RSS

« Fake news » : Google et Facebook accroissent leur censure du Net

23 Nov

On connaît la valeur et la déontologie des “journalistes” et de leurs sources… Halte au complotisme ! Plus besoin de réfléchir ni de faire nous-mêmes le tri : Ayons une confiance totale dans les équipes des deux géants américains, elles sauront nous orienter sur la voie de la vérité vraie. Comme le Décodex. OD

Google et Facebook lancent un « indicateur de confiance »contre les fake news

« Facebook et Google intègrent désormais un outil de vérification des sources mis au point par un consortium de journalistes. Cet indicateur prend la forme d’une icône indiquant si la source de l’information est réputée fiable.

Les efforts du réseau social aux deux milliards d’utilisateurs pour lutter contre la désinformation ne sont pas jugés efficaces par tous les observateurs, y compris les premiers intéressés : les fact-checkers. Mais malgré la persistance de nombreuses fake news sur Facebook, la plateforme enregistre toujours des bénéfices record.

Dans la continuité des initiatives engagées depuis un an pour vérifier les informations diffusées sur son site, Facebook vient de déployer un « indicateur de confiance. » L’outil a été mis au point par The Trust Project, un consortium de journalistes qui travaille au développement de standards permettant d’identifier les productions journalistiques fiables.

Le 16 novembre 2017, ce consortium a fait savoir que Google, Facebook, Bing et Twitter avaient donné leur accord pour utiliser de tels indicateurs sur leurs plateformes. Pour l’instant, Facebook devrait limiter la portée de cet outil à un nombre réduit de sources ».

Lire la suite sur Numerama

Facebook crée un nouvel outil anti-propagande russe

« Le réseau social a présenté sa nouvelle fonction destinée à montrer aux utilisateurs s’ils ont suivi des contenus pilotés par la propagande russe.

Facebook a annoncé, mercredi, l’apparition d’une nouvelle fonction, qui sera lancée d’ici la fin de l’année. Le concept : savoir si, entre janvier 2015 et août 2016, l’on a « aimé » ou « suivi » sur le réseau social des pages ou des comptes pilotés par l’Internet Research Agency.

Cette société, liée au renseignement russe, est accusée d’avoir publié des milliers de messages pour influencer la campagne qui a mené à l’élection de Donald Trump en novembre 2016.

« Nous ne cessons de vouloir protéger notre plateforme et les gens qui l’utilisent des personnes mal intentionnées essayant de détruire notre démocratie », a justifié l’entreprise californienne.

150 millions d’utilisateurs concernés

Pour Facebook, « il est important que les gens comprennent comment des intervenants étrangers ont tenté de semer la division et la méfiance en utilisant Facebook avant et après l’élection américaine de 2016 », explique  la firme sur son blog.« 

Lire la suite sur Les Echos

Publicités
 

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :