RSS

Une bonne chose – Présidentielle : 40% des électeurs se disent prêts à voter blanc, un niveau inédit …

28 Mar

Voir le reportage De Gaulle, le dernier roi de France en replay

40% des électeurs interrogés se disent prêts à voter blanc, un niveau inédit

Voilà enfin une excellente nouvelle !!! « 40% des électeurs interrogés se disent prêts à voter blanc, un niveau inédit » écrit Le Figaro . Comme quoi, tout ce qu’on fait ne sert pas à rien .

Un vrai réveil « politique » en France ? En tous cas, à force de le répéter ,ça commence à entrer dans la tete des Français : Les milliardaires, l’élite et la corporatocratie qui organise et fabrique l’opinion publique grâce à leurs médias et par les sondages risquent fort cette fois – de perdre la bataille contre le peuple .

Comme chez les Anglo saxons, avec le Brexit et aux US avec Trump . (quoi que ce n’est pas encore tout à fait ça …)

L’important est que l’offre politique soit totalement renouvelée (puis nous pourront la bouleverser), qui que ce soit qui est élu parmi les nouveaux . (Le FN , Asselineau, Cheminade … Mélanchon dit des choses pas mal non plus depuis qu’il a pris son indépendance, mais il ne serait bien que dans une coalition)

Si le prochain gouvernement élu échoue une fois de plus , ce qui sera probablement le cas il ne faut pas se leurrer, et que ce sont des nouveaux – les Français auront épuisé toute l’offre politique .

C’est là que les choses sérieuses pourront vraiment commencer (ou en cours de chemin) 

40% des électeurs prêts à voter blanc, c’est déjà le début de la fin de cette pseudo démocratie .  Il faudra inéluctablement une nouvelle constitution : la 5e république imaginée par De Gaulle (il y avait un superbe reportage sur lui hier à la 3, cf au début) a atteint ses limites extrêmes et tire ostensiblement à sa fin .

Ce dont nous avons besoin, ce sont des « états généraux », et d’une assemblée constituante . 

Présidentielle : l’indécision et le vote blanc, en tête dans les sondages

De mémoire de politique comme de citoyen, on n’a pas vu une campagne présidentielle aussi riche en surprises depuis longtemps. À tel point que les électeurs ne savent plus sur quel pied danser comme l’indiquent deux études parues ce mardi 28 mars. Voyant un nombre important de candidats successivement écartés de la course et d’autres éclaboussés par les affaires beaucoup d’électeurs sombrent dans le doute, voire dans le rejet du personnel politique.

À un mois du premier tour scrutin, une étude Ifop réalisée pour le Think-Tank Synopia, et diffusée dans l’Opinion, montre que 40% des personnes interrogées souhaiteraient voter blanc si elles en avaient la possibilité. La matérialisation en sondage du phénomène «dégagiste» régulièrement évoqué par Jean-Luc Mélenchon notamment.

Le vote blanc connaît donc une spectaculaire progression, puisque seules 26% des personnes interrogées déclaraient vouloir y recourir en 2014. À noter que l’étude précise que les gens feraient le choix du vote blanc si ce dernier était pleinement intégré au mode de scrutin, à savoir «pris en compte en tant que suffrage exprimé avec une capacité de rejet de l’élection et des candidats au-delà d’un certain seuil».

Si l’on compare avec les intentions de vote dont bénéficient actuellement les favoris (autour de 25% pour Marine Le Pen au premier tour, ndlr), c’est donc une volonté de renouvellement de l’offre politique qui domine largement le scrutin.

Au rejet s’ajoute le doute

Conscients du phénomène, plusieurs candidats ont inscrit la reconnaissance du vote blanc à leur programme, comme Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon. Paradoxalement, ce sont les candidats anti-système qui pourraient pâtir d’une telle évolution. Au sein des électeurs de la France Insoumise 44% déclarent qu’ils préféreraient voter blanc, de même que 35% des électeurs frontistes interrogés.

Une pétition pour la reconnaissance du bulletin blanc a dépassé les 230 000 votes sur Internet, un soutien inédit selon Olivier Durand, qui milite pour sa reconnaissance. S’il est désormais comptabilisé distinctement du vote nul depuis l’évolution de la loi en février 2014 -pour lutter contre l’abstention notamment- le vote blanc n’a pour le moment aucun effet concret sur l’élection. À noter que sont considérés comme votes blancs les bulletins immaculés ou toute enveloppe glissée vide dans l’urne.

Autre corollaire de ces temps propices aux doutes, l’indécision. Selon un sondage Ipsos réalisé pour France Inter, seules 65% des personnes interrogées se disent certaines d’aller voter, alors que jamais la participation n’est descendue au-dessous des 70% pour une présidentielle.

Par ailleurs, parmi les gens souhaitant aller voter, 4 électeurs sur 10 se disent indécis et susceptibles de changer leur choix au dernier moment. C’est le cas pour la moitié des potentiels soutiens de Benoît Hamon, ou d’Emmanuel Macron. À l’inverse, 4 électeurs sur 5 de Marine Le Pen et François Fillon, sont sûrs de leur choix. Cette étude vient compléter le tableau du désarroi manifeste de l’électorat en cette fin de campagne rocambolesque.

Advertisements
 
Poster un commentaire

Publié par le 28 mars 2017 dans général, Politique

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :