RSS

Les fondamentaux physiques sont plus solides que jamais pour l’or

30 Nov

Par Jim Rickards

Les fondamentaux physiques n’ont jamais été aussi solides pour l’or. La Russie et la Chine restent d’énormes acheteurs. La Chine interdit l’exportation de ses 450 tonnes d’or physique produites annuellement.

Les raffineries d’or travaillent jour et nuit et ne peuvent répondre à la demande. Les raffineurs ont du mal à s’approvisionner en or, tant la production minière, les ventes officielles d’or et l’or à recycler demeurent faibles.

L’or physique détenu par les particuliers continue de migrer des coffres bancaires d’UBS et de Crédit Suisse vers des coffres hors des banques, chez Brinks et Loomis, réduisant ainsi l’offre flottante disponible pour les ventes d’or non alloué par les banques.

En d’autres termes, la situation de l’offre physique est très tendue.

Le problème, évidemment, est la vente illimitée sur les marchés « papier » de l’or, comme les contrats à terme sur l’or du COMEX et autres instruments similaires.

L’un des flash crash de cette année a été précipité par la vente instantanée de contrats à terme sur l’or équivalant à 60 tonnes d’or physique. Les plus grandes banques de négoce d’or au monde ne pourraient même pas mettre la main sur 60 tonnes d’or physique, même si elles avaient des mois pour le faire.

Il n’y a tout simplement pas autant d’or disponible. Mais, sur le marché de l’or-papier, il n’y a pas de limite de taille, donc tout est permis.

Inutile de se plaindre de la situation, surtout que cela risque de continuer ainsi encore un temps. La principale source de réconfort est de savoir que les fondamentaux finissent toujours par l’emporter à long terme, même s’il y a des renversements temporaires. Il faut être patient, maintenir le cap, et acheter stratégiquement lors de déclins.

Que va-t-il se passer maintenant ?

Il existe plusieurs raisons pour lesquelles l’or devrait surperformer dans les mois à venir.

La détérioration des relations russo-américaines ne fera qu’accélérer les efforts de la Russie en vue de diversifier ses réserves, en s’éloignant des actifs libellés en dollars (qui pourraient être gelés par les États-Unis, et ce sans préavis) et en allant vers l’or, qui est immunisé contre les gels d’actifs et les saisies.

Le compte à rebours d’une guerre avec la Corée du Nord est lancé. Une attaque américaine pour stopper le développement des programmes balistiques et nucléaire nord-coréens est probable d’ici mi-2018.

Enfin, il faut se préoccuper de nos amis de la Fed. De bons chiffres sur l’emploi ont ravivé l’opinion que la Fed augmentera les taux d’intérêt le mois prochain. La réponse standard est que les hausses de taux renforcent le dollar et constituent un vent contraire pour le prix de l’or en dollars.

Mais je reste sceptique au sujet d’une hausse en décembre. Comme je l’ai expliqué plus haut, le marché cherche aux mauvais endroits des indices sur la politique de la Fed. Les rapports sur l’emploi ne sont pas pertinents; la création d’emplois est « mission accomplie » pour la Fed, depuis longtemps.

Les données clés sont les chiffres de désinflation. C’est ce qui préoccupe la Fed, et c’est pourquoi la Fed pourrait faire une pause en décembre comme elle l’a fait en septembre dernier.

Nous aurons une meilleure idée lorsque l’indice des prix à la consommation PCE sera publié le 30 novembre.

Bien sûr, le principal indicateur d’inflation de la Fed va dans la mauvaise direction depuis janvier. Regardons la détérioration du déflateur PCE au cours de l’année :

Janvier : 1,9%

Février : 1,9%

Mars : 1,6%

Avril : 1,6%

Mai : 1,5%

Juin : 1,5%

Juillet 2017 : 1,3%

Août 2017 : 1,3%

Septembre 2017 : 1,3%

Les données d’octobre ne seront disponibles que le 30 novembre.

Le taux cible de la Fed pour cette mesure est de 2%. Il faudrait une augmentation soutenue sur plusieurs mois pour que la Fed puisse conclure que l’inflation est de nouveau sur la bonne voie pour atteindre l’objectif de la Fed.

Il n’ y a évidemment aucune chance que cela se produise avant la réunion de décembre.

La faiblesse du dollar est la seule chance de la Fed pour plus d’inflation. Pour obtenir un dollar faible, la Fed doit retarder indéfiniment les hausses de taux, et c’est ce qu’elle va faire.

Un dollar faible se traduit par un prix plus élevé, en dollars, de l’or.

Les niveaux actuels sont sans doute le dernier arrêt avant que l’or n’atteigne 1 300 $ l’once. Par la suite, il est probable que nous assistions à une flambée des prix. Les acheteurs sauteront dans le wagon, et le prix de l’or grimpera.

Pourquoi je dis ça ?

Un vieil adage dit qu’une image vaut mille mots. Ce graphique en est un bon exemple :

 

L’analyste de l’or Eddie Van Der Walt a réalisé ce graphique sur dix ans du prix de l’or en dollars. Il démontre que les prix de l’or ont convergé dans un tunnel étroit entre deux tendances de prix – une à la hausse et une à la baisse – au cours des six dernières années.

Cette tendance est particulièrement prononcée depuis 2015. Vous pouvez constater que l’or s’est négocié à la hausse et à la baisse dans une fourchette de 1 050 $ à 1 380 $ l’once. La ligne de tendance supérieure et la ligne de tendance inférieure convergent vers un entonnoir.

Puisque l’or ne restera pas dans cet entonnoir encore bien longtemps (parce qu’il converge vers un prix fixe), il « cassera » à la hausse ou à la baisse et, de manière typique, avec un gros mouvement qui brisera ce modèle.

À l’extrême, cela pourrait impliquer un prix de l’or à 1 800 $ ou 800 $ l’once. Lequel ce sera ?

Les données supportent abondamment la thèse que l’or cassera vers le haut. Les banques centrales sont déterminées à créer plus d’inflation, et elles retourneront vers des politiques « assouplissantes », si nécessaire.

Les risques géopolitiques s’accumulent, de la Corée du Nord à l’Arabie saoudite, en passant par la mer de Chine méridionale et au-delà.

L’échec de l’agenda de Trump rend le marché boursier nerveux, et une correction substantielle pourrait avoir lieu. De sévères pénuries d’or physique ont ouvert la voie à un défaut de livraison d’or physique ou un short squeeze.

Chacun de ces développements est suffisant pour faire monter l’or en flèche, en réaction à une panique ou à une ruée vers la qualité. La seule force qui pourrait faire baisser l’or est la déflation, mais c’est la seule chose que les banques centrales ne permettront jamais. Le graphique ci-dessus est l’un des plus puissants indicateurs haussiers que j’ai jamais vu.

Préparez-vous à une explosion à la hausse du prix de l’or en dollars. Assurez-vous d’avoir votre or physique et vos actions aurifères avant que cette cassure vers le haut ne débute.

source

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 30 novembre 2017 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :