Rappelons au passage qu’il existe aussi La centrale solaire Noor,  une centrale solaire thermodynamique, qui est entrée en service en février 2016 près de Ouarzazate dans le sahara au Maroc, et qui est la plus grande centrale solaire du monde .  Potentiellement, le Sahara regorge d’énergie propre exploitable. Ce que vous allez lire est un 1er pas historique, qui permettrait à l’Europe d’être plus autonome énergétiquement. Une nouvelle route énergétique – un enjeu géostratégique . Z .

C’est un nouveau projet qui pourrait voir le jour au fin fond du Sahara : une centrale photovoltaïque répondant à la demande énergétique européenne est sur le point d’être construite ! 

Suite à la publication d’une étude allemande affirmant que les déserts recevaient assez d’énergie en une journée pour répondre à la consommation énergétique mondiale annuelle, un ancien projet de l’agence Desertec avait déjà été lancé dans les années 2000. Il avait malheureusement dû être stoppé à cause de l’instabilité politique tunisienne et du coût des câbles sous-marins devant traverser les mers.

Aujourd’hui, c’est la société londonienne Nur Energie qui s’attelle à ce défi ! La centrale solaire devrait voir le jour dans le sud tunisien pour alimenter la localité, mais aussi Malte, l’Italie et peut-être même le sud de la France. Estimé à cinq milliards de dollars, le projet TuNur de 4,5 GW fournirait un quota énergétique similaire à trois réacteurs nucléaires !

 

desert-2095287_1280Plusieurs câbles sous-marins devraient traverser les mers. Une première ligne de 500 kilomètres rejoindra la Tunisie à Malte qui elle-même est déjà connectée à l’Italie grâce à 100 kilomètres de câbles ayant pour rôle de subvenir aux besoins énergétiques de la Sicile. Un deuxième réseau devant s’implanter entre la Tunisie et la capitale italienne (Rome) reste à l’étude dans l’attente d’un soutien de l’Union Européenne. Enfin, une possible ligne de câbles sous-marins pourrait joindre la Tunisie et Marseille.

Crédits : TuNur

Crédits : TuNur

Le projet TuNur pourrait donc répondre à la demande électrique des pays d’Europe du sud, tout en permettant un développement économique local pour les Tunisiens. Ce pays pauvre en attente d’investissement verrait la création de plus de 20 000 emplois directs et indirects stimulant son économie.

Même si le rendement énergétique devrait être deux fois plus important qu’en Europe, la société Nur Energie se doit de prendre en compte les conditions extrêmes présentes dans le désert du Sahara. Les tempêtes de sable et les chocs thermiques seront quotidiens, l’eau devra être en abondante quantité pour refroidir les centrales solaires et le nettoyage des panneaux photovoltaïques ne devra pas être négligé.

En attendant, le lancement du projet TuNur attend l’approbation du ministère tunisien de l’Énergie, des Mines et des Énergies renouvelables. Ce projet à dimension écologique et économique refera sûrement bientôt parler de lui.

Sources : GeopolisPositivr

via SP