RSS

Les services secrets Britanniques ont espionné Trump pour le compte d’Obama !!!

16 Mar

Le juge Andrew Napolitano a déclaré sur Fox News que ce ne sont ni la NSA, ni la CIA, ni le FBI états-unien, qui ont espionné le candidat, puis le président élu Donald Trump, mais le GCHQ (Government Communications Headquarters) britannique.

Selon le juge Napolitano, le GCHQ transmettait les transcriptions des écoutes téléphoniques de la Trump Tower au président Obama qui les avait commandité.

L’administration Obama via le GCHQ, a trés bien pu utilisé un four micro-ondes pour espionner Trump , selon La conseillère de Trump (ne pas rire, lire iciici , ou encore ici par exemple)

Via Zero Hedge :

Alors que le président Obama a nié avec véhémence l’ émission d’ordres directs au ministère de la Justice ou d’autres organismes nationaux visant à surveiller le Président Trump lors de la campagne électorale 2016, il est de notoriété publique que l’Agence nationale de sécurité a la possibilité d’accéder à de la vidéo et à de l’ audio à partir de plusieurs appareils , et en en temps réel . En fait, selon Edward Snowden et documenté dans le récemment sorti film Snowden , les agences d’espionnage américaines peuvent simplement appuyer sur un bouton pour regarder ou écouter quoi que ce soit qui se passe dans une salle particulière en tournant les caméras et les micros d’un périphérique particulier. (cf par exemple Wikileaks « Year Zéro » : « Nous sommes dans 1984 de George Orwell », estime un ex-agent du MI5, ndlr)

Voici comment cela fonctionne :

La technologie existe, mais selon les spécialistes juridiques, il aurait été illégal de l’utiliser sur Donald Trump ou ses employés sans cause probables ni garantie indiquant des liens avec des organisations terroristes.

Mais alors que les agences d’espionnage domestiques comme la NSA et la CIA ne peuvent pas surveiller activement un citoyen sur le sol américain, il y a un moyen très pratique qui a été utilisé pendant plus d’une décennie pour accomplir cette tâche sans casser techniquement la loi.

Selon trois sources de renseignement qui ont parlé avec le juge Napolitano, c’est exactement ce que le président Obama a fait à l’époque, concernant le candidat Donald Trump :

Steve Watson d’Infowars.com explique :

Trois sources de renseignement distinctes croient que l’ancien président Obama a agi « en dehors de la chaîne de commandement» et a employé des agents de surveillance britanniques pour exercer une surveillance sur l’équipe de Donald Trump avant l’élection, selon un analyste juridique.

Le juge Andrew Napolitano a révélé sur «Fox & Friends » ce matin que les sources lui ont donné les détails au moment où l’affaire controversée continue à faire les gros titres.

« Trois sources de renseignement ont informé Fox News que le président Obama a agi en dehors de la chaîne de commandement », a déclaré Napolitano. « Il n’a pas utilisé la NSA, il n’a pas utilisé la CIA, il n’a pas utilisé le FBI, et il n’a pas utilisé le ministère de la Justice. »

« Il a utilisé le GCHQ.», A expliqué Napolitano.

« Que diable est le GCHQ ? Ce sont les initiales de l’agence d’espionnage britannique. Ils ont accès 24/24 h et 7/7 j à la base de données de la NSA. », A expliqué le juge.

Napolitano a noté que cela a été fait pour rendre le déni plausible. En d’autres termes, même si l’administration Obama a fait espionner Trump, il n’y aura jamais de moyen de le prouver.

« Donc, simplement en ayant deux personnes qui disent :« Si Le président Obama avait besoin de transcriptions de conversations impliquant le candidat Trump, et des conversations impliquant le président élu Trump, ‘il a été capable de le faire, et il n’y a pas d’empreintes digitales américaines sur cette affaire  » a ajouté Napolitano. Tout a été fait par des « étrangers ».

Le GCHQ est membre de l’accord des « Cinq yeux » constitué le 5 mars 1946 dans le prolongement de la Charte de l’Atlantique et de la victoire alliée.

Les liens entre le Royaume-Uni et l’administration Obama sont d’autant plus forts que Londres a financé le début de la campagne électorale présidentielle de Barack Obama. De nombreux membres de la première administration Obama avaient été choisis au sein de la Pilgrim’s Society, une très discrète association présidée par la reine Elisabeth II.

En 1974, le président Richard Nixon avait été contraint de démissionner lors du scandale du Watergate car il avait fait placer sur écoutes le quartier général de son rival démocrate.

Advertisements
 
Poster un commentaire

Publié par le 16 mars 2017 dans général, Insolite, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :