RSS

Les péchés cardinaux des antisystèmes

26 Mai

La force transforme le mensonge en vérité !

Rappelons quelques-uns de ces péchés :

  • Pas de but bien précis. Pas de vraie volonté de chambouler cette société.

Debord écrit tristement dans ses Commentaires :

« C’est la première fois, dans l’Europe contemporaine, qu’aucun parti ou fragment de parti n’essaie plus de seulement prétendre qu’il tenterait de changer quelque chose d’important. La marchandise ne peut plus être critiquée par personne : ni en tant que système général, ni même en tant que cette pacotille déterminée qu’il aura convenu aux chefs d’entreprises de mettre pour l’instant sur le marché. »

Ce qui caractérise les partis, c’est le manque de but. On prend l’exemple du FN qui a fini par aligner reculade sur reculade sur sa position sur l’euro. Le résultat a été une grosse claque aux présidentielles, parce que l’on peut être pour ou contre l’euro, mais pas pour les deux à la fois. Ou alors il faut s’appeler Coluche. Pensez à l’expérience désastreuse des rigolos de Syriza qui eux aussi ne savaient pas ce qu’ils voulaient. On sort ou on ne sort pas ? On imprime le drachme ou pas ? On en fait un drame ou pas ? Syriza a été phénoménal puisque c’est la première fois que l’on voyait un parti arriver au pouvoir et tourner casaque aussitôt. La gauche baissait son slip et on repartait comme avant, dans le monde TINA décrit par les mères courage façon Merkel, Goulard ou Lagarde.

Mais les antisystèmes se sont fait ridiculiser, à droite cette fois, par notre populiste argenté Donald Trump. Je me cite, ayant prévu le truc avant son élection. Six mois avant son élection-soumission, j’écrivais dans mon livre :

« …il semble que l’affaire Trump va servir d’opération psychologique au niveau mondial. Le système a peur des masses, et il a besoin de faire un exemple – en montrant le mauvais… l’accusation de racisme, de nazisme, de fascisme, de machisme par les médias, les excès ou soi-disant excès de Trump porteront leurs fruits et tout le petit monde du petit blanc frustré rentrera dans sa niche comme en France. Il sera « agité » une nouvelle fois avant de « s’asservir » pour rien, et c’est tant mieux ! »

Et un peu plus bas :

« Il se peut que Trump serve aussi d’exorcisme à la fin pour calmer le ressentiment général en Amérique et organiser plus calmement la faillite du pays qui a déjà commencé, même si elle est décrite rarement. La fascisation et la militarisation des Etats-Unis décrite par Paul Craig Roberts servira à prévenir ou écraser massivement toute rébellion, d’où qu’elle vienne. Il semble bien que l’on en prenne aussi le chemin en France avec Juppé (NDLT ; texte de septembre 2016).  Trump peut servir aussi à moyen terme à décourager l’opinion un peu rebelle du petit blanc américain. »

  • Un troupeau très divisé

Le troupeau des antisystèmes est très divisé et c’est pourquoi Macron l’a emporté. Il y avait le troupeau des gauchistes antisystèmes emmenés par Mélenchon ; l’extrême-droite transgénique devenue souverainiste mais pas convaincante pour trois sous ; et même le troupeau conservateur-catholique façon Fillon (courage, Fillon !) né des manifs imprévues de 2012. Partout dans le monde le troupeau des antisystèmes est coincé par ses brouillons mais surtout par sa division. On est rouge ou on est brun ? Beaucoup de gens ne sont pas contents, mais ces gens ne sont pas d’accord. On oublie aussi que Trump a surtout gagné parce qu’il était le candidat républicain, pas le candidat populiste antisystème. Elu, il s’est aussitôt remis au service de son oligarchie dirigeante, qu’il a appris à bien héberger depuis quatre décennies maintenant à Manhattan, Miami ou Hawaï. En France on devait avoir un deuxième tour pépère avec Juppé et Macron (ou Hollande), bien loin des miasmes de la campagne système-antisystème à laquelle on a eu droit. Les gens roupillent plus qu’on ne le croit, et au deuxième tour ils aiment montrer combien ils le chérissent leur système. Revoyez les films cyniques-populistes de Jean Yanne, lisez les recommandations de La Fontaine aux grenouilles…

« De celui-ci contentez-vous,

De peur d’en rencontrer un pire. »

  • Un troupeau trop virtuel

Le système se plaint d’internet, ou fait semblant de le faire. Il a bien sûr tort car le web liquide tout le monde, libère la rue, laisse les gens s’abrutir de people ou de news (Thoreau se moque de cette gourmandise en news), ils lui abandonnent le pavé.  Sur le moyen terme le système gagne et il a gagné récemment tous ses bras de fers contre les pseudo-contestataires qui font semblant de se croire résistants en cliquant comme moi trois mille fois par jour. Ses ennemis sont si peu convaincus de leur cause (et que feraient Mélenchon ou Le Pen ?) qu’ils lui concèdent tout de suite la victoire, et se lancent dans des chamailleries. Mélenchon avait donné un lourd petit cours sur Lénine, personne ou presque dans son assistance jeune, tranquille et bigarrée, ne savait qui c’était. Et de reprocher leur machisme aux bolchéviques ! Après on baille et on va se coucher. Le conglomérat des solitudes sans illusion dénoncées par Debord ne risque pas de tourmenter la machinerie cybernétique-capitaliste-bureaucratique qui nous contrôle tous, bien plus que les oligarques fatigués et les bébêtes des Bilderbergs qui servent de boucs émissaires. Godard ou Tati avaient bien filmé cela dans Alphaville ou Play Time.  Le « mécontent industriel » de Gustave Le Bon, fabriqué par l’instruction universelle, est devenu un troupeau proliférant mais finalement peu gênant. Le troupeau internet manque de motivation, de conviction, de formation, de militants, de tout en fait. Il est le troupeau liquide de la société liquide décrite par Bauman.

Cela étant, ne désespérons pas de ce troupeau qui fait peur au système.

Car c’est lui qui dans sa rage chaotique détruit ses assises et précipite sa fin en se désignant comme cible innocente.

Source

Sources

Nicolas Bonnal – Trump et les antisystèmes ; lettre ouverte aux antisystèmes (Amazon_Kindle)

Lucien Cerise – Gouverner par le chaos

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 26 mai 2017 dans général, Politique, société

 

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :