RSS

L’industrie du médicament veut redorer son image avec une campagne grand public

26 Sep

Illustration de médicaments. — Pixabay

L’industrie du médicament tue petit à petit  , elle ne guérit pas ce ne serait pas rentable .. Non, elle nous tue à petit feu , elle engrange ainsi plus de profits en nous mettant en esclavage et en nous rendant dépendant d’elle .  Big pharma est avant tout une industrie qui doit dégager des profits , et pour cela elle doit entretenir sa clientèle, c’est à dire nous .  Les médicament doivent prolonger notre vie pour nous permettre d’en consommer de plus en plus . Si ils guérissaient vraiment ce ne serait pas rentable . D’où les scandales à répétition . Et la nécessite pour big pharma de rassurer ses clients en se rachetant une image. Z .

  • L’industrie pharmaceutique va lancer à partir du 1er octobre une grande campagne de communication pour changer l’image du secteur, ternie par les scandales sanitaires et les interrogations sur les prix des médicaments.
  • Selon une enquête BVA pour le Leem, 9 Français sur 10 attendent des laboratoires plus de communication sur leurs recherches.
  • Pour changer ce regard, le Leem mise sur une humanisation et un zoom sur l’innovation.

MediatorDépakine, pilule contraceptive de 3e et 4e générations, Levothyrox… Ces médicaments ont défrayé la chronique ces derniers temps, amplifiant encore la défiance entre public et industrie pharmaceutique. Le Leem, fédération française de l’industrie du médicament, a pris la mesure de ce désamour. Elle lance pour la première fois depuis quinze ans une grande campagne de communication pour rassurer le grand public. A l’aide de spots télévisuels et affiches, le slogan « La maladie ne dort jamais. Nous non plus » et #sansrépit va envahir métro et nos ondes à partir du 1er octobre.

Objectif ? Faire parler de l’innovation, des progrès incroyables de la médecine et de l’engagement des salariés de ces laboratoires pharmaceutiques.

>> A lire aussi : Levothyrox: Les patients manifestent devant l’Assemblée et envisagent une action en justice

Les Français veulent être mieux informés

Car il y a urgence pour changer l’image de cette industrie. Selon une étude BVA pour le Leem*, 87 % des Français estiment que les laboratoires jouent un rôle essentiel dans la découverte de nouveaux traitements… Mais 80 % d’entre eux attendent davantage d’informations sur ces recherches et découvertes. Et pour eux, la priorité reste d’investir dans des médicaments contre le cancer (75 %), Alzheimer et Parkinson (58 %) et le sida (37 %).

« Il y a un décalage entre la grande légitimité de l’industrie pharmaceutique et une exigence de plus d’échanges et de communication », analyse Odile Peixoto, directrice de la BVA Santé. Si la question a été soigneusement évitée dans ce sondage, nul n’est dupe : la confiance est rompue entre le public et l’industrie pharmaceutique.

Selon la dernière enquête de l’Observatoire sociétal du médicament du Leem, datant de 2016, cette confiance dans les médicaments ne cesse de s’éroder pour tous types de médicaments et surtout pour les vaccins. Elle se dégrade pour les médicaments sur ordonnance (88 %, – 5 points en un an), médicaments remboursés (88 %, – 4 points), médicaments de marque (87 %, – 2 points), médicaments non remboursés (74 %, – 1 point) et sans ordonnance (70 %, – 3 points), et enfin les vaccins (69 %, – 2 points).

« Redonner de la fierté »

Cette campagne de communication d’envergure vise à remonter le moral des salariés de cette industrie souvent critiquée. « On ne va pas se laisser bouffer par la vision de l’industrie pharmaceutique qui n’a rien à voir avec ce je vis tous les jours au bureau », tempête le président du Leem. « Aujourd’hui, on ne parle des médicaments qu’au travers des effets secondaires ou du prix excessif, regrette Jean Monin, président de la Commission communication du Leem. Mais nous faisons avancer la santé. On veut redonner de la fierté à nos équipes. »

« Humaniser » pour renouer la confiance

Plutôt que de rentrer dans les détails du financement de la recherche, du coût des traitements innovants, d’un accès au service de soin ou des divers scandales sanitaires, le Leem préfère mettre en avant les 100.000 hommes et femmes qui travaillent à améliorer les soins quotidiens et à trouver les médicaments de demain.

« Je pourrais m’époumoner pour expliquer pourquoi l’affaire du Levothyrox est une crise mal gérée et non un scandale sanitaire, mais je ne serai pas entendu, se défend Patrick Errard, président du Leem. Vous ne pouvez pas informer, rassurer, éduquer, gérer une crise sans confiance. Je commence par faire le pari de l’humanisation de ceux qui sont derrière le médicament pour mieux communiquer par la suite. »

Une relation passionnelle

Pour lui, la crise de confiance est spécifique dans ce secteur de la santé. « Il existe une relation intime entre le patient et le médicament, qu’il ingère, qu’il va garder dans son corps, souligne Patrick Errard. On ne dit pas je prends « un » médicament, mais « mon » médicament. La relation au médicament est du coup passionnelle au sens de l’adhésion comme de la crise. » C’est pourquoi le Leem a choisi d’envoyer « un message émotionnel et non des explications rationnelles ».

Une passion qui se retrouve dans les oppositions très vives dès qu’on parle de santé. Pour beaucoup de patients, ingérer « leur » médicament leur permet de vivre malgré la mucoviscidose, avec une greffe, malgré le VIH… Pour d’autres, c’est aussi pâtir d’effets indésirables lourds. « Certains laboratoires profitent de médicaments pour faire de l’argent, accuse Georges Alexandre Imbert, président de l’Association d’aide aux victimes des accidents de médicaments (Aaavam). Les catastrophes sanitaires se succèdent et les utilisateurs sont bien conscients des mésusages de certains médicaments. » Cette campagne grand public suffira-t-elle pour renouer le dialogue ? La route est longue. (source)

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le 26 septembre 2017 dans général, Nouvel ordre mondial, Santé - nutrition

 

Étiquettes : , , , , , ,

Une réponse à “L’industrie du médicament veut redorer son image avec une campagne grand public

  1. Lunesoleil

    26 septembre 2017 at 3:49

    moins j’en prend et le mieux je me porte 😍

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :