Le plus grand outil à la disposition des globalistes est l’utilisation de faux paradigmes pour manipuler la perception du public et donc l’action publique. Les masses sont amenées à croire qu’au plus haut niveau du pouvoir géopolitique et financier, il existe des « côtés ». C’est un non-sens absolu lorsque nous examinons les faits.

On nous dit que les « pouvoirs » sont divisés par la politique « de gauche » et la politique « de droite », mais les deux côtés soutiennent les mêmes actions politiques quand il s’agit des questions les plus importantes du jour et ne semblent différer que par la rhétorique, qui est sans signification et cosmétique de toute façon. C’est-à-dire que ce n’est rien d’autre que du théâtre Kabuki.

On nous dit que le pouvoir des entreprises doit être équilibré par le pouvoir des gouvernements et que le marché doit être équilibré par des « marchés libres », quand, en réalité, les entreprises sont encadrées et protégées par les gouvernements et que les marchés libres n’existent tout simplement pas dans l’économie actuelle. Dans le cas de la « censure » des médias sociaux, on nous dit que la solution consiste à utiliser le pouvoir du gouvernement pour faire respecter « l’équité » au lieu de simplement lancer nos propres plate-formes alternatives. Pourtant, les sociétés de médias sociaux existent sous la forme de monopoles à cause du pouvoir du gouvernement et de son intervention dans les affaires. Les abus d’un « côté » sont utilisés pour nous pousser dans les bras de l’autre côté, ce qui est tout aussi abusif.

En termes de géopolitique, on nous dit que les puissances nationales ont des « objectifs contradictoires », qu’elles ont des intérêts et des objectifs différents, ce qui a conduit à des « guerres commerciales » et parfois à des guerres tout court. Pourtant, quand on regarde les gens qui tirent les ficelles dans la plupart de ces pays, on trouve les mêmes noms et les mêmes institutions. Que vous soyez en Amérique, en Russie, en Chine, dans l’UE, etc., les think tanks globalistes et les banques internationales sont omniprésents et les dirigeants de tous ces pays réclament davantage de pouvoir pour ces institutions, pas moins.

Ces guerres, quelle que soit leur forme, sont un cirque pour le public. Elles sont conçues pour créer un chaos contrôlé et une peur gérable. Elles sont un moyen de nous influencer vers un objectif particulier, et cette fin, dans la plupart des cas, est une influence plus sociale et économique entre les mains d’un petit nombre. Dans chaque cas, les gens sont convaincus de croire que le monde est en train de se diviser alors qu’il est en train de se centraliser.

La clé de tout spectacle de magie est de faire participer le public au mensonge ; pour l’amener à se concentrer sur la main distrayante, à supposer que ce qu’il voit est réellement ce qui se passe réellement, pour suspendre leur scepticisme.

Ne vous méprenez pas, ce que nous voyons en géopolitique aujourd’hui est bien un spectacle de magie. Le faux paradigme Est/Ouest est aussi puissant sinon plus puissant que le faux paradigme Gauche/Droite. Pour une raison quelconque, l’esprit humain est plus à l’aise de croire aux idées de division et de chaos et il préfère souvent s’offusquer contre la notion de « complot ». Mais les conspirations et les conspirateurs peuvent être démontrés comme un fait historique. L’organisation parmi les élitistes est prévisible.

Les globalistes eux-mêmes sont rassemblés par une idéologie. Ils n’ont pas de nation commune, ils n’ont pas d’orientation politique commune, ils n’ont ni origine culturelle ni religion commune, ils sont les hérauts de l’Orient comme ils sont les hérauts de l’Occident. Ils ne sont pas vraiment loyaux envers une cause ou un mouvement social en général.

Qu’est-ce qu’ils ont en commun? Ils semblent présenter plusieurs des traits des sociopathes narcissiques de haut niveau, qui représentent un très faible pourcentage dans la population humaine. Ces personnes sont des prédateurs ou, pour être plus précis, ce sont des parasites. Ils se considèrent naturellement supérieurs aux autres, mais ils travaillent souvent ensemble s’il existe une promesse de bénéfice mutuel.

La chose la plus proche que je puisse trouver des sociopathes narcissiques (et donc des globalistes) dans la mythologie serait les vampires. Je me suis souvent demandé si le concept de « vampire » était conçu comme un moyen pour les paysans des âges sombres d’expliquer le comportement sans âme et monstrueux des élites de leur époque. L’idée qu’une personne soit capable de faire ce genre de mal, et encore moins un mal organisé sous la forme d’une cabale, est difficile à accepter à ce jour.
Dans la mythologie, les vampires sont généralement décrits comme des élites, se cachant sur un site ordinaire en tant que leaders de communautés aux échelons supérieurs de la société. Ils cherchent un village, ils s’y insèrent en tant que dirigeants et aristocrates, puis s’en nourrissent jusqu’à sa destruction. Ensuite, ils passent au village suivant. C’est ce qu’ils sont. C’est ce qu’ils font et ils le font de manière organisée pour rendre le processus plus efficace.

Il faut un village pour nourrir un vampire ou un sociopathe narcissique.

Je raconte cette métaphore parce que je pense qu’il est important que la personne moyenne comprenne ce dont nous traitons réellement ici. Quand certains rechignent à l’idée d’un syndicat organisé au plus haut niveau de la finance et de la politique travaillant à des fins néfastes, ils devraient savoir que cela s’explique facilement non seulement par des mythes et des archétypes historiques, mais par une étude psychologique bien documentée.

Les analystes et les militants du mouvement de la liberté se sont montrés incroyablement immunisés contre de nombreux récits et mensonges des globalistes conspirateurs, raison pour laquelle ils sont désormais la cible principale de plusieurs campagnes de propagande. Les globalistes ne se sentent pas à l’aise avec l’idée de grimper dans leurs cercueils pour y dormir pendant la journée, alors que tant de Van Helsings cherchent à exposer leurs activités.

Le dernier effort de propagande que j’ai vu est le récit du « monde multipolaire » qui se développe à la suite de ce que le FMI appelle la « réinitialisation économique mondiale ». En fait, le terme « monde multipolaire » est beaucoup utilisé dans les milieux médiatiques alternatifs de nos jours, et c’est encore une fois un stratagème conçu pour nous faire croire que la centralisation n’est plus une menace et que les divisions que nous voyons sont réelles plutôt que fabriquées.
Dans le cadre du récit multipolaire, on nous dit que l’abandon du dollar américain en tant que réserve mondiale est en train de se produire et qu’il est dirigé par des puissances politiques orientales qui cherchent des alternatives. C’est vrai, jusqu’à un certain point.

Les mensonges entourant ce développement sont cependant nombreux. On nous dit que les puissances politiques orientales sont en contradiction avec les globalistes et le mondialisme – c’est faux. On nous dit que les pays des BRICS cherchent un système décentralisé pour remplacer l’hégémonie du dollar – c’est faux. On nous dit que des dirigeants orientaux comme Poutine et Xi s’opposent à la prise de pouvoir mondialiste et sont pris pour cible par les élites comme s’ils se « rebellaient » contre l’empire – c’est également faux. On nous dit que la guerre commerciale est un moyen pour Donald Trump de perturber la mondialisation et de jeter des bâtons dans les plans des globalistes – c’est de la fantaisie.

Les militants de la liberté et les analystes sont particulièrement sensibles à cette idée, car elle joue sur notre désir de voir le long règne de la Réserve fédérale basé sur le dollar tomber dans l’oubli qu’il mérite. Le problème est que le récit est basé sur l’hypothèse frauduleuse que l’empire mondialiste est enraciné dans « l’empire américain ».

Voici les faits :

Les influences globalistes sont hyper-présentes dans les pays de l’Est. Par exemple, Vladimir Poutine, souvent décrit comme un héros anti-globaliste dans les débats dans le mouvement de la liberté, n’est pas du tout anti-globaliste. Poutine a été « découvert » par Henry Kissinger, le nouveau défenseur de l’ordre mondial, au début des années 1990, avant de devenir président par intérim de la Russie. Poutine raconte sa première rencontre avec Kissinger et leur amitié de longue date dans le livre « First Person », son récit autobiographique du début de sa carrière.

Contrairement à la croyance populaire dans le mouvement pour la liberté, M. Poutine n’a PAS expulsé les banques internationales ni retiré leurs structures de pouvoir lors de son élection présidentielle. En fait, les banques Rothschild sont encore présentes en Russie à ce jour, tandis que Goldman Sachs et JP Morgan continuent d’être les plus grandes banques d’investissement du pays.
La présence des globalistes en Russie est peut-être la raison pour laquelle la nation a développé une relation si étroite avec le FMI après la chute de l’Union soviétique, pourquoi ils continuent leurs liens avec le FMI et la Banque des règlements internationaux et pourquoi le Kremlin a, dans le passé, appelé à un nouveau système monétaire mondial contrôlé par le FMI.

La Chine a également appelé au même nouveau système monétaire, non décentralisé, mais complètement centralisé sous les fourches du FMI. La Chine est sous l’influence de la Fondation Rockefeller depuis 1915 environ, date à laquelle elle a ouvert une université basée sur le modèle de l’Université de Chicago. La Chine continue ses liens avec les globalistes par le biais de la BRI et du FMI, et Goldman Sachs est fortement impliqué dans les activités et les arrangements commerciaux du gouvernement chinois. L’année dernière, Goldman Sachs a conclu un accord de 5 milliards de dollars avec une branche du gouvernement chinois pour faciliter l’achat de sociétés et d’actifs aux États-Unis. Donald Trump a fait l’éloge de l’accord comme étant bénéfique aux États-Unis, ce qui n’est pas surprenant compte tenu du nombre d’anciens de Goldman Sachs, autour de Trump, impliqués dans son cabinet.

Trump a également eu de longues relations avec les globalistes, y compris les élites des banques connectées de Rothschild au cours des 25 dernières années. Wilber Ross, un banquier d’investissement travaillant pour les Rothschild, était le principal agent qui a libéré Trump des dettes considérables cernant son casino du Taj Mahal à Atlantic City. Après que Trump ait accédé à la Maison-Blanche, Wilber Ross a été nommé secrétaire au commerce et il fait maintenant activement la promotion de la guerre commerciale.

Clairement, il n’y a pas de « division » entre les dirigeants politiques du monde quand il s’agit de savoir avec qui ils sont alliés. Les banques internationales et les think tanks globalistes sont impliqués partout. Mais qu’en est-il du reste du monde en général ? La guerre commerciale ne provoque-t-elle pas division et décentralisation entre les nations et les économies ? Lorsque vous regardez tout en haut de la pyramide, les divisions disparaissent.

Considérez le contrat pétrolier en cours entre la Russie et l‘Allemagne ou le dernier accord conclu avec la Russie pour permettre à la Chine de cultiver plus de 2,5 millions d’acres de terres russes, contribuant ainsi à combattre directement les sanctions américaines. Ou qu’en est-il de l’accord de la mer Caspienne entre la Russie, l’Iran et de nombreux autres pays pour mettre fin au différend concernant la région ? Et que dire de la Chine qui défie les sanctions sur le pétrole iranien ? Ou les protestations croissantes de l’UE contre l’ingérence des États-Unis dans leurs échanges de pétrole avec l’Iran et la Russie ?

Ce ne sont là que quelques-uns des exemples les plus récents du reste du monde qui se regroupe dans un conglomérat plus grand à la suite de cette guerre commerciale. La guerre commerciale rassemble tous ces pays soi-disant disparates d’une manière qui convient plutôt aux globalistes. Si nous prenons en compte la réalité de l’influence des globalistes dans toutes les grandes économies, nous devons également prendre en compte la possibilité que la « réinitialisation économique mondiale » ne concerne pas un « monde multipolaire », mais un monde unipolaire encore plus centralisé. Un monde qui sacrifie le modèle américain avec le dollar comme monnaie de réserve mondiale et le remplace par quelque chose de PIRE.

En attendant, les activistes de la liberté se font dire récemment qu’ils devraient se rallier à la mort du dollar et à la réinitialisation mondiale comme s’il s’agissait de la fin du globalisme. En d’autres termes, nous sommes supposés croire bêtement que le passage au nouvel ordre mondial est une « décentralisation » simplement parce qu’ils l’appellent « multipolaire ». Ce n’est pas parce que les États-Unis ne sont plus le visage de la bête que la bête est partie.

Brandon Smith

Article original de Brandon Smith, publié le 23 Août 2018 sur le site alt-market.com
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

source