RSS

Archives de Tag: annonce

Facebook annonce un grand plan pour censurer le contenu des actualités

Facebook annonce un grand plan pour censurer le contenu des actualités (WSWS)

Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a annoncé vendredi que le plus grand réseau social du monde initie des changements majeurs visant à ne plus donner la priorité aux informations et aux contenus politiques sur les flux d’actualités des utilisateurs à la faveur de « moments personnels ». Ce changement est l’effort le plus significatif jusqu’ici pour censurer les informations en ligne.

Facebook est actuellement une source majeure de nouvelles pour des centaines de millions de personnes à travers le monde. Le nombre d’utilisateurs mondiaux de Facebook est passé de 100 millions en 2008 à plus de 2 milliards. Selon un sondage de Pew Research en novembre dernier, 45 % des Américains utilisent Facebook pour connaître les actualités, plus que toute autre plate-forme de médias sociaux. Il est devenu un mécanisme important pour l’organisation des manifestations et la diffusion de l’information hors du contrôle des grands conglomérats médiatiques. C’est ce à quoi Facebook, en étroite collaboration avec les grands États capitalistes, veut mettre fin.

Dans son message annonçant la décision, Zuckerberg a déclaré que l’entreprise « apporte un changement majeur à la manière dont nous construisons Facebook […] en nous concentrant sur comment vous aider à trouver du contenu pertinent et vous aider à avoir des interactions sociales plus intéressantes. »

Le manifeste est rempli du type de langage orwellien caractéristique d’un régime autoritaire. Les changements sont motivés, explique Zuckerberg, par « la responsabilité de s’assurer que nos services ne sont pas seulement amusants à utiliser, mais bons aussi pour le bien-être des gens. » En rétrogradant le contenu des actualités et en insistant sur les messages des amis et de la famille, Facebook veut s’assurer que ses utilisateurs « se sentent plus connectés et moins seuls », et l’effet global est censé être « bon pour notre bien-être ».

En d’autres termes, Facebook sait ce qui est bon pour vous, et ce n’est pas des nouvelles et des informations sur l’état du monde. Un tel « contenu public » sera de plus en plus retiré des fils de nouvelles de Facebook, tandis que les articles d’actualité qui sont présentés « seront conformes à ce critère – ils devront encourager les interactions intéressantes. entre les gens ».

Dans la dictature imaginée par Orwell dans son livre 1984, le Grand Frère et ses adulateurs dans les médias utilisent la « novlangue » pour occulter l’état perpétuel de guerre et de dictature en transformant les choses en leur contraire : la guerre c’est la paix. Dans le « funspeak » de Zuckerberg, la suppression de la capacité des gens à transmettre des informations est décrite comme un effort pour « nous rapprocher des gens qui comptent pour nous ». La censure sous la forme d’une carte de vœux de chez Hallmark.

Zuckerberg déclare, en outre, que Facebook « a commencé à faire des changements dans ce sens l’année dernière », c’est-à-dire que la censure a déjà commencé. Le World Socialist Web Site a noté qu’au cours des six derniers mois, les contenus affichés sur Facebook, en particulier les vidéos, ont une portée sensiblement inférieure à la moyenne, alors que les lecteurs ont signalé que leurs propres affichages d’articles du WSWS étaient signalés comme spam.

La motivation politique de la décision – un virage à 180 degrés par rapport à la stratégie de contenu de l’entreprise – est soulignée par le fait que cela aura vraisemblablement un effet négatif important sur les bénéfices de Facebook. Dans son message, Zuckerberg a reconnu qu’il s’attendait à ce que « le temps que les gens passent sur Facebook et certaines mesures de [leur] engagement diminueront. » Ceci, combiné à une baisse anticipée des revenus publicitaires des éditeurs de contenu, a fait chuter les actions de Facebook de 9 % vendredi.

Mais il y a des enjeux plus importants. L’action de Facebook illustre le passage par les grandes entreprises technologiques à la censure corporatiste. D’entreprises dont le but déclaré est de propager, de partager et de diffuser l’information, elles sont devenues des instruments servant à faire taire et contrôler.

Il y a un an, Zuckerberg aurait pris sa déclaration, incluse dans son post hier, que « les vidéos et autres contenus librement accessibles ont explosé sur Facebook ces dernières années » comme un objet de fierté. Maintenant, il traite cela comme un risque.

Ce changement est le résultat d’une campagne menée par le Parti démocrate et les agences de renseignement américaines. En coordination avec les médias, notamment le New York Times et le Washington Post, ils ont développé un argument néo-maccarthyste selon lequel l’influence russe dans la politique américaine, principalement par le biais des médias sociaux, a corrompu la « démocratie américaine » et « sème des divisions » dans le pays – un argument repris par l’Allemagne, la France et d’autres États.

Lors d’une série d’audiences à la fin de l’année dernière, les législateurs américains ont clairement indiqué qu’ils s’attendaient à ce que Facebook, Twitter et Google mettent en place une vaste répression des discours politiques. La semaine dernière, les démocrates du Sénat américain ont publié un rapport important sur l’intervention russe dans la politique américaine et européenne qui conclut que « les plateformes de médias sociaux sont un élément clé des campagnes de désinformation qui minent les démocraties ».

La véritable préoccupation de la classe dirigeante n’est pas l’ingérence russe, mais la croissance de l’opposition sociale et politique, aux États-Unis et à l’étranger. Alors que l’administration Trump poursuit son programme réactionnaire, militariste et antidémocratique – y compris l’abolition de la neutralité d’Internet – le Parti démocrate est terrifié à l’idée que l’état de guerre incessant et les niveaux insoutenables d’inégalités sociales puissent produire une explosion sociale.

Il y a cinq mois, le World Socialist Web Site a averti que Google cherchait à censurer les sites web de gauche, anti-guerre et progressistes dans le cadre d’un large mouvement de censure de la part des grandes entreprises technologiques. Les assauts contre les droits démocratiques et la liberté d’expression a beaucoup progressé en seulement six mois. La classe dirigeante prend des mesures rapides en prévision d’une guerre majeure et de l’explosion des troubles sociaux cette année.

Dans ces conditions, le webinaire « Organiser la résistance à la censure sur Internet », avec le président du WSWS, David North, et le journaliste Chris Hedges, intervient juste à temps. Ce flux vidéo en direct sera diffusé le mardi 16 janvier de 19 h à 20 h 30, heure normale de la côte Est des États-Unis. Nous invitons tous nos lecteurs à s’inscrire aujourd’hui sur endcensorship.org et à prévoir de participer à cet événement international essentiel.

source

Publicités
 
 

Étiquettes : , , , , ,

Censure oligarchique : Macron annonce un projet de loi pour lutter contre les « fake news »

Regardez cette vidéo pour comprendre l’ampleur de ce qui se prépare 

La situation va devenir très dangereuse pour les médias alternatifs et pour la liberté d’expression et d’information qui risque d’être sévèrement muselée – Sans surprise, Emmanuel Macron s’aligne sur la censure en marche : en annonçant un projet de loi pour lutter contre la « propagande » et les « fake news », le Président de la République se propose de criminaliser les médias non-alignés sur les intérêts oligarchiques et se mue en garant de la pensée unique.

Crise économique et basculements géopolitiques obligent, la période se durcit et le totalitarisme libéral passe du soft au hard : depuis plusieurs semaines, la pression s’intensifie sur les médias non-alignés. De nombreux comptes YouTube, Facebook et Twitter ont été supprimés sans justifications. La congruence entre les géants du Net et les organisations communautaires est aussi prégnante que leur volonté d’annihiler l’opposition.

En validant cette vision répressive et en lui fournissant des armes, Emmanuel « Attali » Macron confirme son asservissement à l’idéologie mondialisto-sioniste. Une évidence lorsque l’on connaît ses sponsors, ses maîtres et sa filiation (source)


Dans ses vœux à la presse, le Président de la République a annoncé un projet de loi visant à « protéger la vie démocratique », avec notamment les médias étrangers dans le collimateur. Les autorités pourront ainsi bloquer certains sites internet.

 

« Toutes les paroles ne se valent pas » : c’est le postulat qu’Emmanuel Macron a posé ce 3 janvier 2018 lors de ses vœux à la presse. Face à une profession en crise, et alors que les médias classiques souffrent de l’émergence de canaux d’information alternatifs, le Président de la République a, de nouveau, regretté cette concurrence faite à la presse historique. « C’est vous, journalistes, qui êtes les premiers menacés par cette propagande. Elle adopte votre ton […] votre vocabulaire. Parfois même, elle recrute parmi vous », a-t-il déploré ajoutant qu’elle était « parfois même financée par certaines démocraties illibérales ». Il a ensuite assuré les journalistes personnellement conviés à l’événement, auquel RT France n’était pas invité, qu’ils restaient des « tiers de confiance ».

Évoquant la notion de « vérité », et de « liberté d’expression », le Président de la République a annoncé la volonté de l’État d’intervenir et de contrôler la façon dont les informations sont produites, au nom selon lui de la « vitalité démocratique ». « Entre complotisme et populisme, le combat est en effet commun », a-t-il jugé, avant de consacrer son propos aux « fake news ».

« En cas de propagation d’une fausse nouvelle, il sera possible de saisir le juge [afin] de supprimer le contenu mis en cause, de dé-référencer le site, de fermer le compte utilisateur concerné, voire de bloquer l’accès au site internet », a ainsi annoncé le chef de l’État, évoquant également la responsabilité des plateformes de diffusion.

 

Les médias « étrangers » dans le viseur de l’État

Emmanuel Macron a également annoncé de nouvelles mesures visant les médias étrangers, affirmant :

« Les pouvoirs du régulateur qui seront par ailleurs profondément repensés durant l’année 2018, seront accrus pour lutter contre toute tentative de déstabilisation par des services de télévision contrôlés ou influencés par des États étrangers. »

Et d’ajouter :

« Cela permettra au CSA [Conseil supérieur de l’audiovisuel] repensé, notamment de refuser de conclure des conventions avec de tels services. »

D’après l’annonce faite ce 3 janvier devant la profession, le CSA pourra suspendre ou annuler toute convention de diffusion, « en cas d’agissements de nature à affecter l’issue du scrutin que cela soit en période pré-électorale ou électorale ». En clair : tout le temps. « Vous aurez de quoi exercer votre métier », a-t-il ajouté, promettant de consulter les journalistes lors de l’élaboration du dispositif.

Lors de ce discours Emmanuel Macron a-t-il fait une « allusion voilée », selon les termes de l’AFP aux médias « russes » ? Il est vrai que lors de la visite de Vladimir Poutine à Versailles, le 29 mai 2017, Emmanuel Macron avait accusé les médias russes RT et Sputnik de s’être « comportés comme des organes d’influence […] et de propagande mensongère ».

(Source : francais.rt.com)

Olivier Berruyer : « Ce n’est pas au législateur de s’occuper des fake news »

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Ouragan Maria : la Sécurité civile annonce un «black out» en Guadeloupe

Après avoir touché la Martinique, l’ouragan Maria est arrivé en Guadeloupe. Le réseau électrique de l’île est hors-service. Le réseau de communications est également endommagé, coupant la Guadeloupe du reste du monde.

La Sécurité civile a annoncé que la distribution d’électricité n’était plus assurée en Guadeloupe, en raison du passage de l’ouragan Maria. Le directeur général de la Sécurité civile, Jacques Witkowski, a fait savoir ce 19 septembre 2017 qu’il faudrait attendre plusieurs heures avant d’évaluer les dégâts. Le réseau de communications est également endommagé, coupant l’île du reste du monde. «A ce moment précis, nous sommes en situation de black-out, il est donc très difficile de communiquer avec la Guadeloupe», a déclaré Jacques Witkowski.

Après être passé sur la Martinique et la République dominicaine, le cyclone, «potentiellement catastrophique», selon les spécialistes américains, se dirigeait dans la nuit du 18 au 19 septembre vers la Guadeloupe, une dizaine de jours après le passage destructeur d’Irma à Saint-Martin et Saint-Barthélemy.

En Martinique, la Sécurité civile mène des opérations de reconnaissance mais estime d’ores et déjà que les dégâts sont peu importants. «Nous pouvons constater que là, il n’y a pas de dommage significatif», a-t-il précisé lors d’une conférence de presse à Paris. Pour l’heure, on compte deux blessés «très, très légers», d’après lui.

Plusieurs compagnies aériennes, dont Air France et Air Caraïbes ont annulé leurs vols en Guadeloupe, en raison des conditions météorologiques exceptionnelles. Après la Guadeloupe, Maria doit poursuivre sa course en direction des Iles vierges et de Porto Rico. (source)

 
Poster un commentaire

Publié par le 19 septembre 2017 dans Climat - Environnement, général

 

Étiquettes : , , , ,

La Chine annonce le début d’une nouvelle révolution des hydrocarbures

La Chine annonce le début d’une nouvelle révolution des hydrocarbures

La Chine est devenue le premier pays qui a réussi à exploiter l’hydrate de méthane et estime avoir entamé une nouvelle révolution des hydrocarbures.

Les pétroliers chinois ont été les premiers à extraire de «glace qui brûle» ou de l’hydrate de méthane en mer de Chine méridionale. C’est le ministère chinois du Territoire et des Ressources qui l’a annoncé le 18 mai sur la télévision centrale de Chine. «Cela sera un événement aussi grand que la révolution américaine des hydrocarbures de schiste. Les moyens d’utiliser l’énergie seront ainsi transformés à l’avenir», a assuré le directeur adjoint de l’Institut d’études géologiques de Chine, Li Jinfa.

Selon lui, la Chine qui a connu «un succès sans précédent» dans le développement théorique et technologique dans ce domaine, occupe la première place dans le monde pour l’extraction de l’hydrate de méthane.

La Chine a exploité cet hydrocarbure à plus de 1 200 mètres de profondeur. Le puits sous-marin de 200 mètres se trouve en mer de Chine méridionale, à 285 kilomètres au sud-est de Hong Kong. Un total de 120,5 mètres cubes de «glace qui brûle» ont été extraits en huit jours. Un mètre cube de cette substance est l’équivalent énergétique de 160 mètres cubes de gaz naturel.

D’autres pays, notamment le Canada et la Japon, mènent des travaux d’exploration pour extraire de l’hydrate de méthane, mais pour le moment, seule la Chine est parvenue à l’exploiter.

En mars 2013, le Japon avait déclaré en avoir découvert sans être parvenu à l’extraire. (source)

 

Étiquettes : , , , , , ,

Google annonce la mort du moteur de recherche traditionnel et l’avènement de « l’Age de l’assistance »

Technologies – Au très sélect salon professionnel E-commerce One To One 2017, Google a fait sensation durant sa plénière en déclinant sa nouvelle présentation «The age of assistance» (l’âge de l’assistance – l’ère de l’assistance). Credo de cet axe déterminant en terme de communication, marketing et vente: Google s’extrait peu à peu du modèle du moteur de recherche tel que nous le connaissons encore aujourd’hui pour entrer de l’ère de l’assistance.

L’économie de l’assistance en 3 points

Ce nouveau temps est aussi l’avènement d’une économie de l’assistance qui prend en compte 3 déterminants principaux dans un modèle renouvelé de la recherche:

  • la personnalisation de la relation avec le mobinaute (plus encore que l’internaute),
  • le Web sémantique: posez la question et l’on vous répond directement, en capacitation également d’anticiper vos questions avec un système adaptatif qui apprend de vos habitudes (machine learning – apprentissage automatique),
  • le Web vocal: 20% des requêtes formulées aujourd’hui sur Google (via un mobile sur Android) sont vocales : un chiffre qui dépassera les 50% en 2020. Aux Etats-Unis, 25% des 16-24 ans utilisent la recherche vocale sur mobile.

 

La voix devient une interface à part entière pour chercher, une interface qui s’affranchit de composer une requête via un clavier tactile ou physique et qui va jusqu’à oublier d’afficher les résultats sous la forme d’une liste ; ceci pour vous proposer un seul résultat à entendre et/ou à afficher: «Il n’y a plus une étape de recherche, puis une étape de transaction, mais une seule étape d’action» indique l’intervenant Guillaume Bacuvier de Google.

On comprend mieux les bouleversements en perspective notamment en matière de référencement (et SEO – optimisation pour les moteurs de recherche) car cette composante est depuis plus de 20 ans baignée via une démarche textuelle et image de positionnement s’affichant dans une liste de résultats. Et Google va tuer cette liste de résultats.

jean-luc-raymond

Du moteur de recherche à l’assistance individuelle et personnalisée

En parallèle, le machine learning s’introduit dans le business de la solution: pour la traduction de textes, images et voix ou encore pour la recherche de photos.

Le moteur de recherche Google a bien évolué avec le temps: de la recherche de réponses, on recherche aujourd’hui des solutions… Dès demain, on apportera avant tout de l’aide.

Google est un compagnon de vie et l’assistance se niche de plus en plus dans des objets connectés différenciés: vitrines, montres, assistance à domicile (tel Google Home)…

Une assistance plurielle au coeur de nos vies

Cette aide se traduit au quotidien par un assistant individuel et personnalisé placé au coeur de notre vie et de la famille. C’est ce que la firme de Mountain View propose avec Google Home (un concurrent en point de mire: Echo par Amazon). Une assistance aux formats multiples: texte, image, vidéo, réalité augmentée/réalité virtuelle qui reconnaît les voix de la famille, présente et délivre une réponse hyper-personnalisée à chaque individu.

Consultez cette vidéo pour mieux comprendre comment Google s’insère dans nos vies,  nos comportements et nos choix… C’est un assistant décisionnel auquel nous déléguons une grande partie de nos choix:

L’assistance est ambiante car elle s’insère dans notre quotidien à tous les instants de la vie: vie professionnelle, vie privée (où elle imprègne profondément la vie au foyer) et vie de loisir. Elle s’affranchit d’ailleurs des barrières de ces temps de vie.

Ne parlons plus d’internaute ou du mobinaute mais de socionaute

Dans cette vision exprimée et matérialisée par Google en terme de business, c’est la logique écosystémique qui prime: l’aide est géolocalisée, personnalisée, tient compte de vos habitudes d’interrogation et d’aide apportée (via le machine learning) car l’assistance «made in Google» se place dans une logique d’apprentissage: apprendre de l’internaute et apprendre au mobinaute.

D’ailleurs, à ce stade, il ne s’agit plus d’un internaute ou d’un mobinaute mais plutôt d’un socionaute: un individu aidé et «plongé» dans un Internet en continu qui évolue bien entendu en société, peu importe l’interface qu’il utilise.

En fait, nous sommes en train de sortir de ce cycle du mobile qui devient une interface parmi d’autres.

3 points principaux pour être agile dans l’Age de l’Assistance

Dans cette ère de l’assistance, qu’est-ce qui va compter en terme de business pour réellement créer une différence? 3 points principaux auxquels il va falloir rapidement s’adapter (pour «survivre» indique en filigrane Google):

1.La vitesse:

Dans l’ère de l’assistance, il y a une problématique/question à résoudre via une interrogation et avec juste une étape d’action. Cela demande de la part de l’entreprise de déclencher une réponse instantanée et de façon très rapide. Les situations d’attente ne sont plus tolérées par le socionaute.

Trois chiffres qui importent actuellement pour les sites e-commerce:

  • Le temps moyen de chargement des sites mobiles est de 19 secondes avec une connexion 3G,
  • 53% des visites sont abandonnées si les pages prennent plus de 3 secondes à charger sur mobile,
  • Les annonceurs dont le site mobile charge en 5 secondes gagnent jusqu’à 2 fois plus de revenus sur mobile que ceux dont les sites chargent en 19 secondes.

 

2.La visibilité:

On réfléchit désormais en terme de flux et non pas de destination. Le socionaute ne part pas d’une situation A pour arriver à une situation B.

De par l’information qu’on lui apporte, qu’on lui suggère de façon permanente, il évolue dans son approche et ses choix dans son quotidien. La mise en relation du client avec un produit ou un service peut se faire à tout moment de vie.

Pour les ecommerçants, il est donc nécessaire pour être vu de penser en continu:

  • flux magasins : connaître vos stocks produits,
  • flux clients : utiliser les data online et offline,
  • flux produits : être présent sur tous les formats.

 

3.La pertinence:

Quand on aide, on ne veut pas et on ne peut pas être déçus. La force est dans l’adaptation et l’expérience utilisateur devient essentielle. Dans l’ère de l’assistance, le socionaute est encore plus sélectif.

jean-luc-raymond

Approfondir la connaissance client en 13 points

Cette ère de l’assistance demande d’approfondir la connaissance client et prospect sur 13 points essentiels:

  • Connexion
  • Historique de navigation
  • Durée de visionnage
  • Utilisation de l’app
  • Démographie
  • Catégorie d’app
  • Sessions
  • Requêtes
  • Localisation
  • Horaire
  • Jour
  • Age et genre
  • Vidéos visionnées

 

… Sans oublier que le client est nécessairement un co-créateur de son produit/service tel dans le «projet Muze» solution d’intelligence artificielle de Google permettant de créer son propre style selon sa personnalité.

Une expérience récente «projet Muze» menée avec Zalando permet ainsi via un «compagnon mode» en ligne – en fait un assistant – de «découvrir une tenue créée à partir de sa personnalité en 5 minutes grâce à l’intelligence artificielle».

En résumé

L’heure est grave car cette nouvelle façon de «rechercher» va bouleverser le monde du e-commerce et plus encore largement l’économie des produits et des services dans les années à venir… avec de nouvelles compétences et stratégies à prendre en compte.

Par

 
 

Étiquettes : , , , , , , ,

Israël annonce le déploiement du système anti-missile « Fronde de David »

David’s Sling’ Missile Defense System

C’est le dernier volet du système de défense antimissile israélien aux côtés des systèmes Arrow-2 et Arrow-3

Dans le cadre des efforts menés par l’Etat hébreu pour se défendre face aux menaces régionales, le nouveau système anti-missile israélien « Fronde de David » sera pleinement opérationnel début avril, a annoncé lundi un haut responsable de l’armée de l’air israélienne.

Ce système polyvalent de défense anti-aérien conçu exclusivement pour Israël, qui a achevé en janvier dernier les derniers tests nécessaires avant son déploiement, viendra compléter l’arsenal de l’Etat hébreu assurant la sécurité du pays face à la menace posée par les roquettes, les drones et les missiles.

C’est ainsi le dernier volet du système de défense antimissile israélien à trois niveaux aux côtés des systèmes Arrow-2 et Arrow-3 et du Dôme de fer, lequel intercepte les projectiles à courte portée généralement tirés par le Hamas et les groupes affiliés à l’État islamique à Gaza et dans la péninsule du Sinaï.

S’il existe déjà d’autres systèmes de défense anti-aérien déployés, quelles sont alors les différences notables entre le Dôme de fer, le système Arrow et le tout nouveau « Fronde de David » et dans quel contexte sont-ils utilisés?

La Fronde de David

La « Fronde de David » (David’s sling) est un système intermédiaire, il est polyvalent et est conçu pour intercepter des roquettes de courtes, moyennes, et longues portées, ainsi que les avions hostiles au-dessus du territoire ennemi, mais également les drones et missiles de croisières (missiles à longue portée volant rapidement et à basse altitude).

Un officier supérieur de Tsahal a déclaré lundi que l’armée de l’air israélienne était à la recherche de plus d’une solution à une menace donnée, soulignant la souplesse du nouveau système ainsi que le fait qu’il pourra aider à faire coïncider les différents systèmes de défense aérienne.

La « Fronde de David »est capable de lutter contre les projectiles et les missiles de croisière comme les Yakhount de confection russe dont pourrait s’être procuré récemment le Hezbollah.

C’est justement ce système  qui aurait permis d’intercepter le missile anti-aérien tiré par les syriens dans la nuit de jeudi à vendredi.

Israel’s ‘David’s Sling’ Missile Defense System

Dôme de fer

Le Dôme de fer (Iron Dôme) est très certainement le système de défense anti-missile le plus connu en Israël. Déployé en 2010, il s’était révélé très efficace au cours de l’opération « Pilier de Défense » en 2012, mais surtout lors de « Bordure protectrice » en 2014, lorsque le pays était la cible des roquettes en provenance de la bande de Gaza.

Le Dôme de fer était parvenu à détruire en vol des centaines de missiles tirés par le mouvement terroriste palestinien Hamas vers le territoire israélien, sauvant des centaines de vies et empêchant ainsi une aggravation du conflit.

Ce système mobile de défense aérien est conçu pour intercepter les roquettes et obus de courte portée (de 4 à 70 km). En 2016, l’armée israélienne a annoncé qu’une version navalisée du Dôme de fer, le Tamar-Adir, était en cours de tests.

Par ailleurs, l’Azerbaïdjan a finalisé en décembre dernier, un accord avec Israël pour acquérir ce système de défense antimissile.

Arrow

Le système Arrow fait partie des systèmes d’interception de missiles développés par Tsahal, dans le cadre du programme de défense multicouches pour répondre lui aussi à toute la panoplie des menaces de missiles dirigés contre le territoire israélien.

Arrow (« Flèche ») est une famille de missiles anti-balistiques (terme pour désigner les missiles balistiques à longue portée) composée de trois versions du système, Arrow 1, Arrow 2 et Arrow 3.

La dernière version de ce système, l’intercepteur Arrow 3 destiné à contrer la menace des missiles de longue portée, avait été testée avec succès par Israël et les Etats-Unis fin 2015 et a été remise aux forces aériennes israéliennes en janvier dernier.

Le système « Flèche » a la particularité d’avoir été développé dès les années 1980 conjointement par les États-Unis et l’entreprise de construction aéronautique israélienne Israel Aerospace Industries.

Même si le risque zéro n’existe pas, ces trois systèmes de bouclier anti-missile permettront du moins de sécuriser au maximum le territoire israélien contre les menaces proférées par le Hamas et le Hezbollah soutenus par la Syrie et l’Iran.

Le tout au moment où Israël annonce les plus grands exercices militaires de son histoire, relate le site DefenseNews. Les représentants de sept pays étrangers (États-Unis, Grèce, Pologne, France, Allemagne, Inde et Italie) vont aussi prendre part aux exercices Blue Flag, avec au total une centaine d’avions militaires. Les exercices vont être surveillés par des représentants et des attachés militaires de plus de 40 pays.

D’après le lieutenant-colonel Richard Hecht, chef de la direction de la coopération internationale de Tsahal, ces exercices seront les plus grands dans l’histoire du pays.

Pendant ce temps, David Friedman, favorable à la colonisation israélienne, sera ambassadeur des Etats-Unis en Israël …

 

Étiquettes : , , , , ,

Historique – La fascinante découverte d’un système d’exoplanètes pouvant abriter la vie !

La NASA a découvert l’existence de sept planètes qui ressembleraient beaucoup à la Terre. Parmi elles, trois pourraient abriter la vie

Je’ l’annonçais avant hier, La Nasa avait prévenu qu’elle allait faire des révélations sur la vie extra-terrestre – Hé bien ça y est, des astronomes ont donc découvert autour d’une étoile naine, située hors du système solaire, un fascinant système de sept planètes de la taille de la Terre, dont trois pourraient abriter des océans d’eau liquide et donc potentiellement de la vie (Ceci a été révélé par une étude publiée le 22 février dans Nature)

«Vingt ans après les premières exoplanètes, il s’agit sans nul doute d’une des plus grandes découvertes dans le domaine des planètes extrasolaires» (…) «La recherche du vivant sur une autre planète est aujourd’hui à portée de main» 

Didier Queloz, de l’Université de Genève, coauteur de l’étude

« A présent, nous avons la bonne cible » pour rechercher la présence de vie éventuelle sur des exoplanètes

AmauryTriaud, de l’Université de Cambridge, coauteur de l’étude.

C’est tout simplement Historique . ll est désormais quasi certain que l’univers grouille de vie  .

La vie trouve toujours son chemin … 

La Nasa a tenu une conférence de presse ce matin :

L’agence spatiale américaine tenait ce mercredi une conférence de presse diffusée en direct sur la chaîne vidéo de l’agence annonçant une nouvelle « découverte au-delà de notre système solaire ». Après avoir entretenu le suspens pendant quelques jours, l’agence vient de révéler la découverte de sept planètes de la taille de la Terre autour d’une étoile naine. Trois d’entre elles pourraient abriter des océans d’eau liquide et donc potentiellement de la vie.

La conférence de presse animée par différents scientifiques appartenant à l’équipe du télescope Spitzer a tenu toutes ses promesses. Autour de la table, les participants Thomas Zurbuchen, administrateur associé de la Direction des missions scientifiques au siège de la NASA à Washington – Michael Gillon, astronome à l’Université de Liège en Belgique – Sean Carey, directeur du Spitzer Science Center de la NASA à Caltech, en Californie – Nikole Lewis, astronome au Space Telescope Science Institute à Baltimore – et enfin Sara Seager, professeur de science planétaire au Massachusetts Institute of Technology, à Cambridge, ont en effet annoncé la découverte autour d’une étoile naine d’un fascinant système de sept planètes de la taille de la Terre, dont trois d’entre elles pourraient abriter des océans d’eau liquide et donc potentiellement de la vie.

« À présent, nous avons la bonne cible » pour rechercher la présence de vie éventuelle sur des exoplanètes, a déclaré Amaury Triaud, coauteur de l’étude parue dans la revue Nature. Les sept planètes, qui ont des températures proches de celles de la Terre, tournent autour d’une toute petite étoile ultra-froide TRAPPIST-1 située dans notre galaxie, à « seulement » à 40 années-lumière de nous. Une découverte excitante à mettre au crédit du télescope spatial Spitzer, dont un des responsables (Sean Carey) fait partie du panel de scientifiques invités par la Nasa pour cette annonce.

Lancé en 2003, le télescope spatial Spitzer est l’un des quatre grands observatoires spatiaux lancés par l’agence américaine afin d’étudier les différentes lumières de l’Univers. Hubble en observe le spectre visible, le Compton Gamma-Ray Observatory scrute les rayons gamma (à très haute fréquence et énergie), le télescope Chandra observe les Rayons X, et enfin, Spitzer se focalise sur la lumière infrarouge. Une gamme de longueurs d’onde dans laquelle les phénomènes de formation des disques protoplanétaires (entre autres) sont particulièrement visibles.

Selon l’AFP – Le système planétaire a été détecté grâce à la méthode des transits. Elle permet de répérer la présence d’une planète lorsque celle-ci passe devant le disque de son étoile, car cela provoque une légère baisse de la luminosité (appelée transit).

« Coucher de Soleil »

« Ce qui est surprenant c’est que les sept planètes ont une grande régularité en taille », déclare à l’AFP Franck Selsis, chercheur CNRS à l’Université de Bordeaux, et coauteur de l’étude. Leur rayon est plus ou moins 15% celui de la Terre. Elles ont des insolations et donc des températures moyennes proches de celles de la Terre.

Six de ces planètes tournent autour de la naine rouge en 1,5 à 12 jours. Elles sont beaucoup plus proches de leur étoile que la Terre du Soleil. Du fait des forces de marée, elles présentent toujours la même face à leur étoile. Trois des planètes (TRAPPIST-1 e, f et g) se trouvent dans la zone « habitable » du système, c’est-à-dire susceptible d’abriter de l’eau liquide sur la majeure partie de la surface. « C’est le Graal pour les astronomes », souligne l’ESO.

« L’eau liquide est un pré-requis à l’existence de la vie » même si cela n’est pas une condition suffisante car il faut aussi « la présence des bonnes molécules », rappelle Franck Selsis. « Coup de chance », les planètes sont « en résonance » entre elles, ce qui permet de mesurer leur masse, indique à l’AFP Didier Queloz. Les premières indications de la masse pour six d’entre elles suggèrent la nature tellurique de ces planètes, c’est-à-dire qu’elles sont solides et composées en partie de roches.

En outre, « grâce au contraste de taille favorable entre les planètes et leur petite étoile, nous allons pouvoir mesurer leur atmosphère », se réjouit Didier Queloz. « C’est absolument unique. » L’étude de cette suite de planètes va s’intensifier avec le télescope spatial James Webb qui sera lancé par la NASA en 2018. « Il va nous permettre de caractériser les propriétés des atmosphères de ces planètes et peut-être même de trouver des biomarqueurs c’est-à-dire des molécules comme l’eau, l’ozone, le gaz carbonique, le méthane, qui pourraient indiquer qu’il y a de la vie sur ces planètes », précise Michaël Gillon.

Le spectacle sur ces planètes doit être « assez beau », selon Amaury Triaud. « Il doit y avoir environ 200 fois moins de lumière qu’à midi sur la Terre ». Cela doit ressembler un peu à « la fin d’un coucher de Soleil », selon lui.

Rappelons qu’en mai dernier, la Nasa avait déjà annoncé la découverte de 1.284 planètes extérieures au système solaire. Sur les 3.449 exoplanètes découvertes à ce jour, 348 sont considérées comme semblables à la Terre et entretiennent l’espoir de trouver une planète sœur où la vie serait possible.

Une équipe internationale, dirigée par l’astronome belge Michaël Gillon de l’Université de Liège, avait déjà découvert fin 2015 trois de ces planètes à partir du petit télescope TRAPPIST de l’ESO (Observatoire européen austral) basé au Chili.

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :