RSS

Archives de Tag: 100 ans

Vers l’hiver le plus froid depuis 100 ans selon les météorologues russes

Vers l’hiver le plus froid depuis 100 ans selon les météorologues russes ?

Des météorologues russes assurent que cet hiver sera le plus froid que l’Europe a connu en 100 ans. Un marronnier qui ressort chaque année avec les mêmes données, les mêmes arguments et les mêmes cartes. Bien au contraire, inutile de vous affoler, cet hiver s’annonce très doux en France.

Des météorologues Russes ont prédit l’hiver le plus froid en Europe depuis 100 ans alors quà l’inverse, les spécialistes français prévoient un hivers agréablement doux. Comment expliquer un tel résultat ? Quel crédit donner à cette étude ?

Régis Crépet : C’est un article qui a été écrit pendant l’hiver 2010 il y a déjà cinq ans et qui revient chaque année. La carte qui l’illustre représente les anomalies de températures que nous avions connues pendant l’hiver 2010.

Il s’agit donc du bilan de l’hiver 2010 et non d’une prévision pour les hivers futur. Depuis, il est ressorti comme un marronnier.
En 2010, l’hiver avait été très rude, certains climatologues avaient parlé d’un refroidissement climatique et avait fait un article à l’époque pour expliquer que des masses d’air d’Arctique polaire étaient descendues sur l’Europe et avaient entrainé un hiver exceptionnellement froid.
Je ne pense que ça soit une volonté des climatologues en question d’éditer tous les ans cet article, mais je suppose que ce sont les médias ou les auteurs de certains sites qui remontent cet article chaque année avant l’hiver pour faire le buzz. Il s’agit exactement du même texte, depuis 2010 à la virgule près…

Guillaume Séchet  : Il y a effectivement des chances que ces informations soient diffusées pour faire le buzz, une façon de booster le trafic d’un site internet qui n’est pas forcément connu (quitte à exagérer une information). Comme il s’agit de prévisions météo à long terme, il faut également savoir que plusieurs scénarios sont toujours possibles. Celui là a l’air vraiment extrême. D’autre part, ce n’est pas parce que les 3 premières semaines du mois de novembre ont été particulièrement douces, que l’hiver sera obligatoirement doux. On observe souvent des effets de compensations en météo.

Quels sont vos prévisions à l’heure actuelle ?

Régis Crépet  : Dans les pays d’Europe de l’ouest, et en France en particulier on s’attend à un hiver entre normal et assez doux. Mais il est toujours possible qu’il y ait des périodes de refroidissement, comme on le constate ce week-end par exemple. Un hiver doux ne veut pas dire grand douceur jusqu’au mois de mars, il y aura des fluctuations. Le mois de décembre s’annonce à nouveau plus doux après ce week end de fraicheur. En janvier; nous pensons que cela sera plus fluctuant : avec des pluies, des tempêtes, mais pas vraiment de grand froid. Sur la fin de l’hiver, février -mars, on pourrait avoir une ambiance un peu plus froide, avec un peu de neige éventuellement, mais rien ne s’annonce réellement glacial.
Nous excluons la perspective d’un hiver froid en France. En revanche, en Europe du nord (Scandinavie, îles britanniques), il est possible que l’hiver soit plus froid car ces pays sont sous l’influence des vagues de froid.

Guillaume Séchet :  Selon les modèles de simulation de l’atmosphère que j’utilise depuis des années et qu’utilisent plus généralement les météo Américaines et Européennes, l’hiver 2015-2016 serait en outre marqué par une fréquence anormale de courants d’ouest océaniques très perturbés (c’est-à-dire un défilé incessant de perturbations en provenance de l’Atlantique). Comme ce scénario hivernal est annoncé depuis des mois et que les prévisions pour les mois précédents ont été relativement justes, cette tendance ne me paraît pas farfelue (même s’il faut toujours rester vigilants par rapport à ce type de prévisions car des retournements de situation ont déjà eu lieu).

 

Quelles sont les techniques les plus sûres pour des prévisions régionales ?

Guillaume Séchet  : Étant donné l’échéance lointaine et la difficulté de réaliser de telles prévisions, l’échelle est plutôt celle d’un pays ou en tout cas d’une superficie supérieure à celle d’une région française.

Il n’est pas possible de savoir exactement quel temps il fera par exemple le 24 janvier à Nice mais plutôt si le mois de janvier sera plus chaud, plus froid, plus humide ou plus sec que la moyenne sur le quart Sud-est de la France. Le degrés de précisions ne va pas au-delà.

Les records de température que l’on connait actuellement, particulièrement en hiver sont ils directement liés au changement climatique ?

Guillaume Séchet : Les vagues de douceur en saison froide font partie des aléas de notre climat tempéré (et donc très variable). En revanche, la répétition, l’intensité et la longueur de ces évènements que nous observons particulièrement depuis quelques années ont très probablement un lien avec le réchauffement global dont le phénomène s’est récemment amplifié. En France, novembre 2015 sera probablement l’un des plus doux jamais observé. Cela pourrait paraître assez anodin s’il s’agissait d’un cas isolé… Mais depuis septembre 2014, seuls trois mois sur douze ont été plus froids que la moyenne ! Octobre 2015 est d’ailleurs le mois d’octobre le plus chaud jamais enregistré sur la planète alors qu’il a été relativement frais sur l’hexagone (mais nous n’étions qu’un cas assez isolé).

L’hypothèse du réchauffement climatique qui fait fondre les glaces pour expliquer les températures fraiches hivernales, est elle crédible ?

Régis Crépet : Non les glaces ne fondent pas en ce moment, elles ont même repris leur extension depuis l’automne. Dans les zones polaires, la nuit tombe très vite, et dès le mois de septembre les températures se refroidissent. Le mois dernier, le Groenland a battu tous ses records de froid; Il n’y a pas de fonte en Arctique pendant l’hiver. En raison de la nuit polaire elles ne peuvent dans tous les cas pas fondre.

Il y a, en outre, des courants atmosphériques cycliques. Les eaux de l’Atlantique Nord sont restées plus froides cette année, cela maintient ainsi des poches d’air plus froides sur les zones polaires. Cette raison pourrait justifier que les pays d’Europe du nord connaitrons propablement un hiver plus froid. Mais pour ce qui est question de la France, les vents d’ouest devraient rester dominants : avec de la douceur et de l’humidité.

Guillaume Séchet  : Il s’agit d’une hypothèse, mais elle ne fait pas l’unanimité et on a encore beaucoup à apprendre sur ce sujet. En revanche, depuis quelques années, j’observe de manière empirique que le réchauffement aux latitudes septentrionales précipite par a coups et très temporairement les masses d’air polaires à des latitudes très méridionales. Les chutes de neige à Buenos Aires, Sydney, Miami, Séville, Naples ou dans les plaines d’Israël sont moins  exceptionnelles qu’avant. Toutefois, pour démonter ce phénomène, il nous faut encore davantage de recul et d’analyses précises.

source

 
Poster un commentaire

Publié par le 25 novembre 2015 dans Climat - Environnement, général, Insolite, Sciences

 

Étiquettes : , , , , , , ,

L’Astrophysicien Stephen Hawking :  » L’homme devra émigrer vers d’autres planètes dans 100 ans si il veut survivre »

Nous devrons trouver des maisons ailleurs dans l’univers (…)  Je pense que la survie de la race humaine dépendra de sa capacité à trouver de nouvelles maisons ailleurs dans l’univers, car il y a un risque croissant qu’une catastrophe détruira la Terre. (« because there’s an increasing risk that a disaster will destroy Earth. ») Je veux donc à sensibiliser le public sur l’importance du vol spatial. J’ai appris à ne pas regarder trop loin devant, mais de se concentrer sur le présent. Il y a tant que j’aimerais faire.

C’est ce qu’avait dernièrement déclaré le physicien dans une interview accordée au quotidien espagnol El Pais, qui affirme énigmatiquement qu’il y a « un risque croissant qu’une catastrophe détruira la Terre » :  Qu’entend il par là exactement ? 

Selon Hawking « L’homme devra émigrer vers d’autres planètes dans 100 ans si il veut survivre » :

Stephen Hawking, scientifique que l’on ne présente plus, a ces derniers temps, des positions très dures sur l’avenir de l’espèce humaine. « L’Homme, pour se sauver, devra émigrer vers d’autres planètes d’ici 100 ans… », tel est l’avis de Stephen Hawking.

L’exploration dans les prochaines années de planètes potentiellement habitables relance férocement le débat sur une éventuelle colonisation de l’Homme vers d’autres mondes, Elon Musk proposant de son côté une terraformation originale de la planète rouge.

« Je pense que la survie de l’espèce humaine dépend de sa capacité à vivre dans d’autres endroits de l’univers, parce que le risque d’une catastrophe de détruire la Terre est grand. Donc, je tiens à éveiller l’intérêt du public dans les vols spatiaux », a-t-il déclaré au journal El Pais, et rapporté par la République.

Stephen Hawking a lancé une campagne de recherche de vie intelligente dans notre galaxie, d’après lui « si des Aliens viennent nous rendre visite, le résultat serait très similaire à ce qui est arrivé lorsque Christophe Colomb a débarqué en Amérique : cela a-t-il été une bonne chose pour les Amérindiens ? ».

Le scientifique britannique tient à expliquer sa position : « De mon esprit mathématique, penser qu’il existe une vie extraterrestre est quelque chose de rationnel. Le véritable défi est de savoir comment sont ces Aliens ».

Il y a très peu de temps, il avait expliqué dans une lettre ouverte conjointement avec d’autres personnalités « que les ordinateurs dépasseront les humains grâce à l’intelligence artificielle dans les cent prochaines années. Lorsque cela va se passer, nous devrons être sûrs que les objectifs des ordinateurs correspondront aux nôtres. »

L’avenir de l’humanité tiendrait dans un premier temps à une émigration vers une planète proche habitable ou terraformée, afin de reconstruire une civilisation durable. Avec une planète en danger comme la Terre, notre avenir serait dur à assurer en cas de catastrophe, de problèmes avec des intelligences artificielles ou d’une rencontre non amicale avec une espèce extraterrestre.

Pour finir , à la question « Pourquoi devrions-nous craindre l’intelligence artificielle ? » il répond :

Les Ordinateurs avec une intelligence artificielle vonr dépasser les humains à un certain point dans les 100 prochaines années. Lorsque cela se produira nous devons nous assurer que les ordinateurs ont des objectifs qui concordent avec les nôtres.

El Pais. – resistanceauthentique – sciencespost 

 
1 commentaire

Publié par le 14 octobre 2015 dans Espace, général, Insolite, Sciences

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

L’inversion du champ magnétique terrestre pourrait durer moins de 100 ans !

inversion champ magnetique terrestre
Trois mille ans avant que le champ magnétique s’inverse il y a 786 000 ans, le pôle Nord magnétique a commencé à se déplacer autour de l’Antarctique (voir bas de l’image ci-dessus), avant de basculer à la place qu’il occupe actuellement, en Arctique. Crédits : Université de Californie – Berkeley

Ah , hé bien on y arrive : au début c’était quelques milliers d’années, puis nous avons relayé une nouvelle étude cette année, c’était « L’inversion du champ magnétique terrestre pourrait aller beaucoup plus vite que prévu » , et maintenant, c’est « moins de 100 ans » …

Bientôt ce sera « quelques années » (c’est « possible ») 

Oui nous vivons une inversion de champs magnétique, on en a dejà beaucoup parlé : le champs magnétique terrestre est en mouvement, et l’anomalie de l’atlantique sud est une prémisse de cette inversion, le flip peut avoir lieu n’importe quand , sur quelques jours, mois (rare) , ou comme dit ici, « moins de 100 ans » ;

Plus le temps passe, plus les estimations de temps se réduisent …  : « moins de 100 ans » , c’est trés peu à l’echelle géologique  ! Z .

Les inversions du champ magnétique terrestre, qui se sont déjà produites à de nombreuses reprises au cours de l’histoire de la Terre, se produiraient en une centaine d’années à peine, selon une nouvelle étude.

Depuis quelques années, un nombre croissant de scientifiques estiment que le champ magnétique terrestre pourrait s’inverser d’ici quelques milliers d’années. Un phénomène qui se produit en moyenne tous les 250 000 ans, et dont le dernier épisode remonte à 786 000 ans (soit une période de temps bien plus élevée que l’intervalle moyen entre deux inversions).

Pourquoi penser qu’une nouvelle inversion du champ magnétique terrestre est imminente ? Car plusieurs études récentes ont montré que le champ magnétique terrestre est actuellement en train de s’affaiblir (lire « Le champ magnétique terrestre s’affaiblit »), ce qui pourrait annoncer son inversion prochaine.

Mais en combien de temps cette inversion, lorsqu’elle se produira, se déroulera-t-elle ? Plusieurs milliers d’années ? Quelques dizaines de milliers d’années ? Non : un siècle environ, soit l’équivalent d’une seule vie humaine, selon une nouvelle étude.

Ce résultat a été publié dans l’édition du mois de novembre 2014 de la revue Geophysical Journal International, sous le titre « Extremely rapid directional change during Matuyama-Brunhes geomagnetic polarity reversal ».

Quels sont les éléments qui incitent la géologue américaine Courtney Sprain (Université de Berkeley, Etats-Unis) et ses collègues à faire l’hypothèse qu’une inversion du champ magnétique terrestre se produirait aussi rapidement ? Ces chercheurs s’appuient sur des mesures réalisées dans des couches de sédiments d’un ancien lac situé en Italie dans le massif des Apennins, lesquelles ont en quelques sorte « enregistré » la direction du champ magnétique terrestre de l’époque dont elles datent. Des travaux qui leur ont permis de découvrir que la dernière inversion du champ magnétique terrestre, survenue donc il y a 786 000 ans, s’est déroulée en une centaine d’années seulement.

Le résultat est très loin d’être anodin, car jusqu’ici les géologues considéraient qu’une inversion des pôles magnétiques ne pouvait se produire que sur plusieurs milliers d’années au moins, voire plusieurs dizaines de milliers d’années.

http://www.journaldelascience.fr/environnement/articles/inversion-champ-magnetique-terrestre-pourrait-durer-moins-100-ans-4192

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 31 octobre 2014 dans Climat - Environnement, général, Insolite

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Le ratio argent/or : 27 ans de données (plus 100 ans de données sur le ratio or/argent)

100 ans de données sur le ratio or/argent

le vrai prix de l’argent depuis 1344 !

Notre fameux ratio or-argent, j’en ai déja beaucoup parlé : il redescendra obligatoirement, l’argent étant vaporisé et l’or conservé : il n’y a que moins de 200 millions d’oz de reserves hors sol d’argent, contre des milliards d’oz pour l’or , c’est pas compliqué , on ne mine que 10 fois plus d’argent que d’or, et il n’y a que 3 fois plus d’argent que d’or effectivement disponible à la vente (sous réserves : je confirmerai ce chiffre) , et il s’en vend 70x plus à l’us mint, 23 fois plus à la canadian mint… etc : je continue ?  Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance 

Statistiquement, les prix de l’or et de l’argent se suivent de près. Mais ce qui est plus important est le ratio entre l’argent et l’or, et la tendance de ce ratio.

Examinez le graphique suivant :

Ratio argent/or depuis 1986

On peut voir que :

1. Lors des 27 dernières années (après la bulle de 1980 et la correction ultérieure), le ratio a été dans une lente tendance à la hausse.

2. Le pic de l’argent, à près de $50 en avril 2011, ressort vraiment comme une anomalie.

3. Les bas de l’argent en 2008 et en 2013 étaient inférieures ou égales aux lignes de tendance, telles que je les ai dessinées. L’argent a monté considérablement après les bas dans les ratios en 2003 et en 2008. Je m’attends à ce que la même chose arrive, suite aux récents bas dans le ratio.

4. Le ratio pourrait exploser à la hausse dans quelques mois, ou il pourrait languir encore quelques années.

Mes conclusions de ce graphique sont les suivantes : le ratio argent/or est actuellement dans la partie basse de la courbe; le prix de l’argent à long terme augmente graduellement par rapport à l’or; et une explosion du prix pourrait survenir à tout moment, ou peut-être pas avant plusieurs années.

Pouvons-nous en apprendre plus de ce ratio?

Prenez les prix hebdomadaires pour l’argent et le ratio argent/or hebdomadaire et atténuez-les avec une simple moyenne mobile centrée sur sept semaines. Cela ne sert qu’à réduire le « bruit » des graphiques. Examinez ces données hebdomadaires depuis 2002, à peu près au début des marchés haussiers de l’argent et de l’or. Examinez ce graphique :

Argent atténué vs ratio argent/or atténué

1. Vous pouvez voir que les prix de l’argent suivent généralement le ratio. Cela nous dit tout simplement que, peu importe si les prix de l’argent montent et descendent plus rapidement que les prix de l’or, ils le font généralement ensemble.

2. Le ratio a beaucoup chuté ces 3 dernières années, de retour à des niveaux observés en 2009 et en 2003, tout juste avant de gros rallyes du prix de l’argent.

3. Le ratio argent/or est actuellement très bas, à environ 0,015, à l’inverse d’un ratio or/argent d’environ 66, qui est très haut.

Statistiques

  • De janvier 2002 à mai 2014 (plus de 12 ans), la corrélation statistique entre le prix atténué hebdomadaire de l’argent et le ratio atténué hebdomadaire a été de 0,67.
  • De mai 2008 à mai 2014 (six ans depuis le début du krach), la corrélation statistique entre le prix atténué hebdomadaire de l’argent et le ratio atténué hebdomadaire a été de 0,87, ce qui est très haut.
  • La moyenne des données hebdomadaires sur le ratio argent/or des derniers 12 ans est de 1,71 avec une déviation standard de 0,28.
  • La moyenne des données hebdomadaires sure le ratio argent/or depuis le début de la crise de 2008 est de 1,75 avec une déviation standard de 0,31.
  • En se basant sur les 12 dernières années, le ratio est actuellement à une déviation 0,78 sous la moyenne. De manière similaire, en se basant sur les presque six ans depuis le krach, le ratio est d’une déviation standard 0,84 sous la moyenne.

En se basant sur les données du ratio et les statistiques, on peut conclure que :

1. Le ratio est bas et se situe dans la zone de la tendance sur 27 ans, là où l’on peut raisonnablement s’attendre à ce qu’il remonte.

2. Les prix de l’argent augmentent et descendent avec le ratio argent/or et avec les prix de l’or, mais plus rapidement que l’or.

3. Le ratio se situe bien au dessous (environ 0,8 dév. st.) des moyennes des six et douze dernières années et devrait remonter. Donc le prix de l’argent devrait probablement remonter dans les prochains mois.

Les fondamentaux

La demande pour l’or est forte – il n’y a qu’à observer la Chine, la Russie et l’Inde. Les banques centrales occidentales ont « loué » une bonne partie, peut-être même la majorité, de leur or. L’or de l’Allemagne entreposée à la Fed de New York ne leur a pas été retourné… surement parce qu’il ne se trouve plus dans les coffres. Lisez l’analyse de Julian Phillips à ce sujet (en anglais). Si la plus grande partie de l’or des banques centrales a disparu (« loué » sur le marché), la demande va bientôt être trop forte pour l’offre d’or réel, physique. Les traders à haute fréquence (high-frequency traders, ou HTF) peuvent agir à la baisse sur le marché d’or-papier, mais ils ne pourront pas le faire à jamais.

Il est raisonnable de miser sur le fait que l’or, maintenant environ 40% sous son pic de 2011, qui fait face à une grande demande et à une offre qui s’étiole, remontera dans les quelques années à venir. Le prix de l’argent suivra celui de l’or mais augmentera plus et plus rapidement, puisque actuellement, le prix de l’argent est bas et l’argent est sur-vendu.

Est-ce que l’analyse ci-dessus constitue une preuve concluante que les prix de l’or et de l’argent doivent absolument remonter ? Bien sûr que non!

Cependant, elle suggère fortement que :

  • L’argent est en correction depuis plus de trois ans. Il pourrait augmenter à tout moment.
  • Le prix de l’argent est BAS en comparaison au prix de l’or – le ratio se situe à la base de la ligne de tendance de 27 ans et est donc susceptible de remonter.
  • Le prix de l’argent chute plus rapidement et remonte plus rapidement que le prix de l’or. Quand le prix de l’argent décollera vraiment, il poussera le ratio beaucoup plus haut – peut-être jusqu’à 0,03 ou 0,04 – l’équivalent d’un ratio or/argent de 33 à 25.
  • Plusieurs autres indicateurs (non mentionnés ici) suggèrent aussi que le prix de l’argent est trop bas, que l’argent est sur-vendu, et qu’il est prêt à rebondir. Et c’est la même chose pour l’or.

La demande des investisseurs pour les lingots et les pièces d’or et d’argent est forte, et elle est en augmentation. Je crois que les prix de l’or et de l’argent seront plus élevés à la fin de 2014 et encore plus élevés lors de la prochaine élection présidentielle aux États-Unis.

Ces morceaux de papier que nous appelons, de façon erronée, de la monnaie, perdront de la valeur dans les années à venir. Profitez de cette opportunité pour convertir une partie de vos devises papier pour de l’argent physique pendant que les traders à haute fréquence et les banques centrales nous offrent ce cadeau de prix de l’or et de l’argent artificiellement poussés à la baisse.

 

Source / http://www.acheterargent.com/ratio-argent-or-27-ans-donnees-analyse-1139/ / https://resistanceauthentique.wordpress.com/

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 13 juin 2014 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :