RSS

Le nombre d’insectes diminue de manière spectaculaire et cela devrait vous inquiéter

17 Juin
Le nombre d'insectes diminue de manière spectaculaire et cela devrait vous inquiéter

C’est un phénomène mondial très inquiétant, et à force, le déclin de la biodiversité pourrait bien annihiler l’humanité …  Z 

Depuis la fin des années 80, la quantité d’insectes diminue fortement, indique une étude de scientifiques de Radboud University aux Pays-Bas, sur base de l’analyse d’insectes volants collectés au sein de plus de 60 réserves naturelles en Allemagne.

Avec cette étude, les entomologistes souhaitent faire comprendre que les insectes sont nécessaires à la survie de l’humanité. « Il s’agit de la chaîne alimentaire classique de troisième catégorie », a déclaré Richard Redak, entomologiste à l’Université de Californie, Riverside, et co-auteur du livre « Bugs Rule! »

« Si vous perdez des insectes, vous avez un problème « 

Une étude antérieure s’était concentrée principalement sur l’influence du changement climatique sur des espèces prises individuellement. Ces expériences avaient suivi des insectes particuliers tels que des papillons, des abeilles ou encore des mites.

Cependant, l’étude des chercheurs des Pays-Bas, de l’Allemagne et du Royaume-Uni a fait quelque chose de totalement différent. Plutôt que de se concentrer sur une seule espèce d’insecte ou de cataloguer différentes variétés de punaises, les scientifiques ont collecté tous les insectes volants de 63 réserves naturelles allemandes de 1989 à 2016.

Les chercheurs de la Radboud University ont fait usage de pièges grâce auxquels toutes sortes d’insectes volants  pouvaient être rassemblés. Les données de cette étude publiées dans la revue PLOS One, ont montré une baisse de 76% de la biomasse des insectes de mars à octobre et un déclin de 82% en plein été, alors que les insectes sont généralement durant cette saison à leur apogée.

Chaîne alimentaire

« L’étude démontre que toutes les espèces d’insectes volants, pas seulement les plus vulnérables, ont rapidement diminué en quelques décennies » explique le responsable de l’étude, Caspr Hallmann, biologiste auprès de la Radboud University. « Des pièges à d’autres endroits ont même été retrouvés presque vides. »

L’analyse a indirectement permis d’avoir une idée de la quantité d’insectes disponibles pour jouer un rôle d’herbivores, de pollinisateurs et de nourriture pour d’autres animaux. « Vous pouvez être sûr que si vous perdez les trois quarts de la biomasse des insectes, une partie importante des animaux qui se trouvent plus haut dans la chaîne alimentaire – les oiseaux, les chauves-souris et les amphibiens – seront affectés », a déclaré M. Hallmann. « Il y aura forcément des conséquences. »

« En fait, l’étude a été inspirée par le déclin de la quantité d’oiseaux aux Pays-Bas, ce qui a mené à étudier les sources de nourriture des animaux » explique Hallmann. « L’hypothèse est que la perte des insectes rend la capture de proies plus difficile pour les oiseaux. »

Pas d’extrapolation

L’étude n’avance pas de cause à ce phénomène, mais des causes traditionnelles, comme le changement  climatique, ne semblent pas avoir joué un rôle. Ces 30 dernières années, l’Allemagne a en effet connu une légère augmentation des températures, ce qui aurait mener à une hausse de la quantité des insectes. Le changement dans la diversité des plantes et dans le paysage naturel ne semble pas non plus avoir eu un impact.

Au lieu de cela, les chercheurs pensent que les insectes des réserves naturelles ont pu être affectés par les terres avoisinantes. Pour Eric Porter, un biologiste du Service américain de la faune et de la pêche ayant eu accès à l’étude, les changements dans les pratiques agricoles peuvent expliquer une grande partie de la perte de biomasse des insectes.

Selon M. Hallmann, cela pourrait inclure des engrais et des pesticides qui s’infiltrent dans les réserves, ou le fait que les insectes quittent les réserves pour des environs proches mais inhospitaliers. L’étude ne spécifie pas si ces résultats concernant la perte de biomasse peuvent être généralisés à d’autres parties du monde.

Les réserves naturelles allemandes sont caractéristiques du nord-ouest de l’Europe, mais ces zones ne ressemblent pas à des parcs naturels plus vastes dans des régions telles que les États-Unis, le Canada ou le Brésil. Cela ne veut pas dire que d’autres régions ne connaissent pas les mêmes baisses, mais cette étude n’a pas réalisé de telles comparaisons.  « Nous ne pouvons pas extrapoler », a déclaré M. Hallmann, « mais la preuve que nous avons est que tous les points vont dans la même direction, et c’est dans le sens du déclin. »

Source

Publicités
 
3 Commentaires

Publié par le 17 juin 2018 dans Climat - Environnement, général, société

 

Étiquettes : , , , , , , ,

3 réponses à “Le nombre d’insectes diminue de manière spectaculaire et cela devrait vous inquiéter

  1. astrojournal

    17 juin 2018 at 5:25

    Je ne sais pas si cette étude a vraiment un caractère scientifique. Moi, je constate que, dans mon jardin, il y a toujours autant d’abeilles, et de bourdons sur la lavande, mais moins de guêpes, mais de nouveaux insectes, inconnus il y a quelques années, des sortes de gros bourdons allongés, bleutés tirant sur le noir. Ils sont très occupés autour des fleurs et ne semblent pas du tout s’intéresser aux humains. Encore une immigration de masse. D’où viennent-il ? Mystère. Les moustiques, eux, sont bien de retour, et l’on s’en passerait bien.

     
  2. techno

    17 juin 2018 at 10:22

    Je pense que c’est surement le bourdon asiatique que tu vois, il est un prédateur et est devenu « le haut » de la chaine, enfin d’une partie et il n’existe quasi pas de prédateurs contre ce frelon qui est entrain d’envahir toute l’europe et fait disparaitre toutes nos anciennes races d’abeilles et guepes qui étaient si utile à notre nature et toute sa biodiversité en europe.

     
    • astrojournal

      18 juin 2018 at 10:13

      Merci pour ta réponse. C’est bien ce je pense : encore une invasion migratoire !
      ceci dit, elle font leur boulot de pollinisateurs, mais, bien sûr, ne donnent pas de miel.

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :