RSS

Le ministre allemand de l’économie appelle l’Europe à défier les sanctions de Trump contre l’Iran

13 Août

Le ministre allemand de l’Économie, Peter Altmaier. ©Intellivoire

Le ministre allemand de l’Économie s’en prend au président américain Donald Trump, dénonçant ses pressions sur l’Iran et ses diktats à ses partenaires commerciaux.

Dans un discours surprenant, le ministre allemand de l’Économie, Peter Altmaier, évoquant la décision américaine de réimposer des sanctions US contre l’Iran après le retrait unilatéral de Trump de l’accord nucléaire de 2015, a exhorté son pays à être « plus ferme » face aux dictats américains sur plan commercial et à défier les sanctions illégales américaines contre les autres qui sapent les investissements et les échanges commerciaux internationaux.

« Les États-Unis ne peuvent pas dicter les règles commerciales aux autres et l’Allemagne doit investir davantage en Iran », a insisté, Peter Altmaier, à l’occasion d’une interview accordée ce week-end, au quotidien allemand Bild am Sonntag, cité par le site web Intellivoire.

« Nous ne devons pas laisser Washington dicter ses volontés dans les relations commerciales avec d’autres pays », a déclaré le ministre allemand de l’Économie Peter Altmaier au journal Bild.

Fustigeant toujours le geste unilatéral des États-Unis de Trump et leur désengagement de l’accord nucléaire iranien, M. Altmaier a souligné l’importance du soutien au document historique de Vienne et la préservation des contrats d’affaires conclus en Iran avant d’exhorter Berlin à ne pas permettre à Washington de dicter ses règles commerciales.

Pour lui, les sanctions américaines contre l’Iran étaient « un exemple dans lequel la négligence de l’Amérique envers ses partenaires était clairement visible ».

« Que ce soit en Allemagne ou en Europe, nous examinons les moyens pour garder les canaux financiers ouverts », a-t-il promis.

L’Allemagne et d’autres pays européens devraient se sentir libres de poursuivre leurs relations avec Téhéran. « Les entreprises allemandes peuvent continuer à investir autant qu’elles le souhaitent en Iran », a déclaré M. Altmaier, ajoutant toutefois que « de nombreuses entreprises dépendent de prêts bancaires, dont la plupart se refinancent aux États-Unis – et cela peut créer des problèmes ».

Les déclarations du ministre allemand de l’Économie interviennent après que l’administration Trump a imposé une deuxième série de sanctions visant l’achat par l’Iran de dollars américains, malgré les appels de certaines puissances mondiales. Au début de cette année, Washington a imposé à Téhéran des sanctions visant à réduire le commerce ainsi que les industries de l’énergie et de la construction navale.

Ces restrictions ont endommagé les liens de l’UE avec l’Iran, qui a prospéré après l’accord nucléaire de 2015 abandonné par les États-Unis. La semaine dernière, l’UE a réagi aux dernières sanctions de l’Iran en appelant les entreprises à ignorer les menaces des États-Unis. Outre la question de l’Iran, les États-Unis et l’Europe sont en proie à un différend sur les droits de douane sur l’acier, l’aluminium et les automobiles.

Dans cet esprit, a déclaré le ministre allemand, le monde risque de sombrer dans un conflit économique généralisé, ajoutant que « nous sommes au bord de cette crise » et « une guerre commerciale mondiale ne connaîtra pas de gagnants, mais seulement des perdants ». « Les politiciens n’ont pas le droit de mettre en péril des centaines de milliers d’emplois européens qui dépendent du commerce américano-européen, a-t-il déclaré.

« Nous avons appris par le passé que la plupart des consommateurs souffrent des guerres commerciales alors que les biens et les services deviennent plus chers », a déclaré Altmaier. « Cette guerre commerciale entrave la croissance économique et apporte de nouvelles incertitudes », a averti le ministre allemand de l’Économie.

Les déclarations du ministre allemand de l’Économie interviennent après que l’administration Trump a imposé une deuxième série de sanctions visant l’achat par l’Iran de dollars américains, malgré les appels de certaines puissances mondiales. Au début de cette année, Washington a imposé à Téhéran des sanctions visant à réduire le commerce ainsi que les industries de l’énergie et de la construction navale.

Ces restrictions ont endommagé les liens de l’UE avec l’Iran, qui a prospéré après l’accord nucléaire de 2015 abandonné par les États-Unis. La semaine dernière, l’UE a réagi aux dernières sanctions de l’Iran en appelant les entreprises à ignorer les menaces des États-Unis. Outre la question de l’Iran, les États-Unis et l’Europe sont en proie à un différend sur les droits de douane sur l’acier, l’aluminium et les automobiles.

Dans cet esprit, a déclaré le ministre allemand, le monde risque de sombrer dans un conflit économique généralisé, ajoutant que « nous sommes au bord de cette crise » et « une guerre commerciale mondiale ne connaîtra pas de gagnants, mais seulement des perdants ». « Les politiciens n’ont pas le droit de mettre en péril des centaines de milliers d’emplois européens qui dépendent du commerce américano-européen, a-t-il déclaré.

« Nous avons appris par le passé que la plupart des consommateurs souffrent des guerres commerciales alors que les biens et les services deviennent plus chers », a déclaré Altmaier. « Cette guerre commerciale entrave la croissance économique et apporte de nouvelles incertitudes », a averti le ministre allemand de l’Économie.

source

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 13 août 2018 dans général, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :