RSS

Archives de Catégorie: Insolite

Insolite – 13 coïncidences mystérieuses

coïncidences mystérieuses

# 13. Le 4 novembre 2008, Barack Obama a remporté l’élection présidentielle. Le 5 novembre, une des combinaisons gagnantes à la loterie de l’Illinois était 6-6-6.

# 12. L’astronome sud-africain Daniel du Toit venait tout juste de donner une conférence avec la conclusion que la mort peut frapper à tout moment. Ensuite, il s’est assis et a jeté un bonbon à la menthe dans sa bouche. Malheureusement, il s’est étouffé à mort avec ce petit bonbon.

# 11. Pendant la production de Deus Ex (un jeu vidéo lancé en 2000), l’équipe de développement a oublié d’ajouter les Tours Jumelles. Une explication dans le jeu a été donnée : les bâtiments ont été abattus par une attaque terroriste.

coïncidences mystérieuses

# 10. L’assassinat de l’archiduc Franz Ferdinand a déclenché la Première Guerre mondiale. Il a été abattu dans une voiture qui avait la plaque d’immatriculation A III 118. La guerre s’est terminée par un armistice le 11-11-18, à 11 heures du matin.

# 9. En 2002, un homme finlandais de soixante-dix ans a été tué par un camion lorsqu’il tenta de franchir une route sur son vélo. Deux heures plus tard, son jumeau a été tué dans les mêmes circonstances, à moins d’un kilomètre de la même route.

# 8. En 1883, Henry Ziegland a abandonné sa petite amie de longue date. Son cœur brisé, elle s’est pendue. Son frère a promis de la venger et a chassé Ziegland. Quand il l’a finalement trouvé, il a visé sa tête et a tiré. Ziegland est tombé au sol. Le frère de la jeune fille, croyant avoir exercé sa vengeance, s’est suicidé avec la même arme. Mais Ziegland a survécu, car la balle a seulement effleuré sa joue et s’est logée dans un arbre voisin.

Plusieurs années plus tard, Ziegland a tenté de couper cet arbre particulier. Il a eu l’idée brillante d’utiliser de la dynamite et l’explosion a envoyé la balle dormante à travers son crâne. Il semble que la balle a refusé de manquer son objectif.

#7. En 1838, Edgar Allan Poe a publié The Narrative of Arthur Gordon Pym of Nantucket. Le roman comprend le récit de quatre hommes échoués en mer après que leur navire a coulé. Désespérés, les hommes tuent et mangent un garçon de cabine nommé Richard Parker.

Quarante-six ans plus tard, un navire appelé Mignonette a subi le même sort. Les quatre survivants affamés ont tué et mangé le garçon de cabine dont le vrai nom était, vous l’avez deviné, Richard Parker.

# 6. Samuel Clemens aka Mark Twain est né en 1835, peu de temps après l’apparition de la comète de Halley. Plus tard dans la vie, il a prédit qu’il allait mourir quand la comète reviendrait. En 1910, un jour après l’apparition de la comète de Halley, Mark Twain est mort d’une crise cardiaque. Peut-être que Twain considérait la comète comme un signe de mort. Si oui, il avait de bonnes raisons. En 1222, alors que la comète passait près de la Terre, elle semblait se déplacer vers l’ouest. À l’époque, Genghis Khan se préparait à son invasion. En croyant que c’était un signe, il a également marché vers l’ouest, tuant des millions de personnes dans le processus.

coïncidences mystérieuses

# 5. Le 20 septembre 1911. Le navire RMS Olympic de la compagnie White Star Line entre en collision avec un navire de guerre britannique appelé HMS Hawke. L’Olympic subit de graves dommages à sa coque et manque de peu de chavirer. Heureusement, personne n’est gravement blessé ou tué.

Sept mois plus tard, le naufrage du Titanic deviendra l’une des catastrophes maritimes les plus meurtrières, prenant la vie de plus de 1 500 personnes.

Dans les heures du matin du 21 novembre 1916, le plus grand et dernier navire de White Star Line, le HSMS Britannic, a été secoué par une explosion. Cinquante-cinq minutes plus tard, il a coulé dans la mer Méditerranée. Trente personnes perdent la vie. On ne sait pas si l’explosion a été causée par une torpille ou une mine sous-marine.

Qu’est-ce que toutes ces catastrophes maritimes ont en commun ? Eh bien, en plus d’impliquer trois navires à la fine pointe de la technologie appartenant à la même entreprise de transport maritime ? Une hôtesse / infirmière était présente à chaque fois quand les choses se sont mal passées. Elle a survécu aux trois drames, amenant certains à croire qu’elle était un albatros.

# 4. Un français appelé Jean Marie Dubarry a été exécuté pour avoir assassiné son père le 13 février 1746. Cent ans plus tard, le 13 février, un autre homme a été exécuté pour le patricide. Son nom ? Jean Marie Dubarry.

# 3. Un baron français nommé Rodemire de Tarazone a été tué par Claude Volbonne en 1872. Deux décennies plus tôt, le père du baron de Tarazone avait été tué par un homme différent, également nommé Claude Volbonne.

# 2. Le roi Umberto I d’Italie a dîné dans un restaurant de la ville de Monza, le 28 juillet 1900. À son grand étonnement, il a découvert que le propriétaire du restaurant lui ressemblait exactement et s’appelait aussi Umberto. En outre, leurs épouses avaient le même nom et le restaurant avait été ouvert le même jour que le couronnement du roi Umberto. Le lendemain, les deux Umberto ont été abattus dans des incidents non liés.

coïncidences mystérieuses

#1. Le 26 novembre 1911, trois hommes ont été reconnus coupables d’avoir assassiné Sir Edmund Berry et ont été rapidement pendus à Greenberry Hill à Londres. Les noms des hommes étaient Green, Berry et Hill.

Source

 
Poster un commentaire

Publié par le 23 mai 2017 dans général, Insolite

 

Étiquettes : , , ,

Des chercheurs prouvent mathématiquement que le voyage dans le temps est possible

Des chercheurs prouvent mathématiquement, que le voyage dans le temps est possible

Le rêve de voyager dans le temps fait partie des derniers que l’homme n’est pas parvenu à réaliser, pourtant des chercheurs ont réussi à concevoir un modèle mathématique de machine à voyager dans le temps.

David Tsang, astrophysicien à l’Université du Maryland (Etats-Unis) et Ben Tippet, un éminent spécialiste de la théorie de la relativité d’Einstein à l’université de Colombie Britannique (Canada) sont les premiers chercheurs à avoir conçu un modèle mathématique du voyage dans le temps.

Pour deux chercheurs, voyager dans le temps, c’est possible !

Les deux spécialistes ont baptisé ce modèle « Traversable Acausal Retrograde Domain in Space-time » et si vous êtes un amateur de science-fiction, vous n’aurez pas raté l’acronyme qui se forme avec les premières lettres : TARDIS. Le nom du vaisseau du Dr Who pour voyager dans le temps, dans la série du même nom.

Tippett et Tsang ont expliqué : « La direction du temps à la surface de l’espace-temps présente une courbure elle aussi. On a la preuve que plus on se rapproche d’un trou noir, plus le temps s’écoule lentement. Bien que ce soit mathématiquement faisable, il n’est pas encore possible de construire une machine à voyager dans le temps car nous avons besoin pour cela de matériaux – que nous appelons “matière exotique” – pour courber l’espace-temps de ces façons impossibles. Mais on doit encore les découvrir… ».

Grosso modo, ce modèle explique qu’une structure construite en matière exotique pourrait plier l’espace-temps dans une sorte de bulle et que si cette dernière se déplace à la vitesse de la lumière, il serait possible de voyager dans le temps. En dehors de l’élaboration d’un modèle mathématique stable, il est très peu probable que nous puissions concrétiser un jour ce dernier.

Mes notions de la théorie de la relativité étant ce qu’elles sont, pour mieux comprendre, le mieux est encore d’aller consulter leurs travaux à cet endroit.

 
1 commentaire

Publié par le 22 mai 2017 dans général, Insolite, Sciences

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Le PS préparait un coup d’état en cas d’élection de Marine Le Pen

Le PS préparait un coup d'état en cas d'élection de Marine Le Pen

Selon un rapport extraordinaire publié hier dans L’Obs, des hauts responsables du gouvernement PS sortant ont projeté d’organiser un coup d’État si Marine Le Pen, la candidate du Front national (FN), avait remporté l’élection. 

Le but de l’opération n’était pas d’empêcher Le Pen d’entrer en fonction. Le coup était supposé écraser des manifestations de gauche contre sa victoire, imposer l’état de siège, et installer Le Pen au pouvoir dans une alliance forcée avec un gouvernement PS.

« Personne n’ose imaginer ce que sera le lendemain du deuxième tour si Marine Le Pen l’emporte. Un embrasement s’annonce », écrit L’Obs, qui explique : « Les stratèges qui ont conçu ce plan B anticipent qu’au lendemain de la victoire du Front national le pays risque de se retrouver au bord du chaos. État de sidération, manifestations républicaines, mais surtout violences extrêmes, notamment de la part de l’ultra-gauche ».

« Le plan n’avait jamais été écrit noir sur blanc, mais tout était fin prêt », écrit L’Obs. « Son déroulé était si précisément envisagé qu’une poignée de membres du gouvernement, de directeurs de cabinet et de très hauts responsables de l’Etat peuvent encore la décrire de tête, étape par étape. (…) Pour en donner les détails, ‘L’Obs‘ a recoupé les éléments auprès de trois sources, au sein du gouvernement sortant et d’institutions de l’État ».

Le plan incluait le lancement d’interventions de police massives destinées à quadriller la France, et un coup quasi-constitutionnel lancé par un refus du Premier ministre sortant, Bernard Cazeneuve, de démissionner. L’Obs cite un haut responsable : « Le pays aurait été à l’arrêt. Le gouvernement n’aurait eu qu’une seule priorité : assurer la sécurité de l’État ».

En clair, on aurait tenté d’imposer une dictature militaro-policière en France. Des droits démocratiques fondamentaux sont déjà suspendus par l’état d’urgence, prolongé en permanence par le PS depuis les attentats du 13 novembre 2015 à Paris. La police peut interdire des manifestations, détenir des individus, et les assigner à résidence. Le projet rapporté par L’Obs aurait signifié l’usage maximal de ces pouvoirs afin d’imposer un état de siège et suspendre de manière permanente le fonctionnement normal de l’État.

Les Directions départementales de la sécurité publique (DDSP) auraient toutes, sans exception, fait part au ministère de l’Intérieur de leurs « craintes » d’une victoire Le Pen, alors que l’appareil d’État se préparait à une éventuelle crise post-électorale. L’Obs cite aussi une note du renseignement, déjà citée par Le Parisien : « Des mouvements d’extrême gauche, plus ou moins implantés, chercheront sans nul doute à organiser des manifestations dont certaines pourraient entraîner des troubles sérieux ».

En même temps, selon L’Obs, les syndicats de police faisaient pression pour obtenir le droit d’utiliser des armes létales contre des manifestants, dont des grenades de désencerclement et des lanceurs de balles de défense. « Les instructions données de ne pas utiliser tel ou tel matériel deviennent insoutenables », a déclaré un syndicaliste Unsa-Police.

A l’intérieur de l’appareil d’État, le refus de Cazeneuve de démissionner devait « geler la situation politique », selon l’une des sources de L’Obs, et en exploitant une particularité de la constitution, lancer un coup pseudo-constitutionnel contre le président nouvellement élu :

« Dans un premier temps, il est prévu qu’après le second tour de la présidentielle, le chef de gouvernement de remettra pas sa démission. Certes, le maintien en poste du Premier ministre est contraire aux usages républicains, mais sa démission n’est en rien une obligation constitutionnelle. Dans un second temps, le Parlement sera convoqué en session extraordinaire. Une date est même envisagée : le jeudi 11 mai. Ordre du jour : la crise nationale provoquée par les violences qui ont suivi le scrutin. Les députés se verront alors demander un vote de confiance ».

Le parlement aurait donc été sommé de donner un satisfecit pseudo-légal à un coup d’État mijoté par la police et le renseignement dans le dos des Français. Ce gouvernement pseudo-constitutionnel devait durer au moins jusqu’aux élections législatives des 11 et 18 juin, à supposer que les nouvelles autorités auraient permis le déroulement normal des législatives.

Ce que décrit ici L’Obs aurait été la suspension la plus grave des procédures démocratiques en France par les forces de sécurité depuis la guerre d’Algérie, quand des officiers partisans de l’Algérie française ont lancé un putsch à Alger en mai 1958. Ils ont ensuite lancé un coup, Opération Résurrection, pour renverser le gouvernement à Paris. Charles de Gaulle a profité de l’occasion pour s’arroger les pleins pouvoirs et ordonné à ses partisans de ré-écrire en vitesse la constitution, ce qui a produit la Cinquième République actuelle.

Le silence médiatique sur l’article de L’Obs est assourdissant. Ce reportage soulève des questions politiques fondamentales, ainsi que des questions sérieuses sur le gouvernement que va installer le nouveau président, Emmanuel Macron.

Y a-t-il d’autres scénarios à part l’élection de Le Pen dans lesquels la police et le renseignement suspendraient la constitution et imposeraient un état de siège ?

Et si le ministère de l’Intérieur traite de menace intolérable toute manifestation de gauche où des violences pourraient être commises, par des manifestants ou des provocateurs, prépare-t-on des opérations similaires pour réprimer des manifestations contre les politiques d’austérité et de guerre de Macron ? La police pourrait-elle réagir à l’exercice de droits de grève et de manifestation inscrits à la constitution en tentant d’imposer une dictature ?

Un quart de siècle d’austérité en France et à travers l’Union européenne après la dissolution stalinienne de l’Union soviétique ont transformé le capitalisme européen. Les inégalités économiques et la colère sociale sont à des niveaux record, et les vieux systèmes politiques et sociaux s’effondrent. La répression brutale l’année dernière de manifestations contre la loi travail du PS, imposée sans vote parlementaire dans le cadre de l’état d’urgence le plus long de l’histoire de France, témoigne du stade avancé de la décomposition de la démocratie française.

Dans ces conditions, les tentatives des responsables PS et de L’Obs de minimiser l’importance de son reportage sont profondément fausses. Leurs déclarations rassurantes selon lesquelles l’opération était constitutionnelle et aurait rapidement débouché sur le rétablissement du fonctionnement normal de la Cinquième République n’ont aucune valeur.

Le Premier ministre sortant Bernard Cazeneuve lui-même a crédibilisé le reportage de L’Obs par sa déclaration qu’il n’avait « aucunement l’intention de déserter le front de Matignon, au cas où Marine Le Pen emporterait la présidentielle ». Contactés par L’Obs dans le cadre de leur reportage, ses proches ont déclaré que Cazeneuve « n’a jamais, jamais mentionné ce scénario ».

Quant à L’Obs, le magazine insiste que le projet de coup était constitutionnel. Prenant au mot les responsables du PS, qui insistaient qu’ils auraient remis le pouvoir au nouveau gouvernement après les législatives, L’Obs conclut seulement que cela aurait été « une parenthèse inédite dans l’histoire de la République ».

En fait, si la police et le renseignement avaient tenté de mettre ces projets à exécution, ils auraient rompu visiblement avec les usages républicains et ouvert la voie à une rupture même plus large de la classe dirigeante avec les formes démocratiques. Cela aurait été le prélude à une confrontation violente avec les travailleurs, parmi lesquels un engagement profond subsiste envers la démocratie.

 

Source

 
1 commentaire

Publié par le 22 mai 2017 dans général, Insolite, Politique

 

Étiquettes : , , , , ,

Se dirige-t-on vers la création d’un ADN synthétique humain ?

Dans le cadre d’un événement baptisé Genome Project-Write qui s’est tenu les 9 et 10 mai à New York, près de 200 chercheurs de premier plan en génétique et en bio-ingénierie se sont réunis pour discuter des prochaines échéances à venir concernant la création d’un ADN synthétique humain.

La manipulation des éléments fondamentaux de la vie est l’un des plus grands débats éthiques de la science. Lancé en 1990 et achevé en 2003, le Human Genome Project (HGP) a déjà permis de décoder le premier génome humain, mais les chercheurs ne le comprennent pas complètement. Ce projet-ci est donc considéré comme la prochaine étape logique selon les chercheurs qui partent aujourd’hui à la pêche aux financements dans le but de produire de l’ADN végétal synthétique, animal et finalement humain. Pour ce faire, les chercheurs ont besoin de cent millions de dollars, et d’après la chaîne CNBC, le projet pourrait être mené à bien dans les cinq prochaines années.

Les chercheurs impliqués dans cet ambitieux projet se disent « impatients de pouvoir communiquer sur cette collaboration ouverte et internationale pour approfondir notre compréhension de la science du génome », comme l’assure Nancy J. Kelley, coordinatrice du projet. Ce dernier avait pourtant suscité une vive controverse lors d’une première « rencontre » organisée il y a un an qui n’avait concerné qu’un groupe restreint d’experts invités uniquement à tenir des pourparlers à huis clos. Cette année, les chercheurs veulent donc encourager le public à s’intéresser au sujet et à s’immiscer dans le débat. « Lorsque nous touchons à l’humain, tout le monde a une opinion et veut que sa voix soit entendue. Nous voulons entendre ce que les gens ont à dire », explique le généticien et biochimiste Jef Boeke, du NYU Langone Medical Center. Selon lui, incorporer de l’ADN synthétique dans des cellules mammifères (dont humaines) serait être possible dans quatre ou cinq ans.

En mars, ce même chercheur partageait les détails d’un projet annexe, supervisant des centaines de scientifiques qui travaillent ensemble pour synthétiser un génome de levure artificielle, qui devrait être terminé d’ici la fin de cette année. Il y a bien sûr un écart entre la synthèse réussie de l’ADN d’une levure et la création d’un ADN humain artificiel conçu à partir de rien, mais l’objectif principal est ici de comprendre comment synthétiser des codes génétiques comparativement simples (tels que l’ADN microbien et l’ADN végétal), avant de passer à l’Homme.

Notons qu’en plus de synthétiser de l’ADN végétal, animal et humain, l’objectif du projet est également de réduire le coût des génomes d’ingénierie, en proposant la synthèse d’ADN par paires à un centime (le prix actuel étant de dix centimes) compte tenu des trois milliards de paires que contient le génome humain. Cela permettrait de débloquer le développement de potentiels traitements médicaux dédiés aux maladies comme le cancer, les maladies génétiques.

Source

 
Poster un commentaire

Publié par le 19 mai 2017 dans général, Insolite, Sciences

 

Étiquettes : , , , , , ,

Tuto : Comment gagner les élections présidentielles en six étapes

Mais comment Emmanuel Macron est-il devenu Président ?

 
 

Étiquettes : , , , ,

La lessive Macron lave plus blanc !

Emmanuel Macron est-il à la politique ce que la lessive est à la société de consommation ?

 
 

Étiquettes : , , ,

Êtes-vous prêt pour Matrix ? Une entreprise basée à Londres veut créer une véritable matrice

Matrix

Êtes-vous prêt pour Matrix ? Une entreprise londonienne (qui a travaillé dans plusieurs villes du monde où elle a créé des simulations virtuelles pour favoriser une meilleure planification urbaine) a reçu des fonds pour aller de l’avant : créer une «Matrice» presque impossible à distinguer de la réalité.

Qu’est ce qui pourrait aller mal ?

Selon l’entreprise Improbable, leurs experts informatiques ont développé un logiciel qui peut être utilisé pour tout, qu’il s’agisse de jeux ou de la création de nouveaux mondes auxquels les humains peuvent participer à l’aide de casques.

Fait intéressant, le conglomérat informatique japonais SoftBank a décidé de donner à Improbable un élan économique, en leur fournissant un cycle de financement évalué à environ 1 milliard de dollars.

« Nous croyons que la prochaine phase majeure de l’informatique sera l’émergence de mondes virtuels à grande échelle qui enrichiront l’expérience humaine et changeront la façon dont nous comprenons le monde réel », a déclaré Herman Narula, PDG d’Improbable.

Le premier produit de Improbable, SpatialOS, est décrit comme un système d’exploitation pour développer des simulations de données à grande échelle, permettant la création de mondes virtuels et de systèmes de données orientés vers différents domaines de comportement tels que la défense, l’économie, le trafic et le divertissement, entre autres. L’entreprise l’utilise pour créer des simulations du monde réel.

Matrix

La société soutient que son système d’exploitation Spatial pourrait permettre au petit développeur de construire des simulations massives malgré des ressources et des infrastructures potentiellement insuffisantes.

«Nous travaillons déjà sur des projets avec des entreprises de télécommunications, des gouvernements et d’autres clients d’entreprise pour explorer la capacité de simulations massives et détaillées pour conduire à de meilleures décisions en utilisant les données du monde réel et nous espérons en parler davantage à l’avenir», a déclaré Narula.

Mais attendez une minute, et si nous sommes déjà dans une matrice ? Vous savez, une matrice, à l’intérieur d’une matrice dans une autre matrice.

Au cours de la conférence du Code en 2016, le cerveau derrière SpaceX et Tesla, Elon Musk, a postulé que « les chances que nous ne sommes pas dans un univers simulé est un sur un milliard ».

Rich Terrile, un scientifique du Laboratoire de Propulsion Jet de la NASA, a déclaré : «Si l’on progresse au rythme actuel de la technologie, très rapidement, nous serons une société où il existera des entités artificielles vivant dans des simulations beaucoup plus abondantes que les êtres humains. »

« Si, à l’avenir, il y a plus de personnes numériques qui vivent dans des environnements simulés qu’il n’y en a aujourd’hui, alors comment dire que nous ne faisons pas déjà partie de cela ? »

Les raisons de croire que l’univers est une simulation incluent le fait qu’il se comporte mathématiquement et est divisé en morceaux (particules subatomiques) comme un jeu vidéo pixelé. « Même les choses que nous considérons comme du temps continu, de l’énergie, de l’espace, du volume, ont une limite à leur taille. Si tel est le cas, notre univers est à la fois calculable et fini. Ces propriétés permettent de simuler l’univers », a déclaré Terrile.

« Franchement, si nous ne vivons pas dans une simulation, c’est une circonstance extraordinairement improbable », a-t-il ajouté.

Alors, qui a créé cette simulation ? «Notre futur nous-mêmes», a déclaré Terrile.

Mais les approches de films comme The Matrix (1999) ou de séries comme Black Mirror (2011) ne sont pas nouvelles.

Les philosophes dans le passé lointain ont remis en question le niveau de réalité de notre monde et / ou prédit comment cela conduirait à une hyperréalité où rien n’est entièrement original.

Comme l’a écrit le philosophe Jean Baudrillard dans son travail Simulacra et Simulation (1981) : « Le réel est produit à partir de cellules miniaturisées, de matrices et de banques de mémoire, de modèles de contrôle, et il peut être reproduit un nombre indéterminé de fois. Il ne doit plus être rationnel, car il ne se mesure plus contre une instance idéale ou négative. Ce n’est plus que opérationnel. En fait, ce n’est plus vraiment le vrai, parce qu’aucun imaginaire ne l’enveloppe plus. C’est un hyperréalisme, produit à partir d’une synthèse rayonnante de modèles combinatoires dans un hyper-espace sans atmosphère. »

Alors, pendant que certains veulent construire une matrice, d’autres pensent que nous sommes déjà dedans et que nous cherchons un moyen d’en sortir.

Source : Ancient Code, via ASR

 
Poster un commentaire

Publié par le 16 mai 2017 dans général, Insolite, société

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :