RSS

Archives de Catégorie: Guerre – 3e guerre mondiale

Israël annonce le déploiement du système anti-missile « Fronde de David »

David’s Sling’ Missile Defense System

C’est le dernier volet du système de défense antimissile israélien aux côtés des systèmes Arrow-2 et Arrow-3

Dans le cadre des efforts menés par l’Etat hébreu pour se défendre face aux menaces régionales, le nouveau système anti-missile israélien « Fronde de David » sera pleinement opérationnel début avril, a annoncé lundi un haut responsable de l’armée de l’air israélienne.

Ce système polyvalent de défense anti-aérien conçu exclusivement pour Israël, qui a achevé en janvier dernier les derniers tests nécessaires avant son déploiement, viendra compléter l’arsenal de l’Etat hébreu assurant la sécurité du pays face à la menace posée par les roquettes, les drones et les missiles.

C’est ainsi le dernier volet du système de défense antimissile israélien à trois niveaux aux côtés des systèmes Arrow-2 et Arrow-3 et du Dôme de fer, lequel intercepte les projectiles à courte portée généralement tirés par le Hamas et les groupes affiliés à l’État islamique à Gaza et dans la péninsule du Sinaï.

S’il existe déjà d’autres systèmes de défense anti-aérien déployés, quelles sont alors les différences notables entre le Dôme de fer, le système Arrow et le tout nouveau « Fronde de David » et dans quel contexte sont-ils utilisés?

La Fronde de David

La « Fronde de David » (David’s sling) est un système intermédiaire, il est polyvalent et est conçu pour intercepter des roquettes de courtes, moyennes, et longues portées, ainsi que les avions hostiles au-dessus du territoire ennemi, mais également les drones et missiles de croisières (missiles à longue portée volant rapidement et à basse altitude).

Un officier supérieur de Tsahal a déclaré lundi que l’armée de l’air israélienne était à la recherche de plus d’une solution à une menace donnée, soulignant la souplesse du nouveau système ainsi que le fait qu’il pourra aider à faire coïncider les différents systèmes de défense aérienne.

La « Fronde de David »est capable de lutter contre les projectiles et les missiles de croisière comme les Yakhount de confection russe dont pourrait s’être procuré récemment le Hezbollah.

C’est justement ce système  qui aurait permis d’intercepter le missile anti-aérien tiré par les syriens dans la nuit de jeudi à vendredi.

Israel’s ‘David’s Sling’ Missile Defense System

Dôme de fer

Le Dôme de fer (Iron Dôme) est très certainement le système de défense anti-missile le plus connu en Israël. Déployé en 2010, il s’était révélé très efficace au cours de l’opération « Pilier de Défense » en 2012, mais surtout lors de « Bordure protectrice » en 2014, lorsque le pays était la cible des roquettes en provenance de la bande de Gaza.

Le Dôme de fer était parvenu à détruire en vol des centaines de missiles tirés par le mouvement terroriste palestinien Hamas vers le territoire israélien, sauvant des centaines de vies et empêchant ainsi une aggravation du conflit.

Ce système mobile de défense aérien est conçu pour intercepter les roquettes et obus de courte portée (de 4 à 70 km). En 2016, l’armée israélienne a annoncé qu’une version navalisée du Dôme de fer, le Tamar-Adir, était en cours de tests.

Par ailleurs, l’Azerbaïdjan a finalisé en décembre dernier, un accord avec Israël pour acquérir ce système de défense antimissile.

Arrow

Le système Arrow fait partie des systèmes d’interception de missiles développés par Tsahal, dans le cadre du programme de défense multicouches pour répondre lui aussi à toute la panoplie des menaces de missiles dirigés contre le territoire israélien.

Arrow (« Flèche ») est une famille de missiles anti-balistiques (terme pour désigner les missiles balistiques à longue portée) composée de trois versions du système, Arrow 1, Arrow 2 et Arrow 3.

La dernière version de ce système, l’intercepteur Arrow 3 destiné à contrer la menace des missiles de longue portée, avait été testée avec succès par Israël et les Etats-Unis fin 2015 et a été remise aux forces aériennes israéliennes en janvier dernier.

Le système « Flèche » a la particularité d’avoir été développé dès les années 1980 conjointement par les États-Unis et l’entreprise de construction aéronautique israélienne Israel Aerospace Industries.

Même si le risque zéro n’existe pas, ces trois systèmes de bouclier anti-missile permettront du moins de sécuriser au maximum le territoire israélien contre les menaces proférées par le Hamas et le Hezbollah soutenus par la Syrie et l’Iran.

Le tout au moment où Israël annonce les plus grands exercices militaires de son histoire, relate le site DefenseNews. Les représentants de sept pays étrangers (États-Unis, Grèce, Pologne, France, Allemagne, Inde et Italie) vont aussi prendre part aux exercices Blue Flag, avec au total une centaine d’avions militaires. Les exercices vont être surveillés par des représentants et des attachés militaires de plus de 40 pays.

D’après le lieutenant-colonel Richard Hecht, chef de la direction de la coopération internationale de Tsahal, ces exercices seront les plus grands dans l’histoire du pays.

Pendant ce temps, David Friedman, favorable à la colonisation israélienne, sera ambassadeur des Etats-Unis en Israël …

 

Étiquettes : , , , , ,

WW3 – La Russie met en garde la Norvège contre ses plans de défense antimissiles : « Moscou ripostera »

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov avait déjà et une fois de plus – mis en garde lundi à Tokyo contre le déploiement de systèmes américains de défense antimissiles balistiques en Asie-Pacifique en réponse à « la menace nord-coréenne », y voyant un « grave risque » pour la région.  

En Europe – Ces derniers jours L’OTAN continue son mouvement d’encerclement de la Russie, et déploie des armes lourdes britanniques et françaises en Estonie, toujours plus proche des frontières Russes .

Apres la Suède qui prépare des milliers de bunkers nucléaires par crainte d’une guerre avec la Russie, et qui Débute maintenant la construction d’une forteresse pour la police – La Norvège est préoccupée par « l’accroissement de la sophistication de l’équipement militaire russe ».

Selon les militaires norvégiens, ils ont du mal à détecter les sous-marins modernes russes qui, selon eux, les menaceraient .

D’après le ministère norvégien de la Défense, la Russie présente une menace pour son pays, ayant augmenté son potentiel militaire.

« Nous observons une activité croissante de la flotte sous-marine russe, qui se dirige toujours plus loin vers l’ouest. Dans le même temps, l’équipement moderne sophistiqué des sous-marins russes se trouve à un tel niveau qu’il devient de plus en plus difficile de les détecter », a déclaré le chef des services du renseignement du ministère norvégien de la Défense, le lieutenant-général Morten Haga Lunde, cité par la chaîne de télévision norvégienne NRK.

D’après M. Lunde, « la Russie a mené de grandes opérations visant à influencer les résultats de l’élection présidentielle aux États-Unis, voici pourquoi on ne peut pas exclure le fait que les autorités russes influenceront les élections en Norvège et dans d’autres pays européens »

Résultat,  la Norvège, qui a jusqu’à présent toujours eu de bonnes relations de voisinage avec les Russes, s’organise pour prendre part au bouclier antimissile de l’OTAN  .

La Russie met en garde la Norvège contre ses plans de défense antimissile 

La Russie  a mis en garde la  Norvège sur les conséquences de l’adhésion au système de défense contre les missiles balistiques de l’ OTAN (BMD). Selon l’ambassadeur de Russie à Oslo, Moscou ripostera. Une Éventuelle adhésion de la Norvège au bouclier antimissile de l’ OTAN «sera un nouveau facteur qui sera pris en compte dans notre planification stratégique comme l’émergence d’un problème supplémentaire dans la région arctique», a dit Teimuraz Ramishvili à NRK , l’organe médiatique de l’ État norvégien.

En 2017, la Norvège pourrait devenir une partie du bouclier antimissile de l’ OTAN. Le gouvernement norvégien a nommé un groupe d’ experts pour envisager une éventuelle contribution norvégienne au bouclier antimissile. Un rapport détaillé sur la question est en cours d’ élaboration par des experts de la défense norvégienne et l’Agence américaine de défense antimissile, et sera soumis cette année .

La Norvège n’a pas d’intercepteurs sur son sol , mais il y a d’ autres façons de contribuer au système anti-missiles. Le Danemark n’héberge pas de missiles , mais il s’est engagé a faire parti du bloc BMD en 2014,  travaillant à équiper ses frégates avec des systèmes radar de pointe capables de détecter et de suivre des missiles balistiques. Le programme de défense antimissile continue d’être mis en œuvre en dépit du fait que , après l’accord nucléaire avec l’ Iran en 2015, il n’y a aucune raison pour cela.

OSLO participe aussi au Forum des missiles de défense maritime américain . La contribution norvégienne au système de défense antimissile n’a pas encore été décidée. Même sans intercepteurs, la Norvège pourrait contribuer en intégrant dans le système BMD son radar Globus II / III dans l’île de Vardøya située près de la frontière russe à quelques kilomètres de la base de sous-marins stratégiques où sont aussi stationné 5 frégates de classe  Fridtjof Nansen équipées du dispositif Aegis 5. Le radar Vardøya peut distinguer les ogives réelles des leurres .

Un autre radar situé à Svalbard (l’Arctique) peut également être utilisé par l’ armée américaine à des fins de défense antimissile. Les hauts fonctionnaires et politiciens américains ont visité le site au cours des dernières années, dont l’ ancien secrétaire à la Défense Ash Carter, l’ancien secrétaire d’ État John Kerry et le sénateur républicain John McCain. Le radar est installé en violation du traité de 1925 qui stipule que Svalbard a un statut démilitarisé. Les visiteurs ont inventé des raisons différentes, comme l’observtion des effets du changement climatique (John Kerry) ou  mettant en lumière le sort des ours polaires (John McCain) pour justifier la nécessité d’inspecter le site.

L’Installation des sites BMD pourrait potentiellement nuire à l’efficacité des forces nucléaires stratégiques russes comme moyen de dissuasion.

La Norvège exécute un changement radical dans sa politique militaire – vers une posture beaucoup plus agressive . Même si le pays est petit, il a le sixième plus gros budget militaire par habitant, après les États-Unis, Israël, Singapour et quelques « monarchies » dans le golfe Persique. Le pays dépense 7,3 milliards de dollars pour l’armée, soit plus que la Suède (5,7 milliards), un pays qui à une population deux fois plus importante. Sa position géographique en fait un élément clé de la planification militaire de l’ OTAN. Les principaux partis politiques de la nation veulent  mettre davantage l’accent  sur les « actifs stratégiques » comme le F-35, capables de frapper profondément le territoire russe, les sous-marins et les capacités de surveillance.

La Norvège accueille 330 Marines américains dans les régions centrales du pays, officiellement sur une base de « rotation ». La rotation ne change pas le fait que les forces sont présentes en permanence en Norvège. Ils sont déployés sur la base militaire de Vaernes, à environ 1500 km (900 miles) du territoire russe, mais le programme d’entraînement provoque un déplacement plus proche de la frontière. La Norvège et la Russie partagent une petite frontière terrestre tout au nord.

Les Marines peuvent être facilement renforcés. Les zones de stockage des États-Unis ont été mises à jour pour stocker des armes de pointe et de l’ équipement pour environ 16 000 Marines. Construire des stocks est un élément clé de la stratégie américaine pour améliorer ses capacités en Europe. Il existe des plans pour entrepôser des thanks, de l’artillerie et d’ autres véhicules de combat dans d’ autres endroits du Vieux Continent.

Le seul but du déploiement est une préparation à une attaque contre la Russie. Les Marines sont premières troupes de grève. Le mouvement provocateur a lieu au moment où la relation OTAN-Russie atteint un nouveau bas et alors que les forces du bloc se déploient en Europede l’Est . Les tensions sont fortes dans la mer Noire et ailleurs. Selon  Heather Conley, directeur du Centre d’étude des programmes stratégiques et internationaux Européen, l’Europe du Nord est maintenant considéré comme un «théâtre d’opérations».

Il existe d’ autres plans pour augmenter la présence militaire américaine en Norvège. Selon un  rapport  du Centre d’étude des programmes stratégiques et internationaux basé à Washington (CSIS), «L’ancienne base de la Marine royale norvégienne à Olavsvern est idéale pour soutenir les opérations sous-marines dans l’Atlantique dans l’extrême Nord et la mer Arctique ». Le groupe de réflexion estime qu’il peut être possible pour la Norvège de nationaliser et de rouvrir une partie de l’installation pour soutenir la présence en rotation des Etats – Unis, du Royaume – Uni, des français et des sous – marins norvégiens. Olavsvern était le plus proche base navale de l’ OTAN face aux bases de sous’marins Russes le long de la côte de la péninsule de Kola à l’ouest de Mourmansk .

Il a été  rapporté  l’ an dernier qu’un groupe d’étude de l’US Navy a visité les deux aéroports d’Andøya et d’Evenes dans le nord de la Norvège pour voir si l’ un des deux aéroports pourrait convenir à servir de base pour les avions de patrouille Americains Poseidon  P-8.

Le déploiement des forces de l’ OTAN en Norvège est clairement un acte de provocation dirigée envers Moscou. La Norvège partage une frontière de 121 mile avec la Russie, alors que la flotte russe du Nord est basée dans la région de Mourmansk, à environ 100 miles de la frontière.

La Norvège avait promis de ne pas accueillir de forces étrangères sur son territoire. Elle avait caché des stocks d’armes en vue d’un éventuel conflit, mais jusqu’à récemment, les troupes étrangères n’avaient été autorisés à entrer dans le pays que temporairement à des fins de formation. Oslo avait maintenu ce principe même pendant la guerre froide.

La sortie de cette politique «pas de forces étrangères sur le sol national» est lourde de conséquences. Transformer le territoire national en fer de lance pour une offensive contre la Russie fait inévitablement de la Norvège une cible pour une frappe de rétorsion. La Russie n’a pas encore riposté. En fait, très peu de membres de l’ OTAN participent aux plans du BMD. La décision d’y adhérer serait considérée comme une provocation pure et simple mise en scène par un Etat voisin. Ce faisant, la Norvège va détériorer ses relations avec la Russie et réduire considérablement sa propre sécurité, qui ne peut être optimale que grâce au développement de partenariats et au renforcement de siècles de relations de bon voisinage.

Le bouclier antimissile de l’OTAN en Europe est un dispositif et une stratégie géopolitique US que pas même l’élection de Trump n’a réussi à changer .

Et c’est même Pire : un autre bouclier (THAAD) à donc été implanté et mis en service en urgence en Corée du sud, face à « la menace Nord Coréenne » (ou Chinoise devrais je dire), ce qui risque de provoquer une guerre mondiale à tout moment (en relativement peu de temps) …

Pendant ce temps Poutine annonce que le potentiel de l’armée russe sera multiplié par quatre d’ici 2021 …

Poutine

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

« La plus grave crise humanitaire du monde » : Le Yémen entier risque la famine

La population est prise au piège dans cette guerre oubliée ….

Dimanche 26 mars, cela fera deux ans que le Yémen vit au cœur de plusieurs conflits. « La plus grave crise humanitaire du monde » disent les ONG présentes sur place. Peu d’images circulent sur cette guerre et pourtant, l’urgence est grande : à court de vivres, le Yémen entier risque la famine .

Du blé et du sucre. C’est tout ce qu’il reste aux Yéménites pour se nourrir. Les réserves du pays courent jusqu’au mois d’avril, rapporte le Programme alimentaire mondial (PAM). Après, c’est l’inconnu. Dans tout le pays la nourriture manque et la famine menace de s’étendre : 17 millions de personnes sont en insécurité alimentaire, soit 70 % de la population qui ne sait pas d’où viendra son prochain repas.

Les médicaments manquent aussi. « Il n’y a plus de médicaments dans le pays pour soigner la population ou les blessés de guerre. Les gens meurent des maladies les plus simples, comme la diarrhée chez les enfants ou des maladies respiratoires », explique Marina Benedik, coordinatrice générale à  Médecins du Monde.

Un pays détruit de l’intérieur

Le Yémen produit peu de vivres, et sa survie dépend à 90 % des exportations. Mais les accès aux pays sont rendus de plus en plus difficiles par la guerre. L’aéroport de Sanaa, la capitale, est fermé depuis le mois d’août, et les ports sont très surveillés. Même les humanitaires ont du mal à entrer dans le pays. « On a créé une crise humanitaire sans précédent et imposé un embargo maritime comme aérien. C’est une prise en otage de la population entière », soupire Marina Benedik.

Les Yéménites vivent comme « emprisonnés » : il est très difficile pour les habitants de Sanaa de fuir, sauf en bateau par la mer ou vers Oman, à l’ouest, à pied. Ce long voyage de plusieurs jours à travers le désert est desservi par une unique route très surveillée par les forces armées, et Al-Qaida dans la Péninsule Arabique (AQPA) y rôde. « Regardez sur une carte : le Yémen est un pays très isolé entouré par la mer, Oman et l’Arabie Saoudite », explique Wael Ibrahim, volontaire au sein de l’ONG Care.

Une frappe de l'Arabie saoudite sur une base armée de la ville de Sanaa, capitale du pays.
Une frappe de l’Arabie saoudite sur une base armée de la ville de Sanaa, capitale du pays. – Hani Mohammed/AP/SIPA

Des manifestations de femmes

Les ONG ont fait les comptes : le conflit a fait trois millions de déplacés et tué 10.000 civils, notamment sous les frappes de l’Arabie Saoudite voisine. Pourtant, on voit peu de ruines dans la capitale, Sanaa. Quelques bâtiments du gouvernement et quelques maisons individuelles ont été pris pour cible mais la destruction est ailleurs.

« Cela fait cinq mois que les gens n’ont plus de salaire. Au total, dix millions de personnes vivent sans revenus. L’économie est en train de s’effondrer. Il n’y a plus de service public, plus d’eau, plus d’essence. Les banques ne fonctionnent plus. Il n’y a pas non plus de collecte de déchets, pas d’eau courante, peu d’électricité », liste Wael Ibrahim. Plus de la moitié des installations sanitaires ne sont plus en état de fonctionner.

Alors les Yéménites manifestent, les femmes particulièrement. Ils protestent contre l’arrêt de leur salaire ou pour rétablir la paix. Mais « depuis janvier, la situation sécuritaire se dégrade et la population perd un peu son calme », souligne Marina Benedik. « Bien sûr qu’il y a de la colère. Ils aiment leur pays, ils y sont attachés », confirme Wael Ibrahim.

Sans futur, les Yéménites attendent la fin des conflits et espèrent une aide venue de l’étranger. « C’est très important pour les gens en souffrance de savoir que des personnes extérieures parlent et transmettent leur message. Etre seul, ça fragilise la population. »

Les victimes de cette guerre peu médiatique communiquent beaucoup sur les réseaux sociaux. Sur Twitter avec #EndYemenSiege ou sur Facebook, ils partagent leur quotidien en espérant le rendre visible à l’autre bout du monde. (source)

 

Étiquettes : , , , , ,

WW3 – Un avion et un drone israéliens abattus en Syrie : Face aux Menaces Israéliennes, Assad et les Russes réagissent ..

Pour Assad, les Casques blancs, héros d’un film primé aux Oscars, font partie d’Al-Qaïda

Ne pas oublier que fin d’année dernière, la Russie se préparait à la guerre , et déploiyait ses missiles S 400 en Syrie – Obama était sommé de désamorcer les tensions avec la Russie à cause « de Conséquences « inattendues » susceptibles d’être Catastrophiques » :

Vous commencez à comprendre la gravité de la situation , face aux US qui Considérent des frappes aériennes sur le régime d’Assad Après qu’un Top général a mis en garde que cela pourrait conduire à la guerre contre la Russie et après que la Russie a répondu aux menaces américaines par une mise en garde claire : attaquer directement les forces gouvernementales syriennes pourraient entraîner la « guerre totale » – les russes se préparent maintenant à la guerre et à une attaque aérienne d’où qu’elle vienne en déployant ses systèmes de défense anti aériens en Syrie, officiellement pour protéger sa base de Tartous .

Mais les choses sont claires , qui a des avions en Syrie ? Personne, si ce n’est la coalition étasunienne . Poutine ne bluff plus, c’est du sérieux !!!

Zero Hedge fait le lien , qui est clair ( la Russie déploie des Missiles Anti-Aériens en Syrie alors que les US considerent un Bombardement contre Assad)

D’ailleurs Obama a été averti de désamorcer les tensions avec la Russie à cause « de Consequences « innatendues » susceptibles d’être Catastrophique »

(…)

Moscou vient de déployer des systèmes de défense antiaérienne en Syrie, officiellement pour répondre à la menace de missiles tirés depuis la Méditerranée. Sauf que Daech n’a pas d’aviation… 

« Attaquer directement les forces gouvernementales syriennes pourraient entraîner la « guerre totale », c’est clair non ??! 

Ensuite c’était la France et la Grande-Bretagne qui s’apprêtait à lancer des frappes aériennes contre ISIS en Syrie : les chances d’une 3e Guerre mondiale avaient (une fois de plus) augmenté de façon exponentielle :

Maintenant que la Russie a déployé des S-400 à Lattaquié et placé le croiseur Moskva équipé de systèmes de missiles guidés S-300 au large des côtes, tout ce qui ressemble même à une menace pour la force aérienne de la Russie sera « détruit » et comme, WaPo l’a noté le mercredi, « ça a le potentiel pour créer des maux de tête aux avions turcs et d’autres dans une coalition sous commandement américain qui mène une campagne de frappes aériennes séparées en Syrie. »

Maintenant c’est Israël qui s’y colle  Elle l’avait déjà fait  – allant même jusqu’à larguer plusieurs bombes à neutron, dont on pensait au début que c’était des minis bombes nucléaires tactiques , y compris sur Damas – mais c’était avant le grand nettoyage Russe .

Politique israélienne en Syrie, les masques tombent

La Syrie est le théâtre d’affrontement d’envergure pratiquement mondiale, du fait de l’internationale terroriste présente sur le territoire, mais aussi en raison de la participation de pays hostiles à la République syrienne. Parmi eux, les récents événements ont mis en lumière le rôle d’Israël.

Si aujourd’hui, ce n’est un secret pour personne que des pays comme les USA, l’Arabie saoudite, le Qatar ou encore plusieurs États ouest-européens ont largement et ouvertement contribué au chaos en Syrie, le cas d’Israël était à part. D’un côté, l’État hébreu se déclarait « neutre » dans le conflit syrien, mais ses actions ont plusieurs fois démontré le contraire. La dernière en date a été la goutte qui a fait déborder le vase.

En effet, l’aviation israélienne a mené plusieurs frappes en Syrie au cours de ces dernières années. À chaque fois, elles visaient les positions de l’armée gouvernementale syrienne ainsi que ses alliés, dont le Hezbollah libanais — l’os dans la gorge de l’État israélien depuis déjà bien longtemps. Qu’en est-il des groupes terroristes, dont Daech ou Al-Qaida? Réponse: ils n’ont jamais été visés par les avions israéliens.

En septembre dernier, lors de l’offensive de l’armée syrienne contre les terroristes takfiristes du Front Al-Nosra (devenu par la suite Front Fatah al-Cham et plus récemment encore Hayat Tahrir al-Cham) dans le sud de la Syrie, aux environs de Kouneitra, l’armée israélienne avait une fois de plus attaqué les positions des forces gouvernementales. Si les précédentes attaques israéliennes n’avaient pratiquement pas généré de riposte côté syrien, ce ne sera pas le cas de celle-ci. Un avion et un drone israéliens seront abattus, selon les informations de l’état-major syrien. Israël niera les faits.

Frappes israéliennes en Syrie: Moscou convoque l’ambassadeur d’Israël

Le 17 mars. Alors que l’armée syrienne et les milices pro-gouvernementales poursuivent l’offensive contre Daech à l’est de Palmyre, l’aviation israélienne frappe une nouvelle fois les troupes syriennes. La DCA syrienne riposte et affirme avoir abattu un avion et en avoir touché un autre. Israël nie dans un premier temps les faits, comme il l’avait fait au mois de septembre. Mais la réaction qui s’en suit deux jours plus tard d’Avigdor Lieberman, le ministre israélien de la Défense semble confirmer la version syrienne. En effet, il annonce que si la DCA syrienne riposte de nouveau contre l’aviation israélienne, l’État sioniste « détruira » les systèmes de défense antiaérienne de Syrie.De l’aveu des médias, y compris mainstream, il s’agit du plus sérieux incident entre les deux pays depuis le début de la crise syrienne. Incident suffisamment sérieux en tout cas pour que. le ministère russe des Affaires étrangères convoque ce lundi 20 mars l’ambassadeur israélien en poste à Moscou, afin de lui transmettre l’opposition de la Russie face aux actions israéliennes à l’encontre de la Syrie.

Plus gênant presque que le bombardement en lui-même, ce sont les justifications israéliennes qui ne tiennent tout simplement pas. Tel-Aviv a en effet indiqué que les frappes visaient à empêcher un transfert d’armes au Hezbollah libanais, alors que l’attaque a ouvertement visé les forces syriennes aux alentours de Palmyre, là où l’armée gouvernementale fait face à Daech. Bien difficile désormais de parler du manque de complicité entre Israël et les groupes terroristes, d’autant plus que selon divers témoignages, de nombreux terroristes, notamment ceux opérant dans le Sud du territoire syrien, se font soigner dans les hôpitaux israéliens.

Au-delà du conflit syrien, et dans lequel les forces gouvernementales soutenues par les alliés prennent de plus en plus le dessus sur les groupes terroristes, Israël a vraisemblablement très peur du rééquilibrage des forces dans la région issu de l’ère multipolaire. En effet faut-il rappeler que l’État sioniste faisait partie des grands bénéficiaires de la chute de l’URSS et de la fin officielle de la guerre froide?

L’avènement de l’ère unipolaire, avec le diktat de la seule superpuissance étasunienne, l’allié par excellence d’Israël, avait donné à ce dernier un sentiment de quasi-impunité aussi bien dans le conflit qui l’oppose à la Palestine, qu’à plusieurs de ses voisins. La guerre perdue en 2006 face au Hezbollah libanais, qui combat aujourd’hui aux côtés de l’armée syrienne les terroristes takfiristes, a été l’un des premiers signes remettant en cause « l’invincibilité » régionale d’Israël.

Puis le renforcement de l’Iran, partisan lui de la multipolarité et ennemi de longue date, a ravivé les craintes de Tel-Aviv. Enfin, le positionnement de la Russie en faveur de son allié syrien dans la lutte antiterroriste a complètement reconfiguré les perspectives proche et moyen-orientales. En effet et selon plusieurs hauts cadres de Tsahal, la présence russe en Syrie a totalement mis à mal la domination aérienne d’Israël dans la région. Pour rappel, les systèmes de défense antiaérienne et antimissiles russes S-300 et S-400 se trouvent sur le territoire syrien, mais à ce jour, ils n’ont pas été utilisés. Cependant, la DCA syrienne a riposté au raid israélien avec ses vieux systèmes S-200 et il est peu probable que Tel-Aviv souhaite que les systèmes russes plus sophistiqués soient utilisés contre son aviation. D’où l’importance de l’empêcher par des canaux diplomatiques. Cela a été fait ce lundi.

La Russie est le leader mondial de l’armement, avec des armes insoupçonnées du grand public

La DCA syrienne aurait riposté au raid israélien avec ses vieux (quoi que très performants) systèmes S-200 Russes … Je n’y crois pas vraiment, les Israéliens sont autant voir plus en pointe que les US en matière d’armements !

A mon avis, ce sont les Russes qui ont directement fait le travail . De quoi en terrifier plus d’un . D’où la suite : les Russes ont remis en place les Israéliens en personne, et via Assad …

Assad fait fi des menaces israéliennes de détruire ses systèmes sol-air (fournis par les russes …) :

Bachar el-Assad est ferme quant à sa décision de protéger son pays malgré la récente menace du ministre israélien de la Défense de détruire les systèmes sol-air syriens en cas de nouvelles attaques contre des avions israéliens en Syrie.

Protéger les frontières nationales est le devoir des autorités syriennes même si Israël entend détruire des systèmes sol-air syriens, a déclaré lundi le président syrien Bachar el-Assad devant les journalistes russes.

« Protéger nos frontières est notre droit et devoir. Si nous ne le faisons pas, le peuple syrien devra nous condamner […]. Nous ne devons pas nous poser la question [protéger les frontières ou non, ndlr], peu importe les déclarations des autorités israéliennes. Notre politique ne dépend pas de leurs déclarations. C’est notre droit et devoir », a indiqué M. Assad à la question de savoir si Damas continuerait de protéger ses frontières malgré les menaces du ministre israélien de la défense Avigdor Liebermann.

L’aviation israélienne a mené vendredi un raid aérien en Syrie contre un transfert d’armes destinées, selon Israël, au Hezbollah libanais. Cette attaque a provoqué en riposte un tir de missile syrien contre un des avions israéliens. Alors que les militaires syriens affirment avoir abattu l’appareil, Israël nie les faits.

Le président syrien a également espéré que la Russie œuvrerait aussi pour éviter de nouvelles attaques israéliennes en Syrie.

« Nous avons appris que l’ambassadeur d’Israël a été convoqué lundi au ministère russe des Affaires étrangères pour discuter de la violation par Israël de la souveraineté syrienne. Je crois que la Syrie peut jouer un rôle important dans ce domaine. La politique russe repose sur les normes internationales, la Charte des Nations unies et les résolutions du Conseil de sécurité de l’Onu. La Russie pourrait en discuter avec les Israéliens en s’appuyant sur ces critères et faire de sorte qu’Israël n’attaque pas la Syrie », a ajouté le président.

La Russie a en effet convoqué lundi l’ambassadeur d’Israël à Moscou pour discuter de l’attaque suite à cette série de frappes aériennes israéliennes près de Palmyre visant des cibles du Hezbollah.

Enfin – Rappelez vous que fin 2016 , les diplomates américains et alliés avaient attaqué la Russie lors d’une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies, accusant Moscou de façon provocatrice de « crimes de guerre » en Syrie et démontrant qu’ils étaient prêts à risquer une confrontation militaire directe avec cette puissance disposant de l’arme nucléaire.

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , ,

La Suède prépare des milliers de bunkers nucléaires par crainte d’une guerre avec la Russie !!

La Suède est de plus en plus en plus préoccupés par l'accumulation militaire russe. En cas d'une guerre des ressources de minerai de fer de Suède et sa position stratégique sur la mer Baltique seraient cruciales 

La Suède est de plus en plus en plus préoccupée par le renforcement militaire russe. En cas de guerre, les ressources en minerai de fer Suédoises et sa position stratégique sur la mer Baltique seraient cruciales

  •  La Suède a construit plus de 60.000 bunkers nucléaires après 1945
  •  La plupart avaient été mis en veille dans les années 1990, mais un examen approfondi a été entrepris et ils ont tous été réactivés (et même plus) .
  •  Cela se produit alors que la Suède a rétabli la conscription, par crainte de la renaissance de la Russie .
  •  Le Parlement suédois a également procédé à son premier jeu de guerre en 20 ans hier .
Les bunkers nucléaires ont été construites en béton épais et sont conçus pour résister à des explosions nucléaires. Celui-ci à Pionen a déjà été transformé en un centre de données et tient ironiquement certains des serveurs de WikiLeaks

Les bunkers nucléaires ont été construits en béton épais et sont conçus pour résister à des explosions nucléaires. Celui-ci à Pionen avait été transformé en un centre de données et héberge ironiquement certains des serveurs de WikiLeaks

Il est difficile de soutenir que les tensions géopolitiques internationales ne sont pas à un niveau élevé pour le moment. La Russie, et son armée de « pirates », est devenu tout à coup l’ennemi commode de tous les partis politiques à travers le monde qui une fois qu’ils bénéficient du soutien de la majorité des électeurs, ne semblent pas se rendre compte du fait que leurs propres actions, dans une campagne orchestrée de propagande anti-russe, sont peut être la cause de la vague de nationalisme qui souffle à travers le monde.

Sans parler du fait qu’il est presque impossible de prédire les provocations quotidiennes qui vont venir des dirigeants Iraniens et en Corée du Nord. 

Et alors que la plupart d’entre nous prenons tout simplement acte des tensions internationales accrues, tout en continuant nos routines quotidiennes habituelles, les Suédois se préparent au pire et remettent en état un vaste système de bunkers contre les retombées nucléaires au cas où la Russie décidait de l’envahir au cours des deux prochains mois.

Bunker

Selon The Sun , la Suède abrite un système de 65.000 bunkers qui ont été construit pendant la guerre froide pour protéger la population de la guerre nucléaire avec l’Union soviétique et, à partir de maintenant, ils sont tous prêts pour une utilisation immédiate.

Selon MSB , les bunkers protègent actuellement contre le souffle d’une explosion et le rayonnement radioactif ainsi que contre la guerre chimique ou bactériologique.

Mais les craintes concernant la menace posée par Vladimir Poutine et sa Russie renaissante sont de plus en plus exacerbées et tout est passé en revue pour s’assurer qu’ils sont prêts.

Les exercices militaires russes dans la région ont suscité des craintes parmi les nations voisines, avec l’idée qu’une attaque pourrait se produire dans les prochains mois.

La Suède reste préoccupé par une invasion conventionnelle par la Russie, ainsi que d'une attaque nucléaire

La Suède reste préoccupée par une invasion conventionnelle par la Russie, ainsi que par une attaque nucléaire

Juste au cas où vous vous trouviez en Suède et dans le besoin urgent d’un abri nucléaire antiatomique … voici le signe à propos duquel vous devriez être à l’affût.

Bunker

Les bunkers sont marqués avec le logo orange et bleu distinctif du MSB

Bien sûr, ce mouvement intervient après que la nation nordique a réintroduit le service militaire obligatoire pour les adolescents plus tôt ce mois – ci, un mouvement que le ministre de la Défense Peter Hultqvist a directement attribué aux craintes d’une « agression russe.»

« Nous avons eu une annexion russe de la Crimée, nous avons eu l’agression en Ukraine, et nous avons de plus en plus d’activités et d’exercices dans notre zone. »

« Nous avons donc décidé de construire une défense nationale plus forte. »

« La décision d’activer la conscription fait partie de cela. »

La Suède, qui a une population de 9,5 millions d’habitants, a rétabli le service national obligatoire pour les hommes en 2010.

Pendant ce temps en Russie…

Poutine

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Un bataillon de l’OTAN «pleinement prêt à utiliser la force létale» sera déployé en Pologne

Un bataillon de l’OTAN «pleinement prêt à utiliser la force létale» sera déployé en Pologne

L’OTAN menace notre sécurité . Aux dernières nouvelles, L’OTAN lançait l’opération « Viking 2017 » … près des frontières russes Alors que Moscou cherche a se réconcilier , et le Renforcement de l’OTAN en Europe de l’Est face à la Russie s’amplifiait . Hé bien il semble que rien – même pas Trump lui même –  ne puisse arrêter le mouvement de l’alliance, maintenant prête à recourir à « la force létale » …

Un bataillon de l’OTAN «pleinement prêt à utiliser la force létale» sera déployé en Pologne

Un groupement tactique de l’OTAN comportant plus de 1 100 militaires sera déployé en Pologne début avril pour dissuader la soi-disant «agression russe». Un commandant de l’unité a souligné que le bataillon serait prêt à recourir à la force létale.

«C’est une mission et pas un cycle d’entraînements. L’objectif est de dissuader l’agression [russe] dans les pays baltes et en Pologne. Nous sommes pleinement prêts à utiliser la force létale», a déclaré un lieutenant-colonel de l’armée américaine, Steven Gventer, lors d’une conférence de presse le 20 mars en commentant le déploiement d’un bataillon de l’OTAN en Pologne.

Un groupement tactique de l’Alliance atlantique sera déployé début avril dans la ville d’Orzysz, à 220 kilomètres au nord-est de Varsovie et comprendra plus de 900 militaires américains, près de 150 militaires britanniques et 120 militaires roumains, selon Reuters.

Mais ce déploiement «n’est pas la totalité de la réponse de l’OTAN» à Moscou, a noté un major de l’armée américaine Paul Rothilsberger. L’Alliance enverra également trois autres bataillons multinationaux dans les pays baltes qui seront opérationnels d’ici juin 2017. Un total de 4 000 militaires de l’OTAN ainsi que des chars et des véhicules blindés seront déployés en Lituanie, Lettonie, Estonie et Pologne pour «se défendre contre des incursions russes potentielles».

Le renforcement de la présence militaire près des frontières russes est justifié par l’OTAN comme une nécessité de rassurer les alliés de l’Alliance en Europe de l’Est face à la menace russe présumée. Le bloc affirme que ses actions sont une réponse au rattachement de la Crimée à la Russie et à l’implication présumée de Moscou dans le conflit ukrainien.

La  Russie a de son côté critiqué à nombreuses reprises ce renforcement de la présence de l’OTAN  qu’elle qualifie de menace pour sa sécurité nationale. En février dernier, le président russe VladimirPoutine a blâmé l’OTAN pour la mise en danger de la paix mondiale en essayant de provoquer un conflit avec Moscou via sa «nouvelle mission officielle de dissuader la Russie». Et plus tôt en février, le vice-ministre russe des Affaires étrangères AlexeïMechkov avait estimé que les mesures de l’OTAN augmentaient considérablement le risque d’incidents entre l’Alliance et les forces russes.

 

Étiquettes : , , , , , ,

Personnel militaire des États-Unis : Déploiement par pays

Cliquez pour agrandir 

Personnel militaire des États-Unis : Déploiements par pays

200 000 TROUPES ACTIVES À L’ÉTRANGER DANS 177 PAYS

Il y avait pas mal de rabotage et de réductions proposées dans le budget de Trump pour 2018, qui a été publié plus tôt cette semaine.

Cependant, l’un des rares ministères qui n’a pas souffert d’un haircut (une coupe du budget, ndlr) était le ministère de la Défense (Dod). Si le budget proposé passe finalement au Congrès,  un montant supplémentaire de 54 milliards $ du gouvernement fédéral serait allouée au Dod  – une augmentation de 10% qui serait l’une des plus fortes hausses du budget de la défense d’une année sur l’autre dans l’histoire américaine .

Pour mettre l’augmentation proposée en contexte, les États-Unis dépensent déjà plus pour la défense que les sept pays suivants combinés. Pendant ce temps, 54 milliards $, ça représente la taille de tout le budget de la défense du Royaume-Uni.

Pays Dépenses militaires (2015) En % (Du total au Niveau mondial)
États Unis 596000000000 $ 35,8%
Chine 215 milliards $ 12,9%
Arabie Saoudite 87 milliards $ 5,2%
Russie 66 milliards $ 4,0%
Royaume-Uni 55 milliards $ 3,3%
Inde 51 milliards $ 3,1%
France 51 milliards $ 3,1%
Japon 41 milliards $ 2,5%
Allemagne 39 milliards $ 2,4% (l’Allemagne qui est censée ne plus avoir d’armée, la Bundeswehr est intégrée au dispositif de l’OTAN)
Corée du Sud 36 milliards $ 2,2%
Autres 427 milliards $ 25,6%

« SOYEZ TOUT CE QUE VOUS POUVEZ ÊTRE »

Avec plus de la moitié de toutes les dépenses discrétionnaires des Etats-Unis étant mise dans l’armée chaque année, les États-Unis sont en mesure d’avoir de vastes opérations à la fois à la maison et à l’ étranger.

Notre tableau (L’infographie au début, ndlr) pour cette semaine décompose le personnel militaire sur la base des derniers chiffres publiés par le DoD le 27 Février 2017 .

A l’exclusion du personnel de soutien civil , au total, il y a environ 2,1 millions de soldats. Parmi ceux-ci, 1,3 million sont en service actif, alors qu’environ 800 000 sont en réserve ou font partie de la garde nationale.

Sur une base nationale, il y a environ 1,1 million de soldats actifs stationnés aux États-Unis  (stationnés dans des bases sur le « territoire » des États-Unis partout dans le monde, sachant qu’ils ont le 1er domaine maritime mondial, ndlr), et voici comment ils sont regroupés en fonction de la branche de service :

Direction militaire Personnels domestiques actifs En pourcentage
Armée 394236 35%
Marine 283499 25%
Marine Corps 149992 13%
Aviation 249738 22%
garde-côte 38659 3%
Total 1116124 100%

Sur le plan international, il y a un peu moins de 200.000 hommes qui sont stationnés dans 177 pays à travers le monde.

Voici le top 20 des pays où ils sont stationnés , ainsi qu’une catégorie «Autre» qui représente le reste :

Rang Pays / Territoire Troupes américaines
#1 Japon 39345 
n ° 2 Allemagne 34805 (la 2e guerre mondiale est terminée, non ? Ndlr)
N ° 3 Corée du Sud 23468 (Pour la chine, ndlr)
N ° 4 Italie 12102
N ° 5 Afghanistan 9294
n ° 6 Royaume-Uni 8479
#7 Koweit 6296
n ° 8 Irak 5540
# 9 Bahreïn 5504
#dix Guam 3831
# 11 Espagne 3256
# 12 Qatar 2976
# 13 Turquie 2234
# 14 Djibouti 1.961
# 15 Jordan 1759
# 16 Emirats Arabes Unis 1079
# 17 la Belgique 842
# 18 Cuba 806
# 19 Roumanie 667
# 20 Grèce 407
Autre / Inconnu 34834
Total 199485

En 2015, Politico estimait qu’il y avait pas moins de 800 bases américaines à l’étranger, et que cela coûte jusqu’à 100 milliards $ par année pour maintenir cette présence internationale.

 

Étiquettes : , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :