RSS

Archives de Catégorie: Insolite

Le MIT a développé un appareil capable de lire dans les pensées

lire dans vos pensées

Ce n’est certes qu’un début, mais les chercheurs travaillent dessus et pensent parvenir à réaliser un dispositif bien plus élaboré … Nous sommes à un moment où le transhumanisme se développe rapidement, la révolution de « l’homme augmenté » a bel et bien commencé . Z 

Les chercheurs du MIT ont développé un appareil composé de 7 électrodes qui détectent les signaux neuromusculaires le long de la mâchoire, et détermine les mots qui vous traversent la tête. Pour le moment limité, son usage pourrait trouver de nombreuses applications, comme pour les personnes handicapées.

Au MIT, des chercheurs ont créé un dispositif appelé AlterEgo capable de comprendre ce que vous pensez, en « lisant dans vos pensées ».

Les pensées – ou verbalisation internes – lisibles avec des électrodes

L’appareil tourne autour de l’oreille, suit la mâchoire et s’attache sous la bouche de l’utilisateur. Relié à un système informatique, le système est muni d’électrodes qui captent les signaux neuromusculaires de la mâchoire et du visage, déclenchés par des « verbalisations internes », mais invisibles à l’œil nu. Ces signaux sont ensuite transmis à un système d’apprentissage machine qui analyse les données, associant des signaux spécifiques à des mots. Le système est aussi capable de communiquer avec l’utilisateur par l’intermédiaire d’un « casque à conduction osseuse », qui transmet les vibrations du visage à l’oreille.

« Notre idée était : Pourrions-nous avoir une plate-forme informatique qui est plus interne, qui fusionne l’humain et la machine d’une certaine façon et qui ressemble à une extension interne de notre propre cognition ? » dit Arnav Kapur, un étudiant diplômé du MIT Media Lab dans une déclaration.

lire dans vos pensées

Pour créer l’appareil, les chercheurs ont dû déterminer quels endroits du visage transmettaient les signaux neuromusculaires les plus fiables. Pour ce faire, ils ont demandé aux sujets de murmurer quatre fois la même série de mots et ont utilisé 16 électrodes à différents endroits du visage pour détecter les signaux. Ils ont ensuite généré un code pour analyser les données, et ont constaté que sept endroits se révélaient être plus efficaces que les autres. Le dispositif actuellement testé utilise ces sept capteurs à ces endroits, mais les chercheurs ont l’intention de développer une seconde itération du système ne comptant que 4 capteurs, tout en étant aussi efficace.

Des applications diverses, et utiles

Pour le moment, le système n’est capable d’identifier qu’une vingtaine de mots propre à chaque cas de figure, avec une précision de 92%. Les chercheurs espèrent améliorer ces statistiques avec le temps : « Nous sommes en train de recueillir des données, et les résultats sont bons« , dit M. Kapur. « Je pense que nous parviendrons à une conversation complète un jour. »

Bien que les applications soient encore limitées, les chercheurs sont parvenu à utiliser le casque durant une partie d’échecs, pour résoudre des multiplications, ou encore pour sélectionner le film que vous souhaitiez regarder. À l’avenir, ils espèrent trouver diverses applications utiles, par exemples à destinations des personnes handicapées.

Sources : Presse-citron – The Verge

Publicités
 
2 Commentaires

Publié par le 20 avril 2018 dans général, Insolite, Sciences

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Ce gros astéroïde nous a frôlé alors qu’on ne savait même pas qu’il existait

 

2018 GE3, d’une taille environ 4 fois supérieure à celle de la météorite qui est tombée en Russie en 2013, est passé entre la Terre et la Lune.

Sauf que celui-ci, baptisé « 2018 GE3« , était particulièrement gros pour un passage si près de nous: 48 à 110m de diamètre, selon la Nasa. Et personne n’en avait encore entendu parler 24 heures plus tôt: les premières observationsdatent du 14 avril.

L’astronome amateur Michael Jäger a capturé le passage de l’astéroïde dans notre ciel étoilé, comme vous pouvez le voir ci-dessous:

Gros et proche, un fait très rare

44 à 110 mètres, c’est assez gros pour un astéroïde aussi proche. Il faut se rappeler qu’à l’origine de la pluie de météorites au dessus de la Russie en 2013, qui a blessé un millier de personnes, il n’y avait qu’un météore de 15 à 17 mètres de diamètre.

Selon la Nasa, un objet de plus de 25 mètres de diamètre causerait des « dommages locaux autour de la zone d’impact ». Il n’y aurait aucun risque pour la Terre dans son ensemble si la taille de l’astéroïde est inférieure à 1km. Selon Andrew Rader, chercheur et ingénieur chez SpaceX, 2018 GE3 est par contre « largement assez grand pour détruire une ville ».

Qu’un objet pareil passe si près de nous, c’est rare. Selon la base de donnéestenue par la Nasa, il n’y a que trois astéroïdes d’une taille similaire ou supérieure à être passés si près depuis le début du XXe siècle.

Comme nous venons tout juste de le repérer, son orbite est encore très incertaine. De même que sa masse et son diamètre, qui pourraient changer dans les semaines à venir. Mais selon les premières estimations, il mettrait environ deux ans et demi avant de revenir plus ou moins près de la Terre.

Des objets dangereux et difficiles à repérer

On devrait rapidement mieux connaître 2018 GE3. Mais toujours est-il qu’à un « cheveu » près, son premier passage près de nous aurait aussi pu être le dernier. C’est pour cela que l’ONU a mis en place une Journée internationale des astéroïdes, le 30 juin.

Une date qui n’est pas choisie au hasard. Un astéroïde de 40 mètres tombait sur la Sibérie ce jour, 100 ans plus tôt, en 1908. L’énergie dégagée par sa rentrée dans l’atmosphère était supérieure à 30 bombes d’Hiroshima. Le tout pour un météorite de « seulement » 40 mètres de diamètre.

Justement, ce genre d’objets, à l’instar de 2018 GE3, est très difficile à repérer. Seuls 30% des objets de 140 mètres et plus sont répertoriés, selon la Nasa. On parle ici d’astéroïdes dont l’orbite les amène très proches de la Terre. Pour ceux de 30 mètres, on passe à 1%.

C’est pour cela que les agences spatiales, ainsi que des acteurs privés, cherchent à cataloguer le maximum d’astéroïdes pour mieux comprendre leurs orbites, les détecter plus tôt et, si besoin, trouver un moyen de les empêcher de toucher la Terre.

La sonde de la Nasa Osiris-Rex devrait d’ailleurs atteindre l’astéroïde Bennu au mois d’août. Le vaisseau doit étudier la composition de cet astre pour mieux comprendre les débuts du système solaire, mais également tenter de découvrir pourquoi l’orbite des astéroïdes change tant. Toujours dans le but de prévoir une éventuelle collision avec plus de précision.

source

 
3 Commentaires

Publié par le 17 avril 2018 dans Espace, général, Insolite

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Le supervolcan Yellowstone placé en mode éruption

Le supervolcan Yellowstone placé en mode éruption

Le supervolcan Yellowstone  encore sur le devant de l’actu … Cette semaine, plus de 20 véhicules de police, de pompiers et de secours sont descendus dans la zone autour du super-volcan de Yellowstone pour se préparer à ce qui pourrait être une « urgence de vie ou de mort ».

Les affaires publiques du parc national de Yellowstone ont confirmé qu’il pourrait y avoir une éruption imminente du super-volcan et qu’ils se mettaient à l’épreuve pour être prêts à toute éventualité.

Le porte-parole Morgan Warthin a déclaré : « Chaque opportunité comme celle-ci, chaque opportunité d’entraînement révèle à la fois où sont nos forces ».

« Mais aussi, comment nous pouvons nous améliorer ».

Morgan Warthin sait que les services d’urgence devront être absolument préparés si une catastrophe frappait près de Mammoth dans le Parc National de Yellowstone.

Yellowstone test run was a success

Un accident d’autobus miniature a été simulé pour la première fois depuis plusieurs années, afin d’alimenter les secouristes en cas de crise.

L’exercice s’est déroulé sur une route discrète derrière le logement des employés afin de minimiser les perturbations locales, alors que la simulation était en cours.

Le porte-parole de Yellowstone a également discuté des défis auxquels son équipe devra faire face s’il y a une éruption super-volcanique à Yellowstone.

Il a dit : « Vous savez, le défi numéro un est que nous soyons à distance, donc il faut un certain temps pour se rendre à Yellowstone ».

Yellowstone supervolcano could blow at any moment

Pendant la simulation, les membres de la famille des employés du parc, les employés de Xanterra et les résidents de Gardiner ont donné de leur temps pour jouer les rôles de victimes dans l’exercice.

Lorsque le test a commencé, les intervenants de huit organismes différents à l’intérieur et à l’extérieur du parc ont bien géré la situation.

Cela a encouragé tous les participants à la simulation, car il est rare qu’on sache quand Yellowstone pourrait éclater.

En fait, les experts du Parc National de Yellowstone affirment avoir vu le Steamboat Geyser exploser le mois dernier.

Le service du parc a fait l’annonce du plus haut geyser actif au monde en mars, et les géologues ont comparé les comptes-rendus aux capteurs thermiques de la région.

Belgian Pool, hot spring in the Upper Geyser Basin of Yellowstone National Park, Wyoming

Il a été déterminé que cela « pourrait être une série d’éruptions mineures ».

Et, le météorologue Tom Skilling a déclaré à WGN News : « Des tremblements de terre mineurs se produisent dans la région de Yellowstone 50 fois ou plus par semaine, mais, une éruption majeure n’est pas prévue dans un avenir    prévisible ».

Steamboat Geyser est dans le bassin du Geyser Norris, qui est actuellement fermé à l’accès des véhicules pour les travaux de printemps.

Dans le même temps, des sismologues de l’UNAVCO, un consortium dirigé par des universités à but non lucratif, ont révélé que le volcan était « sous tension ».

Yellowstone spokesman said the test went well

En utilisant le système de positionnement global, les inclinomètres de forages et les jauges de déformations de forages pour mesurer les changements minimes de la déformation à Yellowstone, David Mencin et Glen Mattioli ont déclaré que     « le signal de déformation est plus important que prévu si la croûte sous Yellowstone était complètement solide ».

M. Warthin a ajouté : « Je pense que la leçon pour les visiteurs qui viennent au parc est de savoir que la sécurité est toujours notre première priorité, mais, étant donné que le parc est éloigné des routes, les routes ne sont pas comme l’autoroute Interstate 90.

« Vous ne pouvez pas voyager aussi vite sur ces routes.  Donc, souvent la réponse va prendre un peu plus de temps ».

Source

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

 
2 Commentaires

Publié par le 9 avril 2018 dans général, Insolite, International

 

Étiquettes : , , , ,

Des satellites « sensibles » français approchés par des engins aux intentions parfois « inamicales »

En mai 2016, lors d’une audition à l’Assemblée nationale, le général Jean-Daniel Testé, alors à la tête du Commandement interarmées de l’espace, révéla qu’un satellite militaire de télécommunications Syracuse [SYstème de RAdioCommunication Utilisant un SatellitE] avait été approché par un « autre objet » dont il ne précisa pas l’origine.

« Mais nous avons la certitude que les Russes, les Chinois et les Américains ont mis au point des systèmes destinés à aller observer et écouter au plus près les systèmes spatiaux d’autres pays, ce qui pose de graves questions en termes de sécurité », avait ensuite expliqué le général Testé.

Moins de deux ans plus tard, son successeur, le général Jean-Pascal Breton, aborda également cette question. « Les stratégies de contestation ou de déni d’accès prennent des formes nouvelles. Outre le développement d’armes à effet dirigé, capables de dégrader les performances de nos moyens, la maîtrise de la technique de rendez-vous dans l’espace permet de venir à proximité de capacités spatiales d’autres pays sur l’ensemble des orbites. Plusieurs de nos satellites ont ainsi été approchés par des objets de type satellites inspecteurs », avait-il dit.

Ces satellites « inspecteurs » se contentent-ils d’observer? Ou bien leur présence cache-t-elle autre chose? Directeur du renseignement militaire (DRM), le général Jean-François Ferlet a donné quelques détails lors de son audition par la commission de la Défense, à l’Assemblée nationale, dans le cadre de l’examen du projet de loi de Programmation militaire (LPM) 2019-2025. Et, visiblement, la question de l’espace exo-atmosphérique est un enjeu de taille.

Dans ce domaine, le rôle de la DRM est « d’évaluer la menace spatiale à l’encontre de nos intérêts nationaux », les opérations relevant du Commandement interarmées de l’espace. Le Commandement de la défense aérienne et des opérations aériennes est quant à lui chargé d’établir la situation spatiale.

« Grâce à des capteurs qui permettent de surveiller assez finement l’espace, nous savons qu’il s’y passe quelque chose. Aujourd’hui, pour vous donner un exemple très concret, des microsatellites gravitent autour de nos satellites les plus sensibles », a expliqué le général Ferlet aux députés. Et ces engins sont potentiellement hostiles. « Nous voyons bien que leur cinématique n’est absolument pas normale et qu’elle est suspecte, voire inamicale, de la part de certains pays », a-t-il en effet ajouté, sans toutefois donner de précision sur lesdits « pays ».

Étant donné que les forces armées sont dépendantes de l’espace, que ce soit pour les transmissions, l’observation, le renseignement et la navigation, rendre inopérants les satellites qu’elles utilisent (destruction physique, dommages sur leur électronique, cyberattaque, etc) aurait évidemment de fâcheuses conséquences sur leurs capacités.

« Les satellites sont vulnérables par nature : il est plus facile de les attaquer que de les défendre, car on ne va pas les blinder – sinon, le coût serait considérable, la mise en orbite se payant au poids », a relevé le général Ferlet. Aussi, a-t-il ajouté, « un des moyens de contournement auxquels nous réfléchissons, comme les Américains, consiste à envoyer des essaims de satellites, beaucoup plus petits et orbitant plus bas, au lieu d’utiliser seulement deux ou trois satellites de taille plus importante pour assurer la même couverture. On obtiendrait un résultat plus résilient car l’ensemble serait plus difficile à neutraliser. »

 
6 Commentaires

Publié par le 4 avril 2018 dans Espace, général, Insolite

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Une station spatiale chinoise devenue incontrôlable va s’écraser sur la Terre… Mais où ?

En Bref – Les chinois ont perdu le contrôle d’une de leur stations spatiales, elle fonce droit vers la terre mais on ne sait pas encore où elle va s’écraser (ce sera probablement le 1er avril 2018) …. Peut être dans le sud de la France . Les pièces en titanium devraient résister à la rentrée atmosphérique (en tout 10 % de sa structure dont les moteurs). Va-t-il y avoir des morts ??  Rassurant n’est ce pas !!! Z 

La station spatiale Tiangong-1 lancée en 2011 va bientôt rentrer dans l’atmosphère. Selon sa trajectoire, des débris pourraient éventuellement retomber sur la Corse ou la Côte d’Azur.

Même si le risque d’être touché par un débris tombé de l’espace est 10 millions de fois plus faible que celui d’être frappé par la foudre, tous les yeux vont regarder le ciel entre le 29 mars et le 6 avril.

C’est à cette période que la station spatiale chinoise Tiongang-1,mise en orbite en 2011, devrait redescendre sur terre, selon l’Agence spatiale européenne.

Le hic, c’est que les Chinois semblent avoir perdu le contrôle de cet engin, qui navigue en orbite de plus en plus basse, à quelque 250 km d’altitude. Sa rentrée dans l’atmosphère est donc inéluctable…

Projection de la trajectoire de la station chinoise

-

Capture SatFlare

Au cours de sa chute, cette station de 8,5 t et de 10 m de long va en partie se disloquer, mais le risque que des débris retombent sur terre est réel.

-

Capture ESA

La question est de savoir où. Selon l’ESA, la chute pourrait intervenir dans une large bande qui concerne l’Australie, l’Inde, l’Afrique, les Etats-Unis mais aussi la France, dans une zone incluant la Corse, Perpignan, Toulon ou Lourdes. A partir du 26 mars, tous les observatoires vont donc être placés en alerte.

D’ores et déjà, il est possible de suivre la trajectoire de la station spatiale chinoise pratiquement en direct.

Ce n’est pas une première puisque quelque 25 000 objets sont déjà retombés sur Terre. Le 27 janvier dernier, le second étage d’un lanceur Zenit s’était écrasé au Pérou, heureusement sans faire de victimes. En 1979, l’ancienne station spatiale américaine Skylab (90 t) était aussi rentrée dans l’atmosphère de manière incontrôlée.

-

source

 
2 Commentaires

Publié par le 28 mars 2018 dans Climat - Environnement, Espace, général, Insolite

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

L’inquiétante prophétie d’un prétendu « voyageur du temps »

J’ai trouvé ce papier très amusant et assez insolite, en tout cas c’est rafraîchissant, je vous en fait donc part, aussi pour vous montrer un peu l’ampleur du phénomène des « voyageurs du temps » qui se développe fortement sur la toile et notamment sur Youtube (de plus on pourrait le relier au précédent papier sur le Yellowstone, c’est d’ailleurs en faisant des recherches sur le super volcan que je l’ai trouvé) Toutefois ne riez pas trop vite : tout est possible dans ce monde mystérieux où nombre de choses nous échappent …. Z  

L’homme affirme venir de l’an 6491, mais il serait bloqué en 2018. Dans sa prophétie, il annonce une fin des États-Unis similaire à Pompéi.

Un voyageur du temps et ses tristes présages

Sur YouTube, un homme du nom de James Oliver se dit voyageur du temps. Il viendrait de l’an 6491 et serait actuellement bloqué en 2018. « Archéologue« , il serait venu dans notre époque pour étudier les différentes cultures. Devant le danger qui menace la Terre cependant, James Oliver aurait décidé de mettre de côté ses recherches. En effet, l’homme annonce de bien tristes présages pour la planète. « Si j’étais vous, je ferais très attention au volcan de Yellowstone« , a mis en garde dans une vidéo le voyageur du temps.

La manière de fuir l’apocalypse

D’après lui, ce parc naturel protégé par l’UNESCO et présent sur le territoire des États-Unis pourrait mener le monde à sa perte. « Une éruption devrait détruire tous les États-Unis. Et le plus gros problème dans cette éruption, c’est qu’elle provoquera une énorme quantité de cendres dans l’atmosphère et la façon dont vous vous déplacez – si vous conduisez ou prenez l’avion – sera ruinée par ces cendres », déclare James Oliver, qui a flouté son visage dans la vidéo. Afin de s’en sortir quand l’éruption volcanique aura lieu, le voyageur du temps préconise de se rendre immédiatement à l’aéroport le plus proche afin de fuir le pays.

Tout sera mort aux États-Unis

Dans ses prévisions, le volcan de Yellowstone pourrait s’activer dans les 200 ans à venir. Les États-Unis seraient complètement morts durant cinq ans à la suite de cette éruption volcanique. « Pour les scientifiques, cela pourrait prendre 5 ans pour dissiper toute la cendre dans l’atmosphère », affirme encore James Oliver, évoquant une fin similaire à celle de Pompéi. La chaîne YouTube sur laquelle la vidéo a été publiée compte 383 000 abonnés. La plupart sont, comme lui, des voyageurs du temps et autres miraculés, sirènes, Aliens et vampires.

Source : Paris Match

 
14 Commentaires

Publié par le 21 mars 2018 dans général, Insolite, Religion - Prophéties

 

Étiquettes : , , ,

Les cerveaux humains seraient connectés par une sorte de WiFi

Les cerveaux humains seraient connectés par une sorte de WiFi
Selon le professeur Digby Tantam, le langage ne joue qu’un rôle très limité dans la compréhension de ce que les autres êtres humains disent. Les cerveaux se connecteraient à une sorte de « Wi-Fi » qui serait à l’origine des « pressentiments ».

Un chercheur de l’Université de Sheffield au Royaume-Uni évoque dans le livre Interbrain le fait que les cerveaux humains se connectent à une sorte de « Wi-Fi » qui serait à l’origine des pressentiments ou des intuitions.

Le langage n’a qu’un rôle limité dans la communication

La télépathie est un sujet qui a toujours passionné tant il est mystérieux. Dans le livre Interbrain, un scientifique de l’Université de Sheffield, au Royaume-Uni, apporte quelques éléments de réponse en évoquant une sorte de « Wi-Fi » connectant les cerveaux humains qui serait à l’origine des pressentiments. Le professeur Digby Tantam explique au Telegraph que le langage ne joue qu’un rôle très limité dans la compréhension de ce que les autres êtres humains disent réellement. Selon lui, il existe des indices subliminaux que les gens perçoivent lorsqu’ils communiquent verbalement. Ce qui rend donc, au final, la question de la télépathie possible entre tous les êtres humains.

cerveau, wifi, communication

© maminez

Didgy Tantam pense que le cerveau absorbe inconsciemment des informations sur d’autres personnes, ce qui leur donne un sentiment instinctif. Il s’explique ainsi : « Nous pouvons connaître directement les émotions des autres et savoir à quoi ils prêtent attention. Il est basé sur le lien direct entre notre cerveau et celui des autres et entre leur cerveau et le nôtre. J’appelle cela l’inter-cerveau [Interbrain, ndlr] ». Selon lui, la compréhension de cet inter-cerveau pourrait aider les spécialistes des sciences sociales et ceux d’autres domaines à comprendre notamment la psychologie des masses.

Les gens se rassemblent car ils se transmettent de petits messages subliminaux

Le scientifique estime que les gens se rassemblent dans des situations telles que les matchs de football, les concerts et les cérémonies religieuses, précisément parce que de petits messages subliminaux qui sont déchiffrés par l’inter-cerveau sont transmis d’un seul coup par plusieurs personnes. « Le fait d’être en mode foule peut aussi nous faire vivre ce que serait que de transcender la perspective, le temps, le lieu, nos capacités de ressentir un instant, comme une personne en train de conduire », affirme-t-il.

Le professeur Tantam voudrait que chacun saisisse l’importance de ces indices subliminaux. En effet, ceux-ci risquent d’être perturbés par l’augmentation croissante des appels vidéo et des développements technologiques semblables au cours des dernières années.

Il rappelle que les gadgets technologiques, qui prennent de plus en plus de place dans le quotidien des humains, sont moins importants que les conversations qui ont lieu en face à face parce que «la contagion émotionnelle se produit à la vitesse de la lumière, et non à la vitesse de la transmission électronique. L’entrée visuelle face à face s’accompagne d’un son, d’un geste, de l’odeur de la sueur, de la possibilité du toucher et d’une connexion ». Si l’engouement pour les nouvelles technologies de la communication se maintient, beaucoup de gens risquent de perdre ces compétences inestimables en matière de relations humaines et sociales.

source

 
2 Commentaires

Publié par le 27 février 2018 dans général, Insolite, Sciences

 

Étiquettes : , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :