RSS

Mise en garde de Poutine au monde : la Corée du Nord est « au bord d’un conflit à grande échelle »

04 Sep

Le 2 e sujet que je vais aborder en rapport avec l’actu, et qui est primordial, est bien sur la question Nord coréenne, qui pourrait vite dégénérer en un conflit mondial de grande ampleur. Les tensions ne cessent de s’exacerber, au moment où la Corée vient de tester une bombe H . C’est le chat qui se mord la queue car la corée se sent de plus en plus menacée et le régime veut à tout prix se pérenniser en maintenant un équilibre de la terreur grâce à l’obtention des bombes A et H . Ce qui met de plus en plus les autres pays en état d’alerte et augmente les chances d’une réponse de ces derniers menés par les états unis, ce qui pourrait mener le monde dans le précipice . A tel point que Poutine met en garde le monde contre un conflit à grande échelle et déclare que les deux parties « s’équilibrent à la veille d’un conflit à grande échelle » … (ne pas oublier que la Corée est un pantin chinois, devenu encombrant pour ces derniers)

C’est fort sérieux Selon Zero Hedge  : 

 Alors que les tensions entre les Etats-Unis, leurs alliés régionaux et la Corée du Nord se poursuivent, dépandant des prochains missiles qui seront testés par Kim Jong Un, ce qui selon Kelly pourrait pousser Trump à tweeter ces prochaines heures, le président russe Vladimir Poutine a décidé de peser personnellement sur le conflit pour la première fois depuis que l’ONU a adopté de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord un peu plus tôt ce mois-ci.

Dans un article publié sur le site web du Kremlin, le président russe a averti que les deux parties « s’équilibrent à la veille d’un conflit à grande échelle », ajoutant que toute tentative de faire pression sur la Corée du Nord pour qu’elle mette fin à son programme nucléaire serait « futile » et que la seule solution tenable à l’impasse serait un « dialogue assorti de conditions préalables ».

« Il est essentiel de résoudre les problèmes de la région par un dialogue direct impliquant toutes les parties sans poser de conditions préalables (pour de tels pourparlers) », a écrit M. Poutine. « Les provocations, la pression, la guerre et la rhétorique offensante ne mènent nulle part. »

Ses remarques sur une solution diplomatique faisaient allusion à une « feuille de route » pour la paix formulée conjointement entre la Russie et la Chine… sans les États-Unis.

Selon le plan conjoint russo-chinois de désescalade, la Corée du Nord cesserait de travailler sur son programme de missiles en échange de l’arrêt des exercices de guerre à grande échelle entre les États-Unis et la Corée du Sud, ce qui permettrait aux tensions de s’apaiser progressivement.

 

En voici plus d’après Al Jazeera :

« La Russie estime que la politique consistant à faire pression sur Pyongyang pour qu’elle mette un terme à son programme de missiles nucléaires est malavisée et vaine », a-t-il écrit dans l’article envoyé aux médias du Brésil, de Russie, d’Inde, de Chine et d’Afrique du Sud – les États membres du BRICS.

« Les problèmes de la région ne devraient être résolus que par un dialogue direct et sans conditions préalables entre toutes les parties concernées. Les provocations, la pression et la rhétorique militariste et insultante sont une voie sans issue. »

Pas plus tard que la semaine dernière, les tensions entre les deux parties semblaient s’apaiser, le secrétaire d’État américain Rex Tillerson louant la retenue du pays après que le Nord ait passé près d’un mois sans nouveau test de missiles, en dépit des nouvelles sanctions restrictives de l’ONU qui sont entrées en vigueur le 5 août. Cela a rapidement changé avec le début des exercices militaires conjoints annuels de 11 jours des Etats-Unis et de la Corée du Sud, qui semblent avoir provoqué une réaction particulièrement exacerbée de la part du Nord cette année, provoquant non pas un mais deux tirs de roquettes au cours des jours suivants.

Il y a deux jours, le ministre russe des Affaires étrangères Sergey Lavrov aurait averti Tillerson qu’il serait  » dangereux  » de pousser à plus de sanctions contre la Corée du Nord.

 Voici ce qu’en livre Newsweek :

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré à Tillerson que les États-Unis devraient éviter de prendre des mesures militaires contre le régime de Kim Jong Un et que le gouvernement russe estime que des sanctions supplémentaires pourraient s’avérer « contre-productives et dangereuses ».

    La réponse de Tillerson à Lavrov n’est pas claire, mais les deux ont condamné le plus récent essai de la Corée du Nord lundi, quand un missile a survolé le Japon. »

Bien sûr, le lancement de missiles au début de la semaine, qui a survolé l’espace aérien japonais, semble avoir effrayé – du moins temporairement – les investisseurs, ce qui a déclenché une brève liquidation des stocks mondiaux. Il y a un jour, les États-Unis et la Corée du Sud ont insisté sur leur propre provocation, en menant un exercice de bombardement avec des bombardiers étatsuniens dotés de capacités nucléaires et avec le nouveau chasseur furtif F-35.

Malgré les discours belliqueux des deux côtés, une guerre généralisée est beaucoup moins probable que l’opinion publique ne le croit. Faisant écho aux commentaires de l’ancien stratège en chef de la Maison-Blanche, Steve Bannon, un professeur a averti hier que les États-Unis n’étaient  » pas en mesure  » de déclencher une guerre avec la Corée du Nord en raison de la dévastation sans précédent que l’artillerie de la Corée du Nord pourrait déclencher sur Séoul, la capitale sud-coréenne densément peuplée.

Comme Bannon l’ avait déclaré lors d’un entretien avec American Prospect, les États-Unis n’ont pas d’option militaire viable pour renverser Kim Jong Un :

« Tant que quelqu’un ne résoudra pas la partie de l’équation qui me montre que dix millions de personnes à Séoul ne meurent pas dans les 30 premières minutes suite à l’utilisation des armes conventionnelles, je ne sais pas de quoi vous parlez, il n’ y a pas de solution militaire ici, ils nous ont eu. »

Alors que la guerre des mots s’étend depuis huit mois, les observateurs garderont sûrement cela à l’esprit. Les investisseurs, d’un autre côté, cherchent juste une opportunité pour « acheter la putain de guerre nucléaire ».

Pendant ce temps Les Nord-Coréens célèbrent l’essai d’une Bombe H de 120 kilotonnes avec un gigantesque trou en plein coeur des USA à la télé !

Derrière la femme en rose et noir, vous voyez non pas une montagne en Corée du Nord mais les Etats-Unis avec un gigantesque trou en plein centre. Ce qui est rassurant c’est que l’essai de la première bombe à Hydrogène nord-coréenne n’est pas si terrifiant que ça du fait qu’elle n’avait qu’une charge de 120 kilotonnes (bien que celle qui est tombée sur Hiroshima était de 15 kilotonnes soit 15,000 tonnes de TNT qui explosent.)

120,000 tonnes de TNT peuvent effectivement faire des centaines de milliers de morts, voire quelques millions ici et là, mais en aucun cas ne peut créer un trou qui va de la côte ouest à la côte est des USA. Rien à craindre donc pour le pays de la liberté !

Publicités
 
 

Étiquettes : , , , , , , ,

Une réponse à “Mise en garde de Poutine au monde : la Corée du Nord est « au bord d’un conflit à grande échelle »

  1. bob

    4 septembre 2017 at 8:51

    Well come back Z!!!

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :