RSS

Archives du 4 juin 2018

Pesticides : il n’y aura pas de périmètres de protection près des habitations !

Encore une reculade du gouvernement sur un sujet primordial ! Du grand n’importe quoi ! Le lobbying est passé par là c’est flagrant, puisque ce sont les députés eux même qui refusent cet amendement « peu contraignant » qui tenait pourtant du pur bon sens et de la précaution absolument nécessaire avec ce sujet de santé publique vital. C’est jouer gravement avec notre santé, un véritable suicide collectif permis par nos propres députés dont les riverains se plaignent pourtant des effets dévastateurs des pesticides . Quand aux autorités, elles sont inconscientes !!! Z   

Corruption . Dans l’ombre, les lobbyistes tentent d’influer sur les lois. Infiltration, petits cadeaux et amendements clé en main, toutes les méthodes sont bonnes pour parvenir à leurs fins. Pour preuve, le dernier amendement identique en faveur des pesticides, présenté par pas moins d’une soixantaine de députés. Qui transmet les travaux des parlementaires aux lobbies ? Résultat, ce sont les citoyens qui en feront les frais, ils ne seront pas protégés par une interdiction des pesticides, pourtant promise. Ça continue à trahir les promesses faites, sachez vous en souvenir au moment d’élire vos « représentants ». Pesticides : la liste des députés qui ont voté contre l’interdiction du glyphosate

Un amendement au projet de loi sur l’agriculture et l’alimentation, pourtant peu contraignant, destiné à protéger des pulvérisations de pesticides les riverains des parcelles cultivées, a été critiqué par les députés. Le ministre de l’Agriculture a décidé de retirer ce texte pourtant préparé par le gouvernement.

Averti que la colère gronde en Gironde où de nombreux parents demandent à ce que leurs enfants n’aillent plus en cour de récréation au moment des épandages de pesticides dans les écoles situées à proximité des vignes*, averti que des personnes de plus en plus nombreuses se plaignent des effets des pesticides pulvérisés près de chez eux partout en France, le gouvernement avait introduit un amendement timide au projet de loi sur l’agriculture et l’alimentation pour permettre des mesures de protection.

Il n’était pas question de créer une zone tampon sans pesticide (mais cultivable en agriculture biologique) comme le demande de nombreux riverains de cultures. Mais ce texte de loi aurait permis, sans rien d’obligatoire, d’interdire ou d’encadrer l’utilisation de pesticides dans des zones  » attenantes aux bâtiments habités et aux parties non bâties à usage d’agrément, contigües à ces bâtiments « . Autrement dit, les jardins des habitations et les cours de récréation des écoles.

Une promesse non tenue !

Les députés, principalement du parti Les Républicains, ont fait savoir au ministre qu’ils ne voulaient pas de cet amendement. Le ministre s’est plié à leur demande et l’a retiré.

 » Cette position du ministre Travert est proprement scandaleuse alors même qu’il s’agissait d’une promesse faite dans le cadre du plan pesticides, par les ministres du gouvernement « , a déclaré François Veillerette, directeur de l’ONG Générations Futures. Il a ajouté que l’ONG est assaillie d’appel de victimes de pesticides.

» Rappelons au ministre que des études sont en cours au sein de Santé publique France parce que justement, ce sujet de l’exposition des riverains aux pesticides, considérés comme des populations vulnérables au sens du Règlement européen 1107/2009, est une préoccupation des services de santé. Le récent rapport de l’IGAS et du CGEDD** montre clairement que des substances dangereuses sont toujours utilisées et impactent les populations « .

Les riverains des champs traités sont exposés aux pesticides 24h sur 24h et 365 jours par an

Une étude publiée par l’association Générations Futures en 2016 a montré que les poussières des maisons, à proximité des champs traités, sont pleines de pesticides. Une vingtaine par foyer en moyenne. C’est vrai pendant la période des pulvérisations, au printemps et en été, mais également le reste de l’année. Sur les vingt pesticides trouvés dans les poussières, douze sont des perturbateurs endocriniens(hormonaux) potentiels, soit plus de 60%. Plus grave : en concentration (quantité), ils représentent 98% des pesticides détectés (17,3 sur 17,6 mg/kg). Ces substances chimiques interfèrent avec le fonctionnement du système hormonal et induisent des effets néfastes sur l’organisme d’un individu et/ou de ses descendants.

« C’est la FNSEA et les autres lobbys agricoles qui l’ont emporté au détriment de l’intérêt général et de la santé publique » se désole aujourd’hui Générations Futures.

Zoé Fauré pour Bioaddict

Via LME

Publicités
 

Étiquettes : , , , , ,

“Eurocalypse! Les Allemands veulent une procédure ordonnée de sortie de l’euro !”

Tiens, une news fort importante que je n’avais pas vue et qui date d’il y a 2 jours … Ça confirme ce qu’on savait déjà depuis les dernières élections en Grèce quand les grecs voulaient renégocier, les allemands non plus ne veulent plus de cette Europe . Et avec ce qui vient de se passer en Italie, ils sont encore plus tendus les Allemands !!! Et ils sont plus clairs surtout : les médias, qui relayent les milieux économiques et les élites, anticipent maintenant ouvertement une procédure ordonnée de sortie de l’euro . Je pense que … c’est du bon sens allemand !! Les politiques allemands n’en pensent pas moins, on sait qu’ils ont un plan B sur la table pour une autre Europe, celle du Nord . Ils n’en peuvent plus des PIIGS !! Un prochain clash en Europe semble inévitable, je ne vois pas comment tout ça peut tenir . Les événements s’accélèrent assez vite en ce moment quand on regarde bien ! Z 

Eurocalypse saison 2 épisode 1!! Le Frankfurter Allgemeine Zeitung est un grand, très grand quotidien allemand. Et quand dans le Frankfurter Allgemeine Zeitung il y a 154 des plus grands économistes allemands qui piquent une gueulante, cela s’entend – enfin, façon de parler, vu que les gueulantes écrites ne sont pas bruyantes en soi, mais vous voyez l’idée, cela fait désordre…

On y arrive enfin… Enfin pas tout à fait encore, mais on s’en rapproche. Explications.

Le projet de Macron ? C’est nein !

Bon, tout d’abord, ils commencent par mettre parfaitement à l’aise notre président jupitérien, Macron, en expliquant vertement que ses propositions, il peut se les garder et se les mettre là où ils le pensent aussi délicatement.

« Nous – 154 professeurs d’économie – mettons en garde contre la poursuite du développement de l’union monétaire et bancaire européenne en une union de responsabilité. Les propositions du président français Macron et du président de la Commission européenne Juncker mentionnées dans l’accord de coalition de Berlin comportent des risques élevés pour les citoyens européens. »

Les machins européens du type MES et Union bancaire, c’est… nein aussi !

Puis, ils vont poursuivre en expliquant tout le bien qu’ils pensent des machins européens du type MES (Mécanisme de stabilité européen) qui consistent, pour eux, de même que les garanties des dépôts et autres joyeusetés comme le rachat des dettes via le rachat de 2 550 milliards d’euros d’obligations par la BCE (au passage vous apprenez le vrai chiffre des quantitative easing européens). Pour eux, tout cela consiste à « communautariser » et à « socialiser » les pertes, les dettes et les déficits.

La socialisation des pertes, c’est nein tout pareil…

Ils vont donc au passage livrer une petite leçon de morale à tout ce beau monde en expliquant que « le principe de responsabilité est une pierre angulaire de l’économie sociale de marché »… et qu’ils « demandent donc au gouvernement fédéral de revenir aux principes de base de cette économie sociale de marché ».

Et enfin, cerise sur le gâteau, que dis-je persil sur les carottes, ou encore « cherry on the top of the cake » comme le disent si bien nos amis anglais, nos économistes germains demandent également de prévoir immédiatement deux procédures.

La sortie de l’euro et la faillite ordonnée c’est jaja et schnell schnell

Une procédure de faillite d’insolvabilité ordonnée pour les États et…

Une procédure de retrait ordonnée de l’euro…

Aïe, ouille,… vous voyez, on peut dire qu’outre-Rhin, ils risquent d’avoir furieusement envie de laisser sortir l’Italie et tous ceux qui le veulent.

Surtout, ne vous forcez pas à rester dans l’euro et ne vous forcez pas à faire croire que vous êtes solvables alors que vous êtes ruinés…

Bon, au passage, vous apprenez aussi qu’on est en faillite ! Non parce que si nos amis les Allemands veulent que l’on se dote d’une procédure « ordonnée d’insolvabilité » et de « retrait de l’euro », c’est que la situation n’est pas franchement brillante, même si selon les tenants de la ligne Maginot en France, les nuages radioactifs s’arrêtent toujours à la frontière de l’Hexagone, et qu’avec Jupiter, nous ne craignons plus rien, il n’en demeure pas moins que notre pays est en faillite. L’Italie est en faillite. La Grèce est en faillite, l’Espagne est en faillite, le Portugal aussi, et je peux continuer longtemps cette liste, parce qu’en fait, il n’y a à peu près que l’Allemagne qui ne soit pas en faillite avec les Pays-Bas…

Et que dit la Merkel ?

La chancelière allemande, elle, se dit favorable à un renforcement de la zone euro et elle a apporté son soutien à la proposition de son ministre des Finances, le social-démocrate Olaf Scholz, à savoir qu’elle veut bien transformer le MES (Mécanisme européen de stabilité) en un mécanisme de démantèlement des banques en faillite… ce qui n’est plus franchement la même chose… Tout en sachant qu’elle juge « que chaque État membre au sein de l’union monétaire doit assumer la responsabilité de ses choix politiques ».

Une manière pudique de dire… « chacun sa merde » !

Pour ceux qui veulent en savoir un peu plus, ce qui pourrait être utile dans les temps qui viennent, sur comment survivre à l’Eurocalypse, vous pouvez acheter le dossier spécial ici. Je rappelle également que ce dossier est accessible à tous les abonnés de la lettre STRATÉGIES. En vous abonnant à la lettre STRATÉGIES, vous aurez accès aux 12 prochains mois de lettres et dossiers mais aussi aux 30 lettres et dossiers déjà en ligne, dont celui sur « Comment survivre à l’Eurocalypse ». Pour en savoir plus, c’est ici.

Vu que l’Europe se délite comme c’était prévisible à vitesse grand V, il va être temps de réapprendre la souveraineté, la responsabilité et l’indépendance. En trois mots ?

Vive la France !!

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT

 
1 commentaire

Publié par le 4 juin 2018 dans économie, général, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , ,

La Deutsche Bank est elle sur le point d’imploser ?

Il y a quelques jours pendant la crise Italienne la Deutsche bank a montré d’énormes signes de faiblesse qui alertent nombre d’analystes , son action est descendue sous les 10 e (voir graphique ci dessus qui compare avec Lehman) Selon Peter Schiff même si Deutsche Bank est la banque la plus dangereuse sur le plan systémique au monde (selon le FMI), ce n’est que la pointe de graves problèmes financiers mondiaux bien pires qu’en 2008

Selon Zero Hedge « La Deutsche Bank montre clairement des signes de difficultés financières. Plus important encore, ce sont les magnitudes plus grandes, en termes d’exposition dérivée, que Bear Stearns et Lehman Brothers réunis.  Bear Stearns et Lehman Brothers n’étaient pas des banques et ne détenaient pas de dépôts. En tant que tels, ils posaient beaucoup moins de risques pour le système financier. »  

Comme Doug Kass l’a récemment noté :

« Les risques collatéraux pour l’Europe sont importants, notamment pour la BCE et l’Allemagne. À l’extrême, cela pourrait signifier que l’Italie se sépare du reste de l’UE. Pour moi, comme je l’ai écrit dans le passé, Deutsche Bank est particulièrement exposée.

Mais, pour cet observateur, qui a toujours prévenu que la  Deutsche Bank serait le prochain Black Swan  et sur les déséquilibres du système bancaire européen (notamment en Italie), les risques d’un éventuel effet multiplicateur négatif sur les autres intermédiaires financiers européens et sur les perspectives sont profondément réelles. « 

La Deutsche Bank est elle sur le point d’imploser ? Voici quelques précisions . Z

La Deutsche Bank a été une pièce maîtresse, manœuvrée par le Conseil des Treize afin de renforcer le potentiel stratégique de la Russie, précisément en vue des événements attendus : à savoir la concrétisation du plan conçut par le Maréchal Ogarkov dans les années 70. Les méandres des activités de cette banque allemande a des implications politiques et financières incluant de nombreux banquiers occidentaux,le Kremlin, le président américain, des politiciens, des hommes d’affaires et oligarques russes, des banquiers du secteur bancaire d’anciennes nations du bloc soviétique (comme la Moldavie), etc. Un système de corruption impliquant tout le processus décisionnel des Etats. En 2014, il y eut les JO d’hiver de Sotchi. On s’est bien gardé de révéler que la Deutsche Bank avait été le plus grand prêteur occidental pour ces JO d’hiver. Le groupe ALFA du bloc de commandement russe revient en force. Le Kremlin et l’entourage de Donald Trump. La City, la Deutsche Bank et la banque d’état russe VTB. 

L’ancien PDG de la Deutsche Bank, J. Ackerman, a reconnu dans une interview de juin 2016 que le blanchiment d’argent avait été le modèle d’affaires de Chypre. Son nom est associé à celui de Wilbur Ross, le généreux donateur pour D. Trump (son actuel ministre du Commerce) et pour le Premier ministre israélien B. Netanyahu. Conclusion sur la véritable histoire d’une banque européenne stratégique pour le Conseil des Treize. Trois dates fondamentales du Plan Occulte : 31 décembre 1999 / 11 septembre 2001 / 21 août 2013. Les confidences de « Lionel » du 21 janvier 2017 : voilà le nouveau monde qu’imposeront d’ici seize mois les maîtres occultes de l’Échiquier planétaire.

La récente actualité autour de DEUTSCHE BANK n’est absolument pas fortuite. Depuis de nombreuses années, dans le cadre de la lettre LIESI et surtout de LISO, nous avions indiqué que la plus importante banque allemande connaîtrait un effondrement spectaculaire. Il est en soi normal que le projet de la Haute finance, passant par l’implosion de la zone euro à partir du secteur bancaire, cible… la plus grosse banque allemande.

La récente actualité financière revient donc sur la DEUTSCHE BANK, mais dans le cadre d’une guerre commerciale (annoncée par la source « Lionel » en janvier 2017) avec l’Europe, la rupture unilatérale des Accords avec l’Iran par l’agent sioniste Donald Trump (dont la survie financière a été en partie le fait de manœuvres consentantes de la direction de la DEUTSCHE BANK – voir les numéros publiés sur ce sujet).

L’agence de notation financière Standard and Poor’s (S&P) vient d’abaisser d’un cran, à BBB+, la note de la dette à long terme de la Deutsche Bank. Elle pointe «des risques d’exécution considérables pour la nouvelle stratégie du groupe sur fond d’un marché défavorable».

A cela il faut ajouter le commentaire du Federal Deposit Insurance Commission (FDIC), l’organisme américain de garantie des dépôts bancaires, précisant que la plus grosse banque allemande menaçait la survie du secteur bancaire !

Ce n’est pas tout : la banque centrale américaine annonce qu’elle classe la Deutsche Bank dans la catégorie des institutions « en difficulté » (Wall Street Journal).
Logiquement, le cours de la banque allemande a presque plongé de 10% pour se reprendre vendredi. Néanmoins, comme le souligne Sputniknews : « …les ventes ont frappé également ce qu’on appelle les CoCo bonds de la banque — ou ‘contingent convertible bonds’. A présent, leur rendement est même plus bas que ceux de l’Ukraine ».

Logiquement, le note de solvabilité financière de Deutsche Bank sera encore rétrogradée.

Est-ce pour autant que le gouvernement de Berlin devient plus humble, faisant un mea culpa pour son attitude bien légère dans cette affaire ? Pas du tout ! Quelques-uns de ses politiciens ont des mots très durs contre les Italiens alors que l’Allemagne est en première position pour provoquer une onde de choc systémique sur la planète finance. Bien évidemment, ce n’est pas elle qui poussera le premier domino dans l’abîme, mais cela viendra du cartel bancaire, propriétaire des banques centrales occidentales qui, cette fois, ne feront rien pour éviter une crise comme le pensent ces « idiots utiles » dont parlait Lénine à propos des Occidentaux.

Est-ce que les gens prennent conscience du danger ?

Non, le 1er juin on s’est rué sur les actions et les banques européennes dans un contexte où les néo-conservateurs de Washington et de Chicago manifestent plus lisiblement leur haine de l’Europe.

Certainement que quelques retardataires ont compris le message envoyé par la banque centrale américaine et ont coupé court à tout lien avec ce qu’il convient d’appeler un « Lehman puissance dix »…

Source Lettre Liesi

 
1 commentaire

Publié par le 4 juin 2018 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :