RSS

Archives du 2 mai 2017

Conférence à Hyères – Jean-pierre PETIT et Jean-claude BOURRET

Publicités
 

Étiquettes : , , ,

L’horrible héritage de David Rockefeller

4

La mort de David Rockefeller, le de facto patriarche de l’establishment américain à l’âge de 101 ans, est encensée par les médias de ce même establishment comme celle de la mort d’un grand philanthrope et mécène. J’aimerai si vous me le permettez, contribuer à une image un peu plus honnête de la personne en question.

Le siècle américain Rockefeller

En 1939, avec ses quatre frères Nelson, John D. III, Laurence et Winthrop, David Rockefeller et leur Rockefeller Foundation financèrent le top secret secret War & Peace Studies at the New York Council on Foreign Relations, le plus influentiel think-tank de politique étrangère privé des Etats-Unis, qui était aussi contrôlé par les Rockefeller.

Une équipe d’universitaires américains se réunit bien avant le début de la seconde guerre mondiale pour planifier un empire de l’après-guerre, ce que l’initié de l’intérieur de Time-Life, Henry Luce, a appelé le Siècle Américain.

Ils établirent un modèle pour prendre en compte un empire mondial depuis un Royaume-Uni en banqueroute, mais décidèrent minutieusement de ne pas l’appeler “empire”. Ils l’appelèrent plutôt “la démocratie contagieuse, la liberté, le mode américain de la libre entreprise”…

Leur projet observa la carte géopolitique du monde et planifia le comment les Etats-Unis remplaceraient l’empire britannique comme le de facto empire dominant. La création de l’ONU en était un des points clef.

Les frères Rockefeller donnèrent un terrain de l’île de Manhattan pour qu’ils deviennent le QG de l’ONU (et dans le processus, ils firent des milliards de dollars de bénéfices avec la hausse des prix immobiliers de tous les terrains adjacents qu’ils possédaient aussi…). Ceci représente la méthode philanthropique Rockefeller. Chaque don fait est calculé pour qu’en retour cela augmente la richesse familiale et son pouvoir.

Après la guerre, David Rockefeller domina la politique étrangère des Etats-Unis et les innombrables guerres en Afrique, an Amérique Latine, et en Asie. La faction Rockefeller a créé la guerre froide contre l’URSS ainsi qu’a créé l’OTAN afin de maintenir une Europe résurgente sous le statut de vassale des Etats-Unis. Comment ils le firent a été documenté par moi-même en détail dans mon livre-recherche, “The Gods of Money”. Je considère ici plusieurs exemples des crimes de David Rockefeller contre l’humanité.

_________

La recherche Rockefeller en biologie: “Contrôler les gens”…

Si la philanthropie devait être motivée par l’amour de son prochain, les dons de la Fondation rockefeller, eux, ne le sont aucunement. Prenez par exempe la recherche médicale. Pendant la période jusqu’à 1939 et la seconde guerre mondiale, la Fondation Rockefeller a financé la recherche biologique du Kaiser Wilhem Institute de Berlin. Ce fut la période de l’eugénisme nazi ou du comment générer une race supérieure et comment tuer ou stériliser ceux qui étaient estampillés comme “inférieurs”.

Les Rockefeller ont financé l’eugénisme nazi. (NdT; de fait, l’eugénisme nazi s’est beaucoup inspiré de l’eugénisme des Etats-Unis et des expériences de camps, de ségrégation et de contrôle des populations indésirables comme les peuples autochtones et descendants de l’esclavage, qui étaient menées aux Etats-Unis mêmes...) L’entreprise des Rockefeller de la Standard Oil (NdT: aujourd’hui Exxon-Mobil) a aussi violé la loi états-unienne en suppléant secrètement l’armée de l’air nazie avec du carburant pendant la guerre (NdT: de fait, la Standard Oil a fourni les ingrédients chimiques pour la fabrication de carburants synthétiques et l’augmentation du taux d’octane, que les Allemands n’avaient pas en quantité suffisante loin s’en faut. Cf à ce sujet nos traductions des recherches de l’historien Antony Sutton sur le sujet, compilées dans son livre “Wall Street et la monté d’Hitler”…)

Après la guerre, les frères Rockefeller arrangèrent pour que les meilleurs scientifiques nazis impliqués dans des expériences sur des humains, soient amenés aux Etats-Unis et au Canada sous des identités secrètes épurées afin qu’ils continuent leurs recherches eugénistes (NdT: cette opération de l’OSS porta le nom “d’operation paper clip” ou “opération trombone”…). Beaucoup travaillèrent pour la CIA sur le projet top secret de MK Ultra ou “Mind Kontrol” Ultra. (NdT: l’université McGill de Montréal en fut un des fleurons, cf le livre de Naomi Klein “La thérapie du choc” dans lequel figure un chapitre époustoufflant sur les expériences menées par la CIA dans l’unité psy de McGill, ainsi que notre traduction du contre-rapport à la CVT canadienne: Meurtre par décret, le crime de génocide au Canada” par le TIDC)

Dans les années 1950, les frères Rockefeller fondèrent le Conseil pour la Population afin de faire avancer l’eugénisme, le tout sous le déguisement de recherche démographique et sur le contrôle de la natalité. Les frères Rockefeller furent responsablaes dans les années 1970 d’un projet top secret du gouvernement américain dirigé par le Conseiller National à la Sécurité des Rockefeller: Henry Kissinger, qui fit publier le NSSM-200 (ou National Security Special Memorandum-200) intitulé: “Implications of Worldwide Population Growth for US Security and Overseas Interests.”

Ce memo (déclassifié il y a quelques années) argumentait que le taux croissant de démographie dans les nations en voies de développement ayant des matières premières stratégiques comme le pétrole, le gaz ou les minerais, étaient une “menace à la sécurité nationale des Etats-Unis”, car plus de population demande une croissance économique avenante, utilisant ces ressources de manière interne (sic !!). Le NSSM-200 créa des programmes de réduction des populations et fit de la politique de contrôle démographique une condition sine qua non pour obtenir de l’aide américaine.

Dans les années 1970, la Fondation Rockefeller pilotée par David Rockefeller a aussi financé avec l’OMS, le développement d’un vaccin antitétanique spécial qui limitait les populations du tiers monde en rendant les femmes fécondes incapables de mener à terme toute grossesse désirée ou non. Cette opération s’en prenait directement au processus même de la reproduction humaine.

La Fondation Rockefeller a créé l’ensemble du domaine de la génétique et de sa manipulation (NdT: en remplacement de l’eugénisme dont le terme avait pris une sévère claque depuis les atrocités menées par les nazis et les Japonais durant la seconde guerre mondiale…) par sa prise majeure de participation dans l’entreprise Monsanto et en finançant la recherche biologique universitaire pour créer le “gene cannon” et autres techniques afin d’altérer artificiellement l’expression génétique d’une plante donnée.

Le but des OGM ou Organismes Génétiquement Modifiés, depuis le désastreux Philippine Golden Rice project financé par les Rockefeller, a été d’utiliser les OGM pour contrôler la chaîne alimentaire animale et humaine. Aujourd’hui. Plus de 90% du soja cultivé aux Etats-Unis est OGM et plus de 80% du maïs et du coton émanant de ce pays le sont également et pourtant, ces produits eugénistes ne sont pas étiquetés…

_________

‘Contrôlez le pétrole”…

La fortune des Rockefeller est fondée sur le pétrole autour de compagnies comme Exxon-Mobil, Chevron/Texaco et d’autres. Le conseiller politique des Rockefeller depuis 1954, Henry Kissinger, fut impliqué dans tous les projets majeurs des Rockefeller. Kissinger a secrèteement manipulé la diplomtaie du Moyen-Orient en 1973 afin de déclencher un embargo pétrolier arabe à l’OPEP.

Le choc pétrolier de 1973-74 fut orchestré par une organsisation secrète que David Rockefeller créa dans les années 1950 appelée le Bilderberg Group (NdT: 1ère réunion au Bilderberg Hotel en Hollande en 1954…). En Mai 1973, David Rockefeller et les chefs des plus grandes entreprises pétrolières américaines et britanniques se rencontrèrent à Saltsjoebaden, en Suède, durant la réunion annuelle du Bilderberg, afin de planifier le choc pétrolier.

Celui-ci serait alors blâmé sur les “veules sheikhs du pétrole arabe”. Ceci sauva la faiblesse du dollar et rendit les banques de Wall Street, incluant celle des Rocckefeller, la Chase Manhattan Bank, parmi les banques les plus puissantes du monde. L’auteur de ces lignes possède le protocol “confidentiel” de cette réunion spéciale où la stratégie de l’augmentation du prix du pétrole y est décrite six mois avant la guerre israélo-arabe.

Veuillez lire mon livre pour plus de détails,”Un siècle de guerre”. Dans les années 1970, Kissinger résuma la stratégie mondiale de Rockefeller: “si vous contrôlez le pétrole, vous contrôlez des nations entières ; si vous contrôlez la nourriture, vous contrôlez les peuples, si vous contrôlez l’argent, vous contrôlez le monde.

‘Contrôlez l’argent…

David Rockefeller fut longtemps le président de la Chase Manhattan Bank, la banque familiale. Il fut responsable de l’accession d’un des vice-présidents de la banque, Paul Vockler, comme président de la Fed, ou banque de la réserve fédérale sous le régime de Jimmy Carter, afin de faire des taux d’intérêt de Vockler un nouveau choc, comme celui du pétrole, ce qui sauva le dollar mollissant et les bénéfices des banques de Wall Street, incluant bien sûr ceux de la Chase Manhattan et ce aux dépends de l’économie mondiale.

La “thérapie du choc” des taux d’intérêt de Vockler d’octobre 1979, soutenue par Rockefeller, a créé la “crise de la dette du tiers monde” des années 1980.

Rockefeller et Wall Street utilisèrent la crise de la dette pour forcer des privatisations de biens d’état et de grosses dévaluations de la monnaie nationale dans des pays comme l’Argentine, le Brésil, le Mexique. Rockefeller et certains de ses amis comme Georges Soros saisirent alors le gros du butin de ces nations pour des queues de cerises.

Le modèle d’attaque fut très similaire à celui utilisé par les banques britanniques dans l’empire ottoman après 1881 lorsqu’elles prirent de facto le contrôle des finances du Sultan en contrôlant tous les impôts sur les revenus au travers de l’ Ottoman Public Debt Administration (OPDA). Les intérêts Rockefeller utilisèrent la crise de la dette des années 1980 pour piller la vaste majorité des pays endettés en Amérique du Sud et en Afrique, utilisant le FMI comme leur flic.

Davis Rockefeller était un ami personnel de quelques uns des plus sadiques dictateurs militaires d’Amérique Latine incluant le général argentin Jorge Videla ou aussi le général Pinochet du Chili, les deux devant leur pouvoir à des coups d’état de la CIA, arrangés par le ministre des affaires étrangères d’alors: Henry Kissinger au nom des intérêts de la famille Rockefeller en Amérique du Sud.

Au travers d’organisation telle que la Commission Trilatérale, Rockefeller fut l’architecte le plus important de la destruction des économies nationales et de l’avancement de la soi-disante mondialisation, une politique qui bénéficie principalement aux plus grosses banques de Wall Street et de la City de Londres et quelques entreprises transnationales sélectionnées, les mêmes qui sont des membres invités de sa commission trilatérale. Rockefeller créa cette commission en 1974 et donna à son protégé et ami Zbigniew Brzezinski la tâche de choisir ses membres en Amérique du Nord, au Japon et en Europe.

Si nous parlons d’un réseau invisible et puissant que certains appellent l’état profond, alors nous pouvons aussi dire que David Rockefeller s’est vu comme le patriarche de cet état profond. Ses véritables actions méritent d’être honnêtement vues pour ce qu’elles sont: des actions misanthropes et en rien philanthropes…

Veteranstoday 

Traduction 

 
1 commentaire

Publié par le 2 mai 2017 dans général, Nouvel ordre mondial

 

Étiquettes : , ,

Jacques Sapir : « le souverainisme est en train de gagner la bataille »

Emmanuel Macron semble sur le point de remporter l’élection. La souveraineté française est-elle la grande perdante de cette campagne ? Pour Jacques Sapir, la souveraineté l’emporte culturellement.

Émancipation, enracinement, ce duel qui a traversé la modernité occidentale semble aujourd’hui explicite en France, à l’heure du second tour de la campagne présidentielle. La question de la mondialisation, de l’Union européenne, du protectionnisme s’invite dans les urnes, alors qu’Emmanuel Macron l’européiste se voit opposé à Marine Le Pen la souverainiste.

Le souverainisme, en voilà un concept lointain, où se croisent pouvoir et autonomie. Un concept difficile à circonscrire, qui nous échappe bien souvent en théorie et qui, cette fois indéniablement, nous a échappé en pratique depuis au moins deux décennies, nous autres français.
La souveraineté nationale semble aujourd’hui échapper à la France, mais peut-être pourrions-nous au moins la saisir en pensée? Et pour ce faire, nous accueillons en studio un auteur, un professeur d’économie que nos auditeurs connaissent bien. Jacques Sapir, qui vient de publier un dialogue avec le théologien Bernard Bourdin, intitulé Souveraineté, Nation, Religion (Le Cerf, 2017).

Extraits de la vidéo ci dessus :

« Il faut faire l’addition des voix qui se sont portées vers les candidats qui se sont réclamés à un degré ou un autre de la notion de souveraineté (…) il y a une réappropriation de l’histoire de la France, des symboles de la France chez Jean-Luc Mélenchon (…) si on fait le total de ces votes, on arrive à 47 % des votants. [Dans son discours à l’issue du premier tour,] Emmanuel Macron parle à deux reprises des patriotes. Cela n’a pas été un thème très présent de sa campagne. Il utilise les termes utilisés par Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon, ou Nicolas Dupont-Aignan. Cela me fait penser que, culturellement, le souverainisme est en train de gagner la bataille. Ca ne veut pas dire qu’il aura immédiatement des résultats d’un point de vue politique… »

La gauche et la souveraineté

« J’ai toujours considéré que ce qui définissait le fait d’être à gauche, c’était le respect de la démocratie. Pas seulement formelle, mais fondamentale: le principe de légitimité. Vous ne pouvez le fonder théoriquement qu’à partir du moment où vous faites référence à la notion de souveraineté. Je pourrais multiplier les exemples historiques. En 1789, la souveraineté populaire est quelque chose de tout à fait essentiel. Les premières guerres qu’a menées la première république sont des guerres contre l’envahisseur, où on affirme la souveraineté. Les paroles de la Marseillaise appellent à la levée en masse pour la défense des libertés du peuple français. C’est quand même quelque chose d’extrêmement important qui ne s’oppose à une certaine vision de l’internationalisme. Je voudrais vous rappeler Jean Jaurès, qui était confronté à la montée des nationalismes: ‘un peu d’internationalisme éloigne de la nation, beaucoup d’internationalisme y ramène’. Quand on est réellement conscient de ce que représente la Nation, on peut penser des formes de coopération entre les nations, qui sont au sens premier du terme, internationales. Une vision trop rapide de l’internationalisme aboutit plutôt à un ‘anationalisme’: un ensemble indifférencié de populations… »

Souveraineté et multiculturalisme

« Il peut y avoir une pluralité de cultures dans un pays. Je suis moi-même de culture française, et en partie de culture russe. Il y a à l’évidence le fait qu’il puisse y avoir une pluralité des références culturelles. Mais il ne peut y avoir qu’une culture politique dans le pays. C’est ça qui est extrêmement important. Tout multiculturalisme s’il s’applique à la culture politique, va conduire à la fragmentation du peuple, à la sécession et va conduire à la guerre. Je suis contre le multiculturalisme au sens politique du terme. » (source)

 
3 Commentaires

Publié par le 2 mai 2017 dans général, Politique

 

Étiquettes : , , , ,

Les Rothschild et les crises mondiales

Les Rothschild et les crises mondiales

Beaucoup d’énigmes entourent le centre secret du négoce bancaire international : la maison ROTHSCHILD.

En 1750, MAYER AMSCHEL BAUER acheta la banque de son père à Francfort et troqua son nom pour celui de ROTHSCHILD. Mayer se maria. Il eut cinq garçons et cinq filles.

Les prénoms de ses fils étaient Amschel, Salomon,  Nathan, Kalmann (Karl) et Jacobs (James). Son ascension s’accéléra lorsqu’il obtint les faveurs du PRINCE GUILLAUME IX de HESSE-HANAU. Il prit part, en sa présence, à des rencontres de francs-maçons en Allemagne.

Ce prince Guillaume, ami de la DYNASTIE DE HANOVRE, avait des revenus financiers considérables en louant ses mercenaires de Hesse au roi anglais (de Hanovre). Ce furent les mêmes troupes qui combattirent, plus tard, contre l’armée de George Washington dans la « Valley Forge ». Rothschild devint le banquier personnel de Guillaume. Lorsque le prince Guillaume dut s’enfuir au Danemark à cause des troubles politiques, il déposa à la banque Rothschild le salaire des mercenaires, soit 600.000 livres.

NATHAN ROTHSCHILD (le fils aîné de Mayer Amschel) emporta avec lui cet argent à Londres grâce auquel il put ouvrir aussi une banque. L’or qui servit de garantie était issu de la « East India Company ». Nathan obtint une plus-value de 400% en prêtant de l’argent au DUKE OF WELLINGTON qui finançait ainsi ses opérations militaires et en vendant aussi, plus tard, de façon illégale l’or qui devait servir de garantie. Ces transactions furent à l’origine de la fortune gigantesque de la famille Rothschild .

C’est alors que débuta le commerce bancaire international : chaque fils ouvrit une banque dans un pays différent, Amschel à Berlin, Salomon à Vienne, Jacobs à Paris et Kalmann à Naples. Salomon Rothschild était membre des francs-maçons.

MAYER AMSCHEL ROTHSCHILD écrivit son testament dans lequel il indiquait comment la fortune de la famille devait être gérée à l’avenir. La fortune serait administrée par les hommes et ce serait l’aîné qui aurait le pouvoir décisif et trancherait en cas de désaccord. Toutes les tenues de compte devaient rester absolument secrètes, particulièrement pour le gouvernement.

EN 1773, MAYER AMSCHEL ROTHSHILD aurait rencontré en secret dans la maison des Rothschild, à Francfort, douze bailleurs de fonds aisés et influents (en fait les Sages de Sion) pour mettre à l’étude un projet qui contrôlerait toute la fortune mondiale. Aux dires de Herbert G.Dorsey, ces bailleurs de fonds auraient souligné, entre autres, le fait que la fondation de la « BANQUE D’ANGLETERRE » avait permis d’exercer une influence considérable sur la fortune anglaise. Ils déclarèrent aussi qu’il serait nécessaire que cette banque exerce un contrôle absolu afin qu’ils puissent créer les bases qui permettraient de contrôler la fortune mondiale. Ils en retinrent les grandes lignes par écrit.

Selon les documents de Dorsey et William Guy Carr « Pawns in the Game », ce plan aurait finalement été connu sous le nom de « PROTOCOLES DES SAGES DE SION« .

Haut du document

LA BATAILLE DE WATERLOO

Ce fut le meilleur coup réussi par la famille Rothschild qui avait élaboré, déjà à cette époque, un parfait système d’espionnage et de courrier dans toute l’Europe.

Le 20 juin 1815, un de leurs agents arrivant directement du champ de bataille informa NATHAN ROTHSCHILD de la défaite des français. Nathan se dépêcha en toute hâte à la Bourse de Londres, il fit croire en vendant toutes ses actions « English Consul » que l’Angleterre avait perdu la guerre. La rumeur s’ébruita si vite que la plupart des actionnaires, pris de panique en pensant tout perdre, vendirent à leur tour leurs actions « English Consul ». Au bout de quelques heures, la valeur des actions était tombée à 5 cents, c’est alors que Nathan les racheta pour une bouchée de pain. Peu de temps après, la nouvelle officielle sur l’issue de la bataille se répandit à Londres. En l’espace de quelques secondes, le cour des « English Consul » dépassa la valeur première et ne cessa de monter.

Napoléon avait eu son Waterloo et Nathan avait obtenu le contrôle de l’économie anglaise. En une nuit, la fortune déjà gigantesque des Rothschild s’était multipliée par vingt.

Les Français avaient visiblement des difficultés à se remettre de leur défaite. En 1817, ils conclurent un accord pour obtenir un crédit d’un montant considérable de la Banque française OUVRARD et des BARING BROTHERS de Londres mais ils ne s’adressèrent pas aux Rothschild. L’année suivante, la France eut de nouveau besoin d’un crédit, ils écartèrent encore une fois les Rothschild : Cela ne plut pas du tout à ces derniers, et ils essayèrent par tous les moyens possibles de convaincre le gouvernement de leur laisser l’affaire, mais ce fut en vain.

Le 5 novembre 1818 survint un événement inattendu. Le cours des obligations du gouvernement français qui n’avait cessé de monter pendant un an commença soudain à chuter sans arrêt. L’atmosphère était tendue à la cour du roi Louis XVIII. Les seuls à ne pas en être affligés, et même à en rire, furent les frères Rothschild, Kalmann et Jacob. Ceux-ci avaient acheté, en octobre 1818, une énorme quantité d’obligations du gouvernement français grâce à l’aide de leurs agents et à leurs réserves illimitées, obligations émises par leurs rivaux Ouvrard et Baring Brothers. Le cours des obligations était donc monté. Mais le 5 novembre 1818, il se mirent à inonder d’innombrables obligations le marché libre des principales places commerciales d’Europe, ce qui provoqua une « panique » sur le marché.

La situation changea d’un seul coup, les Rothschild devinrent le « numéro un »en France. Ils bénéficièrent de toute l’attention de la cour française, au-delà même du domaine de la finance. A Paris, la maison Rothschild s’était emparée du contrôle de la France après la défaite des Français, et à Londres, Nathan Rothschild, en contrôlant la « Banque d’Angleterre », exerçait une influence directe sur le Parlement britannique.

Pendant ce temps, qu’en était-il des finances aux Etats-Unis ?

Les présidents américains BENJAMIN FRANKLIN et THOMAS JEFFERSON étaient farouchement opposés à l’idée d’une banque centrale privée qui contrôlerait la monnaie américaine.

Après la mort de B. Franklin en 1790, les agents de Rothschild promurent ALEXANDER HAMILTON au poste de ministre des finances. Celui-ci créa la  » FIRST NATIONAL BANK OF THE UNITED STATES « , la première banque centrale américaine. Elle était structurée comme la « Banque d’Angleterre » et contrôlée par les Rothschild.

En 1811 prit fin le contrat de la banque avec les Etats-Unis. L’économie américaine était déjà tellement déstabilisée que le contrat de cinq ans ne fut pas renouvelé. Par la suite, les Rothschild usèrent de leur influence auprès du parlement britannique pour que l’Angleterre exige qu’on lui rende ses colonies en Amérique. Cela entraîna la guerre de 1812-1814.

Cette guerre endetta si fortement les Etats-Unis qu’il ne leur restait rien d’autre à faire que de quémander de nouveau des crédits auprès des banquiers (auprès de la banque centrale). En 1836, sous le président Andrew Jackson, elle fut de nouveau remerciée mais reprit sa concession en 1863 et devint en 1913 la « Federal Reserve Bank », aujourd’hui la banque centrale américaine.

Pendant la guerre de Sécession (1861-1865), les Etats du Nord (opposés à l’esclavage) combattaient ceux du Sud (favorables au maintien de l’esclavage).
Avant la guerre, La famille ROTHSCHILD envoya des agents pour renforcer une prise de position « pour l’Union » chez les Etats du Nord, et en même temps d’autres agents Rothschild suscitaient une attitude « contre l’Union » chez les Etats du Sud.
Lorsque la guerre éclata, la banque Rothschild de Londres finança les Etats du Nord et celle de Paris ceux du Sud. Les seuls à avoir gagné cette guerre furent les ROTHSCHILD.

Cependant, le président LINCOLN, premier Président catholique, avait percé le jeu occulte des Rothschild refusa, en 1862 et 1863, de leur payer les intérêts qui s’élevaient à des sommes colossales. Il chargea, peu après, le Congrès de faire imprimer les dollars « Green Back » pour payer les troupes de l’Union.

Bien entendu, cela ne s’accordait pas au plan des Rothschild : la conséquence fut qu’un de leurs agents, JOHN WILKES BOOTH, assassina sur leur ordre Lincoln le 14 avril 1865.

Celui-là fut, plus tard, libéré de prison par les « chevaliers du cercle d’or » et passa le restant de sa vie très agréablement en Angleterre avec une somme rondelette offerte par les Rothschild. Après la mort de Lincoln, les dollars « Green Back » furent à nouveau retirés de la circulation et rachetés à un prix ridiculement bas par les banquiers centraux Morgan, Belmont et Rothschild.

Haut du document

LE SYNDIC DE SAISIE ROTHSCHILD

A toutes les époques de l’histoire, il y a eu des rois et des dictateurs qui avaient la réputation de dépenser plus d’argent qu’ils ne pouvaient en soustraire à leur peuple en lui faisant payer des impôts. Les nations et les gouvernements empruntaient alors l’argent nécessaire aux banques. Mais comment les banques récupéraient-elles cet argent si le gouvernement ne pouvait ou ne voulait pas payer ? La seule solution était la guerre !

La manière dont les banques financent les gouvernements fait penser à une institution de crédit qui prête de l’argent à un client pour qu’il puisse s’acheter une voiture. Si le client ne peut plus payer ses traites, la voiture est saisie. Le même système est appliqué pour le financement des gouvernements : il ne faut pas prêter de l’argent à un seul pays. Il faut agir de même avec le pays adverse. Le prêteur doit s’assurer que les deux pays sont d’égale puissance pour qu’en cas de conflit, le financement soit le facteur déterminant.
Si un pays ne paie pas, le prêteur menacera ce pays de guerre par l’intermédiaire d’un autre pays. Si le premier pays refuse toujours de payer, le prêteur mettra la mainmise sur lui en se servant de l’autre pays qui fera du premier pays son butin de guerre.

La maison Rothschild travaille depuis environ 160 ans d’après ce concept.

Nathan et ses frères commencèrent à jouer ce jeu au siècle dernier en Europe, après leur succès remporté lors des guerres napoléoniennes. A cette époque là se développa en Europe »l’équilibre des forces ». Pour renforcer sa position de « dominateur invisible » en Europe, la maison Rothschild dut édifier deux puissances de force presque égale pour assurer « l’équilibre des forces ». Les Rothschild devaient s’assurer que tous les rois du camp A pouvaient être menacés par tous les rois du camp B. Ils finançaient, bien sûr, les deux camps. Mais il fallait alors une troisième puissance qui pourrait servir de police d’assurance au cas où l’un des pays quitterait les rangs. Ce pays était l’Angleterre de Nathan qui avait, désormais, la suprématie en Europe.

C’était facile de prévoir la fin d’une guerre : il suffisait d’observer vers quel côté penchait l’Angleterre, car elle se trouvait, en fin de compte, toujours aux côtés du gagnant. L’Angleterre, ou disons plus justement la Couronne, fournissait un « syndic de saisie royale » si efficace que la maison Rothschild finit par contrôler, en ce début de siècle, la moitié des biens de ce monde.
Haut du document

 

LA PREMIERE GUERRE MONDIALE VUE PAR LES ILLUMINATI

Vu de l’extérieur, le monde se trouvait en paix au début du 20ème siècle. Mais ce n’était qu’en apparence, car depuis longtemps, on préparait, en coulisse, un bain de sang que le monde n’allait pas oublier de sitôt. Les Illuminati avaient compris que pour mener à bien leur plan visant à un « Nouvel Ordre Mondial », ravages et cruautés s’avéreraient nécessaires et n’épargneraient aucune nation.

La plupart des historiens sont d’accord sur le fait que la cause de la guerre n’a été qu’un simple différend entre l’Autriche et la Serbie. L’assassinat de l’archiduc Franz Ferdinand qui devait succéder au trône d’Autriche et de sa femme Sophie, exécuté par des Serbes de la société secrète occulte la « MAIN NOIRE » à Sarajevo, déclencha la première guerre mondiale.

Les puissances invisibles utilisèrent cet attentat pour réaliser la guerre mondiale qu’Albert Pike avait annoncée plus de 40 ans plus tôt.

LA REVOLUTION BOLCHEVIQUE ET SES DESSOUS

Beaucoup de Juifs qui ne possédaient pas de terres se virent contraints de voyager dans tous les pays à cause des nombreuses lois antisémites en Europe. Quel que fût le pays où ils séjournaient, ils se heurtèrent, la plupart du temps, à un rejet unanime. A la fin du 19ème siècle, le seul obstacle réel qui empêchait les Illuminati de contrôler le monde fut la Russie tsariste.

En 1881,Theodor Herzl fonda le « MOUVEMENT SIONISTE » à Odessa, en Russie, dans le but de créer une patrie pour les Juifs en Palestine.
En 1916, Jacob Schiff, président de la « Khun Loeb & Co.Bank », fut choisi lors d’un rassemblement du « B’NAI B’RITH » à New York comme président du « Mouvement Sioniste » (révolutionnaire) en Russie.
Le 13 janvier 1917, le juif LEON TROTSKI (alias Bronstein) arriva aux Etats-Unis et reçut un passeport américain. On le vit occasionnellement pénétrer dans la résidence très luxueuse de JACOB SCHIFF. *Schiff et Trotski échangèrent alors sur les troubles sionistes en Russie ainsi que sur les leçons qu’on avait tirées de l’échec du renversement du tsar. Jacob Schiff finança l’entraînement des « rebelles trotskistes » composés principalement de Juifs des quartiers de New York.
Leur entraînement eut lieu dans la propriété de la « STANDARD OIL COMPANY » de ROCKEFELLER au New Jersey. Lorsqu’ils furent assez entraînés pour mener des guérillas, les rebelles trotskistes quittèrent les Etats-Unis munis d’une somme de 20 millions de $ en or que Jacob Schiff leur avait remis. Le bateau à vapeur  » S.S. Kristianiafjord » les emmenait en Russie pour préparer l’avènement de la « révolution bolchevique ».

Trotski et Lénine étaient tous deux de mèche, par l’intermédiaire de Bruce Lockheart, avec le « Comité des 300« .

La Russie, bien qu’elle possédât la plus grande armée du monde, avait un équipement de misère pour faire face à un grand conflit. Avant que n’éclate la guerre de 1914, la Couronne Britannique avait laissé croire à la Russie qu’elle pouvait compter sur son aide totale et de son soutien militaire en cas de guerre. Au début de la guerre, cette assistance se trouva réduite à 10% des aides données avant-guerre.

Il est évident que les détenteurs des monopoles d’argent, en parfait accord avec le plan décrit par Pike, voulaient plonger la Russie dans une situation très dangereuse. Dans le même temps, alors que des millions de Russes étaient déjà tombés dans les batailles, les agents des Rothschild avaient accompli un bon travail en accentuant la situation déjà désastreuse des Russes.
La philosophie des Illuminati se repaît de misère et d’insécurité et leurs efforts se virent gratifiés : la scène était libre pour une révolution qui devait survenir à la suite de la défaite subie par les Allemands.

La révolution éclata en février 1917, le tsar fut renversé et le prince Georgi Luwow se chargea des affaires de l’Etat dans un gouvernement provisoire qui ne réussit, cependant, pas à empêcher le pays de sombrer dans la décadence.
Le bateau affrété par Jacob Schiff , le « S.S. Kristianiafjord » fut arrêté le 3 avril 1917 par les autorités canadiennes à Halifax, en Nouvelle-Écosse. On aurait pu croire que le plan des illuminati était condamné à l’échec. Mais Jacob Schiff usa de son influence et de celle de ses amis parmi les Illuminati dans le gouvernement américain et en Angleterre si bien que le voyage put reprendre.

Arrivé en Europe, Trotski alla directement en Suisse pour y rencontrer Lénine, Staline, Kagonowitsch et Litwinow afin de mettre au point les détails de leur stratégie.

Il est intéressant de remarquer ici que les représentants éminents et les agents de toutes les nations participant à la guerre pouvaient se rencontrer ouvertement en pays neutre, la Suisse; La Suisse existe, dans sa formule actuelle, depuis 1815, année du congrès de Vienne où on l’avait assurée d’une neutralité permanente. Un hasard ? Ou alors un lieu si sûr et si petit au centre de l’Europe ne se prête-il pas parfaitement aux plans de ceux qui vivent de la guerre ?

Les conspirateurs se virent alors obligés de résoudre le problème suivant : comment se rendre de Suisse en Russie avec les rebelles et leur armement ? La solution fut donnée par l’agent des Rothschild, dirigeant de la police secrète allemande : MAX WARBURG. Il les entassa tous dans un wagon de chemin de fer scellé et prit en charge leur traversée jusqu’à la frontière Russe.

Lorsque le train s’arrêta pour la première fois en Allemagne, deux officiers allemands y montèrent pour l’escorter. Ils en avaient reçu l’ordre du général ERICH LUDENDORFF. Max Warburg était le frère de Paul Warburg, premier président de la « Federal Reserve Bank ».
En juillet 1917, le complot soutenu par les banquiers internationaux subit un début de revers de fortune, Lénine dut s’enfuir avec quelques autres en Finlande.

Par contre, en novembre 1917, leurs efforts furent définitivement couronnés de succès. Si nous prenons en considération le soutien financier qui s’ajoutait à la formation reçue à New York, il n’y a plus de quoi s’étonner.

Lors de la sanglante guerre civile qui succéda à la révolution bolchevique, Lénine était le chef incontesté des activités politiques et Trotski fut chargé de la partie militaire de l’organisation qui était en fait  » l’Armée Rouge ». L’Armée Rouge bolchevique sous la direction de Trotski était l’instrument mortel des banquiers internationaux, eux-même sous la domination des Rothschild.

Entre-temps, et c’est devenu un fait historique, la plupart des rebelles sous la conduite de Lénine étaient des Juifs.
Le Times écrit ainsi le 29 mars 1919  » qu’une des caractéristique les plus intéressantes du mouvement bolchevique est le haut pourcentage d’éléments non russes dans l’équipe dirigeante. sur environ trente commissaires ou dirigeants qui forment l’appareil central bolchevique 75% pour le moins sont des Juifs. »

D’après les écrits du général A. Nechvolodov, les services secrets français ont constaté que Jacob Sciff avait donné directement 12.000.000 de $ aux révolutionnaires russes.
Ce général cite comme autres financiers de la révolution bolchevique : Felix Warburg, Otto Khan, Mortimer Schiff, Jerome H. Hanauer, Max Breitung aux Etats-Unis et Max Warburg, Olaf Aschburg et Jivtovsky en Europe.

L’ambassadeur de l’Empire Russe aux Etats-Unis, Bakhmetiev explique qu’après la victoire bolchevique, 600 millions de roubles en or furent transférés de Russie à la « Khun Loeb Bank » à New York entre 1918 et 1922.
Le livre « Der plombierte Zug » (le train plombé) de Michael Pearson prouve que les Allemands avaient mis à disposition (d’après les données du ministère des Affaires étrangères), jusqu’au 5 février 1918, 40.580.997 de Marks allemands pour la propagande en Russie et pour des « buts particuliers ». Dans le même document, il est dit que le Trésor allemand avait libéré environ 15.000.000 de marks pour la Russie le jour suivant la prise de pouvoir de Lénine. Le massacre sanglant subi par des millions de Russes et l’esclavage de millions d’autres hommes n’a que peu intéressé les banquiers internationaux…

L’OCHRANA (ex-service secret russe)

La révolution bolchevique ne fut cependant, pas seulement soutenue par les Etats-Unis et l’Allemagne. L’Ochrana, les services secrets fondés par le dernier tsar, comportaient plusieurs organisations qui assumaient toutes les fonctions usuelles avec leurs agents secrets, leurs agents doubles, leur police secrète, leurs mouchards. L’Ochrana était pourtant une association subversive et criminelle, ce qui simplifiait le travail des Illuminati.
D’énormes sommes d’argent passaient entre les mains des banquiers internationaux, notamment dans celle d’ ALFRED MILNER qui fut responsable, plus tard du groupe de la « Round Table« , pour aller dans le service de l’Ochrana dont beaucoup de membres s’étaient introduits dans le mouvement bolchevique. Des agents de l’Ochrana s’infiltrèrent dans les cercles les plus intimes du parti bolchevique et dirigèrent beaucoup de leurs activités. L’infiltration fut si importante qu’en 1908, quatre membres sur cinq du comité du parti bolchevique de St-Petersbourg appartenaient à l’Ochrana.

Ceux-ci faisaient passer l’argent qu’ils recevaient des banquiers internationaux aux bolcheviques qui pouvaient alors facilement opprimer les plus forts de leurs adversaires, ainsi que le parti socialiste. Deux agents de l’Ochrana qui travaillaient pour la Pravda, l’un comme éditeur et l’autre comme directeur financier, les soutinrent à leurs débuts. Comme on le dit, JOSEF STALINE fut membre de l’Ochrana, il fut, en effet, un agent de liaison important entre la police tsariste et les bolcheviques.

Après la chute du tsar en 1917, l’Ochrana fut officiellement dissoute mais elle fut remaniée, jusqu’en 1921, sous le nom de TSCHEKA, en un service secret qui comportait dix fois plus de membres que l’Ochrana auparavant. On lui donna le nouveau nom de GPU, puis OGPU et, en 1934, celui de NKWD (Commission du peuple pour les affaires intérieures).

Le NKWD avait sous son contrôle le système russe des camps de concentration, érigé sous Lénine et qui eut son apogée sous Staline. Les camps étaient une partie de l’économie soviétique et presque la moitié de l’exploitation de l’or et du chrome était basée sur le travail obligatoire des occupants des camps. Jusqu’en 1950, les camps de concentration coûtèrent la vie à environ 4.000.000 d’hommes.

Non ? Vous ne saviez pas que les camps de concentration soviétiques, comme ceux du cher Adolf Hitler étaient une nécessité imposée par les banques Illuminati ? Ah ! Et pourtant, c’est compréhensible : de telles choses ne peuvent s’originer que de l’Enfer et de ceux qui  ont donné leur vie à Mammon, Béelzébuth, et Lucifer …

La seule première guerre mondiale a donc pu pour leur joie entraîner la mort de 10.000.000 de soldats russes, sans parler des millions de civils. On a enregistré, jusqu’en 1950, environ 40 millions de morts dus au système communiste. cela représente au total autant de morts que la ex-RFA comptait de vivants. Et ce sont seulement les chiffres officiellement déclarés.

LE PETROLE RUSSE

La « Standard Oil » (de Rockefeller) acheta aux Russes, après la révolution bolchevique, 50% des immenses champs pétrolifères caucasiens, bien qu’ils fussent officiellement nationalisés. En 1927, La Standard Oil construisit la première raffinerie en Russie, passa ensuite un accord avec les Russes pour écouler leur pétrole sur les marchés européens et fit passer 75 millions de $ aux bolcheviques.

LA DECLARATION BALFOUR

L’instauration du régime de marionnettes sous LLOYD GEORGE à Londres provoqua un revirement dans la politique officielle envers le sionisme. Cela rapporta gros lorsque le nouveau ministre des Affaires étrangères, ARTHUR BALFOUR, écrivit la lettre suivante, le 2 novembre 1917, à LIONEL ROTHSCHILD :

Cher Baron Rothschild

J’ai le plaisir de vous transmettre au nom du gouvernement de Sa Majesté sa marque de sympathie pour les aspirations juives sionistes présentées à l’assentiment du cabinet qui les a approuvées. Le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l’établissement en Palestine d’un Foyer national pour le peuple juif et emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif étant entendu que rien ne sera fait qui pourrait porter préjudice aux droits civils et religieux des communautés non juives en Palestine, ainsi qu’aux droits et au statut politique dont les juifs pourraient jouir dans tout autre pays. Je vous serais reconnaissant de porter cette déclaration à la connaissance de l’Organisation sioniste.

Avec mes sincères salutations

Arthur James Balfour

LES AMERICAINS AUSSI VEULENT PARTICIPER A LA GUERRE

Le siège central des sionistes à Berlin fut transféré à New-York sous la direction du juge Louis D. Brandeis. Le COLONEL EDWARD M. HOUSE et BERNARD BARUCH furent d’autres agents importants de la BANQUE ROTHSCHILD.

Prêtez une attention particulière à ces noms, ils joueront encore souvent un rôle important. BARUCH fut l’instrument de la campagne des présidentielles de WOODROW WILSON qui fut couronnée de succès. Quant au COLONEL HOUSE, il fut le plus proche conseiller du président Wilson, il organisa le cabinet d’après les intérêts des Rothschild et dirigea pratiquement tout le Département d’Etat. Ce n’était un secret pour personne : le président Wilson était sous la coupe du colonel House et devint la marionnette idéale entre les mains des Rothschild. Il en donna la preuve concrète en n’opposant aucun veto à la création de la « Federal Reserve Bank » et en demandant l’accord du Congrès pour partir en guerre contre l’Allemagne.

Le Congrès donna aussi son accord à cause de la « forte pression »du peuple.
Celui-ci avait été, en fait, manipulé avec les mêmes techniques de propagande, avec le même « social conditioning » propre au Wellington House du RIIA qui avaient été appliqués au peuple anglais auparavant. Le colonel HOUSE participa aussi à cette propagande. En 1916, il usa de sa forte influence, en accord avec les actionnaires de la « Federal Reserve », pour convaincre le peuple américain, grâce à la propagande et à l’aide du président Wilson, qu’il avait le devoir sacré de se servir de la démocratie pour apporter « la sécurité » au monde.

Peu après, les américains entraient en guerre. les Illuminati firent accepter le président Wilson par le peuple américain en lui collant l’étiquette du représentant de la « nouvelle liberté ».

La première guerre mondiale fut pour les banquiers illuminés une très bonne affaire. Bernard Baruch qui devint président de la « commission de l’industrie de guerre » vit sa fortune initiale passer de 1 million de $ à 200 millions de $.

L’action suivante de Woodrow Wilson, sur l’ordre du colonel House, fut de faire comprendre au Congrès la nécessité de former la « SOCIETE DES NATIONS » (League of Nations) qui devait devenir plus tard l’ONU. C’était un pas décisif de plus des Illuminati sur la voie qui devait les conduire à la domination du monde.

Des Griffin décrit la première guerre mondiale telle que la voient les Illuminati comme suit : 1. La politique étrangère américaine de neutralité dont Georges Washington s’était fait le champion dans son message d’adieux et qui fut reprise dans la doctrine de Monroe, cette politique-là était lettre morte. Un précédent avait été, ainsi, créé grâce à une imposture énorme qui permettait aux banquiers internationaux de se servir de l’Amérique comme outil militaire. 2. La Russie tsariste, souci permanent depuis beaucoup d’années pour les manitous financiers, avait été balayée avec succès de la scène mondiale.
3. La première guerre mondiale avait causé aux Etats impliqués une dette d’Etat d’un montant astronomique. Ces dettes avaient été contractées auprès des banquiers internationaux qui, comme nous l’avons vu, avaient tout organisé et tout mis en scène dès le début. Des « lieux où se joue la guerre » se sont toujours révélés des plus lucratifs pour leurs managers et pour ceux qui les financent.

Il était évident que les ACCORDS DE VERSAILLES se déroulaient aussi selon les plans des Rothschild.
Du côté américain se trouvaient Woodrow Wilson avec ses conseillers et les agents de Rothschild : le colonel House et Bernard Baruch. Du côté anglais, plus exactement du côté de la « Couronne », il y avait Lloyd Georges, membre du « Comité des 300″avec son conseiller SIR PHILIP SASSOON, descendant direct d’Amschel Rothschild et membre du conseil d’Etat secret anglais, le »Privy Concil ». La délégation française était représentée par le Premier ministre Clemenceau et GEORGE MANDEL . Mandel, né JEROBEAM ROTHSCHILD, qui fut souvent désigné comme le « Disraeli » français, complétait bien le tableau.

C’est vers le colonel House, à l’apogée de sa puissance à ce moment là, que se tournèrent les regards lors de la conférence de la paix à Versailles. Clemenceau se rendit, un jour chez House alors que justement le président Wilson s’y trouvait. Wilson dut quitter les lieux pour ne pas les déranger et leur permettre d’échanger en toute tranquillité.

Le traité de Versailles est décrit ainsi par Philip Snowden :

« Le traité devrait satisfaire les brigands, les impérialistes et les militaristes. Il porte un coup mortel à tous ceux qui avaient espéré que la fin de la guerre apporterait la paix. Ce n’est pas un contrat de paix mais, au contraire, la déclaration d’une autre guerre. Il trahit la démocratie et tous ceux qui sont morts à la guerre. Le traité dévoile les vrais buts des Alliés ».

Lloyd George affirme à ce sujet : « Nous avons un document écrit qui nous garantit une guerre dans vingt ans. S’ils imposent des conditions à un peuple (l’Allemagne) qui est dans l’impossibilité de les remplir, ils l’obligent alors soit à rompre le traité, soit à faire la guerre. »

Et nous connaissons, depuis, ceux qui avaient manigancé les accords de Versailles et les buts qu’ils poursuivaient. Quelques ignorants peuvent, peut-être, continuer à nier l’authenticité des »Protocoles des sages de Sion » mais même avec la meilleure volonté, on ne peut pas dire que c’est par hasard que les agents de Rothschild se trouvaient présents lors du traité de Versailles.

 

LE MINISTERE-ROCKEFELLER POUR LES AFFAIRES ETRANGERES (CFR)

Les Illuminati provoquèrent la première guerre mondiale pour constituer leur gouvernement mondial qui en découlerait inexorablement. S’il leur avait été possible de le créer après la première guerre mondiale, ils auraient pu s’épargner les suivantes.

Après l’armistice du 11 novembre 1918, Woodrow Wilson et son conseiller, le colonel House, vinrent en Europe avec l’espoir de pouvoir y former un gouvernement mondial en le présentant sous forme de la Société des Nations.
Les 14 points de Wilson n’eurent, cependant, pas l’effet escompté, car la faute fut répartie également entre tous, et le plan échoua.
C’est pourquoi House rencontra les membres de l’organisation secrète britannique « THE ROUND TABLE » en 1919. Il était devenu évident que pour atteindre leur but, les Illuminati devaient étendre leur réseau. Le RIIA une fois créé en Angleterre, on prit la décision de créer aussi aux Etats-Unis une organisation de front. Pendant la conférence de la « paix » ( ! ) à Paris en 1919, le colonel House, hôte alors du groupe de la « ROUND TABLE », rassembla les esprits les plus éclairés du « Brain Trust » de Wilson pour former un groupe qui aurait à s’occuper des affaires internationales.

Ce groupe quitta alors Paris pour revenir à New York et devint en 1921 le « COUNCIL ON FOREIGN RELATIONS » (CFR). Le CFR est constitué d’Américains et comme le RIIA, son noyau central est le groupe de la « ROUND TABLE ». Le CFR et la « COMMISSION TRILATERALE » sont, aujourd’hui, tout en restant dans l’ombre, les organisations les plus influentes aux Etats-Unis. De même, le CFR et le groupe de la « ROUND TABLE » tirent les ficelles de la « J.P. Morgan & Co.Bank ». Il n’est donc pas étonnant que J.P. Morgan lui-même ait joué un rôle important à la fondation.

Le « cercle le plus intime » du CFR est l’ordre « SKULL & BONES« .

 

Haut du document

 

 

LES PREPARATIFS POUR LA DEUXIEME GUERRE MONDIALE

Le 6 février 1929, MONTAGU NORMAN, président de la « BANQUE D’ANGLETERRE », vint à Washington pour « tenir conseil » avec le ministre des Finances américain ANDREW MELLON. A la suite de quoi la « Federal Reserve » augmenta son taux d’intérêt. Le 9 mars 1929, Paul Warburg communiqua dans la revue des finances « Financial Chronicles » :

« S’il est permis de spéculer sans se mettre des limites, (…) alors l’effondrement total est sûr et certain. »

Ceux qui comprirent se retirèrent de la Bourse sur la pointe des pieds et investirent dans l’or et l’argent. Des Griffin écrit à ce sujet :

« Le temps était venu, c’était l’automne 1929, où les banquiers internationaux devaient appuyer sur le bouton qui allait déclencher la Deuxième Guerre mondiale. Après avoir trahi même leurs agents et leurs amis en provoquant artificiellement un boom d’actions, ils détruisirent la base du système et précipitèrent les Etats-Unis dans une profonde crise. Les années suivantes virent le développement économique se ralentir dans le monde entier jusqu’à ce que, pratiquement, plus rien ne marchât. »

Les Illuminati se servirent très adroitement du désespoir général causé par la crise pour racheter à bas prix des terrains et des sociétés. Ce fut aussi pour eux une bonne occasion d’accroître leur influence sur le gouvernement américain. Le CFR se mit, comme prévu, à attirer dans ses rangs des éminences du gouvernement, des patrons de l’économie, des managers de la presse et des militaires haut placés.

 

 

ADOLF HITLER OFFRE SES SERVICES

Ainsi que nous venons de l’examiner, le devenir de l’Allemagne était déjà déterminé après le traité de Versailles qui obligeait l’Allemagne à payer des réparations d’un montant de 123 milliards de mark-or et à donner annuellement 26% de la valeur de ses exportations. L’effondrement de la monnaie allemande suite à l’exigence des paiements de réparations était donc prévisible : On allait vers l’inflation chronique ! Dans ce chaos, l’Allemagne demanda un ajournement pour tous les paiements de réparations en argent liquide pour les deux années à venir. Les vainqueurs refusèrent la requête. Ils votèrent le 9 janvier 1923 à trois contre un (l’Angleterre vota « non » sur l’ordre de la « City ») pour déclarer que le Reich allemand était en retard dans ses paiements de réparations. Deux jours plus tard, les troupes françaises et belges occupèrent la Ruhr. Mais les ouvriers allemands en appelèrent à une grève générale dans cette région et l’occupation des Alliés s’avéra être un échec. Les troupes sortirent de cette impasse lorsque l’Allemagne déclara être d’accord pour accepter le compromis connu sous le nom de plan DAWES.

Le « plan Dawes » avait été élaboré par J.P. Morgan, collègue de Rothschild, et devait concéder à l’Allemagne des crédits de 800 millions de $ les quatre premières années. Le « plan Dawes » échoua lorsque les paiements de réparations de l’Allemagne s’accrurent. Il fut remplacé par le « plan Young » (d’après le nom de l’agent de Morgan, Owen Young). Pour mieux dévaliser le pays, les banquiers internationaux créèrent en Suisse la « Banque pour le Règlement International des Comptes ». Cela faciliterait les paiements de réparations des dettes de la première Guerre mondiale : il suffisait d’effectuer un virement du compte d’un pays sur le compte d’un autre pays dans la mesure où les deux pays avaient un compte dans cette banque. Dans ce cas aussi, les banquiers se sucrèrent une fois de plus en prélevant des frais et des commissions pour eux.

Le professeur Quigley rapporte : « Il faut noter que ce système (les plans Dawes et Young) fut instauré par les banquiers internationaux et que le prêt d’argent à l’Allemagne leur rapportait très gros. »

C’est une des meilleures démonstrations du système de Machiavel. D’un côté, les banquiers soutinrent tous les partis en conflit et d’un autre, ils prêtèrent aussi de l’argent aux Allemands pour les paiements des réparations.

Quoi que puisse faire l’Allemagne, on savait bien à qui elle s’adresserait pour emprunter de l’argent. C’était ce même groupement qui avait programmé la première guerre mondiale, l’avait financée, dirigée, pour se remplir les poches.

Mais le jeu alla plus loin. Il fallait réaliser encore de grands projets et poursuivre des buts importants. C’était le tour de la deuxième guerre mondiale ! Les énormes capitaux américains qui furent transférés en Allemagne depuis 1924 sous la couverture du « plan Dawes et du plan Young » constituaient la base sur laquelle Hitler allait construire toute sa machinerie de guerre.

Ainsi que l’expose le Dr Anthony C. Sutton dans « Wall Street and the Rise of Hitler », « L’apport fourni à l’Allemagne, avant 1940, par le capitalisme américain en vue de préparer la guerre ne peut être qualifié que de phénoménal.
Il fut, sans aucun doute, décisif pour la préparation militaire de l’Allemagne.
Des preuves permettent de comprendre que le secteur influent de l’économie américaine était, certes, lucide sur la nature du nazisme, prêt à l’aider et à le soutenir financièrement par intérêt personnel, pleinement conscient que cela finirait par une guerre où serait impliqués l’Europe et les Etats-Unis…

« En connaissant les faits, il est impossible de plaider l’ignorance. Les preuves très soigneusement établies qui attestent que les milieux bancaires et industriels américains étaient largement impliqués dans la montée du troisième Reich sont maintenant accessibles au public. On peut trouver dans les comptes rendus et les rapports sur les auditions du gouvernement publiés entre 1928 et 1946 par les différentes commissions du Sénat et du Congrès. Parmi les preuves les plus importantes se trouvent celles fournies par le Sous-Comité du Congrès enquêtant sur la propagande nazie ( « House Subcommitee to investigate Nazi Propanganda ») en 1934, par le rapport sur les cartels publiés en 1941 par la Commission économique provisoire nationale du Congrès (  » House Temporary National Economic Commitee » ) ainsi que par le Sous-Comité du Sénat pour la mobilisation en 1946 ( « Senate Subcommitee on War Mobilization 1946 » ).

SEUL le Pape Pie XII dénonça la machination tout en étant le seul représentant de l’humanité de l’avant-guerre à condamner l’idéologie nazie en écrivant l’encyclique « Mit Brennender Sorge »… On sait à quel point Hitler et … les Illuminati lui en ont voulu. On comprend mieux pourquoi les futurs alliés, noués qu’ils étaient avec les Banques de la famille Rotschild/Bauer, étaient désignés pour encourager et soutenir la montée hitlérienne et la tension aryenne.

Une partie de cette histoire fascinante et troublante est dévoilée par l’historien G. Edward Griffin : « Les années précédant la deuxième guerre mondiale virent naître un cartel « international » qui avait son siège central en Allemagne, qui contrôlait l’industrie chimique et pharmaceutique dans le monde entier et auquel 93 pays coopéraient. C »était une force politique et économique puissante dans certaines parties de la Terre.
Ce cartel s’appelait I.G. FARBEN. « Les initiales I.G. (Interessengemeinschaft : groupement d’intérêts) signifient simplement qu’il s’agit d’un cartel. (…) Jusqu’à la déclaration de la deuxième guerre mondiale, le groupe I.G. Farben était devenu le konzern industriel le plus important en Europe et l’entreprise de chimie la plus importante du monde. Il faisait partie d’un cartel d’une puissance et d’une grandeur gigantesque, fait unique dans toute l’histoire. » I.G. Farben avait développé, en1926, une méthode pour obtenir de l’essence à partir du charbon et conclut donc en 1939 un contrat de licence avec la « STANDARD OIL » (de Rockefeller). Cette dernière donna à I.G. Farben 546.000 de leurs actions ordinaires d’une valeur de plus de 30 millions de $.
Deux ans plus tard, I.G.Farben signait le contrat ALIG avec Alcoa-Aluminium. I.G. Farben produisait environ la moitié de l’essence allemande et, plus tard, construisit des raffineries juste à côté des camps de concentration. Les prisonniers furent contraints d’y travailler comme des forçats pendant qu’on produisait dans les raffineries le gaz pour les chambres à gaz.
Le groupe I.G. Farben était un des plus importants konzerns contrôlés par les Rothschild et écoulait des sommes d’argent énormes dans l’économie allemande et particulièrement aux futurs SS.
Le comité directeur d’I.G.Farben comptait parmi ses membres MAX et PAUL WARBURG (de la Federal Reserve) qui possédaient des grandes banques en Allemagne et aux Etats-Unis. Deux autres membres du conseil d’administration de la « Federal Reserve » et de la « National City Bank », et H.A. METZ de la « Bank of Manhattan ».
HERMANN SCHMITZ, président de I.G. Farben faisait partie, en même temps, du comité directeur de la « DEUTSCHE BANK » et de la « BANQUE POUR LE REGLEMENT INTERNATIONAL DES COMPTES.  »

Les frères Averell et Roland HARRIMAN (initiés en 1917 à Skull & Bones) contribuèrent fortement à financer, par l’UNION BANK, les nazis.
De même, les filiales d’ ITT et de General Electric soutinrent directement les SS du Reich. James Martin, chef du service des affaires concernant la guerre économique au ministère de la Justice, fit des recherches sur l’organisation concernant l’industrie nazie et a rapporté les faits suivants dans « All Honorable Men » :

« Le principal agent de liaison entre Hitler et les barons argentés de « Wall Street » fut HJALMAR HORACE GREELY SCHACHT, président de la banque du Reich, dont la famille était étroitement liée à l’élite des finances internationales. Schacht fut le cerveau du « plan Young » (plan de reconstruction par l’intermédiaire de l’agent Morgan Owen Young) et aussi de la « Banque pour le règlement international des comptes ».

Le plan conçu par Schacht fonctionna à la perfection et contribua à rendre explosifs les événements dans la république de Weimar. DR FRITZ THYSSEN, l’industriel allemand, expliqua qu’il ne s’était tourné vers le parti nazi que lorsqu’il dut constater que pour empêcher l’effondrement total de l’Allemagne, il fallait lutter contre le plan Young. (…) L’acceptation du plan Young et de ses principes financiers accentua de plus en plus le chômage, on compta bientôt un million de chômeurs. »

Voilà un sol fertile que la « SOCIETE THULE » n’avait plus qu’à utiliser en se servant de l’outil dont elle disposait en la personne d’Adolf Hitler.

Après le Krach en 1931, l’industrie allemande frôla la banqueroute. Fritz Thyssen adhéra officiellement au parti nazi et soutint Adolf Hitler. La plus grande part de sa fortune s’écoula à travers la « BANK VOOR HANDEL » qui, à son tour, contrôla « l’ UNION – BANK ». L’ « Union-Bank » était une alliance de Thyssen et Harriman.
Jetons un coup d’œil sur la liste des directeurs : quatre sur huit étaient membres de « SKULL & BONES » et deux étaient des nazis. Harriman finançait, en même temps, les Soviétiques et les nazis par l’intermédiaire de la « BROWN BROS.HARRIMAN BANK ». Un de ses plus proches collaborateur fut PRESCOTT BUSH, le père de GEORGE BUSH Ier, ex-président des Etats-Unis. Prescott et George Bush sont, tous deux, membres de « SKULL & BONES ».

Jusqu’en 1936, plus de 100 firmes américaines furent impliquées dans la construction de la machinerie de guerre allemande. Entre autres la General Motors, Ford, International Harvester et Du Pont. Les investisseurs ne visaient, en tout cas, pas des affaires à court terme puisque le contrat entre ces firmes et le gouvernement allemand stipulait que celles-ci n’avaient pas le droit de sortir un pfennig d’Allemagne.
Les profits ne débuteraient que cinq ans plus tard lorsque les Japonais attaqueraient Pearl Harbour entraînant, par ce fait, les Etats-Unis dans la guerre. De toute évidence, tout cela avait déjà été préparé dans les moindres détails. Cependant, seuls les initiés (Illuminati) étaient au courant.

Des Griffin résume les derniers événements ainsi : « Les banquiers internationaux et leurs agents sont à l’origine de la situation qui a conduit à la première guerre; ils en retirèrent un bon butin; ils financèrent la révolution russe et obtinrent le contrôle de ce grand pays; ils manipulèrent les événements en Europe d’après-guerre de façon à « provoquer une situation » (selon les propres mots d’Edward Stanton) qui les amena, financièrement parlant, « au septième ciel »; ils utilisèrent des fonds américains qui leur permirent d’empocher d’énormes commissions pour « équiper l’industrie allemande d’installations techniques de pointe » et l’amener, ainsi, « largement à la seconde place au rang mondial ».
Ces vautours sans scrupule qui détenaient les monopoles ont manipulé et utilisé les Allemands, ils les ont tant et si bien exploités qu’ils auraient mérité leur haine à tout jamais. Pendant qu’ils mettaient sur pied l’industrie allemande tout en luttant dans le même temps contre eux, ils allaient permettre à un homme fort d’entrer sur la scène politique. Celui-ci, à son tour, gagnerait les masses à sa « cause » en leur promettant de les libérer des rapaces financiers internationaux.

L’Allemagne des années trente était une bombe à retardement, fabriquée par les banquiers internationaux. Elle était dans l’attente d’une personne telle qu’Hitler qui allait entrer en scène et prendre le pouvoir. Un personnage soigneusement préparé et mis en place par la « famille Rothschild »…

Haut du document

 

 

LA DEUXIEME GUERRE MONDIALE

Bien que des centaines de livres aient été écrits sur la tragédie de la Deuxième Guerre mondiale, très peu de personnes connaissent l’arrière-plan réel de cette guerre qui fut la plus onéreuse de tous les temps. L’histoire telle qu’elle est narrée dans les livres d’histoires officiels, n’a qu’une lointaine ressemblance avec ce qui s’est réellement passé, avec les causes et les buts poursuivis. Ce que l’on raconte est exact mais l’autre moitié de la vérité a été omise. « Par l’image qu’ils ont donnée de la Deuxième Guerre mondiale, les mass media, eux-mêmes contrôlés, ont fait du bon travail. Ils ont jeté de la poudre aux yeux à tous ceux à qui soi-disant ils obéissent et à qui ils sont censés dispenser information et instruction. Ils sont co-responsables de la « confusion lamentable » où a été plongée l’opinion publique à propos de la Deuxième Guerre mondiale.

Cependant, petit à petit, la lumière se fait jour, et elle nous dévoile une image plus claire de ce qui s’est réellement passé. Ce que nous avons de cette guerre, ce sont des données historiques, qui a fait quoi, quand, où, avec qui… Mais ceux qui tirent, en fait les ficelles, ne sont jamais mentionnés.

D’après le pacte d’ « Hitler et Staline », la Pologne devait être coupée en deux, point très important pour décapiter un centre de gravité important de la catholicité européenne, ce qu’Hitler réalisa le 01/09/1939. D’après ce qui était stipulé dans le contrat signé 20 ans plus tôt (et qui allait dans le sens des Illuminati), l’Angleterre et la France avaient l’obligation de se lancer dans les combats aux côtés de la Pologne. Après la drôle de guerre, Chamberlain, catalogué de lâche, fut remplacé par l’ex-sioniste et franc-maçon CHURCHILL. Ce dernier fut un meilleur partenaire, il ordonna aussitôt une attaque aérienne sur l’Allemagne. Les Allemands ne s’étaient pas attendu à une attaque anglaise et n’y étaient donc pas préparés. Plusieurs données laissaient prévoir que l’Allemagne voulait éviter d’entrer en guerre contre l’Angleterre. Dans un discours en 1933, Hitler démontra qu’il était possible que le communisme se propage et englobe l’Angleterre et affirma que, si cela arrivait, il aiderait les Britanniques à se défendre s’ils faisaient appel à lui. En outre, les troupes allemandes laissèrent, le 10 mai 1940, 335.000 soldats anglais évacuer de la plage de Dünkirchen. De plus, Hess, par son voyage en Angleterre, avait essayé de réunir les deux plus puissantes nations nordiques.
Mais Winston Churchill connaissait bien BERNARD BARUCH qui avait aussi aidé Woodrow Wilson et Roosevelt à accéder à la présidence. Ce fut également BARUCH qui persuada Churchill de soutenir la fondation de l’Etat d’Israël. Le 23 mai 1939, Churchill donna ensuite l’ordre au ministre des colonies Lord Lloyd de retirer les troupes anglaises de la Palestine et d’armer et d’aider les Juifs à s’organiser pour leur propre défense. (J’en reparlerai plus loin.)

QUE SE PASSAIT-IL EN AMERIQUE PENDANT CE TEMPS-LA ?

La majorité des Américains ne voulait plus être mêlée à quelque guerre que ce soit mais les Illuminati étaient d’un avis opposé. Le président américain FRANKLIN DELANO ROOSEVELT (le 32ème président)était grand maître des francs-maçons, membre du CFR, il avait des liens avec la famille Delano et aussi avec le « comité des 300« . Un de ses plus proches collaborateurs était aussi BERNARD BARUCH et il avait des rapports très étroits avec le COLONEL HOUSE depuis au moins huit ans.

Les Illuminati, comme nous pouvons le constater, avait placé leur homme.
Il le leur revalut en faisant voter une loi contraire à la Constitution : tous ceux qui possédaient de l’or furent, en effet, obligés de le remettre à la banque avant la fin avril 1933 (sous peine d’une amende de 10.000$ ou de 10 ans de prison ou même les deux à la fois).

L’or fut payé 20,67 $ l’once. Quand la plus grosse partie de l’or fut confisquée, le prix de l’or monta jusqu’à 35 $ l’once. Les « initiés » avaient déposé leur or dans des banques étrangères et le vendirent, évidemment, plus tard, au prix fort.

Le président Roosevelt avait incité les Japonais à entrer en guerre en leur posant un ultimatum de guerre le 26/11/1941 dans lequel il exigeait le retrait de toutes les troupes japonaises d’Indochine et de la Mandchourie. C’est un fait historique mais c’est un secret bien gardé. L’ultimatum de Roosevelt n’a été intentionnellement communiqué au Congrès américain qu’après l’attaque de Pearl Harbour. Tous étaient d’un avis unanime : les Japonais n’avaient pas d’autre possibilité que de déclarer la guerre, alors qu’ils avaient presque tout fait pour l’éviter. PRINCE KENOYE, ambassadeur du Japon aux Etats-Unis, avait maintes fois demandé à se rendre à Washington ou Honolulu pour y rencontrer Roosevelt et trouver avec lui une autre solution. Il fut même prêt, plus tard, à acquiescer aux exigences des Etats-Unis pour éviter la guerre mais Roosevelt refusa chaque fois de le rencontrer puisque la guerre avec le Japon était déjà projetée depuis longtemps, ainsi qu’avec l’Allemagne. C’est au même moment que Roosevelt déclarait au peuple américain : « Je m’adresse à toutes les mères et à tous les pères et je vous fais à tous une promesse formelle. Je l’ai déjà dit auparavant et le redirai sans cesse : Vos « boys » ne seront pas envoyés à la guerre à l’étranger. »

Tromper le peuple de la sorte est à vous couper le souffle. L’armée américaine, informée de différentes sources, savait que les Japonais attaqueraient, d’abord, Pearl Harbour. 1. L’ambassadeur des Etats-Unis à Tokyo, JOSEPH GREW, écrivait dans une lettre à Roosevelt le 27/01/1941 que si une guerre éclatait entre le Japon et les Etats-Unis, Pearl Harbour serait la première cible.
2. Le membre du Congrès DIES avait non seulement indiqué au président Roosevelt en août 1941 que Pearl Harbour serait la cible, mais lui avait aussi remis le plan d’attaque stratégique avec la carte correspondante. Il fut condamné au silence.
3. De plus, le service secret américain avait réussi en 1941 à décoder les codes diplomatique et militaire des Japonais. Roosevelt et ses conseillers connaissaient à l’avance la date exacte, l’heure et l’endroit de l’attaque.

AL BIELEK, l’un des deux survivants de « l’expérience de Philadelphia », raconte qu’il était en poste, à cette époque là, à Pearl Harbour mais qu’il fut rappelé une semaine avant l’attaque parce qu’il devait travailler ensuite avec NIKOLA TESLA à « l’expérience de philadelphia ». On lui avoua alors qu’on l’avait fait revenir à cause de l’attaque sur Pearl Harbour. Il était trop précieux pour qu’on le fasse mourir. La base de Pearl Harbour n’a été prévenue que deux heures avant l’attaque. Elle n’y était donc absolument pas préparée et tous périrent lamentablement. C’était le souhait de Roosevelt.

Il pouvait alors faire passer les Japonais pour des « sales porcs perfides » et il était du devoir des Etats-Unis de répondre par des représailles.

A tous ceux qui ne veulent pas admettre que devenir président ou chancelier implique plus que d’être un simple politicien, j’espère que l’exemple suivant leur ouvrira les yeux : je veux parler de celui qui allait devenir le président des Etats-Unis, DWIGHT D.EISENHOWER. pour garantir le succès de leur entreprise qu’on peut qualifier d’infâme, il fallait que les Illuminati aient un serviteur dévoué au poste de commandement en chef de toutes les forces armées des Alliés. La personne idéale pour ce boulot fut le lieutenant-colonel Dwight D. Eisenhower. Sa carrière dans l’armée des Etats-Unis est plus qu’intéressante, elle est fascinante, car elle nous permet de voir ce qui peut arriver à un soldat tout à fait ordinaire quand il dispose de bons « appuis ». Eisenhower était, en fait, aussi un ami de Bernard Baruch. En mars 1941, il obtint le grade de colonel. Trois mois plus tard, il était commandant de la 3ème armée américaine. Au bout de trois autres mois, il fut nommé général de brigade. Le 12 décembre de la même année, il participa au projet de guerre au plus haut niveau à Washington. Le 16 février 1942, il fut promu au titre d’adjoint au chef d’état-major de la « War Plans Division ». Deux mois plus tard, il en prit la direction. trois mois après, il recevait le commandement du « European theatre of Operations ». Le mois suivant, il était nommé général de division et au bout de six mois général à « cinq étoiles ». le 24 décembre, il était enfin nommé commandant en chef en Europe.

Une fois l’armée allemande chassée de Rome, l’armée américaine du général MARK CLARK y stationna. Au lieu de se diriger vers la Yougoslavie, Vienne, Budapest et Prague, les américains envoyèrent une partie de leurs soldats en Normandie, ce qui coûta la vie à environ 100.000 hommes. Tout cela eut de lourdes conséquences sur le « paysage » futur de l’Europe de l’Est. Pourquoi cela ? A la conférence des Alliés en 1943 au Québec, le général GEORGE C. MARSHALL fit pression pour que soit signé un accord qui portait le nom de « position russe ». Il stipulait que (…) « la position de la Russie serait dominante après la guerre. » (…)

Les hommes officiellement à la tête des Etats-Unis : Roosevelt, Marshall et Eisenhower, avaient reçu des ordres stricts de leurs « maîtres » : diriger la phase finale de la guerre afin qu’elle se déroule selon les directives des Illuminati, telles qu’elles sont décrites dans les « Protocoles des Sages de Sion« . On donna donc aux armées russes le temps de gagner du terrain.

But des Initiés : livrer la catholique Autriche au nettoyage des gardes rouges de 1945 à 1950 : plus de 120 000 consacrés ou engagés chrétiens ont été purgés, liquidés, envoyés en camps de la mort  en Sibérie… C’était sans doute la condition illuminati, puisque ce travail urgent a été prioritaire, il s’est réglé en deux mois d’occupation sanglante.

 

L’ALLEMAGNE VEUT CAPITULER

C’est grâce au gendre du président Roosevelt, le COLONEL CURTIS B. DALL, que l’histoire du commandant GEORGE EARLE a été dévoilée. Earle fut l’ex-gouverneur de Pennsylvanie, ambassadeur américain en Autriche (de 1935 à 1939) et en Bulgarie (de 1940 à 1942). Par la suite, il fut l’attaché naval personnel de Roosevelt à Istambul. C’est à cette époque-là, au printemps 1943, que le chef du service secret allemand, l’AMIRAL WILHELM CANARIS, lui rendit visite. Canaris lui dit que « la capitulation sans condition telle qu’elle était exigée par l’Amérique et l’Angleterre était inacceptable pour les généraux allemands. Si, cependant, le président américain laissait comprendre qu’une démission honorable de l’armée allemande serait possible, ils seraient prêts à accepter tout autre accord. L’armée allemande recevrait alors l’ordre d’être envoyée au front de l’Est afin d’y combattre « l’Armée rouge » qui s’approchait. »

Peu après, Earle eut un entretien encore plus long avec l’ambassadeur allemand FRITZ VON PAPEN qui lui adressa la même requête. Earle, qui se demanda tout d’abord, s’il avait bien entendu, réalisa alors que c’était une demande sérieuse de la part de ces ambassadeurs, et il écrivit aussitôt une missive à Roosevelt. Rien ne se passa. Il en envoya une deuxième. Toujours rien. Lorsque Canaris revint quelques jours plus tard pour prendre connaissance de la réponse de Roosevelt, Earle ne put la lui donner. Earle envoya, peu après, un message de la plus grande urgence à Washington. Toujours aucune réponse. Tous deux ne pouvaient savoir qu’une capitulation de l’Allemagne n’était pas souhaitée. Roosevelt, dans une lettre personnelle du 24 mars 1945, défendit au commandant Earle de rendre public cet incident.

L’AIDE AMERICAINE AUX SOVIETIQUES PENDANT LA GUERRE

Il existe un livre remarquable qui nous permet de comprendre ce qui s’est passé pendant la guerre. Ce livre est mis complètement à l’écart par les médias, les producteurs de films et la plupart des bibliothèques. Son titre : « From Major Jordan’s Diaries » (Extraits du journal de bord du commandant Jordan). JORDAN était un vétéran de la Première Guerre mondiale et son expérience militaire le fit accéder au poste d’expéditionnaire « Lend Lease » (prêt et location) et d’officier de liaison avec les Russes. Il servit les deux premières années à Newark, au Montana et à partir du 10 mai 1942 à « United Nations Depot N° 8, Lend Lease Division, Newark Airport, New Jersey, International Section, Air Service Command; Air Corps; US Army ». Le COMMANDANT RACEY JORDAN était l’homme de liaison entre les Etats-Unis et les Russes. Il fut très surpris de l’influence que le colonel russe ANATOLI KOTIKOV exerçait sur l’assistant de Roosevelt HARRY HOPKINS. Dés que les Soviétiques manifestaient un besoin de fournitures spéciales ou autres, un coup de fil de Kotitov à Hopkins suffisait, et la marchandise était aussitôt livrée. Plus tard, Jordan remarqua des valises noires à chaque livraison et ne put s’empêcher de céder à sa curiosité. C’est alors qu’il fit une trouvaille. Il découvrit des documents sur la fusion nucléaire, une liste des matériaux transportés par avion en URSS, deux livres d’uranium 92 et du deutérium. Il ne pouvait imaginer, à ce moment-là, la portée de sa découverte. Dans son journal de bord, il nota, plus tard, avec force détails ces incidents et d’autres. Un avion s’était, entre autre, écrasé en Sibérie et contenait le matériel nécessaire pour imprimer des billets de banques. Il y avait des plaques, du papier et d’autres ustensiles d’imprimerie. Ainsi, les Russes pouvaient, de même que les Etats-Unis, imprimer pour l’Allemagne les billets qui avaient cours pendant l’occupation ! L’accord « Lend Lease » permit à Staline de recevoir des Etats-Unis 20.000 avions, presque 400.000 camions, deux fois plus de chars qu’il n’y en avait au début de la guerre, des locomotives, des voitures, de la nourriture, du matériel secret, etc. pour quelle raison les Etats-Unis ont-ils apporté une aide aussi massive aux Russes pendant la Deuxième Guerre mondiale ? Nous sommes en droit de nous poser cette question, car je ne vous ai cité, jusqu’à présent, que quelques exemples. Les Illuminati étaient les auteurs du régime communiste. Il savaient très bien ce qu’ils faisaient. Il est facile de se rendre compte que l’URSS était un instrument servant leur plan (celui des Protocoles) pour soumettre de force la Terre entière à leur Nouvel Ordre Mondial.

LES PROTOCOLES DOIVENT SE REALISER

L’Allemagne n’eut pas la possibilité de se rendre, le Japon se vit refuser la même requête. Les Japonais capitulèrent sans condition en mars 1945. Durant ce même mois, le haut commandement Japonais fit connaître à l’ambassade américaine à Moscou, à l’ambassade russe à Tokyo et au Pentagone à Washington que le gouvernement royal japonais souhaitait une capitulation sans condition.

LES AMERICAINS L’IGNORAIENT ! Pourquoi ? Ils prétendirent, après-coup, que le message n’avait pu être décodé ! Mais alors, comment avaient-ils fait auparavant pour décoder les codes militaires et diplomatique ? Nous connaissons la réponse : les îles japonaises n’avaient pas encore été détruites. Le spectacle allait seulement commencer. Les B 29 accomplirent au Japon le grand « assainissement » voulu par les banquiers internationaux. D’abord détruire Tokyo, ensuite lancer les bombes atomiques sur Nagasaki et Hiroshima.

La reconstruction du Japon et de l’Allemagne a rapporté des sommes astronomiques aux banquiers internationaux. Les Allemands et les Japonais comptent parmi eux les travailleurs et les cadres les plus appliqués. Mais leurs gouvernements sont choisis aussi par les Illuminati qui les manipulent comme des marionnettes. Vous vous en rendrez mieux compte quand vous prendrez connaissance des listes de membres des différentes organisations. Beaucoup de politiciens du gouvernement allemand sont des pions sur l’échiquier comme les Américains ou les Russes.

QU’A RAPPORTE LA DEUXIEME GUERRE MONDIALE ?

Du point de vue humain, ce fut un désastre sans circonstances atténuantes. Du point de vue des Illuminati, ce fut un succès sans conteste. Cette guerre, avec ses 30 millions de morts estimés (Soljenitsine parle de 100 millions), représente, à l’évidence, une partie du programme d’assainissement mondial des Illuminati dont le but suprême est la création du « Novus Ordo Seculorum », du « Nouvel Ordre Mondial » de Weishaupt.

Pour les Illuminati, Lénine était en Russie la personne parfaite. Le communisme a joué le rôle du fleuret dans le déroulement politique et psychologique des événements, c a d que les conspirateurs ont utilisé le communisme comme « la bête noire » pour contraindre les nations occidentales à faire des concessions et à assumer des obligations qui s’opposaient à leurs propres intérêts. Au début des années vingt, Lénine a annoncé au monde les projets futurs des Illuminati : « Nous occuperons d’abord l’Europe de l’Est, puis tous les pays d’Asie. » Leur but fut atteint grâce à la deuxième Guerre mondiale. Quelques années plus tard, (le général Mac Arthur l’avait prédit), ce fut le tour de la majeure partie de l’Asie. la débâcle du Viêt-Nam est un élément de cette action de déblayage. La Deuxième Guerre mondiale a rapporté encore plus aux Illuminati. Les grandes fissures de l’ancien ordre du monde éclatèrent et les fondements financiers et sociaux de la morale traditionnelles furent balayés. L’Amérique, dont la sécurité ne fut jamais mis en cause, ni avant ni pendant la guerre, se vit alors prise dans l’engrenage de la politique mondiale, contrainte à renoncer à sa propre politique. Cette guerre coûta aux Etats-Unis 400 milliards de dollars et fit monter la dette de l’Etat à 220 milliards de dollars. Cela rendait les Etats-Unis prisonniers des griffes des banquiers internationaux. La guerre aplanit le chemin pour l’éveil du socialisme qui se répandit comme une maladie en Angleterre et aux Etats-Unis. Elle prépara aussi la voie pour la création de l’ONU en 1945, dont le siège principal se trouvait sur un terrain donné par ROCKEFELLER à New York. Parmi les membres fondateurs de l’ONU, 47 au moins faisaient partie du CFR. L’ONU est la plus grande loge franc-maçonnique internationale du monde, comme l’indique déjà clairement son emblème. C’est un symbole franc-maçonnique tout comme le « grand sceau » sur les « billets d’un dollar » américains (nous en reparlerons plus loin).

QU’ADVINT-IL DU SERVICE SECRET NAZI DE LA GESTAPO ?

William Bramley nous informe que la CIA accepta l’offre de REINHART GEHLEN, chef des opérations du service secret du Reich allemand en Russie, de participer à la construction du service d’information américain en Europe. Beaucoup d’ex-membres des SS appartenaient à l’organisation de « Gehlen ». Celle-ci devint une partie importante de la CIA en Europe de l’Ouest et fut à la base de l’appareil des services secrets de la RFA. La CIA tira aussi des informations à partir des documents concernant les procès des criminels de guerre à Nuremberg sur les méthodes psychiatriques des nazis;celles-ci allaient être utilisées des décennies plus tard lors d’expériences douteuses qui visaient à obtenir le contrôle de la conscience.

INTERPOL, organisation policière internationale privée qui lutte contre les criminels et les trafiquants de drogues opérant à l’échelle mondiale, fut dirigée jusqu’en 1972, à plusieurs reprises par d’ex-officiers SS. Quand on sait qu’Interpol fut contrôlée par les nazis pendant la Deuxième Guerre mondiale, on ne s’étonne plus de rien.

Haut du document

LA FONDATION DE L’ETAT D’ ISRAEL

La guerre ouvrit la voie pour la fondation de l’Etat d’Israël, comme cela avait été programmé depuis 1871. Les plaies se cicatrisaient lentement en Europe, et l’attention du monde se tourna vers le Proche-Orient où les sionistes étaient en train d’établir l’Etat d’Israël en Palestine. Le meurtre de Lord Moyne par deux sionistes suscita une vive réaction en Angleterre. Lors du congrès sioniste en 1946 à Genève, il fut décidé de recourir au terrorisme pour édifier l’Etat sioniste. C’est ainsi que naquirent nombre d’organisations terroristes en Palestine dont le but était de créer de force l’Etat d’Israël.

Les deux plus importantes furent « L’IRGUN ZVAI LEUMI » de Menahem Begin et le « GROUPE STERN » de Yitzhak Shamir.

Quand les Arabes firent couler de plus en plus de sang en s’attaquant aux Anglais en Palestine, on fit appel à l’ONU qui décida, le 29 novembre 1947, le partage de la Palestine en deux Etats indépendants : l’un arabe, l’autre juif.

Ce principe du partage d’un Etat pour gouverner nous est bien connu du temps de Rome : « Divide et impera », »diviser pour mieux régner ». Il est le garant de discordes qui n’en finissent plus. Et ce fut le cas.

La séparation suscita des troubles encore plus sanglants obligeant l’ONU à se retirer. Les sionistes en profitèrent pour se partager arbitrairement la Palestine. Le « groupe Stern » et l’ « Irgun Zvai Leumi » (sous la direction de Bégin) assaillirent le village Deir Yasin et égorgèrent tous les gens en signe d’avertissement pour le cas où les Arabes continueraient à résister. Ceux-ci s’enfuirent dans les pays voisins, sauf quelques-uns qui se rassemblèrent sous la direction de Yasser Arafat et de l’OLP. La déclaration d’indépendance d’Israël le 14 mai 1948 causa de nouveaux désordres. Depuis lors, le Proche-Orient est un foyer fomentant haines et meurtres.

LE CFR SE CONSOLIDE

Ce fut la période où le CFR commença à avoir une réelle influence aux Etats-Unis. De vieilles institutions souveraines furent remplacées par des nouvelles au niveau international, telles que l’ONU issue du CFR.

D’autres en naquirent plus tard, telles que  » l’ INSTITUTE OF THE PACIFIC RIM  » (IPR) et la « FOREIGN POLICY ASSOCIATION » (FPA). Sur l’ordre de l’IPR, la Chine fut remise par George Marshall aux communistes. Le contrôle exercé par les Illuminati sur l’Union soviétique fut nettement amplifié par la guerre. Des projets, tels que celui de « Lend Lease », et les décisions prises à Yalta par Staline , Roosevelt et Churchill consolidèrent, à leur tour, le système soviétique. la « guerre froide », bien mise en scène, qui s’en suivit entre l’empire soviétique et les nations occidentales renforça la position des Illuminati dans le reste du monde.

Les guerres de Corée et du Viêt-Nam ont été manigancées pour éviter une confrontation directe entre Américains et Russes. En même temps, cela permit de justifier l’existence des « services de sécurité nationale », telle que la CIA (Central Intelligence Agency), la NSA (National Security Agency) et le NSC.

Les opérations cachées de la CIA commencèrent au début des années 50. Les dirigeants des gouvernements des autres pays qui n’étaient pas encore sous le contrôle des Illuminati devaient être renversés et remplacés par ceux que les Illuminati choisissaient.

Quelques sénateurs américains s’en doutèrent et s’étonnèrent, comme le sénateur Mc CARTHY de ce qu’il y ait autant de communistes dans les postes élevés du gouvernement des Etats-Unis. McCarthy fonda la « House Hearing on Unamerican Activities » (audition de la « House » sur des activités non américaines) et put découvrir quelques activités communistes, mais les médias lui jetèrent le discrédit. Voilà une méthode qui assure le succès et qui a fait ses preuves : celle qui met à l’écart les trouble-fête.
Plus tard, McCarthy se mit à enquêter sur la CIA.
S’il avait poussé un peu plus en avant, peut-être aurait-il pu éviter l’attentat contre J.F. Kennedy.

Le « Comité des 300 » fut très inquiet lorsque McCarthy décida de faire paraître William Bundy devant le comité d’enquête. Son assignation aurait permis de découvrir les bonnes relations existant entre la CIA et le service secret britannique.

Le « RIIA » choisit Allen Dulles pour mettre à l’écart McCarthy.

Dulles donna à Richard Helms et Patrick Lyman la mission de s’occuper de McCarthy. Eisenhower donna la même mission au général Mark Clark, membre du CFR, pour que McCarthy ne s’occupât plus de la CIA.
Clark persuada McCarthy qu’il existait une commission de surveillance spéciale qui veillait sur la CIA. McCarthy stoppa alors ses investigations.

Lui, qui était connu pour faire la chasse aux sorcières et qui, en tant qu’avocat, défendait de nombreuse familles de la mafia de New York, avait une amitié profonde avec le chef homosexuel du FBI, J. Edgar Hoover. Il organisait, d’ailleurs, pour lui des rencontres avec des travestis dans des hôtels de New York.
Richard Helms et Allen Dulles prirent en charge, plus tard, la direction de la CIA.

Haut du document

 

L’ATTENTAT CONTRE KENNEDY

Les motifs de l’attentat contre J.F. KENNEDY sont l’objet de violentes spéculations depuis novembre 1963. Nous savons que le jeune président se préparait à choisir sa propre orientation concernant des questions d’une grande importance stratégique, ce qui l’opposait fortement aux puissants intérêts politiques et financiers de l’ ESTABLISHMENT. Il n’était pas un bon « partenaire » et l’une des causes de son assassinat fut qu’il renvoya, peu après sa prise de fonction en 1961, le chef tout-puissant de la CIA, ALLEN DULLES, qui venait de subir un échec dans « l’opération de la baie des cochons » (il s’agissait d’exilés cubains qui ne purent pas atterrir dans la « baie des Cochons » à Cuba en avril 1961.

De plus, il envisageait le retrait de quelques conseillers américains (Advisors) du Viêt-nam. Il leur donna l’ordre, en effet, de se retirer en octobre 1963. Ce qui gênait aussi énormément les Illuminati fut le fait que Kennedy veuille nettement diminuer les activités militaires de la CIA en Asie du Sud-Est.

Il fit savoir, surtout, au Congrès, le 18 juillet 1963, qu’il avait l’intention de mettre en application toute une série de dispositions pour renverser le déficit des paiements des Etats-Unis. Il voulait relancer l’exportation de marchandises industrielles et prélever des impôts sur les avoirs des citoyens américains à l’étranger. Les impôts à payer sur le capital investi à l’étranger se seraient élevés jusqu’à 15% par an. Cela représentait, évidemment, un handicap de plus pour les banquiers internationaux. Kennedy aurait été ô combien l’homme qu’il fallait pour défendre les droits du peuple.

« Le phénomène « OVNI » existe et il faut s’en occuper sérieusement. » Michael Gorbatchev, « Soviet Youth », le 4 mai 1990

Si nous voulons prendre en compte un autre motif beaucoup plus important, quittons, une fois encore, mais brièvement, le secteur de la politique. Cela se rapporte à la découverte de l’OVNI qui s’était écrasé le 2 juillet 1947 à ROSEWELL, au Nouveau-Mexique.
(…)

Revenons-en maintenant à KENNEDY. Après avoir été élu président et avoir été informé du trafic sur  OVNIs et des projets secrets qui incluaient l’étude des phénomènes paranormaux qui y étaient attachés, il voulut rendre ces informations publiques. Forestal, le ministre de la Défense et membre de Majestic 12, avait déjà essayé d’en faire autant, il fut jeté par la fenêtre de l’hôpital avec un drap de lit autour du cou le 22 mai 1949. Kennedy eut droit à un traitement similaire.

Il fut assassiné le 22 novembre 1963 à Dallas.

Le premier coup de fusil vint effectivement du toit de l’entrepôt mais il n’était pas mortel. Le coup mortel fut donné par le conducteur de sa propre voiture, l’agent de la CIA William Greer qui visa la tête de Kennedy avec une arme propre à la CIA. Quand on regarde au ralenti le film original de l’attentat et qu’on prête attention au chauffeur, il est clair que celui-ci se retourne, l’arme à la main, tire et c’est alors que l’arrière de la tête de Kennedy éclate. Le premier coup de fusil servit à créer une diversion. (note du C.A.R.L.)

VIDEO DE L’ATTENTAT : CLIQUEZ ICI

Si vous ne pouvez visionner ces images, téléchargez cette Version gratuite de « Real Player » ici >

Dans les films projetés dans la plupart des pays occidentaux, le chauffeur n’apparaît pas. Dans une émission de l’ARD (première chaîne de télévision allemande), le « Spiegel TV », on essaya, le 21 novembre 1993, de convaincre les spectateurs que l’attentat n’avait rien à voir avec la CIA alors que RTL diffusait, presque au même moment, un avis contraire. Sans parler des commentaires, on ne montra sur les deux chaînes qu’une seule fois le film en entier; dans les films suivants, il n’y avait pas de chauffeur. Mais celui qui savait où il devait porter son attention pouvait dans le film original reconnaître le chauffeur tirant avec son arme.

John Lear, fils de Lear Aircraft, trouva trois films originaux, entre autres au Japon. Il les fit analyser par un ordinateur pour prouver leur véracité. Lui-même et William Cooper, font, de nos jours, des conférences aux Etats-Unis où l’on peut obtenir les films originaux par leur intermédiaire (voir l’adresse dans la bibliographie). William Cooper perdit sa jambe droite à cause de ce film : il fut victime d’un attentat en 1973.

La télévision japonaise a, par la suite, diffusé plusieurs fois ces films originaux dans les actualités télévisées aux heures de grande écoute. L’analyse par ordinateur permit d’identifier l’arme et la décrivit comme étant celle d’un calibre spécial employé par la CIA. Quant à la balle, il s’agissait également d’un projectile spécialement conçu par la CIA qui explosa dans le cerveau de Kennedy et provoqua sa désintégration. Avaient participé à la préparation de l’attentat les membres de la CIA Orlando Bosch, E. Howard Hunt, Frank Sturgis et Jack Rubenstein (alias Jack Ruby).

La CIA épongea, en remerciement, les énormes dettes de jeu de Ruby. Lee Harvey Oswald, qui avait aussi été membre de la CIA, travaillait au moment de l’attentat pour Jack Ruby. Sa mort fut programmée. Jack Ruby le tua avant qu’il ne pût prouver son innocence. Le coupable était trouvé ; il ne pouvait plus prouver le contraire. La CIA haïssait Kennedy. Il était, d’après elle, responsable de la mauvaise tournure que prenaient leurs projets concernant le Viêt-nam, Cuba et les manipulations d’OVNIs.

Un collaborateur de la CIA, qui avait participé à l’opération de la « Baie des Cochons », dit que toutes les personnes travaillant dans son secteur se levèrent et applaudirent lorsqu’ils apprirent la nouvelle de la mort de Kennedy. Aux auditions devant le comité spécial pour attentats, nombres de ces faits furent dévoilés mais selon la loi de sûreté de l’Etat américain, les archives sont closes jusqu’en 2029. Tous les témoins de la conspiration furent tués ou moururent d’un cancer foudroyant qui leur avait été injecté (le chauffeur qui avait tiré, mourut, par exemple, trois semaines après l’attentat).

D’après le « Warren-Commission-Report », rapport officiel de l’attentat contre Kennedy, LEE HARVEY OSWALD aurait été l’unique tueur. C’est ce qu’on pouvait déjà lire neuf heures plus tard dans tous les journaux américains. La conspiration de la CIA et du Comité des 300 fut passée sous silence. Pour une bonne raison : les Illuminati avaient été très efficaces en contrôlant les agences de presse. Ceci est un exemple parmi d’autres qui prouve que des nations entières reçoivent pendant des décennies des informations erronées, jusqu’au jour où un chercheur courageux se donne la peine de faire des investigations.

ROBERT F. KENNEDY, le frère de J.F.KENNEDY, qui faisait aussi obstacle aux Illuminati dut mourir le 5 juin 1968, juste avant de gagner les élections présidentielles. Dans ce cas-là, le tueur unique était SIRHAN SIRHAN. Celui-ci était sous l’effet d’une drogue préparée par la CIA pour cette circonstance spéciale. Pour être sûr qu’il ne manquerait pas sa cible, le garde du corps de Howard Hughes avait tiré avec la « balle supplémentaire » que l’on trouva, plus tard, dans la tête de Kennedy. Selon les dires du juge d’instruction s’appuyant sur les preuves balistiques, la bouche de l’arme a dû être éloignée de 5 à 8 cm de la tête de Kennedy. Ceci fut aussi dissimulé au public. Les publications internes du CFR et de l’ordre « SKULL & BONES » contiennent, cependant, ces informations. D’après le § 12 des « Protocoles », il faut supprimer les personnes qui sont une entrave au « plan ».

(Vous trouverez en particulier dans le livre de William Cooper « Behold a Pale Horse » l’histoire complète de l’attentat avec les noms, les données et des faits concrets ainsi que les relations entretenues par les Etats-Unis avec les extra-terrestres.)

 

Haut du document

 

LE FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL ( FMI )

De nouvelles instances internationales, telles que le « FMI », la BANQUE MONDIALE et la BANQUE DE COLONISATION INTERNATIONALE (Bank of International Settlement), furent créées pour étendre la suprématie de l’économie à la planète entière. Les contributions à payer tous les ans par chaque nation sont de l’ordre de milliards. Si une nation a des problèmes pour régler sa contribution, ce sont les ouvriers et les plus défavorisés qui’ s’en ressentent. Actuellement, le « FMI » cherche, sur l’ordre des banquiers internationaux, des moyens pour contrôler toute l’économie mondiale. Le membre du « Comité des 300 » HAROLD LEVER fit une proposition connue sous le nom de « PLAN DITCHLEY », la politique financière et monétaire des Etats-Unis passerait, au mépris de la loi, sous le contrôle du FMI. Ce plan permettrait au FMI de réunir dans la Banque mondiale toutes les banques centrales des différentes nations. En 1982, les banques les plus éminentes de Wall Street et le gouvernement des Etats-Unis décidèrent d’un commun accord d’imposer à chaque pays redevable des conditions de remboursements accablantes qui furent mises en place par les « KISSINGER ASSOCIATES INC. » (le conseil de direction est composé de Robert O. Anderson, magnat du pétrole et président de l’institut Aspen, de l’ex-secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères de Thatcher, Lord Carrington et de Lord Roll of Ipsden, directeur de la « Bank of England » et de la Banque S.G. Warburg). Le FMI, la « Federal Reserve Bank » et la « Bank of England » doivent assurer le rôle de « police mondiale » pour recouvrer les dettes. L’Amérique a eu l’idée de placer le FMI connu pour son intransigeance au centre de toutes les négociations de dettes. Les conditions du FMI furent élaborées par le représentant du FMI Irving Friedman (cela lui valut une position élevée dans la Citybank).

Remarque sur la situation actuelle : REXRODT, ministre actuellement de l’économie en Allemagne, fut aussi, pendant quelque temps, chef de la Citybank dans ce pays.

Les capitaux du Fonds Monétaire International représentèrent pour les pays une sorte d’appât. Une fois les difficultés d’un pays cernées, les experts du FMI lui montraient ce qu’il fallait absolument changer. Ils déclaraient ensuite au pays endetté que s’il voulait obtenir ne serait-ce qu’un crédit minime auprès d’une banque étrangère, il devait réduire ses importations au strict minimum. Il devait aussi faire baisser de façon draconienne les dépenses de l’Etat et surtout arrêter toutes les subventions pour la nourriture de base et autres allocations pour les personnes défavorisées. La condition sine qua non était toujours de dévaluer la monnaie. Ceci soi-disant pour que les exportations soient meilleur marché et deviennent compétitives sur le marché mondial. Mais, en vérité, le prix des importations s’élevait et les dettes s’accroissaient. C’était le premier pas.

Le deuxième consistait à obtenir du pays qu’il consente à un vaste programme de conversion des dettes. C’est alors que les banques créditrices s’assuraient de la future mainmise sur le pays endetté. Ils comptaient, de surcroît, des paiements d’intérêts et d’amortissements. Le FMI devint la police économique internationale des grandes banques privées. L’un après l’autre, les pays devaient négocier les conditions de remboursement avec le FMI et les banques du groupe Ditchley.

D’après les informations de la Banque mondiale, des paiements d’intérêts s’élevant à 326 milliards de $ et venant de 109 pays débiteurs allèrent dans des banques créditrices privées de 1980 à 1986. Dans la même période, 332 milliards de $ furent remboursés. C’est ainsi que des dettes de 658 milliards de $ furent payées alors que le montant originel des dettes n’était que de 430 milliards de $. Malgré cela, les 109 pays devaient encore 882 milliards de $ aux banques créditrices.

Cette action conjointe d’intérêts beaucoup trop élevés et de cours de change oscillants plonge les pays dans un entrelacs de dettes magnifiquement inextricable qui profite aux banques…Illuminati !

 

                                                               Haut du document

 

 

LE CONTROLE DE L’ INFORMATION

Déjà à l’époque de la Révolution française, les Illuminés de Bavière commencèrent à répandre leur propagande dans des cercles de lecture pour gagner les lecteurs à leurs desseins. Plus tard, au 19ème siècle, quand les Rothschild eurent repris la Banque d’Angleterre à leur compte, ils se servirent du journal juifs « REUTERS » avec la même intention sous-jacente. De même, des éditions de journaux allemands, comme « WOLFF », et français, comme « HAVAS », eurent pour but de créer un monopole international des informations. Le CFR (Council On Foreign Relations) et le RIIA (Royal Institute for International Affairs) furent tous les deux créés par le « Round Table » pour élargir l’influence de celui-ci. Le RIIA avait déjà été imaginé par Cecil Rhodes (homme d’Etat britannique sud-africain et diamantaire millionnaire) qui voulait étendre le domination britannique au monde entier, mais surtout aux Etats-Unis.

Le « social conditioning » du RIIA déjà mentionné est un moyen de contrôler les masses. Cet institut forma le commandant JOHN RAWLINGS REES, technicien militaire, qui inaugura, plus tard, le TAVISTOCK INSTITUTE FOR HUMAN RELATIONS au Sussex, en Angleterre. Le « Tavistock Institute » est le noyau dur de la conduite de la guerre psychologique de l’Angleterre. Comme je l’ai déjà mentionné, les méthodes de Tavistock ont été employées en Angleterre et aussi aux Etats-Unis pour manipuler les masses, en se servant non seulement de la presse, mais aussi de la radio et du cinéma. On peut, à présent, qualifier ces méthodes utilisées pendant des décennies de lavages de cerveau.

Le CFR est en partie responsable de la création de l’ONU qui lui sert d’outil pour accéder au « Nouvel Ordre mondial« , c à d au « Gouvernement mondial unique ». Selon les données de « SPOTLIGHT » et d’autres sources que j’ai déjà mentionnées au cours de ce livre, le CFR détient actuellement le contrôle total du gouvernement des Etats-Unis, en collaboration avec la « Commission trilatérale« . De même, les postes de dirigeants des services d’information sont tous occupés par des membres du CFR. Il s’agit, entre autres, de Reuters,  Associated Press, United Press, Wall Street Journal, Boston Globe, New York Time, Los Angeles Time, Washington Post, ABC, NBC, CBS, et RCA. La plupart des journaux internationaux utilisent les mêmes sources.

Les homologues allemands du CFR sont les Bilderberger et la « DGAP » (Deutsche Gesellschaft für Auswärtige Politik). Par leur intermédiaire s’y rajoutent, par ex ; le « Frankfurter Allgemeine », le « Bild-Zeitung » et « Die Zeit » (il y en a sûrement d’autres).

Les membres du CFR, lui-même rattaché au RIIA et au « Comité des 300 », détiennent aussi les postes clefs dans les plus grands trusts d’énergie, les appareils militaires et le gouvernement des Etats-Unis. A travers l’influence de la « Round Table », du « Comité des 300 », des « Bilderberger », du « RIIA » et du « Club de Rome« , la situation est valable aussi pour l’Europe. « Skull & Bones », ordre des Illuminati, forme le « cercle intérieur » du CFR et inclut, de ce fait, d’autres médias : Time-Life, National Review, Minneapolis Star, Atlantic Monthly, Fortune, etc.

En 1880, l’ordre de « Skull & Bones » fonda la « FEDERATION ECONOMIQUE AMERICAINE » et la « FEDERATION AMERICAINE DE L’ HISTOIRE ». A la fin du siècle dernier, SKULL & BONES avait déjà une influence considérable sur le système éducatif et scolaire. Timothy Dwight était président de l’Université de Yale et les Universités de Cornell et de John Hopkins étaient également dirigées par les membres de Skull & Bones. Incluons dans la liste Mc George Bundy, qui codirigea la guerre du Viêt-nam en tant que conseiller à la sûreté de Kennedy et du président Lyndon Johnson et qui était également doyen de l’Université d’Harvard.
Toute information qui va à l’encontre des directives de la « Fédération américaines de l’histoire », donc à l’encontre de Skull & Bones, est bannie du programme de l’enseignement. En Allemagne et dans tous les autres pays du monde, cela se passe de la même façon. En Russie et en ex-RDA, on a enseigné suivant les directives communistes, dites « illuminées » et dans les pays arabes ou juifs suivant les intérêts de ces nations.

Le plus important pour eux était de ne pas éduquer les hommes à penser, à se servir de leur discernement et d’agir de manière autonome.

En 1946, la ROCKEFELLER-FONDATION avait investi 139.000 $ pour donner une version officielle de la Deuxième Guerre mondiale qui, en fait, dissimulait que le régime nazi avait été entièrement édifié par les banquiers des Etats-Unis. Un des principaux donateurs était la « Standard Oil Corp. » de Rockefeller.

A l’origine, la « Ford-Foundation » fut fondée grâce aux fonds de l’industrie automobiles de Henry Ford. Mais finalement, des membres de Skull & Bones s’infiltrèrent aussi dans cette fondation et utilisèrent ses biens pour détourner le système scolaire et abrutir le public. Le système scolaire actuel des nations occidentales est également contrôlé par les Illuminati et leurs branches. La plupart des organismes éditant des livres scolaires sont directement financés par des Illuminati.
Mc George Bundy, également membre de « Skull & Bones », devint en 1966 président de la fondation Ford et nomma Harold Howe II, membre de Skull & Bones, comme vice-président. Tout ce qui concernait le département de la recherche et de l’éducation était de son ressort. Des dépenses anormales de fonds de la fondation contraignirent la famille Ford à démissionner…

Les techniques de conduite de guerre psychologique qui avaient débuté dans le WELLIGTON HOUSE furent perfectionnées dans le « TAVISTOCK INSTITUTE FOR HUMAN STUDIES ». Ces techniques sont décrites par Edward Bernay :

« Grâce à la croissance démographique, l’action des Illuminati a plus d’ampleur sur la conscience des peuples. A l’aide des services d’information, de la presse, du téléphone et de la radio qui sont tous contrôlés par les Illuminati, des idées et des opinions peuvent être répandues rapidement à travers tout le pays. La manipulation consciente et intelligente du comportement et de l’opinion des masses est un des éléments les plus important de la société démocratique. Ceux qui se servent de ces mécanismes sont la véritable puissance dirigeante de ce monde. »

L’importance du rôle des médias ne fait pas de doute aujourd’hui. La télévision par exemple, met clairement en évidence comment des messages négatifs, tels que les informations, les films d’horreur et de violence, influence le comportement d’une majeure partie de téléspectateurs. La télévision est, cependant, surtout utilisée pour suggérer des opinions. Comment penser, agir et paraître. Ce qu’il faut avoir pour être « branché » et quelle orientation politique prendre. Hussein est mauvais mais Bush, Clinton et Kohl sont bons.

Les médecines parallèles, les découvertes d’avant-garde ( énergie, locomotion, santé ) et la spiritualité sont des conneries, leurs inventeurs-découvreurs doivent être mis  au soupçon et au moins découragés, mais les films porno, le football et les beuveries du week-end ne posent pas de problèmes… Seulement peu de gens osent affirmer qu’ils pensent le contraire. Pour la bonne raison qu’ils risqueraient d’être ridiculisés par d’autres qui ont subi un lavage de cerveau qui est la résultante des « programmes d’éducation » ce qui fit dire à un grand penseur « l’éducation utilisée à des fin de contrôle malintentionné, est la plus grande escroquerie de la matière inerte faite à l’Esprit vivant » (note du C.A.R.L.)
L’originalité de pensée n’est pas seulement anti-conventionnelle, elle s’oppose aussi aux institutions mêmes qui sont les remparts de notre société. Carl G. Jung.

Notre valeur personnelle, ce ne sont pas les autres qui peuvent l’estimer, mais nous. Si nous dépendons des autres pour l’apprécier, cette valeur n’est plus personnelle puisqu’elle est tributaire d’autrui. Carl G. Jung.

La semence lève !

Un autre exemple se trouve dans le cinéma où une image, par ex une bouteille de coca-cola, est surimposée à l’écran grâce à une technique spéciale ; l’oeil ne perçoit pas l’image mais celle-ci est captée par le subconscient afin que nous soyons incité à la consommation. C’est ce qu’on nomme un « message subliminal ». Mais le meilleur exemple se trouve dans l’industrie de la musique et des disques. depuis des décennies, on exerce une influence sur l’auditeur avec le « Backward Masking » en se servant d’enregistrements à haute fréquences (étant donné que notre bande passante physiologique va de 20 Hz à 20 Khz (note de C.A.R.L.). Lors d’enregistrements à haute fréquence, on enregistre des messages sur la bande sonore en choisissant une fréquence assez haute pour qu’elle ne soit pas audible à l’oreille mais pour qu’elle atteigne quand même le subconscient. Lors du « Backward Masking » les messages sont enregistrés à l’envers et captés aussi par le subconscient. Si on l’enregistre sur un magnétophone à bande, si on passe la bande à l’envers, les messages sont très clairs. En voici quelques exemples :

KISS Chanson : God of Thunder. Message : Le diable lui-même est ton Dieu !

Madonna Chanson : Like a Virgin. Message : Je me vautre dans le péché !

Queen Chanson : Crazy Little Thing Called love. Message : Au diable la bible ! Je ne veux que de la magie !

Police Chanson : Every Little Thing She Does Is Magic ! Message : Ce sont les méchants qui ont le pouvoir !

Rolling Stones Chanson : Tops. Message : Je t’aime, dit le diable !

Prince Chanson : Purple Rain. Message : Le ciel va exploser !

Cindy Lauper Chanson : She Bop Message : Tu es sans défense face au mal et obligé de subir les messages qu’on t’envoie. Ha ! Ha ! Ha !

The Beatles Chanson : Revolution n° 9 Message : Start smoking marihuana (goûte à la marihuana) et Turn me on dead man (Allume-moi,homme mort)

Qui était au courant ?

Les mass media sont visiblement un des principaux instruments qui maintiennent les hommes dans la bêtise et l’ignorance. C’est la raison pour laquelle presque personne n’est au courant des véritables dessous de la politique, de l’économie et de la religion.

Une religion institutionnalisée bouclée par la maçonnerie écclésiastique n’apporte pas que des lourdeurs préjudiciables à la sainteté, à la transformation surnaturelle, à la royauté prophétique, elle en est un ennemi décidé… et fervent. Etre son propre guide et ne pas avoir besoin d’une approbation selon l’esprit de ce monde, est l’expérience la plus religieuse que l’on puisse avoir. Carl G. Jung.

 

( …)
Haut du document

 

 

COMMENT MENER UNE GUERRE BIOLOGIQUE ET PSYCHOLOGIQUE

Chacun de nous a plus ou moins entendu parler de la guerre biologique. On empoisonne, par exemple, en tant de guerre, l’eau de l’ennemi de virus et de bactéries. Il n’y a là rien de nouveau mais ne vous êtes-vous jamais demandés où ces agents toxiques sont testés ? Voici quelques exemples pour votre information : En 1950, un navire de l’US Navy pulvérisa six jours d’affilée des nuages de bactéries, connues sous le nom de bactéries Serratia, au-dessus de la ville de San Francisco en vue de tester la capacité d’attaque et de défense des Etats-Unis au moyen de leurs armes biologiques. Les habitants en ressentirent presque tous les effets. Il est, aujourd’hui, connu que les bactéries Serratia provoquent une sorte de pneumonie qui peut s’avérer mortelle.

L’armée dévoila aussi qu’elle avait fait 239 expériences à l’air libre, dont 80 incluaient des germes, entre 1949 et 1969. Cela signifie qu’il y a eu quatre interventions annuelles sur des villes américaines pendant vingt ans ! D’après les rapports de la CIA, celle-ci aussi, pendant la même période, avait bombardé des villes entières de germes et de bactéries. Ces expériences auraient été arrêtées après 1969.

Les Soviétiques et les Américains, ont testés des armes nucléaires sur leurs propres troupes, entre les années 50 et 60, cela fut diffusé dans un documentaire télévisé sur ARTE, le moyen consistait de faire exploser une bombe nucléaire (dans l’atoll de Bikini dans le Pacifique, pour les américains) et d’y envoyer des troupes en manœuvre, pendant plusieurs semaines, histoire de voir les réactions des hommes face aux radiations ! Bien entendu, quelques mois et années plus tard il n’y eut aucun survivant..

Mais les américains ne furent pas seulement bombardés de germes. Ainsi que la NBC le communiquait le 16 juillet 1981, l’Union Soviétique a soumis le nord-ouest des Etats-Unis pendant plusieurs années à des ondes de basse fréquence. Ces ondes radio furent mises en phase sur des fréquences bio-électriques. Dans le langage technique, elles sont désignées d’ondes « ELF » (Extremly Low Frequency = fréquences extrêmement basses). Elles furent découvertes au début de ce siècle par NIKOLA TESLA (des livres sur Tesla et sur ses inventions se trouvent dans l’appendice sous la rubrique « Energie libre »). Pour ceux qui désirent en savoir plus sur Tesla, aller au chapitre du livre La conspiration cosmique : Remarquable génie : NIKOLA TESLA (note du C.A.R.L.) Tesla collabora avec Edison en 1884 mais il ne tarda pas à se séparer de lui parce qu’il ne partageait pas ses convictions sur la façon de produire de l’électricité. Il se mit alors à travailler avec son concurrent George Westinghouse.
La première centrale à courant alternatif, construite par Westinghouse et par Tesla, fut mise en route en 1892 aux chutes du Niagara.

Peu de temps après, Tesla se projeta dans un « super espace scientifique » où, à notre connaissance, aucun chercheur, à cette époque-là, ne put le suivre.

Seul le banquier J.P. Morgan (J.P. Morgan & Co. représentait la N.M. Rothschild & Co. aux Etats-Unis),qui avait financé Westinghouse, parut avoir saisi la portée des inventions de Tesla. Celui-ci avait commencé à se servir du champ magnétique entourant la Terre et emplissant l’espace (appelé jadis éther) pour lui soutirer l’énergie qui était, évidemment, gratuite. Il utilisa, dans le même temps, le champ énergétique de l’éther pour différentes formes de communications et pour la transmission de l’énergie.

Des sources d’énergie, telles que le charbon, le pétrole et la force hydraulique, de même que les lignes à haute tension devenaient donc superflues. Les bateaux, les autos, les avions, les usines et les maisons pouvaient soustraire l’énergie directement du champ énergétique de l’éther.
Fin 1898, lors de ses expériences à Colorado Springs, financées par J.P. Morgan, Tesla allait produire de l’énergie à partir de l’éther. Nous appelons, de nos jours, cette technologie conversion de l’énergie gravitationnelle ou de l’énergie à tachyons.
Morgan avait bien compris la portée de cette invention : les monopoles de l’électricité, du pétrole, de l’essence, du charbon, etc auraient été menacés.

C’est la raison pour laquelle il provoqua l’arrêt des travaux et fit détruire le centre de Tesla à Colorado Springs.

Mais Tesla ne renonça pas pour autant. Jusqu’à sa mort le 7 janvier 1943, il accumula une foule d’inventions ; certaines furent révolutionnaires et d’autres eurent une portée qui est, de nos jours encore, à peine commensurable et imaginable.

Ses inventions pourraient, même en notre fin de 20ème siècle, transformer, en peu de temps, la Terre en un paradis, ce qui, cependant, comme vous le savez, n’est pas souhaité par les « hommes qui tiennent le gouvernail « .

Outre ses machines à capter l’énergie de l’éther pour la rendre utilisable. Tesla construisit un « Solid-State-Converter » (1931). Celui-ci propulsait un moteur électrique spécial qui, placé dans une lourde limousine, s’avéra avoir les mêmes performances qu’un moteur à essence normal. On fit le test avec une voiture à 130 km/h pendant une semaine, frais de carburant : ZERO ! Cet appareil, de la taille d’une caisse à vin, produisait assez d’énergie pour répondre aux besoins de toute une maisonnée !!! Il réussit aussi à provoquer artificiellement des tremblements de terre grâce à l’induction de secousses du champ de tachyons dont la conséquence est de transmettre des vibrations dans la matière. Un jour, Tesla soumit à un tremblement de ce genre tout un bloc d’immeubles dans une rue de New York. Outre le brevet pour la télécommande de véhicule (1898), il inventa aussi la transmission d’énergie sans fil. Mais ce qui nous intéresse surtout dans le cadre de notre sujet, c’est sa découverte d’ondes stationnaires (dont nous en reparlerons plus tard) et de fréquences extrêmement basses, appelées aussi « effet Tesla ». les expériences de Tesla formèrent le fondement de toutes les recherches modernes dans le domaine de la communication ELF. Si on expose un champ de tachyons aux ondes ELF et qu’on le dirige vers un être humain, certaines de ses fonctions électriques (bioélectrique C.A.R.L.) de son cerveau se déconnectent, ce qui suscite de graves troubles dans sa conscience de veille. Les fonctions neurologiques et physiques subissent un préjudice, dû à un amoindrissement des fonctions intellectuelles, et rendent l’homme, par la même, plus influençable.

C’est ce qui est souhaité, c’est évident à la lecture de l’article de « l’Associated Press » du 20 mai 1983 où il est dit que l’URSS utilise depuis au moins 1960 un dispositif connu sous le nom de LIDA qui a pour but d’influencer le comportement humain avec des ondes radios de basses fréquences. On utilise cet appareil en URSS pour tranquilliser, car il induit un état semblable à la transe. Il permet de traiter des problèmes psychiques et névrotiques ainsi que des problèmes de tension mais on peut aussi s’en servir pour provoquer un état agressif ou dépressif. Des individus, des villes et même des contrées entières de l’URSS ainsi que des Etats-Unis sont, depuis longtemps, soumis à des rayons précis (à des émissions de fréquences précises. note du C.A.R.L.) pour susciter certains comportements au moyen d’exemplaires grands modèles de cet appareil LIDA. Il est possible, si on en croit l’US Defense Intelligence Agency, de faire apparaître dans le cerveau humain des sons et même des mots entiers ainsi que de déclencher par télécommande des attaques d’apoplexie, des défaillances cardiaques, des accès d’épilepsie et d’autres maladies.

Un des premiers cas de la « guerre invisible » dont eut connaissance le public fut le « signal de Moscou ». Lorsqu’en 1962, on chercha des « micros » à l’ambassade des Etats-Unis à Moscou, on découvrit un rayon à micro-ondes qui était dirigé directement sur l’ambassade. L’étude de la CIA portant le nom de Pandora examina pour quel motif les Soviétiques avaient déclenché cette attaque. On découvrit que ces micro-ondes causaient des maux de tête, d’yeux, des vomissements, de la fatigue, une faiblesse générale, des vertiges, une irritabilité, de l’angoisse, de la dépression, des insomnies, des tensions, une inhibition des facultés intellectuelles, un amoindrissement de la mémoire ainsi que des cancers. D’après les informations du conseiller à la sécurité Zbigniew Brzezinski, le personnel de l’ambassade américaine à Moscou accuse le plus haut pourcentage de cancers du monde. Après une courte trêve obtenue à la demande du président Lyndon Jonhson auprès du Premier ministre Alexis Kosygin, les Russes continuèrent à bombarder l’ambassade de micro-ondes.

En se servant des armes « psychotroniques », c a d des armes Tesla relativement faciles à construire, il est aisé de priver de sa conscience de veille tout soldat qui part à l’attaque et de lui enlever, ainsi, toute agressivité. voici un article du « Magazin 2000 », n° 97,de décembre 1993 où on communique à propos des « nouvelles armes psychotroniques » : « Vous souvenez-vous des images de la guerre du Golfe lorsque des milliers de soldats irakiens sortirent de leurs tranchées en capitulant ? Ils se rendirent même aux journalistes qu’ils prenaient pour des soldats et ils furent la proie bienvenue des canons de l’artillerie américaine, bien qu’ils aient brandi leurs drapeaux blancs. De plus en plus d’experts militaires sont persuadés que ce n’est pas le ravitaillement insuffisant des troupes de Saddam Hussein qui a provoqué cette capitulation soudaine et massive mais que ce sont bien les armes psychotroniques de « Mind-Control » des Etats-Unis.

Quelques-unes de ces super-armes de haute technologie se servent des effets qu’ont les ondes de fréquences radio sur le cerveau humain. Ainsi que le relate en janvier 1993 un rapport de la revue spécialisée « Aviation Week and Space Technology », le ministère de la défense des Etats-Unis équipe maintenant des fusées avec du matériel qui peut provoquer des pulsions électromagnétiques (EMP’s) pour « paralyser » l’ennemi sans devoir se servir pour autant de composantes atomiques, biologiques ou chimiques. Avec ce type d’arme, le premier but est de couper les systèmes électroniques ennemis. D’autres appareils produisent des ultrasons, des ondes de sons ELF (de fréquences extrêmement basses) qui provoquent des nausées et des vomissements et perturbent à l’extrême le sens de l’orientation des personnes ciblées. Ces armes ont un rayon d’action d’au moins 2.500 kilomètres…

De même qu’on peut réduire l’agressivité, de même peut-on susciter des foyers d’agression, par exemple des guerres civiles, des soulèvements populaires, des suicides collectifs, de la haine, etc. Les journaux pour spécialistes initiés mentionnent occasionnellement les armes Tesla. Il s’agit d’armes qui, pour être efficaces, utilisent le potentiel énergétique inépuisable du champ de tachyons de l’espace. Les autorités les plus célèbres en la matière sont le colonel de l’armée américaine et physicien Thomas E. Bearden, le physicien américain Sidney Hurwitz et le physicien américain Guy Obelensky. Les deux derniers travaillent, depuis des années, activement pour la défense israélienne.
En 1969, Hurwitz avait construit une arme Tesla qui, dans un rayon d’action de 300 mètres, augmentait ou réduisait énormément le potentiel de gravitation des métaux ferreux. Hurwitz pouvait, par ex., alourdir de plusieurs kilos un petit pistolet et en changer les dimensions, si bien que toutes munitions devenaient inutilisable.

Il poussa plus loin son expérience jusqu’à mettre en lambeau le métal de l’arme comme s’il s’agissait d’une pâte friable. (Ces expériences furent filmées, on peut les voir, entre autres, sur trois vidéos intitulées « UFOs, von der Legende zur Wirklichkeit » (OVNIs, de la légende à la réalité), « Top Secret », et « Der Kontakt » (le contact) de la Royal Atlantis Film GmbH, tél : 19 49 89 9043171. Ces vidéos contiennent aussi des interviews avec Thomas E. Bearden !)

Le thème de la CONDUITE DE LA GUERRE METEOROLOGIQUE n’est sûrement pas familier non plus à la plupart d’entre vous. Avant d’entamer ce sujet, portons notre attention, d’abord, sur le temps atmosphérique. On suppose que le problème majeur du temps anormal que nous avons aujourd’hui vient du fait que la Terre se refroidit lentement alors que la teneur en CO2 a doublé, créant , ainsi, un réchauffement de notre atmosphère, ce qui correspond à « l’effet de serre ».

Un rapport de la « Neue Solidarität » du 24 février 1993 relate : « Comme on a pu le lire récemment dans la revue renommée « Nature », il y a une discordance énorme entre la « catastrophe climatique » prophétisée par les plus grands ordinateurs du monde et la réalité. Dans l’édition du 28 janvier se trouvait un article de J.D. Kahl intitulé « Le manque d’indices pour le réchauffement de l’atmosphère dû à l’effet de serre au-dessus de l’océan Arctique au cours des quarante dernières années. » Le début de l’article montre déjà ce dont il est question :

« D’après les modèles de la circulation atmosphérique, on prévoit un plus grand réchauffement atmosphérique dû à l’effet de serre sous les hautes latitudes. nous publions ici les températures qui ont été mesurées dans la troposphère inférieure au-dessus de l’océan Arctique entre 1950 et 1990. Nous avons analysé plus de 27.000 profils de températures. La plupart des tendances ne sont pas statistiquement significatives. En particulier, nous n’avons pas constaté de réchauffement assez étendu sur la surface tel que les modèles de climat le prédisent ; en effet, nous avons découvert pour les saisons d’automne et d’hiver une tendance significative de refroidissement au-dessus de l’ouest de l’océan Arctique. Cette discordance fait comprendre que les modèles de climat de nos jours ne reflètent pas avec justesse les processus physiques qui influencent les régions polaires. » Moira Timms aussi écrit dans « Der Zeiger der Apokalypse » (L’aiguille de l’Apocalypse) que les stations de surveillance du cercle polaire rapportent une baisse de température de plus de 6° C depuis ces trente dernières années. La « Neue Solidarität » écrit :

« Il serait quand même prématuré d’en conclure que les modèles de serre soient déjà dépassés, pour la simple raison qu’on ne peut les réfuter avec des mesures ni avec d’autres faits scientifiques. Ils sont irréfutables parce qu’ils n’ont rien à voir avec des données scientifiques. Les modèles de climat sont des instruments manipulables sociologiquement parlant, ils permettent, grâce à des paramètres externes en nombre suffisant, d’établir à partir de données d’observation quelconques des scénarios de catastrophes avec un « potentiel d’exécution » politique maximal. C’est pourquoi nous prévoyons que justement les données de l’étude de Kahl, qui contredisent, aujourd’hui, apparemment les modèles de climat, vont compter déjà dans quelques semaines parmi les meilleures preuves de la thèse de l’effet de serre. Il ne faut pas sous-estimer la flexibilité de ce modèle. »

Un sujet dont on ne parle jamais dans les médias est l’arrivée éventuelle d’une époque glaciaire. Il y a beaucoup d’éminents météorologues et géologues qui en sont venus à la conclusion, à l’aide d’échantillons de roches et de terres prélevés pendant des dizaines d’années de tests, que la future période glaciaire se ferait sentir dans les cinquante années à venir. D’après eux, une époque glaciaire serait indépendante de l’effet de serre produit par la pollution de notre atmosphère. Déjà dans quelques décennies, la progression du froid compenserait la hausse actuelle du réchauffement. Il est encore plus inquiétant d’entendre l’affirmation qu’une diminution du rayonnement solaire de 1% suffirait à déclencher la prochaine période glaciaire. La réduction du rayonnement solaire par la pollution est moins inquiétante que l’éventualité d’une gigantesque éruption volcanique qui pourrait considérablement obscurcir la lumière du soleil. Des nuages de poussière de cendres fines dus à une telle éruption peuvent demeurer des années dans la stratosphère et abaisser les températures au sol de plusieurs degrés. On en entend très rarement parler dans les médias. En ce qui concerne la pollution, vous ne devriez donc pas non plus croire tout ce que racontent les médias. Il est préférable d’écouter aussi l’autre version.

Mais il y a encore une autre variante à propos du temps atmosphérique que les médias taisent aussi : Nos conditions atmosphériques actuelles ne peuvent pas toujours passer pour de prétendues « humeurs atmosphériques ». de même, les catastrophes naturelles, tremblements de terre, tempêtes et périodes de sécheresses sont tout autre chose qu’une « punition de Dieu ». Le paragraphe suivant extrait du livre « Zeiger der Apokalypse » (L’aiguille de l’Apocalypse) de Moira Timms le montre bien. On y lit :

« Sans une théorie complète sur les raisons qui sont à la base du changement du climat, les tentatives de l’homme pour le modifier sont certainement dangereuses (comme la thérapie médicamenteuse qui soigne les symptômes sans aller aux causes). Est-ce à quoi Johann Friede fit allusion ? « Tout ne sera pas la conséquence de causes naturelles mais l’humanité en allant trop loin mettra, ainsi, sa vie en jeu. » rien qu’aux Etats-Unis, il y a neuf programmes de modification du temps supportés par le gouvernement fédéral en 1975, sans compter les 66 autres programmes de différents organismes. Ces programmes comportent une multiplicité de recherches climatologiques jusqu’à la projection d’agents de condensation sur les nuages pour provoquer la pluie, éviter la grêle, dissiper les nuages, influer sur les ouragans, détourner des tempêtes de neige, dévier des chutes de neige, engendrer des tremblements de terre et des raz de marée, supprimer des éclairs, etc. Si la tendance actuelle à un temps imprévisible et froid se maintient, les pays qui en souffriront le plus seront l’Amérique du Nord, le Canada, l’Europe du Nord et la Russie.

Voler « le temps » aux pays pauvres à l’aide d’une technologie sophistiquée pourrait devenir un réel problème dans un proche avenir quand des catastrophes « naturelles », telles que la famine et la sécheresses, toucherons les nations moins développées. Cela pourrait même conduire à des guerres. Comme toutes les tentatives pour diriger les forces de la nature, cette technologie provoque des répercussions multiples. Jusqu’à aujourd’hui, il n’y a pas de lois internationales qui limitent le « monopole du temps ». A ce qu’il paraît, il rapporte bien à ceux qui l’ont en main. Provoquer un type de temps dans un endroit n’est possible qu’en diminuant son potentiel dans un autre endroit. « En 1973, le Honduras accusa les Etats-Unis de voler sa pluie et de provoquer une grande sécheresse en détournant artificiellement l’ouragan « FIFI » pour sauver l’industrie touristique de la Floride. Cet ouragan a causé les plus grand dégâts jamais vus dans l’histoire de l’Honduras. Le Salvador, subissant le fléau de la sécheresse, a porté des accusations similaires contre les Etats-Unis, comme le Japon qui croit qu’on lui a volé le peu de pluie nécessaire à toute vie en déclenchant le typhon à Guam. La Rhodésie ainsi qu’Israël furent accusés par les nations voisines de leur voler la pluie. Les Nations Unies travaillent à interdire toute guerre touchant à l’environnement mais c’est une affaire complexe et difficile et il est, pour ainsi dire, impossible d’y arriver.

Lowel Ponte cite dans « The cooling » des fonctionnaires de l’armée qui avouèrent que des avions du gouvernement américain avaient mis fin à l’aridité de terres aux Philippines et aux Açores pour protéger les intérêts militaires des Etats-Unis. Mais on refusa de satisfaire à la requête de plusieurs autres nations appartenant à la zone du Sahel africain où la population souffrait de la sécheresse et mourait de faim. On leur dit qu’ils pouvaient s’adresser à des firmes privées américaines. Ponte décrit aussi des projets qu’ont les Soviétiques et qui visent à modifier de façon draconienne les structures atmosphériques en URSS dans le but d’augmenter la production agraire.

Il y a, de plus, des preuves que l’énorme bouleversement causé au temps en 1982/83 par El Nino dans l’océan Pacifique a été provoqué intentionnellement par une intervention des Soviétiques dans l’ionosphère. Le phénomène appelé El Nino est une perturbation du temps d’origine naturelle dans la région du Pacifique qui se produit environ tous les dix ans. En général, il provoque d’importantes chutes de pluie dans des petites parties du Pérou et dans une zone limitée en face de la côte ouest de l’Amérique du Sud. Cependant, lorsque El Nino eut lieu en 1982/83, ses effets furent énormément changés : les alizés à l’équateur qui soufflent d’Est en Ouest dans l’hémisphère Sud furent, pour ainsi dire, refoulés, ce qui retint les courants d’eau chaude qui s’écoulent normalement vers l’Asie. L’eau se mit alors à refluer et à s’accumuler devant la côte ouest de l’Amérique du Sud. Pour des raisons inconnues des météorologues, les alizés se mirent à souffler dans la direction opposée, ce revirement apporta des chutes de pluie diluviennes au Pérou et causa des périodes de sécheresse en Australie. Ces alizés provoquèrent aussi des tremblements de terre, des coulées de boue ainsi que des tornades dans le Sud de la Californie et le long de la côte est de l’Amérique du Nord et de l’Alaska.

Cet exemple explique précisément les conséquences des ondes ELF qui sont envoyées à travers la Terre vers l’ionosphère à l’aide d’un émetteur-renforçateur Tesla pour provoquer de gigantesques vagues d’ondes stationnaires. Celles-ci servent alors de mécanisme pour bloquer le temps atmosphérique afin de provoquer de façon soudaine un bouchon inattendu avec les alizés soufflant d’Est en Ouest dont nous venons de parler. Déjà en 1978, le Dr Michrowsi du Département d’Etat canadien disait que les Soviétiques avaient réussi à bloquer la résonance électrique de la Terre et qu’ils étaient, par là même, capables d’émettre des ondes stationnaires relativement stables et assez bien localisées grâce auxquelles le Jet stream au-dessus de l’hémisphère Nord pouvait être endigué ou déplacé. Outre les dommages que cause la modification du temps au moyen des ondes ELF sur les structures naturelles du temps, sur le rythme des marées et outre les maladies qu’elle provoque chez l’homme, elle a aussi un effet négatif sur les animaux qui, c’est bien connu, sont dépendants des courants chauds du vent et de la mer pour se déplacer. Ils sont dérangés dans leur rythme naturel et donc condamnés à mort. Des volées d’oiseaux qui recherchent leur île habituelle pour y nicher ne la trouvent plus et des baleines, des dauphins perdent toute orientation à cause des changements de courants de la mer.

(Vous trouverez des informations excellentes dans le livre de Nikola Tesla : « Freie Energie statt Blut und Öl » (Energie libre à la place du sang et du pétrole), paru en 1991 à VAP Verlag, Wiesbaden,de même qu’aux éditions Félix : L’énergie du champ du vide Nikola Tesla.

Le lecteur ne devra pas perdre de vue que dans le cas d’une éventuelle période glaciaire, il n’aura pas beaucoup d’alternatives pour échapper à cette situation ainsi qu’aux conséquences de la pollution. Ceci ne touche cependant guère « l’élite » qui est très consciente, depuis au moins 1957, des conditions dévastatrices subies par notre environnement. Cette année-là, les scientifiques les plus éminents se rencontrèrent à Huntsville, en Alabama, pour exploiter les données et les informations du programme de satellites nouvellement installés. Un des participants, le Dr Carl Gerstein, fit le pronostic suivant : La pollution de la couche supérieure de l’atmosphère et les centaines de milliards de tonnes de CO2 qui s’y sont accumulées, auraient des conséquences catastrophiques d’ici la fin du siècle. On en arriva à penser qu’au siècle prochain, la vie humaine ne serait plus possible à la surface de la Terre. Il s’ensuivit le plan qui, de nos jours, est sûrement connu par la plupart des spécialistes  (…)

Le plan était le suivant : ALTERNATIVE 1 : faire exploser une ogive nucléaire dans la stratosphère pour permettre au CO2 de se volatiliser.(….) Elle fut déclarée, plus tard, trop dangereuse et fut exclue du plan. Par contre, les deux autres alternatives furent lentement mais sûrement mises en place. ALTERNATIVE 2 : d’après mes recherches, elle comprend 75 villes souterraines dont 65 sur le seul continent de l’Amérique du Nord, une dans les Alpes suisses, une à Transvaal, en Afrique du Sud, et une à Pine Gap, en Australie (les autres noms m’ont échappé, car je n’ai eu que peu de temps pour consulter cette liste). Parmi les villes souterraines aux Etats-Unis se trouvent les bases souterraines de Dulce Base à New Mexico; Area 51 à Groom Lake, au Nevada; le « Country Club » à Maryland et Los Alamos, surnommé « Dreamland », en Californie. On y mène aussi des expériences génétiques sur l’homme (des clones), on y fait des essais en vol et on y construit des soucoupes et on y teste des inventions, telles que les groupes motopropulseurs pulsar

(Vous trouverez plus de renseignements sur PINE GAP et NIKOLA TESLA dans le livre « Cosmic Conspiracy » (la conspiration Cosmique) de Stan Deyo, au édition Louise Courteau FNAC City 2 BXL Tel : 02/209 22 11 /209 22 17

(…)

ALTERNATIVE 3 : Ce projet se serait concrétisé à partir de 1959. On avait déjà construit des soucoupes américaines à la fin des années 50 avec l’aide de scientifiques allemands qui avaient participé à la construction de soucoupes en Allemagne sous le troisième Reich, entre autres grâce à Victor Schauberger (le Vril 7) et grâce à la technologie basée sur l’étude de soucoupes retrouvées écrasées à l’ouest des Etats-Unis.

(….)

Ainsi que vous pouvez vous en rendre compte, le sujet des « OVNIs » a parfois une signification beaucoup plus terrestre et réaliste qu’on ne le croit. Vous comprendrez maintenant, je l’espère, pourquoi d’énormes sommes d’argent sont dépensées : il faut faire taire les chercheurs qui trouvent le secret de la construction d’engins volants fonctionnant grâce à un carburant qui ne peut être monopolisé ou taxé par un quelconque konzern sur notre Terre. Il y a, cependant, des personnes privées qui ont construit ces types d’engins et s’en servent, ce qui est, évidemment, loin de plaire aux multinationales. Il faut savoir qu’on ne peut pas acheter tous les scientifiques et tous les inventeurs. Certains ont compris que plutôt que de faire breveter une telle invention, il valait mieux la mettre aussitôt en production. Dans le cas contraire, ils auraient très vite quelqu’un à leur porte, soit pour leur acheter leur brevet et le faire disparaître à jamais, soit pour les menacer puisque l’élite ne désire pas que ces inventions voient le jour. Si vous vous intéressez de plus près à ce genre d’engins volants ou aux machines à « énergie libre », écrivez à l’adresse de l’éditeur qui vous fournira les renseignements nécessaires pour obtenir des contacts.

 

Haut du document

 

LA SITUATION ACTUELLE

Les Illuminati tiennent le monde dans leur filet par l’intermédiaire des banquiers internationaux qui sont en liaison avec les sociétés d’élite déjà mentionnées et par les empires qu’ils ont construit. Ils sont sur le point de renforcer encore plus leur mainmise sur cette planète. Leur contrôle principal s’exerce grâce aux dettes nationales des pays.

En outre, il existe une force de police internationale qui maintient « dans les rangs » les Etats indépendants, tels que la Libye et l’Iran : ce sont les troupes de l’ONU. La Libye qui manifeste son indépendance par rapport au contrôle international représente un défi pour le Nouvel Ordre mondial. Mu’ammar Khadhafi est présenté par les médias comme un terroriste, ce qui permet de justifier les agressions contre son pays. Voilà encore ce qui s’appelle un bel exemple de lavage de cerveau.

GEORGE BUSH fut un des meilleurs partenaires que les Illuminati aient jamais eus, et il devra le rester jusqu’à son dernier souffle, car il est fortement impliqué dans le trafic illégal de la drogue (§ 8 des Protocoles). (à voir absolument : A qui Profite la Cocaïne : un reportage époustouflant, interviews des directeurs de la DEA (Drug Enforcement Agency, d’analystes du Congrès des Etats-Unis, d’agents de la DEA,l’implication du gouvernement américain, de la CIA et des militaires dans le trafic de drogue pour le financement de la lutte contre le communisme, les sandinistes et de sales petites guerres, ainsi que l’intervention militaire américaine musclée au Panama, pour soi-disant coincer le général Noriega (valet de la CIA ensuite bouc émissaire des Etats-Unis), il faut signaler aussi que l’armée Panaméene devenait trop nationaliste, rappelons que le canal de Panama représente une position extrêmement stratégique à plusieurs niveaux, signalons aussi que cette intervention militaire fut une hécatombe parmi les civils, ce fut aussi pour les américains un excellent banc d’essai pour leurs nouvelles armes tactiques, juste avant la guerre du Golfe, bien entendu, au niveau médiatique ce fut le black-out total. Réalisation : Mylène Sauloy et Gilles de Maistre, une coproduction : France 2 et Shoot Again Capa, diffusé sur antenne (France 2) en deux parties : 1er partie le 16/02/94 « Le nerfs de la guerre » 2ème partie le 23/02/94 « L’arme à double tranchant. Rediffusion le 06/11/1996. Le reportage est disponible en vidéo : Shoot Again Capa Boulevard Jean Jaurès, 221, 92100 Boulogne, France Tél : 00331 46 94 00 25. (Note du C.A.R.L. Emmanuel Xedah.)

GEORGE BUSH père est ex-directeur de la CIA, ex-président des Etats-Unis, ex-chef du Council on Foreign Relations (CFR), membre de l’ordre Skull & Bones, membre de la « Commission Trilatérale » et membre du « Comité des 300 ». Son concurrent aux dernières élections présidentielles, BILL CLINTON, le président actuel, est membre du CFR, des « Bilderberger » et membre à vie de « l’ordre De Molay » franc-maçonnique. Il est aussi membre de la « Commission trilatérale » depuis le début des années 80. Les plus proches collaborateurs de Clinton qui ont les meilleures chances d’accéder à des postes avancés dans le gouvernement font aussi partie de la « Commission trilatérale », parmi eux son principal conseiller en économie Félix Rohatyn de la banque new-yorkaise « Lazard Brothers », Paul Volcker, ex-chef de la banque d’émission sous Carter, Robert Hormats de la banque new-yorkaise « Goldman Sachs », sa conseillère pour les questions commerciales Paula Stern ainsi que son conseiller en politique extérieure Warren Christofer. L’équipe la plus restreinte de Clinton compte, en outre, des personnes en vue du « Council on Foreign Relations » (CFR) et du « Brookings Institute » dont les plus importantes sont les banquiers Peter Petersen, Robert Rubin et Roger Altman.

Ce qui signifie donc que les deux candidats aux élections étaient des partenaires à 100% des Illuminati et que les citoyens des Etats-Unis n’avaient le choix qu’entre eux deux. Cela rappelle beaucoup les élections du Parti socialiste unifié d’Allemagne, le SED, en ex-RDA. Il se passe la même chose en Allemagne avec ses chanceliers. Brandt était membre du « Comité des 300 » et des « Bilderberger ». Schmidt et Kohl appartenaient aussi aux « Bilderberger ». Engholm qui se retira entre-temps et qui aurait été, cependant, le rival de Kohl aux élections suivantes, fait partie aussi des « Bilderberger » et du « DGAP ».

Le gouvernement des Etats-Unis reconnaît désormais la constitution des Nations unies comme étant la « loi mondiale ». Nous sommes très proche de la création d’un « gouvernement supra-mondial » que toutes les nations de la Terre vont reconnaître (voir § 9 des Protocoles).

En Russie aussi, nous avons assisté à un coup de maître. Boris Yeltzin a repris la charge de Gorbatchev. La prétendue dissolution du régime ne correspond, en fait, qu’à un changement de nom. L’appareil militaire est non seulement le même, mais il est plus puissant que jamais. Un des derniers actes posés par Bush fut une injection de 12 milliards de $ pour renforcer cet appareil militaire. N’avez-vous pas déjà remarqué que malgré les sommes énormes que Clinton envoie en Russie, les Russes meurent de faim ? Savez-vous tout ce qu’on pourrait améliorer grâce à ces sommes d’argent ?

Tout l’argent passe, en fait, dans la production d’armes et dans l’appareil des services secrets. D’après les « Vertrauliche Mitteilungen » (Communications confidentielles) du 12 octobre 1993, l’exportation d’armes de la Russie n’a baissé en 1992 que de 1,8 milliards de $. Cela ne correspond qu’à environ 6% des exportations d’armes de 1986, année de pointe où les exportations s’élevaient à 26 milliards de $.

Quand la CEI (Communauté des Etats indépendants) va se joindre à l’armée américaine dans les troupes de l’OTAN et de l’ONU, les hommes vont croire à une alliance des deux superpuissances qui furent ennemies pendant des décennies (ce qui, en vérité,  n’a jamais été le cas). D’autres nations s’y associeront librement ou seront contraintes d’y adhérer sous la pression de la future armée mondiale. Eduard Shewardnatse, ex-ministre des Affaires internationales de la Georgie et général de division du KGB, mêlé à la torture et à la répression politique, devient soudain un ami proche du secrétaire d’Etat américain George Baker et se voit proposé le poste de secrétaire général des Nations unies par des mass media, tels que le New York Times (c’en est trop !) Le FMI (le Fonds Monétaire International) devient de plus en plus la force dominante dans les économies locales des Etats du Commonwealth. C’est sous sa direction que le prix de l’essence passa de 4 à 30 roubles par gallon en avril 1992. Le Congrès des délégués du peuple russe est sur le point de se révolter contre les exigences du FMI, ce qui est compréhensible puisque la Russie est dans un état déplorable.

La guerre de Yougoslavie, nous l’avons vu, fait aussi partie du scénario des Illuminati qui désirent créer un « deuxième Proche-Orient » au sud de l’Europe pour empêcher un éventuel nouvel ordre eurasien. Si jamais l’Allemagne essayait de sortir des griffes des Illuminati, ceux-ci pourraient facilement l’en empêcher en provoquant une attaque de la part des Serbes, ce qui serait d’autant plus facile que l’Allemagne a déjà été désignée comme ennemie n° 1 dans la propagande de la Grande Serbie.

Voici une citation d’un rapport des « Vertraulichen Mitteilungen » (communications confidentielles) du 20 juillet 1993 pour étayer mes propos : « Dans l’ex-village olympique des sports d’hiver Pale, non loin de Sarajevo, une personnalité britannique très remarquée s’est vue attribuer un des plus beaux appartements situé porte à porte avec le bureau du chef serbe bosniaque KARADZCIC. Son nom : Sir ALFRED SHERMAN. « Sherman a la réputation en grande Bretagne d’avoir « déniché » Margaret Thatcher ». Lorsque le Parti des conservateurs entra en crise à cause du départ d’Edward Heath, ce fut Sherman qui proposa alors comme chef du parti Madame le Premier ministre, qui allait se montrer si brillante par la suite. Tous deux fondèrent le « Centre for Policy Studies ». Madame Thatcher anoblit Sherman, en témoignage, dit-on, de sa reconnaissance. Celui-ci est présenté à Pale comme le conseiller des relations publiques de Karadzcic. Mais en réalité, le chef des Serbes synchroniserait chacun de ses pas politiques avec Sherman. Des observateurs locaux confirment qu’aucun jour ne se passe sans que les deux hommes n’aient de profonds échanges.

Les BILDERBERGER sont une des plus puissantes organisations internationales qui visent à un « Gouvernement mondial unique ». Leurs activités sont tenues si secrètes que maints députés du Bundestag prétendent toujours que cette organisation n’existe pas. Est-ce dû à une ignorance qui va jusqu’à l’entêtement ou à une volonté de dissimuler son existence ? En mai 1973, 84 membres des Bilderberger se réunirent à Saltsjöbaden, en Suède, (dans une propriété de la famille des banquiers Wallenberg) avec le but de consolider l’hégémonie défaillante des financiers anglo-américains afin que ceux-ci reprennent le contrôle mondial des opérations financières.

C’est pour cette raison que les Bilderberger eurent recours, de nouveau, à cette arme providentielle qu’est le pétrole et qui a déjà si souvent fait ses preuves.

Ils décidèrent d’augmenter de 400% le prix du pétrole afin de soutenir la monnaie américaine à l’aide des pétrodollars, ce qui s’est effectivement produit (d’après le journal Spotlight). Il est intéressant de souligner que c’était ROBERT D. MURPHY qui organisa cette rencontre à Saltsjöbaden. Mentionnons son parcours digne d’intérêt : Il rencontra Adolf Hitler la première fois en 1922 alors qu’il était consul général aux Etats-Unis. Il envoya à Washington un rapport des plus favorables sur sa rencontre avec Hitler et sur les capacités de ce dernier.

Murphy fut en 1944 le « conseiller politique dans le gouvernement américain pour l’Allemagne » et en 1945 le « conseiller politique du gouvernement militaire américain en Allemagne ». En 1988, la rencontre des Bilderberger, à laquelle participa aussi le chancelier Kohl, eut lieu à Telfz, près d’Innsbruck, en Autriche.

Une autre rencontre eut lieu à Baden Baden du 6 au 9 juin 1990. Un des sujets abordés fut le plan Marshall qui prévoyait 100 milliards de $ pour soutenir la CEI et qui exigeait, en compensation, que les Etats de la CEI adoptent l’économie libre de marché. Lors de cette réunion, il fut décidé aussi que Saddam Hussein entrerait au Koweït.

La dernière rencontre dont j’ai eu connaissance fut celle d’Evian à l’hôtel Ermitage le 20 mai 1992 en France. Son principal contenu, dénommé « l’agenda 2000 », concernait le gouvernement mondial tel qu’il était prévu jusqu’à l’an 2000. Comme vous le voyez, ce gouvernement mondial est plus actuel que jamais, même s’il n’en paraît rien.

Willy Brandt, mort entre-temps,(et qui était membre des »Bilderberger »et du « Comité des 300 ») avait écrit un livre intitulé « Nord-sud, ein Überlebensprogramm » (Nord-Sud, un programme de survie) où il décrit un gouvernement mondial mis en place par les Nations unies (d’ici l’an 2000).

La « ANTI-DEFAMATION LEAGUE » (ADL) de la B’NAI B’RITH est une agence d’espionnage non-officielle à l’étranger qui travaille pour Israël et qui a porté ces dernières années beaucoup d’accusations contre les enquêteurs, spécialement contre le journal « Spotlight ». Elle collabore avec le « RITE ECOSSAIS DES FRANCS-MAçONS », ce qui pourrait expliquer pourquoi elle opte si nettement pour le maintien du monument d’Albert Pike et s’oppose à l’économiste LYNDON LAROUCHE qui fut plusieurs fois candidat aux élections présidentielles. LAROUCHE se trouve incarcéré depuis le 29 janvier 1989 dans l’Etat du Minnesota en tant que prisonnier politique après avoir été condamné à 15 ans d’emprisonnement suite à un scandale judiciaire mis en scène par l’establishment américain. LaRouche était devenu aux yeux des Illuminati un opposant très gênant, car il avait découvert les enchevêtrements entre l’establishment, le Ku Klux Klan, l’ADL, la B’nai B’rith, le Rite écossais, le CFR, la Commission trilatérale, etc. et eut le tort d’en parler publiquement. Suite à la propagande largement mise en oeuvre par l’ADL, il passa pour être un extrémiste de droite alors qu’il s’était battu avec acharnement pour que la statue d’Albert Pike (fondateur du Ku Klux Klan) soit supprimée à Washington.

Concernant le président BILL CLINTON (ex-gouverneur d’Arkansas) : le journal « Neue Solidarität » nous informe dans son article sur le Ku Klux Klan que « le prêtre W.O. VAUGHT était un franc-maçon du 32ème degré du Rite écossais (c a d « maître du secret royal). Il fut le maître spirituel et le père adoptif de BILL CLINTON et coopéra avec lui. En tant que gouverneur d’Arkansas, un Etat où est fortement enracinée la tradition spirituelle d’Albert Pike, Clinton soutint la peine de mort et la fit appliquer plusieurs fois : Dans la pratique, cela signifie l’exécution de Noirs et de pauvres. Ainsi que le fils de Vaught le déclarait récemment, Clinton et Vaught ont la même conception religieuse qui permet de tuer des prisonniers et des fœtus (spécialement d’enfants noirs).

Gary Allen écrit à ce sujet :

« Une raison fondamentale pour laquelle on a rayé de l’histoire le rôle joué par les banquiers internationaux dans la politique s’explique par le fait que les Rothschild étaient juifs. Les antisémites se sont livrés aux mains des conspirateurs en falsifiant les textes des Protocoles, plus exactement en les formulant à l‘identique mais en désignant les juifs comme étant les conspirateurs. Rien ne peut être plus éloigné de la vérité. Les institutions bancaires traditionnelles anglo-saxonnes de J.P. Morgan et Rockefeller ont eu, elles aussi, un rôle primordial dans la conspiration. Néanmoins, on ne peut nier le rôle moteur des Rothschild et de leurs satellites  « Il est, cependant, tout aussi injuste et absurde de faire porter la faute à tous les juifs de ce dont les Rothschild sont coupables. C’est comme si nous rendions responsables tous les baptistes des actes criminels des Rockefeller. Les juifs parmi les conspirateurs utilisent une organisation qui s’appelle « Ligue anti-diffamatoire » (Anti-Defamation League, ADL); cette organisation leur sert d’instrument pour convaincre tout un chacun que le seul fait de parler négativement des Rothschild et de leurs alliés est une attaque contre les juifs. C’est hélas  ce motif diabolique qui a guidé les Rothschild vers l’organisation victimale du génocide des juifs ( j’ai des témoignages de juifs ayant échappé aux camps, qui savent que ce sont les initiés de leur peuple qui les ont livrés à la Gestapo, et qui avaient programmé le sacrifice des leurs …c’est trop bouleversant pour insister davantage sur cette infâmie qui fait honte à notre race élue : Ndr du Père Nathan ),  pour pouvoir en endosser les effets psycho-politiques, et les effets d’immunité à long terme   :  de cette façon  ils ont pu étouffer presque toutes les informations authentiques sur les banquiers internationaux et en faire un sujet tabou dans nos universités.

Tout individu ou tout livre qui cherche à en savoir plus est aussitôt attaqué par des centaines de comités de l’ADL qui se trouvent dans tous les pays. L’ADL ne se laisse jamais détourner ni par la vérité ni par la logique de sa tactique parfaite de diffamation. En vérité, personne n’est plus en droit d’en vouloir aux Rothschild si ce n’est les juifs eux-mêmes. Les Warburg, une partie de l’empire Rothschild, ont aidé à financer Hitler…(« Die Insider »,p.51)

Il nous faut, à présent parler du Japon. Le Japon est pour beaucoup de spécialistes le pays le mieux préparé aux changements globaux qui vont être apportés par la technologie au siècle prochain. Qu’il y ait des Japonais éminents dans la COMMISSION TRILATERALE ne signifie pas que le Japon est infiltré à 100%. L’élite japonaise est, en effet, englobée si puissamment dans un réseau de loges secrètes nationales que les multinationales anglo-américaines n’ont pu avoir, jusqu’à présent, qu’une moindre influence sur la puissance économique du Japon. C’est ce que montre très bien le livre écrit par AKIO MORITA, chef de SONY et par SHINTARO ISHIHARA, politicien en vue au Japon, intitulé « Le Japon qui sait dire non ». Le livre qui était, au départ, seulement destiné aux Japonais, fait l’effet d’une bombe ! Il traite les Etats-Unis d’ami indésirable, de pays raciste et laisse à penser que le Japon pense lui rendre la monnaie de la pièce suite aux conditions de capitulation qui lui furent imposées. Les auteurs décrivent les Etats-Unis vus du côté des Japonais comme un colosse vacillant pourri du dedans, sur le point de succomber, après un coup mortel, sous sa bannière étoilée flottant tel un linceul. Selon eux, le Japon a obligé le système économique américain à capituler de facto. Ces mêmes auteurs disent sans détour ce que jusqu’alors les hommes d’affaires influents au Japon n’osaient exprimer que dans des cercles privés et en catimini : « L’armée américaine a bombardé pendant la Deuxième Guerre des cibles civiles en Allemagne mais ce n’est que sur le Japon, qui était, pourtant, prêt à capituler, qu’elle a lancé des bombes atomiques pour faire des tests et par là même montrer au monde sa force de dissuasion. ça, c’est une preuve abominable de racisme. »

Ceci renforce les dires de quelques personnalités éminentes au Japon qui ne cachent pas que les Japonais visent la destruction de l’économie américaine pour venger Hiroshima et Nagasaki. On les entend dire, par exemple : « Le Japon est en guerre avec les Etats-Unis. Nous vaincrons économiquement les Etats-Unis et nous userons de représailles pour nous venger des humiliations que nous ont imposées les Etats-unis dans le Pacifique. » (CODE Nr.2,février 1990)

D’après un article du « Wall Street Journal » de septembre 1991, presque un tiers des cent plus grandes banques mondiales et quatre sociétés d’assurance parmi les cinq premières du monde sont japonais. Une grande partie des propriétés foncières de Nouvelle-Zélande, la majeure partie des hôtels et des konzerns de la côte Est australienne et une grande partie des forêts canadiennes appartiennent à des Japonais. L’avenir nous dira dans quelle mesure les Japonais sont vraiment contrôlés et manipulés par les Illuminati.

L’ « agence des Etats-Unis pour le développement international » (USAID) est encore une autre organisation qui n’est pas ce qu’on croit. D’après le livre « Strategie der Spannung » (La stratégie de la tension) d’Anton Chaitkin et Jessica Primack, elle sert à camoufler les opérations accomplies par les espions de la CIA et c’est à elle aussi qu’incombe la principale responsabilité des interventions anglo-américaines dans toutes les parties du monde.
Il existe, par exemple, un programme USAID d’un montant de 300 millions de $ pour contrôler les naissances dans les pays du tiers monde dont la mission principale est de stériliser les populations de couleur.

Haut du document

  1. RON HUBBARD, décédé, fondateur de la scientologie, est une autre personnalité au passé intéressant. Puisque nous nous intéressons dans ce livre aux dessous de l’histoire, regardons de plus près ce qui se rapporte à la vie de Ron Hubbard, dont l’organisation a été minutieusement et publiquement décortiquée. Dans les premiers jours du MK ULTRA, du programme de contrôle de la conscience des Etats-Unis : Projet ultra secret de la CIA qui fut mené après les années 50 par des psychologues et sociologues américains pour tester le changement de conscience provoqué par des drogues. Ces expériences ne furent pas faites avec des cochons d’Inde mais sur des étudiants américains. Des scientifiques financés par le Département d’Etat leur donnaient des stupéfiants et drogues psychédéliques, soit avec leur accord, soit à leur insu. Ces expériences menées massivement entraînèrent la percée du « mouvement hippie » aux Etats-Unis. L’ex-officier de marine Hubbard, au courant de ce que la marine faisait en secret, se mit alors à étudier les mécanismes de la pensée humaine. Après avoir refusé de se joindre aux recherches gouvernementales ainsi qu’aux groupes de psychiatres, il publia le livre « LA DIANETIQUE », la science moderne de la santé mentale. » Le livre proclamait que la liberté et l’intégrité de l’esprit étaient le droit de naissance de l’humanité. Le livre fut un best-seller et les techniques d’ « auditing » d’Hubbard eurent de très bon résultats. Dans le but d’asservir les hommes, le gouvernement se servit, en secret, de quelques-unes des méthodes qu’Hubbard avait proposées dans la scientologie pour que les êtres humains accèdent à la liberté de l’esprit. D’autres techniques décrites par Hubbard étaient, en fait un antidote aux méthodes MK ULTRA du contrôle de la conscience. Le gouvernement américain entama alors contre Hubbard une campagne de diffamation diabolique qui fut menée par une section de contrôle de la pensée de la CIA. Cet auteur, à l’époque encore jeune, avait révélé, vraisemblablement involontairement, la clé du secret le mieux gardé de la guerre froide. Son bureau fut fracturé et on lui vola un protocole qui décrivait les mécanismes de contrôle de la pensée désignés aujourd’hui sous le nom de « PSYCHOTRONICS ». Hubbard et ses collègues furent agressés physiquement et échappèrent de peu à une tentative d’enlèvement. Hubbard, cependant, n’est pas un agneau innocent, comme nous le montre bien l’influence énorme exercée par l’Eglise de scientologie ( certains cadres supérieurs de multinationales et de certaines banques sont issus d’une formation « poussée » en scientologie par ex. Général Motor et la BBL (Banque Bruxelles Lambert) Note du C.A.R.L. Hubbard était, certainement au courant de maints faits essentiels se rapportant à des événements mondiaux, il ne se contenta pas de passer ses « années de magicien » dans l’ « Eglise Thelema » d’Aleister Crowley en Californie mais se débrouilla pour se hisser jusqu’au 33ème degré du Rite écossais franc-maçonnique (peut-être même jusqu’à celui d’ Illuminati) Sa formation l’ayant familiarisé aux principes du pouvoir, il utilisa des techniques, dont le gouvernement se servait à la même période contre le peuple, pour intégrer aussi ses scientologues dans un système hiérarchique.

Une autre personne à l’influence internationale est l’ex-président français François MITTERAND, grand maître du « Grand Orient », loge franc-maçonnique la plus importante en France, et membre du « Comité des 300 ».

Signalons que chez les francs-maçons et aussi chez les chrétiens, 90% des membres sont utilisés par l’élite et qu’ils n’ont, pour la majorité, pas la moindre idée de ce qui se trame au sommet. C’est exactement pareil pour le « Lions Club », le « Rotary », etc… (L’éminent franc-maçon Paul Harris fonda le Rotary International sur l’ordre de la loge B’nai B’rith en 1905 à Chicago ; cette même loge créa le Lions International, également à Chicago, en 1917. Ces organisations sont très actives au niveau social aux bas degrés de la hiérarchie, et leurs programmes sont excellents. En général, les francs-maçons ou les chrétiens s’efforcent, par leur présence, de contribuer de façon constructive à la vie quotidienne. La plupart, au moins, ont à cœur de donner cette image. Une longue étude de l’homme est souvent nécessaire pour comprendre ce qui se passe en son for intérieur.

« On les reconnaîtra à leurs fruits. »

On peut dire, en principe, que plus on monte dans la « pyramide », (dans la hiérarchie) où les vrais secrets sont gardés, plus l’état d’esprit s’inverse si on le compare à celui des premiers degrés. Jacob Schiff fut, par exemple, un membre élevé de la « B’nai B’rith » et fut aussi celui qui manigançait dans l’ombre la révolution bolchevique. Franklin D. Roosevelt, grand maître des francs-maçons, a engagé beaucoup de réformes sociales pendant sa présidence mais il fut aussi celui qui a plongé les Etats-Unis dans la guerre et lancé l’attaque sur Pearl Harbour. Ce fut également lui qui complota lors des « trois grandes rencontres » avec Churchill et Staline pour vendre l’ Europe de L’Est aux communistes. Comme on le voit, il s’avère qu’il est d’une grande efficacité de conserver un secret et que cette méthode est souvent employée.

Haut du document

 

Aperçu des plus importantes organisations connues des Illuminati : La Pieuvre Noire

JOHN TODD, ex-membre du « conseil des 13 », décrit ainsi la pyramide : « Le sceau fut créé sur l’ordre de la famille Rothschild à Londres (d’après le livre d’Ayn Raud « Atlas shrugged », il s’agissait de Philippe Rothschild, note de l’auteur). C’est une organisation luciférienne avec, à sa tête les Rothschild. On y trouve des francs-maçons, des communistes et des membres d’autres associations. Cette organisation est très répandue. On y traite de politique et de finances et on y projette l’instauration d’un gouvernement mondial unifié. Cette organisation fera tout ce qui est en son pouvoir pour instituer ce gouvernement mondial même si cela exige une troisième guerre mondiale. Cette organisation s’appelle les « Illuminati »,mot qui signifie les « porteurs de lumière ».

Todd ainsi que Coralf (Maitreya, le futur maître du monde) décrivent les différents degrés comme suit :

L’ « oeil qui voit tout »

« C’est l’oeil de Lucifer. C’est l’esprit qui guide, l’instance dirigeante intérieure. »

RT

« C’est la famille Rothschild, le tribunal Rothschild. Les Illuminati les considèrent comme dieux incarnés et leur parole fait office de loi.

Le conseil des 13

« C’est le grand conseil des druides, les 13 grands druides qui forment la prêtrise privée des Rothschild.

Le conseil des 33

« Y sont représentés les francs-maçons des rangs les plus élevés du monde de la politique, de l’économie et de l’Eglise. Ils sont l’élite du « Comité des 300 ». (D’après Todd et Coralf.)

Le comité des 300

Créé en 1729 par la BEIMC (British East India Merchant Company) pour s’occuper des affaires bancaires et commerciales internationales et soutenir le trafic d’opium, le « Comité des 300 » est dirigé par la Couronne britannique. Il représente le système bancaire mondial dans sa globalité et compte, en plus, les représentants les plus importants des nations occidentales. Toutes les banques sont reliées aux Rothschild par le « Comité des 300 ».

Le Dr John Coleman publie dans son livre « Conspirators Hierarchy » : The Committee of 300″ (La hiérarchie des conspirateurs : Le Comité des 300) les noms de 290 organisations, 125 banques ainsi que ceux de 341 membres actuels ou anciens du Comité des 300 ; je vous communique quelques noms :

Balfour Arthur Brandt Willy Bulwer-Lytton Edward (auteur de « The Coming Race ») Bundy McGeorge Bush George Carrington Lord Chamberlain Huston Stewart Constanti, maison d’Orange Delano, famille Frédéric Delano fut membre du comité directeur de la Federal Reserve Drake Sir Francis Du Pont, famille Forbes John M. Frédéric IX, roi du Danemark George Lloyd Grey Sir Edward Haig Sir Douglas Harriman Averill Hohenzollern, maison des House, Colonel Mandel Inchcape Lord Kissinger Henry Lever Sir Harold Lippman Walter Lockheart Bruce Loudon Sir John Mazzini Giuseppe Mellon Andrew Milner Lord Alfred Mitterand François Morgan J.P. Norman Montague Oppenheimer Sir Harry Palme Olof Princesse Beatrix Rainier, Prince Reine Elisabeth II Reine Juliana Retinger Joseph (Ratzinger ?) Rhodes Cecil Rockefeller David Rothmere Lord Rothschild Baron Edmond de Shultz George Spellman Cardinal Thyssen-Bornemisza, Baron Hans Heinrich Vanderbilt, famille von Finck Baron August von Habsburg Otto von Thurn und Taxis Max Warburg S.G. Warren Comte Young Owen

Les organisations les plus influentes agissant dans l’ombre sont :

Le Council on Foreign Relations (CFR)

Fondé par la « Round Table » en 1921, on lui donne aussi le nom d’ « establishment », de « gouvernement invisible » ou de « ministère Rockefeller des Affaires étrangères ». Cette organisation à moitié secrète, dont les membres sont exclusivement des citoyens des Etats-Unis, compte parmi les plus influente de ce pays. Le CFR exerce, de nos jours, un contrôle étroit sur les nations occidentales, que ce soit de façon directe, parce qu’il est en relation avec des organisations du même genre, ou que ce soit par l’intermédiaire d’institutions, telles que la « Banque mondiale » qu’il préside. Depuis sa création, tous les présidents des Etats-Unis, sauf Ronald Reagan, y étaient déjà membres avant leur élection. En revanche, le vice-président de Reagan, George Bush, était membre du CFR. Il en fut même le directeur en 1977. Le CFR est contrôlé par le syndicat Rockefeller et sert à concrétiser son but : la création d’un « Gouvernement mondial unique ». Le cercle le plus intime du CFR est l’ordre de « Skull & Bones ».

Skull & Bones

Ses propres membres l’appellent « The Order » (l’ordre). Beaucoup le connaissent depuis plus de 150 ans comme groupe local 322 d’une société secrète allemande. D’autres lui donnent le nom de « Brotherhood of Death » (Fraternité de la mort). L’ordre secret de « Skull & Bones » (traduction mot à mot : crâne et os, ceci est très intéressant,question : quel est l’insigne qui orne les képis des SS ? réponse : un crâne avec deux os croisés à la base du crâne ! Note du C.A.R.L. Emmanuel Xedah. L’ordre « Skull & Bones » fut introduit par William Huntington Russel et Alphonso Taft à l’Université de Yale en 1833. Russel, après avoir été en Allemagne où il fit ses études en 1832, l’introduisit ensuite à Yale. En 1856, il fut incorporés au « Russel Trust ». Cet ordre forme, entre autres, le « noyau » (l’élite) du CFR. Le noyau de Skull & Bones, à son tour, s’appelle la « Jason Society ». Les familles suivantes dominent cet ordre depuis 1833 : Rockefeller (Standard Oil) Harriman (chemins de fer) Weyerhaeuser (commerce de bois) Sloane (commerce de détail) Pillsbury (minotier) Davison (J.P.Morgan) Payne (Standard Oil)

Issus du Massachusetts : Gilman (1638,Hingham) Wadsworth (1632,Newtown) Taft (1679, Braintree) Stimsom (1635, Watertown) Perkins (1631, Boston) Whitney (1635, Watertown) Phelbs (1630, Dorchester) Bundy (1635, Boston) Lord (1635, Cambridge)

(extrait de « Skull & Bones » et « The Two Faces of George Bush », Les deux faces de George Bush, d’Anthony C. Sutton.) Dans ce livre, nous avons suffisamment mentionné que cet ordre est relié à beaucoup d’autres organisations. Il est aussi en rapport avec le groupe de lord Milner « The Round Table » duquel est issu le CFR.

La Round Table

La « Round Table » vit le jour le 5 février 1881 grâce à Cecil Rhodes en Angleterre. Ses membres fondateurs furent, entre autres, Stead, Lord Esher, Lord Alfred Milner, Lord Rothschild , Lord Arthur Balfour. La structure de ce groupe était comme celle des SS d’Hitler, calquée sur la société de Jésus, l’ordre des Jésuites.

Son but principal était d’élargir la domination britannique et l’utilisation de la langue anglaise dans le monde entier. D’après mes sources, Rhodes visait à un gouvernement mondial pour le biens des hommes mais la « Round Table » fut, plus tard, infiltrée par des agents des Illuminati. Ce groupe est relié aux sionistes par la famille Rothschild ainsi qu’aux familles américaines Schiff, Warburg, Gugenheim et Canergie. Lord Milner en prit, plus tard, la direction. En sont issus le « Royal Institute of International Affairs » (RIIA) et le CFR. Milner est aussi un des membres principaux du « Comité des 300 ». L’ « Institut for Advanced Study » (IAS) pour lequel travaillèrent Robert Oppenheimer et Albert Einstein est issu de la « Round Table ». Ceux-ci construisirent, plus tard, pour le IAS la première bombe atomique. L’organisation annexe allemande du RIIA et du CFR est la DGAP,la « Deutsche Gesellschaft für Auswärtige Politik » (Société allemande de politique extérieure). Elle fut fondée le 29 mars 1955 et se proclame indépendante, au-dessus des partis. Ses membres débattent des problèmes politiques et économiques internationaux, et de ceux de l’Europe en particulier. L’influence que la DGAP exerce en Allemagne n’est probablement pas aussi grande que celle du CFR aux Etats-Unis mais les noms des principaux membres parlent d’eux-mêmes :

(Liste en 1981) :

Apel Hans Amerongen Otto Wolff von Bangemann Martin Birrenbach Kurt, président Dohnanyi Klaus von Genscher Hans-Dietrich Kaiser Karl Merkle Hans L. Rosenthal Philip Schmidt Helmut Stoltenberg Gerhard Wagner Wolfgang, éditeur de l’ « Europa-Archiv » Weizsäcker Richard von Wischnewski Hans-Jürgen et autres

(Liste de 1992) Amerongen Otto Wolff von Dohnanyi Klaus von Engholm Björn Kaiser Karl Lambsdorff Otto Graf Merkle Hans L. Rühe Volker Schmidt Helmut Süssmuth Rita Stolpe Manfred Wagner Wolfgang Waigel Theo et autres

(noms extrait de la liste de 1981 et 1992 du DGAP e.V. Bonn. Vous trouverez la liste des membres au complet dans « The Rockefeller File » de Gary Allen). Il est, certes, intéressant de constater que les représentants des différents partis qui délibèrent tous en secret, assis autour d’une table, se lancent le lendemain publiquement les pires injures à la tête. Tout commentaire est superflu !

Les Bilderberger

Cette organisation secrète fut créée en mai 1954 à l’hôtel de Bilderberg à Oosterbeek, en Hollande, par le prince Bernard des Pays-Bas. Elle est composée de 120 magnats de la haute finance d’Europe de l’Ouest, des Etats-Unis et du Canada. Ses buts principaux, formulés par le prince Bernard, sont l’institution d’un gouvernement mondial d’ici l’an 2000 et d’une armée globale sous le couvert de l’ONU. On l’appelle aussi le « gouvernement invisible ». Un comité consultatif composé d’une commission de direction (avec 24 Européens et 15 Américains) décide des personnes à inviter à leurs rencontres. Johannes Rothkranz écrit que seuls sont invités ceux qui ont fait preuve d’une indéfectible loyauté dans les intrigues menées par les Rockefeller et les Rothschild. Cependant, toutes personnes présentes ne sont pas des « initiés », elles peuvent être aussi seulement des représentants d’un groupement d’intérêts ou simplement d’autres personnes.

Quelques-uns des représentants INTERNATIONAUX les plus importants sont ou ont été :

Agneli Giovanni patron de Fiat Brzezinski Zbigniew président de la Commission trilatérale et agent Rockefeller le plus important. Bush George ex-chef de la CIA, ex-chef du CFR, ex-président des Etats-Unis, membre du Comité des 300 Carrington Lord membre du Comité des 300, des Kissinger Associates, ex-président de l’OTAN Dulles Allen ex-chef de la CIA Clinton Bill président des Etats-Unis, membre du CFR et de la Commission trilatérale Ford Henry II Gonzales Felipe secrétaire général du parti socialiste espagnol et, plus tard, Premier ministre Jankowitsch Peter Kennedy David Kissinger Henry aussi membre de la loge franc-maçonnique P2 italienne Luns Joseph ex-secrétaire général de l’OTAN Lord Roll of Ipsden ex-président du S.G. Warburg Group Plc. Mc Namara Robert Banque mondiale Martens Wilfried ex-Premier ministre de Belgique, membre du parti politique CVP Palme Olof était aussi membre du Comité des 300 Reuther Walter P. Rockefeller David Rockefeller, John D. Rockefeller Nelson Rothschild baron Edmund de Tindemanns Jan ex-Premier ministre de la Belgique Warburg Eric D. Warburg Siegmund Wörner Manfred OTAN

et beaucoup d’autres…

(noms tirés de : « The Spotlight » : Bilderberger Report, septembre 1991 ; F. William Engdahl : « Mit der Ölwaffe zur Weltmacht », p.366 ; Politisches Lexikon von C.O.D.E. Nr.1/1 et C.O.D.E. Nr 9/1992 ; Stan Deyo : « The Cosmic Conspiracy » (La Conspiration Cosmique)

La Commission trilatérale

Cette organisation secrète fut créée en juin 1972 par David Rockefeller et Zbigniew Brzezinski, notamment parce que les organisations bien établies, telles que les Nations unies , n’allaient pas assez vite pour mettre en place le « Gouvernement mondial unique ». Les « Big Boys » voulaient que « ça bouge ». Cette organisation élitaire a pour but de réunir dans un seul pool les puissances de pointe des géants de l’industrie et de l’économie, c a d des nations trilatérales des Etats-unis, du Japon et de l’Europe de l’Ouest, elle vise à créer, une fois pour toute le « Nouvel Ordre mondial ». Cette organisation permet à l’élite venant de diverses branches de la franc-maçonnerie de se rencontrer à une échelle mondiale pour collaborer à un travail secret ; elle doit aussi élargir l’influence politique des « Bilderberger ». La plupart des membres européens avaient des contacts avec les Rockefeller pendant des années. Cette organisation se compose d’environ 200 membres qui, contrairement aux Bilderberger, sont permanents. La « Commission trilatérale » contrôle avec les membres du CFR toute l’économie des Etats-Unis, la politique, l’appareil militaire, le pétrole, l’énergie ainsi que les médias. Ses membres sont, entre autres, des patrons de multinationales, des banquiers, des agents immobiliers, des économistes, des politiciens, des avocats, des éditeurs, des dirigeant syndicalistes, des présidents de fondations et des éditorialistes.

LES MEMBRES LES PLUS IMPORTANTS SONT :

Brzezinski Zbigniew conseiller à la sûreté auprès du président des Etats-Unis

Bush George ex-chef de la CIA, ex-chef du CFR Clinton Bill membre des Bilderberger, du CFR, président des Etats-Unis

Kissinger Henry ex-ministre des Affaires étrangères des Etats-Unis

Mc Namara Robert Banque mondiale

Rockefeller David Chase Manhattan Bank, EXXON

Rockefeller John D.

Rothschild Edmund de Royal Dutch,Shell

(noms  des autorités allemandes dans « Vertrauliche Mitteilungen » n° 2628,feuille 2,du 03/07/1986)

Haut du document

Le Club de Rome

Le « Club de Rome », que je n’ai pas mentionné jusqu’ici, regroupe d’après Ovin Demaris (« Dirty Business ») des membres de l’establishment international de 25 pays (soit une cinquantaine de personnes). Il fut créé par le clan Rockefeller (dans leur propriété privée à Bellago, en Italie). Ce sont eux qui le financent encore aujourd’hui. Son principal but est aussi de créer un gouvernement mondial en s’appuyant sur l’élite. Il a, de plus, élaboré une religion unique mondiale et a fait croire dans les médias à une « crise de l’énergie » et à un surpeuplement de notre planète.

( d’après le livre écrit par le président du Club de Rome : le Dr Aurelio Peccei « L’Humanité à la croisée des chemins », écrit sous forme de dialogue. Note du C.A.R.L.).

D’après William Cooper, (ex-agent de la Naval Intelligence, service secret de l’US Navy) le « Club de Rome » aurait développé le virus du SIDA (avec l’antidote correspondant, bien sûr) et l’aurait répandu dans les populations pour introduire le grand programme d’assainissement des races en vue du gouvernement mondial de l’élite (dans le livre de William Cooper « Behold a Pale Horse », vous trouverez des faits et noms précis se rapportant au SIDA). Reportez vous au chapitre sur ce site « à propos du SIDA », la guerre des virus.

Les Nations unies

Lors du congrès des francs-maçons du 28 au 30 juin 1917 à Paris, ceux-ci décidèrent de principes directeurs qui furent aussitôt votés : ce fut l’heure de naissance de la Société des Nations qui vit le jour en 1919 à Genève. Les Nations unies naquirent de cette Société des Nations en 1945 à San Francisco. Cette institution créée par les Illuminati représente la plus grande loge franc-maçonnique du monde où doivent se réunir toutes les nations. Ainsi qu’il est écrit dans l’article 4 de Machiavel qui a été mentionné dans la préface, ses fondateurs furent les instigateurs des guerres menées durant ces deux derniers siècles. Quelle ironie du sort de voir, de nos jours, les hommes de toutes les nations demander aux Nations unies d’aplanir les problèmes, d’arbitrer les guerres et d’y mettre fin ! Pour les peuples, l’ONU est l’ami sur lequel ils peuvent compter pour qu’il « prenne les choses en main ». Lors de sa fondation, au moins 47 personnes parmi les délégués américains présents étaient membres du CFR dont David Rockefeller. Il saute aux yeux que l’emblème de l’ONU est un symbole franc-maçonnique. Je vais le décrire ici en le comparant au sceau des Etats-unis d’Amérique, franc-maçonnique.

Le globe des Nations unies et la forme circulaire du sceau des USA avec l’inscription « Annuit coeptis » (« notre entreprise, en fait, notre conjuration, est couronnée de succès ») et en dessous « Novus Ordo Seclorum » (« Nouvel Ordre mondial ») montrent le but poursuivi : celui d’une hégémonie mondiale. Les 33 parcelles du globe des Nations unies et les 33 pierres de la pyramide représentent les 33 degrés du « Rite écossais »des francs-maçons. Le chiffre 13 qu’on retrouve dans les 13 épis à gauche et à droite du globe, dans les 13 marches de la pyramide et dans les 13 lettres des deux mots « Annuit Coeptis » est le chiffre juif de la chance. Ce chiffre 13 est le chiffre le plus important chez les francs-maçons et a différentes significations. Jésus avait douze disciples et fut lui-même le treizième. Dans la cabale, en numérologie, ce chiffre 13 symbolise la transformation, l’alchimie, la renaissance, le phénix qui renaît de ses cendres, la connaissance des mystères et donc la faculté de matérialiser ou de dématérialiser, c a d la faculté de créer à partir de l’éther. Nous avons, de plus, sur le verso du sceau américain le phénix (l’aigle) qui symbolise le chiffre 13, la transformation. Ses ailes ont 13 plumes, ses griffes à droite ont 13 flèches et celles de gauche serrent un rameau de 13 feuilles. Au-dessus de lui se trouve l’inscription « E Pluribus Unum » (« Du multiple à l’un ») composée de 13 lettres, surmontée de 13 étoiles présentées sous la forme d’une étoile de David, et sur sa poitrine la bannière aux 13 rayures qui représentent les 13 Etats fondateurs.

Remarque : Les stations d’essence Dea des « Centrales électriques de la Rhénanie-Westphalie » (RWE) ont pour symbole une pyramide inversée avec 13 rayures. Une autre station d’essence aux USA s’appelle « 76 ». 7+ 6 = 13. Vous trouverez des centaines d’exemples si vous vous donnez la peine d’examiner les symboles des firmes, les produits, la publicité à la TV, les armoiries d’Etats, les drapeaux, etc. Le plus grand lobby franc-maçonnique aux USA, Procter & Gamble, contient 13 lettres et son emblème est un des plus vieux symboles franc-maçonniques : l’homme à la barbe entouré d’un cercle avec 13 étoiles devant lui. (Vous trouverez plus d’informations sur l’interprétation des symboles dans « Die Insider » de Gary Allen ou dans la littérature franc-maçonnique.) Ce sont les organisations les plus importantes parmi celles que nous connaissons qui touchent à l’économie, à la politique et au capital et qui veulent ériger un « Gouvernement mondial unique ».

Un groupe qui est pourtant d’une importance capitale et qui poursuit le même but mais que j’ai passé, jusqu’ici, sous silence, est l’ EMPIRE ROCKEFELLER. Il a été traité déjà suffisamment dans les deux livres de Gary Allen. Cet empire Rockefeller est la principale source de financement du CFR, de la Commission trilatérale et du Club de Rome. Vous avez dû vous rendre compte que les mêmes noms reviennent sans arrêt. Il serait intéressant d’avoir une liste des membres du « Conseil des 33 » ou du « Conseil des 13 ». Nous en connaissons, cependant, le but et la façon dont ils veulent le concrétiser. C’est, à mon avis tout ce qu’il importe de savoir et ce devrait être suffisant.

 

                                                                       Haut du document

 

Que pouvons-nous faire ?

Il y a quantité de solutions envisageables face à cette situation. Certains aimeraient qu’on élimine une partie des Illuminati, ce qui, à mon avis, ne servirait pas à grand chose, car il seraient vite remplacés.
Les Illuminati ne sont que le symptôme d’un problème qui, en fait, se situe ailleurs. Ils ont autant de pouvoir parce qu’ils se servent de nous, ce qui est facile puisque nous n’assumons pas nos responsabilités et que nous nous satisfaisons de notre ignorance et indolence. le coeur du problème est donc au plus profond de chacun de nous. Si nous ne nous changeons pas et si nous ne transmuons pas nos faiblesses, il ne sert à rien d’éliminer ces êtres, car il y en aurait aussitôt d’autres qui se chargeraient de nous puisque nous acceptons d’être manipulés.

Que pouvons nous entreprendre de positif pour rectifier ce qui a mal tourné dans le passé et pour empêcher que cela se reproduise dans l’avenir ?

Pour y répondre, il nous faut nous poser la question primordiale sur le sens de la vie.
Il est difficile de trouver un sens à notre vie simplement dans la nourriture, la boisson, le sommeil, le sexe et la possession. Beaucoup parmi nous en sont déjà bien conscients.
Il est capital d’être conscients qu’à la fin de notre vie nous abandonnerons toutes ces choses extérieures, y compris notre corps. Nus, nous sommes arrivés ; nus, nous repartirons.

Des préceptes à suivre :

« Ne faites pas aux autres ce que vous ne voudriez pas qu’on vous fît ! »

« Qui sème le vent récolte la tempête »

« Que chacun pour son propre bonheur ne fasse violence à un autre » Bouddha.

REVENONS-EN AUX ILLUMINATI

Examinons tout ce scénario, une fois encore, sous ce nouvel angle. Les Illuminati ne sont, eux aussi, qu’un révélateur, une pierre d’achoppement sur notre chemin puisqu’il y a toujours eu les Illuminati ou, du moins, des personnes qui ont agi selon des principes similaires.
Etes-vous conscients qu’aujourd’hui, la majeure partie des hommes jouerait le même jeu si on leur conférait le même pouvoir et la même richesse ? Si on se fie à ce qu’ils sont, eux aussi vendraient l’humanité pour satisfaire les besoins démentiels de leur orgueil hystérique.
Ce qui se passe à grande échelle est identique à ce qui se passe à plus petite échelle. Il est question ici de contrôle et de puissance. Les Illuminati veulent contrôler notre planète, de même que le président veut contrôler son pays,
le maire sa commune, le pape l’Eglise, le patron son entreprise, le père sa famille, la mère son ménage etc….
Redisons-le encore : les Illuminati n’auraient pas autant de puissance si les hommes ne se laissaient pas manipuler.
Napoléon, Hitler, Staline, Saddam Hussein n’ont pas tué un seul homme, à ma connaissance. Ils ont fait tuer, c’est-à-dire qu’ils se sont servis de notre ignorance et de notre nonchalance qui se sont retournées contre nous.

Les hommes dont la conception du monde repose sur la dualité et qui rendent responsables de tous les maux Satan et ses sbires ou bien attendent de Jésus, Bouddha ou Allah d’êtres sauvés ou rachetés, font preuve, à mon avis, de complète dépendance et d’immaturité d’âme et sont aussi bien à plaindre. A partir du moment où un être humain manifeste de telles tendances, il prouve qu’il est dépendant de n’importe quelles forces ou puissances, qu’il leur est
absolument soumis et qu’il ne peut rien prendre en responsabilité pour lui-même et pour les autres.

Ce n’est pas pour rien que les puissants hommes d’Eglises dans toutes les grandes religions du monde ont constamment falsifié, humanisé et arrangé à leurs façon les doctrines de leurs prophètes et de leurs saints.
Ceci a eu pour conséquence que les croyants s’en remirent à eux afin qu’ils assument, à leur place, leur vie et celle de leur entourage. Si au seuil du 20ème siècle, l’emprise des croyances s’affaiblit et qu’ils sont remplacés par le matérialisme, la foi dans la science et la volonté de paraître, l’esprit de l’époque actuelle nous propose une vie agréable où aucune responsabilité n’est assumée.
La majorité de notre humanité tient à vivre dans sa routine, à ne pas changer son comportement ou sa façon de penser, rejetant ou niant sa responsabilité. Toute croyance qui se superpose à notre prise en responsabilité n’est qu’une échappatoire qui nous permet de mener une vie toujours routinière sans que nous soyons obligés d’y apporter quelconque changement.

La phrase « Imagine qu’une guerre éclate et que personne n’y aille » se trouve ici justifiée. Si les hommes de toutes les nations ne saisissaient pas leurs armes pour tuer leurs propres congénères, les Illuminati ne seraient plus que des petits criminels. Il se repaissent, en fait, des faiblesses et du manque de prise de conscience et de responsabilité de chacun de nous, un potentiel effectif qu’ils manipulent avec une grande virtuosité.
Le danger réel dans ce monde, ce ne sont pas les Illuminati ou certains tyrans, non, c’est l’ignorance des hommes.
S’ils n’étaient pas aussi ignorants, s’ils ne se laissaient pas faire aussi mollement, s’il ne manquaient pas de sens critique, absolument personne ne pourrait se servir d’eux. Celui qui SAIT ne peut être manipulé, précisément parce qu’il sait. C’est pourquoi je le redis : « Trouvez la vérité, la vérité vous affranchira !  »

La principale source du problème se trouve être à l’intérieur même de l’homme, non pas à l’extérieur. Par conséquent, l’extérieur n’a plus que ce rôle précis à jouer, celui de nous refléter notre propre problématique intérieure. Les Illuminati sont un défi pour nous, par leurs agissements, nous nous retrouvons face à nos peurs, testés sur notre responsabilité et sur notre confiance en nous.
Examinez, je vous en prie, votre propre vie. Si vous vous penchez sur les situations qui vous ont été les plus difficiles et les plus désagréables, vous reconnaîtrez que ce sont ces moments-là qui ont été les plus riches d’enseignements. Certes, c’était désagréable, voire même douloureux mais vous en avez tiré un enseignement, vous avez mûri. Transposons cette pensée à notre sujet : Si les Illuminati n’étaient pas là, s’il n’y avait ni guerres ni problèmes, tout resterait tel quel, personne ne s’efforcerait d’apporter quelque changement que ce soit. Nous sommes bien trop paresseux et aimons bien trop nos aises et notre confort pour en changer !

Nous sommes, en fait, très satisfaits. Les problèmes qui se posent à nous d’environnement, de chômage, de haine raciale, de guerre et de famine nous font sortir de notre torpeur, nous obligent à passer à l’action, à trouver des solutions. Plus les temps sont durs avec leurs problèmes, plus nous acquérons de l’expérience et plus vite nous évoluons.

 

Haut du document

 

1.6 Le plan des Illuminati pour la domination du monde par Satan

 » Au moment présent, le monde tremble dans l’attente de la plus grande catastrophe que la race humaine ait jamais connue, et cependant, les catholiques demeurent enfoncés dans une satisfaction insouciante  »

– Monseigneur André Joseph Macdonald, O.S.B., Archevêque de St-Audrew et d’Edimbourg,
rapporta ces paroles de Pie XII en 1951

Le Plan aux milles visages : l’enfer sur Terre.

 » Le protocole des Sages de Sion « ,  » Le Projet « ,  » Le Plan à Long Terme « ,  » La Conspiration  » ; quel que soit le nom par lequel il peut être appelé, est une seule et même trame mise sur pied par un petit groupe d’hommes, immensément riches ; extrêmement rusés, astucieux ; possédant une extrême influence, et utilisant  » l’Or « , les mensonges, les supercheries pour renverser, et pervertir la race humaine. Ils (les Illuminati), utilisent la promesse de la richesse, de la luxure, des plaisirs charnels pour séduire, et attirer les hommes loin de Dieu dans le but de les subjuguer au pouvoir de Satan.

Ici,  » Les Sages de Sion  » se réfèrent aux Illuminati. Quant aux  » Protocoles « , ce terme se réfère aux registres, aux archives originales de la Conspiration par laquelle les Illuminati ont l’intention d’utiliser les Internationalistes de tous genres, de toutes catégories afin de réaliser leurs ambitions secrètes de former une  » Dictature Mondiale « .

L’on pourrait résumer à environ une dizaine de points différents ce qui compose les Illuminati et leur Plan :

1- Les Membres des Illuminatis sont tous des Internationalistes.

2- Ils ne donnent allégeance à aucun Souverain, aucun Gouvernement, excepté à la Tête des Illuminati

3- Ils n’adorent aucun autre dieu que Mammon (Satan).

4- Ils acceptent Satan comme étant le chaînon manquant entre eux et leur dieu, Mammon.

5- Ils n’accordent de loyauté à aucune Nation, aucun Gouvernement.

6- Ils ont un seul et unique but.

7- Ce but est d’obtenir le contrôle absolu de toutes les richesses, les ressources naturelles, et la main-d’œuvre du monde entier.

8- Pour atteindre ce But, ils travaillent à diviser les populations à élever les Hommes les uns contre les autres, en encourageant les oppositions, les différences entre les groupes raciaux, les nationalités, les religions, etc.

9- Puis, ils les portent à se battre, et à s’affaiblir afin de les assujettir plus facilement.

10- Enfin, le jour où selon eux, le temps des Illuminati sera finalement arrivé, ils imposeront aux Hommes de la terre, une forme de  » Despotisme Satanique  » sous le couvercle d’Un Gouvernement Mondial régit par un seul Chef : Le Suprême Dictateur.
Quant au Plan comme tel, quelques-uns des Articles (Morales et Dogmes d’Adam Weishaupt, remis à jour par Albert Pike en 1871) suffisent pour nous donner une idée assez juste de la philosophie de base des Illuminati Ces Articles stipulent, entre autre :

Article I, Paragraphe 2 :  » L’anti-sémitisme est indispensable pour nous dans l’admiration de plus petit de nos frères…  »

Article XV, Paragraphe I :  » Quand nous hériterons enfin de notre Royaume à l’aide de (Coups d’État) préparés partout pour la même journée ; une fois achevée la chute morale et physique de toutes les formes existantes de Gouvernement ; nous nous ferons le devoir que contre nous, des choses telles que des Complots ne puissent plus exister. Pour cela, nous tuerons sans pitié qui que ce soit prendra les armes en vue de s’opposer à l’établissement de notre Royaume. N’importe quelle sorte de nouvelle Institution, ou quoi que ce soit ressemblant à une société secrète, sera aussi punie de mort ; et les Sociétés qui existent en ce moment…, et celles qui nous servent, ou qui nous ont servi,… nous devrons les envoyer en exil dans des continents situés loin de l’Europe.  »

Article II, Paragraphe 5 :  » À travers la Presse, nous avons acquis le Pouvoir d’influencer tout en demeurant dans l’ombre.  »

Article X, Paragraphe 13 :  » De manière à ce que notre Plan puisse produire des résultats, nous devrons organiser en notre faveur, les élections de Présidents qui ont déjà quelque faute à se reprocher dans leur passé… Ainsi ils représenteront des Agents de valeur pour l’accomplissement de nos plans… et nous devrons investir le Président du Droit de déclarer  » L’État de Guerre « ,  » L’État des Mesures de Guerre « . Nous justifierons ce dernier Droit sur la base que le Président, en tant que Chef des Armées du pays, doit les avoir à sa disposition en cas de besoin pour la Défense de la Nouvelle Constitution Républicaine etc.  »

Article I, Paragraphe 15 :  » Notre pouvoir sera encore plus invincible que n’importe quel autre parce qu’il demeurera invisible jusqu’au moment où nous serons suffisamment forts qu’aucune ruse ne pourra jamais le dominer…  »

Article IV, Paragraphe 2 :  » Qui ou quoi est en position pour renverser une force invisible ? Et c’est précisément ce qu’est notre force…  »

Article V, Paragraphe 11 :  » IL N’Y A RIEN DE PLUS DANGEREUX (POUR NOTRE CAUSE) QUE L’INITIATIVE PERSONNELLE ; DE TELLES INITIATIVES PEUVENT NOUS FAIRE PLUS DE TORT QUE POURRAIENT NOUS EN FAIRE DES MILLIONS DE PERSONNES PARMIS LESQUELLES NOUS AURIONS DÉJÀ SEMÉ LA DISCORDE.  »

Tous ces Articles confirment que les Illuminati issus de la pensée de Weishaupt sont prêts à tout pour en arriver à :

1) L’abolition de tous les Gouvernements Nationaux.

2) L’abolition de tout héritage, de tout patrimoine.

3) L’abolition de la propriété privée.

4) L’abolition du patriotisme.

5) L’abolition de la maison uni familiale, et de la vie familiale en tant que cellule de laquelle provient toutes les civilisations.

6) L’abolition de toutes les Religions établies et existantes de sorte que , l’Idéologie Luciférienne du Totalitarisme, puisse être imposée à l’Humanité.

Une fois tout cela réalisé ; une fois atteinte la phase finale de la Conspiration, le Gouvernement se composera de Roi-despote, de la Synagogue de Satan, et de quelques millionnaires, économistes et scientistes qui auront prouvé leur dévotion à la cause : Luciférienne. Tous les (autres) devront être intégrés, par une insémination artificielle pratiquée à une échelle internationale, à une vaste conglomération d’une humanité métissée.

D’ailleurs, Bertrand Russel n’a-t-il pas déjà affirmé :  » En fin de compte, moins de 30% de la population femelle et 5% de la population mâle sera utilisée pour des buts de reproduction. La Reproduction sera limitée strictement au type et au nombre requis pour combler les besoins de l’État ?  »

 

1.7 Séductions & Tribulations
Le plan en 25 étapes

 » Nous ne devons pas oublier que nous vivons à une époque où le coté animal de l’homme dégénère souvent en une corruption effrénée ; nous pataugeons dans la boue.  »

– Déclaration de Paul VI, le 13 septembre 1972

Ce texte comprenant 25 points différents, fut lu dans son entier en 1773 par Mayer Rothschild, alors âgé de 30 ans, à 12 hommes parmi les plus riches et les plus influents de Frankfort en Allemagne.

Son but était de convaincre ces hommes d’unir leurs ressources pour financer le  » Mouvement Révolutionnaire Mondial  » (World Revolutionary Movement (W.R.M.) afin de gagner le contrôle ultime des richesses, des ressources naturelles, et de la main-d’œuvre du monde entier.

LE PLAN:

1) Gouverner par la force :  » Parce que la majorité des Hommes sont enclins au mal plutôt qu’au bien, les meilleurs résultats en les gouvernant pourront être obtenus en utilisant la violence et le terrorisme, et non par des discussions académiques. Au commencement, la société humaine a été sujette à des forces brutales et aveugles qui par la suite furent changées en Lois. Les lois sont uniquement la Force déguisée. Il est donc logique de conclure que  » Par les lois de la Nature, le Droit repose sur la force.  »

2) La liberté politique :  » La liberté Politique est une idée non un fait. Tout ce qui est nécessaire pour usurper le pouvoir politique, c’est de prêcher le  » Libéralisme « . De cette manière, les électeurs, pour sauver une Idée, abandonneront certains de leur pouvoirs et de leurs prérogatives que les Conspirateurs pourraient rassembler dans leurs mains.  »

3) Le pouvoir de l’or :  » Le pouvoir de l’Or a usurpé le pouvoir des Souverains Libéraux depuis 1773. Il y eut un temps où la Foi gouverna, mais lorsque la Liberté fut substituée à la Foi, les peuples ne surent pas l’utiliser avec modération. À cause de ce fait, il fut logique d’assumer qu’ils pourraient utiliser l’Idée de Liberté pour en arriver à la  » Guerre des Classes « . Cela n’a aucune importance que le Gouvernement établi soit détruit par des ennemis intérieurs ou extérieurs, tout simplement parce que le vainqueur sera obligé de recourir à l’aide du Capital qui est entièrement entre nos mains.  »

4) La comédie politique :  » Ceux qui désirent gouverner doivent avoir recours à la ruse et au mensonge, parce que les grandes qualités nationales, telle que la Franchise et l’Honnêteté, sont des vices en politique.  »

5) La force est notre  » Droit «  :  » Notre Droit repose dans la Force. Le mot  » Droit  » est une pensée abstraite, et ne prouve rien.  »

6) Le pouvoir invisible :  » Le Pouvoir de nos ressources doit rester invisible jusqu’au jour où aucune Ruse, ni aucune Force ne pourra nous le ravir, ou le détruire.  »

7) L’usage du despotisme :  » Uniquement un gouverneur despotique pourra gouverner la populace d’une manière efficace, parce que, sans le despotisme absolu, il ne peut y avoir d’existence pour une civilisation qui était, non sous la conduite des masses, mais sous celle de leurs Guides… Le jour où les masses s’emparent/saisissent la Liberté dans leurs mains, cela tourne rapidement à l’anarchie.  »

8) L’usage de la corruption :  » L’usage de liqueurs alcooliques, de drogues, de corruption morale, et de toutes les formes de vice, doit être systématiquement encouragé par nos Agenturs pour corrompre la morale de la jeunesse des Nations. Des Agenturs spéciaux doivent être entraînés en tant que Tuteurs, laquais, gouvernantes, commis, et par nos femmes dans les lieux de perdition visités par les Goyim.  »

9) Abolition de la propriété :  » Nous avons le droit de saisir la propriété par n’importe quel moyen, et sans hésitation, si en le faisant, cela nous assure de la soumission et de la souveraineté.  » (Au 20ième siècle, l’utilisation exagérée des Taux d’Intérêts représente une manière soi-disant propre de déposséder les gens de ce qui leur appartient. (*Note de l’auteur)).

10) L’usage des slogans :  » Dans les temps anciens, nous fûmes les premiers à mettre les mots  » Liberté ,Égalité & Fraternité « , dans la bouche des masses. Mots répétés jusqu’à ce jour par de stupides perroquets ; des mots dont les prétendus Hommes-sages appartenant aux Goyim ne pourraient pas comprendre le sens à cause de leur degrés d’abstraction ; de même qu’ils ne pourraient pas, non plus, en noter, ni la contradiction, ni en comprendre leur inter-relation. Il n’y a pas de place dans la nature pour l’égalité, la liberté et la fraternité. Sur les ruines de l’aristocratie généalogique et naturelle des Goyim, nous avons érigé l’Aristocratie de l’Argent. A qualification pour décrire cette aristocratie, est Richesse, Abondance, qui dépendent de nous.  »

11) Théories de guerre : (Principe décrit en 1773, et utilisé par l’Angleterre et les Etats-Unis en 1939 (*Note de l’auteur)).  » Cela devrait être la politique de ceux qui fomentent les guerres, mais dirigent les Conférence de Paix : qu’aucun combattant ne puisse obtenir de gains territoriaux… Les guerres devraient être conduites de manière à ce que les Nations engagées dans le combat soient enfoncées plus profondément dans leurs dettes, ainsi que dans le pouvoir de nos Agenturs.  »

12) L’asservissement de l’administration :  » Nous devons utiliser notre richesse pour choisir des candidats dans les Affaires Publiques (des Fonctionnaires) qui seraient asservis, et obéissants à nos commandements ; de manière qu’ils pourraient être rapidement, promptement utilisés comme pions dans nos parties, par les hommes ingénieux et connaissants que nous désignerons pour opérer derrière les scènes des Gouvernements en tant qu’Aviseurs Officiels (Official Advisers).  »

13) Contrôle de l’information publique :  » Notre richesse combinée pourrait contrôler toutes les issues de l’Information Publique pendant que nous pourrions rester dans l’ombre, et nullement blâmés malgré les répercussions dues à des publications de mensonges, de calomnies ou de diffamation. Chaque victime dans nos rangs doit se payer par un millier (1000) du côté des Goyim  »

14) Le mensonge des Agenturs : En exécutant les criminels et les lunatiques après qu’ils aient réalisé la préparation de notre  » Règne de Terreur « , nous pourrons alors nous montrer en tant que Sauveurs des opprimés, et champions des travailleurs. Nous sommes d’ailleurs intéressés uniquement dans ce qui est à l’opposé… dans la réduction du nombre dans le massacre des Goyim  »

15) Création des crises économiques :  » La création du chômage et de la faim imposée sur les masses à cause du pouvoir que nous avons de créer des pénuries alimentaires ; cela créera le  » Droit pour le Capital  » de gouverner plus sûrement encore que ce ne l’était pour la vraie Aristocratie, ou par l’autorité légale des Rois. En ayant nos Agenturs pour contrôler les masses, ces mêmes masses pourraient par la suite être utilisées pour nous débarrasser de tous ceux qui osent se placer à-travers notre route.  » (Explication sur la fabrication et l’utilisation des Dépressions industrielles, et des Paniques financières pour servir les intérêts des Illuminati (*Note de l’auteur)).

16) Infiltration de la Franc-maçonnerie continentale :  » Notre but serait de prendre avantage des facilités et du secret que la franc-maçonnerie a à offrir. De cette manière, il nous serait possible d’organiser nos propres Loges du Grand Orient à l’intérieur même de la franc-maçonnerie Bleue avec l’intention bien arrêtée de poursuivre nos activités subversives, tout en cachant la vraie nature de notre travail sous le couvert de la philanthropie. Chaque membre initié dans nos Loges du Grand Orient devrait être utilisé pour la diffusion, la propagation de leur Idéologie Athéiste-Matérialiste parmi les Goyim Lorsque l’heure sonnera pour notre Seigneur-Souverain de tout l’Univers d’être couronné, ces mêmes mains balaieront tout ce qui oserait se tenir à travers sa route.  »

17) L’usage des promesses :  » Nos Agenturs devraient faire les promesses les plus somptueuses aux masses en utilisant des mots (slogans) tels que Indépendance et Liberté, les Goyim pourraient être excités sur une telle lancée de ferveur patriotique que nous pourrions même les pousser à se battre contre les Lois de Dieu et Naturelles. Et pour cette raison qu’après avoir obtenu le contrôle, nous pourrons effacer du  » Lexique de la Vie « , le nom même de Dieu.  »

18) Plan de guérilla urbaine/guerre révolutionnaire :  » L’art des batailles de rue. Un modèle pour le  » Règne de Terreur  » tout cela doit accompagner chaque effort révolutionnaire parce que c’est la route la plus économique pour amener les populations à une rapide soumission.  »

19) Utilisation de la diplomatie : Nos Agenturs, déguisés en Aviseurs Politiques, Financiers & Économiques, pourront faire appliquer nos mandats sans craindre d’exposer ceux qui composent  » La Force Secrète « , ceux qui se cachent derrière les Affaires Nationales et Internationales. Par la Diplomatie secrète, nous devons atteindre un tel Pouvoir de contrôle que les Nations ne pourront même pas en venir à une entente secrète sans que nos Agents y soient déjà impliqués d’une manière ou d’une autre.  »

20) Banqueroute politique et Gouvernement mondial :  » Pour atteindre ce but, il sera nécessaire d’établir d’immenses monopoles, réservoirs de telles fortunes colossales, que même les plus grandes fortunes des Goyim, étant obligés de dépendre de nous pour s’agrandir, devront s’effondrer toutes ensembles avec le crédit de leurs Gouvernements le jour suivant la grande déconfiture, la banqueroute politique du siècle.  »

21) L’utilisation des guerres économiques :  » Comment s’emparer des propriétés privées et des industries appartenant aux Goyim ? Par la combinaison de Taxes très élevées et de compétition déloyale, injuste, nous pourrons provoquer la ruine économique des Goyim en ce qui concerne leurs intérêts financiers Nationaux aussi bien que leurs investissements. Sur le plan internationale, en augmentant les prix démesurément, les Goyim s’élimineront eux-mêmes des différents marchés. Cette élimination pourrait être complétée par un contrôle soigneux, précis des matières premières ; par l’agitation organisé parmi les travailleurs sur la base réduction d’heures de travail et d’augmentation de salaire ; et par des subventions accordées aux compétiteurs. Mais nous devons organiser nos affaires, et contrôler les conditions de manière que l’obtention, par les travailleurs, de salires plus élevés, ne pourra en aune manière leur profiter.  »

22) L’augmentation du nombre d’armements :  » L’augmentation des armements en vue de pousser les Goyim à s’entre-détruire entre eux, devrait être poussée jusqu’au stade tellement colossal, qu’en analyse finale, il ne resterait plus dans le monde que les masses prolétariennes, et avec elles, quelques millionnaires dévoués à notre cause. Et suffisamment de policiers et de soldats vivants pour protéger nos propres intérêts.  »

23) Composition du  » Nouvel Ordre  » mondial :  » Les membres de  » l’Unique Gouvernement Mondial  » seraient nommés par le Dictateur. Il prendrait ses hommes parmi les Scientistes, les Économistes, les Financiers, les Industriels et parmi les millionnaires parce qu’en substance, tout se fera à partir de la question des Personnalités (c’est-à-dire, de la présentation extérieur).

24) La corruption de la jeunesse :  » Nos Agenturs devraient s’infiltrer dans toutes les classes, à tous les niveaux de la Société et du Gouvernement, dans le but de duper, d’obnubiler, de corrompre les membres les plus jeunes de la Société en leur enseignant des théories et des principes que nous savons être faux.  »

25) Lois Nationales & Internationales :  » Les lois nationales et internationales ne devraient pas être changées, mais devraient plutôt être utilisées telles quelles dans le but de détruire la civilisation des Goyim, et cela simplement en retournant le sens de celles-ci de manière à les plonger dans des contradictions d’interprétations. Dans un premier temps, ce travail de falsification nous permettrait de masquer le Sens premier de la Loi, puis, dans un deuxième temps, cacher le Sens premier de toutes les Lois. Notre but ultime étant, évidemment, de remplacer la Loi par L’Arbitrage.  »

Conclusion :  » Vous pensez que les Goyim auront raison de nous par la force des armes, mais à l’Ouest nous avons contre cette possibilité, une Organisation d’une terreur tellement effrayante, que le cœur le plus robuste tremblerait, fléchirait… Les Corridors Souterrains seront établis dans les capitales et dans les villes de tous les pays bien avant que ce genre de danger puisse nous menacer.  »

Amschel Mayer Rothschild termina son discours de 1773 en faisant ressortir que si des précautions appropriées étaient prises, personne ne pourrait jamais découvrir leur relation avec le Mouvement Révolutionnaire Mondial.

Les questions suivantes peuvent ici être posées :  » Comment peut-il être prouvé qu’une Réunion secrète s’est tenue à cette époque ?; et  » Si elle a eu lieu, comment est-il possible de prouver quels sont les points qui furent discutés à une telle Réunion ?

La réponse est simple : Le complot démoniaque nous fut connu par un acte de  » miséricorde divine « .

En 1785, le courrier voyageant de Frankfort à Paris, et transportant sur lui le détail des Plans destinés aux Mouvements Révolutionnaires en général, ainsi que des instructions pour la Révolution Française déjà préparée fut frappé par un éclair en traversant Rastibon, et mourut sur le champs.

Les documents qu’il transportait tombèrent alors dans les mains de la police qui les remit au Gouvernement Bavarois de l’époque. Les instructions transportées par le Courrier, provenaient des Illuminati Juifs en Allemagne, et étaient adressées au Grand Maître des Maçons du Grand Orient de France…

Haut du document

 

 

1.8 Le complot contre les Juifs,  boucs-émissaires des Illuminati
Le Protocole des Sages de Sion/Zion « ,  » Les Protocoles de Sion « , ne furent pas écrits par un ou des Juifs. Les origines de la rédaction de ce document remonte loin, semble-t-il, dans l’histoire humaine.

Par contre, son contenu  » Satanique « , et l’usage que les Illuminati en ont fait depuis 1785 environ, démontrent qu’il s’agit du  » Plan de Lucifer « .

 

Parce que la politique des Directeurs des Illuminati est de travailler dans l’ombre, et de ne jamais permettre à quiconque, si possible, de les identifier ou de prouver leurs relations avec les forces révolutionnaires, il fut décidé, en 1893, de transformer le document trouvé à Rastibon en 1785 : de manière à ce que les soupçons soient portés plutôt sur les Chefs du Mouvement Révolutionnaire Juif en Russie que sur les Directeurs des Illuminati

Donc, en 1900, les Illuminati s’organisèrent pour transformer le Plan original de 1785 afin que celui-ci serve leurs buts et leurs objectifs.

Après avoir terminé les transformations qui portaient le monde à croire que les Juifs complotaient pour obtenir la domination mondiale en accord avec la Politique contenu dans le Sionisme Politique, ils s’arrangèrent pour que le Plan soit placé dans les mains de Sergyi Nilus, historien et écrivain russe des années 1900.

Ce Plan qui faisait état d’un complot organisé pour détruire toutes les formes de Nationalisme, ainsi que la Chrétienté, et qui renfermait, comme but ultime, celui d’obtenir le contrôle absolu de toutes les richesses, les ressources naturelles et la main-d’œuvre du monde entier afin d’amener au Pouvoir, un  » Âge Messianique « , fut publié tout d’abord par le Professeur S. Nilus en 1905 sous le tire évocateur :  » Le Péril Juif  » (The Jewish Peril), puis, par la suite, sous le titre :  » Le Protocole des Sages de Sion  » écrit par Victor E. Marsden, et publié à Londres en 1921 par la Britons Publishing Society.

 

D’ailleurs, en 1893, lors d’une réunion, les Directeurs des Illuminati avaient décidé de se servir du peuple Juif comme bouc-émissaires de leur Plan.

Ce fut pourquoi ils planifièrent, par financement secret, la Guerre Américano-Espagnole de 1898 afin de donner à des Juifs le contrôle de l’Industrie du sucre à Cuba ; celles des BOERS de 1899 afin de donner à ces derniers le contrôle des Mines de Diamant et des champs aurifères africains ; celle de 1904 qui opposa la Russie et le Japon afin d’affaiblir le gouvernement des Tzars, et l’économie russe pour pousser le peuple à se révolter en 1905 ; ce qui d’ailleurs se produisit comme prévu.
Ainsi les Juifs étant blâmés comme étant les auteurs, les responsables de la Conspiration Mondiale, les Illuminati acquirent par conséquent la certitude que la vague d’anti-sémitisme créée en France & en Russie, laisserait aux Directeurs des Illuminati, le champ libre pour poursuivre avec le reste des Plans prévus renfermant les Révolutions et les Guerres du XXième siècle sans être suspectés outre-mesure.

 

Haut du document
1.9 Subversions/Corruptions des Masses en 10 Étapes

Les  » 10 étapes de la Subversion/Corruption des Esprits en Occident  » se veulent une vue aussi réaliste que possible sur la manière que les Illuminati s’y sont pris depuis au moins une quarantaine d’années pour corrompre la Jeunesse Occidentale ; pour créer un Nouvel Idéal sur les cendres des Institutions Religieuses, Politiques et Sociales ; de même qu’elles représentent un aperçu des étapes qui restent à franchir avant l’établissement du Gouvernement Mondial.

Ces 10 étapes suffisent à nous faire mieux comprendre dans le quotidien, comment les Illuminati s’y prennent pour détruire une Nation, dans tout ce qu’elle avait de Valeurs Chrétiennes pour la reconstruire sur l’esclavage vis-à-vis d’un mythe, d’une illusion, d’un rêve démoniaque.

Les Illuminati, à-travers leurs Agenturs, la franc-maçonnerie, le communisme, réussissent à pousser une Nation à Apostasier ; de même qu’à accepter, bon gré malgré, l’Idéal du Gouvernement Mondial en :

1 – AMPLIFIANT LES INSATISFACTIONS naturelles existant chez chaque personne ; c’est-à-dire, en prenant chacun des interdits imprimés dans (l’inconscient collectif), ainsi que les frustrations normales : pour les exagérer au point de les rendre insupportables à chacun ; tout cela sous le prétexte fabriqué que les frustrations seraient quelque chose d’anormales pour l’Homme nouveau, l’Homme moderne.

2- CRÉANT LA CONFUSION DES ESPRITS chez la jeunesse en identifiant entre autre, (Amour à Sexualité), (Autorité à contrainte, défense de…), (Liberté à satisfaction de toutes les tendances instinctives), (Spirituel à science des pouvoirs occultes).

Cette confusion, s’imprégnant sournoisement dans l’esprit de la Jeunesse et des gens de tout âge par la (Musique Subliminale entre autre), aura pour conséquence première, de se répercuter dans tout ce qui compose les  » Habitudes Culturelles  » &  » Sociales  » ; ce qui, immanquablement, fera éclater ces mêmes habitudes à plus ou moins long terme.

Ainsi sera-t-il possible de voir s’opérer, des changements appréciables dans la mode (celle-ci s’identifiant de plus en plus au Modèle (Jeunesse-Sexualité-Violence)) ; des transformations notoires dans les comportements (beaucoup d’hommes prendront une allure féminine et vice-versa pour les femmes) ; l’affaiblissement généralisé de la pratique religieuse et l’augmentation des sectes et des pratiques occultes ; l’éclatement des rôles chez l’hommes et la femme (ce qui entraînera, automatiquement, la chute de la famille monoparentale, l’augmentation de divorces et d’avortements, l’augmentation de la délinquance et des maladies vénériennes : plus personne N’ayant de points de références stables) ; une conception nouvelle du cinéma (l’idéal du nouvel Homme et de la nouvelle Femme, l’exploitation du thème  » extra-terrestre « , l’émergence des drames fantastiques et du thème de l’occultisme, etc.) ; les programmations nouvelles de la radio et de la télévision (par exemple, les émissions pour enfants tournés vers le thème  » extra-terrestre  » (e.t./a.i.), celui des pouvoirs psychiques, et l’exploitation des rôles nouveaux entre les hommes et les femmes, etc.) l’abondance de la litérature érotique et occultes, etc… .

Une fois une telle vague de permissivité établi dans l’esprit des populations, il sera donc possible de proposer quoi que ce soit, sous le couvert du Modernisme, qui ira à l’encontre des Traditions, et de pousser ces mêmes populations, à prendre prétexte du  » Respect des Droits de l’Individu  » pour contester, et se révolter : contre tout ce qui peut aller à l’encontre de la Nouvelle Conception de l’Homme Libre & Moderne.

En d’autres mots, rendre normal ce qui hier était interdit, et rendre anormal ce qui constituait les bases les plus solides de la Religion, de la Culture et de la Société.
3- COMBLANT LES TENDANCES ET LES BESOINS INSTINCTIFS de chaque personne, si possible, tels : l’Oisiveté, la Sexualité, la Drogue et l’Alcool, (la Désobéissance et la Révolte), (la recherche du Merveilleux et du Fantastique dans l’exploitation des Sciences et des Croyances Occultes). Le fait de combler pour l’immédiat et dans l’immédiat certains des instincts moteurs des individus, provoquera immanquablement chez ceux-ci, un relâchement de leur esprit de Vigilance, un affaiblissement de leur caractère et de leur tempérament : de leur personnalité en général ; ce qui sera propre à placer ces mêmes individus, à plus ou moins long terme, dans un état de dépendance chronique.

En d’autres termes :  » FABRIQUER DES ENFANTS GÂTÉS POUR MIEUX LES ASSERVIR « . Cette création de la  » Société du Loisir  » aura donc pour but d’orienter tous et chacun vers le Loisir sous toutes ses formes : le rêve, l’évasion, le goût du plaisir permanent menant vers le rejet de toute responsabilité personnelle et de toute réalité quotidienne ; ce qui entraînera la haine du travail et des autorités en général.

Ainsi, en fabriquant, par la publicité, l’obligation de se détendre, d’être COOL, la Jeunesse, sans expérience du Vécu, sans connaissance de la Vie, menée plus par l’impulsion et la révolte plutôt que par la Prudence se détruira d’elle-même (explication probable de la pôle position du Québec en ce qui concerne le suicide chez les jeunes) sans prendre garde, et ne représentera plus, par conséquent, de danger pour l’imposition du Gouvernement Mondial.

4- DONNANT UNE ORIENTATION À LA RÉVOLTE par le fait d’identifier faussement les contraintes à la  » Liberté de la Jeunesse  » ; c’est-à-dire en falsifiant les définitions : (Famille-Parents-Couples, signifiera Esclavage de la Femme, et non plus, Amour ; É cole-Professeur, se reférera à Apprentissage de la Répression Traditionnelle, et non plus, Acquisition du Savoir, de l’Autonomie et des Responsabilités ; Gouvernement-Responsable du Pouvoir Politique voudra dire, Dictature de la Liberté Individuelle, et non plus, Gérance de l’Etat pour le Bien-être de la Collectivité ; Militaire sera apparenté à Abrutissement des Individus, et Police, à Répression des populations, et non plus, à Protection de la Collectivité.

Ainsi toute Autorité sera représentée comme étant un interdit à la liberté d’expression de tout individu. En détruisant de cette manière les Valeurs Spirituelles et Morales des populations, il deviendra donc possible par la suite, de suggérer n’importe quoi, y compris les Mythes les plus invraisemblables tout simplement parce que les barrières auront été détruites.
5- ISOLANT L’INDIVIDU POUR MIEUX L’ASSERVIR. Après avoir détruit la majeur partie des points de repères traditionnels et les fondements sur lesquels s’appuient les populations pour maintenir une stabilité sociale, ceux qui se trouvent derrière la musique subliminale, pousseront les individus à développer une conception individualiste du monde au détriment de la conception collective. Ainsi, l’on verra apparaître des contestations et des révoltes un peu partout à-travers l’Occident Chrétien.

À partir des Universités et des Collèges, et sous le  » Prétexte du Droit à la Liberté d’Expression Individuelle), il y aura, entre autre :  » Des revendications pour les Droits de la Femme, le Droit à l’avortement, le Droit à l’amour libre (peace & love), le Droit aux mariages libres, le Droit des enfants, le Droit à l’homosexualité, le Droit à la pornographie sous prétexte d’œuvres d’art, le Droit des minorités ethniques, le droit des Détenus ; en d’autres mots, le DROIT à tout ce qui est interdit dans la Société Traditionnelle.

En définitive, tant par la facilité qu’il aura à satisfaire chacun de ses désirs, que par les influences destructrices que cela lui apportera, celui qui représentait l’espoir de la Nation, sera poussé à un isolement de plus en plus grand, à une conception du monde privilégiant l’individualisme ; ce qui donnera un  » Monde sans Amour où évoluera un Homme-mort prêt à accepter n’importe quoi pour ne pas être seul. La jeunesse, de plus en plus désabusée ; ne sachant pas que le Droit est un mythe, quelque chose qui n’existe pas, car le Pouvoir du plus fort régit le monde ; sera mûre pour accepter sans résistance le Nouvel Idéal qui lui sera présenté comme étant l’unique solution réaliste et raisonnable à tous les problèmes de l’Humanité.

6- CRÉANT UN NOUVEL IDÉAL basé, pour chacun, sur la libre satisfaction de tout ce qui doit composer le mythe de la  » Nouvelle Liberté « . Cet Idéal irréalisable de Liberté pourra assez facilement se traduire par permissivité :  » Toutes les pensées et tous les comportements devront être respectés dans la Société dite Moderne ; c’est-à-dire, que tout ce qui était considéré comme étant immoral et amoral dans la Société Traditionnelle et Religieuse devra être considéré comme étant normal, accepté librement, et respecté au nom du  » Droit à la Libre Expression de tout Individu  » dans la Nouvelle Conception de la Société de l’Avenir « .

En ce sens, le  » Droit de l’Individu  » sera privilégié au détriment du  » Droit de la Collectivité « , donc de la Société. Par conséquent, tout ce qui composait la dimension de la Charité sera détruit pour favoriser celle de l’égoïsme et de l’égocentrisme. Ainsi, toutes les ficelles qui faisaient de l’Homme un être collectif, social, seront brisée pour créer un Homme individualisé, et isolé.

7- RENDANT TOUT INDIVIDU DÉPENDANT DE CE NOUVEL IDÉAL ; Ce n’est plus le travail de la Collectivité qui construit la Société, mais le travail de l’Individu qui donnera une Identité à la Société. En ce sens, diviser les individus les uns par rapport aux autres, et satisfaire les désirs instinctifs, rendra les Hommes mûrs pour l’établissement d’une  » Dictature Absolue basée sur le Pouvoir de L’individu.  »

8- DÉTRUISANT L’ÉGLISE CATHOLIQUE ROMAINE,

1) En encourageant les Responsables et les Fidèles, à la désobéissance en prenant pour prétexte, l’affirmation de l’individu, et son Droit à plus de liberté personnelle.

2) En identifiant Église à  » Puissance Économique/Endoctrinement des Individus  »

9- CRÉANT UNE CRISE ÉCONOMIQUE, POLITIQUE ET SOCIALE dans le but de détruire l’indépendance de tout Groupe et de tout individu. Ceci pourrait se produire à partir de la fabrication d’une Crise Financière : par la hausse exagérée des taux d’intérêt qui provoquerait faillites sur faillites ; de même que par une hausse des produits de consommation de première importance.

Ces hausses combinées à un taux de chômage dramatique dans tous les secteurs de la Société, finiront par pousser les populations à l’exaspération, à la révolte, puis à la guerre civile ; celle-ci permettant l’élimination de tous les enemis au Futur Pouvoir sous le couvert de massacres incontrôlés.

Cette crise, suffisante pour déstabiliser tout Gouvernement, pourra créer le chaos nécessaire à l’établissement d’une Dictature Mondiale.

10- CRÉANT UNE CRISE ALIMENTAIRE, c’est-à-dire, une crise des Besoins Essentiels à la Survie Biologique de l’espèce humaine. De cette manière, il deviendrait possible de forcer tout individu isolé (parce que n’ayant plus de base Spirituelle ou Morale) à accepter le  » Nouveau Gouvernement et sa Philosophie  » dans le but d’assurer, au moins, sa propre survie biologique. Car où trouver des denrées alimentaires lorsque le  » Nouveau Pouvoir  » se trouve à être le seul détenteur, sur la planète, de toutes les réserves alimentaires, et de tous les grains de semence ?
Enfin, la crise pourrait suivre le scénario suivant :  » Premièrement, par la prise de contrôle économique de toutes les compagnies produisant des produits alimentaires ; deuxièmement, par la prise de contrôle de tout ce qui permet les cultures agricoles (grains de semence, engrais chimiques, et grains servant à nourrir le bétail) ; troisièmement, par la destruction systématique de toutes les réserves alimentaires et de céréales appartenant à des intérêts privés ou à certains Gouvernements peu intéressés à un Pouvoir Mondial ; et enfin, par l’établissement universel d’une carte d’Identité Mondiale délivrée uniquement à ceux reniant toute Foi en Dieu ; carte permettant toutes les opérations économiques étant faites, aujourd’hui, avec du papier-monnaie.

Cette nouvelle carte qui remplacera toute celles existant en ce moment, sera encouragée sous le prétexte de l’argent électronique étant dispendieux que les manipulations : (de l’argent de papier ou des chèques…)

Source

 
1 commentaire

Publié par le 2 mai 2017 dans général, Nouvel ordre mondial

 

Étiquettes : , ,

La Turquie et l’Inde veulent se passer du dollar dans leurs échanges

La Turquie et l’Inde veulent se passer du dollar dans leurs échanges

Dédollarisation – de plus en plus de grands pays privilégient des accords bilatéraux en devises nationales pour les échanges commerciaux, au détriment du king Dollar  .

La Turquie et l’Inde pourraient renoncer au billet vert dans leurs règlements réciproques au profit des monnaies nationales.

La Turquie et l’Inde pourraient renoncer au dollar et passer aux devises nationales dans les règlements réciproques, a déclaré le président turc Recep Tayyip Erdogan lors d’un forum commercial indo-turc à New Delhi au cours de sa visite en Inde.

« Les opérations d’import et d’export pourraient être effectuées en monnaies nationales, ce qui réduirait l’impact négatif des fluctuations monétaires », a assuré le président turc.

D’après lui, le passage aux paiements en livres turques et en roupies indiennes aurait une influence positive sur les économies des deux pays.

Selon le président turc, le potentiel de la coopération commerciale entre la Turquie et l’Inde n’est pas pleinement réalisé et il est temps de discuter du projet d’un accord sur la coopération économique à grande échelle entre les deux pays. Il a précisé que les sessions des commissions intergouvernementales contribueraient au renforcement de la coopération bilatérale dans la sphère économique.

M. Erdogan a également ajouté que le nucléaire pourrait devenir un des axes de coopération entre la Turquie et l’Inde.

Source

 
Poster un commentaire

Publié par le 2 mai 2017 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Pékin exige l’arrêt du bouclier antimissiles américain en Corée du Sud, Trump prêt à rencontrer Kim Jong-un

  • La Chine a réaffirmé ce mardi son opposition au déploiement du système antimissile américain Thaad en Corée du Sud.
    La Chine a réaffirmé ce mardi son opposition au déploiement du système antimissile américain Thaad en Corée du Sud. | REUTERS
Dans le dernier développement concernant la potentielle future guerre en Asie – ce qui aurait des conséquences dramatiques et pourrait vite dégénérer en une guerre mondiale, la Corée du Nord a accusé ce mardi les États-Unis d’amener la péninsule coréenne au bord de la guerre nucléaire, après le survol de deux bombardiers américains dans la zone, dans le cadre d’exercice conjoints avec Séoul. Cependant, Trump s’est dit, dans une interview accordée à l’agence Bloomberg, prêt à rencontrer Kim Jong-un.

Pendant ce temps la Chine a exigé ce mardi aussi l’arrêt du bouclier antimissiles américain en Corée du Sud, dont Washington a annoncé la veille la mise en service, tout en saluant les ouvertures de Donald Trump en direction de la Corée du Nord.

Pékin dénonce depuis des mois la mise en place du bouclier Thaad (pour « Terminal High Altitude Area Defense ») annoncé par Washington l’an dernier en réponse au programme nucléaire et balistique de la Corée du Nord. La Chine souligne que ce dispositif couvre une partie de son territoire et entrave sa propre force de dissuasion.

« Nous sommes opposés au déploiement du sytème Thaad en Corée du Sud. Nous appelons les parties en présence à arrêter ce déploiement immédiatement et nous prendrons fermement les mesures nécessaires pour défendre nos intérêts », a déclaré devant la presse le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang.

Quelques heures plus tôt, le colonel Rob Manning, porte-parole des forces américaines en Corée du Sud, avait annoncé que le Thaad était désormais « opérationnel », avec « la capacité d’intercepter les missiles nord-coréens ». Une autre responsable américain avait toutefois indiqué à l’AFP, sous couvert d’anonymat, que le système n’avait atteint que « sa capacité initiale d’interception ».

Encouragé par les propos de Trump

Le porte-parole chinois s’est en revanche montré encouragé par les propos du président américain Donald Trump, qui s’est dit prêt à rencontrer le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un.

« Si les conditions étaient réunies pour que je le rencontre, je le ferais, absolument. Je serais honoré de le faire », a affirmé Donald Trump dans un entretien accordé lundi à l’agence Bloomberg. Et ce alors que son administration avait affirmé ces dernières semaines que l’option militaire était « sur la table » face à Pyongyang.

Interrogé sur les propos de Donald Trump, M. Geng a indiqué que Pékin avait « pris note des déclarations de la partie américaine et des signaux positifs qu’elles transmettent ».

« Reprendre les négociations de paix »

« La priorité urgente est de prendre des mesures pour faire tomber la tension. Et l’une des mesures efficaces pour ce faire est de reprendre les négociations de paix » avec la Corée du Nord, a-t-il dit.

La Chine dénonce comme les États-Unis le programme nucléaire et balistique de Pyongyang mais Washington demande à Pékin de faire davantage pression sur le régime nord-coréen pour le convaincre d’abandonner ses projets.

Pékin suggère depuis plusieurs semaines que la Corée du Nord suspende son programme nucléaire et balistique et que les États-Unis stoppent en retour leurs manœuvres militaires organisées chaque année en Corée du Sud.

« Ce n’est pas l’arme absolue »

Cette proposition a reçu une fin de non-recevoir à Washington, qui réclame à Pékin d’appliquer plus strictement les sanctions adoptées à l’ONU contre la dynastie des Kim.

Selon les experts, la première batterie de missiles défensifs du Thaad installée en Corée du Sud ne suffit pas à protéger tout le territoire sud-coréen, car il en faudrait deux ou trois pour y parvenir. Mais elle change tout de même l’équilibre stratégique entre la Corée du Nord et la Corée du Sud, limitant le pouvoir de destruction de la première.

« Ce n’est pas l’arme absolue, ça n’existe pas, mais cela apporte une protection cruciale pour les troupes » américaines et sud-coréennes dans la péninsule, « renforçant la dissuasion et la posture défensive » de ces troupes, a expliqué à l’AFP Thomas Karako, un expert en défense antimissile du cercle de réflexion CSIS à Washington.

Le financement du bouclier a été l’objet d’une polémique la semaine dernière entre l’administration américaine et la Corée du Sud, Donald Trump estimant qu’il serait « approprié » que la Corée du Sud paye pour ce système dont le coût est estimé à un milliard de dollars – ce que refuse Séoul. La Chine a adopté de son côté une série de mesures contre la Corée du Sud, apparemment en représailles au déploiement du Thaad, interdisant aux groupes de touristes chinois de se rendre dans ce pays.

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

François Asselineau – Que dites vous aux salariés de Whirlpool ?

 
 

Étiquettes : , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :