RSS

Archives du 3 avril 2018

Argent liquide, chargeurs, clés… : ces 10 choses qui disparaîtront d’ici 10 ans

Infographic

L’industrie 4.0, ou industrie du futur, représentera jusqu’à 800 milliards d’euros d’investissements annuels dans le monde, dont 140 milliards en Europe. C’est pourquoi de nombreux objets et processus disparaitront d’ici les 10 prochaines années.

La digitalisation – Le changement est la seule constante

Le futur de la digitalisation apporte de nombreuses nouveautés à tous les domaines de notre vie. Les processus intelligents facilitent et optimisent notre quotidien. Néanmoins, les innovations prennent généralement du temps avant d’être adoptées et mises en place de manière étendue. Ce phénomène s’observe particulièrement dans le domaine du paiement digital, qui exacerbe les disparités régionales. Selon une étude du Boston Consulting Group, toutes les transactions financières devraient être digitalisées en Inde d’ici à 2022, faisant, en conséquence, disparaître les paiements en liquide. Loÿs Moulin, directeur du développement du Groupement des Cartes Bancaires, déclare à ce sujet que « sur la base des tendances actuelles, nous estimons qu’en 2024, les règlements en argent liquide devraient représenter autour de 9 % des dépenses de consommation totale des ménages en France”. Les innovations ne cessent de se multiplier: à titre d’exemple, la Start-up allemande Volocopter a testé un taxi volant à Dubaï en septembre 2017. L’essai, sans passagers à bord, a été couronné de succès. Dans les dix prochaines années, la révolution digitale aura de sérieuses répercussions sur tous les domaines de notre quotidien; un changement s’opèrera sur les objets que nous utilisons, sur nos processus, ainsi que sur nos habitudes.

source

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le 3 avril 2018 dans général, société

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Israël a droit à un territoire, dit le prince héritier saoudien

Le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane

Quel hypocrisie !!! L’Arabie saoudite ne reconnaît pas officiellement Israël, mais il coopère étroitement, passe des accords, et fricote avec l’entité sioniste, dont il est l’allié – alors que le seul pôle résolument anti sioniste de la région, c’est l’Iran ! Le sionisme international étend sans cesse ses énormes tentacules . Et l’idéologie wahhabite qui inonde le monde sert bien sa cause … Z 

Le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, estime, dans une entrevue publiée dans un magazine américain, qu’Israël a le droit de vivre en paix sur son territoire, nouveau signe d’un certain rapprochement entre Riyad et Tel-Aviv.
 
1 commentaire

Publié par le 3 avril 2018 dans général, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , ,

Syrie : la Turquie met en garde contre une « invasion » par la France

Syrie : la Turquie met en garde contre une "invasion" par la France
Des représentants des combattants kurdes (photo) reçus à Paris ont affirmé que la France allait renforcer son dispositif militaire dans la région.@ MARWAN IBRAHIM / AFP

C’est le retour de la France Belliqueuse au proche Orient . Quoi qu’on pense d’Erdogan, et bien qu’il défende ses intérêts,  il ne balance pas tout ça par hasard . « Invasion », le mot est fort … Il semble qu’un mauvais coup se prépare au proche Orient, malgré les dénégations de l’Elysée . Macron va-t-il enflammer la situation et faire entrer la France en guerre ?? Ne pas minimiser cette news …. Z

Ankara a mis en garde samedi contre une « invasion » française dans le nord de la Syrie, après que des représentants des combattants kurdes aient été reçus vendredi à l’Élysée. 

Le ministre turc de la Défense a mis en garde samedi contre une « invasion » française dans le nord de la Syrie, après que des représentants des combattants kurdes reçus à Paris ont affirmé que la France allait renforcer son dispositif militaire dans la région.

« Si la France prenait une mesure comme un déploiement militaire dans le nord de la Syrie, cela serait une mesure illégitime, contraire au droit international », a déclaré aux médias le ministre Nurettin Canikli. « Ce serait une invasion ». La France avait elle-même en février mis en garde la Turquie contre toute velléité d' »invasion » de la Syrie, après le lancement d’une opération contre les combattants kurdes des Unités de protection du peuple (YPG), un groupe classé « terroriste » par Ankara mais allié à la coalition internationale pour lutter contre le groupe État islamique (EI) en Syrie.

Que la France « regarde sa propre histoire ». Lors d’un discours télévisé devant ses partisans samedi à Istanbul, le président turc Recep Tayyip Erdogan a tenu à rassurer à nouveau son homologue français Emmanuel Macron, en expliquant que l’opération menée par Ankara en Syrie « n’est pas une invasion, mais vise à sauver la région de gangs sanguinaires ». « Comment peux-tu te lever et nous donner des leçons de civilisation ? Regarde d’abord ta propre histoire », a-t-il poursuivi, évoquant la Guerre d’Algérie et l’opération française en Libye en 2011, la qualifiant d' »occupation ».

Pas de nouvelle opération militaire française prévue. L’Élysée a affirmé vendredi que la France ne prévoyait pas de nouvelle opération militaire dans le nord de la Syrie en dehors de la coalition internationale contre l’EI. Mais elle « n’exclut pas de reproportionner son intervention en Syrie (…) pour atteindre ses objectifs, uniquement dans le cadre de la coalition », a ajouté la présidence, sans plus de précisions. Des forces spéciales françaises sont présentes en Syrie, mais la France reste très discrète sur ce point.

La Turquie veut poursuivre son offensive militaire. Ces précisions ont été données au lendemain de déclarations de responsables kurdes qui ont assuré, après avoir été reçus à l’Élysée, que Paris allait envoyer de « nouvelles troupes » dans la région de Minbej dans le nord de la Syrie, tenue par les YPG qu’Ankara a promis d’éradiquer. Après la prise du canton d’Afrine, dans le nord-ouest, le 18 mars, la Turquie a affirmé sa volonté de poursuivre son offensive militaire en Syrie plus à l’Est.

Dialogue. Au cours de l’entretien du président français avec les représentants des Forces démocratiques du peuple (FDS), dont les YPG sont le fer de lance, Emmanuel Macron a aussi prôné un dialogue entre Ankara et les FDS « avec l’assistance de la France et la communauté internationale », selon l’Élysée. La Turquie a opposé vendredi une fin de non-recevoir à cette offre de médiation, le président Erdogan se disant « extrêmement peiné » par la position « totalement erronée » de Paris.

Source

 
Poster un commentaire

Publié par le 3 avril 2018 dans général, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :