal, mais la population ne pourra qu’en constater les effets dévastateurs ce qui déclenchera la colère des plus pauvres. Et je ne vous parle même pas des taux négatifs
  5. il est donc vital d’accélérer la suppression de l’argent liquide car la seule utilisation d’une carte Visa permettra au gouvernement de contrôler alors sa population en révolte et de « tuer » virtuellement n’importe quel mouvement et opposants en les débranchant du système informatique bancaire. Ainsi ils ne pourront même pas se nourrir ni payer quoi que ce soit.
  6. vous comprenez mieux pourquoi le Figaro a payé un grand reportage en Suède où l’usage de l’argent liquide a disparu…. (lire ici). Ce n’est pas un hasard: les premiers tests de la carte à puce CP8 ont été également conduits en Suède dès 1990. Il s’agit de la population la plus disciplinée, et qui, pendant la 2e Guerre Mondiale, a eu de très bon rapports avec le IIIe Reich jusqu’à la fin, grâce à sa neutralité politique

Source

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le 30 octobre 2017 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , , ,

Les scientifiques font des découvertes surprenantes après le forage en Zealandia, le continent perdu

Zealandia

Après avoir étudié le continent englouti pendant neuf semaines, une expédition comprenant 32 scientifiques de 12 pays différents a publié les résultats de leurs recherches. Les chercheurs ont découvert que Zealandia s’est rompu de l’Australie après s’être séparé de l’Antarctique il y a des millions d’années. Et surtout, de nouvelles découvertes fossiles ont été faites, ce qui indique que le continent submergé n’est pas si profondément enfoui sous l’océan, disent les scientifiques.

Il n’y a pas longtemps, les scientifiques ont découvert que notre planète possédait plus de continents dans le passé lointain. L’un d’entre eux est Zealandia ou Tasmantis, un ancien continent perdu qui a coulé après avoir quitté l’Australie il y a 60 à 85 millions d’années, s’étant séparé de l’Antarctique entre 85 et 130 millions d’années.

Zealandia

Crédit image : Nick Mortimer/GNS Science Center

Aujourd’hui, la plupart du continent (93%) restent submergés sous l’océan Pacifique. Zealandia a une superficie totale d’environ 4 920 000 km, ce qui signifie qu’il est le plus grand microcontinent actuel au monde, plus du double de la taille du prochain microcontinent et plus de la moitié du continent australien.

Maintenant, après une expédition de neuf semaines pour étudier le continent submergé, une équipe de 32 scientifiques de 12 pays différents sont arrivés sur la côte de Hobart, dans la Tasmanie, avec les résultats.

“Zealandia, un continent submergé depuis longtemps perdu sous les océans, renonce à ses secrets de 60 millions d’années grâce au forage océanique scientifique”, a déclaré Jamie Allan, directeur du programme de la Division des sciences de l’océan de la National Science Foundation des États-Unis, qui soutient l’IODP.

Zealandia

“Cette expédition a permis de découvrir l’histoire de la Terre, allant de la construction de la montagne en Nouvelle-Zélande aux mouvements des plaques tectoniques de la Terre aux changements de la circulation océanique et du climat global”, a déclaré M. Allan.

En février de cette année, Zealandia a été nommé septième continent de la Terre, déclenchant une course scientifique, attirant des chercheurs du monde entier désireux de démêler les caractéristiques du continent submergé situé à plusieurs kilomètres sous la mer.

Les scientifiques de l’expédition se sont aventurés dans le fond marin du continent perdu à travers six sites spécifiques dans des profondeurs d’eau de plus de 1 250 mètres. Les chercheurs ont réussi à collecter 2 500 mètres de noyaux de sédiments à partir de couches qui enregistrent comment la géographie, le volcanisme et le climat de Zealandia ont changé au cours des 70 millions d’années, rapporte phys.org.

Des nouvelles découvertes fossiles ont été réalisées.

Alors que tout ce qui concerne le monde perdu de la Zélande est passionnant, le co-chef scientifique de l’expédition, Gerald Dickens, de l’université Rice aux États-Unis, a déclaré comment de nouvelles découvertes fossiles ont été faites, ce qui indique que le continent coulé n’a pas toujours été enfoui sous l’océan.

“Plus de 8 000 spécimens ont été étudiés, et plusieurs centaines d’espèces fossiles ont été identifiées”, a déclaré Dickens. “La découverte de coquilles microscopiques d’organismes qui vivaient dans des mers chaudes peu profondes et des spores et des pollen des plantes terrestres révèlent que la géographie et le climat de la Zélande étaient radicalement différents dans le passé.”

Sources : Ancient Code – LiveScience via ASR

 
Poster un commentaire

Publié par le 3 octobre 2017 dans général, Sciences

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Pékin furieux après la dégradation de sa note par Standard and Poor’s

Quelle coïncidence, au moment où les US ont menacé la Chine de représailles économiques relativement à la question nord coréenne …

Pour la première fois depuis 1999, l’agence de notation a abaissé d’un cran, jeudi, la note en raison de « risques financiers » trop élevés.

La réaction n’a pas tardé. Et sa vivacité est à la hauteur de l’embarras des autorités chinoises. Pékin, par la voix de son ministère des Finances, a qualifié vendredi matin de « mauvaise décision » la dégradation de sa note par Standard & Poor’s. Pour la première fois depuis 1999, l’agence de notation a abaissé d’un cran, jeudi, la note (de AA- à A+) en raison de « risques financiers » trop élevés.

« Une période prolongée de fort gonflement du crédit ces dernières années a intensifié les risques financiers et économiques en Chine », a justifié l’agence, emboîtant le pas à  Moody’s, qui avait fait de même en mai dernier . Désormais, les trois grandes agences internationales (S&P, Moody’s et Fitch) ont toutes le même niveau de notation concernant la dette chinoise.

« C’est un cliché ! », « une interprétation erronée », a rétorqué vendredi matin un porte-parole du ministère des Finances lors d’une conférence de presse, estimant que S&P a ignoré les « bons fondamentaux » de l’économie chinoise et « son potentiel de développement ». Et Pékin de souligner les réformes du côté de l’offre entreprises ou encore une  croissance économique de meilleur qualité car davantage tournée vers la consommation.

Inquiétudes sur la dette

Cette dégradation tombe mal pour le président chinois Xi Jinping, à moins d’un mois d’un Congrès du parti communiste crucial devant lui permettre d’entamer un deuxième mandat en position de force. D’ici là, les enjeux économiques sont sensibles et suivis de près afin d’éviter tout faux pas.

Or, la décision de Standard and Poor’s relance les inquiétudes sur l’endettement galopant de la de la deuxième économie mondiale, notamment de ses entreprises. La dette chinoise a explosé depuis 2008, le modèle d’une croissance chinoise alimentée par l’endettement reste d’actualité, le gouvernement encourageant les investissements en infrastructures et immobiliers à coup de crédits bon marché.

La dégradation par Standard & Poor’s est un mauvais coup politique mais aura toutefois peu de répercussions économiques, la dette chinoise étant détenue très largement en Chine. Les Bourses de Hong Kong et Shanghai ont toutefois ouvert vendredi en net repli, après l’abaissement de la note de la dette chinoise et dans la foulée des pertes enregistrées sur les marchés américains.

https://www.ultimedia.com/deliver/generic/iframe/mdtk/01870326/zone/1/showtitle/1/src/rflxmq
source

 
Poster un commentaire

Publié par le 22 septembre 2017 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , , ,

Après la déclaration de guerre du Dr Folamour aux Nations Unies : la France doit, d’urgence, se retirer de l’Otan pour ne pas être entraînée dans un conflit mortel pour la civilisation

« Aucune nation sur Terre n’a intérêt à ce que cette bande de criminels acquiert des missiles et l’arme nucléaire. Les Etats-Unis sont très forts et patients, mais s’ils sont obligés de se défendre ou de défendre leurs alliés, nous n’aurons d’autre choix que de détruire totalement la Corée du Nord. Rocketman est lancé dans une mission suicidaire pour lui-même et pour son régime. Les Etats-Unis sont prêts, disposés et en mesure de répondre militairement à Pyongyang, mais espérons que cela ne sera pas nécessaire. »

Aux Nations-Unies, Donald Trump vient de prononcer un violent discours de guerre. Il s’est dit prêt à « détruire la Corée du Nord » et s’est fait provocant à l’égard de l’Iran. Ces propos sont source d’inquiétude pour tous les peuples épris de paix, pour notre peuple. Tournant le dos à ses propres discours électoraux prônant le retrait des Etats-Unis de leur interventionnisme à l’égard des autres pays, le président américain cède ainsi au puissant lobby militaro-industriel, un secteur clef de l’oligarchie américaine, qui n’accepte pas la nouvelle réalité du monde d’aujourd’hui.

En effet, les Etats-Unis qui croyaient, à l’aube du nouveau siècle, faire de celui-ci le siècle américain, sont contraints de constater que la place de leader mondial lui est disputée par la Chine, que la Russie s’est relevée de la déchéance où l’avait entraînée la défaite de l’Union soviétique pour redevenir une puissance mondiale , que Pékin et Moscou coopèrent de plus en plus étroitement, que nombre Etats – tels l’Iran, la Syrie, la Corée du Nord, Cuba, le Venezuela – n’acceptent plus une domination étrangère.

Avec l’arrivée de Trump à la Maison Blanche, il était possible de penser que Washington, mesurant ces changements historiques, s’en serait tenu à la politique annoncée par le nouveau président. C’était sans compter avec « l’Etat profond » US, ses forces impérialistes dominantes, qui n’ont pas accepté le verdict populaire et la nouvelle politique annoncée. Ces forces ont repris le chemin de la guerre, après avoir  » fait prisonnier » le Président, privé de son entourage électoral, Certes, Trump n’a pas offert de résistance, le pouvait-il d’ailleurs ?

Aujourd’hui, les Etats-Unis, pris de vertige dans leur nouvel environnement mondial, veulent mordre pour défendre leur suprématie. Le président s’est mué en un nouveau Dr Folamour.

C’est un danger pour le monde, pour la France en particulier, qui par son appartenance à l’Otan, se trouverait engager automatiquement dans une guerre aux côtés des Américains. Certes, le Président de la République s’est, dans son discours à l’ONU, déclaré en faveur du multilatéralisme, de relations internationales apaisées. Mais que valent ces déclarations alors que dans le même temps notre pays est lié militairement aux Etats-Unis ?

Le danger de guerre est là, à notre porte. L’impérialisme américain, fort d’un budget militaire équivalant à la totalité de ceux des autres Etats, peut réagir d’une manière irresponsable et déclencher un conflit sur n’importe quel continent : en Corée du Nord, où le gouvernement se veut, dans ces conditions, doté d’une force nucléaire défensive , en Iran riche en pétrole qui échappe aux compagnies US, dans l’Europe de l’Est contre la Russie, dans le Pacifique contre la Chine…

La France doit prendre des initiatives de paix en conviant l’ensemble des Etats du monde à une conférence internationale visant au désarmement nucléaire général, à la fermeture totale de toutes les bases militaires des Etats hors de leurs frontières, à la coopération mutuelle des peuples au profit de leur économie et de leur niveau de vie.

Et, comme première mesure de sauvegarde, le retrait total des structures de l’Otan…

Jean LEVY
Membre du Bureau national du Comité Valmy

source 

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

L’OTAN voit rouge après l’achat de missiles russes par la Turquie, la Russie fait des manoeuvres militaires aux portes de l’Europe

L'OTAN voit rouge après l'achat de missiles russes par la Turquie, Erdogan assume

Le jeu de la Turquie n’est vraiment pas clair du tout – L’OTAN a exprimé ses craintes après l’achat par la Turquie, pourtant l’un de ses membres, de missiles S-400 à la Russie. Mais Recep Tayyip Erdogan met en avant la nécessité de garantir la sécurité de son pays.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a balayé les critiques formulées à son encontre à propos du récent achat de missiles sol-air longue portée effectué par Ankara auprès de Moscou. Selon lui, la Turquie ne peut pas attendre d’être protégée par ses alliés de l’OTAN.

«Ils prennent la mouche parce que nous avons signé un contrat pour des S-400 [avec la Russie]», s’est agacé Recep Tayyip Erdogan lors d’un discours aux maires de son parti le 13 septembre, comme le rapporte le journal Hurriyet. «Mais à quoi s’attendaient-ils ? On devrait les attendre ?», s’est-il également interrogé. Selon lui, la Turquie veille sur elle-même.

Le contrat conclu entre Moscou et Ankara, et annoncé le 12 septembre dernier, a en effet provoqué l’irritation de Washington, qui y voit une remise en cause des accords liant la Turquie à l’OTAN. «Nous avons exprimé nos craintes aux autorités turques concernant cet achat : un système de défense antimissile commun reste la meilleure option pour défendre la Turquie contre les menaces dans la région», a mis en garde Johnny Michael, le porte-parole du Pentagone.

«L’achat de ces équipements militaires par la Turquie relève d’un choix souverain qu’il n’appartient pas aux membres de l’Alliance atlantique de commenter», a, de son côté, déclaré la porte-parole du Quai d’Orsay Agnès Romatet-Espagne, avant d’ajouter : «La Turquie est fortement soutenue par ses alliés de l’OTAN pour faire face aux menaces régionales qui pèsent sur sa sécurité.»

La Turquie examine différentes solutions pour l’acquisition de missiles antiaériens depuis plusieurs années. En 2013, déjà, Ankara avait surpris les autres membres de l’OTAN en annonçant vouloir acheter un système de défense FD-2000 à la Chine, s’attirant ainsi les foudres de Washington. Finalement, la Turquie avait renoncé à ce contrat, arguant que la Chine s’était montrée trop lente à lui fournir toutes les technologies ad-hoc. Plusieurs experts avaient alors estimé que la Turquie avait surtout voulu mettre l’OTAN sous pression, notamment afin d’acquérir le système américain Patriot Pac-3 à un prix avantageux. (source)

Et de quoi angoisser encore plus l’OTAN, La Russie fait des manoeuvres militaires aux portes de l’Europe .. :

La Russie lance ce jeudi de vastes manoeuvres militaires aux portes de l’Europe. Menées conjointement avec le Bélarus, elle les présente comme «purement défensives».

Répondant au nom de code Zapad-2017 (Ouest-2017) ces exercices doivent impliquer près de 12 700 soldats pendant une semaine le long de la frontière avec la Lituanie et la Pologne. Dans un communiqué, le ministère de la Défense assure que ces manoeuvres présentent «un caractère purement défensif et (ne sont) dirigées envers aucun pays en particulier». La Lituanie et l’Estonie, entre autres, doutent des chiffres avancés par Moscou, la capitale russe, pour ces exercices militaires et évoquent «plus de cent mille soldats» mobilisés du 14 au 20 septembre.

Les exercices Zapad-2017 «sont désignés pour nous provoquer, pour tester nos défenses et c’est pour cela que nous devons être forts», a déclaré dimanche le ministre britannique de la Défense, Michael Fallon, s’inquiétant d’une Russie «de plus en plus agressive». Le secrétaire général de l’Otan (Organisation du traité de l’Atlantique nord), Jens Stoltenberg, assure ne pas y voir «de menace imminente contre un allié», tout en regrettant un manque de transparence.

 
1 commentaire

Publié par le 14 septembre 2017 dans général, Guerre - 3e guerre mondiale, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , ,

Après avoir prédit la victoire de Trump, il prédit une guerre mondiale en mai 2017

13 mai 2017, début de la 3ème guerre mondiale entre les USA, la Corée du Nord, la Russie, et la Chine ?

À en croire les prophéties de ce voyant portugais, en mai 2017, le monde plongera dans le chaos d’une guerre dévastatrice, conséquence de la dégradation de la situation en Syrie et en Corée du Nord.

Le mystique portugais Horacio Villegas, qui avait prédit précédemment la victoire de Donald Trump à l’élection présidentielle américaine, a déclaré que la troisième guerre mondiale éclaterait cette année. Selon lui, cette guerre est inévitable et la dernière attaque des États-Unis contre la Syrie prouve qu’elle approche à grands pas.

Horacio Villegas prédit qu’une guerre impliquant les États-Unis, la Russie, la Corée du Nord et la Chine sera déclenchée le 13 mai 2017 à l’initiative du Président américain Donald Trump. Il a également précisé que la guerre ne durerait pas longtemps et se terminerait le 13 octobre 2017 après avoir causé de grandes destructions et fait beaucoup de morts.

Ce n’est pas un hasard si le visionnaire a choisi la date du 13 mai : c’est le centenaire des apparitions de la Vierge Marie à Fátima, au Portugal. À son tour, le 13 octobre marque la sixième et dernière apparition mariale à Fátima quand la Sainte Vierge a annoncé, selon la légende : « la guerre va prendre fin, et les soldats seront bientôt de retour à leur domicile ». Il y a 100 ans ces paroles ont été interprétées comme une prophétie sur la fin de la Première Guerre mondiale. Aujourd’hui, Horacio Villegas les applique à sa théorie.

Quoi qu’il en soit, le visionnaire appelle les habitants de la Terre à « rester très vigilants » pendant cet épisode « explosif ».

Source

 
4 Commentaires

Publié par le 20 avril 2017 dans général, Insolite, Religion - Prophéties

 

Étiquettes : , , , , , ,

Après un défilé militaire géant, Pyongyang rate un essai de missile

La Chine met en alerte ses submersibles nucléaires

Pyongyang a essuyé un échec dimanche lors d’un essai de missile, a annoncé l’armée américaine, au lendemain d’une démonstration de force du régime nord-coréen avec une gigantesque parade militaire.

Ce tir de missile raté est un revers pour la Corée du Nord, au moment où les tensions sur la péninsule sont attisées par des déclarations belliqueuses de Pyongyang et Washington.

Le président américain Donald Trump, qui a dépêché dans la zone un groupe aéronaval, avait affirmé jeudi sa volonté de « traiter » le « problème » des programmes balistique et nucléaire nord-coréen interdits. La Corée du Nord a répondu samedi en se déclarant prête à riposter par la force nucléaire à toute attaque atomique.

Les Etats-Unis ont confirmé dimanche que le régime nord-coréen avait procédé dans la matinée à un essai de missile, comme venait de l’annoncer Séoul: « Le missile a presque immédiatement explosé », a déclaré Dave Benham, porte-parole du Pentagone.

Ni Séoul ni Washington n’ont été en mesure de déterminer dans l’immédiat la nature du missile en question, mais le timing de ce tir semble avoir été soigneusement choisi.

Il est en effet intervenu au lendemain du défilé militaire géant organisé par le régime de Pyongyang pour le 105e anniversaire de la naissance du fondateur de la République populaire démocratique de Corée (RPDC), Kim Il-Sung.

Une parade au cours de laquelle ont été exhibés une soixantaine de missiles et notamment ce qui semblait être un nouveau type de missile balistique intercontinental.

Ce tir a en outre été effectué quelques heures seulement avant l’arrivée en Corée du Sud du vice-président américain Mike Pence pour des discussions qui se concentreront sur la menace nord-coréenne.

AFP

 

Étiquettes : , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :