RSS

Archives de Catégorie: Insolite

Mère nature se déchaîne – Pluies torrentielles en Californie : la sécheresse historique s’estompe !!

Yuba rivière

Rappelez vous, j’en avais beaucoup parlé , On prévoyait des sécheresses plus longues et plus graves en Californie – L’état avait même adopté des restrictions « sans précédent » sur l’utilisation de l’eau alors que la sécheresse s’aggravait :

Au début du mois dernier , nous avons prévenu que la sécheresse en Californie approchait de proportions historiques et que si les climatologues ont raison,   le pays peut voir une répétition des années trente . Le Gouverneur Jerry Brown a appelé à des restrictions d’eau à l’échelle de l’État visant à réduire la consommation de 25% – avait prévenu ZH 

La Sécheresse en Californie devenait de pire en pire et se préparait à la vie sans eau potable, ce qui aurait été une catastrophe inouie, du jamais vu :

Comme je l’ai expliqué , l’ouest américain fonctionne par super cycles climatiques .

La Californie est fondamentalement un désert, et elle est en train de la redevenir .  La pluviosité des 19 et 20 e siecle fut exceptionnelle et a permis à l’état de devenir le grenier à fruits des états unis . Mais cette époque pourrait être bel et bien révolue .

Quelle idée de mettre des villes dans des désert (Las végas) alors que l’eau est une ressource limitée, qui vient à manquer . 

Résultat, il reste moins d’un an d’eau potable, comme rapporté par Zero Hedge, pour la population californienne, malgré les mesures drastique d’économie d’eau . Et d’ici un an, on pourrait avoir 40 millions de californiens à déplacer et reloger, un séisme humanitaire ….

Dans Regard sur la méga sécheresse historique en Californie j’expliquais également ceci :

Ce sera un des grands problèmes de l’année à venir : la sécheresse en Californie . Et si Zero Hedge a vu juste, il reste moins d’un an d’eau pour les californiens ! Et à ce jour, il n’existe encore aucun plan pour approvisionner la Californie en Eau .

A un moment, l’idée d’importer de l’eau du Canada a été évoquée, mais rien n’a encore été fait et l’échéance dramatique approche à grands pas . Pour beaucoup d’observateurs il est désormais trop tard pour mettre en place une solution de ce genre .

 Il ne reste plus qu’a croiser les doigts et espérer que mère nature fera pleuvoir à grands flots pendant un temps considérable, stoppant net la sécheresse qui dure depuis maintenant 4 ans , mais il semble que c’est parti pour durer (comme je l’ai rapporté, ça pourrait durer des centaines d’année cette sécheresse, l’ouest étasunien fonctionne par super cycles de sécheresse)

Hé bien heureusement, mère nature est venue à la rescousse au moment idéal . Comme toujours .

Pluies torrentielles en Californie – la sécheresse historique s’estompe  ( + Superbe photos de l’Avant Et de l’Après)

La Californie semblait condamnée à être coincé dans une sécheresse perpétuelle qui n’aurait pas manquer de la rendre à peu près aussi inhabitables que la surface de Mars dans les années à venir (c’était imminent), mais une série implacable des tempêtes a frappé et en quelques jours lacs se sont remplis, les rivières ont débordées et de la neige est tombée abondement sur les montagnes. De ce fait, 40% de la Californie a été lavée d’une sécheresse qui avait frappé l’Etat pendant une décennie. alors que les élites avaient convaincu tout le monde que le changement climatique avait changé de façon permanente les conditions météorologiques mondiales dans l’ensemble de l’État .

Bien sûr, autant de pluie dans un si court laps de temps peut avoir des conséquences dévastatrices comme cette vidéo de Big Sur illustre.

Comme le montre cette dashcam vidéo d’une crue éclair en Californie du nord.

 

Au final, le total des précipitations en Californie du Nord au cours des 14 derniers jours sont énormes avec certaines zones qui ont reçues près de 2 pieds de pluie selon SFGate .

Le Downtown San Francisco a reçu 5,53 pouces de pluie depuis le 1er janvier . La dernière fois que la ville en avait reçu autant était 1982, quand 7,53 pouces tomberent entre le 1er janvier et le 11 janvier Pendant El Niño l’année de l’année dernière, SF avait reçu près de trois pouces d’eau.

 

Plus impressionnant : Les montagnes côtières en dehors de Guerneville, où les routes et les maisons ont été inondée sous-l’eau lorsque quelque 21 pouces de pluie sont tombés sur la Russian River depuis le 4 janvier .

 

Dans Downieville , toute la semaine, quelque 23 pouces de pluie ont été enregistrées au cours des sept derniers jours quant à la rivière Yuba.

Vidéo 

Et malgré la rudesse des inondations dans certaines régions du nord de la Californie, ça aurait sans doute été encore pire si il n’y avait pas eu la capacité de détourner une partie de l’excès d’eau dans les réservoirs déjà épuisés dans tout l’état.

Les pluies ont rempli les réservoirs qui étaient de simples flaques de boue, le lits des lacs étaient fissurés pendant la sécheresse qui a sévi dans l’État pendant plus de cinq ans  et qui persiste encore dans de nombreuses régions, en particulier en Californie du Sud.

 

Les réservoirs en Californie du Nord ont gagné quelques millions d’ acres de stockage au cours des sept derniers jours , selon Michael Anderson, un climatologue du ministère des Ressources en eau en Californie. Et la capacité de stockage en surface totale pour l’état est à peu près à 97 pour cent  , avec la capacité de stockage totale pour les plus grands réservoirs étant à la normale.

 

Le lac Oroville, deuxième plus grand réservoir de l’Etat, a gagné un peu plus de 620.000 mètres cubes ‘ou acres-pieds) dans les 10 premiers jours de Janvier.

 

« Cela représente à près de 18 pour cent de sa capacité, » selon Anderson.  » Bien que le Lac Oroville était d’ environ 750 000 m3  en-dessous de ses limites de stockage pendant la « saison des inondations » (une conséquence de la sécheresse), il a la capacité de garder toute cette eau pour une utilisation future et de largement compenser les impacts sur le stockage liés à la sécheresse. »

Pendant ce temps, la transformation des réservoirs de l’État, juste en quelques semaines, est étonnante.

Cali sécheresse

Cal

Cali sécheresse

Yuba rivière

Cali sécheresse

Cali sécheresse

 

Quelle différence en un an pour la plupart des réservoirs qui sont maintenant proches d’avoir retrouvés leur capacité ….

Cali sécheresse

 

… Contre environs 30% de leur capacité de l’an dernier :

Cali sécheresse

 

Mais nous sommes sûrs que cette abondance de pluie n’a jamais été due au réchauffement climatique tout comme le manque de pluie ne l’avait pas été l’année dernière (du aux cycles climatiques ndlr) … mais nous sommes toujours en attente de confirmation officielle de nos dirigeants politiques respectés à Sacramento.

Avec Zero Hedge 

Et il n’y a pas que  la sécheresse qui faisaient que les sols s’affaissaient dramatiquement du à la déplétion des nappes phréatiques : on s’attend aussi à un « big one » (séisme de M 8 ou plus) de manière assez imminente, du aux jeu entre les failles sismiques .

N’oubliez pas aussi que La Californie est en train de s’enfoncer … et de plus en plus vite … 

 
 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Voici le plan en 7 points de la Maison Blanche pour faire face aux « astéroïdes meurtriers »

Les chercheurs ont longtemps exprimé leurs préoccupations quant aux menaces d’astéroïdes ou météores potentiellement dangereux. Le mois dernier, la Maison-Blanche a publié un plan détaillé, intitulé « National Near-Earth Object Preparedness Strategy » visant à préparer le monde contre ce type de menaces imprévisibles.

Plus nos instruments s’affinent et mieux nous surveillons le ciel, mais en dépit des progrès exponentiels réalisés dans l’étude des astéroïdes depuis plus de 200 ans, le préavis est généralement très court entre la détection d’une menace et une potentielle collision. Il se pourrait en effet qu’un jour, le trajet d’un énorme astéroïde coïncide avec la position de notre planète et bien que ce risque soit faible, les scientifiques planchent sur les moyens de protéger la Terre de cette menace en un temps très court, le but étant de « s’exercer à affronter ces scénarios catastrophes peu probables, mais aux conséquences dramatiques », comme l’explique l’administrateur de la FEMA Craig Fugate.

Il y a un mois la Maison-Blanche publiait un rapport élaboré par le Groupe de travail interinstitutions pour la détection et l’atténuation des impacts de géocroiseurs sur la Terre. Selon ce document, l’objectif est « de préparer notre pays [les États-Unis] à faire face aux risques d’impacts en améliorant l’intégration des actifs nationaux et internationaux existants ». Cette nouvelle stratégie se fonde sur le travail déjà en cours de la NASA qui vise à la détection des géocroiseurs et se divise en sept objectifs principaux :

1. Améliorer la détection des géocroiseurs, les capacités de suivi et de caractérisation. Ce premier but consiste à investir dans la technologie qui nous aidera à suivre et étudier les géocroiseurs comme le fait le Minor Planet Center ou encore Scout, le nouveau système d’alerte précoce de la NASA.

2. Développer des méthodes pour la déviation et la perturbation de géocroiseurs. Si deux missions (japonaise et américaine) se sont déjà rendues sur des astéroïdes afin d’en ramener des échantillons, la NASA collabore avec l’Agence spatiale européenne (ESA) pour mener prochainement une opération inédite : la mission AIDA dont le but est « d’employer une technique d’atténuation des risques appelée “impacteur cinétique” pour tester si l’on peut dévier les astéroïdes de leur trajectoire. »

3. Améliorer la modélisation, les prévisions et l’intégration de l’information. Le but ici est de modéliser avec précision les trajectoires de géocroiseurs potentiellement dangereux et de réduire l’incertitude. Le but ultime est de savoir avec certitude si oui ou non un objet va nous frapper, et si oui, de savoir quelles en seront les conséquences.

4. Élaborer des procédures d’urgence pour les scénarios d’impact.

5. Mettre en place une réponse d’impact et des procédures de recouvrement. Un dernier recours, certes, mais en supposant que l’impact soit jugé « inévitable », les autorités anticipent également des scénarios de recouvrement. En d’autres termes, comment repartir à zéro. Tout dépendrait alors du lieu d’impact (océan profond, région côtière, ville ou au milieu de nulle part). En fonction de cela, les autorités élaborent ainsi différents protocoles de reprise.

6. L’effet de levier et le soutien de la coopération internationale. Cette étape de la stratégie porte sur la façon dont les États-Unis et la NASA devront collaborer avec les gouvernements étrangers pour planifier, suivre et se préparer à ces événements.

7. Établir des protocoles, des seuils de coordination et de communication pour prendre des mesures. En d’autres termes, mettre en place des protocoles qui viseront à communiquer aux médias et au public.

Selon la Planetary Society, nous avons découvert à peu près 60 % des astéroïdes et comètes à courte période proches de la Terre (avec des périodes orbitales de moins de 200 ans) dont les diamètres sont estimés à 1,5 kilomètre ou plus. La bonne nouvelle, c’est que les corps potentiellement dangereux n’ont que 0,01 % de chance d’impacter la Terre dans les 100 prochaines années. Inutile de s’inquiéter donc, mais il n’y a pas de mal à se préparer. Vous pouvez lire la déclaration complète ici.

Source via SP

Si vous voulez lire le document de 25 pages que la Maison Blanche vient de sortir, il est intitulé «Stratégie de préparation Nationale contre les objets géocroiseurs » et vous pouvez le lire par vous – même ici .

capture-neo

https://www.whitehouse.gov/sites/default/files/microsites/ostp/NSTC/national_neo_preparedness_strategy_final.pdf

 
1 commentaire

Publié par le 13 janvier 2017 dans Espace, général, Insolite

 

Étiquettes : , , , , , ,

2017 AG13, l’astéroïde que personne n’avait vu venir

Découvert samedi dernier, l’astéroïde nommé 2017 AG13 est passé à proximité de la Terre le 9 janvier à 7 h 47 HE. Un passage éclair pour ce bout de roche que personne n’avait vu venir et dont le diamètre oscillait ainsi entre 25 et 35 mètres pour une vitesse estimée à seize kilomètres par seconde.

Les chercheurs ont longtemps exprimé leurs préoccupations quant aux menaces d’astéroïdes ou météores potentiellement dangereux. Le mois dernier, la Maison-Blanche publiait d’ailleurs un plan détaillé intitulé « National Near-Earth Object Preparedness Strategy » visant à préparer le monde contre ce type de menaces imprévisibles. Et 2017 AG13 l’était, imprévisible. Repéré seulement samedi dernier, l’astéroïde est passé assez près de notre position à une distance située à mi-chemin entre notre planète et la Lune, à environ 190 000 kilomètres de distance, alors qu’il traversait les orbites de la Terre et de Vénus.

Avec un diamètre oscillant entre 25 et 35 mètres et se déplaçant à une vitesse estimée à 16 kilomètres par seconde, 2017 AG13 n’aurait néanmoins pas fait (trop) de dégâts. C’est en tout cas ce que suggèrent les simulations d’impacts réalisées en urgence par le directeur de l’Institut des sciences planétaires Mark Sykes. Les mesures ont en effet présagé l’explosion du morceau de roche lors de son entrée dans l’atmosphère : « L’explosion aurait libéré 700 kilotonnes d’énergie, des dizaines de fois plus puissante que l’explosion de la bombe atomique sur Hiroshima », explique le chercheur. « Cette explosion aurait néanmoins eu lieu à une quinzaine de kilomètres d’altitude et n’aurait pas impacté le sol ».

2017 AG13 ne devait donc pas s’attarder sur la Terre, mais cela ne l’empêche pas de faire couler beaucoup d’encre depuis le début de la semaine. Et ce pour une raison assez simple : personne ne l’avait vu venir. Rappelons que des millions d’astéroïdes circulent en permanence dans le Système solaire. Or, selon la Planetary Society, nous n’avons découvert que 60 % des astéroïdes et comètes à courte période proches de la Terre (avec des périodes orbitales de moins de 200 ans) dont les diamètres sont estimés à 1,5 kilomètre ou plus. La bonne nouvelle, c’est que les corps potentiellement dangereux n’ont que 0,01 % de chance d’impacter la Terre dans les cent prochaines années.

Source, via SP

 
Poster un commentaire

Publié par le 12 janvier 2017 dans Espace, général, Insolite

 

Étiquettes : , , , ,

Les ondes cérébrales offriraient une authentification infaillible

Maintenant, lisez bien ce papier pour comprendre beaucoup de choses (écoutez votre instinct, vous allez établir les liens) . Rappelez vous, j’ai déjà publié un papier récemment :  Nos ondes cérébrales peuvent être piratées !!! :

Sous étroite surveillance, les ondes électriques émises par notre cerveau peuvent nous trahir et révéler de précieuses informations personnelles, telles qu’un code PIN ou des données bancaires. 

Les ondes électriques faibles émises en permanence par notre cerveau font depuis longtemps l’objet de recherches scientifiques approfondies. Depuis plusieurs années, on distingue par exemple plusieurs rythmes cérébraux :

  • Fréquences Alpha, correspondant à un état de conscience apaisée (entre 8,5 et 12 Hz)
  • Fréquences Beta, correspondant à un état d’activité intense : anxiété, concentration (supérieures à 12 Hz)
  • Fréquences Thêta, propres à l’enfance et l’adolescence : somnolence, hypnose, mémorisation (entre 4,5 et 8 Hz)
  • Etc.

Hé bien ça va bien plus loin que ce que vous pensez . La  technologie des Blacks projects va bien plus loin que ce que vous pensez . J’y reviendrai dans un autre papier . N’ayez crainte – Diffusez simplement l’info . Z .

Les ondes cérébrales offriraient une authentification infaillible

Une équipe de chercheurs de l’Université de Binghamton à New York travaille depuis plusieurs mois sur la possibilité d’authentifier un individu de manière infaillible via les ondes cérébrales. Parvenus à leurs fins, les scientifiques destinent leur découverte à des lieux de haute sécurité, comme le Pentagone.

Les ondes cérébrales (ou rythme cérébral) désignent communément l’activité électrique du système nerveux du cerveau, que l’on peut enregistrer et mesurer avec des appareils comme les électroencéphalogrammes. Un très vaste champ d’exploration pour la communauté scientifique, tant et si bien que certains se sont spécialisés dans certains types d’ondes cérébrales.

C’est la voie qu’ont choisi ces chercheurs américains, qui se sont intéressés de près aux potentiels évoqués visuels, c’est-à-dire à la réponse électrique d’un système nerveux soumis à une stimulation visuelle. En enregistrant ces potentiels évoqués sur différents sujets auxquels ils ont présenté des mots ou des images, les chercheurs se sont aperçus que chaque « réponse » était différente.

L’ordinateur ainsi relié à l’expérience et chargé d’analyser les résultats a ainsi pu déterminer, avec un taux de réussite de 100%, qui était l’individu connecté à l’encéphalogramme. Un progrès par rapport à leurs récentes recherches, pour lesquelles la fiabilité de cette reconnaissance n’avait atteint « que » 97%. Déjà impressionnant, mais insuffisant pour le marché que visent ces chercheurs, à savoir celui de la très haute sécurité.

Pour parvenir à ce score parfait, les scientifiques ont tout simplement ajouté aux mots présentés auparavant des images. Chaque individu, qui a son propre rapport avec ces mots et ses images, réagit d’une manière unique et génère un signal qui l’est tout autant.

Reste une question essentielle : ces réactions aux images ou aux mots évoluent sans aucun doute à travers le temps. Il faudra aux scientifiques effectuer régulièrement des ajustements s’ils ne veulent pas que leur dispositif leur joue des tours.

On peut meme Manipuler les ondes cérébrales pour doper la mémoire :

Stimuler artificiellement la mémoire en jouant sur les ondes électromagnétiques émises par notre cerveau ?

Une étude de biologistes français parue dans « Nature Neuroscience » montre que ce n’est plus de la science-fiction. Des quatre types d’ondes cérébrales (bêta, alpha, thêta et delta) associées chacune à un état de conscience, les ondes delta sont les plus lentes; elles correspondent au sommeil profond.

Les auteurs de l’étude sont partis du constat que lorsque l’hippocampe – une structure profonde du cerveau dans laquelle se forment les souvenirs – émettait des ondulations, le cortex y réagissait en émettant des ondes delta et des fuseaux de sommeil (un autre train d’ondes caractéristique du sommeil léger), comme en une série de questions-réponses.

Les chercheurs ont émis l’hypothèse que ce couplage d’ondes cérébrales était le mécanisme par lequel les souvenirs formés dans l’hippocampe étaient progressivement transférés, durant le sommeil, dans le cortex, pour y être stockés à long terme.

Une expérience conduite sur des rats leur a permis de valider cette supposition. Et de montrer qu’il était possible, en produisant à volonté des couplages entre ces deux structures, de renforcer les souvenirs !

Nouvelle découverte – TEXTOS (SMS) : Ils engendrent des ondes cérébrales jamais vues !

Les mutants sont parmi nous ! Car voici une étude qui vient d’identifier des ondes cérébrales d’un nouveau type, jamais vues auparavant, chez 20% des usagers des textos (SMS) – nous tous (ou presque).

L’idée que la technologie numérique modifie profondément notre écosystème cognitif n’est donc plus une hypothèse. Et selon l’étude, cela concerne non seulement les jeunes qui sont nés le doigt sur l’écran (les « digital natives ») mais tout le monde, quel que soit l’âge et le genre.

Des ondes cérébrales nommées « rythme de textotage

Les chercheurs du Mayo Clinic College of Medicine et de l’université de Floride ont en effet découvert un nouveau mode dans la dynamique cérébrale qu’ils ont nommé « rythme de textotage » (texting rhythm).

En voici la définition technique, plutôt absconse : rythme thêta paroxystique généralisé monomorphique à prédominance frontocentrale à 5-6 Hz (et on en passe)…

Ce phénomène s’est manifesté chez 20% des volontaires

C’est en procédant à des mesures d’ondes cérébrales par électroencéphalographie (EEG) pendant une longue période (observations durant 16 mois) sur 129 personnes saines et atteintes de formes d’épilepsie que les auteurs de l’étude sont tombés sur ce phénomène : des trains d’onde électriques dont la forme ne coïncide avec aucune autre connue (figure ci-dessous).

Ils ont ainsi constaté que chez les volontaires sains, entre 16% et 20% présentaient ce rythme si particulier, de manière reproductible : il s’exprime durant l’écriture d’un texto sur smartphone ou tablette et peut durer entre 2 secondes et plus de 10 secondes.

Mais qu’est-ce donc que cela ?!

Inconnu dans les annales, ce rythme de textotage (RT) ne s’est également pas manifesté quand les volontaires ont été soumis à d’autres activités sollicitant l’attention, la concentration, le calcul ou le raisonnement mathématique, l’usage des doigts, le mouvement des yeux, la parole ou le langage.

De quels composants élémentaires ce nouveau geste cognitif est-il formé ? Quelles sont fonctions ou aires cérébrales sollicitées dans ce nouveau circuit d’activation ? Pourquoi cela ne s’est manifesté que sur 1/5e des volontaires ?

Quelques hypothèses…

Cette première étude ne permet pas de répondre clairement, notamment parce que la technique d’EEG (une vingtaines d’électrodes posées sur le crâne) n’a pas un grand pouvoir de résolution. Et l’utilisation de l’IRM fonctionnelle sur quelques volontaires n’a pas apporté d’informations supplémentaires.

Mais les chercheurs ont d’ores et déjà quelques hypothèses, qui serviront de base de travail pour des recherches ultérieures.

Un mélange de concentration et d’affectivité

Selon eux, ce nouveau circuit d’activation cérébrale « reflète la combinaison d’un haut niveau de concentration [peut-être lié à la taille réduite d’un écran de smartphone> associé à une influence affective accrue. »

Il est vrai que l’envoi d’un sms n’est jamais anodin en termes de relations humaines et demande une belle concentration motrice pour réussir à écrire sur un si petit et virtuel clavier…

NE PAS TEXTOTER EN CONDUISANT !

Dans tous les cas, les chercheurs en tirent déjà un enseignement : la mise en évidence de ce nouveau circuit, focalisant les ressources cérébrales, justifierait l’interdiction de l’usage des sms en voiture – activité qui requiert de garder la concentration sur l’environnement.

Il pourrait aussi expliquer pourquoi textoter en marchant n’est pas sans risque pour certains utilisateurs (comme moi) au vu du nombre de poteaux et autres obstacles qui se dressent sur notre chemin urbain.

 

Étiquettes : , , , ,

Des milliards d’hommes doivent disparaître !

 
 

Étiquettes : , , ,

Réchauffement Climatique : -68° de ressenti aux USA , le bétail gèle sur place

Pour compléter l’article qui va suivre, La France aussi connaît un pic de froid exceptionnel  et il y a eu Plusieurs morts en Europe à cause du froid, ainsi qu’une recrudescence d’accidents en France :

« La vague de froid qui traverse l’Europe a tué plusieurs personnes vivant à la rue en l’espace de quarante-huit heures. En France, les accidents liés au verglas se sont multipliés » selon Le Monde

Comme je l’ai déjà démontré (Le Soleil est étrangement calme en ce moment … : Les données suggèrent qu’un grand refroidissement similaire au « Mini age Glaciaire » – est imminent) , nous nous dirigeons vers un grand refroidissement mondial imminent , soyez attentifs . Et prêts surtout .

-68° de ressenti aux USA : le bétail gèle sur place

Les fréquentes tempêtes de neige de ces dernières semaines aux Etats-Unis rendent la situation très difficile pour les éleveurs, particulièrement au Montana où les vaches gèlent dans leurs prairies.

Le nord-ouest des Etats-Unis est confronté à des descentes d’air polaire depuis plus d’un mois. Accompagnées de perturbations, celles-ci forment de puissantes tempêtes de neige. Depuis fin novembre, le même scénario ne cesse de se reproduire, mettant à rude épreuve les animaux d’élevage des ranchs. A l’ouest du Montana, zone traditionnelle d’élevage de vaches à viande et de chevaux, les températures sont plusieurs fois descendues à -30°C ces dernières semaines. Un tel froid n’est pas exceptionnel, car l’état du Montana est le plus froid des Etats-Unis, avec une température qui est déjà descendue à -57°C en 1954 à Roger Pass. Cependant, ces coups de froid étaient beaucoup plus rares ces dernières années et les fermiers, comme le bétail, ne sont plus aussi bien adaptés à ces conditions extrêmes.

Oreilles et queues gelées

En plus du froid vif et de la neige, le vent a été très fréquent lors des dernières perturbations. Sur certaines prairies exposées, il a atteint 90 à 100 km/h, un véritable blizzard qui a conduit à une température ressentie de …. -68° ! Les vétérinaires ont été confrontés à une surmortalité car la plupart des animaux vivent dans des « open ranges », d’immenses prairies ouvertes sans abris pour se mettre à l’écart du vent. Dans ces conditions, bon nombre de vaches ont littéralement gelé sur place, obligeant à de nombreuses amputations de queues et d’oreilles. En janvier débute également la saison des naissances : sous une température moyenne de -30°C ces derniers jours, la durée de vie d’un veau qui vient de naître est de 10 à 15 minutes selon les vétérinaires de la clinique de Missoula.

Records de neige ces jours-ci

La situation va rester très difficile pour les éleveurs ces prochains jours puisque une nouvelle tempête de neige est cours jusqu’à mercredi soir sur l’ouest des Etats-Unis. Un record de 76 cm de neige fraîche tombée en une seule journée, à Missoula (Montana), a été enregistré ce mardi 3 janvier : c’est plus que la totalité de neige relevée au cours de l’hiver 2015-2016 sur la même zone !

 

Étiquettes : , , , , ,

Le rendez-vous secret entre un démon bancaire et F. Hollande roi de l’Enfer français..

Les loosers de l’Elysée ont tout fait pour que l’info reste bien secrète

Une info restée bien secrète: Jamie Dimon, chef exécutif de l’agence JP Morgan a joyeusement été reçu à l’Elysée par notre feu Président, dit « Flamby ». Ce qu’il va lui lire dépasse la raison et pourrait faire aisément l’effet d’une bombe en France. L’écho de cette entrevue nous parvient d’outre-Atlantique, par l’intermédiaire du prestigieux  Wall Street Journal

L’économie est ce qui enrichit les baltringues qui la manipule. Au cas où ça se passe mal, on mutualise les pertes et si ça se passe bien, on privatise les profits. En coulisse, il se passe aussi, de drôles de choses qu’il est inutile de présenter, les Anglo-saxons voulait faire de Paris la nouvelle City, après le Brexit.

Pour ce faire, il a reçu en grand secret Jamie Dimon (**qui porte bien son nom) l’ancien patron de Blythe Masters et toujours PDG de la JP Morgan and Chase !!

Vous imaginez les torrents d’injures que cela aurait déclenché sur les réseaux sociaux en France ???

Voici ce que nous a appris le WSJ: « French President François Hollande met with J.P. Morgan Chase Chief Executive James Dimon in late October and asked how France could lure finance jobs away from London after Brexit. Mr. Dimon’s message was blunt: The chances that banks would move more employees to France were slim unless the country softens its strict labor laws. Mr. Hollande reassured Mr. Dimon that change would come. But it would happen under his successor, he said. »

Hollande a voulu savoir comment transformer Paris en City (capitale de la finance européenne) après que les Anglais aient voté pour le Brexit.

Réponse du démon Dimon: « Quand tu auras enlevé tous les droits aux salariés sur le sol français« .

Ce à quoi Hollande a acquiescé et promis à Dimon que les droits seront nettoyés sous le mandat du président suivant quel qu’il soit.

Chers lecteurs salariés, bien le bonjour à vous. Hollande vous a vendu, avant même de savoir qu’il ne se représenterait pas… Lire ici le WSJ pour le croire sachant que la nature même de l’article s’explique ici, lisez bien « The political climate in France, however, is a stark example of the hurdles facing banks and the political establishment. Bankers in London worry Ms. Le Pen, an anti-immigrant euroskeptic, could win the French presidential election this year. »

Je traduis: si ce n’est pas Melenchon ou Marine Le Pen qui seront élus, vous pourrez dire adieu à toutes les protections salariales restantes. L’avantage avec Fillon c’est qu’il est honnête: il a déjà prévenu qu’il remettra tout à zéro.

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :