RSS

Archives du 13 novembre 2017

Le Livre de Thot : Un livre sacré égyptien ancien qui offre des connaissances illimitées

Le Livre de Thot: Un livre sacré égyptien ancien qui offre des connaissances illimitées
On dit que le Livre de Thot contient un certain nombre de sorts, dont l’un permet au lecteur de comprendre la parole des animaux, et l’autre permet au lecteur de percevoir les dieux eux-mêmes.

 La légende raconte que celui qui lirait le contenu du livre obtiendrait les moyens de déchiffrer les secrets et de maîtriser la terre, la mer, l’air et les corps célestes.

L’un des livres les plus mystérieux jamais mentionnés dans l’histoire de l’humanité est le Livre de Thoth, un livre sacré et mystérieux des anciens Égyptiens, écrit par un Dieu antique.

Selon les archives historiques, le Livre de Thot était une collection de textes égyptiens anciens qui ont été écrits par Thot, le dieu égyptien antique de l’écriture et de la connaissance.

Ils rassemblent de nombreux textes dont l’existence a été revendiquée par des auteurs anciens et un livre magique qui apparaît dans une œuvre égyptienne de fiction.

Le Livre de Thot apparaît fragmenté en divers papyrus, la majorité datant du deuxième siècle de la période ptolémaïque.

Le Livre de Thot est pour la première fois mentionné dans le papyrus de Turin, où est décrit un complot contre un pharaon à l’aide de la magie. Tous les participants ont été exécutés, et le livre maudit, qui a enseigné l’acte « illégal », a été brûlé.

Book-of-Thoth

Le Papyrus des Rois de Turin, également connu sous le nom de Canon de Turin, est un manuscrit hiératique de la 19e dynastie d’Egypte énumérant les rois d’Egypte des premiers temps jusqu’au règne de Ramsès II (1279-13 avant JC) sous lequel il a été écrit. Ainsi, non seulement les Turis ressemblent au Turin dans le nom, mais aussi dans la date d’origine

En outre, il existe différentes versions, bien que les collectes nous ont conduit à reconstruire une histoire commune et essentiellement un dialogue dans lequel il y a deux interlocuteurs, le dieu Thot et un disciple qui « aspire à savoir ». Bien qu’il y ait un autre dieu, probablement Osiris, parlant aussi avec disciple.

Le cadre littéraire pourrait être comparé aux textes hermétiques grecs qui montrent aussi des dialogues entre Hermès-Thot et ses disciples; cependant, la présence de certains textes antérieurs au premier siècle le place en avant des premiers textes philosophiques hermétiques grecs.

Le nom de « Livre de Thot » a été associé à de nombreux textes.

Manetho – un ancien prêtre égyptien – a affirmé que Thot avait écrit 36.525 livres, bien que certains chercheurs comme Seleukos affirment qu’ils étaient environ au nombre 20.000.

Le Livre fictif de Thot apparaît dans une histoire égyptienne ancienne datant du Ptolémaïque et qui raconte l’histoire d’un ancien prince égyptien courageux appelé Néferkaptah qui décide de récupérer le Livre de Thot, caché au fond du Nil.

Le livre, écrit par Thot, est dit contenir deux sorts dont l’un permet au lecteur de comprendre la parole des animaux, et l’autre permet au lecteur de percevoir les dieux eux-mêmes.

« Le Livre est à Koptos, au milieu du fleuve.

Au milieu de la rivière se trouve une boîte en fer,

Dans la boîte en fer se trouve une boîte en bronze,

Dans la boîte en bronze se trouve une boîte en bois de keté,

Dans la boîte en bois de keté se trouve une boîte en ivoire et ébène,

Dans la boîte en ivoire et ébène se trouve une boîte en argent,

Dans la boîte en argent se trouve une boîte en or,

Et dans la boîte d’or se trouve le Livre de Thot.

Autour de la grande boîte de fer sont serpents et scorpions et toutes sortes de choses rampantes, et surtout il ya un serpent qu’aucun homme ne peut tuer. Ils sont destinés à garder le Livre de Thot. »(source)

Le livre fictif de Thoth

La légende suggère que le livre était à l’origine caché au fond du Nil près de Coptos. Il était enfermé dans une série de boîtes gardées par des serpents qu’aucun homme ne pouvait tuer.

Le courageux prince égyptien Neferkaptah décida de le récupérer. Il combattit les serpents et réussit à le récupérer, mais en punition pour son vol, les dieux tuèrent sa femme Ahwere et son fils Merib.

Neferkaptah s’est finalement suicidé et aurait été enterré avec le livre.

Des générations plus tard, Setne Khamwas (un personnage basé sur le prince historique Khaemwaset), parvient à voler le livre de la tombe de Neferkaptah malgré une vive opposition du fantôme de Neferkaptah.

Setne finit par rencontrer une belle femme qui le séduit afin de tuer ses enfants et l’humilier devant le pharaon.

Il découvre que ce qu’il avait vu était en fait une illusion proposée par Néferkaptah, et dans la crainte d’autres représailles, Setne décide de rendre le livre à la tombe de Néferkaptah.

A la demande de Neferkaptah, Setne trouve les corps de la femme et du fils de Neferkaptah et les enterre dans la tombe de Neferkaptah, qui est alors scellée pour l’éternité.

L’histoire a pour but de refléter la croyance égyptienne ancienne selon laquelle la connaissance des dieux n’est pas destinée aux humains ordinaires.

source 

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le 13 novembre 2017 dans général, Histoire et Paléontologie, Insolite

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Nos sachets de thé contiennent jusqu’à 17 pesticides et plusieurs traces de métaux

Une femme récolte des feuilles de thé à Moganshan (Chine), le 9 avril 2012. 

Le magazine a étudié 26 marques de thés noirs et verts, commercialisées en France. Toutes, même les thés bio, contiennent des traces de pesticides et de métaux potentiellement nocifs pour la santé.

C’est l’une des boissons les plus populaires en France, et la deuxième boisson la plus consommée au monde, selon le magazine 60 millions de consommateurs. Deux Français sur trois en consomment régulièrement. Mais le thé, dont la consommation a fortement augmenté en vingt ans dans l’Hexagone et dont les vertus sont souvent encensées, est-il si bénéfique pour la santé ?

Malgré ses bienfaits potentiels contre le cancer, un article de 60 millions de consommateurs révèle que de nombreux sachets de thé commercialisés en France contiennent des résidus de pesticides, de métaux et de toxines – potentiellement cancérogènes. Franceinfo revient sur les principales conclusions de cette enquête, qui cible également des thés bio.

Jusqu’à 17 pesticides, même dans les thés bio

Dans son article, le magazine rappelle que les feuilles de thé ne sont nettoyées ni au cours de leurs récoltes, ni lors de leurs préparations. Une réalité qui favoriserait ainsi la possible présence de pesticides sur les feuilles. 60 millions de consommateurs ne s’est pas trompé : sur les 26 marques de thé passées au crible – 16 thés noirs et 10 thés verts à la menthe – toutes, sans exception, contiennent des pesticides.

Neuf marques de thé sur 26 affichent des « traces à peine quantifiables » de pesticides, précise à franceinfo Patricia Chairopoulos, journaliste à 60 millions de consommateurs et auteure de l’article avec les ingénieurs Farid Bensaïd et Laetitia Flottes de Pouzols. Quatre marques présentent cependant des résultats « très insuffisants » : ils contiennent des traces de pesticides dépassant les limites réglementaires, ou affichent un nombre important de résidus de pesticides, explique la journaliste. Des thés noirs Dammann Frères comptent ainsi jusqu’à 17 traces de pesticides différentes, selon 60 millions de consommateurs.

Deux types de pesticides reviennent le plus souvent dans les échantillons étudiés par le magazine. Il s’agit du folpet, un fongicide, et de l’anthraquinone, un répulsif pour oiseaux, précise Patricia Chairopoulos pour franceinfo. Et les thés bio ne sont pas épargnés : selon l’article, le thé Marque Repère Bio Village contient de l’anthraquinone « en quantité près de quatre fois supérieure à la limite autorisée ».

Il y a des marques de thé noir très répandues qui sont très mal notées. On compte toujours au moins un pesticide, même dans les bio.

Patricia Chairopoulos, journaliste à « 60 millions de consommateurs »

à franceinfo

Globalement, les thés bio et les thés verts s’en sortent tout de même mieux. Le thé vert « le plus pollué » contient ainsi « seulement » 10 traces de pesticides différentes, précise l’article. Les thés noirs bio comptent en moyenne 3,4 fois moins de résidus que les thés noirs classiques, et les thés verts bio affichent des quantités de pesticides 2,2 fois inférieures aux autres. Mais aucun thé bio étudié n’est parfaitement épargné, prévient 60 millions de consommateurs.

Des traces de métaux nocifs, comme le mercure ou l’arsenic

Comme pour les pesticides, tous les thés observés « contiennent des résidus de métaux, dont plusieurs sont reconnus nocifs pour la santé », poursuit le magazine. L’article cite notamment l’arsenic, le cadmium et le mercure. Des traces de ce métal ont ainsi été retrouvées dans la moitié des thés verts étudiés. Il est cependant quasiment absent des thés noirs.

Parmi les métaux cités, l’aluminium est celui qui est retrouvé « en plus grande quantité ». Sa présence atteint 1,19 g/kg parmi les thés noirs, et 1,43 g/kg pour les thés verts. « Ils ne sont pas jugés comme dangereux », tempère Patricia Chairopoulos. « Ce sont plutôt des marqueurs de la pollution. Ces métaux viennent du sol, de l’eau », explique la journaliste.

Le potentiel danger des toxines naturelles

60 millions de consommateurs alerte enfin sur la présence d’alcaloïdes pyrrolizidiniques, des toxines que des plantes produisent naturellement. Plusieurs de ces toxines sont « reconnues cancérogènes », alerte le magazine. Or, « aucune réglementation française ou européenne ne les encadre », prévient-il.

Si six thés noirs présentent très peu de traces de toxines, une marque très connue, Lipton, affiche un « très mauvais résultat » en la matière, selon 60 millions de consommateurs. Cette forte présence de toxines dans le thé noir serait liée, d’après le magazine, « à l’absence de tri de mauvaises herbes lors de la récolte ». 

Globalement, « les thés verts s’en sortent mieux sur tous les critères », conclut Patricia Chairopoulos. Et pour les thés noirs ? « Nous sommes sur des pollutions infimes, mais le problème, c’est que le thé se consomme tous les jours, et pendant des années, poursuit-elle. C’est une éventuelle pollution et contamination chronique. » 

source

 
Poster un commentaire

Publié par le 13 novembre 2017 dans général, Santé - nutrition

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Les 6 changements radicaux sociétaux du nouvel ordre mondial

Les 6 changements radicaux sociétaux du nouvel ordre mondial
Dans le texte ci-dessous, l’auteur utilise une image très intéressante : celle de « la marmite proverbiale de l’eau, faisant lentement cuire la grenouille qui ne remarquera pas l’augmentation de la température jusqu’à ce qu’il soit déjà trop tard pour sauter pour s’échapper ». Cette allégorie n’est souvent utilisée que pour montrer que l’on ne voit jamais arriver le point de non-retour. Mais, à notre avis, son intérêt réside ailleurs, surtout pour tous les « alerteurs », les empêcheurs de « bouillir à petit feu » et les réfractaires. Si nous comparons notre situation à celle de la grenouille, l’eau dans laquelle nous baignons est déjà à 60-70 degrés. Nous nous y sentons bien. Si, par accident, la température de l’eau montait brutalement à 80-90 degrés, il est évident que la grenouille et nous sauterions illico hors de la marmite. Supposons maintenant qu’un petit malin, au lieu de monter la température, la ramène brutalement à 37 degrés. La sensation de froid serait pire que si l’on se retrouvait en Sibérie en plein hiver, et l’évacuation de la marmite serait aussi immédiate que précédemment. La bonne température, c’est la température ambiante, celle de l’eau est à 60-70 (en attendant plus). Tout le problème de notre société est là ; les grandes enjambées ne servent strictement à rien, même pour revenir aux fondamentaux. A l’échelle individuelle comme à l’échelle d’une communauté, rien ne se fera que par étape, tant pis pour ceux qui voient loin, tant pis pour ceux qui sont (ou qui se croient) trop en avance. Ceux qui veulent établir le Nouvel Ordre Mondial l’ont bien compris. Cela fait des décennies qu’ils nous y mènent, mais étape par étape.  RI  

***

Dans une certaine mesure, le terme Nouvel Ordre Mondial (NOM) semble être en train de disparaître à mesure que la  de l’information continue. Avec tant de  et de perversion exposées dans tous les secteurs de la société, qui a le temps de considérer l’idée primordiale qui en constitue le fondement idéologique?

« Je ne pense pas qu’il soit juste de définir le Nouvel Ordre Mondial comme étant nécessairement une  ou un groupe. Je pense que cela fait davantage partie d’une idéologie du globalisme qui a été explicitement articulée de diverses manières par diverses personnes qui sont liées, mais pas toujours directement comme on pourrait le penser. »  James Corbett

Pour manifester une idée aussi grande que celle-ci pour le monde entier, il faut apporter des changements radicaux à la façon dont les gens vivent, à ce qu’ils croient, à ce qu’ils valorisent, et comment ils interagissent les uns avec les autres. C’est, essentiellement, une révolution culturelle. Ceci est accompli par la normalisation lente mais régulière des idées et des pratiques dans la culture populaire, de sorte qu’avec le temps, les choses une fois inacceptables deviennent omniprésentes.

C’est la marmite proverbiale de l’eau, faisant lentement cuire la grenouille qui ne remarquera pas l’augmentation de la température jusqu’à ce qu’il soit déjà trop tard pour sauter pour s’échapper. Nous nous dirigeons vers un territoire dangereux, et bien qu’il y ait un contrecoup contre de nombreux aspects de cette situation, il est avantageux de prendre note de l’ensemble des changements sociétaux auxquels nous assistons aujourd’hui.

À titre d’exemples, voici six choses qui sont en cours de normalisation, tout autour de nous. Ce sont des questions qui modifient radicalement la psychologie et le comportement des gens d’une manière qui réduit la liberté individuelle et l’individualisme, de sorte que le monde est plus facilement conduit à la gouvernance mondiale et à la tyrannie descendante.

1. Une  permanente

Nous avons été avertis par Orwell que le totalitarisme exige une guerre permanente, renversant le scénario pour que la guerre soit la paix. Randolph Bourne nous a expliqué que la guerre est la  de l’Etat. Nous sommes en guerre maintenant sans interruption depuis seize ans, et c’est devenu une partie si ordinaire de la vie, que personne ne se soucie où les guerres sont ou comment nous nous sommes impliqués. Personne ne se soucie de la dépendance de notre économie à l’égard du ravitaillement des bombes et des armes qui déstabilisent le monde.

« L’impact de la guerre sur la ‘société’ est encore plus dramatique. » Bourne écrit: « … en général, la nation en temps de guerre atteint une uniformité de sentiment, une hiérarchie de valeurs qui culmine à l’apogée incontesté de l’idéal d’État, qui ne peut être produit par aucune autre agence que la guerre. incarnant son principe de fonctionnement du temps de paix – «vivre et laisser vivre», la société adopte le principe d’un «groupe» agissant «dans ses aspects agressifs ».

2. Le déni de la  et de la loi naturelle

La société se développe de telle sorte que les valeurs ne peuvent plus être acceptées, et que les valeurs qui vont à l’encontre de la nature sont mises au premier plan de la conscience publique. La confusion sur l’identité de genre est peut-être le meilleur exemple de cela, car nous voyons maintenant le gouvernement promulguer des lois pour punir les personnes qui insistent sur le fait que notre nature biologique est et sera toujours indiscutablement claire.

« Le nihilisme survient dans une société après que les valeurs ont été dévaluées. C’est comme si les valeurs n’existaient plus. Lorsque le système de valeurs de la société tente de contrôler le monde naturel d’une manière qui ne peut pas être contrôlée, le système échouera, et il semblera alors que la société manque de valeurs. » Lauren Rose

3. La société sans numéraire

Sans micro-gestion des finances de l’individu, les humains sont toujours libres d’agir en dehors du système en utilisant de l’argent pour échanger des biens et des services sans surveillance directe de la part des autorités. Cependant, cela prend rapidement fin, car de nombreuses avancées vers une société sans argent sont en train de se faire, et ce, à un rythme de plus en plus rapide.

Si nous n’avons pas la capacité de commercer entre nous sans autorisation, chaque achat que nous faisons, même pour la nourriture, est soumis à l’approbation d’un gouvernement inhumain et exploiteur.

Parmi la longue liste d’articles regroupés par consensus, les marchands de réalité sous la bannière de la «théorie du complot» sont un monde sans argent – où les technocrates dominent la population, et tout et n’importe quoi est échangé via des puces plastiques et RFID.

Dans cette société high-tech Orwellienne stérile et contrôlée, l’idée de faire passer de l’argent de main en main serait aussi archaïque que l’idée de transporter un sac à dos de bâtons de pointage aujourd’hui. Patrick Henningsen

4. Surveillance totale et fin de la vie privée

Tout comme dans le cas d’Orwell en 1984 où les téléspectateurs surveillent tout le monde grâce à une communication bidirectionnelle, le monde d’aujourd’hui est conçu pour accepter et même aimer une surveillance totale. La peur a été la principale tactique utilisée pour pousser cette idée dans la conscience publique, et la volonté pour la fin de la vie privée a commencé sérieusement après le .

Aujourd’hui, avec la menace omniprésente des attaques terroristes, la surveillance semble être une bonne idée pour beaucoup de gens, mais la vie privée est presque inexistante maintenant même au niveau du consommateur. Les produits volontairement achetés par des clients satisfaits comprennent les technologies les plus invasives qui soient. Les gens paient pour placer des appareils chez eux, qui écoutent et voient tout et sont en communication constante avec les bases de données de l’entreprise. La technocratie se referme.

« Bien qu’ils comprennent que les plates-formes et appareils connectés peuvent mener à des résultats négatifs, ils pensent que les mauvaises choses arriveront à quelqu’un d’autre ou, s’ils souffrent à certains égards, ils se poseront encore sur leurs pieds. »

5. Cannibalisme

C’est presque trop bizarre pour y penser, mais le cannibalisme est normalisé dans la culture dominante. Le thème a souvent été récurrent dans les films, les programmes et les vidéos musicales, et les reportages sur le cannibalisme se retrouvent fréquemment dans les grand public en tant que nouvelles de première page.

Le cannibalisme semble être une aberration dans l’agenda du NWO, mais il joue un rôle particulièrement important dans la dévaluation de la vie humaine et encourage les gens à participer volontairement à la zombification de soi.

« Les écrivains et les directeurs qui ont recadré le cannibalisme comme une affliction de l’esprit plutôt que du corps l’ont transformé en un nouvel archétype complexe et souvent en conflit. La plupart des nouvelles histoires cannibales traitent leurs sujets non pas comme des monstres, mais comme des êtres humains se débattant avec le désir dévorant de faire quelque chose de révoltant. Ils sont comme des zombies avec une conscience. »

6. Perversion sexuelle radicale et perversion du corps humain

Au milieu de révélations massives sur la prédation sexuelle d’Hollywood, il est impératif de reconnaître que la perversion sexuelle et la perversion du soi en général sont déjà pleinement normalisées aujourd’hui. C’est une partie largement connue et tacitement acceptée du nihilisme dans notre société aujourd’hui.

Nous constatons une augmentation du nombre de pédophiles et de réseaux de trafiquants sexuels, et nous espérons voir davantage de pédophiles d’entreprises et de gouvernements. Le fait qu’il y ait tant de bustes est une indication de la taille de ce problème.

Pendant ce temps, les  grand public continuent de glorifier et de donner une large couverture des modifications extrêmes du corps chirurgical et des changements de sexe chez les enfants. Cela renforce l’idée que l’être humain est une invention imparfaite et que se donner entièrement à l’ego est parfaitement acceptable. Une fois que l’individu est totalement perdu à l’intérieur de son propre corps, la conscience n’aura aucun centre.

Dernières pensées

Pour que le Nouvel Ordre Mondial se réalise, beaucoup, beaucoup de gens doivent consentir volontairement à des usurpations de plus en plus larges des libertés naturelles par un gouvernement toujours croissant. Pour que cela se produise, les gens doivent être programmés avec l’idée que les individus sont inférieurs au groupe, que les êtres humains ne valent pas la peine d’être sauvés. Notre culture doit être radicalement modifiée pour accepter un nouvel ensemble de valeurs.

Source : https://www.drmo7og.com/single-post/2017/10/31/Les-6-changements-radicaux-dans-la-société-normalisés-par-le-nouvel-ordre-mondial

https://www.onsaitcequonveutquonsache.com/les-6-changements-radicaux-societaux-du-nouvel-ordre-mondial/

via:http://actualiteevarsistons.eklablog.com/nouvel-ordre-mondial-6-changements-radicaux-de-societe-a132608634

 
2 Commentaires

Publié par le 13 novembre 2017 dans général, Nouvel ordre mondial, société

 

Étiquettes : , , , , ,

« Chaud devant ! Prochainement, pour vous, les ruptures conventionnelles collectives ! »

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

N’oubliez pas de mettre l’adresse charles@insolentiae.com dans votre carnet d’adresse pour éviter que les fournisseurs d’accès classent la lettre d’information dans les « spams » ou autres « publicités, réclames ou promotion ».

C’est la dernière nouveauté en date, et je peux vous dire que cela va faire hurler chez les ex-futurs salariés bientôt tous virés ou presque et que l’on va se taper sur le ventre dans les antres du Medef.

Les ruptures conventionnelles sont devenues en quelques années la principale manière de licencier, et cela a considérablement flexibilisé le marché du travail pour les employeurs, permettant aussi, il faut le dire, pour certains salariés de partir plutôt sur une rupture conventionnelle, et donc les droits au chômage, plutôt que sur une démission.

Il n’en reste pas moins que jusqu’à présent, une rupture conventionnelle était par nature, par essence même, une décision individuelle, à tel point d’ailleurs que l’inspection du travail surveille de relativement près le nombre de ruptures conventionnelles (qui doivent être déclarées) par chaque entreprise afin d’être sûre que par certains effets d’aubaines, certaines entreprises ne masquent pas un plan social à travers de multiples ruptures conventionnelles.

D’un côté donc la rupture conventionnelle, unitaire, personnelle, individuelle et de l’autre, les plans sociaux avec la cohorte de coûts et de contraintes attachées, comme les indemnités mais aussi des notions de formation ou de « reclassements », bref, autant d’éléments qui empêchent notre gentil patronat de virer comme il l’entend et de gagner autant qu’il le souhaite.

Pourtant, c’est l’un des éléments que pas grand monde n’a vu venir des ordonnances Macron qui devraient prochainement autoriser les entreprises à mettre en place des procédures de ruptures conventionnelles collectives au lieu d’un plan social coûteux.

La différence, nous la voyons tous. Vous aurez a priori des ruptures conventionnelles collectives sur la base du volontariat et cela viendra remplacer les plans dits « volontaires » et puis nous devrions sans doute conserver les plans sociaux quand on dégraisse sans laisser le choix ou sans faire appel aux « volontaires ».

Mais le décret peut aller aussi loin que le voudra le président Macron, puisque l’Assemblée nationale lui a voté les pleins pouvoirs économiques et sociaux.

Demain, peut-être, allez-vous vous réveiller dans un monde où l’idée même de plan social aura disparu.

Et vous devez voir la logique d’ensemble.

Nos mamamouchis ont d’abord réduit le coût maximum des licenciements en mettant des plafonds même en cas de licenciements abusifs que les juges ne peuvent plus dépasser.

Puis maintenant qu’en réalité on a mis des seuils, on vous explique très doctement qu’il faut pouvoir faire baisser le coût des plans sociaux…

Sur la partie volontaire, on va donc faire de la simple rupture conventionnelle… Voilà une idée risquant fort de plaire grandement à SFR qui va devoir se délester rapidement de quelques milliers de ses collaborateurs, qui ne vont pas partir avec grand-chose malgré toute leur implication.

Les ruptures conventionnelles collectives, sur vos écrans au plus tard le 1er janvier 2018.

Le gouvernement a transmis son projet de décret fixant les modalités pratiques de ces ruptures conventionnelles collectives aux partenaires sociaux.

Dès la publication de ce décret, ces ruptures conventionnelles collectives seront possibles dans les entreprises, or selon les syndicats, et je veux bien les croire, cette nouvelle formule est un véritable plébiscite auprès des entreprises qui assaillent de coups de téléphone aussi bien les administrations que les experts comptables pour savoir comment faire pour en bénéficier et faire quelques charrettes à pas cher !
Le tsunami de licenciements en début de quinquennat, pas à la fin !

Les syndicats redoutent donc une vague de plans sociaux.

Ils ont parfaitement raison, et cela a aussi une grande logique politique.

Mieux vaut que les gens qui sont aussi des lecteurs soient virés en début de quinquennat qu’en fin de mandat, bien que Macron, et c’est tout à son honneur n’a jamais caché ses intentions de casse sociale parfaitement assumées lors de la campagne.

Les fêtes de Noël risquent d’être particulièrement moroses et tristes pour bon nombre de nos concitoyens.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT

Source ici 

 
3 Commentaires

Publié par le 13 novembre 2017 dans économie, général, Politique, société

 

Étiquettes : , , ,

Il est temps d’adopter une attitude contrarienne

Nous traversons l’une des périodes les plus uniques et effrayantes de l’histoire. Jamais il n’y a eu autant d’extrêmes dans autant de secteurs différents. Au cours des 100 dernières années, tout semble avoir évolué beaucoup trop vite, notamment la population, la technologie, l’inflation, la dette, l’impression monétaire, les déficits budgétaires, le prix des actions, des obligations, les crypto-devises, etc.

Tous ces secteurs sont aujourd’hui en phase de croissance exponentielle. La dernière étape de croissance exponentielle est explosive et ressemble à un pic qui monte tout droit. Une tel pic dans un indicateur majeur comme la population mondiale ou le Dow Jones ne se termine jamais avec un simple mouvement de côté. Cela finit souvent avec un pic semblable vers le bas.

Tout semble se développer beaucoup plus rapidement aujourd’hui, comme les ordinateurs, les téléphones mobiles et les robots. Les gens présument que cette croissance exponentielle, dans plusieurs secteurs, continuera ou s’accélérera encore. Mais ce ne sera probablement pas le cas.

LES MOUVEMENTS EXPONENTIELS SONT EN PHASE TERMINALE

 

Il y a une illustration scientifique qui montre comment ces mouvements exponentiels se produisent et, aussi, comment ils meurent.

Imaginez un stade de football à remplir d’eau. Chaque minute, on ajoute des gouttes, en commençant par une, mais le nombre de gouttes double à chaque minute. Le nombre passe de 1 à 2, à 4, 8, 16 gouttes, etc. Combien de temps faudra-t-il pour remplir le stade en entier ? Un jour, un mois, ou un an ? Non, cela se ferait bien plus rapidement, en seulement 60 minutes ! Cela, en soi, est difficile à comprendre mais, encore plus intéressant : quel est le niveau de remplissage du stade après 45 minutes ? La plupart des gens diraient, environ 75-90%… mais c’est totalement faux. Après 45 minutes, le stade ne serait plein qu’à 7% ! Dans les cinq dernières minutes, le niveau de remplissage passe de 7% à 100%.

Ceci explique de façon simple pourquoi nous observons des mouvements exponentiels aussi rapides dans tant de secteurs. Il est impossible de prédire exactement quand le stade mondial ou certains stades seront pleins, surtout que nous ne connaissons pas la taille réelle de ces stades. Ce que nous savons est que, lorsque le stade sera plein, le niveau d’eau, non seulement continuera de monter, mais le stade lui-même s’effondrera.

Nous vivons probablement la dernière minute, ou les secondes finales, de ce mouvement exponentiel, vu que nous sommes dans une phase exponentielle qui dure depuis environ cent ans.

LA POPULATION MONDIALE DÉCLINERA DE 2-3 MILLIARDS

 

Pendant des milliers d’années, la population mondiale a augmenté très lentement et a finalement atteint un milliard d’individus dans les années 1850. Depuis lors, elle a été multipliée par neuf pour atteindre les 7,5 milliards. Plusieurs « experts » prédisent maintenant qu’elle atteindra 15 à 20 milliards d’individus.

La population mondiale pourrait encore augmenter un peu, mais nous assisterons probablement à une réduction majeure dans les décennies à venir. Cela pourrait même arriver plus tôt, selon le type d’événements qui auront lieu dans le monde. Si on regarde l’ampleur du mouvement exponentiel, on voit que 6,5 milliards d’individus se sont ajoutés à la population mondiale depuis les années 1850. La correction normale d’une telle croissance exponentielle serait de l’ordre de 38-50%. Cela peut sembler horrible et improbable mais, si nous regardons le graphique, nous voyons que cela pourrait avoir lieu. Le risque que la tendance se renverse bientôt est bien plus grand que la probabilité d’un accroissement supplémentaire.

Les déclencheurs d’une réduction massive de la population sont nombreux, qu’il s’agisse de guerres, d’épidémies, d’effondrement économique menant à la pauvreté et la famine, ou toutes ces choses à la fois. Par exemple, dans les années 1340-1350, la Peste noire a réduit la population européenne de prés de 60%, et la population mondiale, selon les estimations, de 30-50%. Une guerre nucléaire entre la Corée du Nord et les États-Unis impliquerait éventuellement la Chine, la Russie, l’Iran, le Pakistan, l’Inde et plusieurs pays, et serait dévastatrice, amenant une réduction de la population supérieure à 60%. Un effondrement du système financier, qui n’est pas improbable, constituerait aussi un cataclysme. Il est certain qu’un ou plusieurs de ces événements surviendront dans les années à venir, bien qu’il soit impossible de prédire quand exactement.

UN PORTEFEUILLE DE RICHESSE ÉTERNELLE

 

Selon l’ampleur du problème, incluant son impact géographique, il est très difficile, pour les citoyens lambdas, de s’y préparer. Très peu d’entre eux possèdent un jet privé et des résidences dans différents pays du monde. Ceux qui ont de l’épargne doivent prendre des mesures défensives dès maintenant, si ce n’est déjà fait. Je connais une vieille famille très riche qui, depuis des centaines d’années, place une grande partie de sa richesse en immobilier, en art et en or, un tiers chaque. Avec des terres productives, leur portefeuille est parfait et continuera de bien performer lors du mouvement à la baisse qui se profile. L’or et les terres agricoles sont de réels actifs de préservation de la richesse, tandis que les tableaux de collection sont dans une bulle et souffriront. Mais les deux-tiers des actifs du portefeuille de cette famille performeront probablement très bien dans les prochaines années.

Un contrarien ou un investisseur qui veut éviter les risques peut analyser les graphiques sur les actions, les obligations ou l’immobilier, et ces graphiques lui diront que nous avons atteint des extrêmes. Sur une base risque/rendement, très peu d’investisseurs font de l’argent en achetant dans les dernières phases d’un mouvement. Il est vrai que n’importe qui ayant acheté sur le NASDAQ au début de 1999 a doublé sa mise en mars 2000. Le problème est que plus de 95% des investisseurs n’ont pas vendu à ce moment-là, et la plupart d’entre eux ne sont sortis qu’après avoir perdu 50 à 80⅜.

NE SOYEZ PAS UNE VICTIME

 

Comme l’a déclaré Rick Rule, l’excellent président de Sprott USA, à la New Orleans Investment Conference, la semaine dernière : « Soit vous êtes un contrarien, soit vous serez une victime ». La réalité est que la plupart des gens deviendront des victimes dans les années à venir.

Très peu de personnes réalisent que nous assisterons prochainement à la fin d’une ère majeure ou d’un cycle majeur. Qu’il s’agisse d’un cycle de 300 ans ou de 2 000 ans n’a pas vraiment d’importance. Les historiens ne le sauront qu’après. Nous devons aujourd’hui nous concentrer sur la protection contre ces risques, pour ne pas devenir des victimes.

IL FAUT ACHETER DES ACTIFS MAL-AIMÉS ET SOUS-ÉVALUÉS

En 2002, nous avons determiné, en tant que société, que les risques mondiaux s’accéléreraient et qu’il était temps de se protéger, nous et nos clients. L’or, à cette époque, était mal-aimé et sous-évalué. Il avait baissé pendant vingt ans et personne ne s’y intéressait. L’or a atteint son niveau le plus bas en 1999, à 250 $, après avoir atteint un sommet à 850 $ en janvier 1980.

 

 

L’investisseur moyen, évidemment, n’était pas impressionné par le fait que l’or avait grimpé de 50 % depuis 1999, et qu’il se situait à 300 $ l’once en février 2002. C’est à ce moment-là que nous avons décidé de placer un pourcentage significatif de nos fonds dans l’or et conseillé à nos clients investisseurs de faire la même chose.

C’est un investissement contrarien typique. Vous achetez un actif qui n’est sur l’écran radar de personne et dans le cas de l’or en 2002, 65% en dessous de son pic touché 22 ans plus tôt. Mais il ne suffit pas d’acheter quelque chose de pas cher; ce que vous achetez doit aussi avoir une valeur intrinsèque, ainsi qu’un potentiel de croissance substantiel. Le rôle de l’or en tant que seule monnaie qui existe et qui a survécu pendant presque 5 000 ans montre que cette fonction continuera encore plusieurs milliers d’années.

DES TAUX D’INTÉRÊT QUI PASSENT DE 18% À ZÉRO = BULLE DE CRÉDIT

 

La politique de « l’argent facile » de Greenspan a commencé en 1987, alors que le taux des fonds fédéraux américains atteignait 10%. Avec une économie fragile et des marchés d’actifs faibles, Greenspan entama sa politique monétaire accommodante en abaissant les taux d’intérêt à 3%, en 1992. Ces taux étaient passés sous les 2% quand nous avons commencé à acheter de l’or. Finalement, les taux sont descendu jusqu’à 1% sous la présidence de Greenspan. Lorsque Bernanke a dû régler le désordre causé par la crise de 2006-2008, les taux furent baissés, de 5% en 2007, à 0% en 2009, où ils sont demeurés jusqu’en 2015.

La réduction continue des taux depuis les débuts de Greenspan en 1987 avait déjà commencé en 1981 lorsque le taux des fonds fédéraux était à 18,5%. Cela constituait le haut d’un cycle de 35 ans, depuis la Deuxième guerre mondiale.

Cette politique de bas taux d’intérêt qui dure depuis 35 ans, combinée avec l’expansion de crédit et de l’impression monétaire, a créé la plus grosse bulle d’actifs de l’histoire.

LES EXCÈS MASSIFS SERONT PUNIS

Le monde sera puni pour ses 35 années d’excès. C’est l’aboutissement de l’expérience centenaire de monnaie fiduciaire débutée par la Fed en 1913. La bulle de dette et de passifs (incluant les produits dérivés et les passifs non capitalisés) de 2,5 quadriilions $ est 35 fois plus grosse que le PIB mondial et, évidemment, ne pourra jamais être remboursée. La crise de 2006-2009 n’était qu’une répétition générale. Les gouvernements et les banques centrales ont réussi à repousser l’effondrement inévitable de quelques années, grâce à un ensemble de mesures stimulatrices.

Si l’on considère la nature exponentielle de la situation actuelle, il est clair que, la prochaine fois, les banques centrales ne réussiront pas à sauver le système.Les taux d’intérêt sont maintenant si bas, et même négatifs dans certains pays, qu’il y a très peu de flexibilité à stimuler en abaissant les taux. Il ne reste qu’un seul outil : l’impression monétaire. Il est intéressant de noter que les banques centrales, toujours un peu à contretemps, croient maintenant qu’elles peuvent retirer de la liquidité des marchés plutôt qu’avoir besoin d’en ajouter.

LES BANQUES CENTRALES VONT RETRANCHER JUSQU’À 2 000 MILLIARDS $ DE LIQUIDITÉ

Après avoir ajouté 2 000 milliards $ par an, le tapering devrait faire qu’en 2019, toute cette liquidité sera retirée du système et, finalement, être négative. En outre, les banques centrales prévoient de monter les taux d’intérêt lorsque l’inflation commencera à augmenter.

 

 

Quiconque connaît un minimum les marchés sait que ce sont les milliers de milliards de dollars d’expansion de crédit et d’impression monétaire qui ont créé les plus grosses bulles d’actifs de l’histoire, et surtout les marchés boursiers gonflés. Arrêter de nourrir un monde accroc à la dette, non seulement tuera les marchés boursiers, mais aussi tous les autres marchés en bulle. Les toxicomanes ne cessent pas seulement de se sentir bien quand ils ne reçoivent plus leur injection quotidienne; non, ils commencent à se sentir extrêmement mal et tombent dans une crise dont ils se remettent rarement.

C’est la même chose avec l’économie : elle est, aujourd’hui, dépendante d’injections continuelles de crédit et de liquidité. Enlever 2 000 milliards $ de liquidité à un monde accroc à la liquidité le rendra définitivemeny malade.

LE PLUS GRAND DEMI-TOUR DE L’HISTOIRE

Cela provoquera l’effondrement des marchés d’actions, de l’immobilier et du crédit, entraînant la panique dans le système financier. Nous verrons le plus grand volte-face de toute l’histoire monétaire dans les 6-18 mois à venir. Les banques centrales vont paniquer et commencer à imprimer plus de monnaie que jamais. D’abord des dizaines de trillions, puis des centaines de trillions et, enfin, des quadrillions de dollars, à mesure que la bulle des produits dérivés explosera. L’impression monétaire, au début, aura peut-être quelques effets bénéfiques sur les marchés, à très court terme, mais le monde réalisera ensuite que des morceaux de papier sans valeur, ou des zéros sur des ordinateurs, ne pourront jamais créer de la richesse ou sauver le monde, quoi qu’en pensent les keynésiens ou Paul Krugman.

Enfin, cela mènera le monde à l’hyperinflation, suivie d’une implosion déflationniste. Le déroulement des événements ne sera pas simple car nous aurons simultanément une combinaison d’hyperinflation et de déflation. La valeur d’actifs tangibles, ce qui inclut plusieurs matières premières comme les métaux précieux, la nourriture et les terres agricoles, augmentera. La monnaie sera « hyper-gonflée », vu qu’elle sera imprimée en quantités illimitées, tandis que les actions, les obligations et l’immobilier s’effondreront, en termes réels.

C’EST L’OCCASION D’ACHETER CE QUE PERSONNE NE REGARDE

Pour quiconque dispose de capital à investir, il s’agit probablement d’une des opportunités les plus intéressantes de l’histoire. Ceci suppose que l’investisseur soit prêt à adopter une attitude contrarienne. C’est le moment d’acheter un actif dont personne ne veut, mais qui a une haute valeur intrinsèque et qui bénéficiera de l’effondrement à venir des actifs conventionnels, en bulle.

Nous recommandons en particulier :

  • Les métaux précieux physiques, entreposés hors du système financier
  • Les actions aurifères et argentifères, qui ont une valeur incroyable en ce moment
  • Des terres agricoles dans des pays stables politiquement
  • Des actions de l’industrie de la défense

Dans une perspective de préservation de la richesse, les métaux précieux remportent la palme. En achetant des actions, l’investisseur est exposé au système financier, dont la survie est peu probable. La seule manière d’éviter cela est via l’enregistrement direct, ce qui est difficile pour la plupart des investisseurs. La propriété directe de terres agricoles n’est également pas pratique pour tout le monde. Si cette propriété est achetée par un fonds, l’investisseur est, encore une fois, exposé au système financier.

Selon nous, l’allocation principale devrait être dans l’or physique et l’argent physique, tout en allouant une plus petite partie aux autres actifs mentionnés plus haut.

Quiconque n’est pas prêt à adopter une attitude contrarienne risque de devenir une victime dans les 5-7 années à venir.

source

 
2 Commentaires

Publié par le 13 novembre 2017 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :