Par Lyuba Lulko

La Russie est en train de créer un système de défense antimissile capable d’intercepter un lancement massif de salves de missiles balistiques intercontinentaux américains, a déclaré à Pravda Ru l’expert militaire Alexei Leonkov.

Des fonctionnaires du ministère de la Défense ont informé de l’essai réussi d’un système de défense antimissile modernisé sur l’aire de tir de Sary-Shagan au Kazakhstan. « Les indicateurs tactiques et techniques du missile concernant sa portée, sa précision et sa durée dépassent largement ceux des armes modernes », a déclaré le colonel Andrei Prikhodko, commandant adjoint de la défense antimissile aérospatiale russe.

L’expert militaire Alexei Leonkov a déclaré lors d’une interview avec Pravda.Ru qu’il s’agissait d’une version modernisée d’un missile que la Russie possèdait déjà. « Il s’agit de l’antimissile conventionnel A-135 qui protège la zone autour de Moscou et des zones industrielles centrales.

« Le missile A-135 modernisé volera plus loin et plus vite, et il frappera les cibles avec plus de précision », a déclaré l’expert, ajoutant qu’un missile modernisé prévoit une amélioration de ses performances de 150 pour cent. « Si le ministère de la Défense n’a donné aucun détail sur le nouveau missile, cela signifie qu’il ne veut pas exposer les détails de la doctrine nucléaire russe aux Américains.

La Russie améliore la performance des systèmes antimissile nationaux dans deux directions, a dit Leonkov. Premièrement, la Russie modernise les missiles Amur (A-135) à courte et longue portée. Deuxièmement, les ingénieurs russes de la défense aérienne travaillent sur le nouveau complexe mobile A-235.

Le missile anti-balistique A-135 modernisé est capable d’intercepter des missiles balistiques intercontinentaux lors de tirs individuels et collectifs. Les Américains donnent la priorité au lancement par salve – une attaque massive faite pour désarmer avec l’utilisation d’une grande quantité de missiles balistiques non nucléaires que la Russie ne serait pas en mesure d’intercepter. Le récent test se veut comme un signal pour les Américains, voulant leur signifier que la Russie sait comment réagir au lancement de salves », a déclaré l’expert.

« Dans le passé, le schéma était le suivant : une attaque ennemie, on enregistre l’attaque et on contre-attaque. De nos jours, cependant, tout se déroule beaucoup plus rapidement. Nous avons un système d’alerte spatiale. En cas de lancement massif d’un missile, les satellites détermineront où se trouvent à la fois les sites de lancement et les zones d’impact potentiel. Ils analyseront les données, enverront des informations au centre de contrôle de la mission et donneront l’ordre de lancer une frappe de représailles. L’ennemi pense qu’il peut mettre la Russie à genoux à la suite d’une seule attaque, mais cette joie ne durera pas longtemps », a conclu Alexei Leonkov.

Référence : Le système antimissile A-135 est armé d’antimissiles à grande vitesse 53T6 (nom de l’OTAN SH-08, ABM-3 Gazelle), développant une vitesse de 5,2-5,5 km/s environ. Les antimissiles à combustible solide à deux étages sont capables de frapper des cibles balistiques à une altitude de cinq à trente kilomètres et à une portée allant jusqu’à 80 km.

Source : http://www.pravdareport.com/world/americas/03-09-2018/141523-russia_usa_missile-0/

source