RSS

« Un plan italien pour quitter la zone euro ? »

14 Déc

Que les Italiens aient un plan pour sortir de la zone euro est une évidence au vu de la situation économique et politique en Italie (voyez l’état des banques Italiennes en faisant recherche dans le menu), et dans la zone Euro en général . Rien de surprenant la dedans, ce n’est que du bon sens !! De toutes les façons la zone Euro est d’ores et déjà morte . C’est bancal et ça ne fonctionne pas, ça tombera comme un château de cartes, un jour pas si lointain !  Z .

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

C’est un article du tabloïd anglais Daily Express qui remet de l’huile sur le feu et le tapis sur le métier avec cette histoire de l’Italie qui voudrait sortir de l’euro et qui aurait préparé un plan validé par la BCE, la Banque centrale européenne.

Vrai ? Faux ? Rumeurs ?

Un peu les trois à vrai dire.

Dans tous les gouvernements de la zone euros, il existe des plans plus ou moins secrets pour revenir aux monnaies nationales en urgence et si la situation devait le nécessiter.

En ce qui concerne l’Italie, le sujet est relancé par un homme nommé… Berlusconi, ancien Premier ministre italien alors que Sarkozy présidait à ce moment-là aux destinées de la France.

Pendant la crise paroxystique de confiance de la zone euro, l’Europe allait de sommets en sommets, de crise en crise et, pour la petit histoire, Sarkozy et Merkel, c’est-à-dire le couple franco-allemand, ont tordu le bras à Berlusconi et l’ont forcé à démissionner pour pourvoir imposer un nouveau Premier ministre à l’Italie et quelques réformes qui n’allaient pas dans le sens de l’intérêt des Italiens.

Autant dire que Berlusconi, lui, n’a pas oublié ce qu’il s’est passé, ni la responsabilité de l’Europe dans son éviction sous la forme d’un quasi-coup d’État qui n’a pas dit son nom.

Et que voit-on depuis quelques temps ?

Le retour de Berlusconi, avec une poussée assez importante dans les sondages. Une poussée qui repose sur sa défiance totalement assumée vis-à-vis de l’euro et le fait que désormais, il prône la sortie de l’Italie de la zone euro.

Voilà pour ce qui est vrai.

Son interview dans laquelle il dit qu’il faut revenir à la lire est également vraie et vous pourrez la voir et l’entendre.

Ce qui est moins sûr pour le moment, c’est que la BCE ait donné son accord à la mise en place d’une monnaie parallèle, et je ne dispose pas d’un tel document. Je sais en revanche que ces points ont été de multiples fois discutés et qu’en cas de fortes tensions, et cela va arriver, il faudra bien trouver une solution, notamment si comme le propose le ministre allemand des Affaires étrangères nous voulons faire les États-Unis d’Europe !

Pour que les États-Unis soient viables, encore faudrait-il soit mutualiser toutes les dettes au niveau d’un nouvel État fédéral, soit les apurer au préalable. C’est un choix politique avant d’être un choix économique.

Introduction de “Certificats de Crédit Fiscal” comme une alternative à l’euro.

D’après le Daily Express, « le plan complexe à l’approbation de la Banque centrale européenne repose sur ces Certificats de Crédit Fiscal, connus sous le nom de CCF. Ils offrent aux travailleurs et aux entreprises des avantages fiscaux pour augmenter leur revenu et leur productivité.

Bien que n’ayant pas cours légal, tout le monde peut les utiliser pour payer des impôts, acheter des services gouvernementaux ou les échanger contre des biens ou des euros.

Selon un rapport de l’analyste mondial GEFIRA, “il est très probable que les opérateurs commerciaux, tels que les magasins, accepteront les CCF comme une alternative à l’euro.
Dans les faits donc, même s’ils n’ont pas cours légal, ils peuvent être utilisés comme une monnaie parallèle.”

Et enfin, en conclusion, cet article du Daily Express cite l’eurodéputée indépendante Diane James qui a déclaré : “Si l’Italie réussit à quitter la monnaie unique, ce n’est qu’une question de temps avant qu’elle ne quitte officiellement l’UE et que tout le château de cartes s’écroule.”

Il est vrai, et cela n’est pas une nouveauté, que l’Italie est l’un des plus gros maillons faibles de l’eurozone avec… la France.

Ces deux pays sont les plus vulnérables aussi bien aux plans d’austérité qu’à une remontée des taux d’intérêt.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT

Publicités
 
3 Commentaires

Publié par le 14 décembre 2017 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , ,

3 réponses à “« Un plan italien pour quitter la zone euro ? »

  1. polo

    14 décembre 2017 at 10:21

    Z. Que penses tu des DTS, est il possible d’en avoir.

     
  2. georges bernard bavaud

    16 décembre 2017 at 3:36

    Berlusconi est un vieux guignol qui ne sais comment sortir de tous les proces qu’il a au cul et ne pese plus tres lourd dans la politique italienne, sans compter son age canonique

    je ne crois pas qu’il est possible de mutualiser la dette
    pour avoir les états unis d’Europe car aux états unis l’etat federal a des dettes qui correspondent a ses engagements comme etat federal et chaque etat comme chaque municipalite a des dettes correspondant a ses obligations d’etat ou de municipalite

    Vouloir mutualiser les dettes de tous les états de l’UE voudrait surtout dire que les allemands paieraient les dettes de tous les autres,comme les grecs qui se sont foutus du monde pendant 20ans ou les Français et les italiens qui ne sont pas foutus d’equilibrer leurs budgets respectifs.
    Tous ces pays vivent au dessus de leurs moyens depuis 40 ans et les vieux schnocks qui les gouvernent s’en foutent de laisser les casserolles a leurs enfants et petits enfants

    la seule voie de sortie de la dette est en train de se mettre en place en deux phases

    1- taux d’intérêts proche de ZERO afin de faire payer ceux qui ont profiter des 30 glorieuses en leur laminant leur rente

    2 -pousser a une augmentation de l’inflation afin de devaloriser la dette car inflation signifie evaporation de la dette

    ceux qui croient que l’euro va disparaître reve d’un retour aux vieux demons, soit
    comme un pays est incapable de suivre la competitivite de ces voisins il prend la voie de la facilite en dévaluant sa monnaie afin de baisser ses prix a l’exportation,mais le probleme aujourd’hui et que les flux import-export ont enormement augmentes ce qui fait que la devaluation fait augmenter le prix des importations donc finalement ca ne peut marcher que quand une pays EXPORTE BEAUCOUP ET IMPORTE TRES PEU ce qui n’est pas le cas pour aucune economie devellope

    l’avenir de nos enfants c’est lEurope sous forme d’etat federal COMME LA SUISSE mais cela signifie qu’il faut une politique etrangere commune, une monnaie commune, un marche unique et UNE SOLIDARITE ENTRE TOUS LES ETATS FORMANT CET ETAT FEDERAL

    J’ESPERE QUE NOS ENFANTS IRONT DANS CE SENS,EN TOUT CAS LES ECONOMIES QUI SE PORTENT LE MIEUX EN EUROPE SONT DEUX ETATS DE TYPE FEDERAL

    L’ALLEMAGNE ET LA SUISSE QUE CA VOUS PLAISE OU NON ET CEUX-CI ONT DES COMPTES NATIONAUX EQUILIBRES, UNE SOLIDARITE INTERREGIONALE ET UN RESPECT DES SES DIVERSITES REGIONALES ET CELA DEPUIS PLUS DE 50 ANS

     
  3. bus/hydro

    17 décembre 2017 at 11:07

    comptes nationaux équilibré avec tous les biens des juifs déporté , et qui on bien rempli les comptes de la suisse , avec un jolie tunnel qui donne sur la porte 6666 , oui c’est vrai bien organisé ses suisses et quel gardiens !

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :