Pour occulter sa crise interne, le président français Emmanuel Macron dit et répète que le maintien du président Bachar Assad au pouvoir serait une erreur funeste qu’il faudrait éviter. Macron n’écoute ni la voix des Syriens ni celle des Français affirmant que le maintien de Assad est décidé par le seul peuple syrien et non par les agents, comme ce sont les Français qui décident du maintien de Macron. Sa cote de popularité est au plus bas et il se pourrait que la menace de destituer Trump atteigne Paris et Tel Aviv. Donc…. La fuite en avant et la fabrication de guerres sont la façon que le trio utilise pour s’accrocher au pouvoir comme s’ils remportaient une victoire pour leurs peuples qui ne la recherchent même pas !

Le président américain n’a pas caché son engagement à servir les objectifs de l’Arabie Saoudite et des sionistes, pour de l’argent. Il s’apprêtait à se retirer du nord de la Syrie lorsque l’Arabie saoudite s’est empressée d’offrir 100 millions de dollars, non pour les Syriens, comme elle le prétendait, mais pour couvrir les frais des forces américaines et acheminer d’autres équipements pour un plus grand redéploiement, avec la promesse tacite de payer plus. Trump s’appuie également sur la perfidie britannique et l’incitation sioniste, et sur la promesse française de contribuer à l’internationalisation de l’agression fabriquée, organisée et réalisée par les Casques blancs britanniques, dont environ 700 ressortissants arabes du Golfe ont été recyclés et transférés au nord de la Syrie, en plus des milliers qui sont déjà dirigés par des officiers de différentes nationalités, majoritairement sionistes ou de double nationalité.

L’hostilité du président américain à l’égard de l’État syrien n’est pas fondée sur une motivation personnelle ou de principe. Il s’agit plutôt d’un engagement hérité et d’un attachement à une position sioniste radicale qui ignore les intérêts américains peu affectés par une position arabe tendancieuse. Il n’y aura pas non plus de pertes ni de charges financières tant que les régimes arabes paieront le prix pour se protéger de leurs peuples et de l’évolution attendue et accélérée de la situation. La réalisation des intérêts sionistes est accomplie par les forces américaines et leurs alliés et le prix est payé d’avance. Et si nous observons la scène internationale, nous constatons que la plupart des pays ont découvert la réalité des mises en scène chimiques et ne cachent pas le savoir, mais la coalition ne s’intéresse pas à ces positions en raison de sa conviction sur deux choses importantes ; la première est le peu de cas qu’elle fait de l’opinion publique internationale si elle n’est pas occidentale, la seconde est le contrôle médiatique total sur l’opinion occidentale qui, abreuvée de mensonges et de propagande, croit ce qu’on lui sert sans se poser de question ou est sceptique à l’égard des autres médias que les médias corporatistes et contrôlés par le sionisme lui présente comme hostiles.

Pourquoi donc cette mise en scène … ?

En Occident, la majorité de la population est affectée par des scènes de souffrance humaine. Et là, les pays occidentaux cachent délibérément les images d’horreur de leurs propres opérations dans n’importe quelle région du monde. En cas de fuite, ils s’empressent de dire qu’elles résultent d’une erreur faisant l’objet d’une enquête ou le fait des autres qu’ils s’apprêtent à punir. L’opinion occidentale a montré sa compassion (solidarité) quant aux scènes des pièces précédentes et avalisé le procès fait à l’armée syrienne désignée coupable. A l’époque, cette opinion publique n’a pas essayé de comparer ni juger les déclarations et les faits publiés, y compris la déclaration de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques sur l’inexistence de ces armes en Syrie. Elle n’a pas non plus entendu parler de ce qui a été publié sur l’infiltration d’armes toxiques à travers la Turquie et leur utilisation par des gangs terroristes. Seuls les analystes et observateurs occidentaux connaissent cette vérité mais ils sont rangés derrière leurs gouvernements et leurs intérêts. Et nous savons que les pays occidentaux ont rejeté les résultats des enquêtes russes ou même neutres à cet sujet.

La pièce de théâtre, si elle est bien réalisée et montre un grand nombre de victimes, bien que fictives, sera en mesure de contrer les voix appelant  à la fin de l’agression contre le peuple syrien. Au contraire, la désinformation occidentale en profitera et soutiendra qu’elle défend le peuple et les civils en général, et non des organisations terroristes affiliées à Al-Qaïda travaillant pour les services de renseignement occidentaux et semant la dévastation dans les pays de la région…

Peu de gens aux États-Unis élèvent la voix pour dénoncer les opérations militaires occidentales dans le Levant et présenter les faits réels ; la grande majorité les attaque, les met au pilori et les accuse d’antisémitisme. C’est le résultat du succès des médias corporatistes hostiles. En France et en Grande-Bretagne, les deux gouvernements sont assujettis à l’administration américaine, et c’est ce que constatent et disent les populations de ces deux pays, mais les deux gouvernements justifient leur subordination par les intérêts nationaux qui ne peuvent être réalisés qu’en participant à l’agression contre les peuples.

Pour l’administration américaine ou la coalition occidentale, que les peuples du monde sachent que leurs opérations sont basées sur la tromperie et le mensonge n’a plus d’importance. Même le peuple américain sait que les membres de l’administration dans leur majorité, tout comme le président Trump, mentent et trichent sous le prétexte fallacieux des intérêts américains et de la croissance et l’enrichissement, sinon c’est la pauvreté pour tous, comme l’affirme le président. Toutefois, cette administration n’a pas perdu le soutien populaire américain pour sa politique étrangère agressive. C’est un peuple qui, à travers sa longue histoire et depuis sa naissance, a été élevé avec cette mentalité.

L’armée syrienne a terminé ses préparatifs et a pris la décision de libérer le territoire et d’éliminer le terrorisme. Il se dit que le commandement syrien a acquiescé  à une médiation russe pour reporter l’heure H de quelques jours, à la demande de parties étrangères qui disent travailler sur un règlement ; il n’y a donc pas de guerre sans connaître le type ou les détails de ce règlement, ou le sort des dizaines de milliers de terroristes étrangers ou des Syriens qui ont refusé toute réconciliation. Parmi eux, certains ont les mains tâchées du sang des innocents et sont recherchés par la justice. La question est de savoir si l’Etat syrien acceptera leur retour dans la société sans appliquer la loi… J’en doute.

Il n’y a plus qu’à parier sur la position syrienne et sa capacité à répondre à l’agression, qu’elle soit limitée ou globale, ainsi que sur la position des alliés et leur soutien en fournissant à notre armée les capacités de défense aérienne. A mon avis, on ne peut miser sur un affrontement russe ou iranien avec les pays agresseurs en dehors du champ de bataille et dans les limites du territoire syrien. Autrement, la confrontation se transformera en guerre mondiale qui traînera dans son sillage beaucoup de pays des deux camps et qui ne sera pas dans l’intérêt de la paix mondiale que l’Occident ne prend pas en considération, méprisant les autres pays du monde et oubliant que le temps de l’uni-polarité est révolu. Les États-Unis doivent être les premiers à reconnaître cette réalité et s’abstenir de mettre en œuvre des plans rémunérés, afin que l’armée américaine ne se transforme pas en forces mercenaires…. canons, avions, missiles et cuirassés à louer !

Article en arabe : http://www.al-binaa.com/archives/article/196014

source