« Le bien le plus précieux est l’information »  – Gordon Gekko (Wall Street)

Par Michael Pento


5 Septembre – (King World News) – L’effondrement mondial s’accélère maintenant

Les principaux indices sont en hausse de près de 200% depuis le creux Mars 2009. Aujourd’hui, Wall Street a beaucoup de pom-pom girls, mais il faut beaucoup moins se réjouir : les actions sont beaucoup moins attrayantes que ce qu’elles étaient 2009 et ce marché baissier a beaucoup plus de chemin à parcourir ..

 

Tout d’abord, les actions qui étaient sur-haïes en 2009 sont maintenant sur-aimées. Cela est attesté par la dette sur  marge qui est à des niveaux records (notez la balance des crédits extrêmement négative en rouge pour les années 2000, 2007 et les extrêmes de 2015 ! ).

KWN Pento Je 9: 5: 2015

Plus tôt dans l’année la dette sur marge a augmenté de plus de 30 milliards $ ou 6,5% à 507 milliards $ et était égal à un record de 2,87% du PIB américain, ce qui dépasse le précédent plus haut historique de 2,78% atteint en Mars 2000 – le sommet de la dernière plus grosse bulle du marché boursier dans l’histoire.

Et malgré l’assurance de chaque gestionnaire de fonds commun de placement à la télévision qu’ils ont des cargaisons d’argent cash prêt à être déployés à ces niveaux « réduits »,  début août les niveaux de trésorerie des fonds communs de placement ont coulé à leur plus bas niveau dans l’histoire, de 3,2% (voir tableau ci-dessous) . En pourcentage de la capitalisation boursière, le niveau de trésorerie des fonds s’approchent également du plus bas record de 2000, lorsque le NASDAQ avait atteint un sommet et avait par la suite chuté d’environ 80%.

KWN Pento II 9: 5: 2015

Ensuite, les actions sont surévaluées dans presque tous les métriques. Ma métrique favorite, le Ratio Prix sur ventes , estime le prix des actions par rapport aux ventes sur l’indice S & P 500 pour 2015 à 1,66. En 2006, le Ratio Prix sur ventes était de 1,49 et en 2007 et il était de 1,43. Comparez cela à 2008, lorsque le ratio était de 0,87 et à 2009 quand il était à 1,23.

S’Ajoutant à cette surévaluation du prix d’achat des actions,  est le manque de croissance des revenus pour le S & P 500 et les effets négatifs de la hausse du dollar sur les sociétés multi-nationales.

Roi Nouvelles du monde - Bill Fleckenstein - Krach boursier de la Chine, QE4, planificateurs centraux et la guerre en Or

Le Repli de la Chine a créé de la déflation dans le monde 

Ensuite, nous avons la moitié du monde développé soit dans, ou au bord de la récession. En 2009, la Chine était dans l’enfance d’un cycle de relance énorme qui a conduit à la plus mauvaise allocation de capital dans l’histoire.

Des Villes vides ne se construisent pas seules ; elles nécessitent une énorme demande de ressources naturelles, ce qui conduit à une sur-accumulation dans les pays riches en ressources naturelles comme le Brésil, l’Australie, la Russie et le Canada. Maintenant, ces économies sont en récession , et le Japon et l’ensemble de l’Union européenne semblent prêts à suivre.

Le ralentissement de la Chine a créé la déflation dans le monde entier comme en témoigne l’indice core PCE de base et l’indice CRB.

Mais les taureaux (les haussiers ndlr) de Wall Street voudraient vous faire croire que le prix du pétrole est une bonne chose parce que la « réduction de l’impôt sur l’énergie » lié conduira à des dépenses de consommation. Malheureusement, nous avons encore à voir les effets positifs de la baisse du pétrole, mais la Fed de Dallas a récemment fait prendre conscience des effets négatifs 

Lectures économiques désastreuses – Accélèration de l’effondrement global

Le Rapport manufacturier de la Fed de Dallas, a montré que son indice d’activité est tombé à -15,8 à partir d’une lecture déjà faible de -4,6 en Juillet. Ajoutant à cette faiblesse il y a eu les relevés déflationnistes dans les matières brutes à -8.0 et les produits finis avec une  lecture de -15,7.

L’énergie et le fracking avaient été l’un des rares points positifs quant à l’économie américaine depuis la Grande Récession et avait été le principal moteur de la création d’emplois.

Cependant, de nombreux charlatans de Wall Street soutiennent que les États-Unis sont à l’abri de la déflation et d’un ralentissement mondial et restent aveuglément optimiste quant à une forte deuxième moitié d’année.

Malheureusement nous sommes déjà aux deux tiers du chemin dans le troisième trimestre et la Fed d’Atlanta prédit que le PIB va croître à un taux médiocre de 1,3%. En outre, l’indice manufacturier ISM d’Août est tombé de 52,7 à 51,1 , son plus faible niveau sur deux ans et le nombre d’emplois du secteur privé ressort à 190.000, le marché attendait 220.000. 

Et en parlant de PIB (produit intérieur brut), alors que le PIB du deuxième trimestre est tombé avec un taux annuel robuste de 3,7 pour cent , due en partie à une énorme accumulation de stocks, le GDI (revenu intérieur brut) a augmenté à un taux annuel de seulement 0,6 pour cent.

Le PIB prend en compte toutes les dépenses en biens et services produits aux États-Unis et le GDI pistes Tous les revenus perçus par ceux qui l’ont produit . Ces deux mesures doivent être égales parce que chaque dollar dépensé pour un bien ou service (PIB) produit un flux de revenus pour un ménage, une entreprise, ou le gouvernement (et devrait donc apparaître dans le GDI). Les deux chiffres sont parfois diffèrent dans la pratique à cause d’erreurs de mesure. Cependant, on a là une assez grande erreur de mesure, et ça amène à se demander si quelque chose se passe.

Pourtant, malgré tout cela la présidente de la Fed Janet Yellen semble déterminée à bord de l’USS Abraham Lincoln à accrocher la bannière «mission accomplie». Elle est désespérée pour prétendre à la victoire et se déplacer hors de la politique des taux zéro.

KWN SentimenTrader Je 7: 29: 2015

« Vous en êtes de votre poche maintenant »

En 2009, la Fed était prête à fournir tout le vent pour la voile du marchés. Et malgré la croissance mondiale terne le marché boursier a bondi en avant avec un taux d’intérêt zéro et l’impression monétaire de la Réserve fédérale. Pendant sept ans, il ya eu une énorme disparité entre les fondamentaux économiques et le prix des actions.

Maintenant Yellen et la Fed sont déterminés à supprimer la politique monétaire accommodante – la politique des taux d’intérêt zéro. Même si les taux restaient pas loin de zéro, ils ont donné un message clair aux marchés: « Vous en êtes de votre propre poche maintenant. »

Cela signifie que le marché baissier des actions vient de commencer .

Kingworldnews– resistanceauthentique