RSS

Dick Cheney : L’ingérence russe est un « acte de guerre »

28 Mar

L’ancien vice-président américain et l’homme dont l’image apparaît dans le dictionnaire sous le mot « néo-conservateur », Dick Cheney a critiqué l’ingérence présumée de la Russie dans l’élection présidentielle américaine, en disant qu’elle pouvait être considéré comme un « acte de guerre » contre les Etats-Unis

« Il ne fait aucun doute qu’il y avait un effort très sérieux fait par M. Poutine et son gouvernement, son organisation, d’interférer avec nos processus démocratiques fondamentaux de base, » Cheney a déclaré lundi lors d’un discours au Sommet des affaires du Global Economic Times 2017 à New Delhi ; même si des questions se posent, les Etats-Unis doivent encore présenter une preuve de ce qui s’est réellement passé.

Néanmoins, Cheney a continué et a déclaré que « dans certains milieux, cela serait considéré comme un acte de guerre. Je pense que c’ est une sorte de conduite et une activité que nous verrons à l’ avenir . Nous savons qu’il a essayé de le faire auparavant dans d’ autres Etats, dans les pays baltes «  , a déclaré Cheney, selon la vidéo ci dessus faisant part de ses remarques.

L’accusation de Cheney intervient à un moment où le Sénat et où les représentants de la commission du renseignement enquêtent sur une possible ingérence russe dans l’élection qui a amené le président Donald Trump au pouvoir.

« Je pense en fait que leur engagement était un acte de guerre, un acte de guerre hybride, et je pense que c’est ce pourquoi le peuple américain devrait etre préoccupé » a déclaré le Républicain Jackie Speier lors d’une audition devant la commission du renseignement sur l’ingérence électorale russe dernière lundi, faisant écho au sentiment de Cheney.

Un autre néo-conservateur consommé, John McCain a également dit en Décembre que les actions de la Russie étaient un acte de guerre. Les experts ont cependant mis en garde contre de telles accusations. Le gouvernement américain n’a pas de définition de ce que les actions dans le cyberespace nécessiteraient comme intervention militaire.

Cheney a accusé lundi le président russe Vladimir Poutine d’avoir « des dessins » concernant les pays baltes. L’OTAN a récemment déployé des forces en Estonie, en Lituanie, en Lettonie et en Pologne à la suite de « l’activité agressive » de Moscou en Ukraine.

 » Un autre aspect de la conduite de M. Poutine est la question qui a à voir avec la guerre cybernétique, et les cyberattaque aux États-Unis – le fait qu’il a acquis des capacités dans le domaine cybernétique et qu’il les a utilisé pour essayer d’influencer notre élection «  , a déclaré Cheney.

Bien sûr, la rupture se produit toujours quand on essaie de définir ce qu’ a été exactement le « piratage » des élections et comment « l’ingérence » russe s’est manifestée, et Cheney ne fait pas exception. Alors que l’ancien vice – président a souligné qu’il n’y avait aucune preuve que l’élection du président Trump n’était « pas légitime » , il a précisé que les Américains devraient être conscients des actions de Poutine.

Alors, quoi penser : a t-il d’ores et déjà fait quelque chose de mal, ou l’Amérique devrait elle être « consciente » que Poutine va faire quelque chose de mal à l’avenir ? Hélas, comme à chaque chasse aux sorcières, la réponse ne viendra pas, et au lieu nous allons avoir une généralisation de déclarations comme : « Je ne voudrais pas sous-estimer le poids que nous, les Américains assignons aux tentatives russes d’interférer avec nos processus politiques internes « , a déclaré Cheney.

Le FBI  enquête sur les efforts Russes pour influencer l’élection, y compris la recherche de toute coordination possible entre la campagne présidentielle de Trump et Moscou, a révélé la semaine dernière le directeur du FBI James Comey.

Une lettre écrite par des dizaines d’anciens du renseignement, des agents diplomatiques, des militaires et des fonctionnaires adressée au président Barack Obama a conclu que « les serveurs du DNC et du HRC qui auraient été piraté, n’ont en fait, pas été piratés. »

D’autre part , le FBI n’a jamais accédé aux serveurs corrompus du DNC,a rapporté Spoutnik .

Bill Binney, un vétéran de la NSA de 35 ans et ancien directeur technique de l’agence d’espionnage, a déclaré que les e – mails John Podesta étaient le résultat d’une fuite d’initiés plutôt que d’ une attaque extérieure. 

Avec Zero Hedge et Spoutnik US

Publicités
 

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :