RSS

Archives du 4 juillet 2018

Alerte de l’Anses : Les vêtements neufs (et les chaussures) sont imprégnés de produits toxiques et cancérigènes ! (les laver ne suffit pas)

Suite à des plaintes de consommateurs une étude a été menée, et les résultats sont alarmants . Pour commencer des métaux lourds comme le plomb, le cadmium, ou encore le mercure ont été identifiés dans les vêtements et chaussures neuves, mais ce n’est pas tout : 

«Des métaux lourds (cobalt, cuivre, antimoine, plomb, cadmium, mercure) ont été identifiés dans 16% des échantillons textiles» explique l’Anses, tout comme du cuivre et du nickel, mais aussi des molécules qui permettent de stabiliser les couleurs (la paraphénylènediamine, retrouvée dans 20% des vêtements analysés) et d’autres qui ont un rôle de dispersant (les nonylphénols, identifiés dans 20% des échantillons)… Coté chaussures, il est notamment question du chrome VI (cancérogène et sensibilisant cutané) «retrouvé dans toutes les parties en cuir testées» ou de colophane (utilisé dans la colle) mise en évidence dans 36% des articles et qui est un sensibilisant cutané également.. (source)*

Vous avez bien lu ! Selon cette source, Pour ce qui est des chaussures, une substance cancérogène et sensibilisante cutané a été «retrouvée dans toutes les parties en cuir testées» !! Incroyable !

Maintenant revenons aux vêtements : 

D’après le papier du Parisien que je relaie ci dessouscitant un toxicologue de l’Agence, « sur une centaine de substances analysées, une dizaine d’entre elles sont allergènes, irritantes voire cancérigènes ».  (mais comme vous allez le lire plus bas, il faut un peu creuser cette phrase..)

Il y a a aussi des « Substances toxiques pour la reproduction », qui sont en plus des perturbateurs endocriniens aussi en cause dans l’effondrement de la fertilité comme je l’ai montré dans l’article précédent (La Qualité du sperme s’effondre, la puberté précoce, les malformations, et les cancers des testicules sont en nette augmentation : la santé reproductive diminue dramatiquement (les perturbateurs endocriniens sont en cause) 

Christophe Rousselle, chef de l’évaluation des risques liés aux substances chimiques à l’Anses, met ainsi en garde contre les substances chimiques comme les nonylphénols, « qui sont à la fois des substances irritantes cutanées, toxiques pour la reproduction et des perturbateurs endocriniens » (source)

Des substances « jamais vues » ont même été retrouvées dans des vêtements de sport … Donc … on sait pas !!

Le pire c’est que les laver avant de les mettre ne suffit pas !  

« Certaines substances disparaissent au lavage comme les nonylphénols, famille d’irritants. (combien de lavages ? NDLR) Mais, d’autres comme la paraphènylènediamine se révèle davantage » précise Le Parisien !!

La paraphénylènediamine (ou  P-phenylenediamine ou PPD) est incriminée dans les cancers de la vessie, et a été reliée à des cas de tumeurs lors de tests conduits en laboratoire par le U.S. National Cancer Institute.( Institut National contre le Cancer aux Etats Unis). Et ce n’est qu’un exemple que j’ai pris au hasard – qui n’est pas mentionné dans les médias, qui ne font que survoler la question .

(je peux prendre toujours au hasard, les nonylphénols (« toxiques pour la reproduction »), qui ne sont pas ici mentionnés comme cancérogènes mais comme simples « irritants »  : Chez la souris, des études ont démontré que le nonylphénol accroît significativement le risque de cancer mammaire ; Ou encore la Benzidinesubstance interdite classée cancérogène certain pour l’homme, qui a été aussi décelée, dont la responsabilité dans l’induction du cancer de la vessie et du cancer pancréatique a été démontrée . )

Je ne parle même pas du coton traité avec des pesticides ultra toxiques qui produisent des cancers de masse (voir vidéo ci dessus) … Z 

————————————————————————————–

L’Anses publie une étude sur les substances chimiques présentes dans nos textiles. Résultat : sur une centaine de substances analysées, une dizaine est allergènes, irritantes voire cancérigènes.

Sur l’étiquette de vos vêtements, on trouve du coton, du polyester, du cuir mais savez-vous qu’il faudrait parfois rajouter du nickel et du chrome… ? A l’heure où la guerre des prix se joue lors des soldes dans les magasins français, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) se lance dans une autre bataille.

Saisie en 2014 par le ministère de la Santé et de l’Economie après de nombreux signalements d’allergies, elle publie ce mercredi un rapport inédit sur les substances chimiques présentes dans nos vêtements et chaussures. Ainsi, des articles pointés du doigt par des consommateurs ont été passés au peigne fin comme des tee-shirts, robes, maillots de bain, pantalons neufs, achetés sur le marché.

La benzidine, un produit très toxique

Résultat, « sur une centaine de substances analysées, une dizaine est allergènes, irritantes voire cancérigènes. Il s’agit de données préoccupantes », annonce Christophe Rousselle, toxicologue à l’Anses. Parmi elles, même une substance interdite a été décelée : la benzidine, un produit très toxique contenu dans les colorants.

Qui sont les mauvais élèves parmi les enseignes ? « Nous n’avons pas ciblé de marques en particulier, répond l’expert. Ce sont des vêtements que l’on trouve partout dans les grandes chaînes sur le marché ».

Eczéma et irritations

Du côté de chaussures, les résultats ne sont guère plus encourageants : 15 des 50 produits analysés sont allergènes, irritants. Autre conclusion, si certains produits sont autorisés à un dosage limité, l’Anses conclut que ces taux ne sont pas un rempart contre les allergies. C’est le cas du chrome VI, cancérigène, contenu dans les sandales, responsable d’eczéma, d’irritations.

« Cette étude nous apprend que les normes ne protègent pas toujours », réagit Jean-Luc Bourrain, dermatologue et allergologue au CHU de Montpellier qui a participé à cette enquête. « On demande un abaissement du seuil réglementaire », réclame Christophe Rousselle.

Enfin, des substances jamais vues ont même été retrouvées dans des vêtements de sport. « On ne les connaît même pas ! Poursuit l’expert. On va donc entreprendre des études de toxicité ».

« On demande une meilleure information sur les étiquettes »

Alors, que faire pour éviter de porter ces textiles ? C’est là que le bât blesse. Le passage à la machine à laver reste bien insuffisant. « Certaines substances disparaissent au lavage comme les nonylphénols, famille d’irritants. Mais, d’autres comme la paraphènylènediamine se révèle davantage », décrit Christophe Rousselle.

Alors, il faut se tourner du côté des industriels : « Ils doivent faire le maximum pour éviter les substances allergènes ». Mais ce n’est pas tout. D’ici à la fin de l’année, l’Anses déposera un dossier auprès de l’agence européenne des produits chimiques pour demander la limitation de ces substances dans les vêtements et chaussures.

Le toxicologue s’interroge : « On demande une meilleure information sur les étiquettes. C’est obligatoire pour les cosmétiques et les produits ménagers, pourquoi ce ne serait pas le cas pour le textile ? »

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le 4 juillet 2018 dans Education - information, général, Sciences, société

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

La Qualité du sperme s’effondre, la puberté précoce, les malformations, et les cancers des testicules sont en nette augmentation : la santé reproductive diminue dramatiquement (les perturbateurs endocriniens sont en cause)

Spermatozoïdes

« Diverses hypothèses causales peuvent être évoquées, notamment les expositions aux PE » (perturbateurs endocriniens), « croissante depuis les années 1950« , d’après Santé Publique France.P

Une concentration du sperme en spermatozoïdes qui a chuté de pas moins d’un tiers en 15 ans !!! Dans 30 ans  on ne pourra plus faire d’enfants à ce rythme ! C’est affolant !! Z

Les chiffres sont formels : la santé reproductive des Français baisse, selon Santé Publique France, de la qualité du sperme au nombre de pubertés précoces. Selon l’Agence, les causes en seraient probablement environnementales, telles que l’exposition aux perturbateurs endocriniens.

Une concentration du sperme en spermatozoïdes qui a chuté de près d’un tiers entre 1989 et 2005, le nombre de cas de puberté précoce et de cancer des testicules en augmentation… La France voit sa « santé reproductive » diminuer, d’après l’Agence Santé publique France. Cette dernière s’est en effet penchée sur la question de l’influence des perturbateurs endocriniens en la matière dans son bulletin hebdomadaire du mardi 3 juillet 2018. Si cette dégradation a probablement des causes environnementales, il reste difficile de déterminer la part de responsabilité de chacune.

Une altération de la fertilité masculine avec le temps

Santé Publique France s’est penchée sur 4 formes du trouble du développement des testicules : deux types de malformations congénitales, risque accru de cancer du testicule et mauvaise qualité du sperme à l’âge adulte. Résultat : en France, 3 indicateurs sur 4 indiquent une altération de la fertilité masculine.

QUALITE DU SPERME. Selon Santé Publique France, en 15 ans la concentration de spermatozoïdes dans le sperme a baissé de 32,2%, au rythme de 1,9% par an. L’Agence rapporte également « une diminution significative non quantifiable du pourcentage de spermatozoïdes de morphologie normale« . Ce phénomène n’est pas propre à la France. Les auteurs citent une étude de 2017 qui évalue cette baisse à « 1,4% par an » en moyenne « dans les pays occidentaux (Amérique du Nord, Europe, Australie et Nouvelle-Zélande)« . « Il est possible que cette baisse ait débuté dans les années 1970 si l’on prend en compte une étude précédente réalisée en région parisienne de 1973 à 1992« , ont de plus souligné les chercheurs.

MALFORMATIONS. L’incidence des cryptorchidies, ou l’absence d’un ou des deux testicules dans le scrotum, ont augmenté de 2,6% par an en France. Selon Santé Publique France, ces cryptorchidies « résultent d’une insuffisance d’imprégnation hormonale en androgènes lors du développement fœtal » qui pourrait résulter d’une exposition pendant la grossesse à des perturbateurs endocriniens ou de mécanismes épigénétiques (l’activation ou inactivation des gènes selon les conditions environnementales). « Concernant les mécanismes épigénétiques, la possibilité d’effets sur plusieurs générations (…) via les gamètes, est à envisager« , commente l’Agence. « Les tendances de santé reproductive masculine observées aujourd’hui pourraient ainsi refléter les expositions de générations antérieures, par exemple au DDT et aux dioxines« , concluent les auteurs. Quant aux hypospadias, malformations de l’urètre caractérisées par une ouverture sous le pénis au lieu de son extrémité, leur incidence ne semble pas évoluer avec le temps.

CANCER DES TESTICULES. Parallèlement, les cas de cancers des testicules, qui se déclarent le plus souvent chez des patients âgés de 20 à 40 ans, progressent. De 1998 à 2014, l’incidence de la maladie a augmenté de 1,5% par an. Cette hausse « dans les populations d’origine nord-européenne depuis plusieurs décennies est un fait connu et encore inexpliqué« , soulignent les chercheurs.

Puberté précoce : des disparités régionales qui mettent en évidence l’impact de l’environnement

Les cas de puberté précoce commencent seulement à être recensés, par le nombre d’enfants traités. Se manifestant par des « signes de puberté avant l’âge de huit ans chez les filles et de neuf ans chez les garçons« , cette puberté peut avoir de multiples conséquences néfastes pour la santé physique (risques de cancer des organes reproductifs, maladies cardiovasculaires) et mentale. Elle touche 10 fois plus souvent les filles que les garçons. Et les différences sont marquées entre les régions, avec deux endroits particulièrement concernés : l’ancienne région Midi-Pyrénées et le département du Rhône, avec des incidences plusieurs fois supérieures à la moyenne nationale. « La puberté précoce peut être liée à des facteurs génétiques spécifiques, et des facteurs ethniques/populationnels pourraient aussi jouer un rôle« , estime Santé publique France.

Perturbateurs endocrinien, mode de vie, pollution… Des causes probablement liées à l’activité humaine

« Diverses hypothèses causales peuvent être évoquées, notamment les expositions aux PE » (perturbateurs endocriniens), « croissante depuis les années 1950« , avancent les auteurs. « D’autres causes sont possibles ou peuvent être intriquées avec les précédentes, comme le tabagisme chez les femmes enceintes (…), des facteurs nutritionnels ou métaboliques, la pollution atmosphérique ou des modifications de mode de vie (sédentarité, stress, chaleur, sommeil)« , ajoutent-ils. Mais « le rôle d’une exposition environnementale à des substances potentiellement perturbatrices endocriniennes et pouvant être d’origine anthropique (liée à l’intervention des humains, ndlr) est à prendre en considération, sans exclure des facteurs environnementaux non encore identifiés« , d’après les chercheurs.

Avec AFP.

 
3 Commentaires

Publié par le 4 juillet 2018 dans général, Sciences, société

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

Israël est prêt pour l’annexion complète de la Cisjordanie, prévient l’ONU – Les Etats-Unis et Israël forment un « groupe de travail » pour renverser le gouvernement iranien

Voilà qui pourrait déclencher un conflit assez grave … et la fuite vient de l’ONU elle même ! Ça joue sur tous les tableaux pour construire le grand Israël . Dans le même temps Les Etats-Unis et Israël forment un « groupe de travail » pour renverser le gouvernement iranien rapporte Zero Hedge : 

Un groupe de travail américano-israélien de haut niveau se réunit depuis des mois avec un objectif en tête, comme le  confirme Axios  dans un nouveau rapport : « Israël et les Etats-Unis ont formé il y a quelques mois un groupe de travail sur les efforts internes pour encourager les manifestations en Iran et faire pression sur le gouvernement du pays. « 

Bien que nous ayons peu de doute que de telles opérations secrètes ont réellement commencé il y a des années en Iran, probablement pendant  l’administration Bush,  Axios rapporte que la propagande sponsorisée par l’Etat américain et israélien bat son plein :

Au cours des dernières semaines, Israël et les États-Unis ont commencé à utiliser les médias sociaux pour transmettre des messages anti-régime au peuple iranien. Et Netanyahu a récemment posté quatre vidéos différentes sur Youtube, Facebook et Twitter – traduites en farsi – dans lesquelles il parle au peuple iranien et les encourage à protester contre le régime.

Ça bouge beaucoup en ce moment du coté de l’entité sioniste, et ça risque de chauffer de plus en plus fort dans la région !! Z

————————————————————-

Juste avant une réunion du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies sur le conflit israélo-palestinien cette semaine, un expert juridique de l’ONU a déclaré qu’Israël se rapproche de l’annexion officielle de la Cisjordanie.

“Après des années d’annexion de facto progressive par Israël des grandes parties de la Cisjordanie par l’expansion des colonies, la création de zones militaires fermées et d’autres mesures, Israël semble se rapprocher de la promulgation d’une législation qui annexera formellement des parties de la Cisjordaniea déclaré Michael Lynk, un fonctionnaire de l’ONU.

L’avertissement de Lynk a été affiché sur le site Web du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (UNHRC) – l’organe de surveillance des droits que les États-Unis et Israël boycottent, et les États-Unis ont récemment étonné le conseil en annonçant son retrait le mois derniercitant un parti pris général anti-israélien.

La déclaration de l’ONU a mis l’accent sur l’expansion israélienne : “Cela équivaudrait à une violation profonde du droit international, et l’impact de l’expansion continue des colonies de peuplement sur les droits de l’homme ne doit pas être ignoré”, a poursuivi M. Lynk. “Il s’agit de ma troisième mission dans la région depuis que j’ai pris mes fonctions en mai 2016, et les rapports que j’ai reçus cette semaine ont brossé le tableau le plus sombre de la situation des droits de l’homme dans le territoire palestinien occupé, a-t-il déclaré après son retour d’une mission de collecte d’informations dans la région.

La déclaration soulignait également les restrictions à la circulation des Palestiniens, les raids nocturnes et l’absence d’autorisations de construire, et ce que la CDH a appelé une annexion de facto progressive du territoire de Cisjordanie. Lynk présentera une description complète et finale de ses conclusions devant la 73e session de l’Assemblée générale des Nations Unies en octobre, alors qu’une enquête officielle des Nations Unies sur les récentes fusillades de centaines de manifestants palestiniens à Gaza par les forces de sécurité israéliennes est en cours, enquête qui a également été condamnée par les États-Unis et Israël lors d’un vote en mai.

Cette semaine ne servira probablement qu’à confirmer dans l’esprit de l’ambassadrice Nikki Haley que la CDH se trouve dans ses propos publiés en juin, un “cloaque de préjugés politiques”comme l’a fait lundi un certain nombre de pays à l’alinéa 7 de l’ordre du jour, qui impose l’examen des violations des droits de l’homme Israéliens contre des Palestiniens comme un alinéa permanent, et que Haley a essayé sans succès de se battre à l’Assemblée générale avant de décider de quitter le Conseil.

Le département d’État américain a noté dans une déclaration officielle qu’“aucun autre pays n’a un alinéa entier dans son ordre du jour qui lui est consacré au Conseil. Le maintien de cet alinéa dans l’ordre du jour est l’une des plus grandes menaces pour la crédibilité du Conseil”.

Cependant, la session de lundi révèle que la position ferme des États-Unis et les pressions diplomatiques en coulisses peuvent avoir un impact. Le Jerusalem Post rapporte que les nations occidentales ont boycotté de facto le débat sur l’Agenda 7 à Genève lundi :

Seulement 22%, 43 nations sur les 193 pays de l’ONU qui auraient pu prendre la parole, se sont levés pour condamner Israël. La France, qui s’était initialement inscrite pour parler, a changé d’avis au dernier moment et n’était pas présente dans la salle lorsque son nom a été appelé.

Le silence a marqué un mince signe de succès continu pour la campagne israélienne et américaine visant à abolir le mandat de l’UNRHC qui exige un débat sur les actions israéliennes contre les Palestiniens à chaque session du Conseil au titre de l’alinéa 7 de l’ordre du jour.

Ni les États-Unis, ni Israël, ni la France n’ont été dans la salle des délibérations.

La délégation palestinienne s’est toutefois félicitée des États engagés dans le “débat général engagé sur l’alinéa 7 [contre] la volonté et le souhait de la puissance occupante de ne pas participer au débat sur ce point qui aborde les pratiques illégales d’occupation et le refus de se conformer au droit international humanitaire”.

L’ambassadeur de l’Autorité palestinienne Ibrahim Khraishi a déclaré, en des termes clairement dirigés vers Israël et les États-Unis et leurs alliés, que les auteurs de violations des droits des Palestiniens devraient se retirer du Conseil et ne pas revenir jusqu’à ce qu’ils changent cette approche qui est destructrice de la loi, de la morale et des principes, et qui rajoute plus de radicalisme et promeut le terrorisme”.

Certains analystes ont prédit que l’absence des États-Unis au CDH permettra aux Palestiniens et aux Arabes d’avoir plus d’influence au Conseil ; cependant, le temps nous dira si d’autres pays, comme la France cette semaine, finiront par céder aux pressions américaines.

Source: Zero Hedge, le 3 juillet 2018 – Traduction Nouvelordremondial.cc

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

La Caisse, la Planche à Billets et le Plan….

Ou comment une petite oligarchie contrôle des institutions clefs …. (à lire cet article sur « les Gracques ») 

« Ce que nous voulons mettre en lumière par cet article, c’est le fait que la bourgeoisie d’affaires occupe les sièges d’institutions bi-centenaire ou d’agences décidant de l’avenir du pays. Que cette caste de « bien nés » passés par les même écoles, les mêmes corps d’Etat, s’appuie sur un modèle obsolète et dangereux qu’est le néolibéralisme. L’élevant à un même niveau que la religion (*). »

France, 2018. Le pays est en marche vers une croissance libérée, soutenant l’innovation de rupture et parsemant les médias de slogans en novlangue. Des institutions s’activent en dehors des ministères pour parvenir à cette fin : la Caisse des Dépôts, la Banque de France et France Stratégie. A la manœuvre trois hommes : trois parcours, trois carrières. Un trio libéral issus de deux groupes de pression : En Temps Réel et Les Gracques [1].

La Caisse et des pots

La Caisse, de son nom complet Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) est l’une des plus anciennes institutions financières publiques en France. Surnommée « le coffre-fort des Français », cette institution a fêté son bicentenaire en 2016. Créée afin de renflouer les caisse de l’Etat après le gouffre généré par les guerres napoléoniennes, celle-ci assure des missions économiques d’intérêt général (HLM, retraites, etc…).

La Caisse, dont les locaux parsèment la rue de Lille dans le 7ème arrondissement de Paris (près du Musée d’Orsay), gère des fonds d’épargne comme le livret A ou le LDD (250 milliards d’euros d’encours). Elle gère également les consignations des professions réglementées comme les notaires ou les administrateurs judiciaires (35 milliards d’euros de dépôts) [2].

Elle dispose de plus de 35 milliards en fond propres, ce qui en fait un poids lourd du secteur bancaire…au service de l’intérêt général (en comparaison : le Crédit Mutuel-CIC dispose de 40 milliards de fonds propres [3]).

La Caisse est également à la tête d’un groupe de sociétés et de filiales diverses, parmi lesquelles on peut citer : CNP Assurances, Compagnies des Alpes, Transdev ou BpiFrance. Cette dernière, appelée initialement Banque Publique d’Investissement (BPI), était une promesse de campagne de François Hollande en 2012 [4], elle sera créée en 2013.

Entre-temps, Jean-Pierre Jouyet (ENA promo Voltaire, Gracques, voir [1]) a été nommé en juillet 2012 à la tête de la Caisse, ce qui ne s’est pas fait sans heurts [5]. Suite à cela, il nommera au poste de directeur général de la BPI Nicolas Dufourcq (Gracques, cf [1]) et Ségolène Royal en tant que vice-présidente (ENA promo Voltaire).

Cette direction bicéphale tiendra peu de temps. En avril 2013, elle taclera à plusieurs reprises le directeur, notamment lors d’un point presse tenu en cours d’un conseil d’administration [6]. Un an plus tard, le remaniement gouvernemental sera l’occasion pour Royal de rejoindre le ministère de l’Ecologie et pour Jouyet le Secrétariat Général de l’Elysée. Ce dernier passera la main à un autre énarque de la promotion Voltaire, Pierre-René Lemas [7].

En 2017, suite à la victoire d’Emmanuel Macron à la présidentielle (Gracques, cf [1]), Lemas sera poussé vers la sortie (son mandat courait jusqu’en 2019 [8]), tout en continuant d’assurer l’intérim. Début décembre, Eric Lombard sera nommé à la tête de l’institution, après son départ de l’assureur Generali France (filiale du groupe italien) qu’il avait rejoint en 2013 [9]. Il est issu du monde bancaire, avec une grande partie de sa carrière passée au sein de la banque d’affaires Paribas (entre 81-89, puis 93-00) et à la BNP Paribas (entre 00-13), évoluant vers l’assurance. Il n’est pas inconnu de la Caisse, puisqu’il était administrateur chez BPIFrance en 2014. Exception, s’il en est, celui-ci est le premier HEC à ce poste, jusqu’ici occupé par des énarques.

Suite à un avis négatif de la Haute Autorité pour la transparence sur la vie publique (HATVP), concernant les possibles conflits d’intérêts du président de la commission de surveillance de la Caisse, Gilles Le Gendre (dont Generali était un client de sa société de conseil Explora & Cie), celui-ci remettra sa démission en janvier 2018 [10].

Autres conflits intéressants, Lombard fait parti du groupe de pression Les Gracques, y assurant la trésorerie [11]… Il y cotoie notamment Bernard Spitz, lobbyiste du secteur de l’assurance ou son ancien collègue à la BNP, François Villeroy de Galhau (cf [1] et partie suivante).

Depuis sa nomination, il faut mettre au crédit de Lombard qu’il se tient à la fiche de route du ministre de l’Economie. Ce dernier indique lors du lancement de la Banque des Territoires qu’elle « doit être le bras armé d’une volonté politique de solidarité et d’égalité entre les territoires français«  [12]. Métaphore implacable…

Aussi, le projet de loi PACTE qui est actuellement en vote à l’Assemblée, visera à modifier la nature de la Caisse et sa relative autonomie [13]. Dernièrement, c’est la nomination de Sophie Ferracci (ex-dircab de Macron à l’Economie) qui à fait l’objet de controverses [14].

Pour terminer ce tableau, il faut se convaincre de l’intérêt « général » de l’institution. Il suffit de consulter les rémunérations du directeur de la Caisse et des directeurs de filiales dans son rapport annuel de 2017 [15]. On peut noter les rémunérations brutes suivantes :

  • Directeur général (E. Lombard) : 400k€ + 50 k€ part variable (en année pleine, ce qui n’est pas le cas pour 2017)
  • BPIFrance (N. Dufourcq) : 400k€ + 50k€ part variable (en attente de versement)
  • Transdev (T. Mallet) : 400k€ + 50 k€ part variable
  • Société Forestière (G. Seigle) : 287k€ + 100k€ part variable
  • CDC International Capital (L. Vigier) : 262k€ + 72k€ part variable

On voit une part importante de rémunérations « plafonnées » à 450 000 € (plafond fixé par le décret de juillet 2012 [16]). Ne nous étonnons donc pas de cet appel d’offre émis en 2016 pour l’entretien du parc de l’hôtel de Pomereu (200k€ par an [17] ou que la filiale Future French Champions (qui y est domiciliée) est adossée à un fond d’investissement Qatari [18].

Cette institution « de son propre genre » n’a pas fini de vous étonner.

La Planche à Billets : les sous de Bâle

Nous allons parler d’une autre vieille institution, qui dépasse de quelques années la Caisse : la Banque de France. Elle naît en tant que banque privée en 1800 suite au coup d’État de Brumaire et le début du Consulat [19]. En 1803, lui est accordé le monopole d’émission de billets de banque, privilège qui n’a pas cessé avec l’arrivée de l’Euro en 1999.

En 1806, une loi met fin à l’autonomie de la banque et créé le statut de gouverneur, placée sous l’autorité du chef d’Etat. Napoléon Bonaparte considérant cette institution comme « sa banque » demande la baisse progressive des taux d’escomptes. Il indique ainsi « Le but de l’institution d’une Banque est de produire la réduction de l’intérêt et de le maintenir au taux le plus modéré (…) c’est à cette modération du taux de l’intérêt que tient la prospérité des manufactures et du commerce« .

C’est sous le Second Empire que Louis-Napoléon Bonaparte force la banque à ouvrir des succursales dans toutes les provinces du pays, étendant le monopole à l’ensemble du territoire. La banque est nationalisée en 1945, transformant ses actions en obligations.

Depuis 1808, la Banque de France est logée à l’Hôtel de Toulouse, rue La Vrillière dans 1er arrondissement de Paris. C’est ce bâtiment qui abrite ce qu’on appelle « La Souterraine« , salle de 11 000 m² situé au 8ème sous-sol. Celle-ci contient une partie des réserves d’or de la Banque, soit 2 435 tonnes en 2012 [20].

Aujourd’hui, « ses trois grandes missions sont la stratégie monétaire, la stabilité financière et le service économique à la collectivité » [21]. Elle participe à ce titre au Système Européen des Banques Centrales(SEBC), instance regroupant la Banque Centrale Européenne (BCE) et les banques centrales de l’UE n’ayant pas adopté l’Euro.

Au niveau international, la banque participe à la Banque des Règlements Internationaux (BRI) et au Conseil de Stabilité Financière (CSF), tous deux situés à Bâle en Suisse [22]. C’est cette première instance qui a fait l’objet d’un article du Canard Enchaîné d’avril 2017 détaillant le versement de 100 000€ à l’actuel gouverneur de la Banque de France [23].

Ce gouverneur, nommé en 2015 par François Hollande, s’appelle François Villeroy de Galhau. Le secrétaire général de l’Elysée, Jean-Pierre Jouyet, était à la manoeuvre pour promouvoir ce membre des Gracques (cf [1]). Cette promotion ne s’est pas faite sans vague, puisqu’un collectif d’économistes a signé une tribune dans le journal Le Monde contestant celle-ci [24]. Le grief principal étant les conflits d’intérêts auxquels s’expose cet ancien directeur de BNP Paribas.

Pourtant, le gouverneur est avant tout issu des rangs de l’Etat. Passé par FranklinPolytechnique (78) et l’ENA (84, comme Guillaume Pepy ou Pierre Moscovici), il commence sa carrière au Trésor, puis au cabinet de Pierre Bérégovoy au niveau européen.

Ensuite il sera directeur de cabinet à l’Economie, puis directeur des impôts entre 2000 et 2003. A cette date, il part dans le privé d’abord à Cétélem, qui fusionnera en 2007 avec la BNP Paribas. De 2008 à 2015, il sera directeur général délégué du groupe BNP Paribas [25].

Ce qui est moins exposé, c’est que ce haut-fonctionnaire/banquier est également passé par les commissions Attali de 2007 et 2010. C’est dans ces instances que les Gracques ont recrutés certains de leurs membres passés ou actuels (cf [1]).

Sa proximité avec le chef de l’exécutif n’est plus à démontrer. Les conflits d’intérêts ne viennent pas forcément du privé… Ainsi, la seconde sous-gouverneur, Sylvie Goulard a été nommé par le président en janvier 2018 [26]. L’éphémère ministre des Armées avait démissionné après les soupçons d’emplois fictifs du MoDem au parlement européen révélés en 2017. Cette promotion est controversée à double titre : le rôle dans cette affaire de l’ex-députée européenne d’une part et d’autre part ses accointances avec des lobbys bancaires.

La sous-gouverneur avait soutenu en 2015, dans Les Echos, Villeroy de Galhau en ces termes : « Des économistes, des élus crient au conflit d’intérêts. Vu de Bruxelles, le débat a quelque chose de consternant » [27]. Défendre une pratique, c’est l’encourager un peu ?

Faisons un rapide aperçu du coût brut à la collectivité de ces banquiers d’Etat en 2017 [28][29] :

  • Gouverneur (F. Villeroy) : 285 k€ + 67k€ indemnité logement + 46k€ participation BRI (maximum) (à comparer aux 450 k€ pour l’exercice 2016)
  • Sous-gouverneur (A. Le Lorier) : 224k€ + 67k€ indemnité logement
  • Second sous-gouverneur (D. Beau) : 224k€ + 67k€ indemnité logement + 21 k€ participation AMF

Les placards dorés sont encore légion dans la start-up nation

Transformer le Plan en Or

Pour une fois, il ne s’agit pas d’une institution dépassant les 100 ans dont nous allons brosser le portrait. Ce qu’on appelle le Plan ou Commissariat général du Plan a été créé en 1946. Suite à la fin de la guerre et les efforts de reconstruction, Charles de Gaulle chargera Jean Monnet d’établir un plan de relance de l’économie, soutenu financièrement par le plan Marshall [30].

Entre 1946 et 1947, le Premier Plan de Modernisation et d’Equipement sera élaboré par Monnet et son équipe. On le connaît sous le nom de Plan Monnet. En 200 pages, ce rapport étudie et liste les objectifs dans tous les secteurs économiques : Energie, acier, ciment, machines agricoles, transports. Dans le premier chapitre « Modernisation ou décadence », on peut lire : « On ne peut pas dire que la France ait à faire un choix ; car il n’y a pas de choix pour elle ; sinon entre une décadence graduelle et l’action immédiate. L’unique voie qui s’ouvre à nous est celle de la modernisation et de l’équipement ; la seule question, de savoir avec quelle rapidité nous nous y engagerons. »[31].

L’institution établira des plan quinquénaux qui seront exécuté jusqu’en 1973, lors du choc pétrolier. Ensuite, jusqu’en 1992 plusieurs plan seront élaborés, mais peu suivis d’effet. En 2005, la volonté politique est de supprimer l’institution et de la remplacer par le Centre d’analyse Stratégique (CAS). En 2013, l’établissement de la marque France Stratégie pour le Commissariat général à la Stratégie et à la Prospective est décrété [32].

Le rôle de cette institution aujourd’hui est de recommander des propositions, principalement économiques, au Premier Ministre. Par exemple, au mois de mai 2018 les publications avaient pour thème : Baisse des dépenses publiques, Financement de la protection sociale, Politiques en faveur des véhicules à très faible émissions.

A sa création, le directeur de France Stratégie était l’économiste Jean Pisani-Ferry. Il occupera le poste jusqu’en janvier 2017 ; date à laquelle il rejoindra l’équipe de campagne du candidat Macron en tant qu’architecte du programme économique [33].

A sa suite, sera nommé Michel Yahiel, l’ancien “Monsieur Social” de Hollande qui fera un bref passage d’un an. Son profil n’étant pas en adéquation avec la ligne politique du nouveau Premier Ministre Edouard Philippe, on trouvera des justifications à son limogeage. Un proche du chef du gouvernement juge ainsi les propositions des rapports délivrés comme “farfelues” ou “irréalisables” [34]. En janvier 2018, il sera muté à la Direction des retraites et de la solidarité de la Caisse des Dépots [35]. Encore un placard doré (cf La Caisse et des pots)

Un autre proche de Macron, Gilles de Margerie sera nommé pour lui succéder. Ce nom vous évoque sûrement son cousin, Christophe de Margerie, ancien patron de Total. Lui a fait le parcours classique du haut-fonctionnaire : ENS, puis ENA (promo 83). Il intègre l’Inspection générale des Finances, puis a vogué de ministère en ministère avant de rejoindre le privé en 1992 au Crédit Agricole. Il passera à l’assurance à partir de 2013 chez Humanis, avant de revenir dans le public en 2017 au ministère de la Santé (ou ministère des conflits d’intérêts [36]). Il quitte son poste de directeur de cabinet, pour le Plan “qu’il convoitait de longue date” selon des proches [37].

Cet homme est également le fondateur du groupe de réflexion “En Temps Réel” créé en 2000 avec des anciens de la Fondation Saint-Simon. Ce club du “débat progressiste” cofondés avec Stéphane Boujnah (directeur d’Euronext) regroupe de nombreux hauts-fonctionnaires, dont Jean-Pisani Ferry, Nicolas Dufourcq, François Villeroy de Galhau ou Emmanuel Macron. Margerie fait également partie des Gracques, dont une bonne partie de ses membres sont également présent dans “En Temps Réel” [38].

A n’en pas douter, ce sont les petits réseaux qui font les grandes rivières…

On est pas né du même côté d’la bourgeoisie

Ce que nous voulons mettre en lumière par cet article, c’est le fait que la bourgeoisie d’affaires occupe les sièges d’institutions bi-centenaire ou d’agences décidant de l’avenir du pays. Que cette caste de « bien nés » passés par les même écoles, les mêmes corps d’Etat, s’appuie sur un modèle obsolète et dangereux qu’est le néolibéralisme. L’élevant à un même niveau que la religion (*).

Les groupes de pressions entretiennent un entre-soi puissant chez les hauts-fonctionnaires. La frontière entre les intérêts publics et privés est d’ailleurs trouble. On se retrouve ainsi avec des banques d’affaires et des cabinets de conseils qui noyautent les ministères ; d’anciens grands patrons qui sont aujourd’hui à la tête d’institution publiques. Ce jeu trouble est très bien décrit dans l’ouvrage « Sphère publique, Intérêts privés » chez Sciences Po.

Cette « Caste Cannibale » comme la nomme Sophie Coignard et Romain Gubert (chez Albin Michel) a converti le Parti Socialiste au néolibéralisme européiste [39]. Avec Macron nous sommes passé à l’échelle supérieure : celui-ci fait partie intégrante de ces groupes promouvant cette vision de l’économie.

Enfin ces trois profils, ces trois Gracques, sont un danger pour l’autonomie et l’indépendance des institutions qu’ils représentent. La proximité de ces hommes avec le président Macron est beaucoup trop ténue pour qu’il émettent des réserves sur les politiques économiques de ce dernier. Le totalitarisme en marche ?

Notes et références :

[1] « Les Gracques : Les Français veulent savoir ! », Agoravox, 16 avril 2018, https://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/les-gracques-les-francais-veulent-203433

[2] « La Caisse des Dépôts », Sophie Coignard et Romain Gubert, Points, 2018

[3] « Le Groupe Crédit Mutuel CM11 en 2017 », https://www.creditmutuel.fr/fr/vitrine/medias/docs/groupe/communiques-de-presse/2018-02-22-resultats-2017-cm11-fr.pdf

[4] « Banque publique d’investissement (BPI) », Lui Président, http://www.luipresident.fr/francois-hollande/engagement/banque-publique-dinvestissement-3

[5] « Caisse des Dépôts : Jouyet a passé son entretien d’embauche », La Tribune, 10 juillet 2012, https://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/industrie-financiere/20120710trib000708306/caisse-des-depots-jouyet-a-passe-son-entretien-d-embauche.html

[6] « BPI : Ségolène Royal s’interroge sur le niveau de rémunération de son directeur général, Nicolas Dufourcq », Le Lab, 14 mai 2013, https://lelab.europe1.fr/bpi-segolene-royal-s-interroge-sur-le-niveau-de-remuneration-de-son-directeur-general-nicolas-dufourcq-8910

[7] « Pierre-René Lemas remplace Jean-Pierre Jouyet à la Caisse des dépôts », Les Echos, 9 avril 2014, https://www.lesechos.fr/09/04/2014/lesechos.fr/0203432196710_pierre-rene-lemas-remplace-jean-pierre-jouyet-a-la-caisse-des-depots.htm

[8] « Caisse des dépôts : Pierre-René Lemas poussé vers la sortie », Le Point, 22 août 2017, http://www.lepoint.fr/politique/caisse-des-depots-pierre-rene-lemas-pousse-vers-la-sortie-22-08-2017-2151563_20.php

[9] « Dernier feu vert attendu cette semaine pour désigner le patron de la Caisse des Dépôts », Les Echos, 8 novembre 2017, https://www.lesechos.fr/08/11/2017/lesechos.fr/030845375811_dernier-feu-vert-attendu-cette-semaine-pour-designer-le-patron-de-la-caisse-des-depots.htm

[10] « Gilles Le Gendre quitte la commission de surveillance de la CDC », Le Monde, 11 janvier 2018, https://www.lemonde.fr/economie/article/2018/01/11/gilles-le-gendre-quitte-la-commission-de-surveillance-de-la-cdc_5240361_3234.html

[11] « Conseils d’amis », Vanity Fair, juillet 2015 (extrait : https://www.vanityfair.fr/pouvoir/politique/articles/les-graques-gauche-liberalisme-macron/26513)

[12] « La Banque des Territoires de la CDC doit convaincre en interne et en externe », La Tribune, 30 mai 2018, https://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/la-banque-des-territoires-de-la-cdc-doit-convaincre-en-interne-et-en-externe-780103.html

[13] « Le projet de loi PACTE programme la banalisation de la Caisse des dépôts », CGT CDC, 14 juin 2018 https://www.cgtcdc.fr/index.php/141-articles/articles-2018/697-en-douce-le-projet-de-loi-pacte-programme-la-banalisation-de-la-caisse-des-depots-et-la-fin-de-son-autonomie-republicaine

[14] Embauches controversées à la Caisse des dépôts, Mediapart, 3 mai 2018, https://www.mediapart.fr/journal/france/030518/embauches-controversees-la-caisse-des-depots

[15] « Rapport financier 2017 », Groupe CDC, 30 avril 2018, https://www.caissedesdepots.fr/sites/default/files/medias/ra2017/rapport_financier_2017.pdf

[16] Décret n° 2012-915 du 26 juillet 2012, JORF, https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2012/7/26/2012-915/jo/texte

[17] Avis n°16-68322, BOAMP, http://www.boamp.fr/avis/detail/16-68322/1

[18] « Le Fonds bilatéral « Future French Champions » investit en Afrique », Qadran, http://www.qadran.fr/actualites/questions-a-marc-auberger-president-de-ffc-future-french-champions/

[19] https://www.napoleon.org/histoire-des-2-empires/articles/la-banque-de-france-une-des-grandes-institutions-napoleoniennes/

[20] «  »Les Secrets de l’or », de Didier Bruneel (Le Cherche Midi) », Le Monde, 21 mai 2012, https://www.lemonde.fr/economie/article/2012/05/21/les-affaires-en-or-de-la-banque-de-france_1704624_3234.html

[21] « Les missions de la Banque de France », Banque de France, https://www.banque-france.fr/la-banque-de-france/nous-connaitre/decouvrir-la-banque-de-france/les-missions-de-la-banque-de-france

[22] « Instances financières internationales : BRI et CSF », Banque de France, https://www.banque-france.fr/economie/relations-internationales/instances-financieres-internationales-banque-des-reglements-internationaux-et-conseil-de-stabilite

[23] « Les petits à-côtés du gouverneur », Le Canard Enchainé, 14 avril 2017

[24] « Banque de France : « François Villeroy de Galhau est exposé à un grave conflit d’intérêts » »,Le Monde, 15 septembre 2015, https://www.lemonde.fr/idees/article/2015/09/15/banque-de-france-les-parlementaires-doivent-rejeter-le-choix-de-l-elysee_4757539_3232.html

[25] « Qui est le futur gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau ? », BFMBusiness, 8 septembre 2015, https://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/qui-est-le-futur-gouverneur-de-la-banque-de-france-francois-villeroy-de-galhau-913251.html

[26] « Sylvie Goulard à la Banque de France : l’expertise au détriment de l’indépendance »,,, https://www.alternatives-economiques.fr/sylvie-goulard-a-banque-de-france-lexpertise-detriment-de-lindepend/00082600

[27] « Villeroy de Galhau et l’influence européenne de la France », Les Echos, 17 septembre 2015, https://www.lesechos.fr/17/09/2015/LesEchos/22025-041-ECH_villeroy-de-galhau-et-l-influence-europeenne-de-la-france.htm

[28] « Rémunération du gouverneur de la Banque de France – Rappels », Banque de France, https://www.banque-france.fr/sites/default/files/media/2018/03/13/remuneration_du_gouverneur_de_la_banque_de_france.pdf

[29] « Rapport annuel 2017 », Banque de France, https://publications.banque-france.fr/sites/default/files/medias/documents/817401_ra2017_web_juin-2018_26-06-2018.pdf

[30] « Le premier Plan de modernisation et d’équipement »,France Stratégie, 19 janvier 2016, http://www.strategie.gouv.fr/actualites/premier-plan-de-modernisation-dequipement

[31] « Le premier Plan de modernisation et d’équipement », France Stratégie, https://www.slideshare.net/France-Strategie/le-premier-plan-de-modernisation-et-dquipement

[32] Décret n° 2013-333 du 22 avril 2013, JORF, https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2013/4/22/2013-333/jo/texte

[33] « Jean Pisani-Ferry, l’architecte du programme économique de Macron », Ouest France, https://www.ouest-france.fr/elections/presidentielle/jean-pisani-ferry-l-architecte-du-programme-economique-de-macron-4830778

[34] « Matignon met France Stratégie sous tutelle, jugeant son rapport « farfelu » », La Tribune, 12 octobre 2017, https://www.latribune.fr/economie/france/matignon-met-france-strategie-sous-tutelle-jugeant-son-rapport-farfelu-753961.html

[35] « Michel Yahiel, directeur des retraites et de la solidarité de la Caisse des Dépôts », Groupe CDC, 1 février 2018, https://www.ouest-france.fr/elections/presidentielle/jean-pisani-ferry-l-architecte-du-programme-economique-de-macron-4830778

[36] « Polémique sur la direction de l’Inserm : Agnès Buzyn refuse d’être mêlée à l’affaire », Sciences et Avenir, 18 juin 2018, https://www.sciencesetavenir.fr/politique/polemique-inserm-denoncee-par-the-lancet-agnes-buzyn-refuse-d-etre-melee-a-l-affaire_125060

[37] “Gilles de Margerie à la tête de France Stratégie : the right man at the right place”, L’Opinion, 14 janvier 2018, https://www.lopinion.fr/edition/economie/gilles-margerie-a-tete-france-strategie-the-right-man-at-the-right-141414

[38] « Macron, ce médiocre », Blog Mediapart, 19 septembre 2015, https://blogs.mediapart.fr/ornito/blog/190915/macron-ce-mediocre

[39] « Hollande et la « Caste cannibale » : la « double vie » idéologique du président », Le Point, 15 janvier 2014, http://www.lepoint.fr/politique/hollande-et-la-caste-cannibale-la-double-vie-ideologique-du-president-page-3-15-01-2014-1780337_20.php

(*) Voir à ce propos les Economistes Atterés chez Thinkerview : https://thinkerview.com/economie-en-danger-flux-migratoires-brexit-et-mondialisation/

Auteur Comité des Cents pour Agoravox

 
 

Étiquettes : , ,

Bitcoin sous les 6000 dollars : le krach est-il terminé ?

 
 

Étiquettes : , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :