Par THE DURAN

Au moment-même où les forces syriennes nettoient Idlib de ce qui reste des terroristes d’Al-Nusra, des informations provenant de l’APprétendent qu’une attaque au chlore aurait frappé une banlieue de Damas. Le rapport cite des sauveteurs anonymes, comprenant les Casques blancs dont la vraie nature a déjà été démaquée, la défense civile syrienne et l’Observatoire syrien des droits de l’homme.

Les Casques Blancs, également connu sous le nom de la Défense civile syrienne, est une organisation dirigée par Raed al-Saleh, un Syrien qui a aidé à fonder le groupe, et financée par Mayday Rescue, une organisation fondée par James Le Mesurier, un ancien officier du renseignement militaire britannique. Selon le site Web de son organisation Mayday Rescue, le  financement  du programme provient en grande partie du Royaume-Uni, du Danemark, des Pays-Bas, du Japon et de l’Allemagne.

Ce n’est pas la première fois que les imposteurs des Casques Blancs utilisent des images atroces pour promouvoir leur travail de propagande. Alex Christoforou de Duran a rapporté au début de 2017 que les Casques Blancs utilisaient des photos bouleversantes de bébés morts à des fins de communication :

Une analyse explosive de l’ONG suédoise Doctors for Human Rights (SWEDHR) vient d’être publiée accusant la défense civile syrienne (alias les Casques Blancs) de falsifier des informations sur son « travail humanitaire » en Syrie.

Selon les militants suédois des droits de l’homme, les procédures dites de « sauvetage » filmées dans les vidéos de propagande des Casques Blancs sont un hoax mis en scène.

Les procédures de la vidéo et des photos ci-dessous ont été soigneusement analysées pour montrer qu’elles ont été exécutées sur un enfant mort, qui a peut-être été tué par les Casques Blancs afin de filmer les images.

Quelques mois plus tard, Alexander Mercouris du Duran a dévoilé que la fameuse histoire du «garçon d’Alep» était fausse:

Le garçon en question – Omran Daqneesh – est vivant et vit à Alep avec sa famille, furieuse de la façon dont son histoire a été manipulée.

Le père d’Omran, Mohammad Daqneesh, dit que son fils a été légèrement blessé, qu’il ne sait rien d’une frappe aérienne, que son fils a été blessé par des débris causés par une explosion non identifiée et qu’il a résisté à la pression intense des djihadistes d’Al-Qaïda. qui, à cette époque, contrôlaient l’est d’Alep et leurs collaborateurs de White Helmets pour corroborer leur histoire. Des preuves indépendantes remettent maintenant en question la théorie selon laquelle l’explosion aurait été causée par une frappe aérienne.

Les plaintes de la famille – d’abord faites aux médias syriens – n’ont reçu qu’une fraction de l’attention médiatique que l’histoire originale du «garçon d’Alep» a suscité. La plupart des médias occidentaux ont ignoré les plaintes de la famille.

Nous voyons aussi des médias comme Reuters et AP qui citent un groupe appelé le Ghouta Media Center – une organisation de médias exploitée par des activistes et dont les antécédents sont douteux.

Selon AP :

Les sauveteurs ont évacué plus de 20 civils, dont la plupart sont des femmes et des enfants de la région, et qui, selon eux, ont été victimes d’une attaque présumée au chlore. Le Ghouta Media Center, un média exploité par des terroristes, affirme également que l’attaque a utilisé du chlore. Les terroristes disent qu’une odeur nauséabonde a suivi une série d’attaques qui ont frappé le quartier de Douma.

Leur page Facebook montre que leur numéro de contact officiel comporte le code de pays comme l’Allemagne et que leur compte Twitter n’a été créé que depuis quelques mois.

Screen-Shot-2018-01-22-at-17.11.03-1

Screen-Shot-2018-01-22-at-16.37.51

Là encore, nous voyons de grands réseaux d’information citant des organisations discréditées pour avoir colporté des événements qui se déroulent sans se poser des questions sur l’authenticité de ces reportages, ou sur ceux qui en sont réellement à l’origine.

Avec des sources discréditées comme les Casques Blancs ou la Défense civile syrienne, il faut rester vigilent pour ne pas tomber dans ces mensonges qui pourraient conduire à de nouveaux désastres et conflits.

source