RSS

Archives de Catégorie: Politique

Censure et russophobie : les réseaux sociaux américains coupent l’accès à RT la veille de l’investiture de Trump

Rappelez vous l’establishment – qui ne lâchera rien – cherche à déstabiliser Trump (le destituant) . Cette fois ci le plan est d’utiliser les réseaux sociaux (par la guerre médiatique qui bat son plein, via les « fakes news ») ceci en ayant d’ores et déjà choisi de placer Mark Zuckerberg comme futur président (potentiel) des États-Unis :

Depuis plusieurs mois, les médias américains réfléchissent à la possibilité, pas si folle depuis l’élection de Donald Trump, que Mark Zuckerberg puisse se rêver en président des États-Unis. «Mark Zuckerberg lorgne-t-il sur la Maison Blanche?» s’interroge Newsweek. «Mark Zuckerberg est-il notre prochain président?» se demande Vanity Fair, un peu plus en avance. Tous s’accordent au moins à dire que, au minimum, «Mark Zuckerberg se comporte comme quelqu’un qui pourrait se présenter à l’élection présidentielle», comme le titre le magazine Wired.

Mais aussi en tentant d’empêcher jusqu’au bout l’investiture du président élu (je vous avait prévenu, Révolution pourpre – Les troupes U.S. sont à la frontière Russe pour tenter de déclencher une guerre avant l’Inauguration

Alors que le géant américain Facebook a interdit à RT de poster du contenu jusqu’au lendemain de l’investiture de Donald Trump, un service d’exploration de données de Twitter a également refusé l’accès à RT sans donner d’explication. Incompréhension.

RT.com, la branche anglo-saxonne de RT, a été bloquée par Facebook et ne peut plus poster de vidéos, d’articles et de GIFs sur le réseau social. L’interdiction, selon le bot’ de Facebook, va durer jusqu’au samedi 21 janvier 20h25 (heure de Paris) et sera donc effective pendant la cérémonie d’investiture de Donald Trump.

La raison invoquée par Facebook est que la chaîne russe a été accusée – à tort – de ne pas disposer des droits nécessaires pour diffuser en FacebookLive la dernière conférence de presse de Barack Obama, le 18 janvier. Celle-ci était retransmise par de nombreuses médias quand la diffusion de RT a subitement été interrompue par une notification de Facebook, lui signalant qu’une infraction aux droits de diffusion avait été émise par « un éditeur de presse russe ».

Le responsable des réseaux sociaux de RT, Ivor Crotty, a tweeté qu’il semblait qu’un algorithme de Facebook n’était pas parvenu à reconnaître les droits acquis par RT et qu’il espérait que ce problème serait rapidement résolu.

« Alors que Facebook est un important diffuseur de vidéos en direct, il a du mal à gérer les droits de diffusion », a encore expliqué Ivor Crotty, ajoutant que RT allait continuer à poster ce qu’il pouvait sur Facebook, à savoir « uniquement des messages textes ».

Alors que RT ne peut plus poster de vidéos depuis plus de 12 heures, Facebook ne lui a toujours pas confirmé par e-mail la raison de cette interdiction.

Le responsable News, Media and Publishing de Facebook a tout de même répondu au message de RT posté sur le réseau social. S’il a reconnu que la chaîne disposait bien des droits de diffusion pour le discours de Barack Obama, il n’a pas pu pour autant lever la sanction. Il n’a pu que proposer de soumettre une requête au système de management des contenus.

Dataminr interdit à RT l’accès à l’outil d’exploration de données Twitter sans explications

Dataminr, est aujourd’hui la seule société à bénéficier d’un accès complet au flux de tweets postés chaque jour, publiquement sur la toile. Elle fournit en effet des outils d’alertes basés sur l’analyse des tweets, des outils capables de prendre en compte divers critères et notamment la localisation des internautes. (!!!)

Cette société se place au top du top de la recherche et du croisement de données (data-mining : attention ! Ndlr) sur Internet. Ses services permettent aux agences d’information et médias de savoir à la vitesse éclair et avant tout le monde lorsqu’un événement important se produit.

Aujourd’hui Dataminr vient de refuser ses services à RT, avec effet immédiat et sans donner aucune d’explication.

Dataminr n’a pas encore fourni d’explications officielles à sa décision de refuser ses services à RT, mais dans un appel téléphonique pour informer la chaîne de cette décision, il a fait référence à un « examen de la façon dont nous travaillons avec les organismes gouvernementaux ».

Le partenariat entre RT et Dataminr a été dénoncé dans un article du Wall Street Journal après que Twitter a refusé à la CIA et au FBI l’accès aux services de Dataminr , craignant que les agences de renseignement du gouvernement ne s’en servent pour espionner des individus, ce qui est contraire aux conditions d’utilisation de Twitter.

L’article intitulé «Twitter choisit la Russie plutôt que les Etats-Unis» a prétendu que « les agents de Vladimir Poutine » auraient « accès aux tweets » (tandis que la CIA, non) via le partenariat entre Dataminr et RT, ce que RT a qualifié de fausses accusations sans aucun fondement.

 

Étiquettes : , , ,

Brexit : Goldman Sachs veut délocaliser vers l’Allemagne

Une partie des équipes londoniennes pourrait également aller en Pologne, en France et en Espagne.
Une partie des équipes londoniennes pourrait également aller en Pologne, en France et en Espagne.(Crédits : © David Gray / Reuters)

La presse allemande donne cette information, alors que les établissements de la City craignent de perdre leur « passeport européen ».

Après HSBC, qui a annoncé le transfert de 1.000 emplois de Londres à Paris, Goldman Sachs envisagerait de se réorganiser après le Brexit. Selon le journal allemand Handelsblatt daté de jeudi, la banque américaine prévoirait de délocaliser jusqu’à 1.000 emplois à Francfort.

Le quotidien explique que « le nombre des employés en Grande-Bretagne devrait être divisé par deux pour atteindre 3.000 environ car l’institut (de crédit) veut déplacer des postes au sein de l’Europe et vers son siège à New York ». Toujours selon la même source, il s’agirait de transférer « des salariés liés aux opérations de négoce et des banquiers de haut vol« , afin de profiter de la présence dans la capitale financière allemande du superviseur bancaire européen chapeauté par la Banque centrale européenne (BCE).

Crainte pour l’activité

Une partie des équipes londoniennes pourrait également aller en Pologne, en France et en Espagne, tandis que certains salariés rejoindront le siège new-yorkais, poursuit le Handelsblatt.

Avec le Brexit, les établissements internationaux dont le siège européen est à Londres risquent de perdre le privilège (« passeport européen ») leur permettant de faire des affaires dans les 28 pays de l’UE avec la seule licence britannique et cherchent des implantations alternatives pour certaines de leurs activités. Francfort, Paris et Dublin sont notamment sur les rangs. (source)

 
1 commentaire

Publié par le 19 janvier 2017 dans général, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , ,

Vladimir Poutine : ceux qui ont commandité le dossier contre Trump sont «pire que des prostituées»

Vlad Vladimirovich passe à l’attaque – Lors d’une conférence de presse donnée par les présidents russe et moldave, Vladimir Poutine a sévèrement condamné les attaques portées contre Donald Trump concernant la prétendue sex-tape, affirmant que certains cherchaient à le délégitimer :

«Les personnes qui commanditent les « fake news » qui sont actuellement diffusées contre le président élu des Etats-Unis sont pire que les prostituées», a affirmé le président russe Vladimir Poutine lors d’une conférence de presse.

«Moralement, ils n’ont absolument aucune limite», a-t-il ajouté, jugeant que cela prouvait «la dégradation du niveau de l’élite occidentale».

«Je ne connais pas personnellement Donald Trump, je ne l’ai jamais rencontré et je ne sais pas ce qu’il fera sur la scène internationale. Donc je n’ai aucune base pour l’attaquer ou le critiquer, ou bien le protéger ou quoi que ce soit», a-t-il précisé.

 
Poster un commentaire

Publié par le 18 janvier 2017 dans général, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

« Brexit : Theresa May prône une rupture «claire et nette» avec l’UE !! »

brexit

Tu as raison Charles , tes analyses sont toujours excellents. Je te comprend quelque part (c’est la vie) …. Écoutes ton instinct – je te confirme que ton « pifomètre » est très bon ! Le mien me dit presque la même chose encore sur ce coup. (effectivement pour l’état profond il existe un schisme entre « patriotes » et « mondialistes ») . Z .

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Hier, je vous parlais du Donald, le Trump souverainiste. Certains m’ont encore dit que j’étais trop « pro-Trump », que « Trump » était aussi un traître, qu’il servait le système, que je me trompais.

Je peux évidemment me tromper. Me « trumper » même oserais-je dire pour faire un calembour. Je ne prétends jamais donner LA vérité seule et unique. D’ailleurs, les choses sont infiniment complexes. Essayer de les décortiquer et de les simplifier n’est pas un exercice aisé ni dénué de risques ! M’étant mal fait comprendre, et avant de parler du Brexit qui participe du même mouvement souverainiste à l’œuvre dans le monde, je souhaitais apporter une précision sur Trump.

Évidemment Trump n’est pas un inconnu. Évidemment Trump dispose de soutiens très forts de ce que l’on appelle l’État profond américain. (c’est surtout l’establishment , note de Z)

Pas de tout l’État profond d’ailleurs, disons de la frange la plus patriote et la plus… souverainiste ! Non Trump ne sera pas un miracle. Non Trump ne nous sauvera pas. Oui de sa présidence pourra sortir le meilleur comme le pire.

Néanmoins, encore une fois, quel changement de discours ! Quels changements idéologiques. De la toute mondialisation débridée nous passons à la mise au pas de certaines entreprises et c’est une grande première depuis 30 ans ! Trump, donc, ne changera pas le monde en une journée. Il l’a déjà changé ! Car avant, dans ce monde, seul les mondialistes pouvaient s’exprimer. Désormais, les mondialistes sont isolés.(pas tant que ça : « Révolution pourpre » – Chars d’assaut déployés en Pologne : Le mouvement s’amplifie …. note de Z)  Il s’agit essentiellement de Merkel, en Allemagne, prise en étau entre la Russie et les États-Unis. Hollande est insignifiant. Le Royaume-Uni a choisi le même chemin que les USA.

Certains diront que ce n’est que du « marketing », que Trump dit ce que nous voulons entendre, pourtant, Trump veut réformer l’Otan et c’est dur d’y être opposé tant l’Otan a été source de guerres dans les 10 dernières années. Trump ne veut pas des traités de libre-échange ! On ne parle plus du Tafta… Bref, Trump est vraisemblablement une véritable rupture et l’hystérie autour de son élection plaide pour le fait que Trump représente bien la frange souverainiste de l’élite américaine.

Le Brexit est un autre élément essentiel de ce changement rapide idéologique où vous voyez que nous sommes en train de passer du tout mondialisation à la reprise en main par les États de leurs destins… Jusqu’où ira le retour de balancier ? Difficile de le dire. Mais il est indéniable qu’il se passe quelque chose de fondamental, là, maintenant, sous vos yeux.

Marché unique, immigration… : Theresa May dévoile son plan pour le Brexit

« La Première ministre britannique a détaillé sa feuille de route pour la sortie du pays de l’Union européenne. Mais le flou demeure sur la contenance des accords qu’elle souhaite conclure.

Enfin, Theresa May a prouvé qu’elle le peut. Longtemps accusée de rester floue sur le processus menant à une sortie de l’Union européenne, la Première ministre britannique a dévoilé ce mardi ses objectifs tant attendus. Elle met ainsi fin à une incertitude politique qui plaçait la livre britannique sous pression ces derniers mois. »

« Comme pour contrecarrer l’idée largement répandue par les partisans du « Remain » qu’un Brexit signait l’enfermement certain de la perfide Albion. Le mot « global » sera utilisé plus de quinze fois par la Première ministre : « Je veux que nous soyons une Grande-Bretagne globale, la meilleure amie et voisine de nos partenaires européens, mais un pays qui va au-delà des frontières de l’Europe. » (…)

Theresa May persiste désormais, et signe : le Brexit sera un « Hard Brexit ». Près de sept mois après le vote surprise pour une sortie de l’Union européenne, Theresa May annonce dans son plan une sortie du marché unique. « Nous poursuivrons un accord de libre-échange audacieux et ambitieux avec l’Union européenne (…) Mais je veux être claire. Ce que je propose ne peut pas signifier une appartenance au marché unique », a-t-elle déclaré. Au lieu de cela, la Première ministre dit vouloir chercher un accord nouveau et « complet ».

Theresa May dit également vouloir tout refaire concernant l’union douanière, quitte à reprendre un peu ce qui existe déjà : « J’ai un esprit ouvert sur la manière de procéder. Ce n’est pas le moyen qui importe mais la finalité. »

« En tant que secrétaire d’État à l’Intérieur pendant six ans, je sais qu’on ne peut pas contrôler l’immigration globale quand il y a une libre-circulation depuis l’Europe. » La priorité numéro une de Londres sera dès lors la maîtrise de l’immigration européenne qui passe par la fin de ce principe de libre-circulation des travailleurs européens. « Le Royaume-Uni est un pays ouvert et tolérant mais le message du peuple a été très clair : le Brexit doit permettre de contrôler le nombre d’Européens qui viennent au Royaume-Uni. »

Theresa May vient d’exprimer que l’on peut être un pays moderne, ouvert, ne pas être la Corée du Nord, et ne pas plus accepter des hordes migratoires qui ne servent que les intérêts de quelques mondialistes psychopathes qui veulent dissoudre les nations pour leur profit uniquement, et non par humanisme.

Il existe d’autres voies de développement ! Nous avons laissé quelques grands malades nous emmener sur la pire des routes, celle de la confrontation entre les communautés, ce qui n’est évidemment de l’intérêt de personne, ni des « déjà-là », ni des « tout-juste-arrivés ».

Le point d’achoppement essentiel est évidemment ce sujet de l’immigration. C’est un point de cristallisation terrible et c’est en très grande partie la cause du Brexit.

Bref, je pense, au risque de me tromper, que nous sommes à un moment de bascule idéologique fondamental et que notre pays va devoir, dans quelques mois, se positionner aussi pour son avenir. Il sera difficile d’ignorer la direction que prend le monde autour de nous. Comme tout basculement idéologiquement, il s’agit de périodes forcément complexes, difficiles et risquées.

Il est déjà trop tard. Préparez-vous !

Charles SANNAT

 
1 commentaire

Publié par le 18 janvier 2017 dans général, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , , ,

La fondation Clinton ferme boutique

La fondation Clinton ferme boutique

Bien fait pour eux !!! Les Clinton vont aller rejoindre les « oubliettes » … Leur donateurs fuient en courant .

Pour ceux qui en doutaient encore, la Fondation Clinton de Washington DC est à la dérive selon le Daily Caller 

22 membres du personnel sont mis à la porte cette semaine (date de départ le 15 avril) et le reste va suivre incessamment. Beaucoup avaient déjà pris les devants et présenté leur démission.

La Fondation Clinton est gérée par Bill et présidée par Chelsea (la fille), pour permettre à Hillary de récolter de l’argent pour sa campagne et pour accroître leur fortune personnelle.

Il était devenu clair au cours de la campagne, notamment grâce aux emails « hackés par les Russes » et rendus publics par Wikileaks, que les Clinton vendaient les services d’Hillary contre des donations par des lobbies et des gouvernements étrangers (Algérie, Arabie saoudite,…) à la Fondation. De plus, le salaire de Bill était monstrueusement élevé et les frais de fonctionnement énormes. Le mariage somptueux de Chelsea avait été payé en partie par la Fondation.

Fait significatif: depuis qu’Hillary a perdu les élections, les donateurs ont totalement disparu. Peter Schweizer, l’auteur du livre « Clinton cash » (Clinton Cash) prédit que la Fondation fermera très prochainement ses portes. Bon débarras!

L.R.

Lu ici

 
1 commentaire

Publié par le 17 janvier 2017 dans général, International, Politique

 

Étiquettes : , , ,

« Révolution pourpre » – Chars d’assaut déployés en Pologne : Le mouvement s’amplifie …

Comme je vous l’ai dit, l’élite fera tout pour déstabiliser Trump, non seulement l’establishment américain utilise les fake news pour faire tomber Trump –  mais il y a aussi la tentative de « Révolution pourpre »,  avec les Les troupes U.S. qui sont à la frontière Russe pour tenter de déclencher une guerre avant l’Inauguration (comme je l’ai annoncé, Trump sera investi, mais finira-t-il son mandat ?)

Et ce n’est pas tout, souvenez vous en début d’année dernière La Pologne se préparait déjà à un conflit militaire (et développais des drones militaires miniatures)

Préparant probablement Une guerre contre la Russie – Les USA ont aussi déployé des chars dans des caves secrètes norvégiennes !

la Suède (aussi) remilitarise l’île de Gotland située à proximité des côtes russes ….

Les médias russes s’alarment aussi , il y a quelque jours Sputnik titrait que la Guerre était sur le point d’éclater entre Russie et USA : Obama commenceait déjà à amasser des troupes en Pologne 

Hé bien le mouvement s’amplifie, l’élite tente et tentera vraiment le tout pour le tout jusqu’au bout en déclenchant une 3e guerre mondiale – des Chars d’assaut viennent à nouveau d’être déployés en Pologne :

Via The Guardian :

Le 12 janvier, deux jours après son discours d’adieu, le président Obama a lancé le plus grand déploiement de forces terrestres en Europe orientale depuis la fin de la guerre froide : un long convoi de chars d’assaut et autres véhicules blindés étasuniens, provenant d’Allemagne, est entré en Pologne. C’est la 3ème Brigade blindée, transférée en Europe de Fort Carson dans le Colorado : composée d’environ 4000 militaires, 87 chars d’assaut, 18 obusiers automoteurs, 144 véhicules de combat Bradley et des centaines de Humvees. L’ensemble de l’armement est transporté en Pologne soit par route, soit par 900 wagons ferroviaires.

À la cérémonie de bienvenue qui s’est déroulée dans la ville polonaise de Zagan, l’ambassadeur étasunien Jones a dit qu’« au fur et à mesure que croît la menace, croît le déploiement militaire USA en Europe ». Ce qu’est « la menace » a été clarifié par le général Curtis Scaparrotti, chef du Commandement européen des Etats-Unis et en même temps Commandant suprême allié en Europe : « Nos forces sont prêtes et positionnées dans le cas où il y en aurait besoin pour contrecarrer l’agression russe ».

L’ambassadeur étasunien Jones en Pologne souhaitant la bienvenue aux troupes US

La 3ème Brigade blindée restera dans une base près de Zagan pendant neuf mois, jusqu’à ce qu’elle soit remplacée par une autre unité transférée des USA.

À travers cette rotation, des forces blindées étasuniennes seront en permanence déployées en territoire polonais. De là, leurs détachements seront transférés, pour entraînement et exercices, dans d’autres pays de l’Est, surtout Estonie, Lettonie, Lituanie, Bulgarie, Roumanie et probablement aussi Ukraine : c’est-à-dire qu’ils seront continuellement déployés au bord de la Russie.

Un second contingent étasunien sera positionné en avril prochain en Pologne orientale, dans le dit « Suwalki Gap », une étendue de terre plate longue d’une centaine de kilomètres qui, prévient l’Otan, « serait un parfait passage pour les chars d’assaut russes ».

Ainsi se trouve réexhumé l’arsenal propagandiste USA/Otan de la vieille guerre froide : celui des chars d’assaut russes prêts à envahir l’Europe. En agitant le spectre d’une inexistante menace de l’Est, ce sont au contraire les chars d’assaut étasuniens qui arrivent en Europe. La 3ème Brigade blindée s’ajoute aux forces aériennes et navales déjà déployées par les USA en Europe dans l’opération « Atlantic Resolve », pour « rassurer les alliés Otan et les partenaires face à l’agression russe ». Opération que Washington a lancée en 2014, après avoir volontairement provoqué par le putsch de Place Maïdan une nouvelle confrontation avec la Russie. Stratégie dont Hillary Clinton a été la principale artisane dans l’administration Obama, visant à briser les rapports économiques et politiques de la Russie avec l’Union européenne dommageables pour les intérêts étasuniens.

Dans l’escalade anti-Russie, la Pologne joue un rôle central. À cet effet elle recevra sous peu des USA des missiles de croisière à longue portée, avec capacités pénétrantes anti-bunker, armables aussi de têtes nucléaires. Et en Pologne est déjà en construction une installation terrestre du système de missiles Aegis des Etats-Unis, analogue à celle déjà en fonction à Deveselu en Roumanie. Elle aussi dotée du système Mk 41 de Lockheed Martin, en mesure de lancer non seulement des missiles anti-missiles, mais aussi des missiles de croisière armables avec des têtes nucléaires.

Missiles aegis.

À Varsovie et dans les autres capitales de l’Est -écrit le New York Times– il y a cependant « une forte préoccupation » à propos d’un possible accord du républicain Trump avec Moscou qui « minerait la totalité de l’effort ».

Un cauchemar tourmente les gouvernants de l’Est qui fondent leurs fortunes sur l’hostilité avec la Russie : celui que s’en retournent à la maison les chars d’assaut envoyés par le démocrate Obama.

Manlio Dinucci

 

Étiquettes : , , , , , ,

Fin du cash – Le numéro de mobile remplacera l’Iban bancaire en Europe en 2018

[titre article pour referencement]
Fin du cash – l’élite mondiale a trouvé encore un nouveau moyen de nous « fliquer » en utilisant les nouvelles technologies, ceci en reliant directement notre No de mobile à notre compte bancaire, le tout au bénéfice des banksters bien évidemment …. Un registre européen des numéros de téléphone se rapportant aux comptes bancaires sera même créé !!!

 Charles Sannat résume tout via La Tribune

 « Le numéro de mobile remplacera l’Iban bancaire en Europe en 2018 » : si le titre de cet article de La Tribune résume assez bien le projet, il est en réalité faux car l’Iban, qui est le « numéro » complet d’identification de votre compte bancaire, ne va pas être remplacé par votre numéro de portable. Disons plus simplement que vous allez relier votre numéro de portable au compte bancaire de votre choix et qu’à chaque numéro de portable, il correspondra donc un numéro de compte bancaire via l’Iban.

Dès lors, toutes les transactions pourront être tracées, et un tel système est évidemment le prélude à la disparition totale du cash et des espèces.

« La BCE prépare le paiement instantané paneuropéen, notamment par mobile entre particuliers. Un registre européen des numéros de téléphone se rapportant aux comptes bancaires permettra de fluidifier les échanges et de consolider un marché des paiements en euros intégré. Et ainsi d’anticiper la déferlante de services comme celui de l’américain Square.

Yves Mersch, membre du directoire de la BCE et président du Conseil des paiements de détail en euro (ERPB), a ainsi expliqué :

« Aligné sur le calendrier de la mise en place du schéma de paiement instantané, l’Eurosystème attend le lancement d’un service standardisé qui permette le paiement de personne à personne en utilisant le numéro de téléphone mobile du bénéficiaire comme équivalent de l’Iban [International Bank Account Number, NDLR]. Ce service devra être lancé d’ici à la fin de 2017 et ne devra pas être cantonné aux Iban nationaux » a-t-il souligné. »

Exit donc les « Monéo » et autres solutions propriétaires de chaque banque ou de quelques banques qui n’ont d’ailleurs jamais réussi à percer. Le système de micro-paiement ou de porte-monnaie électronique sera européen et basé sur le mobile dans lequel tout est en train de converger.

Qu’en sera-t-il de la sécurité, sans même parler de la liberté… et de la surveillance généralisée des individus induite par un tel système ?

 
1 commentaire

Publié par le 17 janvier 2017 dans économie, général, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :