RSS

« Un risque d’effondrement » pour plus de 800 ponts en France

17 Août
Le 15 mai dernier, l’autoroute A15 avait été fermée à la circulation à la suite de l’affaissement d’une partie du pont du viaduc de Gennevilliers (Val d’Oise).
Le 15 mai dernier, l’autoroute A15 avait été fermée à la circulation à la suite de l’affaissement d’une partie du pont du viaduc de Gennevilliers (Val d’Oise). (OLIVIER BOITET / MAXPPP)

C’est un chiffre qui a de quoi inquiéter les automobilistes. En France, environ 840 ponts routiers souffriraient de dommages « sérieux » et présenteraient, à terme, « un risque d’effondrement ». Une donnée extraite d’un récent rapport publié par le ministère des Transports, et ressortie dans les médias après l’effondrement du pont Morandi à Gênes (Italie), mardi 14 août. Alors faut-il vraiment s’alarmer ? Franceinfo vous apporte quelques éléments de réponse.

D’où vient ce chiffre ?

Dans un rapport publié en juillet, le ministère des Transports dévoile les résultats d’un audit externe réalisé sur le réseau routier français. Selon le document, sur les 12 000 ponts que compte le réseau, « un tiers nécessite des réparations », même s’il s’agit le plus souvent de petites améliorations afin de « prévenir l’apparition de dégradations structurelles ». Mais un chiffre publié dans l’étude semble plus inquiétant : dans 7% des cas, les dommages seraient « plus sérieux », présentant à terme « un risque d’effondrement ».

Si l’on rapporte ce pourcentage au nombre de ponts gérés par l’Etat en France (soit 12 000 ouvrages), environ 840 structures risqueraient de s’écrouler dans les prochaines années, si des travaux de consolidation ne sont pas effectués.

Pour certains spécialistes, ce chiffre pourrait même être plus élevé. « Ces 7% sont des ponts que l’on connaît, qui sont vus régulièrement et que l’on a évalués, mais il y a tous les autres qu’on ne surveille pas ! Or, si on ne va pas les voir, on ne peut pas savoir dans quel état ils sont, s’alarme Christian Tridon, président du Syndicat national des entrepreneurs spécialistes de travaux de réparation et de renforcement des structures (Strres) au ParisienOn pense tous aux grands ponts, mais il y a en France 200 000 ponts pour 1 million de kilomètres de route, donc tous les 5 kilomètres, vous avez un pont ! »

Ces ponts menacent-ils vraiment de s’écrouler ?

Aussi inquiétant soit-il, ce chiffre de 840 ponts menacés d’effondrement ne doit pas affoler les usagers, estime le ministère des Transports. « Lorsque l’on parle de ponts ‘en mauvais ou très mauvais état’, il faut bien prendre en compte le fait que l’on parle d’une fragilité sur le long terme. Une infrastructure ne sera jamais ouverte et praticable si elle n’est pas totalement sécurisée pour l’usager. » Ces mesures peuvent aller de la simple restriction de poids des véhicules (interdiction de circulation pour les poids lourds, par exemple), à la fermeture totale de l’ouvrage.

S’il y a le moindre risque, des mesures seront prises immédiatement.Une source au ministère des Transportsà franceinfo

« Il faut également prendre en compte la nature de la dégradation de certains ponts », précise encore le ministère. Des structures dites « en mauvais état » pourraient ainsi contenir certains éléments dégradés, tout en permettant une circulation sécurisée des véhicules. « Il y a par exemple un pont déclaré en mauvais état pour des problèmes acoustiques, mais qui ne présente pas d’affaiblissement de la structure en elle-même. »

Comment ces ponts en mauvais état sont-ils entretenus ?

« Il faut mettre en place une surveillance renforcée de ces ponts », assure le ministère des Transports. Pour cela, une visite est organisée tous les ans sur chaque ouvrage, par l’Etat ou par les sociétés autoroutières. Tous les trois ans, une inspection détaillée est également réalisée. « Si, à l’issue de ces visites, nous détectons un défaut important, deux mécanismes peuvent être enclenchés. Soit nous mettons en place une surveillance de manière renforcée sur le pont, avec des capteurs ou des visites plus fréquentes, soit nous commençons un programme de réparation de l’ouvrage. »

Selon le rapport, la proportion des chaussées dégradées pourrait doubler dans les vingt prochaines années, et 6% des ponts pourraient être fermés. « L’objet de ce rapport est clair : pour ne pas en arriver là, il faudra fortement augmenter les moyens, et aller jusqu’à doubler le budget consacré aux routes », plaide l’entourage de la ministre Elisabeth Borne. Michel Virlogeux, ingénieur des ponts et chaussées et concepteur du viaduc de Millau (Aveyron), ne cache pas son incertitude quant à la sauvegarde de ce patrimoine : « Il faut de l’argent et de la compétence. Mais je pense qu’on a moins de moyens humains qu’on en avait il y a une vingtaine d’années », déclare-t-il au micro de France 3.

Il est certain qu’on ne peut pas continuer avec ce financement-là.L’entourage d’Elisabeth Borneà franceinfo

En 2017, le budget alloué à la restauration de ces infrastructures était de 700 millions d’euros. En un an, il a augmenté de 100 millions d’euros, pour atteindre 800 millions d’euros en 2018. « Notre souhait est d’augmenter nettement ce budget, et cette décision sera discutée et débattue au Parlement à l’automne », promet le ministère des Transports. Pour Dominique Bussereau, ancien secrétaire d’Etat aux Transports, l’idée pour relancer ce budget est déjà toute trouvée : « C’était l’écotaxe », a-t-il déclaré sur Europe 1. Cette mesure, finalement abandonnée, devait permettre de faire payer les usagers pour l’entretien de la route. « Ces dernières années, on a dépensé 700 millions d’euros par an pour l’entretien des infrastructures, alors qu’il en faudrait 1,3 milliard », souligne l’ancien secrétaire d’Etat.

Où ces 840 ponts menacés d’effondrement se trouvent-ils ?

On ne le sait pas. Pour déterminer les ponts « présentant à terme un risque d’effondrement », le ministère a fait appel à deux cabinets d’audit suisses, ayant analysé les notes et compte-rendus des dernières visites annuelles des 12 000 structures gérées par l’Etat français. « Si l’on voulait connaître spécifiquement les ponts concernés, il faudrait analyser cette immense base de données et croiser une multitude d’éléments », explique le ministère. Aucune liste ni aucune carte n’ont donc été rendues publique pour le moment.

source

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le 17 août 2018 dans général, société

 

Étiquettes : , , , , ,

Une réponse à “« Un risque d’effondrement » pour plus de 800 ponts en France

  1. zelta

    19 août 2018 at 12:53

    la phobie est de retour. je propose une taxe pont pour piquer un peu de pognon aux gens

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :