RSS

La Corée du Nord menace de « couler » le Japon

15 Sep
Des milliers de nord-coréens se sont réunis à Pyongyang mercredi 9 août 2017 pour une manifestation de soutien au gouvernement (photo transmise le 10 août 2017 par l'agence de presse officielle nord-coréenne KCNA).
Des milliers de nord-coréens se sont réunis à Pyongyang mercredi 9 août 2017 pour une manifestation de soutien au gouvernement (photo transmise le 10 août 2017 par l’agence de presse officielle nord-coréenne KCNA). (Crédits : Reuters/KCNA KCNA)
Un organe de propagande nord-coréen a appelé jeudi à « couler » le Japon et à réduire les États-Unis « en cendres » pour avoir voté l’alourdissement des sanctions au Conseil de sécurité des Nations unies après le sixième essai nucléaire de Pyongyang.

Pyongyang menace de larguer une bombe nucléaire sur l’archipel nippon, suite à l’adoption de nouvelles sanctions dictées par le Conseil de sécurité de l’ONU mardi. Face aux menaces répétées de la Corée du Nord, de quels moyens militaires dispose le Japon ?

Cette fois-ci, la Corée du Nord ne menace pas uniquement les Etats-Unis. La dictature de Pyongyang s’en prend également à son voisin japonais. « Les quatre îles de l’archipel [japonais] doivent être coulées à l’aide d’une bombe nucléaire. (…) L’existence du Japon n’est plus nécessaire à nos côtés », déclare ce jeudi dans un communiqué de presse, le Comité coréen pour la paix en Asie-Pacifique, chargé des relations extérieures et des campagnes de propagande.

L’origine de sa colère : l’adoption de nouvelles sanctions à l’encontre du régime communiste, votées ce mardi par le Conseil de Sécurité des Nations unis auquel figurent le Japon et les Etats-Unis. Ces nouvelles mesures sanctionnent le sixième essai nucléaire de Pyongyang, réalisé début septembre. En réaction, le comité de propagande nord-coréen réclame le démantèlement du Conseil de sécurité, qualifié « d’outil du mal » formé « d’Etats corrompus » aux ordres de Washington, rapporte Reuters.

Le Japon, 7e puissance militaire au monde

Face aux menaces répétées de la Corée du Nord, le Premier ministre japonais Shinzo Abe a appelé lundi à un renforcement des moyens de défense du pays. Il a en outre demandé à son ministre de la Défense, Itsunori Onodera, de préparer un projet de stratégie de défense à moyen terme. En ligne de mire : un budget record de la défense, pour la sixième année consécutive. Fin août, le ministère concerné a requis une enveloppe de 5.255 milliards de yens (soit 40 milliards d’euros) pour avril 2018 à mars 2019. Si le budget est validé, cela représentera une hausse de 2,54% par rapport à l’exercice en cours. Cette demande intervenait quelques jours seulement après le passage d’un missile nord-coréen au dessus du Japon.

Le Japon est considéré comme la 7e puissance militaire au monde en 2017, selon l’indice du Global Fire Power – derrière le trio de tête Etats-Unis, Russie et Chine. Elle revendique notamment 250.000 militaires actifs, 700 tanks et 17 sous-marins. Les forces japonaises cohabitent également avec environ 50.000 soldats américains, répartis dans 6 bases sur l’archipel. A titre de comparaison, la Corée du Nord revendique 945.000 militaires actifs, plus de 5.000 tanks et 76 sous-marins.

Vers une révision de la pacifiste constitution japonaise?

Shinzo Abe utilise la menace nord-coréenne pour plaider en faveur d’une révision constitutionnelle. Entrée en vigueur en 1947 et votée sous occupation américaine, la constitution japonaise renonce à l’usage de la force militaire.

« Aspirant sincèrement à une paix internationale fondée sur la justice et l’ordre, le peuple japonais renonce à jamais à la guerre en tant que droit souverain de la nation, ou à la menace, ou à l’usage de la force comme moyen de règlement des conflits internationaux. (…) Le droit de belligérance de l’État ne sera pas reconnu », impose l’article 9.

L’article a été interprété de façon extensive par les différents gouvernements, permettant la création de l’armée japonaise en 1954. Celle-ci est conçue comme une armée défensive – et non offensive, au grand dam de Shinzo Abe.

source

Aujourd’hui  la Corée du Nord a tiré un nouveau missile au dessus du japon :

Le tir intervient trois jours après l’adoption d’une résolution du Conseil de sécurité assortie de nouvelles sanctions, notamment une interdiction des livraisons de gaz à la Corée du Nord, un blocage de ses exportations de ses produits textiles et des limites à l’accueil de ses ressortissants pour travaillerdans d’autres pays.

Votée après le sixième essai nucléaire mené le 3 septembre par Pyongyang, elle a été vivement critiquée par le régime, qui a menacé le 14 septembre par l’intermédiaire de la commission pour la paix en Asie-Pacifique de « couler » le Japon et de réduire les Etats-Unis « en cendres », et appelé à dissoudre le Conseil de sécurité, un « outil diabolique » réunissant des pays « corrompus » obéissant aux ordres des Etats-Unis.

Le nouveau missile serait un modèle balistique à portée intermédiaire selon les premières évaluations de l’armée sud-coréenne et du commandement américain du Pacifique (Pacom), qui a par ailleurs « établi qu’il ne représentait pas une menace directe pour Guam », une île américaine du Pacifique. Mais la distance parcourue, 3 700 km, montre que le régime nord-coréen aurait désormais les moyens de l’atteindre.

Guam se situe à 3 400 km de Pyongyang. Le territoire, qui abrite d’importants moyens militaires américains, a été au cœur d’un vif échange verbal entre Washington et Pyongyang en août. Le régime nord-coréen a menacé de tirerdes missiles Hwasong-12 – identiques à celui lancé le 29 août – autour du territoire.

Le président américain Donald Trump ne s’est pas encore exprimé, mais Washington a immédiatement enjoint à la Chine, principal allié et soutien économique de Pyongyang, et à la Russie, de faire directement pression « de leur propre chef » sur le régime nord-coréen.

Publicités
 

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :