RSS

Le prix des médicaments sans ordonnance s’envole

12 Déc

Se soigner devient de plus en plus cher et donc difficile – Environ deux tiers des sites de vente en ligne de médicaments sans ordonnance, autorisés depuis 2013, ne respectent pas la réglementation, selon l’enquête annuelle de l’association Familles rurales, publiée le 12 décembre 2017. L’étude, qui s’appuie sur 43 sites internet, a relevé que 20% d’entre eux n’affichaient pas de logo européen « pourtant obligatoire », 30% n’obligent pas à remplir un questionnaire et 20% ne respectent pas « les règles élémentaires du commerce électronique comme le pré-cochage pour l’envoi d’informations commerciales » ou le traitement des données personnelles. Plus grave : 5% des sites n’affichent pas la notice des médicaments commandés et « seuls » 72% obligent à valider la lecture de celle-ci.

Un écart de prix des médicaments en ligne allant du simple au triple

Pour Nadia Ziane, responsable du pôle consommation de l’association, ces infractions témoignent « clairement » d’un « manquement aux devoirs de conseil des pharmaciens ». « Pour un médicament, on devrait s’assurer que la notice a bien été lue », a-t-elle déclaré à l’AFP, citant l’exemple de certains produits proscrits aux femmes enceintes. Si ce non-respect des règles n’est pas particulièrement nouveau, la réglementation demeurait floue jusqu’en 2016 et la parution d’un arrêté pour en fixer les contours. « Il est très probable qu’on s’autorise à engager des actions devant la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) ou devant les tribunaux » si rien ne change d’ici à 2018, a averti Mme Ziane.

Comme les éditions précédentes, l’étude souligne que si les médicaments sont moins chers sur internet, « les frais de port pratiqués gomment littéralement cet avantage ». Dans les officines en dur, qui ne sont pas épargnées, l’association a constaté qu’environ 75% des boîtes de médicaments sans ordonnance sont dépourvues d’étiquette « prix ». Ceux-ci sont inscrits sur des présentoirs « pas toujours accessibles ou lisibles pour les consommateurs », surtout lorsqu’ils sont situés derrière le comptoir, a relevé la fédération qui craint une volonté délibérée de la part des pharmaciens de priver le consommateur d’une « possibilité de comparaison » des prix.

Sur les douze médicaments analysés, Familles rurales a relevé un écart de prix moyen allant du simple au triple, avec un record pour le dacryum, une solution de lavage de l’œil, dont le prix de vente varie de 1,95 à 8,50 euros. Pour réaliser son enquête, l’association a répertorié les prix de 12 médicaments « fréquemment utilisés par les familles » dans 83 pharmacies, dont 43 sur internet, réparties dans 45 départements.

source

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 12 décembre 2017 dans économie, général, Santé - nutrition

 

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :