RSS

Respirer tue ! L’air est désormais classé comme cancérogène !!

27 Mar
Respirer tue ! L'air est désormais classé comme cancérogène

Hallucinant, nous avons poussé la connerie tellement loin que désormais le simple fait de respirer est devenu dangereux pour notre santé ! Le comble de la bêtise humaine : c’est un véritable suicide collectif …. Il faut vraiment que les gens se réveillent !!! Z

La vie est une maladie mortelle sexuellement transmissible » s’amuse Woody Allen… Aujourd’hui l’air que nous respirons est tellement pollué qu’il a été classé comme cancérogène par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC), agence spécialisée de l’Organisation mondiale de la santé.

Comble de l’irresponsabilité humaine, nous ne pouvons même plus prétendre respirer un air sain. En effet, l’exposition à la pollution de l’air extérieure provoque non seulement le cancer du poumon, mais augmente également le risque de cancer de la vessie. C’est la déclaration du Centre International de Recherche sur le Cancer qui vient de placer l’air extérieur comme agent cancérogène certain, c’est à dire dans le groupe 1, le plus haut niveau dans la classification du CIRC !

Ainsi l’air extérieur rejoint le groupe des pires agents cancérogènes (plus d’une centaine à ce jour) qui comprend notamment l’arsenic, l’alcool, le benzène, les particules des émissions diesel, la pilule contraceptive classique (avec oestrogène et progestérone), le formaldéhyde (présent dans l’air intérieur et les cosmétiques), les radiations ionisantes et nucléaires, les huiles de schiste, le tabagisme, les UV…

« L’air que nous respirons a été contaminé par un mélange de substances qui provoque le cancer » : Selon le CIRC, les risques sanitaires augmentent en fonction du niveau d’exposition à la pollution de l’air, et donc dans les agglomérations urbaines pour la majorité des polluants. Plus que jamais, la pollution de l’air constitue un « problème de santé environnement majeur ».

D’après le CIRC, en 2010, 223 000 personnes sont mortes dans le monde des suites d’un cancer du poumon en lien avec la pollution de l’air. Et ne croyons pas que les européens sont épargnés, bien au contraire. Une récente étude sur la qualité de l’air en Europe, publiée par l’Agence européenne pour l’environnement (AEE) souligne que 90 % des citadins de l’Union européenne (UE) sont exposés à l’un des polluants atmosphériques les plus nocifs et à des niveaux jugés dangereux pour la santé par l’Organisation mondiale de la santé !

90 % des citadins européens sont exposés à une pollution de l’air nocive

Les véhicules, l’industrie, l’agriculture et les habitations contribuent à la pollution de l’air en Europe. Le rapport de l’AEE montre que, malgré la diminution des rejets et la baisse de la concentration de certains polluants atmosphériques au cours des dernières décennies, le problème de la pollution de l’air en Europe est loin d’être résolu.

Deux polluants particuliers, les particules fines et l’ozone au niveau du sol, continuent d’entraîner des problèmes respiratoires, des maladies cardiovasculaires et des décès précoces. De nouveaux résultats scientifiques montrent que la pollution de l’air peut être dangereuse pour la santé humaine à des niveaux de concentration inférieurs à ceux admis jusqu’à présent.

Hans Bruyninckx, directeur exécutif de l’AEE a déclaré : « La pollution de l’air est nocive pour la santé de l’homme et pour les écosystèmes. Selon les normes actuelles, une grande partie de la population ne vit pas dans un environnement sain. Pour s’engager sur la voie de la durabilité, l’Europe devra se montrer ambitieuse et aller plus loin que la législation en cours. »

Entre 2009 et 2011, jusqu’à 96 % des citadins ont été exposés à des niveaux de concentrations en particules fines (PM 2.5) supérieurs aux seuils définis par l’OMS, et jusqu’à 98 % ont été exposés à des niveaux d’ozone (O3) supérieurs aux niveaux indiqués par l’organisation. Des proportions moins importantes d’Européens ont été exposées à des niveaux de ces polluants qui dépassent les limites ou objectifs définis par la législation européenne (31 % et 14 % respectivement). Dans certains cas, de tels limites ou objectifs imposés par l’UE sont moins stricts que les directives de l’OMS.

Le rapport de l’AEE révèle également que la pollution excessive n’est pas l’apanage des villes, certaines zones rurales présentant aussi des niveaux élevés.

Heureusement, quelques succès ont été enregistrés dans le domaine de la réduction des émissions de polluants atmosphériques. Par exemple, les émissions de dioxyde de soufre des centrales électriques, de l’industrie et des transports ont été réduites au cours des dix dernières années, limitant ainsi le risque d’exposition. La suppression de l’essence au plomb a également contribué à réduire la concentration atmosphérique de plomb, lequel affecte le développement neurologique.

Le coût de la pollution de l’air en France

La morbidité et la mortalité engendrées par la pollution de l’air entraînent des dépenses, qui sont en France, en grande partie prises en charge par le système de soin : consultations, soins, médicaments, hospitalisations, indemnités journalières… Ce coût pour le système de soin que l’étude vient d’être évalué par un récent rapport du Commissariat Général au Développement Durable : entre 800 millions et 1,7 milliard d’euros par an ! Le Commissariat précise : « pour être complet, ce niveau déjà élevé de coût serait à majorer d’autres dépenses qui n’ont pu être chiffrées (transport sanitaire, consultations et examens en médecine de ville,…) ».

En moins d’un siècle, les activités humaines ont contaminé une grande partie des écosystèmes, rendant l’eau, les sols et l’air nocifs… Le futur imagé par certains films et BD d’anticipation sont maintenant rattrapés par une réalité dramatique. Toutefois, gardons-nous d’être défaitiste : nous sommes tous responsables de cet état, profitons-en pour agir et changer ce monde qui sombre dans la pollution…

Deux polluants particuliers, les particules fines et l’ozone au niveau du sol, continuent d’entraîner des problèmes respiratoires, des maladies cardiovasculaires et des décès précoces. De nouveaux résultats scientifiques montrent que la pollution de l’air peut être dangereuse pour la santé humaine à des niveaux de concentration inférieurs à ceux admis jusqu’à présent.

Hans Bruyninckx, directeur exécutif de l’AEE a déclaré : « La pollution de l’air est nocive pour la santé de l’homme et pour les écosystèmes. Selon les normes actuelles, une grande partie de la population ne vit pas dans un environnement sain. Pour s’engager sur la voie de la durabilité, l’Europe devra se montrer ambitieuse et aller plus loin que la législation en cours. »

Entre 2009 et 2011, jusqu’à 96 % des citadins ont été exposés à des niveaux de concentrations en particules fines (PM 2.5) supérieurs aux seuils définis par l’OMS, et jusqu’à 98 % ont été exposés à des niveaux d’ozone (O3) supérieurs aux niveaux indiqués par l’organisation. Des proportions moins importantes d’Européens ont été exposées à des niveaux de ces polluants qui dépassent les limites ou objectifs définis par la législation européenne (31 % et 14 % respectivement). Dans certains cas, de tels limites ou objectifs imposés par l’UE sont moins stricts que les directives de l’OMS.

Le rapport de l’AEE révèle également que la pollution excessive n’est pas l’apanage des villes, certaines zones rurales présentant aussi des niveaux élevés.

Heureusement, quelques succès ont été enregistrés dans le domaine de la réduction des émissions de polluants atmosphériques. Par exemple, les émissions de dioxyde de soufre des centrales électriques, de l’industrie et des transports ont été réduites au cours des dix dernières années, limitant ainsi le risque d’exposition. La suppression de l’essence au plomb a également contribué à réduire la concentration atmosphérique de plomb, lequel affecte le développement neurologique.

source

Publicités
 
 

Étiquettes : , , , , , ,

8 réponses à “Respirer tue ! L’air est désormais classé comme cancérogène !!

  1. andreaventura (@andreaventura01)

    27 mars 2018 at 4:17

    Chemtrails… surtout
    .

     
  2. Georges S

    27 mars 2018 at 4:31

    Je crois que la connerie fait beaucoup plus de dégâts!

     
  3. astrojournal

    27 mars 2018 at 4:55

    Nous savions déjà qu’il fallait nous boucher le nez !

     
  4. aspouk

    27 mars 2018 at 6:26

    pourtant les solutions plus propres existent : moteur hydrogène, générateur hho, moteur à air comprimé (principe thermodynamique moteur A380), moteur surnuméraire, MSFR réacteur à sels fondus thorium

     
  5. Juggernaut

    27 mars 2018 at 7:51

    La Propagande est bien relayée :
    En Islande une machine à capter le C02 pour l’enterrer
    https://la1ere.francetvinfo.fr/machine-depolluer-islandaise-qui-pourrait-interesser-outre-mer-532561.html

    Parcontre ça, on a oublié vite fait (2011):
    http://www.interobjectif.net/convertir-le-co2-en-petrole-est-aujourd-hui-une-realite/

     
  6. Polo

    27 mars 2018 at 9:57

    Faut voir la pollution que laissent les avions, après leurs passages. CQFD. Le rapport de l’AEE révèle également que la pollution excessive n’est pas l’apanage des villes, certaines zones rurales présentant aussi des niveaux élevés.

     
  7. Olivier

    28 mars 2018 at 10:23

    Ça fait peur !!! 😦

    C’est décidé : pour ma santé, j’arrête de respirer !

     
    • Polo

      28 mars 2018 at 3:34

      Olivier, cela fait huit ans que je ne respire plus. Comme quoi, à toutes mauvaises choses, une solution. L’inconvénient, je vie sous l’eau!

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :