RSS

Sans précédent : la Chine va payer ses importations de pétrole en yuan dans un coup majeur contre le dollar !!

01 Avr
Sans précédent : la Chine va payer ses importations de pétrole en yuan dans un coup majeur contre le dollar (Zero Hedge)

Ça se précise assez vite ……..

Quelques jours seulement après le lancement officiel des contrats à terme sur le pétrole brut par Beijing libellé en yuan (avec une forte hausse, comme le montre le graphique ci-dessous, surpassant le volume des échanges de Brent) qui devraient rapidement devenir le troisième prix de référence mondial aprés le Brent et le WTI, la Chine a franchi la prochaine étape importante dans la remise en cause de la suprématie du dollar comme monnaie de réserve mondiale (et l’internationalisation du yuan) lorsque Reuters a rapporté jeudi que la Chine a pris les premières mesures pour payer le brut.

 

Sans précédent : la Chine va payer ses importations de pétrole en yuan dans un coup majeur contre le dollar (Zero Hedge)

Un programme pilote de paiement en yuan pourrait être lancé dès la seconde moitié de l’année et les régulateurs ont déjà demandé à certaines institutions financières de « préparer le prix des importations de pétrole brut en yuan », révèlent des sources selon Reuters.

Selon le plan proposé, Pékin commencerait par des achats à la Russie et à l’Angola, deux nations qui, comme la Chine, veulent briser la domination mondiale du dollar. Ils sont également deux des principaux fournisseurs de pétrole brut de la Chine, avec l’Arabie saoudite.

Un changement de la monnaie transactionnelle par défaut du pétrole brut – qui a été pendant des décennies le « Petrodollar », donnant aux États-Unis le statut de monnaie de réserve mondiale – aurait des conséquences monumentales pour les allocations de capitaux et les flux commerciaux, sans parler de la géopolitique : comme le note Reuters, un déplacement d’une petite partie seulement du commerce mondial du pétrole vers le yuan est potentiellement énorme. « Le pétrole est la marchandise la plus échangée au monde, avec une valeur commerciale annuelle d’environ 14 billions de dollars, soit à peu près l’équivalent du produit intérieur brut de la Chine l’année dernière ». A l’heure actuelle, la quasi-totalité des échanges mondiaux de pétrole brut s’effectue en dollars, à l’exception d’environ 1 % dans d’autres monnaies. C’est la base de la domination étatsunienne dans l’économie mondiale.

Toutefois, comme le montre le graphique ci-dessous, qui suit les premiers jours de négociation des contrats à terme sur le pétrole chinois, ce statu quo pourrait changer rapidement.

Sans précédent : la Chine va payer ses importations de pétrole en yuan dans un coup majeur contre le dollar (Zero Hedge)

Superficiellement, pour la Chine, ce serait une question de fierté nationaliste de voir le commerce du pétrole transiger en Yuan : « Etant le plus gros acheteur de pétrole, il est naturel pour la Chine de faire pression pour l’utilisation du yuan pour le règlement des paiements. Cela permettra également d’améliorer la liquidité du yuan sur le marché mondial », a déclaré l’une des personnes informées sur la question par les autorités chinoises.

 

Il y a d’autres considérations derrière le lancement du contrat pétrolier libellé en yuan, comme l’explique Goldman :

  •   Un outil commercial de référence et de couverture. Jusqu’à présent, les importations chinoises de pétrole étaient basées sur les références FOB, les contrats d’approvisionnement à long terme réglant Platts Oman/Dubai ou Dated Brent. Le contrat INE a donc le potentiel de devenir la référence en matière de prix pour le pétrole brut CIF Chine, permettant la couverture financière des entreprises. Sa structure d’entrepôt est cependant susceptible de limiter son utilisation pour la livraison physique du brut et peut en fait parfois réduire son efficacité de couverture.
  •  Un nouveau vecteur d’investissement pour les investisseurs chinois. La majorité des volumes de négociation des contrats à terme sur produits de base en Chine proviennent d’investisseurs de détail, mais ces derniers avaient jusqu’à présent peu de possibilités de négocier des contrats à terme sur le pétrole. Le contrôle des capitaux de la Chine était le principal obstacle aux contrats commerciaux comme le Brent, car les autorités n’autorisent que des sorties de fonds de 50 000 dollars par an et par personne. Bien que plusieurs contrats de pétrochimie et de bitume soient déjà commercialisés en Chine, INE sera le premier contrat pour le pétrole brut, ce qui suscitera probablement un intérêt important.
  • Accès direct aux marchés chinois des matières premières pour les investisseurs étrangers. La Chine offre des marchés de matières premières profonds et liquides à ses investisseurs onshore. Toutefois, en raison du contrôle serré des capitaux en Chine, les investisseurs étrangers n’ont jusqu’à présent pu les négocier que par l’intermédiaire de filiales qualifiées à terre. Le contrat INE ouvre le premier canal pour les investisseurs offshore à négocier sur son marché des matières premières onshore, avec à la fois le dépôt en USD et les plus-values transférables sur des comptes offshore. Le gouvernement a également annoncé la semaine dernière qu’il renonce à l’impôt sur le revenu pour les investisseurs étrangers qui négocient ces nouveaux contrats pendant les trois premières années. L’obligation de négocier en yuan ajoutera également une exposition au risque de change pour les investisseurs étrangers. Nous illustrons à la pièce 6 un modèle probable (parmi d’autres) de la façon dont les investisseurs étrangers pourront avoir accès aux liquidités de l’INÉ.

 

Sans précédent : la Chine va payer ses importations de pétrole en yuan dans un coup majeur contre le dollar (Zero Hedge)

Le danger, bien sûr, est qu’un tel changement augmenterait également la valeur du yuan, ce dont la Chine n’a guère besoin étant donné qu’il y a seulement deux ans et demi, Pékin a lancé une dévaluation controversée du yuan pour stimuler ses exportations et son économie.

Néanmoins, à la lumière de la stabilité économique mondiale relative, Pékin pourrait être prêt à prendre le pari d’un Yuan plus fort si cela signifie un plus grand poids géopolitique et une acceptation plus grande du renminbi.

Sans précédent : la Chine va payer ses importations de pétrole en yuan dans un coup majeur contre le dollar (Zero Hedge)

C’est pourquoi la restructuration des flux pétroliers pourrait être la meilleure première étape : à partir de ce moment, la Chine est le deuxième consommateur mondial de pétrole et, en 2017, elle a dépassé les États-Unis en tant que premier importateur de pétrole brut ; sa demande est un facteur déterminant clé des prix mondiaux du pétrole.

Sans précédent : la Chine va payer ses importations de pétrole en yuan dans un coup majeur contre le dollar (Zero Hedge)

Si le plan de la Chine pour pousser l’acceptation du Petroyuan s’avère un succès, il en résultera un plus grand élan à travers toutes les matières premières, et pourrait déclencher le transfert d’autres paiements de produits vers le yuan, y compris les métaux et les matières premières minières.

Outre le potentiel de donner plus de pouvoir à la Chine sur les prix mondiaux du pétrole, « cela aidera le gouvernement chinois dans ses efforts pour internationaliser le yuan », a déclaré Sushant Gupta, directeur de recherche chez Wood Mackenzie, consultant en énergie. Dans une note du mercredi, Goldman Sachs a déclaré que le succès des contrats à terme sur le brut de Shanghai était « indirectement de promouvoir l’utilisation de la monnaie chinoise (ce qui, comme indiqué plus haut, a des effets négatifs car il en résulterait également un yuan plus fort, ce qui pourrait ne pas trop attirer le PBOC).

Pendant ce temps, la Chine ne perd pas de temps et Unipec, la branche commerciale du plus grand raffineur d’Asie, Sinopec, a déjà signé un accord pour importer du brut du Moyen-Orient contre le nouveau contrat à terme sur le brut de Shanghai, qui est d’ailleurs négocié en yuan.

L’essentiel ici est de savoir si Pékin est bien préparé et prêt à défier le dollar US pour le titre de monnaie mondiale hégémonique. Comme le note Reuters, le projet de la Chine d’utiliser le yuan pour payer le pétrole s’inscrit dans un renforcement progressif de la monnaie, qui devrait afficher un cinquième gain trimestriel consécutif, sa plus longue série de victoires depuis 2013.

Signe que les récentes mesures draconiennes de contrôle des capitaux en Chine ont sapé la confiance du marché dans un yuan librement négocié, la monnaie a conservé en janvier de cette année son cinquième rang de monnaie de paiement nationale et mondiale, inchangé depuis un an, mais sa part parmi les autres devises est tombée de 2,5 pour cent à 1,7 pour cent, selon le tracker de l’industrie SWIFT.

Une série de mesures mises en place au cours des 2 dernières années pour contenir les flux de capitaux sortant du pays au milieu d’une baisse de la valeur du yuan a perdu un peu de son éclat en tant que monnaie mondiale de paiement.

Mais le yuan s’est apprécié de 3,4 % par rapport au dollar jusqu’à présent cette année, avec des gains solides au cours des dernières sessions.

« Pour le PBOC et d’autres organismes de réglementation, l‘internationalisation du yuan est clairement l’une des priorités actuelles, et si ce plan se déroule sans heurts, ils peuvent commencer à penser à reproduire ce modèle pour d’autres achats de produits de base « , a déclaré une source de Reuters.

Néanmoins, la montée du yuan sera longue et difficile avant que le yuan ne puisse contester le dollar et que Pékin ne transfère l’essentiel de ses achats de matières premières vers le yuan en raison de l’illiquidité de la devise sur les marchés des changes. Selon la dernière enquête triennale de la BRI, près de 90 % de toutes les transactions sur les marchés des changes de 5 billions de dollars par jour concernaient le dollar d’un côté d’une transaction, alors que seulement 4 % utilisent le yuan.

* * *

Néanmoins, tout le monde n’est pas convaincu que le nouveau contrat nommé en yuan créera un « petro-yuan », comme le montre l’extrait suivant des spéculations de Goldman :

Le lancement du contrat INE ne concerne pas seulement le pétrole, car il s’agira également du premier contrat de marchandises libellé en yuan négociable par des investisseurs étrangers. Une telle structure répond à l’objectif du comité de politique monétaire de la Banque du Canada de rehausser le profil de sa monnaie dans l’établissement des prix des produits de base. Cela a toutefois soulevé la question de savoir si le contrat de l’INE est une étape progressive dans l’obtention du statut de réserve monétaire pour le Yuan. Nous ne le croyons pas.

Bien que le lancement de l’INE représente une étape supplémentaire dans l’internationalisation du CNY, la dénomination CNY du contrat INE n’implique pas en soi des investissements du CNY. Le contrat de l’INE ne représente pas une ouverture des comptes de capital de la Chine puisque les dépôts étrangers opèrent dans un circuit fermé, déposés dans des comptes désignés et ne doivent pas être utilisés pour acheter d’autres actifs nationaux. Dans la pratique, le dépôt de garantie et les gains en capital peuvent être transférés de nouveau sur des comptes offshore. La possibilité d’une plus grande propriété étrangère des actifs chinois n’est donc pas affectée par la facturation du pétrole au CNY et obligerait plutôt les exportateurs de pétrole à recycler leurs produits dans des actifs locaux, par exemple. L’incitation à le faire n’a pas changé avec l’introduction des contrats de l’INÉ. En particulier, la plupart des producteurs de pétrole du Moyen-Orient ont encore des devises liées au dollar et une capacité limitée à couvrir l’exposition au CNY.

Il reste à voir si Goldman a raison ou non, mais il est indéniable qu’un changement monumental se prépare dans les flux de capitaux mondiaux, où les Etats-Unis – que Pékin le veuille ou non – seront bientôt obligés de défendre leur statut monétaire en tant qu’exportateurs de pétrole (et les investisseurs sur ce marché hautement financiarisé) auront désormais le choix : aller avec l’hégémonie étatsunienne, ou commencer à accepter le Yuan en échange de la marchandise la plus importante du monde.

Zero Hedge via SLT

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le 1 avril 2018 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Une réponse à “Sans précédent : la Chine va payer ses importations de pétrole en yuan dans un coup majeur contre le dollar !!

  1. Polo

    1 avril 2018 at 5:23

    Si cela est vrai, pas bon du tout. A quoi joue la Chine.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :