RSS

Les plus grandes banques mondiales seraient-elles en danger ?

28 Juin

Comme le rapporte Zero Hedge, Les banques américaines sont en baisse deouis 12 jours d’affilée – la plus longue série de baisse de l’histoire

« Si ces banques sont censées avoir une importance systémique, alors les décideurs devraient les surveiller pour voir ce qui se passe … Les baisses synchronisées étant un signe de stress financier mondial . »

 « à un moment donné, les banquiers centraux devront réagir aux signaux baissiers d’un nombre croissant de SIFIs (systemically important financial institutions = Banques systémiques ) mondiaux plutôt que de continuer à resserrer leur politique monétaire  » 

——————————————————————

Les banques américaines semblent avoir de sérieux problèmes. Du moins, c’est ce que reflète la dynamique des indices boursiers.

Le FNB (Fonds négocié en bourse) qui suit la dynamique des actions des banques américaines (XLF) chute depuis 12 jours consécutifs. Il s’agit de la plus longue baisse continue depuis 20 ans, écrit mercredi le site d’information Vestifinance.ru.

Depuis le début de l’année, les actions des plus grandes banques américaines sont dans le rouge. Et ce constat ne se limite pas aux seules institutions financières américaines. Toutes les banques d’importance systémique (membres du Conseil de stabilité financière, ou CSB) vendent à la baisse. Leur capitalisation a chuté de 22% depuis fin janvier. Curieusement, cette chute a coïncidé avec la publication des tests de stress de la Réserve fédérale (Fed) et celle des résultats du Comprehensive Capital Analysis and Review (CCAR, un test de la Fed).

Les experts sont convaincus que la situation actuelle est un signe de stress financier, que les régulateurs doivent prendre en compte et auquel ils doivent réagir au lieu de continuer de durcir leur politique monétaire.

Il y a quelques jours, la Fed a publié les résultats des tests de stress des plus grandes banques des USA.

Ces dernières ont toutes rempli les critères minimaux de la Fed dans le cadre du premier cycle des tests de stress annuels — des vérifications dans le cadre de la réforme financière Dodd-Frank (DFAST).

Comme l’indique le communiqué de la Banque centrale américaine, les 35 banques qui ont participé au test pourront poursuivre leur activité de crédit même en cas de troubles financiers comparables à ceux qui ont conduit au crash de plusieurs établissements financiers en 2008.

Dans ce cas, la perte totale des 35 banques s’élèverait à 578 milliards de dollars dans le cadre d’une récession hypothétique, mais elles seront capables de survivre à la crise sans recourir à l’aide financière des contribuables.

Le coefficient sommaire de suffisance du capital de premier niveau (Tier 1) dans le cadre des tests de stress chutera jusqu’à 7,9% par rapport à 12,3% au dernier trimestre de 2017. C’est pire que l’indice de l’an dernier, qui présageait une baisse de 9,2%.

 

Source

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 28 juin 2018 dans général

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :