RSS

Le FMI veut-il abolir l’argent liquide ?

11 Avr

Au nom de la lutte contre la corruption …

Un document signé par l’analyste du Fonds monétaire international, Alexei Kireyev, a mis en évidence les effets macro-économiques de l’abolition de l’argent dans l’économie, ce qui suggère même une série d’étapes pour les gouvernements pour tirer profit de cet objectif.

Bien que le document affirme que le FMI ne veut pas prendre position sur la décision de retirer les pièces et les billets de banque, il est clair que dans les conclusions de l’auteur on voit plus d’avantages que d’inconvénients dans une telle mesure. En même temps, il admet que la population est attachée à l’utilisation de l’argent physique : que ce soit pour des raisons de confidentialité, pour mieux gérer les dépenses par rapport à ce qui reste dans votre poche. Il est évident que pour quelques raisons que se soit il faut de la transparence, car l’utilisation du liquide se prête également à la corruption et les crimes tels que le blanchiment d’argent et l’évasion fiscale.

La lutte contre la corruption est l’excuse avec laquelle les banques centrales et les gouvernements espèrent obtenir l’abolition de l’argent. En Inde, le gouvernement Modi a déjà retiré de la circulation les grandes coupures, en provoquant le chaos. Après New Delhi, le phénomène pourrait toucher d’autres pays comme Australie et peut-être l’Europe.

Selon l’expert AMI Kireyev, « la sortie complète de l’argent liquide devrait être organisée par degrés. Le De Cashing doit être construit sur les étapes initiales largement incontestées telles que la suppression des grands projets de loi, le placement des taxes sur la valeur transactionnelle dans les mouvements de trésorerie et d’encaissement des rapports à travers les frontières nationales. » puis devrait intervenir « l’incitation à l’ouverture des dépôts transférables. »

En tout cas, « les tentatives d’imposer le De Cashing (l’abolition de l’argent.) par décret devrait être évité étant donné l’attachement des gens à l’argent liquide  ». L’analyste du FMI continu avec des suggestions anti démocratiques, en affirmant que « en particulier les autorités, au travers du De Cashing  » doit faire taire le soupçon que c’est « « une tentative de contrôler tous les aspects de la vie des gens, y compris l’utilisation de l’argent, ou contrôler les économies des banques. » Il vaut mieux viser les actions qui utilisent des «  choix personnels  » basés sur des « considérations de rentabilité. »

Les opinions exprimées dans l’analyste du FMI, comme toujours dans ces cas, sont celles de l’auteur et non celles du FMI. Pourtant, il est clair depuis un certain temps le FMI contribue à une politique monétaire efficace afin de pousser les flux d’épargne dans les banques pour une concentration de la trésorerie. Est-il légitime de se demander si cet agissement contre la volonté des citoyens est la bonne méthode.

Document joint

Source, lu ICI

Advertisements
 

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :